Promenade de santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Ven 28 Sep - 15:01
La réponse était sèche, mais après tout, il fallait s'y attendre, elle dénotait toutefois de l'espèce de sympathie ou plutôt de respect professionnel qui s'était installer entre eux, alors qu'il annonçait qu'elle le savait aussi bien que lui, même s'il ne la regardait pas. Il ne doutait donc pas de ses capacités d'analyse. Voila le verdicts qu'elle redoutait. Il n'était plus la pour faire que cette mission aille a son terme dans les meilleurs conditions, mais pour limiter la casse.

Raynor avait a peine relevé la tête à l'entente du grondement. Cela pouvais être tout et n'importe quoi, et il lui apparaissait sans doute inutile de s'affoler, la réponse a sont interrogation vint d’ailleurs assez rapidement et évidente. Ils tenaient la position et aviseraient au lendemain. Était elle satisfaite? Elle même ne le savait pas trop, mais une chose était sur, elle était bien heureuse que le poids du commandement ne repose pas sur ses épaules.

Alors même qu'elle avait les yeux baissé sur le feu, les mains braqué sur les hanches comme pensive, il prononça d'autre mot, qui ne lui parvinrent pas de suite, comme si sa concentration, ou au contraire sa distraction avait fait barrage. En prenant enfin conscience elle releva la tête. Ne venait il pas en quelque sorte de la félicité pour son travail? Elle acquiesça d'un simple mouvement de tête avant de s'écarter, récupérant son barda qu'elle avait dut momentanément abandonner pour s'occuper du Narveck.

Elle le rapprocha du feu, en tirant de quoi manger un peu. Le capitaine avait ramener l'enfant auprès du feu. La température avait largement chuté rendant sa présence plus qu’appréciable. Thais offrit une partie de sa ration au prisonnier avant de s'installer pour prendre quelques heures de repos. Son sac sur le sol, elle y posa sa tête, dos au sol, jambe replier et bras croisés sur sa poitrine, laten à portée. Elle ferma les yeux en écoutant les bruits rassurant de la présence des autres, mêler aux craquements du brasier, alors que sa chaleur douce l'enveloppait, l'engourdissant rapidement.

Plusieurs fois dans la nuit, des bruits, le plus souvent celui de la relève des gardes la réveillèrent. Elle se contenta d'ouvrir les yeux, d'analysé la situation, l'absence de danger et de les refermer. Elle était sur le qui-vive, signe du manque de confiance qu'elle pouvais placé en ces lieux. Elle se leva dès lors que les premières lueurs de l'aube pointèrent leur nez. La nuit ne lui avait pas apporter le repos escomptez. Les autres suivirent au fur et à mesure rassemblant tour à tour leurs affaires et effectuant les préparatifs de routines comme des automatismes. Thais s'offrit même un regard à l’extérieur, magnifique et mystérieux, alors que la forêt pénétrante avait formé un brouillard épais. Dans cette épaisse couche blanchâtre, il lui sembla distingué des silhouettes, se tenant debout immobile et qui l'observait en retour.

Les Narvecks attendaient. Ou peut être était-ce le fruit de son imagination... Mais qu'attendaient ils exactement. Qu'allait il se passé. Elle aurait aimé posséder les mots pour pouvoir s'en informer. Elle rentra dans l'obscurité du bâtiment quand Raynor lui adressa un signe. Il était manifestement tant de s'enfoncer dans les profondeurs. Thais récupéra ses affaires, prépara ses armes et attrapa le Narvecks avant de se joindre au groupe d’expédition. La résistance du gamin fut rapidement vaincu, comme s'il n'avait plus désir de se battre, abandonner l'espoir de sortir d'ici.

La descente lui parut interminable dans la semi obscurité, éclaircit uniquement par la lumière artificielle de leur torche. Elle se sentait désorienté, incapable de dire ou ils se trouvaient par rapport à leur entrée alors qu'ils avaient plusieurs fois tourner a droite ou a gauche, en suivant un couloir, comme si celui ci cherchait à les perdre. L'espace confiné, et les murs écrasant lui donnaient la sensation d'étouffer. Pour elle... Une vision approximative de ce que pouvais être l'enfer.

Suivant les pérégrinations des scientifiques, le groupe poursuivait son exploration et finit par arriver dans un lieu ou l'espace semblait plus vaste. peu à peu les murs s'écartèrent pour donné sur une entrée sans porte, d'ou émanait une étrange lumière. Toute prudence de mise, ils pénétraient le lieu. La lumière émanait en réalité d'une flore luxuriante et abondante. L'humidité était importante, sans qu'ils ne puisse déterminé d'ou elle provenait. D’énorme champignon semblait s'entasser la, libérant une luminescence naturelle verdâtre au niveau d'énorme saccules qui semblait prêt à éclater. Un trésor pour les biologistes, un objet de fascination pour les autres.

La pièce circulaire devait faire quelques 200 m de diamètre tout au plus à ce qu'on pouvais apercevoir des murs au dessus des champignons géants. Elle exhalait une espèce de sérénité rassurante, pourtant silencieuse. Rien ne semblait pouvoir troubler ce lieu. Mais l'histoire n'en serait plus une, si quelques évènements inattendu ne venait la troublé... Un cris, long, strident, presque inhumain se fit entendre. Une créature unique, isolé. Alors qu'ils s'étaient aussitôt paré à se protéger contre la menace, une créature difforme, malade avança lamentablement vers eux. Son pas était traînant, et il manquait de trébucher à chacun de ses pas.

Malgré la corruption de ses chaires, on pouvait reconnaître la morphologie d'un Narveck, mais il était lui même couvert de ces champignons qui comblait la pièce, a plus petite échelle, mais suffisamment imposant pour le gêner dans sa démarche. Sur son dos, les mêmes saccules luisant de lumière verdâtres. Il ne les atteignit jamais, tombant au sol, s'éteignant dans un râle du même acabit que le précédant, avant que le silence vint les engloutir de nouveau.

Le groupe resta un moment interdit, comme dans l'attente d'un évènement nouveau qui ne tarda pas à se produire. Sur son dos, les sac lumineux gonflèrent comme activé par la mort de la créature, jusqu'à exploser dans un "paf" sonore. Libérant une poudre fine et luisante dans l'air. Un souffle balaya alors la pièce, et celle ci fut comme "aspirer" vers l'opposé de la pièce, avant qu'un souffle nouveau, chaud et puissant balaye la pièce dans l'autre sens, rappelant fortement la régularité d'une respiration.

Répondant comme a un signal, chaque saccule que contenait la pièce gonfla alors, explosant un par un, libérant leur spore lumineux et inconnus, et remplissant bientôt la pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Jeu 1 Nov - 14:24

La terrible descente de l'escalier venait enfin de s'achever et déjà le groupe s'empressait de s'éloigner des innombrables marches de pierre, laissant le vide qui semblait se poursuivre encore assez profondément derrière eux pour se diriger vers une nouvelle arche donnant accès à une énorme pièce.

Elle était immense, plus grande encore que l'imposant hall d'entrée, plusieurs étages au dessus d'eux. La végétation y était luxuriante, comme si la nature y avait repris ses droits, si profondément sous terre. C'était étrange. Il y régnait une sorte de bioluminiscence qui donnait un apperçu général sur la forme circulaire de la grande salle. Une sorte de jungle d'intérieur. Kurt ne pouvait qu'en apprécier la splendeur, mais par expérience, il savait que les belles choses, surtout dans ce genre d'endroits, sont souvent synonymes de grands dangers, des beautés empoisonnées.

Un nouveau bruit se fit entendre alors qu'une créature misérable, à l'apparence à peine humanoide, couverte de pustules se ruait vers eux, presque immédiatement cloué au sol par quelques gélules de plombs à têtes creuses. Kurt examina la dépouille de loin, considérant la "chose" comme contagieuse, puis son regard se porta aux alentours afin de déceler ce qui avait pu la rendre comme ça. Il se garderait bien de s'en approcher de trop près.

Il se tourna vers le scientifique en chef qui semblait littéarlement stupéfait de toutes les découvertes qu'il réalisait en même temps, non, lui ne pourrait pas lui être utile pour savoir de quoi il s'agissait. Et le gamin ? Toujours aglutiné à Ethigan tel une moule sur un rocher, c'était le plus terrifié de la troupe, sans doute avait-il reconnu un membre de sa tribut lorsque le "zombie" était apparu. La question était de savoir ce qui l'avait rendu comme ça, les plantes ? Leur contact ? Où bien est-ce que cette pyramide était bourrée d'amiante ? Ha ha...

Le groupe s'avança, devinant une autre arche dans la pénombre, faiblement éclairée dans le fond de la pièce par les couleurs exotiques des plantes. Armes en position de contact, juste au cas où d'autres "choses" se trouveraient dans les parrages. De plus près, on voyait plus clairement les plantes se mouvoir, comme sous l'effet d'une respiration, gonfler, puis se dégonfler régulièrement. Alors quoi, des plantes carnivores ? Ou peut-être même pas des plantes, juste des animaux en ayant l'apparence. Manquerait plus que ça. Le groupe progressait en colonne, se frayant un chemin vers l'arche en passant entre les plantes. Soudain, ce qui semblait être une grosse dépressurisation baleya la pièce et fit éclater la plupart des plantes, répendant des particules vertes fluorescentes dans les aires. Des spores. Fichus armes chimiques.

- A terre ! Hurla-t-il en se retournant vers le groupe, constatant que Ethigan et les mercenaires restants s'y trouvaient déjà.

Les particules étaient encore en suspension, tandis que l'air pur se trouvait au niveau du sol. L'arche se trouvait encore loin. Trop loin, et les spores descendaient déjà, donnant à Kurt l'impression qu'il s'agissait d'un énorme plafond hérissé de pics mortels. Il rampa, à la manière du fantassin, le fusil en avant, perpendiculaire au corps, et s'appuyant sur les avant-bras et se propulsant à l'aide de ses jambes, profitant du peu d'air frais qui restait en le respirant au maximum. Enfin, il termina avec une grande inspiration d'air, les spores arrivant au niveau du sol. Il tiendrait tant qu'il pourrait en apné afin de limiter au maximum l'inhalation du poison. C'est toujours dans ces situations que le temps semble s'alonger, tout comme la distance à parcourir. Il ne jeta pas un seul regard en arrière pour voir si le groupe suivait, ne pensant qu'à sa seule survie.

Ses forces s'amenuisaient alors qu'il rampait aussi vite qu'il le pouvait, forçant toujours un peu plus alors qu'il était déjà à cours d'air. Il sentait l'étau de l'étouffement s'emparer de lui, alors son corps réagit en conséquence malgré lui, expirant l'air de toutes ses forces comme s'il venait de remonter à la surface d'une étendue d'eau. Et le poison s'infiltra dans ses poumons, répendant ses toxines dans le corps du mercenaire. L'arche était toute proche. Encore quelques dizaines de mètres... Il se releva et couru, puisqu'il ne servait plus à rien de ramper, autant avancer plus vite et éviter l'essouflement. Ramper était plus fatigant que courir. Raynor franchit l'arche, retrouvant ces dalles de pierre froides si sympathique, mais il n'était pourtant pas tiré d'affaire. Les spores, le type contaminé.

C'était évident, et il se demandait maintenant combien de temps il allait tenir avant de se transformer en une créature si méprisable. Il prit appui sur un mur et toussa, fort, bruyament, alors que les autres arrivaient derrière lui. Pour la première fois depuis bien longtemps il prit peur. Pas de mourir, mais de se transformer. La mort était la destination final de chaque être vivant, à plus forte raison dans le cas des guerriers andariens qui passaient leur existence à combattre et mourir contre écus sonnants et trébuchants. Mais pour le fière guerrier qui avait survécu à tant de conflits, mourir à petit feu, empoisonné et avec cette apparence de cadavre ambulant... C'était déshonorant. Dès qu'il sentirait son corps défaillire, il mettrait fin à son existence lui même.

Son bras s'appuya sur le mur de pierre et se tendit afin de l'aider à se redresser, ils étaient encore trop près de la zone contaminée, alors il fit signe aux autres de le suivre, sans un mot, il était encore occupé à reprendre son souffle. La bioluminiscence avait disparu et les différentes lampes torches s'allumèrent, afin que les faisceaux de lumières blanches les guident dans ce noir quasitotale. Ses pas se firent plus lourds, sa démarche plus lente, sa respiration vaguement halletante. Sa main se plaqua au mur alors qu'il continuait d'avancer, la lampe fixée à la poignée garde-main de son fusil pointée vers l'avant. Le chemin formait une longue allée dont le fond n'était pas visible, et dont les murs avaient été taillés de la même manière que ceux du hall d'entrée, montrant des scènes macabres d'une énorme créature assise sur un trone de cranes et d'ossements, des narveks prosternés tout autour de lui. Parfois, des statues aux allures de divinités égyptiennes se trouvaient dans des encastrements de murs.

Le couloir donnait sur une nouvelle grande salle, un grand rayon de soleil était visible, cinquante mètres plus loin et descendait verticalement depuis le sommet de la pyramide sur un autel positionné en haut de quelques marches. Plus loin derrière l'autel une autre arche, bien plus grande cette fois-ci, près de dix mètres de haut, dominaitle reste de la pièce et prennait presque l'ensemble de la surface du mur du fond. Les murs à présent espacés d'une vingtaine de mètres étaient toujours ornés de ces sculptures mauvaises, tandis que le passage menant aux marches était totalement libre. Le groupe était déjà avancé d'une dizaine de mètres et Kurt avait un mauvais préssentiment. Trop tard, un bruit creux et résonant se fit entendre, tout près.

Une dalle s'enfonça sous le pied d'un des scientifique, et l'enfer se déchaina. Une énorme flèche fut tirée hors du mur, soulevant une quantité folle de poussière et de toiles d'araignées qui empala le scientifique sur place et le projeta avec fracas plus loin. Mais c'était loin d'être fini pour les infortunés qui restait, des dizaines de flèches plus petites étaient tirés d'un mur à l'autre, et l'un des mercenaires hurla de courir. Comme un seul homme le groupe se dirigea vers les marches, et le long du chemin des trappes s'ouvrirent. L'un des mercenaires tomba dans l'une d'elle et ses cris se stoppèrent net quand il attérit brutalement sur les pieux au fond.

Kurt courrait aux côtés d'Ethigan, du gamin et d'un autre scientifique lorsqu'il sentit le sol s'affaisser sous ses pieds. Il eut juste le temps de pousser la jeune femme d'un coup de bras avant que les dalles ne cèdent et que Kurt ne tombe dans la fosse avec le scientifique. Mais contrairement à ce à quoi il s'attendait, le fond ne fut pas parsemé de pieux affutés, au lieu de cela son corps heurta la pierre froide et dévala le long d'une longue pente fortement incliné et les deux hommes glissèrent à grande vitesse sur une distance qu'il lui fut impossible d'estimer. Kurt lacha son fusil dans sa chute et il vit la lumière de sa lampe disparaitre plus loin en bas, la rampe étant surement coudée. Effet du poison où mauvais coup sur la tête, Kurt perdit connaissance alors que son corps, inerte, continuait sa glissade inexorable...

Plus haut, bien plus haut il ne restait plus qu'Ethigan, le chef des scientifique, l'enfant narvek et un dernier mercenaire. Alors que les survivants arrivaient au niveau des marches, ils purent voir posé sur l'autel, au milieu du halo de lumière, un coutelas en or et inscrusté de turquoises. Le groupe est maintenant séparé et cherche à se rassembler, mais que sont ces bruits sourds, au loin ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Sam 3 Nov - 13:11
Un vent de panique. Elle senti le Narveck qu'elle tenait contre elle lui échappé, essayant d'une main de le retenir avant de le voir glissé au sol. Immédiatement elle l'imita, alors que partout autour éclatait les saccules qui libérait dans l'air cet odieux poison. Sa main glissa sur sa bouche, tentant vainement de filtrer l'air qui y rentrerais. Elle n'avait rien pour se couvrir le visage, rien a proximité en tout cas. Le gamin avait glissé en avant, et mué par un instinct de survit, elle l'avait suivit.

Des survivants, elle fut la seconde a sortir de la pièce, de peu précédé par le Narveck. Elle toussa violemment, comme si ses poumons étaient encrasser, comme si ces poussières amalgamés étaient devenue collante. Elle vit un autre homme vomir ses tripes et se rependre sur le sol le contenu de son estomac, anormalement sanguinolent, éclairé par la bioluminescence des spores qui s'y étaient mêler. Mieux valait sans doute que ce soit dehors que dedans...

Ils partageaient tous une même vision d'horreur, celle de la créature méprisable qui s'était écrouler devant eux. Et chacun d'eux pouvais en cet instant se demander a quoi ressemblerait les premiers symptômes... Combien de temps avant que le poison n'investissent leurs veines et ne les tuent? Existait il seulement un remède a cette fin? Il fallait y croire...

Raynor, l'air épuisé leur fit signe d'avancer. La fatigue, le questionnement était visible sur ses traits, appuyer comme il l'était contre le mur, pesant un peu plus sur leur moral. Thais renifla bruyamment avant de cracher au sol quelques mucus peu appétissant. Ce serait ça de moins dans ses poumons. Poussant devant elle le gamin, elle pris la suite du convoi.

La pièce ressemblait a celle de l'un de ces films terrien oubliés depuis longtemps, un lieu de mystère, souvent remplit de piège. Mais les instants précédent leur avait fait oublié la prudence, ils étaient pressé, le temps leur était compté. Un faux pas, et ce fut le drame. Thais vu les oreilles du Narveck basculer en arrière, comme par crainte et les enfers se déchaînaient de nouveau.
Un cris, et les voila de nouveau en pleine course, accélérant leur rythme cardiaque et avec lui la progression du poison. Un piège parfait qui s'ils survivaient à celui déclencher, les brûlerait a petit feu.

Thais attrapa le poignet du gamin, le tirant dans sa course alors que ses petites jambes manquaient de vitesse. Il lui sembla l'espace d'un instant que le sol devenait meuble, quand un coup la fit roulé au sol, l'éloignant de la dalle qui s'affaissait. Elle roula au sol, s'arrêtant net devant un pic qui manqua de lui traverser le corps, lançant un regard en arrière pour voir le Capitaine disparaître dans le gouffre. Elle se mordit l’intérieur de la bouche. Pas le temps pour lui... le Narveck avait déjà rejoint l'autel, sous lequel il s'était glissé, se cachant, à l'abris manifestement. Elle se releva, et le rejoignit prestement bientôt rejoint par un dernier mercenaire et le scientifique en chef.

Ils étaient tout les quatre la... Seuls. Haletant. Les derniers. Le silence revint peu à peu dans la sale. Le déchaînement était terminé. Quatre survivant... Voila qui faisait peu... A la lumière du jour, qui tombait en cascade sur l'autel, les hommes purent constaté la présence d'ossement, et le marbre, ou du moins ce qui y ressemblait avait été imprégner de plusieurs centaines d'années de sacrifice et de sang. Thais déglutit. Cela n'augurait rien de bon. Et ils n'avaient plus de chef.

    "Bougez pas..."


A en voir l'état du couloir, les pièges derrières eux s'étaient tous déclenchés. Arme au point, éclairé par sa torche, elle avança avec une prudence exacerber, éclairé par sa seule torche. Elle contourna le cadavre d'un des hommes duquel s'échappait encore du sang, pour retrouver la dalle qui s'était affaissé, elle s'y accroupie, en visant le fond avec sa lampe, sans rien y voir. Impossible de dire si Raynor était mort.

    "Il y a quelqu'un en bas? Vous êtes blesser?!"


Question stupide. S'ils avaient chuter, ils étaient évidement blesser au vu de la taille du précipice. Quoique la pente pouvais les préserver de la mort avec un peu de chance. N'y voyant rien, Thais craqua un bâtonnet qui émis alors une lumière verdâtre, avant de le lancer dans le trou. Celui-ci chuta longuement, avant de disparaître de sa vu. Elle serra les dents, se releva et fit demi tour. Ils ne pouvaient comptez que sur eux même.

"
    Nous sommes seuls. Alors tachons de rester souder si nous voulons sortir d'ici en vie..."


Elle se tourna un instant, observant leurs possibilités. Le puits dans la structure était bien trop haut pour être atteint. Ils n'y parviendrait jamais... Et cette grande arches... un pas vers d'autre difficultés plus grande sans aucun doute... Le haussement de voix derrière elle la tira de ses songes, le mercenaire semblait menacer le scientifique qui avait l'air de cacher quelque chose.

    "Qu'est-ce qu'il se passe?"

    "Rien rien... Je... Cet homme est devenu fou!"

    "Il nous cache quelque chose! Il est contaminé! Il faut le tuer!"


Le mercenaire avait attraper le scientifique, lui tenant le crane d'une main, lui arrachant le col de l'autre, laissant apparaître clairement dans son cou la naissance de ce qui ressemblait aux pustules empoisonnés.

    "Non non! Otez vous sales pattes de la! Ne me touchez pas."


Le mercenaire le relâcha, mais dégaina son arme qu'il pointait sur lui. Thais s'interposa alors, plaçant une main devant le scientifique pour le faire reculer.

    "Range ça! On ne tue personne maintenant."

    "De quel droit est-ce que tu me donne des ordres?! Je ne veux pas crever a cause de lui!"


C'était le risque... Le chef disparut, l'unité était rompu. Chacun pouvait prétendre au commandement et faisait valoir son droit. Si elle ne parvenait pas a imposer une unité, ce n'était même pas la peine d'essayer d'en sortir. Le regard fixe, sans aucune hésitation, elle avança sur le mercenaire et posa une main sur son arme. Il recula d'un pas, mais la laissa faire, se demandant sans doute ce qu'elle allait faire, dire. Avec douceur mais fermeté, elle lui enleva l'arme des mains.

    "Parfois, la force prime sur le droit."


Sans qu'il ne s'y attende, elle lui envoya la crosse de son arme dans la figure et il tomba au sol. Elle épaula alors l'arme et le visa.

    "Tu obéit, ou tu meurt."

    "Hey! Déconne pas!"


Il recula légèrement sur ses avants bras, elle visa alors un peu plus bas et tira, dans pierre juste en dessous de son corps, alors que les petits éclats dégagé lui retombèrent dessus.

    "Est-ce que j'ai l'air de déconner? Je n'ai pas plus envi que toi de crever ici, mais le scientifique peu encore nous servir. Des gens sont prêt à payer pour le récupérer lui et ses découvertes. Si nous sortons d'ici sans lui, nous ne sommes rien, et personne ne viendra nous chercher."


Il resta silencieux, comme prenant conscience que leur vie ne tenait qu'à un fil. Elle relâcha l'arme, et la lui rendit.

    "Merci..."

    "Je ne le fait pas pour vous. Debarassez vous de tout ce qui peut nous encombrer. Nourriture y compris, ne gardez que les équipements de survit et les munitions. J'espère que vous savez tirez Monsieur, car a partir de maintenant, plus personne ne vous protège."

    "Mais mais... Si nous n'avons plus de nourriture, comment voulez vous que l'on survive?!"


Elle le regarda de haut en bas, avec un air froid, celui d'un homme qui examine un cadavre en devenir.

    "Votre état nous donne un aperçut de ce qu'il va nous arrivez a tous... Croyez moi. Si nous ne sortons pas d'ici rapidement... Vous serez mort bien avant d'avoir faim. En route."


Une fois le tri de leur affaires faites, les survivants s'enfoncèrent un peu plus profondément dans le temple, prêt a franchir cette gigantesque arche qui les dominait, et a affronter ce qui viendrait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Lun 19 Nov - 11:49

Un courant d'air glacé soufflait à travers l'étroit couloir. La température était basse, et il y faisait très humide. La condensation avait enduit les parois des murs de pierre de multitudes de gouttelettes d'eau. Peut-être qu'un cour d'eau souterrain passait tout près. La seule lumière provenait de l'unique lampe fixée au fusil qui avait dévalé la longue pente avec son propriétaire.

Une autre lumière, non visible cette fois-ci, luttait péniblement pour ne pas s'éteindre. Dans un piteux état, le corps presque inerte du légendaire guerrier d'Andaris gisait parmi les gravats et les pierres qui avaient cédées sous ses pas et l'avait précipité si bas. Lointains, de faibles échos de voix transportés par le vent étaient comme des appels maudits venus d'outre-tombe. Peut-être les fantômes des anciennes victimes du temple. Qui sait. Peut-être ses propres victimes à lui.

Un peu de compagnie... Décida le mourant.

Il lui sembla entendre l'une d'elle demander ce qui s'était passé, du moins, c'est ce qu'il crut entendre. Et il faillit éclater de rire, si sa mâchoire, ses muscles et son corps ne lui faisaient pas si mal. Les morts n'étaient pas censés tout savoir ? C'est peut-être ce qui réanima l'esprit de Raynor. Il avait mal au crane. Enfin, il avait mal partout, mais surtout au crane. Un filet de sang coulait le long de sa tempe droite. Sans doute avait-il heurté quelque chose durant sa longue chute ou au moment de l'impacte. Il avait froid. Il ignorait combien de temps il était resté inconscient, mais l'inactivité de son corps et la température l'avaient considérablement refroidis.

Il avait la lumière de la lampe fixée au fusil d'assaut pointée sur le visage, ci bien que quand il essaya d'ouvrir les yeux il fût presque aveuglé par la lumière blanche. Il grimaça. Chercha à tâtons le bout du canon, finit par le heurter du bout des doigts et l'écarta de la trajectoire de sa tête. Il essaya de se relever, mais ses muscles étaient tous endoloris, il poussa un grognement plaintif, comme un vieux loup blessé et prit dans un piège. Son treillis camouflé avait été mis à rude épreuve également. Déchire sur les manches, les cuisses, et même à certains endroits du torse et du dos, découvrant à certains endroits sa peau écorchée et ensanglantée. Le camouflage normalement aux tons boisés s'était recouvert par endroit de pourpre.

Ses yeux se rouvrirent, difficilement. Il vit un autre corps près de lui et se souvint qu'un des scientifiques l'avait précédé dans sa chute. Peinant, il rampa. Se traina, plutôt. Il parvint à rejoindre l'autre homme, le secoua, tenta de le retourner, et finit par découvrir le cou du scientifique plié dans un angle anormal. Pour un vivant. Kurt se laissa tomber à côté de lui. Le temps de récupérer, par plus, il s'en fit la promesse. Se trainant une nouvelle fois, il alla s'adosser contre le mur à côté du cadavre, attrapant son fusil par le bout de sa sangle. Sa crosse en alliage métallique était légèrement pliée, tordue suite à un violent impact lors de sa chute.

Il faudra la remplacer en rentrant...

Il rit cette fois-ci, sombrement, entre deux quintes de toux qui lui rappelèrent quel destin funeste l'attendait. Au fond, pourquoi continuait-il de se battre ? A quoi bon résister... Il pourrait se tirer une balle dans la tête là, tout de suite. Mais il avait dans son âme et dans ses gènes cet honneur glorieux qui lui interdisait de mourir lâchement. Il devait mourir de la main d'un autre. Tel était la règle des gens de son peuple. Sa main se posa sur sa gourde et il en but de grandes gorgées d'eau, qui déborda de sa bouche et coula le long de son cou et se perdit sur son torse.

Kurt soupira, rangeant sa gourde. Non, il n'allait pas se laisser crever ici sans rien faire, en attendant la fin comme un vieillard sur son rockingchair. Rassemblant toutes ses forces, prenant pleinement conscience de l'étendue de la douleur contenue dans son corps, il s'appuya sur son fusil et se releva. Chaque pas se fit plus difficile que le précédent, mais il continua, machinalement, à avancer le long du couloir. Il décida de s'aider en s'appuyant au mur. Le plafond était bas, ce qui l'obligea en plus à se courber en avant. Au loin des bruits visqueux et insectoïdes se faisaient entendre. Son fusil se faisait lourd, et bien que compact, il serait difficilement maniable dans cet espace confiné, ci-bien qu'il en éteignit la lampe et passa le fusil dans son dos, s'armant de l'un de ses USP dont il alluma sa lampe tactique. Il s'approchait, encore. Les bruits se faisaient plis distincts. Il décida d'éteindre la lampe. Et d'avancer plus doucement.

La nouvelle pièce compléta de lui glacer le sang. Des toiles d'araignées, partout, sur le sol, les murs, au beau milieu de la pièce...
Un énorme pan de toile obstruait d'ailleurs la moitié de l'entrée. Le long des murs, on y distinguait parfois les cadavres d'hommes, humais ou narveks, et de gros animaux, férocement entravés dans les fils blancs. Mais le pire était les dizaines d'araignées endormies un peu partout. Les mêmes que celle qu'ils avaient trouvé dans la jungle, et avait causé le premier mort du groupe. Mais celles-ci était beaucoup plus grosses... ! Passer ici serait difficile, mais c'était le seul chemin. Un nouvelle arche était visible au fond. Il hésita, mais finalement, mourir dévoré par de grosses araignées semblait être un mort plus acceptable que celle d'être transformé en zombie ambulant. Il s'infiltra dans l'antichambre, marchant avec précaution, évitant les ossements, les coquilles d’œufs éclos, utilisant le pas de sécurité apprit il y a bien longtemps dans l'armée. Il aurait pu en rire une nouvelle fois, à l'époque, ce n'était que de gentilles petites branches mortes dans la foret qu'il s'échinait à éviter, pour que son instructeur de combat ne l'entende pas s'approcher tandis qu'il contournait sa position pour le prendre à revers... Les choses avait bien changées, en presque vingt ans.

Mais en bon professionnel il savait qu'il serait dangereux de laisser une menace derrière lui, même si ces choses allaient avoir sa peau, il restait peut-être encore des survivants, bien plus haute, dans le temps. A moins qu'ils n'aient déjà été tués par d'autres pièges durant le temps de son inconscience. Difficile de dire combien de temps cela avait duré. Il n'avait aucune grenade incendiaire. Deux grenades défensives et une claymore, mais ces explosifs là avait un potentiel de fragmentation, pas de combustion. Il avait en revanche un briquet, dont il se servait uniquement pour allumer le kit de chauffage de sa ration. Ça pourrait faire l'affaire. Détectant du mouvement, il s'arrêta net et se mit à genoux, se forçant à ne pas faire de bruit lorsque la douleur se fit sentir sans ses cuisses lors de l'action. Une grosse araignée passa devant lui, allant d'un bout à l'autre de la pièce. Elle ne le vit pas. Pas celle là en tout cas. Celles qui le virent, ce furent les cinq araignées, encore plus grosses qui descendaient en rappel avec leurs fils depuis le plafond, droit sur lui. Kurt serra les dents, l'une d'elles était tout proche et son unique réflexe fut de lui décocher une balle. Sa présence était révélée, il lui fallait donc se tailler au plus vite. Des dizaines d'araignées descendirent le long du mur et grouillèrent sur le sol dans sa direction. Il courut, difficilement, il n'irait pas bien loin. Il tira, tout ce qu'il put. Tout pour contenir l'avancée des créatures. Tout juste assez pour rejoindre l'arche au fond et chercher frénétiquement le briquet dans la poche, tout en tirant. Où était ce putain de briquet ?!!

Il le trouva au fond d'une des poche de son gilet tactique; pas le temps de pousser un soupire de soulagement, il donna deux coups de molette et lança le briquet sur une toile qui prit feu immédiatement, transformant la pièce en un énorme brasier. Il reprit sa course, entendant derrière lui des hurlements plaintifs et suraigus, inhumains c'était sur. Il boitait légèrement, mais sa cadence était bonne, il rejoignit le bout du tunnel avant que la fumée de son feu de joie ne l'ait dépassé. Il dut abattre trois araignées de moindre taille qui s'étaient enfuis avec lui, mais ce fut tout. Il poussa enfin son soupire de soulagement.

Il restait encore du chemin à faire avant de remonter. Sa route n'était pas fini.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Mar 20 Nov - 21:04
Thais ressentait une faible gène respiratoire, mais ce n'était rien comparé a ce qu'avaient l'air de souffrir ses deux compagnons. Marchant pour rejoindre l'arche, le mercenaire avait été pris d'une lourde quinte de toux, effrayante, avant de cracher au sol l'un de ces glaires devenus presque phosphorescente, tant charger de spore qu'ils étaient. Et elle lut dans son regard, alors qu'il tentait de le cacher, qu'il était déjà condamné. Quant était il d'elle même? Cela n'aurait sut tardé... A moins que pour une fois, sa constitution, l'as et le réactif ne la protège de cette infection pour le moins virulente... Pour combien de temps encore?

Et comment la créature avait put survivre aussi longtemps? A peine une heure après contamination, ils n'étaient déjà plus que l'ombre d'eux même, tandis que le Narveck avait l'air d'avoir vécu des semaines ici. Leur nature? ou bien autre chose. Ils se dépensaient, étaient soumis a de violent stress, il était sans doute possible que l'accroissement de le rythme cardiaque ai contribuer à propager le poison. Se calmer... Il fallait se calmer...

Alors qu'ils avançaient, il lui sembla entendre comme un râle, distant et ponctuer de son gutturaux. Elle en frissonna avant de pousser les autres à avancer. Étrangement, le sol à proximité de l'arche lui sembla plus chaud. Comme si un quelconque brasier se nourrissait du coeur même de la pierre, sans doute y avait-il a quelques profondeur la source de cette chaleur. L'air se fit plus humide, et il lui sembla alors que cet environnement était propice pour toute sorte de créature troglodyte. Elle se raidit en pensant aux peintures qui avaient été tracé dans le premier hall. Les hommes qu'ils y avaient laissé étaient ils encore vivant? Ils pourraient peut être les aider... Ils avaient échappé a leur tourment, et a cette contamination qui les pourrissait littéralement de l’intérieur.

Ils avancèrent, regagnant peu à peu l'ombre alors qu'ils s'éloignaient du puits de lumière, se retrouvant brusquement aveugle, allumant leur lampe tactique. Il fallut qu'elle se rapproche du scientifique, pour éclairé sa lanterne, alors qu'il était incapable en ce qui concernait le maniement du petit bijoux entre ses mains. Ses yeux mirent quelques instants a s'habituer à la pénombre. Quelques raies de lumière filtrait du plafond, mais quelque chose, a contre jour bouchait la plupart des interstices, sans qu'elle puisse parvenir à déterminé quoi.

L'air avait ici quelque chose de vicié, jamais aérer sans doute... La pièce s’avéra circulaire, a l'instar de celle qui les avait empoisonné, mais du sol s'élevait d'immense colonne sur lesquelles le poids du bâtiment avait l'air de reposé. Sur la droite, une d'entre elle s'était partiellement écroulé et un éboulis de pierre s'était écrasé avec elle, formant un promontoire qui, bien que dans un équilibre précaire, montais vers la voûte. De fines volutes de poussières tombaient parfois, sans qu'il soit possible d'établir leur provenance.

Dans un pas silencieux, sur leur gardes ils avancèrent. Un silence mortel les entourait, a croire que l'ambiance qui régnait dans ce lieu avait frigorifier les occupants jusqu'aux tréfonds de leurs âme, en oubliant même la toux qui les prenait quelques instants auparavant. C'est alors que le scientifique, plus occupé a levé les yeux vers la voûte qu'à surveiller ses pieds trébucha sur l'une des pierres qui avait roulé au sol, s'étalant dans un vacarme qui leur parut assourdissant.

Le temps de le relevé, un étrange bruit se fit entendre, figeant tout les membres dans un silence complet. Rien. Ils avaient dût rêver. Thais leur fit signe, d'un doigt sur la bouche de se taire. Un mouvement dans l'ombre qu'elle n'avait capté que du coin de l'oeil. Ils n'étaient pas seul. Le petit narveck avait disparut. Elle le chercha du regard en vain, tant pis pour elle...

Elle coupa sa torche, non pas qu'elle fut désireuse de se retrouver dans le noir, mais voir signifiait aussi être vu. Tout le monde n'en fit pas de même. Un mouvement maladroit, et le faisceau lumineux révéla le monstre qui les dominait. Terrifiante statue de pierre, mais sans mouvement néanmoins. La tension qui était subitement monté se détendit légèrement. Mais ce fut sans compté sur la malédiction qui s'était abattu sur cette expédition depuis son départ...

Un souffle chaud glaça paradoxalement Thais. Quelques bruits gluants, dégoulinant, et elle senti alors coulé sur le coté de son visage et la base de son cou une texture gélatineuse et collante ressemblant fortement à de la bave. Elle déglutie avec difficulté, ses muscles contractés, mais se forçant à tenir immobile. Elle se retourna avec une lenteur exagérer. Cette tête immense était la, ne la surplombant de peu. Elle en voyait les reflets par la lumière qui filtrait maigrement du plafond. Un nouveau souffle, à la puanteur extrême manqua de lui faire rendre ses tripes.

Que faire face à un monstre pareil? Ils l'avaient trouvé. Akhanor. Un cris, perçant, inhumain leur arracha les oreilles. Le monstre s'illumina alors, comme si de faible courant électrique le parcourait, partant de ses yeux et parcourant son corps, des stries d'une lumière bleu dessinèrent dans la pénombre son contour. Le coup fut fulgurant, et la fit traversé l'espace en une fraction de seconde la broyant pour partie. La réception contre le mur acheva son oeuvre, la laissant sur le sol, immobile et inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Mer 21 Nov - 13:41

Il était dans un foutu dédale de couloirs. Comme si quelqu'un avait prévu qu'on vienne s'y perdre si on survivait par miracle aux araignées. Bon, l'histoire avait démontré qu'il était possible de les franchir puisque Kurt venait de le faire, mais un homme normal n'aurait peut-être pas pu. Tous le monde ne naissait pas guerrier. Il était seul. Perdu dans ce foutu temple. De l'ombre devant, de l'ombre derrière. Des murs grisâtres sur les côtés. Et rien pour lui indiquer la sortie. Raynor s'arrêta un moment, s'adossant à un mur pour reprendre son souffle. Il toussa plusieurs fois, cracha au sol une substance gluante qu'il préféra ne pas regarder. Il tenta de se consoler en se disant que si il survivait, il réclamerait une prime substantielle à Erik sur le contrat de mission passé avec les scientifiques. De quoi se payer une bouteille de whisky suffisamment vieillie pour qu'elle mérite l’intérêt du palet de Kurt.

Sa respiration se fit plus longue, plus profonde. Il ferma les yeux quelques instants, les rouvrit et décida de faire un check de ses munitions au cas où il croiserait d'autres nuisibles. Deux chargeurs de trente cartouches pour le M-14 EBR, trois chargeur de quinze pour ses deux USP. Il n'avait utilisé qu'un seul chargeur de pistolet, sur les araignées, mais avait en revanche pas mal puisé dans les ressources du fusil. Il le garderait donc en cas de secours. De toute façon, il devenait un poil trop lourd à épauler, maintenant. Il se redressa, reprenant sa route. Il tendit l'oreille dans l'espoir de capter un son qui pourrait le guider, mais ne percevait que le son de sa propre respiration et de ses pas.

De la vapeur s'échappait de sa bouche quand il respirait, il faisait vraiment très frais. Il toussa à nouveau. Kurt en venait à regretter de ne pas avoir mis son armure andarienne, oh elle aurait été beaucoup plus lourde à porter que son treillis, mais au moins il aurait été à l'abri des intempéries. Et son casque de combat l'aurait protégé des spores qui avait contaminé l'équipe...
Kurt cessa d'y penser. Trop tard pour changer les choses, mais encore temps de les rattraper. Son pas s'accéléra dans le dédale, il ne savait toujours pas où aller, mais il trouverait, c'était une certitude. Des son étouffés, à peine audibles se firent entendre au fond de l'un des couloirs, et sans chercher à savoir de quoi il s'agissait il s'y dirigea. Un nouvel élément ne pouvait signifier qu'une avancée vers la sortie.

Sa lampe, et donc son arme aussi, se braqua dans vers la source du bruit et quelques formes humanoïdes s'y firent entrevoir dans l'ombre. Les silhouettes se rapprochèrent de la source de la lumière. Zombies... Des humains, des narveks. Kurt en vint à se demander combien d'humains avaient déniché cet endroit... Du moins, rien qu'un instant, avant qu'il n'ouvre le feu. Sa priorité était d'économiser ses munitions, aussi ne tirait-il qu'à coup sur, dans la tête. Le chemin se dégageait peu à peu des créatures, Kurt avança, tout en tirant, atteignant les premiers cadavres au sol. Il passa par dessus afin de progresser, une main pourrie agrippa son pied, Kurt écrasa sa lourde rangers sur le crane du zombie qui éclata et fit gicler sang et cervelle sur ses bottes et le bas de son treillis. Pendant ce temps un zombie s'était rangé derrière lui et tenta de le ceinturer. Vif mouvement des épaules et des hanches, il fit basculer le zombie devant lui et lui assena une cartouche en pleine poitrine avant de se précipiter en avant, d'autres zombies arrivaient. Il tira peu, mais tira bien. Fit tomber quelques corps, mais pas assez. Il était épuisé, la lutte devenait de plus en plus difficile, et toujours cette toux...

Il courut, sa jambe légèrement boiteuse devenant très douloureuse, mais qu'importait. Il déboucha sur un pont fait de cordes et de planches pour marcher dessus, en dessous, un nouveau vide, au dessus un ciel ouvert. Sur le côté gauche de l'eau tombait en cascade, sortant d'une ouverture dans la roche, et à droite un mur. La pièce était à nouveau de forme circulaire. Le pont devait être long d'une dizaine de mètres et on y voyait une sortie au bout, hélas barrée par de nouveaux contaminés. Bon sang mais combien y en avait-t-il ?! Il tira mais les zombies affluaient toujours plus, et ceux derrière lui semblaient l'avoir rattrapés, et commençaient à investir le pont des deux côtés. Il était fini. Ou peut-être pas !

Sortant son long couteau de combat terrien, il taillada les cordes d'appuis sur les côtés et qui maintenant le pont droit et en équilibre. Le mouvement et le poids de tous les hommes rompit la stabilité du pont qui céda sous leurs pieds. Kurt, seul personne encore consciente, eut juste assez de temps pour s'accrocher de toutes ses forces qui lui restaient à une des planches en dessous de lui. Son morceau de pont se balança contre la paroi du mur avec un impact violent et les cadavres tombèrent au dessus de lui, précipité dans le vide. L'un d'eux tomba sur lui et le fit descendre encore un peu plus, ses jambes étaient dans le vide et il tenait difficilement sa prise sur les planches anciennes et humides. Il planta son couteau dans le mur, entre deux blocs de pierre et s'en servit d'appuis pour remonter alors que d'autres cadavres tombaient encore des deux côtés, sentant l'odeur du sang et de la chair encore vivante. Il se plaça le plus possible sur le côté du pont afin d'éviter les chutes de zombies qui commençaient à se faire moins fréquentes. Pour l'instant. Il en profita, utilisant toujours son couteau comme appui pour grimper jusqu'en haut. Ce fut quand il arriva en haut que l'effort fut le plus dur. Pour se hisser sur la plateforme. A plat ventre sur la pierre, il prit un moment pour reprendre son souffle et des forces; essayant aussi de détecter à travers toute sa douleur, si il n'avait pas été griffé ou mordu par l'une de ces choses durant l'affrontement. Pour avoir vu pas mal de films, il ne savait que trop bien ce qui arrivait dans ces cas là, même si avec les toxines qu'il avait inhalé il était déjà fichu. Une nouvelle quinte de toux, et la nouvelle surprise fut les quelques goutes de sang qui sortirent de sa bouche et tombèrent sur le sol. La fin était proche, mais tant qu'il lui resterait un minimum de lucidité, il continuerait.

De nouveaux grognements se firent entendre et déjà les ombres des zombies se firent deviner. Plus beaucoup de cartouches. Il termina son chargeur actuel sur les premières têtes qu'il vit et épaula son fusil, afin de vider les deux chargeurs qu'il lui restait encore pour éliminer le plus d'ennemis possible. Son fusil était maintenant vide. Que choisir maintenant, entre le vide derrière lui, ou les monstres devant...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Jeu 22 Nov - 18:53
Un bourdonnement sourd raisonnait à ses oreilles, suivit d'un sifflement, sa vision troublée. Que s'était il passé? Ou étaient ils? Elle sentit la douleur dans ses muscles avant de prendre conscience qu'elle était au sol. Une sensation désagréable au niveau de son cou, cela la brûlait, elle y porta avec lenteur la main qui entra en contact avec le liquide visqueux dont l'avait recouvert le monstre. Une moue de dégoût, elle l'essuya, en retirant le plus gros, espérant qu'elle ne serait pas plus corrosive qu'elle ne l'avait déjà été.

Oui... C'était ça, le monstre. Le monstre s'était tenue juste derrière elle, relâchant sa bave comme s'il n'avait jamais eut si bon appétit. Ou était il d'ailleurs? Depuis combien de temps était elle la? Elle voyait flou, et dans la pénombre, peinait a déterminé ce qu'il se passait. Un mouvement brusque la fit sursauté, alors qu'une giclée de liquide chaud le fouetta le visage sa main l'essuya, du sang. Le corps du mercenaire s'était déchiré aussi facilement qu'une feuille de papier, une fois que la créature l'eut saisit entre ses griffes, mortelles.

Un cri, humanoïde cette fois la rappela a la réalité, elle chercha sa provenance des yeux et du levé la tête, apercevant le petit Narveck, juché sur le promontoire qu'avait formé la pierre, lui faisant de grands signes. Il tachait de la prévenir. Quelques secondes, et un coup fracassant fit tremblé le sol, a moitié relevé, elle retomba, se protégeant la tête, alors que la queue du monstre dans le mur la surplombant avait fait tombé plusieurs pierre qui par chance, ne lui atterrirent pas dessus.

Une fois le tremblement passé, elle se remis sur pied tant bien que mal. Seule l'adrénaline qui courrait dans ses veines la gardait encore debout. Le feu de l'action. Le Narveck avait de nouveau disparut, sans doute avait il trouvé refuge dans une quelconque cavité, oubliant la mort certaine à terme, au profit de la survit de l'instant, elle s'élança pour rejoindre les éboulis, sautant sur les premières pierres d'un grand bon, puis les escaladant en faisant fit de ses mains qu'elles tailladaient. Certaines pierres, non fixé, se dérobèrent sous ses pieds, la voyant glisser l'espace d'un instant, se réceptionné durement et reprendre son ascension.

La bête hurla de nouveau, éclairant l'espace de sa luminescence, juste assez pour voir le scientifique, en bas. Sa prochaine fois. Il ne devait pas mourir. Elle serra les dents, alors qu'il hurlait de peur. Une espèce de boule s'était formée dans son ventre, désagréable mélange d'angoisse et d'énergie.

    "Hey!!"


Le monstre l'entendrait il seulement. Il lui sembla a cette instant, que c'était plus pour lui donner du courage qu'elle avait crier, que pour faire diversion. Le monstre continua d'avancer sur le scientifique, qui lui avait levé les yeux vers elle comme vers une porte de sortie. Thais s’agrippa fermement a ce qu'elle pouvait et concentra son énergie. La détonation puissante créer le vit frémir. Elle le repoussa, le déstabilisant violemment au point qu'il en titube, et se rattrape lourdement contre les colonnes qui leur faisait face. L'impact sembla faire tremblé la pièce entière.

Un instant de répis, elle fit signe au scientifique de le rejoindre. La bête sonnée, ne resta cependant pas longtemps inactive. Un nouveau cris, cette fois, teinté de rage retenti, alors que la lumière sur son dos semblait formé des ondulations de frustration et se teinté de sombre, à la manière des poissons terrestres communiquant par ce code de chatoiement. Il s'approcha vivement de leur position, et Thais fit en sorte de mettre entre eux et lui la colonne. L'architecture de la pièce, et sa taille disproportionné l’empêchait d’accéder a leur corps.

La tête passa un bref instant, mais se heurta au mur en face sans pouvoir les atteindre, de même que les pattes hideuses. Thais s’agrippait fermement, le temps de réfléchir a la marche a suivre, alors qu'ils profitaient d'un faible moment. La créature ne tarderait pas a les faire tombés, chaque assaut faisaient dégringoler sous leur pied les amas de pierre, et bientôt, comprenant que la se trouvait le moyen de déloger les intrus, elle chargea sur la colonne massive, dans l'attendre que l'onde de choc les éjecte.

Elle chercha du regard, et soudain, aperçut en hauteur par rapport a eux une crevasse, le petit Narveck s'y tenait lui faisant signe. Ici les pattes disproportionnés du monstre ne pourrait pas les atteindre pour un temps du moins. Elle aida le scientifique a grimpe avant d'elle même tenter l'ascension. Un nouveau coup, et le sol se déroba sous ses pas. Elle eut a peine le temps de sauter, s'accrochant aux rebords de la crevasse, alors que la colonne s'écroulait.

Le scientifique et le Narveck la retenait, tentant de la hisser avec eux. Mais désormais, plus rien de la séparait du monstre alors que son corps pendait dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Ven 23 Nov - 13:02

L'agitation battait son comble dans la grande pièce alors que la créature, source de crainte collective pour toutes les tributs narveks, et finalement véritable menace, s'était enfin révélée. Gigantesque, hideuse, mais terriblement puissante. Akhanor le fléau de narvek, devant lequel les derniers survivants de l'équipe n'avaient eut d'autre choix que de clamer à l'unisson "courage fuyons !". Mais il n'y avait aucune honte à ça. Alors que le scientifique et le gosse tenaient Ethigan suspendu comme un asticot à un hameçon, attendant de se faire gober par un énorme requin, ce dernier approchait. Inéluctablement. Ses énormes griffes seraient bientôt à portée, passeraient entre les colonnes et se saisirait d'elle.

Une détonation retentit depuis le fond de la pièce. On put y distinguer entre deux colonnes, dans un faisceau de lumière, le corps ensanglanté d'un mercenaire qui s'était déjà sentit mieux. Un fusil en bandoulière donc la crosse couverte de sang était encore bien plus tordue qu'après sa terrible chute, une couteau de combat dans la main gauche couvert lui aussi de sang, qui remontait presque jusqu'au niveau du coude, et un pistolet dans la main droite qui venait de tirer sa dernière cartouche. La cartouche de l'ultime échappatoire, la balle finale, comme on disait à l'armée. Akhanor se retourna. La balle avait du se planter quelque part dans son imposante masse musculaire, et à part lui avoir provoqué un picotement, n'avait fait qu'attirer son attention sur l'homme, le Capitaine Kurt Raynor, guerrier andarien de l'ombre, mercenaire solitaire à bord du MA-85, et futur mort inutile.

Il rengaina son pistolet et son poignard, qui ne lui seraient plus d'aucun secours ici, alors que le monstre avait changé de cible. Elle était presque au centre de la pièce quand Kurt se saisit de l'une de ses dernière grenade défensive et la lança devant lui, dégoupillée. Rapidement, il se plaqua dos à une colonne à sa droite alors que la grenade sauta, projetant sa centaine de fragments dans toutes les directions, avec bien plus de forces qu'une arme à feu. Le cri caverneux d'Akhanor lui signifia que ça au moins avait du le blesser, et laisser le temps à Ethigan de se mettre à l'abri.

Deuxième fois aujourd'hui... Pensa-t-il en souriant, comme s'il s'agissait d'un concours.

Mais la bête avait reprit son chemin vers lui, laissant peu de distance entre elle et le mercenaire. Si il sortait de derrière la colonne il n'aurait pas le temps de s'éloigner, blessé comme il était. C'était maintenant à Ethigan de lui venir en aide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Mer 28 Nov - 20:53
Son corps dans le vide l'attirait indéniablement. L'espace d'un instant, elle se sentie partir alors que ses doigts ripaient, incapable de se saisir de la pierre. Elle ferma les yeux, comme dans l'attente de cette chute qui ne vint pas. Son poids tira brusquement sur ses bras retenus alors que le Narveck s'était jeté en avant pour l'attraper, dans un élan risquer, puisque trop petit, trop peu lourd, il basculerait a son tour. Heureusement, le scientifique se joignit a l'effort pour la retenir.

Ils tiraient, mais il n'y avait rien auquel elle aurait put se retenir pour les aidés, et ses pieds sur la parois ne faisait que rende plus difficile la montée, même si ils lui évitaient quelques embrassades malvenue avec la pierre. Ils peinaient trop a la remonter, avec un peu plus de temps, cela n'aurait sans doute pas posé de problème... Mais l'Akhanor était trop prêt... Et elle allait bientôt lui servir de déjeuné.

Son coeur pulsait rapidement, a l'attente des petits coup de crocs et il loupa un battement, quand une explosion retentit, inondant partiellement la pièce de lumière. Qu'est-ce que cela pouvait être? Dos a la scène elle ne pouvais le voir, un instant, elle senti la surprise de ceux qui la retenait, car se vit descendre d'une dizaine de centimètre d'un coup avant qu'ils ne se reprennent.
Quoi que ce fut, la diversion tombait a point nommé, aidé des deux qui la retenait, elle regagna peu à peu le bord ou elle pris appuie, roulant rapidement dans le couvert offert par la roche.

Elle se laissa un instant tombé sur le dos, reprenant son souffle quand une nouvelle explosion eut lieu, suivit d'un cris et d'une lueur dut à la douleur du monstre, ou peut être était-ce l’énervement. Elle se porta de nouveau sur l’extérieur, observant la scène et cherchant du regard la nouvelle proie du monstre. Elle mit quelques instants à réalisé la présence du Capitaine... Il était vivant! Ils l'avaient pourtant laissé pour mort dans ce trou ou il s'était engouffré.

Mauvaise posture pour lui. Elle serra les dents, relevant la tête pour apercevoir le monstre qui avait repris sa progression vers lui. Elle ne crèverait pas dans ce trou, elle en avait fait la promesse. Elle pouvais le laissé la, tant pis... Du moment qu'ils s'en sortaient de leur coté. Après tout, ils n'avaient rien en commun. Un détail gênant en moins... Après tout, n'avaient ils pas été opposés? Il avait manqué de tuer Ethan... Il serait en sécurité, si Raynor mourrait.

Elle secoua la tête. Elle ne pouvais pas le laissé la. Sa mort ne l'affecterait que peu sans doute, mais elle ne pouvais pas en toute conscience de cause, ne rien faire pour tenter qu'il s'en sorte aussi. Il l'avait tirer de la merde plusieurs fois... C'eut été ingrat de le laissé crever la, même s'il y avait peu de chance qu'il en réchappe, car quand bien même ils évitaient le monstre, restait le poison...

Elle se pencha vers le vide, et senti quelque chose la retenir. La poigne du petit Narveck semblait vouloir l’empêcher d'y retourner. Elle ne pouvais dire que cela l'enchantait, mais se força a lui sourire pour le rassurer. Elle sortie rapidement une corde de son sac et la mis dans les mains du scientifique avant de la déroulé.

    "Tu ne sortira jamais vivant d'ici sans moi. Alors ne me laisse pas tombé..."


Elle n'en dit pas plus. S'il s'accrochait suffisamment a la vie, il s'accrocherait a la corde et elle pourrait descendre sans problème. Peut être même remonter? La n'était pas la question pour le moment. Elle lança le sac de nouveau sur ses épaules avant de reculer, saisissant la corde entre ses jambes. Un dernier regard pour s'assurer qu'elle était retenue, et elle se laissa glissé dans le vide. Ses mains accusèrent le coup, alors que la corde les brûlaient à son contact durant les premières secondes de glissades. Par la suite, ses jambes virent se placer contre la paroi pour contrôler la descente. A quelques mettre du sol, un cris l'interrompit.
Elle se tourna vivement, perdant l'équilibre sur ses pieds, son épaule vint rencontrer la parois. Le monstre allait fondre sur sa proie.

Une force viscérale lui tordit les boyaux alors que la détonation résonnait, écartant le monstre et faisant trembler les fondations de la colonne. Elle lâcha sa prise et se réceptionna durement sur le sol, ses jambes amortirent le sol, puis elle s'étala lamentablement avant de se relever. Elle courut dans la direction de Raynor depuis derrières les colonnes, tout en surveillant du coin de l'oeuil les réaction du monstre. Alors que celui-ci s'apprêtait à donner un coup violent, elle fit signe au capitaine de dégagé. Il n'irait jamais assez vite... Elle fronça les sourcils et projeta en avant son énergie.

La vague précéda de quelques secondes le coup, balayant Kurt sur plusieurs mettre en arrière, lui évitant un coup de griffe inopportuns, ainsi que débris qui tombèrent durement sur le sol. La pièce gronda fortement, mais ne céda pas. N'arrêtant pas sa course, elle sauta par dessus les obstacles pour le rejoindre l'aidant a se relever sans douceur, faisant fit de ses blessures. Une forte poussière tomba du plafond, l’étouffant l'espace d'un instant. Elle releva la tête vers la voûte. S'ils continuaient a s'acharner sur ces colonnes... Elle ne tiendrait plus longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Jeu 29 Nov - 18:03

Il sentait tout autour de lui le souffle rauque et fétide de la bête qui approchait, encore plus près. Bientôt Raynor ne serait plus qu'un corps broyé entre les griffes tranchantes d'Akhanor. Il n'avait plus rien pour mettre un terme plus net à sa fin, sa dernière cartouche avait fini dans le corps du monstre pour sauver blondasse. Et se trancher la gorge avec son couteau était une fin encore moins enviable.

Il sentit soudain comme un énorme coup de vent. Non plus que ça, une vague d'énergie mécanique, comme le souffle ardent d'une bombe explosant près de lui, qui l'emporta des mètres plus loin et le plaçant hors de portée de la Chose. Kurt tenta d'amortir sa chute du mieux qu'il put, accompagna le mouvement en roulant sur lui même, quoi de plus douloureux pour ses bras en sang. Alors qu'il peinait à se relever il sentit une paire de bras le soulever. Son regard se porta sur son sauveur et ce sont des mèches blondes qu'il vit en premier, suivit du visage fatigué mais boosté à l'adrénaline d'Ethigan. Kurt laissa apparaitre une sorte de sourire ironique, le destin avait parfois un drôle de sens de l'humour. C'était l'une des personnes qui le détestait le plus que venait à son secours.

Il se demandait quel idée folle l'avait décidée à venir l'aider, mais son esprit passa on ne peut plus rapidement à l'action présente. Kurt courut à côté d'Ethigan, aussi vite qu'il le pouvait, oubliant la douleur dans sa jambe boiteuse. Il dégoupilla sa dernière grenade et la lança derrière lui avant de se plaquer à une colonne et tirer la mercenaire pour la coller contre lui.

Les éclats fusèrent dans tous les sens, soulevant de la poussière et provoquant un nouveau hurlement de la part du monstre. Kurt invita sa "partenaire" à reprendre sa route en la repoussant et en reprenant sa propre course. Il voyait non loin l'arche qu'il avait vu plus tôt avant de disparaitre au fond du piège. Leur voie de sortie. Akhanor était quelques dizaines de mètres en arrière mais aurait tôt fait de contourner les colonnes et les rattraper.

D'un autre côté il se souvenait de l'effet dévastateur qu'avait eu ses grenades sur les colonnes porteuse de la grande salle. Fuir, à la vitesse où ils allaient et avec un traqueur aux trousses, ne les sauverait pas. Sauf si ils détruisaient la menace. Il ne lui restait plus qu'une seule arme capable de nuire définitivement à Akhanor, mais c'était risqué et ils risquaient d'y passer aussi. Mais au point où ils en était, peu lui importait, et les guerriers Andariens était de toute façon connus pour cette fâcheuse tendance à utiliser des méthodes complètement folles et radicales pour arriver à leur fin. Il saisit Ethigan par l'épaule et la tourna vers lui un court instant. Toute l'action se déroulait de manière rapide, car la créature approchait.

- On se tire d'ici, ramenez le scientifique et passez par l'arche !

Il la renvoya, pas trop loin, le temps qu'elle fasse signe au scientifique de les rejoindre; peut-être le gamin aussi, il n'avait pas vu s'il était toujours là mais avait vu le corps du dernier des mercenaires en arrivant. Fouillant dans les poches de son gilet tactique il posa enfin les mains sur l'outil qui les engloutirait peut-être tous sous les décombres, aussi fit-il signe au groupe se partir en direction de l'arche et s'en rapprocha le plus possible lui-même.

[color)darkcyan]- Crève, saloperie !![/color]

Akhanor avait presque dépassé les colonnes lorsque Kurt lança la mine Claymore sur l'une des colonnes la plus proche. Le pilier éclata, des énormes bloques se disloquèrent, tombèrent, emportant les autres colonnes avec elles en une réaction en chaine alors qu'en même temps de gros rochers tombaient du plafond. Akhanor luttait entre les pierres lui tombant dessus pour continuer sa progression vers le groupe. D'une chasse il passait à une évacuation. Tout comme les survivants, qui dans un effort incroyable avait presque rejoint le bout de la salle piégée de l'autel, évitant tant que possible les fosses au sol et les quelques flèches empoisonnées qui sortirent des murs derrière leur passage, ne jetant même pas un regard derrière eux pour voir Akhanor tentait se quittait la salle des colonnes, luttant pour sortir des gravas.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Jeu 29 Nov - 21:10
Thais ne s'arrêta pas a son sourire, c'était a peine si elle l'avait remarquer. Il ne savait pas plus qu'elle même ce qu'elle foutait dans cette galère, a essayer de les tirer tous vivant d'ici. Mais cette question ne resta pas longtemps en suspend, balayer vite, trop vite par l'action qui les rattrapaient. Après qu'elle l'ai remis sur pied, il l'accompagna dans la course, s’octroyant même la fantaisie de lancer une grenade. Elle le senti la saisir par le bras et la tirer violemment contre lui, s'offrant mutuellement protection contre les débris potentiel.

Le cris du monstre fut accompagner par le grondement sourd qu'émis l'édifice alors qu'on s'attaquait a ses fondements. Elle n'avait jamais imaginé que la pierre puisse émettre ce genre de plainte, comme si elle était elle même vivante. Un monstre en habitant un autre. C'était terrifiant. Une petite idée de ce que pouvais ressentir les personnes prises au piège lors d'effondrement de bâtiment...

L'effondrement... Ils eurent sans doute la même idée dans le même instant. Kurt l'avait attrapé pour l'arrêté, la retournant vers lui, il lui donna l'ordre de récupérer leur compagnon restant pour mettre fin a tout ceci. Elle acquiesça d'un simple mouvement de tête, avant de repartir vivement. Se postant a distance raisonnable de la crevasse, elle leur fit signe de descendre, le scientifique eut l'air d'hésité, mais quand le Narveck fit mine de le pousser dans le vide, il se décida. Après quelques instants ou il disparut, sans doute pour trouver un point d'accroche a la corde, il reparut, se glissant avec moult précaution dans le vide. Elle grinça des temps. Trop long. Quand il fut à mis hauteur, elle tira sur celle ci avec son laten, et le scientifique parcourra bien plus rapidement la distance restante, en chute libre.

Elle le ramassa au sol, sans doute s'était il cassé quelque chose, mais peu importait. Elle glissa sous son bras, pour le supporter, lança un dernier regard en l'air ou le gamin n'avait plus que la pierre lisse pour descendre. Une pointe de remord peut être... Elle n'en savait trop rien. Avec un peu de chance il trouverait un chemin... ou bien serait protéger dans son trou, de l'éboulement qui allait suivre. Mais elle n'avait pas le temps de se préoccuper plus longtemps de lui...

Raynor les eut rapidement rejoint, avant de lancé la claymore qu'il avait en main. Un gros boom... Quoi de plus pour le décrire? Thais attendais la détonation, et la projection qui allait suivre avec appréhension. La première colonne fut littéralement pulvérisé et le plafond commença a s'écroulé avec lourdeur, progressivement, les autres colonnes, emportés par le poids du glissement s'affaissèrent à la suite. Kurt la rejoignit rapidement pour soutenir le scientifique et ils reprirent leur course. Le sol, tremblant, manqua de la voir trébucher plusieurs fois. Le cris de la bête était déchirant.

Mais il n'était pas envisageable de porter un si gros coup aux fondements d'un tel édifice sans en affecter la structure même. Le sol se déroba peu à peu sous leur pas, comme si plus rien ne le retenait, se transformant peu à peu en sable. Au vu du "gruyère" dont il était constitué, le tissus du sol se délitait pour s'écouler simplement. La pente se format, lentement d'abord et plus rude a mesure qu'ils avançaient. Ils se penchèrent en arrière pour la compensé, jusqu'à s'écroulé sur le dos, glissant bientôt avec les morceaux de sols. Il fallait rester en surface, ne pas s'enfoncé sous les débris. Bientôt, la lumière apparut, le jour, brillant devant eux... Et le vide. La salle s'était vidé comme dans le siphon d'un éviers, rejoignant quelques cascades extérieurs dont le Capitaine Raynor avait put avoir l’aperçut.

Impossible de se retenir, a quoi bon d’ailleurs? Ne leur restait qu'à prier leur bonne étoile, et espérer qu'il n'y aurait pas de rocher a la réception... Accroché dans le début de la chute à ses comparses, le mouvement la fit lâché prise a mis hauteur, ce n'était sans doute pas plus mal et leur éviterait peut être de se couler les uns les autres. La réception allait être dur, vu la hauteur de la chute, fusse de l'eau... Elle ferait mal et le plat serait mortel...

Une dernière respiration avant d'être engloutie par les flots. Les remous l'attirèrent rapidement vers le fond, avant de la repoussé loin du point de chute a la dérive sans qu'elle parvienne a remonter a la surface. Une seconde de trop, elle but la tasse alors même qu'elle remontait, respirant, toussant avant d'être de nouveau entraîné sous l'eau. Les corps furent traîné, raclant plus ou moins les fonds, sur une bonne distance, avant que les courants ne se calme, et ne les rejettes sur les berges.

Non loin d'elle, Thais repéra, flottant le Capitaine, inanimé. Elle nagea jusque lui pour le retenir. Son regard avait repérer le scientifiques qui s'était échoué dans un barrage naturel fait de branchage et de feuille accumuler. Avec difficulté, elle tira l'homme jusqu'au berge ou elle le hissa suffisamment pour que le courant poussant sur ses jambes encore dans l'eau ne soit pas suffisant pour l'emporter. S'accrochant a son tour pour se hisser, elle s'écroula sur lui quelques instants, toussant, recrachant l'eau qu'elle avait avaler. Sous son corps appuyer contre le sien, elle senti quelque chose, elle ouvrit alors la veste du Capitaine pour y découvrir une balise de signalement. Celle ci indiquait une reprise de signal perdu. Elle confirma la demande. Peut être les retrouverait on...

Elle se laissa glissé sur le coté, se tirant sur ses coudes pour remonté vers le visage de Raynor. Sa poitrine ne se soulevait pas, elle tenta d'atteindre sa gorge avec ses doigts, mais gelé par l'eau, et elle même essoufflé, elle ne parvenait pas a saisir son poul, elle approcha alors son visage proche du sien, pour tenter de sentir la chaleur de son souffle. Rien. Elle renifla bruyamment et essuya son visage avec sa manche, sans grande efficacité puisqu'elle était elle même trempé.

Elle le tira un peu plus loin sur les berges ou ouvrit intégralement sa tenue pour lui laissé libre champ d'action. Il n'y avait plus de réflexion, simplement un geste mécanique, elle inspira longuement, toussa sans le vouloir, avant de recommencer, puis pinça le nez de Raynor, avant d'accoler sa bouche à la sienne, pour lui insufflé l'air vital, avant de placer ses mains, l'une par dessus l'autre au milieu de son thorax pour remplacer l'action mécanique du coeur qui ferait circuler l’oxygène.

    "Merde..."


Elle était épuisé, impossible d'en faire plus... Elle abandonna, a genou, tête basse. Se regard se porta l'espace d'un instant sur les flots ou elle vit son sac dérivé. Elle releva vivement la tête, et se précipita a quatre patte pour tenter de le récupérer. Du matériel qu'elle n'avait pas jeter quand ils s'étaient retrouvé coincé, restait le matériel médical. Son sac attrapé, elle le tira sur la berge ou elle l'ouvrit, fouillant dedans avec difficulté, elle finit par le retourner pour en vider le contenu intégral sur le sol. Parmi ses restants, plusieurs bandages à délivrance de morphine au contact, du désinfectant, quelques seringue a utilisation unique. Plusieurs avaient été brisé, rependant leur contenue parmi les entrailles du sac rependu la. Elle finit par trouvé celle qu'il lui fallait, fissuré, mais non brisé. La norépinéphrine ferait repartir le coeur, elle l’espérait du moins. Fonctionnant sur le même principe que les stylos a insuline, la "seringue", vulgaire tube munit d'une pointe rétractile, délivrait une dose unique d'un produit avant d'être inutilisable.

Thais la saisit a pleine poignée et la planta avec violence dans le torse du capitaine, l'ôtant quand la dose fut délivré, laissant une simple goutte de sang qui passerait inaperçu a coté de toutes les déchirures que présentaient leurs corps, roulés dans les fond s de la rivière. Un instant, silencieux, elle sera les dents. Puis il toussa, crachant l'eau qu'il avait put avaler.

La tension qui avait alors envahit son corps se relâcha soudainement, comme si le danger passé, elle était soudainement devenue inutile. Des étoiles parcoururent son champs de vision avant que tout ne devienne subitement noir et qu'elle ne se laissé tombé sur le sol étourdie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Jeu 29 Nov - 23:16

Pire encore que le piège qui l'avait entrainé sous terre, le sol entier s'affaissait. Les dalles se descellaient, le sable et la terre jaillissait en projection comme du magma sortant d'un volcan, c'était un spectacle incroyable. Les détails défilèrent ensuite bien trop vite pour que Raynor ait le temps d'y faire attention, alors qu'il se faisait happer par le mouvement de terre et de roche qui l'entrainait avec son groupe dans les tréfonds de la planète. De l'eau vint se joindre au flot continue et il crut reconnaitre la cascade qu'il avait vu tout à l'heure, peut-être en était-ce une autre. Difficile à dire, et à vrai dire il s'en fichait pas mal. Étonnamment, il ne pensait plus à rien, son esprit était vide, il se contentait d'observer, peut-être au mieux repérer un moyen de s'en sortir, au pire attendre que l'inéluctable se produise et qu'ils atteignent enfin le bout de leur chemin.

Ils furent alors jeté dans la cascade et les flots en dessous d'eux se rapprochèrent à vitesse folle, rien pour les retenir cette fois-ci. Plus de corde, plus de parachute... Malgré son épuisement, ses réflexes prirent une nouvelle fois le dessus et il tenta malgré le souffle du vent de coordonner ses mouvements et se mettre en position de plongeon, les bras mis en croix sur le torse et les jambes tendues pour fendre l'eau.

C'était là. Le noir complet. Sa chute avait-elle cette fois-ci était mortelle ? Alors que son corps remontait à la surface de l'eau, inerte et inconscient. Une faible flamme luttait pour survivre, arrivant presque en bout de course, comme si elle terminait de consumer les derniers millimètres de bois d'une allumette. Alors c'était ça la mort ? Son esprit inconscient perdait le fil des choses, ne pensait plus à rien. Son corps ne ressentait plus la moindre douleur alors que son esprit, doucement, se laissait étreindre par les doux bras d'une femme en robe blanche et s'éloignait, peu à peu, de son enveloppe humaine. Il ne sentit pas qu'on le tirait hors de l'eau. Il ne sentit pas non plus le souffle chaud et parfumé sur son visage d'Ethigan, ni son corps félin posé sur le sien, ni les mains baladeuses qui le fouillèrent pour tomber sur sa balise.

Avait-il des regrets ? Avait-il mal mené sa vie ? Arrivait-il à se pardonner les centaines de morts qu'il avait sur la conscience ? Avait-il au moins une once de remords ? Non. Ses regrets appartenaient à une vie passée dont il avait fait le deuil il y a bien longtemps, avant même de devenir mercenaire. Lentement, la petite lueur blanche se rétrécit sous l'oppression de la brume noir tout autour jusqu'à n'être qu'un petit point blanc.

Kurt cracha l'eau qu'il avait emmagasiné dans ses poumons, son corps était toujours pour l'instant inopérant, mais le fil de ses pensée avait reprit son cours. A nouveau la lumière blanche grandit, prenant presque tout la surface de son champs de vision sous ses paupières fermées. Sa respiration, d'abord haletante se calma. Les minutes, qui lui parurent durer des heures, défilèrent, nombreuses. Il se roula sur le côté, appuyant sa main gantée au sol pour ne pas retomber à plat ventre; il évacua le reste d'eau contenue dans sa gorge et sa bouche, toussa plusieurs fois de manière assez faible, cherchant à gonfler ses poumons d'air frais. Il rouvrit les yeux, ses paupières étaient lourdes, ses yeux piquaient. La grande lueur blanche s'avérait être la lumière du jour. Il vit les jambes d'Ethigan. Elle était allongée à côté de lui. Sa tête pivota vers le haut, frottant contre le sable. Elle respirait. Mieux que lui en tout cas. Il referma les yeux, laissant encore quelques minutes s'écouler, le temps de récupérer. Puis rouvrant ses yeux, essaya de se trainer vers elle, voir si elle allait bien. La distance fut dure à parcourir et toute la douleur de son corps était revenue d'un coup, plus forte encore qu'avant, rendant la mort presque souhaitable. Il s'adossa à un arbre à côté d'elle, attendant encore, et tenta de la tirer. Ses muscles étaient douloureux et il du s'y reprendre à plusieurs fois. Il parvint finalement à la mettre en position semi-assise, à côté de lui contre l'arbre. Épaule contre épaule. Il laissa sa tête basculer en arrière, l'ombre reprenait peu à peu le dessus dans sa vision, ci bien qu'il perdit à nouveau conscience, le poison sévissait toujours dans ses veines.

La prochaine fois qu'il vit une lueur blanche, il était à des kilomètres de là. Il sentait les rayons du soleil sur son corps. Il avait toujours mal, mais, cette fois-ci, la douleur était supportable. Il avait chaud, il sentait la douceur d'un textile posé sur lui. Kurt n'avait plus envie de tousser, comme si ses poumons avaient été purgé de toute la pollution qu'ils avaient du endurer jusque là. Il baignait dans le confort. Ses yeux se rouvrirent péniblement. Il vit des murs d'une couleur beige, ou avoisinante, la lumière lui agressait les yeux, il n'aurait su le dire tout en étant sur de lui. Son regard se baissa, il vit ses jambes et son torse recouvert d'un drap et d'une couverture, des petits montants de métal chromé remontait sur les côtés de son lit positionné en position semi-assise pour faciliter sa respiration. Une intraveineuse était planté dans son avant bras, et il sentait des tuyaux branchés à son nez en assistance respiratoire. Son ouïe lui revint aussi peu à peu, alors qu'il entendait des gens parler dans le couloir. Il voulut hurler, savoir où il était. Impossible, trop faible. Il s'agita dans son lit. Une infirmière vint finalement à lui. Jeune femme au yeux verts. Et vint le calmer, lui expliquant où il était. Dans le couloir il voyait le visage de Dwayne, tentant désespérément de rester impassible sous le regard pâle et livide de son Capitaine.

Transporté dans un hôpital de Narvek, juste à temps pour être qu'une intervention médicale soit encore utile. Il était sauvé, son corps, bien que sévèrement endommagé par les combats, les chutes, et le poison, s'en sortirait, au prix de semaines de repos forcé. Dwayne et tout l'équipage du Léviathan y veillerait. Vint alors la question ultime : Ethigan ?
Sauvée elle aussi, elle se reposait dans la chambre voisine, en face de la sienne. Kurt sourit et ferma les yeux. De nouveau ce sourire ironique. Il décida de laisser passer le reste de la journée en dormant.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Jeu 6 Déc - 14:26
Thais se tenait la, assise sur une chaise, un genou relevé. Elle portait une de ces chemise bleu infâme, que l'on ne peut fermer sur l'arrière, manifestement plus pratique pour les médecins. Mais pas femme à tenir en place, elle avait revêtu un pantalon propre, dans lequel la blouse était a moitié rentrée, lui donnant un air débraillé bien loin de convenir à l'ordre et la la discipline d'un mercenaire.

Son air était fatigué, ses yeux creusé et sa blancheur lui donnait un air maladif que sa blondeur et le bleu de ses yeux ne parvenait a rehaussé. Et pour cause. Son bras droit était étendu sur l’accoudoir alors que sa main libre tenait un journal local qu'elle parcourrait sans grande attention. De son bras s'échappaient deux tuyaux suffisamment large pour qu'on puisse y distingué la couleur rouge du sang y circulant. Une machine a son côté émettaient de faibles bruits a intervalle régulier, alors qu'il pompait et filtrait le sang, le débarrassant du poison qui s'y était accumuler.

Plusieurs jours s'étaient écoulés. Plus d'une semaine en réalité. Les trois survivants avaient été récupérer à l'initiative du compagnon de Raynor, alerté par l'activation de la balise de celui ci. Une chance pour eux... Ils avaient été ramener à la base bien plus vite qu'ils n'avaient put gagner le coeur de la jungle... Comme quoi, avec les moyens... Ils se seraient certainement évité bien des complications... Dès leur arrivé, il avaient été pris en charge par le centre de soin le plus perfectionné de cette planète, aux mains bien évidement des scientifiques qui les avaient envoyer dans cette petite escapade.

Le scientifique qu'ils avaient ramener était mort des suites de sa contamination au bout de deux jours, malgré les tentatives de traitements. Trop contaminé sans doute. Le capitaine lui, semblait avoir plus de chance, moins touché peut être, son état semblait stable bien qu'il eut été plongé dans le coma. Quant à Thais... Elle semblait être celle qui se montrait la moins affecter, bien que la contamination ai été mis en évidence.

Il passèrent alors un marché, puisqu'elle semblait être la plus résistante, une grosse somme d'argent en l'échange d'échantillon qui leur permettraient de comprendre pourquoi elle résistait mieux que les autres, et comment cela se démontrait. Elle accepta, raison pour laquelle elle fut traité plus tard que les autres et que son sang était encore filtré aujourd'hui.

Un bruit se fit entendre légèrement et elle releva le regard, pliant d'un mouvement de doigt le journal pour observer le corps du Capitaine allongé. Il s'était réveillé plusieurs fois aux dires des soignants mais semblait trop paresseux pour désirer se levé et incapable de restée a rien faire, elle avait finit par élire domicile ici.

Il avait ouvert les yeux, mais sembla un moment perdu, elle attendit d'être sur qu'il était bien réveillé, qu'il ne faisait pas simplement un de ces fugaces moment d'éveil avant de replongé immédiatement dans le sommeil salvateur.

    "Je vous avait dit que je ne crèverait pas ici."


Elle ne s'était pas relevé, ne le pouvais de toute façon pas, relié qu'elle était a la pompe. Elle semblait avoir capté son attention, alors qu'il la regardait sans qu'elle sache s'il était interrogateur, surprise de la voir ici ou simplement exaspérer. Elle aurait put partir bien évidement... Quitter cette planète à grande vitesse, mais il restait un détail a régler... Un détail pour lequel elle ne pouvais se passé de lui.

    "Vous comatez depuis presque une semaine... Je suis heureuse de vous voir en vie... J'me dit que je vous ai pas tirer de la flotte pour rien... Ils refusent de me payer directement, prétextant que vous étiez le chef de cet expédition... J'ai tendance a pensé que vous voir crever aurait pour eux régler bien des problèmes... Mais manifestement quelqu'un veille sur vous."

Son compagnon, sans aucun doute. Elle se redressa légèrement dans son fauteuil, continuant à le regarder, sans trop savoir s'il avait compris la substance de ses dires. Il avait le regard vaporeux, mais cela se tasserait bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Ven 7 Déc - 19:25


Raynor était plongé depuis un certain temps qu'il n'aurait pu lui même estimer dans un état de semi-conscience. Parfois il se réveillait en sursaut le temps d'un court instant, d'autre fois plus calmement sans que personne ne s'en rende compte. Son sang avait été entièrement filtré de toute impuretés liées au poison qui l'avait contaminé dans le temple, et le procésus lui avait été particulièrement fatiguant, plus qu'à sa partenaire étant donné la gravité de ses propres blessures. Durant les quelques jours qui s'était écoulés depuis son sauvetage, son corps avait attribué la majorité de son énergie à réparer ses plaies, aussi la douleur ne se faisait presque plus ressentir, du moins c'est ce qu'il disait, et avait ordonné au médecin, durant l'une de ses courtes phases de d'éveil, qu'on arrête de le gaver de morphine et d'antidouleur.

La vérité était plutôt qu'il voulait se rendre compte par lui même des ses progrès dans le soins de ses blessures. Une drogue lui aurait masqué l'étendue de la douleur qu'il éprouvait, et il n'aurait su de quoi son corps pouvait être capable de faire en l'état actuel des choses. Sa philosophie était ainsi, peu lui importait qu'elle parraisse étrange ou masochiste pour un médecin ou qui que ce soit d'autre. Ces derniers temps, il faisait beaucoup de rêves durant ses longues phases de coma. Des rêves étranges. Parfois juste des souvenirs qui lui revenaient en tête et se rejouaient dans sa mémoire. Des souvenirs lointains, datant du jour où il avait fichu le camp de sa planète pour aller sur Terre, parfois des souvenir de sa première fusillade, alors qu'il n'était que jeune soldat, à jamais marqué par l'image des corps de ses camarades qui se font criblés de tirs. Et parfois, des souvenirs plus recents. Ses missions pour Erik, ses missions en freelance. Il se souvient de sa dernière mission en solo, pour son propre compte, loin de la surveillance du MA-85. Un type de l'Aera à éliminer. Un certain Ethan Hewley.

Un contrat facile, pas plus d'une ou deux heures de boulot, et une rémunération juteuse. Puis cette femme est intervenue, avec ses longs cheveux blonds, et son étrange pouvoir. C'était en général à ce moment précis de son souvenir qu'il se réveillait. Seul. Dwayne veillait devant la porte de sa chambre comme un bon chien de garde et surveillait scrupuleusement tout ce que les médecins et infirmières pratiquaient sur le corps de son patron. Il avait fait son rapport à Erik, qui avait d'abord cru qu'il plaisantait. "Raynor dans le coma ?" Avait-il dit en riant. "Il y aurait plus de chances que la Terre redevienne propre et pure que pour que Raynor tombe dans le coma !". Biensur, en ayant compris que le pilote du Léviathan était sérieux, le Commandant du MA-85 avait vite balisé et avait voulu envoyer une équipe de récupération sur le champs, ce que Dwayne avait fermement rejeté, affirmant que Kurt disposait de son propre vaisseau sur place et qu'il rentrerait par ses propres moyens quand il jugerait le moment venu, après s'être guéri. Brave pilote. Kurt lui payerait un coup à boire pour ça. Une prime aussi d'ailleurs.

Il entrouvrit les yeux un moment, balaya la pièce des yeux sans bouger la tête et réussit à appercevoir dans sa vision périphérique une paire de jambe. Kurt cligna plusieurs fois des yeux, tachant de s'habituer à la luminosité tout en espérant ne pas resombrer dans le coma maintenant. Il tenta de se lever mais sentit une vive douleur dans son abdomen quand il essaya, alors il se contenta de se tourner sur le côté pour fixer la personne qui se trouvait là, de son regard froid mais épuisé.

Il ne s'était pas attendu à ce que ce soit elle. Ne le détestait-elle pas, en dépit des fois où il lui avait sauvé la vie ? Il est vrai qu'il avait tenté de tuer son ami, et qu'il avait juré qu'il le ferait bel et bien si il manquait à sa promesse en réaparraissant. Alors pourquoi ? Il se redressa sur son lit alors qu'elle lui parlait, il laissa échapper un court rire qui phonétiquement ressemblait plus à un "hmpf". Il l'examina, de haut en bas, et remarqua la machine s'occupant du sang de Thais. Il ne savait depuis combien de temps il était là, mais savait que le temps avait été long. Elle avait survécu avec le poison dans son sang jusqu'à là ? Un nouveau "Hmmm...", plus pensif.

Il écouta Ethigan à nouveau. Surpris d'entendre qu'elle était "heureuse" de le voir en vie. Tiens donc. Une fois qu'elle eut terminé, bien qu'il ait tout compris, il ne subsitait en lui qu'une seule question :

- c'est quoi cette histoire de flotte ? Dit-il d'une voix rauque, qui n'avait pas servi depuis des jours.

Il toussa pour s'éclaircir la gorge et décida qu'il était bel et bien le temps de se relever, ses muscles allaient commencer à faiblir si il restait allongé trop longtemps. Faisant fi de la douleur, il releva les draps de son corps et les rabattit vers le bord du lit avant de s'assoir et passer ses jambes sur le bord du lit. Cela lui demanda plus d'efforts que prévu, il examina son corps et découvrit les différents blessures qu'il avait sur les bras, le torse et les jambes, qui avaient été recouverts de pansements. Quelques souvenirs à ajouter à sa collection déjà bien fournie de cicatrices diverses. Il secoua la tête et se passa une main dans les cheveux. Après quoi il se releva. Il n'était vêtu que d'un caleçon, les toubibs ayant sans doute préféré garder les zones blessées découvertes pour pouvoir y accéder plus facilement sans devoir lui retirer une de ces blouses bleus à chaque fois. Il manqua de peu de s'écrouler au sol lorsqu'il se mit debout sur ses jambes et se retint au lit au dernier moment, laissant ses sens le regagner peu à peu. Kurt s'avança à petit pas vers une armoir et en ouvrit les battants afin d'y trouver de quoi se vêtir. Pas grand chose, un pantalon blanc ressemblant à un joggin et une espèce de robe de chambre de la même couleur. Une tenue de patient d'hopital quoi.

- J'irais voir les employeurs tout à l'heure. Vous devriez être satisfaite, maintenant on partage la prime du contrat en seulement deux parts. Déclara-t-il en refermant l'armoire et en allant s'assoir sur le lit, face à Ethigan.

Ce point de vue le satisfaisait, lui. Tant pis pour la dizaine d'autres qui n'avaient pas survécu. A la guerre il y a des morts, il avait beau déployer tout son potentiel de commandemant et toute son expérience du combat et de la stratégie, il ne pourrait jamais sauver tous le monde.

Il resta donc là, à fixer droit dans les yeux l'unique rescapée de son groupe de mercenaire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Sam 8 Déc - 10:32
L'homme émettait quelques sons rauques d'un homme qui n'as plus utilisé ses cordes vocales depuis quelques temps, et qu'il aurait fallut ré-accorder. Une question, une seule. Elle le regarda avec un haussement de sourcils, entre l'étonnement et le mépris avant de sourire, rire presque, un rire amusé mais légèrement jaune. Il ne savait pas de quoi elle parlait. Peu de chance qu'il éprouve beaucoup de gratitude alors.

    "C'était bien la peine que je m'échine a vous réanimez... Mais peu importe. Cela fera partis des choses que je sait, et que vous ignorez..."


Elle le regarda tenter avec difficulté de se lever, sans esquisser le moindre geste pour venir l'aider, l'observant avec le manque de compassion d'une vieille connaissance, ou bien était-ce parce que cela lui était indifférent... De toute façon, elle aurait eut du mal a traîné la machine derrière elle, bien qu'elle l'eut déjà fait pour arriver jusqu'ici.

    "Vous devriez vous rasseoir... Cela ne sert a rien de s'agiter dans tout les sens, a moins que vous ne vouliez une dose de sédatif en plus... Il n'y a personne à impressionner."


Elle avait déjà vu ce qu'il valait sur le terrain et même si elle peinerait à le reconnaître, il lui avait laissé une bonne impression. Du moins, la certitude qu'il était un bon chef et ce n'était pas donner a tous. Pas dit qu'elle veuille retravailler avec lui... Leur maigre passé commun l'échaudait toujours, ça, et le fait que tout le reste de la compagnie soit morte sans doute...

N'ayant manifestement cure de son propos, il se dirigea vers l'armoire ou il sortie une tenue blanche d’hôpital. Cela ne lui était même pas venue a l'idée... Elle avait simplement renfiler son pantalon de treillis, mais dans un sens, elle préférait cela a tout ce blanc trop salissant, qui leur donnait a tous un air livide.

Il enfila les vêtements sans qu'elle détourne les yeux, le regardant comme elle aurait fait avec n'importe qui, au risque d'être dérangeante. Contemplant ses nombreuses blessures qui faisaient échos aux siennes pour la plupart déjà refermer. Heureuse qu'elle était d'être réactive... Cela lui avait plusieurs fois sauvé la vie. Ce peignoir lui donnait un air de vieil aristocrate friqué, avec beaucoup d'imagination... Elle sourit légèrement en l'imaginant une pipe a la main et un monocle sur l'oeil... Un cliché s'il en est bien désuet, mais qui tranchait clairement avec l'image qu'elle avait put se faire de lui.

Il avait finit par retourner s'asseoir, finalement, ses mots avaient peut être porter leurs fruits. Il annonça qu'il irait voir leur employeur. Fort bien, c'est tout ce qu'elle attendais de lui a présent. Et dès qu'elle aura l'argent en poche, elle quitterais cette planète maudite pour retrouver le confort du vaisseau et oublier ces catastrophes... Il ajouta une remarque, semblait satisfait qu'ils ne soient que deux a s'en sortir. Elle fronça les sourcils, était il sérieux? Les avait il volontairement mis en danger pour avoir moins de tête a payer? Avait il essayer de la tuer... Son visage resta fermer alors qu'elle répondait.

    "Je ne suis jamais satisfaite quand je passe si près de la mort."


Cela semblait mettre un point final a ce qu'elle pensait du déroulement de l'action. Elle croisa les bras un instant, se renfermant sur elle même comme s'il l'eut vexer. Avant de retendre son bras, douloureux a la pliure. Ils se regardaient, la, en chien de faïence. Était il capable de la tuer la, simplement pour avoir une part de plus? Oui. De toute évidence il en était capable. Mais est-ce qu'il le ferait? Elle en doutait. Il n'avait pas tuer Ethan. Sans doute avait il une pointe d'honneur en lui. Ses compagnons étaient mort du fait de l'action, et non abattu froidement d'une balle dans le dos...

Le silence pesait, et comme il ne semblait pas décidé a le rompre, peut être parce que c'était dans son caractère, ou peut être parce qu'il n'avait après tout rien a dire, il était rester dans un état de semi conscience pendant longtemps... C'est elle qui connaissait la situation, elle de l'éclairer donc.

    "Le scientifique que nous avions réussit a tirer de la est mort... Il n'as pas tenu deux jours une fois arrivé ici. Et dans une souffrance plutôt atroce à en juger par les râles... Je pense que la négociation avec nos employeurs risque d'être plus difficile que prévue."


Un maigre sourire réapparut sur son visage à l'énoncé de leur prochaines difficultés. A croire qu'elle vivait pour cela, pour la confrontation, pour le défit... Ils n'étaient pas vraiment en état, mais sans doute pouvaient ils encore faire peur a une bande de blouse blanche inconnu du terrain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Sam 8 Déc - 20:34

Il s'était habillé assez vite et en fait n'avait éprouvé aucune gêne à se retrouver ainsi devant la blonde. Il s'était retrouvé mourant, pourquoi pas presque à poile... Son rire lui fit relever un sourcil d'étonnement alors qu'il se rapprochait du lit pour s'y assoir à nouveau. Elle l'avait réanimé ? De mieux en mieux. Il se demandait vraiment ce qui la poussait à se comporter comme ça avec lui maintenant, eux qui était en tout points opposés. Voulait-elle payer sa dette pour Hewley ?

Elle avait prit sa réflexion sur les parts de la prime assez mal. La mort de camarades, même quand on ne les connait pas vraiment, n'est jamais facilement acceptable. Même pour Kurt qui, au fil du temps, n'éprouvait plus de regrets pour les morts qu'il faisait où qui étaient dans son camp. Il en avait trop vu pour éprouver plus qu'un peu de compassion pour ceux qui reste. Et encore, peut-être même pas ça. Pourtant ce fut alors son tour d'afficher un sourire. Celui d'un type qui se fait passer pour un salaud pour piéger une personne et pouvoir la jauger. La calibrer. D'une certaine manière la faire vous détester pour qu'elle vous dise franchement ce qu'elle pense.

- Bonne réponse. Finit-il par dire, avec le ton fameux qui indique clairement qu'il avait obtenu ce qu'il voulait.

Il tenta de s'étirer les muscles pour les réveiller à leur tour, tout doucement, allant jusqu'au seuil de la douleur, puis revint en place. Écoutant la nouvelle information sur la mort du responsable scientifique de l’expédition. Il se contenta de hausser les épaules, considérant qu'il avait de la chance, sa constitution physique l'avait encore une fois tiré du pétrin. Mais il doutait franchement que les employeurs lui opposerait une quelconque résistance, comme le pensait Ethigan, maintenant que lui, le chef de l'expédition, comme ils le disaient si bien, était à nouveau d'attaque. Son regard se porta une nouvelle fois sur la machine qui traitait le sang d'Ethigan. Elle devait encore en avoir pour des heures, et il n'avait plus la moindre envie de les passer à dormir. Il n'avait fait que ça durant des jours et se déplacer commençait à lui manquer.

Il se leva. Il voulait savoir ce qu'on avait fait de son équipement. Et plus encore, une chose primordiale, vitale même. Il avait très faim. Comme s'il n'avait rien mangé depuis des siècles. Ce qui n'était pas tout à fait faux. A part un maigre repas dans le plus pur style hospitalier, sans sel, sans huile et sans goût, prit pendant l'un de ses quelques moments d'éveil, il n'avait été nourri que par injection de nutriments par intraveineuse. Il se dirigea vers la porte et l'ouvrit, découvrant Dwayne qui veillait à côté de la porte. Ils s'adressèrent un hochement de la tête en guise de salut, sans un mot. Son regard bifurqua dans le couloir et il vit la réception de l'étage, une sorte de poste de contrôle où était posté quelques infirmières derrière des écrans de surveillance et où quelques médecins passaient de temps à autre pour venir y prendre des dossiers sur les patients résident dans l’hôpital. Regardant à nouveau Dwayne :

- L'équipement ?

- Votre équipement et vos armes ont été décontaminés, ils sont stockés dans une consigne au rez-de-chaussé, vous pourrez les récupérer à votre sortie.

Un nouveau hochement, pour le remercier cette fois-ci. Alertée par les voix, une infirmière arriva de la réception.

- Monsieur, retournez vous coucher, vous n'êtes pas en état pour sortir.

- J'ai faim.Dit-il, n'ayant cure de ce que venait de lui dire l'infirmière. Et pas de purée pour bébé cette fois. Un steak saignant ce serait parfait, avec des frites, s'il vous plait.

Le visage de l'infirmière s’assombrit, visiblement excédée.

- Vous sortez d'une longue période de coma et votre sang à été purifié. Votre corps n'est pas encore prêt pour ce genre d'alimentation grasse. Demain peut-être. Finit-elle par dire tout en s'en allant.

Il regarda l'infirmière s'en aller puis referma la porte de sa chambre.

- Demain... Je serais plus là... Dit-il doucement, plus pour lui que pour Ethigan, comme si elle n'était plus là.

Il retourna s'assoir sur le lit en soupirant, jetant un dernier regard blasé à sa partenaire d'infortune, puis il décida d'allumer le petit écran de télévision fixé au plafond, qu'il venait tout juste de remarquer, afin de faire passer le temps plus vite. Le temps passa effectivement, et plusieurs heures plus tard, lorsque l'infirmière revint avec un plateau de nourriture infâme, et qu'elle ouvrit la porte de la chambre, elle n'y trouva qu'un lit vide. Plusieurs étages plus bas, Kurt se régalait avec un steak et des frites sur la terrasse extérieur déserte d'une cafeteria de l’hôpital dont l'enseigne indiquait 'Blue lagoon'. Assis en face d'Ethigan, il n'avait même pas fait attention à ce qu'elle mangeait. Le repas semblait se dérouler de manière plus amicale que lors du diner la veille du départ, mais une désagréable sensation commençait à s'en prendre à lui. Il se leva brusquement et se dirigea vers une des poubelle qui longeait l'espace vert à côté de la terrasse, et y vomit une bonne partie de son repas.

- L’infirmière avait peut-être raison, je suis pas encore prêt pour les steaks. Dit-il, tout en restant appuyé aux rebords de la poubelle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Dim 16 Déc - 18:50
Raynor ne semblait manifestement pas prêt a se montrer raisonnable. Il se levait, s’agitait comme une donzelle, un gamin excité a l'idée que la fin du voyage approche et qui demanderait toute les 5 minutes "On arrive quand?!" ou "quand est-ce que tu as finit ta réponse Rp?". Il avait l'air persuader que sa simple vu convainquerait leur supérieur de leur donner leur paie, acquis de droit, mais c'était sans compté la présence de l'infirmière qui fit barrage.

Thais eut un léger sourire discret, qu'elle avait cacher derrière le fait de reprendre sa lecture alors même que le Capitaine revenait, marmonnant dans sa barbe qu'il ne serait plus la le lendemain. Elle avait fait de même... Et elle était toujours la. Il se heurterais aux même résistance et peut être, se surestimait il aussi...

Elle n'en avait plus pour très longtemps, quelques heures en tout et pour tout, de ce fastidieux drainage. Cela l'avait tenue épuisé un moment, forcément, lorsqu'un quart de son sang se trouve en dehors de son corps, on est moins fringuant...

On vint la débrancher avant midi, de sorte qu'elle fut "libre", bien qu'on lui conseilla de rester tranquille. Elle évoqua le succulent restaurant qu'elle avait put repérer quelques temps auparavant non loin de l’hôpital devant le capitaine, une façon de lui souhaité bon appétit, alors qu'elle savait tout aussi bien que lui qu'il n'avalerait rien de bon ici... S'en fut trop pour lui qui quitta rageusement sa chambre pour l'accompagner.

    "Vous ne devriez peut être pas..."


La recommandation passa bien au dessus des préoccupations momentanée du capitaine qui commanda une pièce de viande dont elle était certaine qu'il ne pourrait venir a bout. Elle haussa les épaules. C'était a ses risques et périls. Quant à elle, elle préféra s'en tenir a quelque chose de plus supportable, moins appétissant, mais beaucoup plus sur.

Il semblait se régaler, au point qu'elle regretta l'espace d'un instant de ne pas en avoir fait de même. Un instant seulement, juste avant que son visage ne change d'allure, et qu'il ne se lève, pour rejoindre la poubelle la plus proche pour dégobiller tout ce qu'il avait put avaler. Elle le contempla un moment sans esquisser un mouvement pour venir l'aidé. Il regretta a voix basse de ne pas avoir écouté l'infirmière. Evidemment qu'elle avait raison. Elle attrapa une fritte entre ses doigts dans l'assiette du capitaine avant de l'enfourner dans sa bouche... Un sacré petit plaisir, mais dont elle n'abuserait pas, au risque de finir dans le même état que lui.

Puis elle se leva, attrapant une serviette et un verre d'eau et le lui apporta, qu'il puisse se rincer le gosier, l'odeur la saisit et elle fit une moue légèrement dégoûté avant de s'éloigné légèrement, qu'il puisse cracher a loisir.

    "C'est ce qui arrive quand on refuse d'écouter les médecins... Vous êtes sur que vous serez en état pour aller négocier notre paie? Car quand je vous voit... Avec tout le respect que je vous doit... J'ai quelques doutes."


Elle posa son regard sur lui un moment, le jaugeant, l'évaluant. Jusque la, ça avait été beaucoup l'inverse, mais en l'instant, c'était elle qui attendait de voir ce qu'il valait. S'il était une tête brûlée, ou non.

    "Ça va aller ou vous préférez rentrer..."


Une légère pique amusée devant son état, elle souriait en observant sa réaction. Puis elle redevint sérieuse.

    "C'est quand vous voulez... Mais le plus tôt sera le mieux, il me tarde de quitter cette planète."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 25908

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: Promenade de santé Ven 21 Déc - 22:17

Kurt était froid, impitoyable, calculateur, mais surtout un fichu entêté. Son sens de la tenacité l'avait parfois mis dans de beaux draps, à moindre exemple le steak et les frites qu'il venait de recracher presque intégralement dans une poubelle. Dans un état évidement bien moins appétissant que quand il les avait avalé. Des pas se rapprochèrent de lui, sans doute un médecin ou une infirmière venu s'enquerir de son état. Une main se tendi vers lui, tenant un gobelet d'eau et une serviette, et il ne put s'empecher de hausser un sourcil lorsqu'il releva la tête pour identifier son bienfaiteur. Pourquoi faisait-elle ça ? Essayait-t-elle juste de sympatiser avec lui afin qu'il se montre plus prompt à venir réclamer leur paye auprès des employeurs ?

Il devinait qu'il s'agissait surement d'une sorte de réponse forcée alors qu'il se trouvait en état de faiblesse, désarmé et épuisé. De quoi s'agissait-il ? Du sens du devoir alors qu'elle le voyait extenué ? Une bonté naturelle ? Il en doutait puisqu'il savait qu'elle lui en voulait toujours d'avoir tenté de tuer Hewley. Elle voulait effacer sa dette alors ? A vrai dire il ne savait trop comment le prendre. Il détestait en revanche que l'aide qu'on lui apporte soit forcée. Il répondit néanmoins au soutien par un bref hochement de la tête puis se saisit du gobelet et de la serviette. Il rinça soigneusement sa bouche et essuya enfin son menton sur lequel l'eau avait dégoulinée et releva enfin la tête lorsqu'Ethigan lui évoqua ses doutes quant à sa capacité à mener leur affaire à bien. Cette fois-ci son regard se fit immédiatement plus froid, comme il l'avait été lors de leur rencontre, au début de la mission. Oui, il était persuadé qu'on lui payerait son dû, car les employeurs savait qu'il existait une hiérarchie intraitable pour laquelle travaillait Kurt, et que les conséquences pourraient devenir gravissimes si ils ne payaient pas pour services rendus. Au delà de ça, ils savaient aussi que le Capitaine Raynor était un guerrier Andarien, et qu'il de notoriété qu'il valait mieux pour leur survie personnelle de ne jamais en contrarier un.

- Je vous suggère de ne pas tirer de conclusions trop hatives juste à cause de mon état de santé. J'ai combattu dans des états pire que ça, ce ne sont pas quelques rats de laboratoires qui vont m'arrêter.

Il se redressa enfin, écoutant Ethigan lui demander s'il voulait rentrer, et ensuite lui quémander poliment de se magner le train. Mais lorsqu'elle finit sa phrase il s'était déjà débarrassé du gobelet et avait déjà presque atteint les portes qui menaient dans l'hopital. Il arpenta les couloirs puis finit par trouver ce qu'il cherchait, évitant tant que possible de croiser le personnel médicale. Poussa une porte et entra dans la pièce où étaient stockés ses affaires et probablement celles d'Ethigan aussi, puis verrouilla la pièce de l'intérieur,juste le temps de terminer son "travail" ici. Des dizaines de sacs mis sous vides étaient rangés dans des bacs en plastiques eux même posés sur des étagères, et il lui fallaut plusieurs minutes avant de trouver son nom sur l'une des étiquettes : K. Raynor.

Il déchira la scellée et y trouva ses affaires, propres et désinfectée, emballées individuellement dans une sorte de film plastique transparent. Ses armes y étaient présentes, ses lames, ses pistolets, et son fusil à la crosse encore toute tordue, qu'il s'était juré de remplacer alors qu'il se trouvait dans une situation de presque mort. Son treillis camouflé et son gilet tactique, tous deux déchirés et frangés, ne présentaient plus la moindre goute de sang. Heureusement Dwayne avait été assez malin pour glisser une tenue propre dans ses affaires. Kurt retira ses vêtement de patients et les laissa tomber à terre, se retrouvant à nouveau presque nu; il attrapa une combinaison tactique entièrement noire dans le sac et l'enfila. Retroussant ses manches jusqu'au dessus des coudes, puis passa autour de sa taille un ceinturon noir auquel il fixa un holster de cuisse contenant l'un de ses pistolets. En somme la tenue qu'il portait en général pour le travail à bord du Léviathan, confortable, pratique et discrète.

Son sac avait également vu de meilleurs jours, vu qu'il avait prit la plupart des dégâts à la place de son dos lors de sa chute, mais pour y fourrer ses affaires jusqu'au moment de remonter à bord de son vaisseau, il suffirait encore. Il y enfourna donc le reste de ses affaires, y compris le treillis déchiré qui serait plus tard recyclé en chiffons pour le nettoyage de ses armes. Restait juste son fusil qu'il plaça en bandoulière dans son dos. Après s'être assuré qu'il ne restait rien de son passage, il entrouvrit la porte, guetta les aller et venus des infirmiers et médecins, puis sortit rapidement et s'éclipsa par la sortie. Il soupira, il était enfin libre. Derrière lui Ethigan le suivait toujours, elle s'était également réappropriée ses affaires dans le dépôt et s'était rhabillée dans un tenue qui convenait mieux à une mercenaire.

Une chance pour eux, le complexe scientifique n'était pas loin de l’hôpital où ils avaient été emmenés. C'était logique après tout. Il retrouva le bâtiment ou lui et les autres mercenaires avaient séjourné quelques jours en attendant d'avoir une équipe complète pour le départ en mission. Ses affaires y étant restées avaient déjà été récupérées par Dwayne, aussi il pourrait aller traiter avec les scientifiques et s'en aller directement dans la foulée sans repasser au bâtiment. Les quelques agents de sécurité laissèrent le "couple" passer sans opposer de résistance, les considérant comme toujours employés des scientifiques. Sans doute n'avaient-ils pas été mis au courant. Quelques étages plus haut, Kurt frappa à la porte du directeur du centre et entra avant-même que celui-ci ne lui dise d'entrer, de toute façon, il avait été prévenu de sa venue dès qu'il avait franchi la porte d'entrée. Le docteur semblait étonné de la voir sur pied, mais pas totalement surpris. Aussi Kurt se dispensa de salutations et de formules de politesse afin de passer directement au vif du sujet.

- Docteur, je crois que cette mission est bel et bien terminée, il est temps de passer au règlement du contrat.

- Je ne pense pas Raynor, tous mes scientifiques sont morts, sans parler des mercenaires censés les accompagner. Pourquoi devrais-je vous payer dans ce cas ?

- Vous avez obtenu ce que vous vouliez, toutes les trouvailles de vos scientifiques étaient stockées sur un bloc de données gardé par votre chef d’expédition, sans parler des souche de la toxines récupérées sur nos corps, votre véritable but, pas vrai ?

Un silence se fit. Kurt avait-il vu juste ? Il s'appuya au bureau du scientifique et continua :

- Vous m'avez menti, personne ne m'a jamais menti deux fois. Je réclame la totalité des primes que vous deviez remettre à l'équipe, après quoi nous partirons sans vous poser de problèmes.

- Et si je refuse ? Se risqua-t-il à dire.

- Vous êtes un homme mort. Je crois savoir que nous ne sommes pas les premiers à avoir été envoyés là bas. Le nombre de cadavres que j'ai trouvé en chemin et sur place peut en témoigner. Payez moi, ou je ferais de votre vie un enfer.

Sa voix s'était assombrie, on y dénotait aucune trace de colère, juste une menace percutante et glaciale, comme une lance gelée qui lui aurait percé le corps. Le docteur sembla réfléchir un moment, mais le choix était vite fait. Il se leva et ouvrit un coffre fort murale, y retira plusieurs liasses de billets, une quinzaine en tout, une pour chacun des mercenaires, et les déposa sur le bureau, devant Kurt, qui ne perdit pas de temps à compter. Le scientifique n'était pas fou et n'essayerait pas de le rouler. Il s'empara des liasses et quitta les locaux, une fois dehors, il sépara les billets en parts égales et en fourra une dans les mains d'Ethigan.

- Ceci conclut notre collaboration.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 26011

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Promenade de santé Mer 26 Déc - 11:29
Le regard noir qu'il lui avait lancé a sa légère pique lui montrait que la situation actuelle ne pouvais être sujette à plaisanterie. Elle l'ignora toute fois, il ne l'impressionnait pas, lui montrait plutôt qu'il avait encore la volonté, et l'énergie de se battre, c'était plutôt de bon augure si elle voulait récupérer sa part.

Elle le vit partir rapidement et en sourit légèrement, pensant qu'il réagissait comme un gosse vexer. Elle s’engouffra a sa suite, non sans faire un détour a côté de la table, récupérant quelques frites qui traînaient encore. Pas besoin de mots, ils se mouvaient tout deux comme s'ils avaient toujours travailler ensemble, se déplaçant silencieusement, évitant de croiser les médecins, jusqu'à se faufiler dans la pièce ou étaient entreposés leurs affaires et ceux d'autre malades sans aucun doute.

Imitant le capitaine, Thais retrouva ses affaires et notamment ses armes. Sa tenue avait été en revanche trop abîme pour avoir un aspect efficace. Loin de s'en laissé dérouté, la jeune femme vida plusieurs caisses successive, se servant dans les affaires d'illustres inconnus jusqu'à trouver ce qui lui convenait, un bas de treillis, et un vulgaire débardeur blanc, un poil trop grand. Bien moins discrète qu'il ne l'était, mais cela lui était égale, elle estimait ne pas avoir besoin de discrétion pour récupérer ce qui lui appartenait de droit.

Elle avait sans doute raison vu le peu de résistance qu'on leur opposa quand ils se présentèrent au commanditaire, qui se doutait probablement depuis longtemps de leur venue. La négociation fut rapide, à sens unique. Quelques éléments supposés, une menace à peine voilée et l'homme se résignait déjà. Thais n'en dit rien, mais restait toutefois légèrement circonspect. Qui était il pour être aussi craint? Elle se promit intérieurement de réalisé quelques recherches a son sujet.

A leur sortie, la répartition se fit simplement, il lui donna son due, sans qu'elle ai a le réclamer. Il était droit dans ses bottes, même si un malheureux concours de circonstance les avait à la base opposé. Un hochement de tête, quand elle enfourna le liquide dans son sac.

    "Je voit une espèce d'ironie, à l'idée que nous soyons les seuls survivants de cette expédition... Pas vous?"


La question était rhétorique et soulignait cette opposition qui existait entre eux. Ils auraient put chercher a s'éliminer mutuellement... Et pour finir, ils ne devaient leur survit qu'au fait d'avoir été ensemble. Elle sourit, légèrement ironique, et partie, sans attendre de réponse, sans se retourner pour regagner son vaisseau et quitter enfin cette maudite planète.



TO BE CONTINUE...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade de santé
Revenir en haut Aller en bas

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2
 

 Sujets similaires

-
» Une promenade de santé pour Pitters ?
» [Fe] Promenade de santé - Rp Wonderland
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Remèdes de grans mère (santé)
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ AILLEURS ✦ :: V.Y.R.K.A :: Narvek-
 ::  :: ✦ AILLEURS ✦ :: V.Y.R.K.A :: Narvek+