Save me...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Save me... Ven 30 Déc - 20:46


Parfois, je me demandais comment les choses finiraient. Je me disais que m'ouvrir les veines en son absence me suffirait. J'avais essayer, j'avais échouer et mes poignets gardaient les stigmates de ma tentative désespérée de le fuir. Assez d'être une esclave. Assez du manque de liberté. Assez des coups , des insultes. Je n'avais plus l'esprit clair à cause de la drogue. Je voyais des choses qui n'existaient pas, l'euphorie me prenait mais n’annihilait pas la frustration que je subissais constamment. Je n'avais plus qu'une solution pour le fuir : la mort. J'avais passer ma vie dans une cellule, je ne sais ni lire ni écrire, je ne sais rien de la vie en communauté, je ne sais pas ce qu'est le plaisir, la joie. Appelez ça comme vous le souhaitez mais certainement pas 'une vie'. J'en avais assez, marre de ne pas exister. J'avais besoin de quitter ce monde, il me Fallait une mort rapide, peut être pas sans douleur mais j'étais tellement ronger par l'As que je ne la sentirais probablement pas. Et sinon, eh bien, ce ne serait que pour un temps. Et enfin, je serait libéré de lui. Lui ? Drakan Valerios, l'être imbu de lui même que je fut forcer d'épouser. Et encore, notre 'mariage' se résume à une signature sur un bout de papier. Je vous donne un conseil, si vous êtes une femme, ne mettez jamais les pieds sur Chronos.

Je courrais dans les escaliers, haletante, tremblante, manquant de trébucher à chaque marches tant j'étais faible et épuiser. Plus maigre que jamais, mes yeux étaient cerné par la fatigue, l'épuisement psychologique. Mais je devais faire vite, Drakan serait bientôt de retour. Une fois encore je perdais l’équilibre et me retint à la rampe d'escaliers. Je déglutit difficilement, cherchant à reprendre mon souffle alors qu'un vertige me prit, menaçant de me faire vomir ici même. Je retint mon souffle et expira longuement avant de reprendre mon ascension. Je m'agrippais à la poignée de porte qui te dressais face à moi, lourde, en métal et la poussais. Je me retrouvais sur le toit, il faisait nuit et une pluie torrentiel s'abattait sur la ville. Je respirais l'air frais à un plein poumons, m’enivrant de cette sensation de liberté auquel je n'avais jamais eu droit. Je portait une simple chemise de nuit blanche, sans manches retenu par de fine bretelles en dentelle. Le vent glaciale me transit jusqu'aux os mais je profitais de ce froid comme de l'air pure que je respirais. Malheureusement, je n'étais pas là pour rêvasser. Non, loin des jolis contes de fées, moi j'étais là pour mettre fin au calvaire que je subissais chaque jours. On avait tous une limite, moi, je venais d'attendre la mienne.

Je m'avançais, pieds nus sur le toit, ma chemise de nuit trempée collant à la peau, tout comme ma chevelure sombre. La vue sur les toit de la cité était tout simplement magnifique, à couper le souffle, au moins, c'était un bel endroit pour mourir. Je m'approchais du bord, frictionnant mes bras couvert de bleu et traces de coups divers qui tâchait ma peau d'ivoire. J'étais... Morte de peur. La mort avait ce côté effrayant et rassurant à la fois. Je me demandais ce qui m'attendais là bas... Les humains ont déverses façon de voir les choses... le paradis, l'enfer, la réincarnation... Mais moi... En quoi est-ce que je croyais ? J'avais beau réfléchir, rien ne me vint en tête, parce qu'on ne m'avait pas donner de chose en quoi croire. Je n'avais rien, aucune attache, aucun personne à aimer, aucun objets à chérir. Les gens ont tous un rêves, le mien, ce fût l'espoir d'exister, d'avoir une vie... Mais j'étais vouée à mourir. De moi-même ou de la main e Drakan. Mais quitte à choisir, je préférais de loin me donner la mort que de continuer de souffrir jusqu'à ce que mort s'en suive. Car je savais que c'est ce qui arriverais. Je ne suis pas sotte, pas naïve, je ne connais rien de la vie mais de la souffrance, tout. Je savais comment les choses allaient se terminées.

Je m'approchais, plus prêt encore jusqu'à ce que mes orteils arrivent au bord du toit. Les lumières de la ville m'aveuglaient à moitié mais je les fixaient avec émerveillement. J'aurais vraiment aimer profiter de la vue plus longtemps, vraiment... Il y avait tellement de choses dont j'aurais aimer profiter. Je grelottais, morte de froid, morte de peur alors que je fermais les yeux doucement, paupières closes, je m'imaginais un monde merveilleux dans lequel je serais dans quelques instants. Loin du froid, loin de la peur, de la colère. Un flot de larmes coula sur mes joues tachetées. J'étais si malheureuse, si effrayée. J'avais peur de vivre, peur de mourir. Je prit ma tête entre mes mains, sanglotant tristement, glissant mes doigts dans mes cheveux dégoulinant d'eau, les ramenant vers l'arrière alors que j'ouvris les yeux, fixant le vide sous mes pieds. Il était temps de dire adieu à ce monde, je le quittais le cœur lourd de regrets, si lourd qu'il était devenu un poids mort. Je me penchais en avant, prête à me laisser tomber dans le vide...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Sam 31 Déc - 9:43

Un jour sur terre..
Planête bleu devenue grise.

De l'espace, la terre ne semblait pas si belle qu'on le prétendais, elle était sombre, grise, et cette impression était un peu plus assombrit par les lourds nuages qui inondait le sol de sa pluie limpide. Thais n'y avait fait que de rare voyage, et n'avait jamais éprouvé de réel intérêt pour cette planète pourtant « centre » de l'univers.

La jeune femme observait le dôme, tête appuyer contre la vitre de la navette. Quelques jours de vacances? Ses connaissances auraient put s'y méprendre en l'observant. Une mission l'attendais, l'Aurora Spei l'avait débarqué dans les environs de Mars, de la elle avait pris ses dispositions pour rejoindre la planète prospère. Le vaisseau, tout comme une bonne partie de l'équipage étaient sans doute toujours rechercher sur la planète, et les autorités terriennes n'auraient pas manquer de leur tomber dessus autrement.

L'homme à côté d'elle se leva, ils arrivaient, elle serra son sac a main contre elle. Son sac à main... Depuis combien de temps n'avait elle pas utilisé ce genre d'accessoire? Tout comme ses vêtements... d'un geste légèrement contraint, elle tira sur le bas de sa robe pour la forcé à recouvrir plus amplement ses jambes, heureusement protéger du froid par un épais leggins. Refermant son manteau ajusté, elle se leva à son tour, se dressant sur ses talons qui la grendissait un peu plus. L'homme se tourna vers elle.

    « Vous voulez de l'aide pour descendre votre valise? »
    « Oui. Merci. »


Comment dire poliment qu'elle n'avais pas besoin d'aide? L'homme était serviable, autant jouer son rôle dès lors. Il ouvrit le compartiment correspondant et en sorti sa valise, beige, assortie a son manteau. Elle l'attrapa alors le gratifiant d'un sourire presque sincère qui eut l'air de le ravir alors qu'il s'éloignait. Elle fouilla alors dans son petit sac, et en sorti un béret rouge qui vint paré ses cheveux détacher, qui flotteraient sans nul doute avec le vent. D'un doigt, elle repoussa les petites lunettes qui tenait sur son nez, et s'assura que son passeport était bien dans ses affaires. Bien-sur qu'il y était. Quelle question.. Voilà que la turbulente Thais était métamorphosé en femme, en vrai.

    « Bienvenu sur Terre! Il est actuellement 9h43 et la température de l'air est de 14°C, la météo prévoit de la pluie pour toute la nuit, ainsi que la journée de demain. Nous vous remercions d'avoir choisit la compagnie Terraline et vous souhaitons un bon séjour! »


Elle repéra d'un coup d'oeuil son partenaire, assis plus loin dans la navette et qui descendrait avant elle. Il transportait tout ce qui pouvais craindre de ne pas passé le cordon de sécurité. Elle devait s'occuper de faire diversion, afin de lui assurer un passage tranquille. Leur visa étaient en règle, ils ne devraient normalement pas y avoir de problème, mais mieux valait éviter un contrôle aléatoire qui tombe au mauvais moment. Tirant sa petite valise derrière elle, son passeport en main, elle s'arrangeait discrètement pour rester au même niveau que son compagnon.

Alors que celui-ci arrivait au niveau des agents de sécurité, elle trébucha, s'étalant de tout son long, et renversant le contenu de sa valise sur le sol. De l'électronique, parmi entre autre, vêtement, et lingerie... Elle se ramassa bien vite, rajustant sa robe, et se confondant en excuse auprès des agents dont elle bloquait la file. Elle ramassa bien vite ses affaires, son pc, qu'elle recouvrit dans un geste volontairement presser de ses habits, et nuisettes. Elle le retiendrait, celui qui avait préparer cette valise...

    « Je suis vraiment navré... j'ai glisser et... Mais... ou est ma chaussure? »
    « Madame... Veuillez nous suivre je vous prie... »
    « Oui, pardon... attendez une seconde, je peut pas partir sans ma chaussure... »


Thais se retrouva alors à quatre pattes, légèrement presser par la foule qui manifestait des signes de mécontentement. Elle maudissait cette robe d'être si courte, et d'offrir une vue parfaite sur son postérieur, mais c'était en toute logique le but rechercher... L'un des agents fit signe à un autre plus loin, et alors qu'elle avait a peine posé la main sur son escarpin, une main lourde s'était posé sur son bras, une autre sur sa valise à moitié ferme.

    « Venez avec nous, madame. »


Elle n'eut pas le temps d'acquiescer qu'on la tirait hors de la foule, elle sautilla l'espace d'un instant sur un pied, le temps de remettre sa chaussure avant de les suivre. Un coup d'oeuil en arrière lui appris que son compagnon avait put passé le cordon sans soucis. Ils se retrouveraient plus tard.

Quelques minutes plus tard, elle se retrouvais dans une salle encadré de quatre malabar le contenue de sa valise étalé sur la table. Dans le lot des affaires se trouvais un ensemble de sous vêtement assez coquin, et soutient gorge push-up. Comme si elle était complexer... Hum... Si elle le tenait celui la!

    « Je... je suis vraiment désolé, ce sont de nouvelles chaussures, j'ai glisser et... »
    « Est-ce que je peut voir votre passeport? »
    « Oui évidement... Hey! Faites doucement avec ca! »


Elle repris des mains d'un des hommes l'ordinateur portable, qu'elle reposa dans ses affaires, il se braqua légèrement, comme prévu.

    « Madame... Forell. Que venez vous faire sur Terre, vous êtes bien loin de chez vous. Et a quoi vous sert cet ordinateur? »
    « Oui, euh... Si ca ne vous dérange pas... Je préfèrerais ranger mon linge... Vous voyez, c'est un peu ma vie privée... enfin... Oui pardon. Mais l'ambassade a dis que le visa était en règle que je n'aurais pas de problème... Vous comprenez, c'est la première fois que je vient ici. La Terre... Enfin, mes racines en sommes. Voilà, je suis ici pour faire des recherches généalogique. Vous savez ce que c'est, on finit toujours par remonter jusqu'ici, les premiers colons de ma planète... tout ca... Je me suis dit que c'était l'occasion pour moi de faire des recherches plus approfondit et de visité un peu la terre de mes ancêtres, cet ordinateur me permet de collecter les informations dont j'ai besoin, notamment les actes de naissance, de décès, de mariages... Attendez... je vais vous montrer. »


Elle attrapa l'ordinateur et en ouvrit le clapet, appuyant sur le bouton marche.

    « Vous savez, j'ai put remonter loin avec toute les données informatiques qu'il existe. Vous ne le croirez sans doute pas, mais je descend, enfin, de très loin, d'une famille plutôt noble qui vivait... en... Amérique je crois... Du coté de... Oh je ne sais plus! Il y a tellement de noms! Enfin, toujours est il que je suis parvenu a remonter jusqu'en 1960 a peut près, mais avant ca. Plus rien! Impossible de trouver quoi que ce soit depuis chez moi! Donc je me suis mise en relation avec l'amba... Ah! Voilà! Regarder! »


Alors que l'ordinateur avait démarrer elle le tourna vers eux, prête a ouvrir le programme qui contenait l'arbre généalogique parfaitement factice de sa lignée. La valise ne contenait rien d'autre, rien de suspect, le visa était en règle...

    « Oui... Pardon madame, mais nous avons du travail. »
    « Oh! Mais il n'y en as que pour quelques minutes... Regarder, du coté de ma mère... »
    « Oui, j'entends bien, mais je vois mon patron qui me fait signe pour que j'accélère, donc si vous voulez bien, je vais vous aider à ramassez vos affaires... »
    « Oh ne prenez pas cette peine, vous avez l'air très occupé, je vais me débrouiller. Merci beaucoup! »
    « Derien, nous ne faisons que notre travail... Passez un agréable séjours madame. »


Thais coupa alors l'ordinateur avant de le faire rentrer de manière bien peu ordonné dans la valise. Quand elle quitta le poste, elle adressa un salut, et un sourire radieux aux agents, qui semblaient eux discuter entre eux. Ils se payaient sa tête, évidement. Une blonde, la trentaine, non marié et passionné de généalogie au point de faire fuir même les agents de sécurité, ca avait de quoi faire rire. Une mal-baisé.

Quittant la station, elle rejoignit son complice qui lui mis une main l'une de ses valises. A l'abri des regards elle enfila son oreillette qui la relierait au vaisseau.

    « Sergent-major... La robe vous va comme un gant. »
    « Surement, mais ne te laisse pas distraire... On récapitule. On repère la cible, elle sera surement accompagnée, depuis les toits je te sécuriserait. Quand la zone sera sur, tu procèdera à l'échange. Ne fait pas ta tête brulée. Tu ne fais l'échange que si l'ordre t'es donné directement. Pas d'initiative. Ce ne seront sans doute pas des rigolos, et s'ils flairent quoique ce soit, mieux vaudra qu'on disparaisse. »
    « Oui. Je sais ce que j'ai a faire. »
    « Écoute! Mieux vaut rentrer bredouille que les pieds devant c'est clair? »
    « Très clair. »
    « Disparaît maintenant. Je te contact quand je suis en place. »


L'homme s'éloigna, et elle repris sa route. Il lui fallait rejoindre le centre ville. Quartiers des affaires. Ses talons résonnaient sur les pavés, accompagné du bruit horripilant des petites roulettes de sa valise. L'homme qu'ils devaient trouvé était un actionnaire d'une grande entreprise, lié à l'Area. Il possédait une mallette contenant des plans. De quoi? Elle n'en savait pas plus. Pas besoin pour mener à bien la mission.

Elle se dirigeait sans hésité, comme si elle connaissait parfaitement les lieux, dans son oreillette, elle recevait les informations qui la guidait jusqu'au lieu ou elle se posterait. Le ciel s'assombrit, et les nuages commencèrent à déverser leurs larmes, elle rajusta son col pressant le pas.

Le building était immense, quartier riche, avec de l'argent, des espèces de colonnes de pierre qui tranchaient parfaitement avec le verre recouvrant toute sa surface formaient l'entrée. Un peu pompeux, grandiose. Elle s'engouffra dans le tourniquet, pas mécontente de s'abriter de la pluie, même si cela ne durerais pas. Elle utilisa l'ascenseur, jusqu'au 32e étages, par la suite, il fallait une clef qu'elle ne possédait pas. Elle gravit donc l'escalier tout en transportant son barda. Qui était le monstre qui avait inventer les talons hauts?

Arrivé au dernier étage, elle força la porte qui donnait sur le toit, se retrouvant de nouveau proie face aux éléments. Elle laissa la petite valise beige sur le côté gauche de la porte, invisible quand on l'ouvrait, et se débarrassa également de son manteau, dévoilant une robe bleu nuit, qui trancherais peu avec la surface du bâtiment. Ses cheveux volaient au vent. Elle attrapa un élastique et les attacha fermement, tout en faisant voler ses escarpins près du tas, suivit de prêt par cette paire de lunette ridicule.

Elle emporta la valise noir que lui avait fournit son acolyte, cherchant alors le meilleur angle pour s'installer, mais aussi, celui ou elle serait le moins susceptible d'être vue. Une fois installé elle ouvrit la valise, en sortant un par un les morceaux de l'arme qu'elle remonta alors. Elle glissa ses lunettes de vision nocturne sur son nez. Armée de son fusil de précision, elle balaya la place en contrebas jusqu'à repérer la cible, elle activa alors son émetteur.

    « Je suis en place. J'ai la cible en visée. Ou en es tu de ton coté? »
    * Je suis à deux rues. Prêt à intervenir d'ici... 5...4...3...2... Vous pouvez lancer la diversion.*


Thais était parfaitement concentrée, prête à agir, à donner l'ordre, ignorant le froid et l'eau qui lui coulait dans le cou, le long dans ses cheveux, et la glaçait, immobile, se fondant parfaitement dans l'ombre. C'est sans doute cette concentration intense qui l'empêcha d'entendre l'intruse, la porte déjà forcée n'avais pas offert de résistance, et donc de bruit.

Soudain, un mouvement dans son champ de vision attira son attention. Une femme. Une femme était la, sur le rebord, prête à sauter, à une bonne dizaine de mettre. Elle chuchota.

    « Merde! On annule tout! »
    * Qu'est ce qu'il se passe?! *
    « Il y a une nana qui va se foutre par dessus le toit! Elle va attirer l'attention! Je ne pourrais pas te couvrir!»
    * Laissez la sauter! Ça nous fera notre diversion! *
    « Non! Tu obéit! Si elle s'éclate au sol, je ne pourrais pas ressortir du bâtiment! »


Thais retira son arme en arrière, et abandonna ses lunettes de visées avant de se redresser tout doucement. Dans le noir, ses affaires n'étaient pas visible. Elle s'approcha légèrement avant d'annoncer sa présence. Elle était la, trempée, pied nue dans sa robe élégante... Cette femme... Elle était en nuisette...

    « Hey! »


La jeune femme sembla sursauté de surprise manquant de tombé, Thais s'arrêta alors, les bras en avant, mains libres, et donc non menaçante.

    « Non non non! Sautez pas! J'vous en prie! »


Quand la jeune femme se fut à peu près stabilisé, elle se permit d'avancer un peu plus. Il ne fallait surtout pas qu'elle saute. Si elle s'écrasait au sol, le bâtiment serait bientôt bardé de policier. Et elle aurait du mal a expliquer ce qu'elle faisait la haut, fusil de précision en main...

    « Je vous comprend... Vous voyez... Je suis la moi aussi. »


Est-ce qu'elle la comprenait? En réalité, elle n'avais aucune idée des raisons qui pouvais poussé cette femme, si jeune, a vouloir mettre un terme à sa vie, et à l'instant présent, elle n'en avait que faire. Elle gagnait juste le temps nécessaire à l'empêcher de lui créer de gros problème.

    « Je comprend... Mais s'il vous plait, pas maintenant... Ne sauter pas. Je vais avoir de gros ennuis sinon... Et je suis sur que vous ne voulez pas me créer d'ennuis... »


Elle s'approchait doucement, mais surement de la jeune femme.

    « Moi j'ai pas le courage de sauter... mais si vous le faite, et que je suis la... On va m'accuser de vous avoir pousser. »


Cette femme était épuisé, malheureuse, cela se lisait sur ses traits, elle espérait que cette femme qu'elle simulait, retiendrait la suicidaire dans son geste. Elle ne voulais pas être un poids, peut être simplement se libérer... De quoi? Quand elle fut suffisamment prêt, Thais n'attendit pas plus. D'un geste rapide elle attrapa la jeune femme, passant un bras sur son ventre, et la tira de toute ses forces en arrière.

Les deux femmes tombèrent à la renverse, et Thais la maitrisa alors, l'empêchant d'une poigne forte de bouger. Sa voix se fit soulagé, alors qu'elle s'adressait de nouveau a son compagnon, dans l'oreillette.

    « C'est bon je l'ai... Putain... J'ai bien crut qu'elle allait sauter. »


Thais observa alors quelques instants cette jeune femme, si légèrement vêtue. Sa peau était excessivement pale, comme maladif, mais aussi éclaboussé de nombreuses petites taches. Elle fronça les sourcils en repérant l'excroissance sur sa nuque. Elle n'était pas humaine. D'où elle venait? Aucune idée, il existait tellement d'ET différent...
Elle lui offrit un sourire doux, qui se voulait rassurant devant son air terrifié, et presque désolé.

    « Je suis désolé ma jolie... mais aujourd'hui, c'était pas le bon moment. Je te lâche si tu promet de pas faire de connerie. »


Citation :
J'ai pensé a quelque chose cette nuit... Si ca te tente, ce mec a qui on doit piquer un truc, ca pourrais être ton marri? Ca nous donnerais l'occasion de lui mettre unbe branlé xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Sam 31 Déc - 12:33
J'allai bientôt sentir la sensation effrayante et enivrante d'une chute vertigineuse. Mon corps se pencha lentement vers le vide, je fermais les yeux, pour ne pas avoir le sol se rapprocher avant que je le heurte durement et n'en meurt. Mais je ne tombais pas, je ne sentait pas la chute, je sentit une pression sur mon ventre alors que quelqu'un me ceintura rapidement, me tirant vers l'arrière. Je n'avais pas fait attention à cette femme, ses cris me suppliant de ne pas sauter, parce que je croyais qu'elle faisait partir de ces nombreuses choses que je voyai sous emprise de l'As et qui au finale, n'existaient pas. Mais elle était bien là, en chair en en os et toute deux, tombions sur le sol, lourdement. Effrayée, je me débattais mais rapidement cette inconnu me maîtrisa jusqu'à ce que je me calme. Je déglutit, la respiration difficile ; allonger sur le flan gauche,je fixais le vide. Tourner vers la belle inconnu, je posai mes prunelles blanchâtre et irréelles sur elle. A la maison, j'avais regarder un livre de Drakan... Incapable d'en lire le contenu, j'avais uniquement regarder les images mais, j'avais vu ces êtres ailés à la chevelure dorée et d'une beauté troublante. J'avais demander à Drakan de qu'elle race il s'agissait... Il m'avait répondu que c'était des anges, des êtres de Dieu , envoyés pour sauver l’humanité et les guider dans le droit chemin, que chacun avait son ange gardien pour le protéger. Suite à cela il avait rit et jeter le livre dans la poubelle. J'observais Thais en silence, les larmes aux yeux alors que la pluie s'abttais sur nous. Je ne sentais même plus le froid. Je tendis une main tremblante vers son visage et touchai sa joue du bout de mes doigts froid. Sa peau à elle était tiède malgré le froid.

« Êtes vous un ange... ? »

Ce fût les seuls mots que je put prononcé. C'était la première fois de toute ma vie que je toucher quelqu'un d'autre que Drakan. C'était la première fois que quelqu'un avait eu un semblant d'inquiétude à mon égard. On parlait souvent de la cruauté de l'espèce humaine... Mais pourquoi ciel jamais des bonnes choses dont ils sont capable ? Comme cette femme que je prenais pour un ange. Tomber du ciel vous croyez ? En tout cas, je ne l'avais pas entendu monter. Je la fixais avec de l'espoir pleins les yeux, sanglotant tristement.

« Emmenez moi au ciel avec vous.... je vous en prie ange.... Je veux quitter ce monde.... »

Je me demandais si ces ailes étaient aussi blanches que dans ce livre, aussi immaculées. En tout cas, elle était aussi belle, même plus. Je me plongeais dans ses yeux bleu. Elle était la plus jolie chose que j'avais vu de mon vivant et diable pour les humains, j'étais vieille.

« Emmenez moi... »

Je la suppliais désespérément. Mes mains tremblantes s'aggripèrent à sa veste. Je ne forçais pas, de toute façon je ne le pouvais pas vu mon état. Les larmes se mélangèrent à l'eau de pluie qui ruisselait le long de mon visage. J'avais espérer la mort et voilà, qu'avec un peu de chance, j'allais partir au paradis avec un ange. C'était plus que je ne l'espérais, tellement plus. J'avais enfin une chose auquel m'accrocher à présent, cette ange et son monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Dim 1 Jan - 12:38
La jeune femme s'était débattu un moment, avec l'énergie du désespoir avant de se calmer. Thais relâcha alors ses poignets, et son étreinte puissante, toujours en position de force toutefois afin de pouvoir refermer sa poigne si le calme soudain de la jeune femme n'était qu'un leur. Elle vit son regard se tourné vers elle, et lorsque la jeune femme tendit une main vers son visage, elle eut un bref mouvement de recul, avant d'entendre sa voix faible.

    "Quoi? Non..."


Un ange? Jamais on ne l'avais appeler de la sorte, ou du moins, les rares qui l'avaient fait étaient des hommes, et cela, dans l'intimité d'une chambre et a la suite d'une nuit des plus agréable... Mais cette fille... Elle l'évoquait avec tant d'espoir, tant de naïveté que la répartie légendaire de Thais s'envola, la laissant bouché bée. Emmenez moi... Cette supplique était comme le dernier espoir d'un condamné... Elle voulais quitter ce monde. Mais qu'avait il de si terrible qu'une femme, d’apparence si jeune, veuille déjà en finir...

    "Je ne suis pas un... Merde. Je crois qu'elle est complètement défoncé."


La jeune femme s’agrippa à sa robe, en réitérant sa demande, soudain presser, Thais sentit a quel point celle ci était trempé, et lourde de surcroît, chargé de l'eau qu'elle avait but. La jeune fille ne l'écoutait pas, ne démordait pas de son mensonge, de cette illusion de son propre esprit, Thais passa un bras derrière son dos pour la redresser et remarqua alors des taches plus sombre, plus grande que les autres sur son corps. Des traces de coups. Elle serra les dents. Son caractère faisait que de nombreuses choses coulaient sur elle sans la marquer, comme la pluie sur sa peau, de sorte qu'elle n'était pas particulièrement misanthrope, et qu'elle n'attribuait jamais a d'autre le fait de quelque uns, mais bon dieu... Qu'est ce qu'elle pouvais exécrer les types de ce genre... Elle ne pouvais pas la laissez la...

    *Qu'est-ce que vous faites! Il va se tirer! Laissez la décuvez dans un coin!*


La mission. Elle ne pouvais pas oublier la mission. Elle passa un bras sous les jambes de la fille, la tenant toujours dans le dos pour la porter, elle émit un petit grognement d'effort en se relevant, c'était un poids plume, mais elle était elle même trempé, et pied nue sur le sol glissant.

    "Vient la toi."


Elle alla alors la déposé près de la porte qui donnais sur le toit, au niveau de ses affaires. Elle attrapa son manteau et le déposa sur la jeune femme pour la coupé du froid. Il était mouillé aussi, mais ferait une épaisseur en plus alors qu'elle n'avais rien sur le dos. Elle attrapa la main qui s’agrippait toujours à sa robe et la força à s'en détacher. Thais savait que cette fille n'entendrais rien. Elle était perdu, surement drogué... Mieux valait aller dans son sens.

    "Ecoute... Je vais t'emmener, mais je doit d’abord faire quelque chose, tu comprend? Bon... Reste la, je revient."


Elle se redressa, essuya vainement son visage avec son bras, lui aussi tremper. Elle retourna se glisser prêt de son arme enfilant de nouveau ses lunettes et reprenant sa visée. Elle retrouva la groupe, mais un nouvel individu avait fait son apparition, ils marchaient.

    "Qui est ce type? Est-ce que tu peut l'identifier?"
    *Aucune idée, il ne devrais pas être la! Ils se dirigent vers ton bâtiment!*
    "On laisse tombé, on ne peut pas compter sur le facteur chance. Je remballe, on se retrouve à l'endroit prévu."


Dans une série de geste rapide, elle démonta son arme qui vint retrouver sa place dans la valise noire. Elle revint se poster aux côtés de la jeune femme, elle posa une main sur son coup pour maintenir sa tête, être sur qu'elle la regarde.

    "C'est quoi ton nom? Dit! Tu m'entend? C'est quoi ton nom? "


Dans l'état ou elle était, elle tiendrait a peine debout... Comment allait elle pouvoir transporter ses deux valises et emmener la jeune femme en même temps... La tache s’annonçait ardue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Dim 1 Jan - 13:20
J'étais complètement perdu dans la contemplation du visage de l'humaine. Ma respiration était toujours aussi difficile, tremblante, j'arrivais à peine à bouger. Je me sentais comme en fin de vie alors que je ne l'étais pas...enfin je crois. C'était surtout l'AS modifié qui circulait dans mon sang qui me rendait aussi mal... Je la sentait empoissonnée mon corps chaque jours... L'inconnu finit par se leva et trouva la force de me porter dans ses bras. Je fermais les yeux un instant, ce contacte me rappelais un souvenir lointain... sans doute celui avec ma mère que je n'avais pas connu. Pourquoi ? Parce que, lorsqu'une femelle naît sur Chronos, c'est un tel miracle qu'elle est immédiatement retirer à sa mère, et stoker pour la moisson. Et, la moisson ? Oh, imaginer un immense bâtiment, semblable à une prison, en moins effrayant sans doute... Tout est blanc, calme diviser en plusieurs secteur. Un de ces secteurs est remplit de cellule, sans barreaux, juste une vitre. Dans chaque cellule se trouve une femelle et une fois par an, les mâles viennent faire la moisson... Ils arrivent et choisisse une femelle qu'ils épouseront, l'instant d'après, on lui arrache son aileron, de sorte à ce qu'elle ne dégage plus son hormone qui pourrait attirer d'autre mâle. Nous sommes comme des animaux à l'abattoir. Je ne me suis jamais considérée comme chanceuse d'avoir pût garder mon aileron, parce que Drakan l'a fait dans l'unique but d'extirper l'hormone, la mélangeant à l'As pour la rendre encore plus additive... Et c'est sur moi qu'il l'injecte ensuite. Voilà mon quotidien.

Alors que j'étais adosser contre un mur, un manteau sur les épaules qui me réchauffait un peu, j'observai l'humaine plus loin, armer. Je ne savais rien d'elle si ce n'est que je lui devais la vie... En quelque sorte. Pour la première fois de toute ma vie, j'éprouvai un élan d'affection pour quelqu'un. Une sensation étrange, ma poitrine se réchauffe et, j'en aurais presque envie de sourire. Je fermai les yeux un cours instant, soupirant alors que l'eau ruisselait sur mon visage, quelques mèches brunes qui collaient à ma peau barrant celui-ci. Elle avait dit qu'elle m'emmènerais. J'allais enfin partir de cette maudite planète, je ne reverrais plus Drakan. J'allais rester en vie. La voix de l'humaine résonna à mes oreilles alors qu'elle relevait mon visage. J'ouvris les yeux, dardant mes prunelles clair comme de l'eau sur elle. Mon nom ? Je déglutit, l'esprit brouillé et répondit de ma voix cristalline :

« Anicia... Valerios. »

Je pouvais lire dans son regard l'inquiétude qu'elle avait. J'étais un poids mort, du moins, c'est ce qu'elle croyait.

« Ange... je n'aies pas l'esprit clair... Mais je peux me déplacer... Pas aussi vite et bien que vous... Mais je le peux. »

Cette femme me donnait l'envie de vivre. Malgré qu'elle pouvait avoir des ennuis, elle ne voulait pas me laisser, elle m'avait empêcher de mettre fin à mes jours. Maintenant c'était à moi de trouver la volonté, la force de me lever, de marcher et surtout de vivre. Je retint mon souffle un moment avant de me lever, tremblante , retirant le manteau de mes épaules. Je souris faiblement à l'inconnu et penchais la tête sur le côté, repoussant mes longs cheveux, dégageant l'arrière de mes oreilles alors que mes ouïes s'ouvrirent lentement. Je respirais un bon coup par celles-ci, me régénérant au travers de l'eau de lui. Je fermais les yeux en soupirant de bien être. Je repris une posture normale, relâchant mes cheveux et fixais la jolie blonde.

« Je suis prête ange... à vous suivre. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Dim 1 Jan - 16:26
Anicia Valérios... Ces mots eurent l'effet d'une douche froide sur Thais. Valérios. C'était le nom de leur cible. L'homme a qui ils devaient soustraire la mallette, celui la même qui était en train de rejoindre le bâtiment, sans doute pour regagner son appartement, et qui chercherais très probablement ou sa femme, servile, avait bien put passer... Voila donc ce qu'elle fuyait tant...

Cette jeune femme allait être un nid à emmerdes... Mais aussi une chance inouï de terminer leur mission... Anicia s'était légèrement redresser, l'appelant une nouvelle fois par ce nom "divin", lui expliquant qu'elle pouvais se déplacer, qu'elle était prête à la suivre. Elle retira le manteau, et Thais l'attrapa, réfléchissant encore un instant à ce qu'elle allait faire. Pesant le pour et le contre. Elle secoua la tête, elle ne pouvais pas laissez passé une occasion pareille.

    "Garde le, tu ne peut pas te balader comme ça."


Thais retendit son manteau à la jeune femme pour que celle ci l'enfile, et s'éloigna alors pour récupérer quelques choses dans sa valise noire. Accroupie face à celle ci, un doigt sur son oreillette elle recontacta son complice, d'une voix faible, de sorte que la pluie battante couvre sa voix.

    "Changement de plan. C'est la femme de Valérios. On oublie la discrétion, je vais chercher cette mallette, j'ai besoin que tu te tienne prêt à intervenir et à nous récupérer."
    *Comment ça nous?!*
    "Elle vient avec nous. Si je la laisse, il la descendra. Je vais pas la filer au loup après l'avoir empêcher de sauter..."


Ses doigts entrèrent du sac une arme de plus petit calibre que la précédente avec sa protection, qu'elle attacha serrer, au niveau de sa cuisse, recouvert par la suite par sa robe. Elle serait à porter de main. Elle referma d'un geste brusque la sacoche avant de rejoindre l'ET, elle la déposa a ses pieds. Une petite mise au point allait être nécessaire.

    "Anicia, écoute moi. Tu m'écoute? Concentre toi s'il te plait, c'est important."


L'eau lui coulait dans les yeux. Elle pesta en les essuyant, avant de retirer son élastique et de laissez retombé ses cheveux blonds détremper, qui lui donnerait un air plus fragile. Elle tenait Anicia par les épaules et cherchait à capter son attention en se tenant proche, en n'hésitant pas à l'appeler par son nom.

    "Mon nom est Virginie Forell... Je vais t'emmener, mais j'ai besoin que tu m'aide."


Virginie Forell, le nom de son passeport. Elle ne pouvais pas se risquer à lui donner son vrai nom. Une fois en présence de Valérios, elle ne pouvais craindre que la naïveté d'Anicia lui fasse révéler son véritable nom. Et mieux valait que les dires et ses papiers coordonne, s'il prenait l'envi à ces gardes du corps de vérifier.

    "Drakan... ton mari... Il as fait des choses mal, des choses qu'il n'avais pas le droit de faire. A toi comme à d'autre. Il as quelque chose qui est à moi... Et que je doit récupérer. Je ne suis pas venue toute seule, un ami est venu pour m'aider, mais tu ne doit pas le dire. Il faut que tu m'emmène jusque chez toi..."


Thais resserra légèrement sa poigne, comme par crainte que l'idée de devoir retourner dans cet enfer ne fasse fuir la jeune femme. Cela n'aurait d’ailleurs pas été étonnant. Se servir ainsi d'elle n'était pas pour lui plaire, mais cela ne devait pas rentrer en considération, et puis... elle ne comptait pas l'y laisser... Cette idée soulageait sa conscience.

    "Il ne sais pas qui je suis, il ne faut pas qu'il sache que je suis venu reprendre ma mallette... ni que je t'emmène avec moi, sinon il ne se laissera pas faire, tu comprend? J'ai besoin que tu fasse semblant de n'avoir jamais voulut partir... Que tu m'aide à la reprendre. Je ne te laisserait pas, d'accord?"


Thais attrapa le visage de la jeune ET d'une main douce, l'obligeant à la regarder droit dans les yeux.

    "Anicia? Est-ce que tu peux faire ça pour moi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Dim 1 Jan - 17:19
L'humaine me força à garder son manteau. J'avais froid oui, mais ma nature faisait que je pouvais facilement y résister sans tomber malade. Après tout, ne suis-je pas un être semi-aquatique ? L'eau, j'en est besoin, c’est un élément vitale pour moi et croyez moi, même glacée, mon corps est fait pour s'y habituer. L'humaine tenta d'attirer mon attention, me sortant de force de l'état amorphe dans lequel je me plongeais par instant et se présenta sous le prénom de Virginie. Je la fixais en silence, écoutant ce qu'elle avait à me dire, comme quoi Drakan était quelqu'un de mauvais qui n'avait pas fait de mal uniquement à moi. Ça , je pouvais aisément le croire. Mon mari était intelligent, fourbe, sournois. Virignie insista une fois encore sur le faite qu'elle m'emmènerais mais avant, je devais remettre une dernière fois les pieds dans ma prison... Je sentit la peur me bloquer mais la jolie blonde promis de ne pas me laisser. Je la fixais tristement et hochais la tête.

« D'accord, je vais le faire... »

Je lui attrapais le poignet, la retenant une seconde de plus et dardais mon regard dans le sien.

« Promettez moi d'être prudente... Vous ne connaissez pas Drakan comme je le connais, il est capable de tout... Faites attention à vous. Promettez le moi. Promettez le. »

J'avais forcer sur son poignet sous l'anxiété, la peur. Je la relâchais doucement.

« Vous êtes une femme de cœur... quelqu'un de bien... Je n'aies pas envie qu'il vous arrive quelque chose. »

Sur ces derniers mots murmurer timidement, je lui tournais le dos et me mit à marcher, glissant mes bras dans les manches du manteau, l'enfilant comme il se doigts. Rapidement j'ouvris la porte qui menais au étages du building et commençais à descendre les escaliers. J'étais encore faire mais l'idée de partir d'ici au plus vite me réjouissais tellement que cela me redonnais des forces. Cela dit, l'As continuais de brouiller mes pensées. Il nous fallut quelques minutes pour descendre dix étages et enfin, je m'engouffrais dans le couloir. Je tournais la tête , vérifiant que Virginie était toujours derrière moi, j'avais besoin de me rassurer, savoir que je serais protéger. Et elle était là, elle ne m'avait pas lâcher bien que je pense que c'était plus pour la mallette que pour moi... Mais tant pis, elle avait déjà fait beaucoup pour moi. Je m'arrêtais face à une porte fermée... Je l'avais pourtant laisser ouverte en quittant l'appartement avec hâte. Il était là... IL était rentrer, il devais être furieux. Je retins mon souffle et ouvrit la porte, faisant un pas dans l'appartement. Je découvrais mon époux accompagné de deux hommes, deux humains en costard que je ne connaissais pas.

« Anicia.... ? »

Je posais mon regard clair sur un homme d'une stature impressionnante, mesurant un bon mètre quatre vingt quinze, une corps tout en muscles, les épaules carré mouler dans une chemise noire, légèrement entrouverte qui dévoilait un tatouage sur son pectoral gauche. IL étauit beau avec sa peau matte et ses longs cheveux roux attacher en une queue simple. Il me fixais de ses yeux noirs, seul l'iris portais de la couleur... Ambré. UN regard de prédateur à vous glacez jusqu'au os.

« Où étais-tu chérie ? »

Me demanda t-il d'un ton calme et mielleux. Je fixais les deux hommes rapidement alors que Drakan fit tourner lentement son wisky dans son verre, sa main libre glisser dans la poche de son pantalon de costume noir.

« Veuillez excusé mon épouse, elle n'est pas très bavarde... Chérie ? Tu es trempée jusqu'au os... Va donc te changer. »

Les deux hommes me sourire poliment , me faisant un signe de tête alors que je m'avançais, me focalisant sur la présence de Virginie dans mon dos. Je passais près de Drakan qui me retint par le bras et m'attira à lui en se penchant pour embrasser ma temps avec une délicatesse rare chez lui.

« Qui... est cette...femme ? »

Je sentit la peur monter alors que je fixais Virginie, anxieuse. Si elle voulais intervenir, c'était maintenant ou jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Dim 1 Jan - 20:04
La jeune femme acceptait, à contre coeur manifestement, et la gardait d'être imprudente. Elle avait l'air de voir en lui un être de toute puissance comme immuable, intouchable. Un être contre lequel on ne peut rien, rien d'autre que fuir, fuir sa propre vie. Thais senti la pression sur son poignet avec une pointe d'étonnement, alors qu'Anicia la pressait de lui promettre la prudence. Elle qui tenait à peine debout quelques instants auparavant semblait plutôt bien remise...

    "Ne t'inquiète pas... Il ne peut rien contre moi."


Le ton était assurer. Une confiance en elle trop grande peu être? Pas réellement. Elle savait se montrer prudente, mais cette confiance qu'elle exhalait, c'était à l'ET qu'elle voulais la transmettre. Tant qu'elle la croyait infaillible, Anicia serait en confiance, et elle avait besoin de celle ci pour obtenir sa pleine coopération. Elle l'utilisait, oui, l'instrumentalisait même...

Quand elle fut enfin prête, Thais enfila de nouveau ses escarpins avant d'attraper ses deux valises, ainsi que son sac a main, détrempé qu'elle jeta sur son épaule. La descente aux enfers put commencer... Alors qu'elle rentrèrent dans le bâtiment, elle commença à ressentir le froid alors que sa peau séchait légèrement. La jeune femme avait une énergie qu'elle n'aurait pas soupçonné, en dévalant les escaliers, elle avait peine à la suivre, chargé comme elle était, et montée sur ses échasses... Elle ne la lâcha pourtant pas d'un pouce. Arrivé devant la porte, elle identifia rapidement l'appartement, avant que la jeune femme n'y entre.

    "39e étage. 5B."


Elle fut étonné de voir Anicia entrer, sans même avoir frapper. Elle serra les dents, avant de rejoindre l'embrasure de la porte. Elle aurait préférer que celle ci attendent, prenne appuie sur elle pour se montrer en parfait état de faiblesse, afin de donner plus de crédit à la version des faits qu'elle apporterais, mais tant pis, elle ferait sans.

Elle entendit sa voix avant de l'apercevoir. Drakan, ce démon qui avait fait fuir la donzelle... Une voix doucereuse, charmante. Celle d'un homme d'une grande stature, d'une parfaite éloquence, et pourtant elle descellait sous son ton mielleux une perfidie sans commune mesure, et son visage était bien à l'image de cette nature. Grand, très propre sur lui, avec des gestes fluides et doux, qu'elle devinait pourtant terriblement agressif à la vue du pauvre corps contusionné d'Anicia, mais son oeuil était accaparer par autre chose. Alors même qu'Anicia était entrée, l'un des deux autres hommes présent dans la pièce c'était éloigné, et elle avait put apercevoir la mallette dans sa main. Alors qu'il était revenu, il ne portait plus rien...

La voix pernicieuse de Drakan se fit question, question qui la touchait elle. C'était le moment d'entrée en scène. Elle était toujours en dehors de l'appartement, tête passé par l'embrasure de la porte, elle prix sa voix faussement naïve, innocente.

    "Bonjour... je m'excuse de vous déranger... Je m'appelle Virginie. Je ne vous serre pas la main, j'ai bien peur de la détremper... J'ai trouver votre femme... En faite, c'est mon manteau qu'elle porte."


Une présentation naturelle, celle d'une femme qui ne sais pas à qui elle as affaire. Elle attendis qu'on l'invite a entrer un instant, ce que la courtoisie obligeait, au moins le temps de récupérer son manteau pour franchir le seuil de l'appartement. Un regard discret pour Anicia, absent de peur, un renouvellement de leur accord, de la confiance, mais qui passerait aux yeux de tous comme une marque de compassion.

    "Je vient d'arrivé en ville et elle errait en sous vêtement dans la rue... Heureusement encore assez lucide pour être capable de savoir ou elle habite... Je ne voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas mais... je crois que votre femme se drogue, elle délirait... Il y a d'assez bon médecin qui peuvent l'aider à arrêter ça, enfin, j'me suis dit qu'un procès pour exhibition ne l'aiderais sans doute pas, mais je suis rassuré de voir qu'elle est si bien entourée..."


Il fallait que les choses avance, l'homme n'allais pas l'inviter à rester c'était certain, elle le dérangeait, même s'il n'avais pas le sans gène de la mettre dehors. Elle eut un frisson, non simulé celui la alors qu'un courant d'air provenant du couloir lui glaçait les os.

    "Je m'en veux de saccager ainsi votre appartement, mais je suis rester un bon moment sous la pluie... Est ce que je pourrais utilisé votre salle de bain pour me changer? Si je peut éviter la pneumonie ça m'arrangerait assez."


Elle le gratifiait d'un large sourire amical exempte de toute pensée, et lorsqu'il accepta, elle offrit un regard interrogateur, et l'un des hommes la conduit jusqu'à la salle de bain. Dans l'entée n'était rester que son sac à main, oublié comme par mégarde, et qui serait sans aucun doute fouillé. Son passeport, quelques photos de famille fictive et d'autre accessoire de femme corroborerais sa version. Thais retrouva alors Anicia dans la salle de bain.

    "Vous allez bien Madame?"


Le vouvoiement avait remplacer le tutoiement qu'elle avait toujours utilisée à son attention, cette phrase était en réalité destiné à l'homme qui se trouvait toujours dans son dos. Elle s'accroupie alors et ouvrit sa valise beige, laissant apparaître ses vêtements et sous vêtements en nombre. Ils étaient humide eux aussi, elle réclama alors qu'on lui indique ou se trouvait les serviettes, l'homme s’exécuta, puis quitta la pièce en fermant la porte derrière lui; mais elle était certaine qu'il se tenait toujours derrière, écoutant la moindre des conversations. Thais observa alors la jeune femme avec attention et déposa un doigt sur ses lèvres, qui tout en lui indiquant qu'elle devait se taire, lui prouvais qu'elles étaient toujours de connivence.

    "C'est trempé... Vous n'auriez pas un sèche cheveux?"


Quand Anicia le lui tendis, elle le brancha, puis l'alluma et en profita quelques instants pour faire sécher ses vêtements, avant de le poser, tout en le laissant tourner. Il couvrirait leur voix.

    "Est-ce que tu sais qui sont ces gens? As tu vu ou il as emporter la valise?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Dim 1 Jan - 20:42
« Je vous remercie mademoiselle pour la compassion dont vous faites preuve à l'égard de mon épouse mais nous sommes déjà entrain de régler son soucis. »

Cette fois le ton de Drakan était plus froid bien que toujours aussi mielleux. IL posa son regard sur la blonde et esquissa un sourire qui en aurais faire flancher plus d'une.

« Bien sûr mademoiselle, Anicia devrais déjà se trouver à la salle de bain maintenant... Rejoignez là. »

Effectivement, j'y était. Nue sous un peignoir en coton bien fermer , je séchais mes cheveux en me fixant dans le miroir. J'avais jeter dans le panier à linge sale ma chemise de nuit trempée en ignorant l'échange de mots de mon ange et mon époux. Quand Virginie déboula dans la salle de bain, j’allais lui adresser quelques mots , qu'elle me fit taire rapidement en posant son doigts sur mes lèvres, prétextant avoir besoin du sèche cheveux. Je déglutit et me baissais, ouvrir le placard sous l'évier et le lui tendis alors qu'elle le mettait en marche pour couvrir nos voix et me parler de ce qu'elle cherchait. Je me penchais vers elle et répondit :

« Ces gens sont des hommes de l'Aera center, je n'en sais pas plus, quand à la valise... près du canapé... vous ne l'avez pas vu ? Tout à droite. »

« Anicia ? »

Je relevais le visage, tenais Viriginie par les épaules et lui lançais un regard anxieux avant de sortir de la salle de bain, fébrile et revenir au salon.

« Oui ? »

Drakan posa son regard sur moi, me détaillant de bas en haut avant de me sourire... UN vrai prédateur.

« Chérie, habille toi décemment allons, penses à nos invités. »

« Je... oui... oh, et si tu venais m'aider à choisir ma tenue ? »

« Anicia je suis oc... »

« S'il te plaît ! Ça me ferais... tellement plaisir. »

Avant que mon mari ne réplique, je prit son visage entre mes mains et plaquais mes lèvres sur les siennes. Les deux hommes se fixèrent alors que Drakan en resta stupéfait avant de poser sa main dans mon dos, m'attirant à lui.

« D'accord, d'accord, tu as gagné, je viens... Messieurs, je vous abandonne un instant pour … Aider ma femme. »

Il pinça les lèvres avec une mine agacer et posa son verre de whisky sur la table basse. Ravie, je fit demis tour et traversa le couloir, entrant dans la chambre du fond, qui était la notre. Mon manège avait fonctionné à merveille, je savais que Drakan, sous ses airs de prédateur, n'aurais pas cracher sur un baiser de ma part ainsi qu'un élan de tendresse. C'était une chose qu'il recherchait éperdument chez moi et que je lui offrais que rarement. IL me vouait un amour qui malheureusement pour lui, n'était pas réciproque. C'est ce qui le rendait si méchant, si violent. Cela dit, au début de notre mariage, j'avoue avoir nourris quelques sentiments à son égards mais quand il leva la main sur moi la première fois avant de m'injecter de l'As, j'enfouis bien vite se sentiment au fond de moi. Je ne pouvais aimer un monstre. Une fois tout deux dans la chambre, je fermais la porte. Le but de cette manœuvre ? Éloigner Drakan pour laisser le champs libre à Virginie d'agir à sa convenance. Je n'aurais pas prit le risque que mon époux lui fasse du mal à elle. J'ouvris la grande armoire, faisant coulisser la porte, faible sourire aux lèvres et fixais les rares robes décente qui s'y trouvait. Le soucis était que j'avais sous-estimer Drakan qui déboula sur moi, me tirant en arrière et m'allongea sur le lit avec force, une main plaquer sur ma bouche.

« A quoi joues-tu Anicia... ? »

Pétrifiée, je le suppliait du regard, tremblante. Drakan se glissa entre mes jambes, pressant son bassin contre le mien avec une sensualité extrême et qui, je dois l'avouer, me faisait fondre à chaque fois.

« Tu crois que je suis aveugle ? Tu sort de la maison malgré mon interdiction, tu montes sur le toit, tu amènes une étrangère et tu joues à la femme docile et parfaite ? »

Je déglutit, continuant de le fixer. Lentement, il retira sa main, dardant son regard bestiale sur moi. Il m'effrayais tellement que mon sang se glaça dans mes veines.

« Tu sais quoi ? On va jouer... je vais laisser ta Virginie, -si cela est réellement son nom – faire ce pourquoi elle est réellement venu... Je vais même la laisser en vie... »

ca ne sentais pas bon du tout . Quand Drakan se mettait à jouer avec quelqu'un, c'était mauvais signe. IL plaqua ses lèvres sur les miennes, sa langue venant chercher sa jumelle et m'embrassa à pleine bouche, langoureusement alors que je tentais de le repousser mais rapidement, il m'immobilisa, maintenant mes poignets au dessus de ma tête.

« Attendons ici quelques instants... J'ai hâte de savoir que ta jolie blonde va faire... cela dit, je pense savoir ce qu'elle est venu chercher. »

Seigneur, dans quel pétrin venais-je de me fourrée ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Mer 4 Jan - 6:45
Le ton de Drakan lui déplaisait, il avait ce petit quelque chose, cette froideur du parfait calculateur. Elle avait eut même l'espace d'un instant, un doute sur le fait qu'il était dupe...
Anicia réagissait vite, réagissait bien. C'était une femme brisée, perdue, et qui pourtant semblait se battre farouchement maintenant qu'on lui avait mis le pied à l'étrier. Thais lui offrait une porte de sortie, et Anicia s'y engouffrais avec plus de volonté et de rage qu'elle ne lui en aurait attribuer.

Elle lui confirma bien vite ce que Thais savait déjà. Les hommes n'étaient pas justes quelques invités, mais des membres de l'Aera Center, elle et son compagnon avait déjà un temps de retard, Drakan était prêt à procéder à l'échange, et l'aurait fait, sans leur intervention...

Elle avait également repéré la valise, déposé si distinctement... Elle n'était visible que depuis le couloir menant à la salle de bain dans lequel celle ci avait été retenue par Drakan, mais ne s'étant pas attarder, ni retourner, Thais n'avait put l'apercevoir. Elle pesta, alors qu'une voix forte et mielleuse couvrit le bruit produit par le sèche cheveux. Une lueur de terreur s'était emparer du regard de l'ET, qui l'empoigna un instant, avant de s'écarter, pour affronter son destin.

Elle n'avais même pas eut à lui dire quoi faire, la jeune femme avait réagit d'instinct, s'avançant vers le danger et quittant sa protection de son propre chef, alors qu'elle aurait put rester la, compter sur les promesses de Thais... Mais elle l'aidait, de cette façon, et quelque chose lui disait qu'elle en avait conscience. Elle serra les dents, et attrapa le sèche cheveux, de sorte que la porte ouverte, ont put la voir en pleine action.

Elle ne suivit que de loin la conversation, devant se concentrer pour saisir des bribes de paroles, mais elle vu clairement le « couple » s'enfermer dans une chambre. Elle serra les dents. Qu'il la touche, et elle lui mettrait un pruneau dans le crane... Bon dieu! Mais que faisait son compagnon.
Arrêtant le sèche cheveux, elle repoussa la porte simplement, continuant de s'éponger avec une serviette, tout en s'approchant l'air de rien de son arme.

On toqua. Elle sourit. Pas de réaction. Elle sorti de la salle de bain, serviette en main avec laquelle elle terminait de sécher ses cheveux, et observa les deux hommes qui se tenaient toujours dans la pièce.

    « Vous n'allez pas ouvrir? C'est peut être important! Et je crois que notre hôte est occupé... »


Un maigre grognement de la part de l'un des deux qui alla alors ouvrir la porte. Aussitôt fait, il pris un coup de flingue dans la tronche, s'étalant au sol, provoquant la réaction immédiate de son comparse, qui dégaina son arme pour pointé l'homme dans l'encadrement de la porte. Il s'arrêta en position de visé, sans tirer. Écarta doucement les bras pour déposer son arme au sol. Derrière lui, Thais avait attraper l'arme à sa cuisse, et placé le canon sur sa tête.

    « Vous ne savez pas à qui vous avez affaire... »
    « Oh, ne vous inquiétez pas pour ca, j'ai ma petite idée... »


Dégageant l'arme au sol de son pied, elle le frappa à son tour à la tempe et il tomba sur le sol, saignant légèrement, étourdit.

    « Attache les ensembles, ont va les mettre dans un placard. La mallette est la. Il faut récupérer toutes mes affaires dans la salle de bain. »


Elle l'aida un instant à bâillonner les deux hommes, et à les ficeler, puis les trainer dans l'un des placard du salon. Elle indiqua ensuite à son compagnon la direction de la salle de bain, sans toute fois montrer l'intention de s'y rendre.

    « Qu'est ce que tu fait! »
    « Je tient ma promesse. Si on la laisse la, il va la tuer, c'est sur... Tient, tant que tu y es, aide moi! »


Elle lui indiqua la porte de la chambre d'un mouvement du visage, alors qu'elle avait bien en main son arme, près à visé, et s'il le fallait à abattre cet homme. Défoncer la porte n'était toute fois pas dans ses cordes avec les escarpins, elle lui en laissait donc l'honneur.

Un seul coup bien placé suffit a la faire s'ouvrir en claquant, et elle pénétra directement la chambre, trouvant Drakan maintenant sa compagne soumise sous lui. Elle senti une pointe de rage s'emparer d'elle, en le voyant ainsi prêt à violer la femme qu'il avait épousé. Elle le maintenait en joue. Sa voix se fit dure.

    « Lâchez la immédiatement, ou je vous met une balle dans la tête... Et je vise bien, croyez moi. »


Il n'y aurait pas de tir de somation, un tel bruit pourrait attirer les voisins, c'était d'ailleurs la raison pour laquelle ils n'avaient pas abattue les deux hommes de l'aera. Mais s'il ne s'exécutait pas en vitesse, elle n'aurait aucune hésitation, de profile l'angle était idéal, elle ne risquerais pas de blesser Anicia. S'il refusait, une balle suffirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Jeu 5 Jan - 15:21
Non, Drakan ne m'avait jamais violé. Je sais qu'à nous voir ainsi, on pourrais penser le contraire mais j'ai toujours été consentante. Sans doute à cause des brides de sentiments qu'il me restait, là, cacher quelque part... Et puis Drakan savait faire monter de désir en moi, pour ça, il était doué. Je me débattait tout de même, je n'avais pas la tête à subir ses baisers, ses caresses, je touchai la liberté du bout des doigts et je comptais bien saisir l'opportunité que javais. Brusquement la porte de la chambre s'ouvrir et Virginie fit son apparition, menaçant Drakan de lui tirer une balle. IL resta allonger sur moi, tournant lentement le visage vers mon ange et se mit à rire.

« Bien, bien... Je la lâche... »

Poussant sr ses avant bras, le beau Chronosien se redressa et recula , levant les mains en signe de paix, sourire mesquin aux lèvres. J'en profitais aussi pour me redresser et me lever du lit, je ramassais la robe au sol, retirant le peignoir et l'enfila rapidement histoire de ne pas rester nu puis je me mit près de mon ange, fixant mon époux.

« Allons chéri, ne me regarde pas comme ça... C'est partir que tu veux ? Alors soit, vas t-en, je ne te retiens pas. »

Je fronçais les sourcils en signe d'incompréhension. Drakan glissa une de ses mains dans ses longs cheveux d'une vive couleur chatoyante et rit de plus belle. Suite à cela, se fut ma protectrice qu'il fixa.

« J'espère que le contenu de la mallette seras à la hauteur de vos espérance miss Virginie. »

Je détournais le visage pour fixer la jolie blonde qui me dépassait de quelques centimètre. Finalement, mon mari m'interpella une fois encore.

« Oh, Anicia, mon cœur... »

Je posais mes prunelles blanches sur lui, faisant un pas de plus vers Virginie.

« J'ai un petit cadeau pour toi... Je tiens à te l'offrir même si compte partir loin de moi. »

Drakan glissa sa main dans la poche de son pantalon et en sortit une toute petite boite en velours rouge , entourer d'un ruban. Il me la laissait et je l'attrapais rapidement, faisant tourner la boite entre mes doigts avant de tirer doucement sur le ruban. 

« Non. Tu l'ouvriras quand tu seras en sécurité chérie, pas avant. Je me suis donné du mal pour me procurer se cadeau, il est fait pour toi... je tiens à ce que toi seul puisse le voir. »

Malgré les menaces de mon ange, il s'approche de moi et souleva mon visage en glissant ses doigts sous mon menton.

« Un dernier baiser ma douce... Je ne te dit pas adieu car je te retrouverais, où que tu te cacheras. »

Je retint mon souffle alors que Drakan posa ses lèvres sur les miennes tendrement. Je n'y répondis pas. Mon époux esquissa un sourire et recula, désignant la porte d'un geste de la main.

« Partez maintenant... Avant que je ne change d'avis. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Dim 8 Jan - 14:16
Il riait, de ce rire malsain naissant uniquement dans la gorge des démons. Oh qu'est-ce qu'elle n'aurais pas donner pour lui faire ravaler son sourire? Elle l’exécrait, de tout son être. Anicia se dévêtit rapidement. Thais ne put s’empêcher de pensé que ce n'était pas le moment, mais ne dit rien, continuant de braquer Drakan, histoire que d'autre idées ne lui viennent pas en tête.

Il prétendait la laisser partir. Et pourtant elle était certaine que la jeune femme n'aurait jamais put partir de sa propre volonté, ce n'était pas pour rien qu'elle avait tenter de se suicidé. C'était un manipulateur, un de ces pervers narcissique particulièrement redoutable, capable de vous retourner le cerveau en moins de deux, de vous faire passé pour le bourreau, alors que vous êtes la victime... Il se tourna vers elle, parlant de la mallette, l'appelant par son nom d'emprunt. Il n'était pas dupe, si Anicia croyait qu'elle lui avait toujours appartenu, lui savait pourquoi elle la récupérait. Ou du moins s'il ignorait que c'était pour un client, pensait il que ce fut pour elle même.

    "Je n'en doute pas."


Le ton était acerbe, mais elle en était d'autant plus méfiante. D'un mouvement de tête, elle envoya son comparse vérifié le contenu de la mallette en question, histoire qu'il ne cherche pas a les tromper. Il interpella Anicia alors qu'elle avant vers Thais, lui offrant, "un présent". Elle le sentait mal... Rien de bon ne pouvais provenir de lui.

    "Tu devrais laissez ça... Ne rien garder, ça vaux mieux. C'est un pourris, rien que ça. Ne t'encombre pas de remord, on ne reviendra pas."


Drakan énonçait le contraire, se disait persuader de la revoir. Elle l'en croyait capable. Jamais elle ne la laisserait partir ainsi. Il approchait, mais Thais s'interposa.

    "Ho non je ne crois pas! Recule! Reste ou tu es, ou je te jure que ta gueule d'ange n'impressionneras plus jamais personne!"


Il n'écouta pas, continuant à s'approcher, les poussant a partir "avant qu'il ne change d'avis". Alors, elle s'imposa physiquement, l'empêchant de la toucher. Il n'avais pas compris? La balle n'était pas dans son camps, c'était elle qui menait la danse. Au contact, elle le frappa avec son arme au visage, avant d'une prise rapide, le faire tombé sur le sol, sur lequel elle le pointait toujours.

    "T'as bientôt finit? File moi ton silencieux. Anicia, fait ta valise, emporte que le minimum, de quoi t'habiller pour deux jours."


Son compagnon réapparut dans la pièce avec l'arme en question. Ils firent échange, elle se pencha donc sur l'homme au sol et l'attrapa par la chemise pour le traîné un peu plus loin dans la chambre, elle l'adossa à un mur. Afin qu'il ne puisse chercher a se rebeller, elle lui maintenant l'arme sur la tête. Une fois contre le mur, elle le força à la regarder, alors qu'elle appliquait l'arme sur son genou.

    "Je ne vais pas te tuer... A moins que je change d'avis. Si tu cri. Je t'en met une autre dans la tête. Je pense que ça devrais te passer l'envi de nous suivre..."


Elle ne scilla pas quand le coup partit. Elle put voir la douleur s'inscrire sur son visage, mais il ne hurla pas. Elle lui colla alors une petite baffe, avec un sourire au lèvre.

    "C'est bien. Je vois que tu as compris. Aller on dégage!"


Non sans lui porter un dernier coup pour l’assommer, elle se releva, faisant signe au groupe qu'ils partaient. Elle aida Anicia a prendre ses affaires, alors qu'ils vidaient l'appartement de toutes leurs traces. Une voiture les attendais, ils rejoindraient un hôtel, l'espace de quelques heures, le temps de la nuit, avant de pouvoir quitter cette planète.



Citation :
Un peu short je m'en excuse, mais je suis malade comme un chien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Dim 8 Jan - 20:49
Je m’étais laissé prendre au jeu de Drakan. Alors que Virginie s’occupait de lui, je portait la boite à mon oreille et la secoua doucement. J’entendis quelque chose à l’intérieur qui se répercutait contre la boite. Vu la taille de la boite en question, ce n’était pas quelque chose de grand. Un bijoux peut être… Qui sait. Drakan se faisait mener docilement par mon ange alors qu’elle m’ordonnait de préparer ma valise pour deux jours. J’hochais la tête et sortit un sac de l’aimoir avant d’y fourrer quelques sous-vêtements, une chemise de nuit, une robe, un pantalon, t-shirt et gilet. Rapidement je filet à la salle de bain, prenant quelques effets personnel comme une brosse à dent, dentifrice, brosse à cheveux, bref, le nécessaire quoi puis enfin, je retournais dans la chambre, ouvrant le tiroir de la table de nuit et prit mes papiers et mon passeport. Drakan me fixa, fixant sa mâchoire et rit.

« Bon voyage ma douce… A très bientôt ! »

IL rit de plus belle alors que je me rapprochais de ma protectrice, me cachant à demi derrière elle. Sa présence me rassurait. J’empoignais le sac et le mit sur mon dos avant de tirer sur la manche de l’humaine.

« Ange… On peut y aller ? S’il vous plait… Je veux partir d’ici. »

Je posais mes prunelles claires sur mon époux, il soutint mon regard en silence avant de me faire un rapide clin d’œil. Je fuyais mais au fond de moi je savais que je ne serais jamais en sécurité tant que Drakan serait vivant… Mais étrangement, je jouais le jeu. IL ne vit à mon regard, je le défiais, il le savait. Un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres et moi rapidement, je sortit de la chambre, traversant le couloir, le salon, prenant le chemin de la sortie. J’étais libre à présent et plus rien ne m’arrêterais… Saud peut être Drakan… Mais pas de suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Ven 13 Jan - 17:26
Son rire, son rire l'insupportait alors qu'il regardait toujours Anicia comme sa chose, comme sa proie. Elle avait finit par l’assommer, avec force et rage, pour le faire taire. Anicia avait alors commencer a tirer sur un pan de sa robe pour lui demander de partir. Elle acquiesça alors, déposant un bras sur son épaule pour la dirigé vers la sortie, un dernier regard pour la créature qui gisait contre le mur. Il mettrais quelques heures avant de se réveiller, et eux, seraient loin.

De retour dans le salon, elle rendit son arme a son collaborateur, récupérant la sienne qu'elle replaça à sa cuisse. Ils prirent le temps de nettoyer les lieux, effacer les traces de leur passage avant de quitter l'appartement. Ils furent longtemps silencieux. L'homme qui les accompagnaient n'avais manifestement pas envi de se mêler de ce qui allait concernait Anicia, quand à Thais, elle avait encore la tête dans sa mission, et dans la manière dont ils allaient pouvoir repartir en toute discrétion, avec une personne de plus.

Il faudrait accélérer leur départ, afin que Drakan n'ai pas le temps de déclaré sa femme disparut, et même si on la rechercherait sans doute peu (elle était majeure et vacciné après tout), cela risquerait de leur compliquer les choses. A quelques rues, une voiture les attendaient, Thais fit monter Anicia à l'arrière avant de décharger ses affaires dans le coffre puis de s'installer à la place passager.

Une petite demi heure de route, et ils s'arrêtèrent devant un hôtel assez grand. Il y avait plus luxueux, mais la clientèle semblait déjà avoir un certain standing. Ils descendirent tout trois du véhicule pour rejoindre l’accueil. L'homme qui les accompagnaient s'approcha de la réception alors que les deux femmes restaient en retrait.

    "J'ai réserver au nom de Forell."
    "Une chambre double c'est cela?"
    "Oui."


L'homme eut alors un regard suspicieux en direction de Thais et d'Anicia. Par définition, la chambre était prévue pour deux... pour un couple. Autant dire que ça ne lui plaisait pas. Il émit un faible grognement avant de remettre la clé magnétique de la chambre. Il avait vut des choses de toutes sortes ici, après tout... Si un couple voulais expérimentez quelques trucs avec une tierce personne, cela ne le regardait pas.

    "Les ascenseurs sont à droite. 5e étages, et sur votre gauche en sortant. Bonne soirée."
    "Vous de même."


Le groupe monta, pour rejoindre une pièce spacieuse, mais ou ne trônait effectivement qu'un seul lit.

    "Installe toi Anicia. On reste ici cette nuit. Je vais me changer."


Thais investi alors la douche. Quand elle en sortie, elle avait troquer sa robe contre un pantalon et passé un T-shirt. Quelque chose de bien plus pratique, et qui lui permettrait de veiller confortable pour la nuit. Hors de question qu'ils dorment tous. Elle allait se relayer avec son compagnon afin d'être toujours sur leurs gardes. L'homme en question avait à son tour investie la salle en retrait, et Thais s'assit non loin d'Anicia sur le lit.

    "D'ou est-ce que tu vient?"


La question portait sur ses origines, c'était clair. Anicia n'était pas humaine, et il semblait à Thais, que c'était le bon moment pour en apprendre un peu plus, se détendre légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Ven 20 Jan - 9:33
J’avais encore du mal à réaliser les conséquences de ma rébellion, ce qu’elle apporterait. Ma vie allait changer du tout au tout, j’allais devoir apprendre à m’occuper de moi-même, à ne plus agir en animal mais bel et bien comme une personne libre. La liberté… elle avait quelque chose d’effrayant et me laissais un goût d’amertume dans la bouche. Etrange. Je sortis du bâtiment, toujours aussi fébrile et montait dans la voiture, guidée par la douce Virginie. Je restais silencieuse le long du trajet, observant avec émerveillement la cité K-27 qui défilait sous mes yeux. Je ne savais même pas où nous allions, je ne connaissais rien d’autre que mon ancienne cellule sur Chronos et cet appartement luxueux. Je soupirais alors que la voiture s’arrêta. Je posais une main sur mon estomac, je me sentais mal… Je crois que ce transport ne me convient pas vraiment, la nausée me prit et je sortis rapidement du véhicule, sans vomir toutefois. Je pris une longue inspiration et suivit mon ange et son ami, restant cachée derrière eux, mes pieds nus foulant le bitume froid et nous entrions dans un bâtiment dont j’étais incapable de livre le nom. Je déglutis en me penchant sur le côté pour observer furtivement l’hôte d’accueil… Eh bien, en voilà un qui ne sait pas se montrer courtois. Je posais mon regard clair sur Virginie puis l’homme qui nous accompagnait les suivit. Une chambre ? je regardais autours de moi alors que mon ange disparut dans la salle de bain, me laissant seul avec l’homme froid qui ne semblait pas du tout m’apprécié. Je m’assis sur le lit doucement et restais là à le fixer en silence. Je me demandais quel était son nom et pourquoi il me détestait, à croire que j’attirais le dégout de tous les hommes sur moi. Peut-être parce que je n’avais aucune personnalité, j’étais fade et malade. Je compris soudainement que je devrais changer, profiter de cette nouvelle liberté pour m’affirmer. L’expression de mon visage se fit plus dur et déterminé alors que je suivais l’homme du regard qui à son tour, filait dans la salle de bain. Je posais mon regard sur Virginie et lui sourit gentiment alors qu’elle me posait une question, curieuse de connaitre mes origines.

« Chronos… »

Je restais là à la fixer, soutenant son regard puis murmurais.

« Merci Ange de tout ce que tu as fait pour moi ce soir… je te dois tellement. »

Je soupirais longuement et rit nerveusement.

« Désolé, je n’arrive pas à me détendre, je m’attends à voir Drakan passé la porte d’une seconde à l’autre alors que je sais parfaitement que ça n’arriveras pas… »

Je grimaçais faiblement et me levais, m’approchant de la fenêtre de la chambre, fixant la ville magnifique et ses lumières.

« Ange ? Où vas-tu m’emmené après cela ? Je ne suis pas sotte tu sais, je suis un poids, j’en ai parfaitement conscience, je suis effrayer par ce qui m’attends dans l’avenir. Mais j’aimerais savoir… Y a-t-il un moyen pour moi de guérir de cette peur et de devenir un être à part entière ? Je ne veux plus être un animal Ange. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Lun 13 Fév - 20:07
Chronos, ce nom ne lui évoquait rien, si ce n'était quelques vieilles légendes passé d’âge, quelques mythes dépourvut de sens, une vague notion de temps... Qui avait ainsi baptisé cette planète? Cela avait peu d'importance après tout. Thais s'attendait à ce que la jeune femme développe, lui parle des contrées ou elle avait vu le jour, mais elle n'en fit rien, restant mutique, secrète... Les deux femmes se regardaient fixement, cherchant sans doute à percé le mystère des songes de l'autre. Que pouvait-elle bien penser en l'instant?

L’extraterrestre rompit alors le silence, la remerciant tout en la qualifiant une nouvelle fois de ce nom autrefois réserver à quelques croyances aujourd'hui éteinte. Thais secoua doucement la tête avec un air légèrement triste, ou plutôt éteint, elle ne pouvais pas continuer à l'appeler ainsi, elle avait crut que, libéré partiellement de la drogue, les pensées de la jeune femme redeviendrait clair, mais il semblait que non. Pouvait on être aussi naïf? que fallait il avoir vécut, pour ainsi s'accrocher au premier venu, comme à un ange venu du ciel? Ou bien était-ce seulement une caractéristique propre à sa race?

Elle riait, Thais la regardait sans broncher, ce rire était nerveux, cela se sentait, aucune joie. Elle avoue craindre que l'homme qui l'avais brutalisé mainte et mainte fois n'apparaisse, comme par magie. Thais la fixa avant de déclarer avec sérieux.

    "S'il passe cette porte, c'est dans la tête et non pas dans le genou que je lui colle une balle."


La jeune femme eut une grimace étrange, et Thais l'accompagna d'un sourire en demi teinte, en percevant ce qu'il s'y cachait. Si Anicia ne l'avait pas contredite, elle redoutait sans doute tout autant la venue de Drakan, que le fait qu'il puisse mourir simplement d'une balle dans la tête. Elle était lié a lui, on efface pas des années en une seule nuit. Elle avait toujours du mal a comprendre comment une femme pouvais éprouver de l'affection pour un homme maltraitant, sans doute sa propre combativité la préservait de ce risque... Elle en était fort aise.

Anicia s'était levé, rejoignant la fenêtre sous l'oeil attentif de la jeune femme. Dans la salle de bain, porte ouverte, l'homme lui jetait aussi un regard. Il désapprouvait toujours, lançant quelques oeillades à son supérieur, avant de se détourner. Ange... Ce mot résonnait une fois de plus dans l'air, et il la dérangeait un peu plus chaque fois, alors qu'elle avait l'impression d'abuser de la confiance, de la candeur de cette jeune femme. Ou allait elle l’emmener? Une bonne question, que ferait-elle d'une jeune femme comme elle? Mais la suite attira plus son attention.
L'ET avait le sentiment d'être une loque, un poids, une chose incomplète... Thais la fixa un long moment sans répondre, pleine de compassion. Cette pauvre fille avaient été réduite à l'état de simple chose, une pointe de colère à l'encontre d'être comme ce Drakan, naquit alors dans son corps, se manifestant par quelques raidissement au niveau de sa gorge ou de ses mains, mais qui disparurent bien vite alors qu'elle se maîtrisait.

Thais se leva puis s'approcha d'Anicia, s'appuyant à son tour contre la fenêtre, et fixant l'immensité sombre, ponctuée de millier de lucioles artificielles.

    "La peur est naturelle... Seul les imbéciles n'ont peur de rien. Mais quand elle commence à prendre le déçu sur tout le reste, au lieu de t'aidé à avancer, elle te tétanise... / Un moment de silence./ Tu sais... Il faut que tu arrête de m'appeler ainsi, je ne suis pas un ange, les anges n'existent que dans les histoires..."


Était-ce de la déception sur son visage? A vrai dire elle n'en savait trop rien, et évitait volontairement de la regarder. Elle dégluti, un poil plus difficilement que d'habitude. La compassion n'avait jamais sauver personne. Elle voulais devenir quelqu'un? Alors un électrochoc ne pouvais que la réveiller.

    "Virginie n'est pas mon vrai prénom, mais tu peut continuer à m'appeler ainsi, te donner le vrai serait me mettre en danger, et la situation est déjà assez périlleusement comme ça, avec ton compagnon à nos trousses. J'ai pris beaucoup de risque en te laissant nous accompagner, c'est pour cette raison que mon compagnon semble autant désapprouver ta présence. Mais j'ai fait la promesse de t'emmener loin d'ici, et je suis une femme de parole... Nous prendrons une navette pour Mars dés demain, quant à la suite du trajet... nous verrons en fonction..."


D'un impulsion de la hanche qui était appuyer contre le mur, Thais se redressa s'éloignant de quelques pas, observant quelques instants la jeune femme. Elle la contempla, avec attention, elle se tenait voûté, recroqueviller comme un animal battu, craignant le prochain coup, elle transpirait cette peur dont elle avait elle même pris conscience; tout dans son attitude criait le peu de confiance en elle qu'elle pouvais posséder. Thais inspira longuement, avant de lancer d'une voix sèche, mais dynamique, attirant son attention.

    "Anicia. Redresse toi. Relève la tête, bombe le torse..."


Elle s'approcha de nouveau de la jeune femme, qui la regardait sans comprendre ou elle voulait en venir. Thais le releva la tête de quelques doigts déposé sous son menton, avant de placé une main dans son dos, l'obligeant à se redresser, se tenir droite, les épaules détendus, sans être affaissé; les mains le long du corps, et non crispé contre elle ou croisé en guise de fermeture. Elle lui intima alors de ne plus bouger, s'éloignant un instant pour attraper la glace sur pied qui trônait un peu plus loin, elle la tira devant l'ET, qui découvrait alors son propre reflet. Thais lui laissa quelques secondes pour prendre conscience de ce qu'elle pouvais avoir l'air, fière, sur...

    "Il ne tient qu'à toi d'être quelqu'un d'autre. Les gens pourrons toujours essayer de te changer, on ne change jamais réellement que de sa propre volonté. Ils ne seront au mieux que des catalyseurs. Tu as tout ce qu'il faut en toi pour opérer les changements que tu désire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Mar 14 Fév - 10:17
Mon ange tentait de me rassurer en me disant que si Drakan passait la porte, c'est dans la tête qu'elle lui tirerait une balle. La jolie blonde se leva et me rejoins prêt de la fenêtre alors que je posais mon regard sur elle. J'avais parfaitement conscience que son ami n'était pas d'accord avec elle, cela me mettait mal à l'aise au plus au point. Si seulement je pouvais faire quelque chose pour eux... Mais ange me fit une révélation qui me laissa coi un instant. Je la fixais alors qu'elle me dit que Virginie n'était pas son vrai et qu'elle n'était pas un ange.

« Très bien, je continuerais de vous appeler Virginie si tel est votre souhait. »


Oui j'étais déçu mais tellement habituée au mensonge que je ne pouvais pas lui en vouloir. Et puis cette jeune femme m'avait tout de même sauvé la vie ! Diable, comment pourrais-je être en colère contre elle ! Virginie l'avais dit, de toute façon, c'était nécessaire pour qu'elle se protège. Je lui souris gentiment.

« Je comprend parfaitement... Et puis, un jour peut être aurais-je le plaisir de connaître votre vrai nom, madame. »

J’éprouvais un nouvel élan de tendresse envers la belle humaine. J'aimais la façon qu'elle avait de me parler, de m'expliquer les choses, de me rassurer. Je me sentais bien auprès d'elle, protégée alors j'en profitais mais en échange de toute ces bonnes sensation qu'elle m'apportais, moi je ne pouvais que lui sourire. Peut être s'en contenterait-elle … Et quand je serais en mesure de faire bien plus, alors à mon tour, je prendrais soin d'elle. Mais... J'étais encore terrorisée. Je posais de nouveau mon regard sur la fenêtre, fixant la ville au travers de la vile, dos vouté, visage las. Virginie m'ordonna de me redresser, bomber le torse et de relever la tête. Je la fixais avec étonnement puis doucement, je me redressai, dos droit, je fit de même avec ma tête et je bombai le torse, prenant une profonde inspiration. Tout cela, guidée par Virginie. Je l'écoutais de nouveau, imprégnant chacune de ses paroles dans ma mémoire avant de lui sourire.

« Je changerais... Vous verrez... Je ne gâcherais pas la liberté que j'ai acquis grâce à vous. »

Mon regard montrait toute la sincérité de mes mots et ma voix cette fois n'était ni faible ni tremblante mais suintante de motivation. Cette femme avait risquer gros pour moi, c'était à mon tour de faire des efforts pour montrer que j'étais digne de son intérêt.

« Ne vous a-t-on jamais dit que... Vous étiez mère poule ? »

Je ris faiblement, puis m'éloignais pour m'assoir sur le lit.

« Là d'où je viens, nous sommes séparer de nos mère à notre naissance... Puis enfermé dans une cellule tout au long de notre vie jusqu’à ce qu'un homme nous choisisse pour époux... Je n’aie jamais put compter sur personne et personne n'a jamais prit la peine de me rassurer tel que vous le faite, de simplement... être là, à côté de moi, que je ne sois pas seule. »

Je relevais le visage et la fixais.

« Comprenez vous Virginie, à quel point je vous suis reconnaissante de ce que vous faite pour moi ? Vos gestes doux, vos paroles réconfortante, vos conseils... Vous êtes vraiment... Une femme merveilleuse. »

Jamais encore je n'avais parler avec une telle sincérité. Mais Virginie méritait qu'on le lui dise. Elle était vraiment extraordinaire et j'estimais que je devais le lui faire comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22941

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Save me... Lun 20 Fév - 19:47
La jeune femme la vouvoyait, lui servait du Madame... Même les soldats sous ses ordres ne l'appelaient pas "Madame". Se faire appeler ainsi lui donnait l'impression d'avoir pris des années en quelques secondes. Elle en fit abstraction, elle ne pouvais pas attendre d'Anicia qu'elle l'appelle par son prénom, dans la mesure ou elle ne lui avait pas donner.

Thais marqua un petit sourire alors que la petite avait un regain de vitalité, lui assurant quelle ne gâcherait pas la précieuse liberté acquise. Grand bien lui face, Thais en aurait été plutôt contrarié du contraire, avoir fait tout ça pour rien... D'un autre côté, elle ne se sentais pas spécialement plus que cela lié à cette femme. Si elle espérait que son sort soit plutôt bon, il ne lui suffisait pas de quelques heures pour s'attacher. Elle lui avais sauvé la vie, à Anicia dans faire quelque chose.

La réplique suivante tira un pouffement à Thais. Mère poule? Oui, elle prenait soin de ses hommes, de son matériel, et de temps à autre, de personne qui croisait sa route; mais elle était aussi la première à partir, tout plaquer, sans regarder les conséquences si elle en ressentait le besoin.

    "Si tu me prend pour ta mère, on va pas s'entendre."


Elle marquais la son opinion, même si la réplique avait été lâché sur un ton amusé, complice, le fond n'en était pas moins réel. Thais n'était pas sa mère, et son aide s'arrêtait à ce qu'elle accepterais de lui donner. Il ne fallait pas compter inconditionnellement sur elle. Alors qu'Anicia était partie s'asseoir, elle écouta son récit avec attention, et une pointe de compassion. Elle songea un instant à sa propre mère, assassiné comme tout les siens sur sa planète. Hum que dire. Etre élevé comme un animal, un moyen de reproduction, ou comme une expérience sacrifiable... chacun son lot. Mais Thais s'en tirait plutôt bien, de par son caractère combattit, elle le savait. Et surement aussi, parce qu'elle avait trouvé une main tendu dans l'Aurora Spei. Au fond, sans lui elle serait morte, une balle entre les omoplates.

Thais resta silencieuse, le visage vague, une pointe de mélancolie alors qu'Anicia faisait son éloge. Une femme merveilleuse? Était-ce vraiment comme cela qu'on la considérait? Qu'elle se considérait elle même? Non, pas vraiment.

    "J'espère que les choses changerons sur ta planète... Je doute qu'elle reste des millions d'année sans changer... Si la terre à toujours été forte pour quelque chose, c'est pour imposé sa moralité... Même si aujourd'hui, les droits de l'homme, ça ne veux plus dire grand chose..."


Elle s'étira. Il allait être temps de s'installer pour passer la nuit. Thais sorti son arme, et s'installa dans un fauteuil qui faisait face à la porte.

    "Je te laisse la première garde."


Elle laissait le lit à Anicia, elle dormirait assise, comme souvent. Elle préférait laissé le premier tour de garde, car se savait fatigué, mais aussi beaucoup plus alerte en pleine nuit, quand elle se réveillait. Quelques heures suffisaient a recharger ses batteries, elle ne s'en plaignait pas. L'homme vint s'installer proche de la porte d'entré. Thais bailla ouvertement avant de s'enfoncer dans le fauteuil.

    "Tu peut devenir ce que tu veux être. C'est à toi d'être actrice du changement. Comme pour ta planète par exemple. Je ne te dit pas qu'il faut que tu y retourne, que tu change tout à toi toute seule... Mais un système millénaire dispose de tant d'inertie qu'il ne s'arrête pas tout seul... Si personne n'impulse le changement, il n'y en aura pas... Enfin, ne te prend pas trop la tête avec tout ça. Dort, demain nous partons tôt."


Thais posa la tête en arrière sur le dossier matelassé du fauteuil et ferma les yeux. En quelques secondes, elle n'était plus la. Capacité bien utile que celle de s'endormir sur demande, c'est surement de la qu'elle tirait le fait de se réveiller alerte en pleine nuit...

La nuit se passa sans encombre, Thais avait pris son tour de garde sans que rien ne vienne troublé le repos de la chambre. Avant l'aube, les deux soldats avaient ramasser toutes leurs affaires. Thais avait longuement hésité. Elle pouvais laissez Anicia la, alors qu'elle dormait encore, payer la chambre et l'oublier. Cet ET ferait ce qu'elle voudrait de sa vie... D'un autre coté, la laisser la, c'était laissé un pauvre chaton dans la gueule de son loup de mari. Elle soupira longuement avant de la réveiller.

    "Debout. On y va."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Save me... Mar 28 Fév - 18:34
Virginie croyait que je la prenais pour ma mère. Cette idée me fit sourire, car non, ce n’était pas le cas. De toute façon, je n’avais moi-même pas connu la mienne. Suite à cela, elle souhaita à haute voix que les choses s’améliorent sur ma planète… Je détournais le regard. Cela ne changerais jamais car les femmes n’étais pas en mesure de se rebellées… Les hommes continueraient de les écraser comme des insectes. Chacun son lot, oui… Pour Chronos c’était peine perdu. Je soupirais, gardant le silence. Je ne devais plus y penser… Tout comme je ne devais plus penser à Drakan. C’était fini tout ça à présent. Me couchant sur le lit, je déposais la petite boite recouverte d’un papier cadeau sur la boite de nuit et la fixait intensément quelques instant. Je me demandais ce qu’il pouvait bien y avoir dedans… Je savais que je devais rester méfiante. Rapidement, mes paupières devinrent lourdes et je fermais les yeux, m’endors en quelques secondes.

Je ne sais pas combien de temps j’avais dormis. J’avais fait un rêve étrange… Remplit d’eau. Oui c’est ça… je m’étais vu libre, nageant dans l’océan immense de Chronos. J’y aurais presque cru, sans doute l’effet de l’AS qui circulait encore dans mon sang. J’avais pu sentir les vagues sur ma peau, l’odeur de l’écume, j’avais vu des myriades de poissons et créatures marines nager en ma compagnie… Dans un faible secousse, j’ouvris les yeux. Aucune trace d’eau. Je clignais des yeux une fois, deux fois, histoire de me réveiller puis fixait Virginie qui m’ordonnait de me lever. Difficilement, je le fit, me redressant dans le lit puis m’asseyant au bord de celui-ci. J’avais soif, trop soif… Je soupirais, glissant mes doigts sous mes longs cheveux et effleurais les ouïes derrière mes oreilles. Je pouvais encore tenir quelques temps. Je tendis le bras, attrapant le cadeau et le glissais dans mon sac de voyage que j’empoignais sans ménagement.

« Je suis prête. »

Je souris faiblement à la belle blonde avant de pencher la tête sur le côté, grimaçant faiblement et baillant longuement. Certes, je ne serais pas contre encore quelques heures de sommeil mais je suppose que j’aurais tout le temps pour cela pendant mon voyage pour quitter cette planète.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Save me...
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ TERRE ✦ :: ♁ Cité K-27 :: ♁ Tour des Logements-
 ::  :: ✦ TERRE ✦ :: ♁ Cité K-27 :: ♁ Tour des Logements+