A qui appartient ce Vaisseau ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 24331

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:09
Deux semaines. C'était le laps de temps durant lequel j'avais dormi à cause du réactif. Apparemment durant ce laps de temps, paraissait-il qu'on aurait cru que mon cerveau était mort. Aucun message électrique n'était envoyé par mon cerveau. Puis ça avait reprit, puis s'était arrêté, et cela avait mit les médecins sur les nerfs durant... Deux semaines. Autant dire qu'ils étaient plus qu'heureux que je me réveille après cela. Pour eu j'étais donc sorti du coma une dizaine de fois, chose aberrante, même à cette époque. Ce qui expliquait peut-être le fait que je titube encore après trois jours. En fuite, je vagabondais dans le vaisseau après avoir retrouvé mes vêtements. Plus je marchais, plus je fatiguais, mais plus je me sentais mieux. Chose étrange mais j'avais besoin de bouger, cela n'avait toujours pas changé. J'aurais pu retourner comme à mon réveil dans une des salles d'opération qui m'avait fait tant grimacer mais j'y avais à présent d'horribles souvenirs.

Ah... les souvenirs. Cela faisait toujours sourire de se remémorer ces joyeux moments où mamie passait entre les gens pour vous hurler dans les oreilles de revenir ! ... moi pas. j'avais jamais eu de grand ère. par contre il y avait trois jour, nerveuse et tout le tintouin, j'avais erré dans une salle d'opération et un superbe spectacle avait alors commencé. On dit de se méfier des réactifs au réveil... j'ai bien vite compris pourquoi. Dans la pièce, la lumière jouait des tours. des cliquetis me rendaient nerveuse. plus il y en avait, plus j'étais nerveuse, et ma nervosité en faisait trembler davantage. Des scalpels me tournèrent autour où flottaient dans le vide mais quand je tentais d'en toucher un je me brûlais, électrocutée. La suite, ce sont des objets métalliques chauffés qui se sont jetés sur moi dans un capharnaüm pas possible. Heureusement qu'ils ne sont pas tous arrivés à la même vitesse ou bien par le même bout car je n'aurais pas donné cher de ma peau. On me retrouva ce jour là hors de mon lit, réveillée et transpercée par endroits, entrain d'hurler après ce superbe vacarme de débris projetés. La seule chose qu'on me dit ? "Franchement tu ne sais pas viser".

Je serrais les dents en me remémorant ça et observai mon bras bandé. L'humour des mercenaires était franchement pitoyable. J'avais faillit crever merde ! Pire que ça, ce n'était pas la première fois depuis que je côtoyais d'un peu trop près les mercenaires. Alors oui aujourd'hui je visitais sans autorisation alors que j'étais censée me reposer encore deux semaines. Mine de rien j'étais déjà (presque) en pleine forme. hormis la tête qui tourne et la fatigue quoi... Et puis j'en avais assez de m'entrainer à soulever un jouet en bois. Ca ne marchait pas ça ne marchait pas ! Il n'avait pas bougé d'un millimètre depuis trois jours ! Je voyais déjà le médecin dire que c'était normal que je ne contrôle pas ma télékinésie (qu’évidement il jugeait comme étant un don banal). Oui mais pour moi ce n'était pas pressé.

- Enfin...

Je souris, satisfaite; J'avais enfin trouvé la salle des commandes. Raisonnable pour une fois je m'assis dans un fauteuil en plein centre de la pièce pour observer l'arc de cercle qui dévoilait l'espace. C'était beau. Il n'y avait surtout personne. je remarquais alors que vu la position je devais être sur le fauteuil du commandant... Boarf! Si j'avais bien compris c'était le fauteuil de mon père non ? Alors j'avais bien le droit de m'asseoir sur ce qui me revenait de plein droit. Tout en soupirant j'étendis mes jambes et sourit. C'était quand même mieux qu'un lit d’hôpital. Enfin je voyais un décors signifiant que j'étais bel et bien dans un vaisseau ! Mais la pause fut de courte durée quand je vis une lampe baisser d'intensité. Par curiosité je me concentrais dessus... Et parvint à la raviver. Cela m'étonna tellement que je m'amusais à faire du yoyo avec l'intensité de cette petite diode et ne senti donc pas quelqu'un entrer dans la pièce; oh on devait me chercher partout. Mais voilà j'étais concentrée... Et souriais comme une môme. J'étais pas télékinésiste. je ne savais pas ce que c'était, mais c'était autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:14
La journée fut longue, ennuyeuse, presque inintéressante. Et pourtant, elle était le quotidien de Erik. Et si personne n'aurait pu suivre le rythme, lui le pouvait. Il fallait dire qu'il avait réussi à se remettre de ses émotions et de ses craintes tapies au fond de lui. Si perdues, si terrées, si profondément cachées derrière ses propres barrières qu'il avait eu du mal à en prendre conscience lui-même. Alors si vous demandiez à n'importe qui si le Commandant avait eu des soucis ces deux dernières semaines, personne n'aurait pu s'en douter. Mis à part Kurt Raynor, nouvelle recrue, qui lui l'avait vu dans un état de faiblesse qui avait surprit autant l'un que l'autre. Comment auraient-ils pu savoir, après tout, que Keira tomberait comme une mouche en ne faisant que porter une petite pierre aux reflets bleutés ? Même pas elle, semblait-il. Alors oui, il s'était inquiété. Plus que de coutume. Car, même s'il se rattachait à des bribes intangibles et des signes fantasques, il ne pouvait pas se permettre de perdre la fille du Commandant Aaron. Oh, ainsi poussée, la réflexion pouvait le mener loin. Car considérant le Commandant Nelson comme un parent, sa fille légitime et jusqu'à récemment disparue n'était autre que sa sœur. Une petite sœur agaçante du peu qu'il en avait vu et assez stupide pour consommer de l'As, mais une sœur tout de même.

Et à cette heure, elle aurait du se trouver dans son lit, en observation. On ne savait pas encore ce qui aurait pu arriver. Ils avaient déjà été témoin de phénomènes étranges et ça aurait été catastrophique que, passant près d'une réserve d'armes, elle remette le couvert avec des baïonnettes et des reliques d'armes blanche. Un couteau reste un couteau et à toute époque, il peut servir, même si ce n'est plus qu'un simple « couteau ». Erik avait certes demandé à ce qu'elle soit surveillée, autant pour sa sécurité que celle des autres -voire celle du MA mais il préférait ignorer les risques encourus- il avait cependant laissé à la fille Nelson le loisir de marcher dans les couloirs du vaisseau mère, du moins autant que faire ce peu et dans la limite du raisonnable. Mais à partir du moment où le médecin en charge d'elle somme le Commandant d'intervenir car elle ne tient plus en place, on sort plus ou moins des plates-bandes du « raisonnable ». Et bien sur, c'était Erik que le médecin appelait d'urgence. Comme s'il avait que ça à faire, courir après une écolière fugueuse. La prochaine fois, ne pas donner d'ordre comme quoi il voulait être le premier informé sur l'état de Keira.

Mais ses pas plutôt rapide comparé à d'ordinaire le menèrent vers un lieu du vaisseau plutôt réservé à d'autres qu'une étudiante terrestre. S'il savait que Keira se trouverait dans la salle des Commandes ? Pas vraiment, il passait pas loin et avait senti un plaisir innocent titiller son Empathie aux aguets. Comme un enfant qui se voit offrir un nouveau jouet et qu'il l'essaie pendant des heures jusqu'à s'en lasser. Pas réellement une marque de fabrique de la fille Nelson, mais c'était la personne qui, à sa connaissance, se rapprochait le plus d'une gamine dans les environs. Et elle était curieuse, à n'en pas douter, alors visiter le siège du Commandant devait être dans ses cordes. Voilà pourquoi il ne fut pas surpris de trouver ladite gamine, concentrée sur un tâche encore floue à ses yeux, lorsqu'il franchit le sas d'ouverture de la porte. Il poussa un bref soupir et fit quelques pas avant de s'adosser à une paroi métallique pour l'observer. C'était bien ça, elle s'était installée dans le fauteuil qui lui était réservé, et ce sans aucune autorisation. Non pas que ça le dérange, mais c'était son fauteuil. Et fille de Nelson ou pas, elle n'avait pas encore fait ses preuves pour en réclamer le dû. Non pas qu'il ait l'intention, même avec une mise à l'épreuve plus longue, de fournir à Keira ledit fauteuil, hein, mais elle n'avait tout bonnement aucune raison d'y poser son royal postérieur, lignée ou pas.


-Ne me dis pas que c'est la nourriture de l'infirmerie qui te fait fuir à ce point...

Pourquoi s'annoncer, c'était tellement plus jouissif de voir cette pauvre terrienne sursauter de frayeur. Car il savait évidemment qu'elle n'avait pas remarqué sa présence car elle restait obstinément bornée dans cette attitude puérile. Il allait s'empresser de lui faire changer d'émotions. Sadique ? Pas le moins du monde voyons. Il ne faisait qu'étudier ses réaction, dos au mur, bras croisés sur le torse et le visage impassible.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 24331

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:15
Il y avait quelque chose de calme dans ce lieu. La vue peut-être. l'espace m'avait toujours fascinée bien que je le cachais comme je le pouvais. c'était que quand j'étais petite, je mettais ça sur tout les écrans holographiques de ma chambre pour imaginer que celle-ci était un vaisseau. Combien de fois ne m'étais-je pas faite grondée par mes foyers d'accueil parce que eux trouvaient ça trop sombre? j'avais toujours voulu partir... Je ne m'étais jamais réellement sentie à ma place sur Terre. Et maintenant je savais pourquoi. Même si ça semblait idiot, peut être que ma place n'avait jamais été sur la planète bleue... Après-tout j'aurais du naître sur ce vaisseau si ce que Doc avait dit était vrai. Je ne savais pas pourquoi mes parents s'étaient engueulés, je savais juste que ma mère avait disparu un jour pour rejoindre la Terre... Et quelques jours après, le MA-85 était attaqué.

Je relevais mes yeux de la diode pour observer le vaisseau depuis le fauteuil de commandement de feu mon père... tout semblait intacte. On était serein ici... Je ne me sentais pas étouffée dans un hôpital, car inconsciemment j'avais fait l'amalgame entre le lit qu'on me demandait de garder et la terre. c'était trop propre, trop parfait... j'avais regardé je ne sais pas combien de fois les murs en espérant qu'on me ramène un pot de peinture pour le projeter bien crasseusement sur l'un d'entre eux (avec projections sur les autres siouplais !), avant d'enfin me décider à sortir à nouveau de la chambre. Il fallait dire que la première fois m'avait marqué... j'observais mon bras ou un bandage couvrait un bras meurtri par une dizaine de griffures faites toute par des objets contondants de forme diverses. Le médecin m'avait assuré qu'étant réactive, logiquement j'allais guérir un peu plus vite mais il n'avait pas pu me répondre sur cette question : "pourquoi les objets métalliques m'avaient-ils attaqués" ? ... pas de réponse.

Je replongeais mes yeux bicolores sur la diode, m'amusant à nouveau à l'allumer et l'éteindre comme s'il n'y avait que ça d'important en ce monde quand une voix forte et rauque parvint à mes oreilles. Elle me prit sur le vif, me faisant sursauter un peu, assez pour faire éclater la diode mais surement trop peu de temps pour que mon agresseur puisse s'en réjouir. force d'adaptation... : je rebondissais très vite.Je tournais mon visage bandé au front à cause du même incident, toujours étendue nonchalamment dans le fauteuil et visiblement sans la moindre envie d'en sortir. Et je souris, l'air défiante.

- Ce n'est pas cette nourriture meilleure que sur Mars qui m'aurait décidé à garder le lit une seconde de plus en tout cas.

Non je n'allais pas me plaindre de la nourriture, elle était normale : j'en avais surement gouté des meilleurs mais honnêtement c'était tout à fait comestible. Doucement, je m'installais sur le fauteuil correctement, le faisant tourner pour lui faire face, un genoux remonté contre moi. Ça faisait classe hein !? Bah tu parles : dans un fauteuil aussi grand je devais franchement ridicule mais bon passons. Je n'avais pas envie de bouger de place pour le moment. C'était la seule chose qui me raccrochait à mon père... non parce qu'il était certain que le type face à moi ne m'en rapprocherait jamais. je n'arrivait pas à lui faire confiance, c'était plus fort que moi... j'avais envie d'être peste, de l'emmerder, lui qui avait eu le culot de vivre au côté de mes parents quand moi je n'avais pas pu. ce n'était pas de la jalousie, c'était une pointe de regret qui passa vite. Je tentais de le prendre avec humour mais ça ne voulais pas... alors je finit par parler avec humour. Au moins ça, pour se donner un peu de consistance.

- Il est grand ce vaisseau, j'ai mit une heure à trouver cet endroit...

Et évidement je refusais de faire autre chose que de le défier du regard, sourire très fier au visage. Ce vaisseau n'était pas chez moi, je le sentais à la même façon qu'un môme n'ayant pas ses repères quand ses parents déménagent et lui présentent une nouvelle chambre. Oui j'étais totalement perdue mais fierté de merde oblige, je refusais de l'avouer. Doucement mais surement, je plissais les yeux. Ca commençait à m'énerver d'avoir une aussi bonne vue. Gnagnagna "vos sens vont s'accroitre" blablabla... leur supposition à la con, j'avais pas voulu les écouter... j'aurais peut-être du... Concentrée sur la diode je n'avais pas fais attention au bruit de pas mais lorsqu'il avait parlé on aurait pu me crier dans les oreilles, ça aurait été pareil.

- Bon si je récapitule, depuis que je te connais ma vie n'a jamais été aussi merdique.

Bahhh quoi ? Autant rentrer dans le vif du sujet au plus vite... Bon ok, j'y étais allée un peu fort. Elle était pas merdique, j'exultais de me sentir aussi vivante à présent... Mais... Combien de fois avais-je frôlé la mort ? entre sa fuite sur terre, l'attaque de la bicoque dans laquelle j'étais quand je fus exilée (par sa faute), mon crash sur Mars, notre fuite de mars, le réactif... ça commençait à faire beaucoup tout de même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:16
Quelle bien piètre consolation que de voir une simple diode éclater. Erik aurait pensé la voir sursauter, peut-être même bondir du fauteuil qu'elle occupait sans le moindre remords. Son fauteuil. Mais non. Certes, elle fut surprise de son arrivée, la fille Nelson, mais elle ne fit rien d'autre que de faire pivoter son fauteuil de président vers Erik, avachie dedans, un sourire satisfait sur le visage. Elle ne devait pas connaître l'autorité, cette gamine, ou l'avoir défiée trop souvent pour s'en remettre aveuglément. La supériorité hiérarchique. Il faudrait qu'il la lui enseigne. Elle avait le front ceint d'un bandage blanc cassé. Un blessure légère mais qui aurait pu être grave. On avait évidemment relaté au Commandant grisonnant tout ce qui se déroulait de près ou de loin aux alentours de Keira et le rapport avait été très clair: elle était réactive. Comment? A quoi? Ils n'en étaient pas sur. Mais pour que les objets lui volent à la figure et que, à côté, elle fasse varier l'intensité d'un diode, jusqu'à la faire exploser, ça ne pouvait être qu'un Don destructeur. Du moins le serait-il dans quelques temps, une fois qu'elle l'aurait, sinon maîtrisé, compris.

Erik, toujours adossé au mur, bras croisés, l'observait comme elle-même le faisait. Il lui rappelait peut-être ce qu'elle n'avait pas connu, mais pour lui, elle lui évoquait des souvenirs qu'il connaissait trop bien. Le visage était similaire et de nombreux points de vue. La mâchoire était-elle bien celle de Aaron? Et ce nez, ne tenait-il pas de lui? Et ces lèvres et ces pommettes? A moins qu'il ne se fasse des idées... La seule chose certaine, c'est qu'il n'avait pas vu dans le regard de Keira nulle trace de la couleur originelle de son père. Certes, elle le fixait avec une intensité très proche, presque identique à la manière de faire de feu Aaron et de même, ils avaient une profondeur similaire. Mais ça s'arrêtait là. Oui, le regard de la gamine était le plus marquant, le plus hypnotisant sur son visage. Ces couleurs étaient tellement envoûtantes. Erik soupira en baissant le regard alors qu'elle lui répondait, une jambe repliée contre elle. Elle jouait de sa place dans le fauteuil mais avait conscience de son insignifiance entre ces accoudoirs majestueux. Il balaya la réponse de l'étudiante terrienne avec une nouvelle prise de parole.


-Tu es bien loin de se prestance.

Pas une pique, pas une taquinerie, un fait. Un fait qui aurait pu être mal pris par Keira. Elle pourrait d'ailleurs mal réagir. Mais si Erik se prépara à cette éventualité avec tout ce qu'il pouvait, c'est à dire en restant bras croisé et le regard impassible, il ne croyait pas un instant qu'elle pusse se piquer de cette remarque. D'ailleurs, elle semblait perdue dans ses pensées comme le Commandant aux cheveux gris reconnut en elle une pincée de regrets. A quoi pensait-elle? Certaines fois, Erik aurait aimé pouvoir lire dans les pensées et savoir à quoi telle émotion était liée. Une émotion, balancée, comme ça, de butte en blanc, ça fait fade. Son regard était toujours vrillé dans les yeux de Keira, impassible, presque dur. Comme à son habitude quoi. Et c'était généralement toujours le cas avec elle. Il revoyait toujours la gamine, chieuse, sur Terre, avec sa pauvre tablette. Et pourtant, il se décolla du mur et fit deux pas dans la direction du fauteuil.

-Il est grand ce vaisseau, j'ai mis une heure à trouver cet endroit...

-Et moi une heure à te trouver. Ne devrais-tu pas rester au lit, comme conseillé? Tu trouves qu'il ne t'es pas encore arrivé assez d'ennuis comme ça?

D'un mouvement du menton, il désigna le bandage sur son front qu'elle exhibait aux yeux de tous.

-Bon si je récapitule, depuis que je te connais ma vie n'a jamais été aussi merdique.

C'était une répartie comme une autre, il fallait bien se l'avouer. Et Erik admettait aimablement que, sur ce point, elle n'en manquait pas. Il inclina la tête, penchant son regard sur le côté comme s'il était d'accord avec elle. « Comme si ». Ça voulait tout dire. Silencieusement, il se rapprocha du fauteuil qu'elle occupait, ainsi, il se rapprochait donc d'elle. Mais lorsqu'il leva les bras, ce ne fut pas dans sa direction qu'il les guida, mais plutôt vers le dossier haut du siège de président qui devait au moins faire sa propre taille. Il le saisit fermement et le fit tourner vivement, presque avec violence pour en expulser Keira. Et qu'importe que sa position assise, jambe pliée, ne l'envoie au sol sans espoirs de se remettre sur pieds. Au besoin, il inclinerait le dossier pour la faire simplement chuter. Il prévoyait également d'autres solutions à bas de tisonnier, de cordes et de bac à glace. Il vaudrait en effet mieux pour elle se laisser simplement tomber du siège de Commandant. Lequel s'y laissa aller dans un soupir de confort et d'aise. Il avait régulièrement mal au dos et aux épaules. Le poids de ses tracas, sûrement.

-Différence de point de vue. J'aurais dit qu'elle n'avait jamais été aussi palpitante. Tu mas avouée avoir rêvée de quitter la Terre, je t'en ai offert l'occasion. Mieux, tu as joué des coudes pour te frayer un chemin au travers des broussailles du destin. Mais tu as raison, c'est bien plus merdique que de pirater les codes des portes et des simulateurs de vol...

Ne lui demandez pas comment il le savait. On parlait tout de même de Erik. Ce dernier regarda de haut Keira, bien qu'elle se trouvât à peu près à la même hauteur désormais.

-Je t'en prie, assieds-toi... dit-il d'un ton condescendant, l'accompagnant d'un geste large de la main qui engloba tous les sièges autour d'eux à disposition de son royal postérieur. J'aimerais que tu me parles un peu de tout ce qui t'arrive d'étrange depuis ton réveil à l'infirmerie. Voire que tu me montres. Je préfèrerais t'enseigner que te voir détruire le vaisseau intempestivement, surtout si ce que je redoute s'avère vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 24331

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:17
-Tu es bien loin de sa prestance.

A cela que répondre hormis sourire ? Je passais de la surprise à la défiance, relevant légèrement le menton en un sourire satisfait et totalement sur de ce qu'il représentait. Je n'étais pas mon père et cet homme le savait. Je ne savais pas ce qui pouvait en moi le lui rappeler ou lui rappeler ma mère, je n'avais pas eu leur modèle pour m'aider à grandir. Je n'avais pas non plus eu à la base d'amis sur lesquels m’appuyer. Cela avait fait de moi ce que j'étais. Une femme avec un caractère souvent un peu gamin, mais aux épaules solides. J'étais plus stable que la normal parce que je m'étais déjà trouvée, et avait arrêté de vouloir à tout prix plaire à ceux qui avaient d'emblée décidé de me détester. Il n'était pas le premier, sa pique ne me fit donc rien du tout même s'il avait raison...

- Je ne prétend pas à ça, j'ai déjà ma propre prestance, tu ne trouves pas ?

Lui demandai-je en riant, inconsciente surement d'avoir la même volonté que mon père ainsi. Une volonté impossible à rompre car je me connaissais, un caractère fort que même un aveugle aurait donc pu ressentir... Je n'étais en effet pas une fille qu'on pouvait dire "canon" ou "sublime". J'étais normale... Mais je ne me prenait pas pour de la merde et ça changeait tout. Même lui avec sa capacité un poil louche d'empathologie-je-ne-sais-quoi n'avait-il pas eu du mal à me faire plier sur terre ? Tout était une question de fiabilité. ceux qui en se connaissaient pas assez pour savoir s'ils se fiaient à eux même ou non en agissant ainsi devaient être des proies particulièrement faciles pour cet homme. Pas de bol, j'avais quitté le monde des brebis et mordu le mollet des bergers depuis belle lurette. Je préférais être un loup : au moins après mes bourdes, pouvais-je prendre la fuite. Au moins après avoir reconnus ce que j'étais pouvais-je en assumer ce que cela incombait... Il voyait mon père en moi ? Voulais se persuader que je n'étais pas lui ? Grand bien lui fasse. Si ça lui faisait plaisir, pourquoi lui gâcherai-je cette sensation ?

Le sujet changea alors petit à petit. L'homme s'avançait à pas de loup du fauteuil sans que je le remarque, trop captivée à répondre et concentrée à faire mine que j'avais parfaitement encaissé toute ces nouvelles informations reçues depuis quelques jours... Des ennuis ? N'avais-il pas encore remarqué que ceux-ci me suivaient irrémédiablement en ce moment ? je le lui rappelait à ma manière et le vit grimacer... Vlan ! dans les dents le vioc ! Enfin façon de parler : cette personne semblait tout de même avoir la trentaine... Réaction ? une éjection pure et simple du fauteuil de mon père. Je me retrouvais par réflexe à me rétablir sur une jambe, continuant à tomber pour ralentir ce tournis jusqu'à poser mon second pied au sol et le fusillai alors du regard telle une chatte courroucée d'avoir légué son panier à un autre matou des bas quartiers.

- Tu n'es franchement pas gêné comme type. On ne t'a jamais appris à ne pas secouer les blessés ?

C'était dit gentiment mais j'encaisserai avec joie l'idée d'être parvenu à le vexer ou l'insupporter pour aussi peu. Néanmoins je tiltais brièvement lorsqu'il parla de simulateurs. Comment il savait ça lui !? Personne ne le savait ! Au pire pour les rares qui en avaient entendu parler un seul surnom était revenu: ALPHA. Rien d'autre... Comment aurait-il pu remonter jusqu'à moi ? C'était impensable, je devais me faire des idées; Surtout que cet évènement m'avait juste apprit que je parvenais aisément à obtenir en un seul essai le score de pilotes confirmés. Pilotes confirmés pas dans leur bon jour tout de même mais même : cela avait donné lieu à des conclusions étranges : avec un si bon niveau, pourquoi m'avait-on refusé l'armée terrienne ? Je n'en savais toujours rien.

- Comment tu sais ça toi ?

Ca restait une question comme une autre. J'observais les fauteuils qu'ils me proposaient, trop loin. je préférais rester debout pour l'écouter parler puisqu'il avait osé retirer une malade d'un fauteuil. Sauf que la discussion changea de sujet. Alors ? parlera ? Parlera pas... J'avais tellement envie de lui fermer son clapet, c'était injuste ! Mais voilà... La curiosité chez moi l'emportait toujours.

- Je veux bien coopérer mais tu m'explique comment tu as su pour le simulateur.

Non parce que hormis l'un de mes profs qui m'avait soufflé l'idée personne n'avait été au courant... Mr Roghman... Il allait me manquer quand même... mon prof préféré ! Que la vie était cruelle... Et je n'en démordrai pas : c'était important pour moi de savoir jusqu'où les mercenaires du MA-85 étaient capables d'obtenir des informations pour me faire une idée de leur puissance et du reste... Erik voulait m'emmener dans ce monde non ? Autant que j'apprenne à y habituer à partir d'un bout.. Après cela je lui expliquerai ce qu'il voulait savoir : mon naturel curieux voulant quant à lui connaitre et assimiler ce genre de talent, car mine de rien cela m'amusait. Oh et quant à ses doutes, ça aussi il allait devoir les expliquer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:20
L'indignation de Keira fut l'une des rares choses qui fit sourire Erik en ce jour. Un véritable sourire j'entends. Pas un de ceux qu'il servait aux autres pour ne pas qu'il aie l'air trop détaché de son équipage, de sa famille. Ni même un sourire ironique ou cynique. Non. Ce qui le fit sourire et rire intérieurement, c'était de remarquer que, le plus dangereux chez cette terrienne, du moins pour l'instant, était sa langue. Quoiqu'elle était étrangement émoussée, remarqua-t-il en la fixant par en-dessous. La commissure de ses lèvres s'étrécit et il se laissa aller à son fauteuil alors qu'elle-même restait debout. Il lui indiqua d'un geste miséricordieux les tableaux de bords et appareils à écrans aussi variés qu'éteins pour lui offrir alors de s'y appuyer tout son saoul. Elle était convalescente après tout. Oui, il aurait pu lui laisser son siège, mais ça aurait été une image trop mauvaise. C'était à lui qu'était réservé ce siège de ministre. Possessif ? Pas vraiment. Mais il fallait qu'elle apprenne vite ce qu'était la hiérarchie et que ne pas la respecter pouvait être assez peu charitable lorsque l'on connaissait la peine à ce manquement. Certains ne sont plus là pour en parler. Peut-être dans l'espace, pour une congélation infinie. A non, lui il avait été envoyé à ce bagne pour avoir énervé Kythian. Très mauvaise idée...

-Ah tu es blessée ? Excuse-moi, je n'avais pas vu les draps blancs, les infirmières, les transfusions et le lit blanc...

Par contre, si son visage resta inexpressif, son regard, lui, se fit mystérieux. Elle lui demandait de lui expliquer comment il obtenait ses informations. Pire, elle l'utilisait comme monnaie d'échange. Ça aussi aurait pu l'amuser s'il n'y avait pas eu un risque qu'elle détruise le vaisseau mère. Et ce risque était bien le dernier sur lequel le Capitaine grisonnant serait prêt à parier. Il la jaugea un instant qui sembla s'éterniser, choisissant de laisser peser un peu le silence avec un sadisme assez bien dissimulé sous un regard calculateur. Elle était curieuse. Elle brûlait, se consumait de curiosité. Il aurait pu faire grandir encore cette curiosité... Il le fit d'ailleurs. Deux secondes durant lesquelles elle aurait pu faire éclater toutes les diodes de la salle tant elle deviendrait impatiente. Mais Erik brisa ce silence à ce moment. Il lui accordait cette victoire. Et puis les combats de regards n'étaient son truc qu'en de rares occasions, notamment avec des gardiens de prisons terriens.

-Très bien. Tu as gagnée. Ça fait deux semaines que tu es alitée, j'ai donc fait des recherches sur une gamine disparue sur terre -je savais où chercher- savoir quel genre d'étudiante tu étais. Une étudiante qui était tout sauf pilote, visiblement. Ça m'a paru louche, sachant ce que tu m'avais dit et ce que j'ai moi-même vu. J'ai cru que c'était la raison qui t'ait empêchée de t'enfuir, mais j'ai tout de même creusé la question. Savoir si tous les pilotes étaient par là, s'il n'y avait pas par hasard des personnes, non pilotes, qui vivaient dans les parages. J'ai posé des questions de part et d'autres. Et comme beaucoup de professeurs du coin, je me suis retrouvé devant un certain Alpha, non répertorié, avec un score trop important au simulateur pour être autre chose qu'un pilote. De cet Alpha à toi, il n'y avait une rivière, mais j'ai sauté le gué. Ce n'étaient que des suppositions et je te remercie de m'avoir prouvé que j'avais raison. Bref. Je me suis débrouillé. Pour les portes, tu t'en doutes, je t'ai vue à l’œuvre. Pas besoin d'explications, donc.

Mon sourire, cette fois, était ironique et mon regard entendu. Je me réjouissais de son expression abasourdie et de sa mine défaite. Il lui avait accordé une victoire, mais c'était toujours lui qui l'emportait. Le Commandant se massa la nuque, les yeux fermés, ignorant pendant quelques temps la jeune terrienne. Il poussa un soupire de soulagement alors qu'une cervicale craqua et il se laissa aller à son fauteuil, plongeant une énième fois ses yeux argentés dans la couleur si étrange du regard de la fille Nelson.

-Bon. Maintenant, j'aimerais bien un petit résumé. Il en va de notre sécurité à tous. De la tienne surtout dirais-je si j'osais.


Bien sûr qu'il osait. C'était d'ailleurs pour la faire réagir qu'il le dit. Mais pas sûr que ça fonctionne.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 24331

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:20
Une victoire aisée, mais une victoire quand même. Face à ce type, avoir le dernier mot avait quelque chose de purement jouissif, je pense que j'adorais l'embêter au final. Lorsqu'il craqua, je souris. Mais la suite ne me fit pas sourire. S'il avait recherché sur moi il lui aurait été facile de découvrir que j'avais tenté de rejoindre l'armée terrienne en vain, ayant toujours des résultats pitoyables alors que justement le simulateur avait prouvé le contraire. Quelque chose qui me restait en travers de la gorge : un truc avait cloché sur terre mais je ne savais pas encore quoi. Mon sourire ne se ternis pourtant pas et s'accentua même lorsqu'il parla des tableaux de bord. Oh ça oui il l'avait vu, ce qui me rappelait au final que cette expédition forcée n'avait pas été si merdique que ça... bref.

Je m'assis sur l'une des tables proche de lui pour l'écouter, songeuse. En quoi ce don pourrait-il être dangereux ? Rah si seulement le doc était là, lui saurait surement pour ce genre de choses ! Par contre, de "ma" sécurité, j'en doutais un peu... depuis l'incident des lames en métal chirurgical, je n'avait eu aucun incident. D'aorès les médecins, aux vues de mes sautes d'humeur c'était déjà un miracle.

- Bien, de deux choses d'une. Je ne pense pas que tu puisse m'aider pour ça. Les médecins disent que ça change selon les personnes... et comment toi pourrais-tu le comprendre ? à moins que tu ai ce genre de don toi aussi ?

Je souris car c'était de toute façon une évidence à présent. Cela expliquait surtout ce qu'il s'était passé sur terre... Ses yeux. Je m'en souvenais encore au point que cela me glaçait le sang. Une incapacité totale de réfréné le sentiment qui était né en moi à ce moment là, un sentiment bien plus brut et violent que ceux que j'avais normalement... moi qui avait tant travaillé sur moi-même lorsque j'étais petite, pensant qu'ainsi je plairais aux autres, il avait été facile pour moi de comprendre que cela m'était étranger mais après combien de temps ?

- Au début les médecins ont pensé à de la télékinésie... Je ne suis pas du genre à aimer les lits d’hôpitaux. En fait, je ne sais pas pourquoi mais je les déteste. Au réveil je suis allée dans une salle adjointe et je me suis alors rappelée de ce qu'il s'était passé. Là j'ai entendu des cliquetis et quand je me suis retournée des scalpels restaient immobiles dans le vide, s'approchant. Lorsque j'ai paniqué ils m'ont foncé dessus de toute part, même les bassines en fait. Ah ça a été un vrai capharnaüm ! Dis-je en riant avant de remuer doucement mon épaule. une des plaies grattait encore un peu mais cela irait bien... petit à petit. ...Sauf que je réfléchi un peu plus qu'un médecin. Les lames qui m'ont atteinte étaient chaudes et le jouet en bois qu'on m'a passé, je suis incapable de le soulever alors... bah j'ai essayé il y a cinq minute sur la diode.

Je me mordis la lèvre en lui montrant la petite ampoule bleue éclatée sur le tableau de bord près d'Erik. Je me concentrais et parvint assez rapidement à en allumer une autre, puis l'éteindre... encore une autre, et je les enchainait avant de sourire, relativement fière.

- Personnellement je ne sais pas ce que c'est, mais c’est pas de la télékinésie ! Le soucis ce n'est pas de savoir si je maitrise, puisque apparemment le contrôle justement je l'ai... enfin maintenant que je pète la forme, mais plutôt de trouver ce que c'est non ? et là aucune idée...

Honnêtement ? Je le plaignais un peu. Il allait devoir me garder sur ce vaisseau alors que je savais à peine me défendre, ne savais pas viser et venait d'avoir un don sans savoir lequel... Une situation parfaitement épouvantable. Je lui souris, mais pas vraiment pour l'embêter cette fois... plutôt d'amusement : parmis toute ces merdes, il fallait que par pure ironie j'allume des ampoules... Des ampoules, et pas d'idées. Oui, l'image était drôle. Moi ça m'amusait et mon comportement allait donc de pair avec... le seul point fort que j'avais en somme: mon comportement était toujours égal à ce que je ressentais, apaisant les gens qui me parlaient en général : contrairement avec d'autres personnes, ils savaient tout de suite à quoi s'en tenir. Je n'était pas... "fausse", en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:21
Le commandant fixait Keira avec une intensité mystérieuse. Il l'écoutait parler, l'entendait raconter son histoire mais discernait toujours cette effronterie dont elle faisait preuve. Une effronterie qui n'avait pas pour but d'agacer Erik, visiblement, mais bien de s'affirmer. Du moins c'était ce que ressentait notre homme, se laissant aller à son dossier de ministre. Il était de ces hommes qui pouvaient faire plusieurs choses à la fois. Comme écouter et réfléchir. Il ne perdait pas une miette du rapport qu'il lui avait demandé ; et pourtant, il analysait tout ce qui pouvait l'être chez elle. Sa posture droite, son regard franc et direct, ses piques légères mais régulières, sa voix affirmée et cet éclat dans son regard. Peut-être du défi. Et en parallèle, Erik la jaugeait, la testait. Depuis le début de la conversation, il s'était mis en tête que cet entretien serait décisif. C'était à vrai dire la véritable première discussion qu'ils avaient. Mais en y repensant, il agissait comme si elle avait quelque chose à prouver. Et elle agissait comme si elle voulait démontrer sa valeur. Erik sourit une nouvelle fois. Mais ça n'eut aucun rapport avec ce que disait Keira.

-Il va falloir que tu apprennes la différence entre un médecin... et moi. J'ai une qualité qui leur fait cruellement défaut : L'omniscience.

Une fois passé ce petit moment d'ironie, le visage d'Erik retrouva son air neutre, légèrement intéressé. Il fallait tout de même avouer qu'on abordait une question vaguement importante. Détruirait-elle le vaisseau à la moindre occasion ? C'était objectivement le seul risque avec ces réactifs. Heureusement qu'il était là pour les calmer le cas échéant. Serait-elle de ceux qu'il faudrait apaiser si ça dégénérait ? Il l'avait vu étrangement calme sur terre, une fois passée la crise de larme contre le mur. Le cas ne serait donc pas désespéré. Après une séance ou deux de contrôle de soi, elle saurait se débrouiller. Car oui, contrairement à ce qu'elle semblait penser, si elle était bien ce que lui-même était, ce serait lui qui lui enseignerait. À cause de la dangerosité et de l'impossibilité de déléguer. À qui de toute façon. Il n'y avait que lui-même, Kythian et Max en positif à bord. Pour le contrôle de soi, pour ce qu'il avait pu en voir, Max repasserait. Par contre, il refusait que Kythian quitte son poste pour un cours particulier. Il ne restait que lui. Il reprit pied à la réalité. Il fallait qu'il descende de ses grands chevaux, rien n'était encore joué. Il pouvait encore être négatif. Le don d'allumer des diodes. Si c'était pas génial comme affectation, interrupteur à bord du MA. Elle pourrait se vanter auprès de copines, c'était sûr.

-Tu dis avoir le contrôle ? Très bien, il va falloir que l'on vérifie ça. Essaie de toutes les allumer en même temps. Et si tu y arrives, on verra si tu peux allumer les lumières de la salle de contrôle. Oh ! Et pour te répondre, je suis le plus apte à t'aider.

Il y avait une part de vrai dans cette phrase. Le contrôle de son don était généralement étroitement lié aux émotions. Si en temps de calme on peut utiliser son don normalement, en temps de peur, de stress, il s'étrécit. Avec la colère, il s'accentue, parfois dans des circonstances terribles.

-Car comme tu l'as deviné, j'en fais partie. En ma présence, tu n'es plus maîtresse de tes émotions. Et c'est généralement l'un des points clés de ton apprentissage, le contrôle de tes émotions. Je serai donc là pour t'épauler.

Erik aurait pu garder encore dissimulée cette vérité, ou du moins ne pas la confirmer. Mais il n'y gagnerait rien. Elle était al fille Nelson, elle était en apprentissage et pouvait s'avérer très prometteuse. Pourquoi lui cacher ce qui ferait son éducation ? Son exemple et mentor ne devait pas rester plus mystérieux que nécessaire. Et un don était peut-être la seule chose qu'ils partageaient tous les deux. Pourquoi le lui dissimuler ? Erik se redressa dans son siège et s'étira comme un chat. À nouveau sa nuque craqua comme il soupirait et il se releva. Il envoya rouler plus loin le siège d'un coup de talon. À armes égales. Peut-être était-il en effet préférable qu'il soit préparé à toutes les éventualités. Il la fixa, dardant son regard sur ses yeux lumineux et, d'un mouvement du menton, lui donna le signal. La leçon débutait.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 24331

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:22
J'haussais un sourcil, me demandant s'il n'était pas un peu pompeux de se prétendre le plus apte... Mais ce n'était pas un reproche, en disant cela je parlais d'apprendre seule. Soucis avec les enseignants qui au final faisait que je préférais me débrouiller seule. Je soupirais : j'avais parlé de petite diode moi, pas de toute une salle ! Était-ce un test ? En tout cas je commençais à essayer avant même qu'il ne donne son accord et ne me rendit même pas compte de perdre ma concentration sur ce qu'il disait... Il parlait de lui ? Bien, je réfléchirais sur ses paroles plus tard, pour le moment j'allumais les diodes et grimaçais : elles s’allumaient les une après les autres sur la tableau de bord et non en même temps. Et surtout, ça se rétractait, en éteignant les premières.. je devais m'y prendre mal c'était pas possible ! Je me concentrait sur le tableau de bord lui-même au lieu de juste me concentrer sur le tableau de bord et cela fonctionna... de façon pus radicale. Je sursautais alors car le bruit du fauteuil repoussé me perturba totalement. il n'eut alors pas le temps de voir que j'avais commencé mais ce simple fait aurait pu lui dénoncer le fait que j'avais commencé avant.

Son regard donnait le départ et je souris. Même avec un peu de temps j'y arriverai à coup sur. Les yeux fixes et dans le vide qui étincelèrent auraient pu d'eux même expliquer la nature de mon don mais je ne pouvais le voir. Concentrée, les lampes s'allumèrent alors rapidement en chaine sans s'éteindre. J'avais au final comprit, passer par le courant... Tout s'alluma en moins de deux secondes, et surement qu'avec un peu de temps je pourrais faire cela en un clin d’œil mais pour le moment, j'étais assez fière. Mon sourire se refixa sur lui et je le défiais de parvenir à en faire autant avant d'enfin réfléchir à ce qu'il avait dit sur les émotions...

- ...ça explique pourquoi tu peux sembler si flippant surement. Dis-je, bien que ce ne soit pas vraiment mesquin.

Juste un constat... Il imposait le respect mais pour ceux qui ne le connaissait pas, cela pouvait provoquer un certain malaise. Malheureusement il y a un truc que je n'avais pas pu calculer, ne connaissant pas encore la source du pouvoir qui était mien. Électricité statique... Ça recommençait. Si le premier stylo arriva de face et qui semblait venir sur moi mais finir par graviter comme un rien, je le touchais et me brulait un doigt avant de pester. C'était brulant !

- Mais enfin c'est quoi c...

Et un dans le dos. Non il se planta pas dans mon dos mais il vint me frapper assez fort pour que, surprise, je doive relâcher toute ma concentration. Résultat ? ... Oh bah le mode hyper-espace activée et une une keira sur les fesses... je regardais erik, un peu perdue.

- Ça... ça serait peut-être intelligent de faire ça autre part... Soupirais-je en éteignant le mode activé mentalement mais sans le savoir. Il y avait surement d'autres choses que j'avais activé mais elles s’éteignirent avec... de toute manière je ne savais pas quoi, cela avait été fait inconsciemment alors une fois que je ne me concentrait pas dessus, tout revenait à la normal sans que j'en aie conscience.

L'électricité parcourait les machines de ce lieux, c'était donc largement plus aisé pour moi que d'en invoquer, chose que je ne savais surement pas faire pour le moment... Pour l'instant, la question était plutôt de savoir où on avait atterrit. je voyais bien une planète, mais elle n'était pas similaire à l'une de mon système... Ah. J'avais peut-être bourdé. De l'index, je tapotais sur le stylo ennemi qui avait osé me pousser mais il était déjà bien moins chaud... pourquoi irradiait-il de chaleur ? Aucune idée. Mais j'avais bien l'impression qu'il ne faisait pas partie de mon don. plutôt des conséquences de celui-ci... Et ça fit tilt.

- Électricité peut-être ?

Si c'était ça je me demandais alors pourquoi je n'avais pas les cheveux dressés sur la tête à force d'électricité statique... Je souriais, vraiment gênée. Et tout ça parce que j'avais voulu allumer des ampoules quand même... Concentration il disait ? Ouais ? Bah j'allais peut-être l'écouter un peu plus hein... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:22
-Ça...ça serait peut-être intelligent de faire ça autre part...

-Tu trouves ?

Le passage en mode hyper espace ne fut pas fluide. Brusque, violent. Quand on ne s'y attend pas, il vaut mieux préférer un bon vieux mixer, ça bouge moins. En gros, il y avait deux mercenaires le cul sur le sol, aussi étonnés l'un que l'autre. Non mais comment il aurait pu prévoir ça ? Elle-même n'avait pas voulu le faire, alors comment aurait-il pu le savoir, lui ? Non il n'avait pas vu le petit bouton rouge clignoter trois fois. Et oui, lui aussi admirait avec intérêt l'étendue des dons de la petite Keira.

Jusque là, elle avait allumé toutes les diodes et toutes les lumières. On s'approchait donc ainsi d'un bon rapport à la lumière ou du moins aux ampoules. Dans le noir complet, ça aurait pu s'avérer utile. Mais si ça ne s'était cantonné qu'aux éclairages, Erik aurait pu souffler un coup. Ce n'était pas en atteignant l'éclairage qu'elle tuerait tout le personnel ni ne détruirait le vaisseau. Pourtant, ce qui avait totalement pourri la concentration de Keira comme celle du commandant, c'est ce petit stylo qui avait volé vers elle. Visiblement chaud. Comment un petit crayon de ce genre se mettait soudain à léviter vers elle comme elle allume des ampoules basse consommation ? Bon sang. Ça ne précisait que ce qu'il craignait : il faudrait la surveiller intensément. Car il avait la conviction que tous les dons positifs pouvaient être néfastes à l'équipage, contre certains de type négatif uniquement. Et évidemment, il n'y eut pas que les stylos qui s'affolèrent, mais également le tableau de bord.

Tout s'arrêta lorsque Keira perdit la foi. Erik s'était déjà redressé lorsqu'elle-même se releva. Il vérifia sur les compteurs quelques machines, tapota un écran ou deux, appuya sur des boutons mais aucun hologramme n'apparut. Le courant était tout simplement coupé. Il se redressa en soupirant, voyant où tout ça le mènerait. Faire s'arrêter le vaisseau n'était pas le pire. Mais foutre le feu aux conduits électriques et les panneaux de contrôles, ça, elle aurait pu le faire avec son...


-Électricité peut-être ?

Tu permets qu'il finisse de penser ce que tu dis ? Oui, ça devait en effet être ça, du moins par rapport à tout ce qu'il avait vu. Sauf pour le stylo... le magnétisme également ? Ouais, en gros, tout ce qui touchait vraisemblablement à l'électricité. Mais... Il jeta un regard en coin à Keira. Pourrait-elle en créer comme Kythian ou Max ? Sûrement... Il vaudrait peut-être même mieux pour elle. Ce serait le comble pour un don positif. Bien que celui du commandant laisse à désirer de ce côté. Non pas qu'il s'en plaigne, mais il y avait de temps en temps une légère frustration à ce que le sien soit si... invisible. Mais il n'en avait cure, au fond. C'était bien plus tactique et ça lui correspondait mieux. Eh puis contre qui râler...

-Bon, continuons. Rallume-moi tout ça. On va rester ici. Oui, et ne fais pas cette tête, ça va te donner une raison supplémentaire d'être concentrée... imagine que tu nous fasse nous crasher sur cette planète... Ce sera de ta faute. Allez, comme motivation, je n’ai pas mieux. Vas-y ! Allume-moi le tableau de bord !
Revenir en haut Aller en bas
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 24331

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:23
Visiblement il était arrivé à la même conclusion. Je l'observais réfléchir, assez amusée... Apparemment il était de ceux qui, méticuleux, voulaient absolument prendre le temps de tout comprendre. C'était dommage, il en perdait un peu cette aura détestable que je m’efforçais de lui trouver en ce moment. Quoi d'autre ? Pour le moment rien... j'étais un peu perplexe. Visiblement je pouvais contrôler ce don mais la concentration était réellement la clé. Les médecins m'avaient expliqués que certains réactifs n'avaient aucun contrôle sur la puissance de leur don... visiblement moi j'avais des soucis mais uniquement quand j'étais déconcentrée... mais j'étais persuadée que dans une pièce avec moins de métal et d'acier j'aurais eu moins de problème. C'était comme si j'avais plus de choses à prendre en compte... Qu'on s'étonne pas alors que la concentration était le maître mot!

- Allume-moi le tableau de bord !

J'haussais un sourcil et l'observait, étonnée. j'avais faillit faire tout cramer ! Mais bon, c'était lui le chef il devait savoir quoi faire en cas de panne du vaisseau qui conduirait alors celui-ci à devenir totalement gelé puisque les chauffages aussi ne seraient plus... Alors je me concentrais et tentais de rallumer mais ça ne fonctionna pas. Pas de courant... Il n'y en avait plus dans la pièce, jusqu'à ce qu'un mécanicien le rétablisse. Tout resta éteint mais il semblait que je pouvait le sentir. D'un coup alors sans toucher aux boutons d'allumage, je pus rallumer la lumière et les tableaux de bord sans peine... Pour le moment, faire apparaitre de l'électricité je ne pensais pas cela possible alors en attendant cela resterait à cet aspect.

Néanmoins, tout était rétabli non ? Et moi cela commençait à m'amuser sauf que je vis un nouveau stylo me foncer dessus. cette fois je braquais les yeux dessus set parvint à stopper sa course, le faisant stagner dans l'espace... L'atmosphère se chargeait d'électricité mais je parvint à reposer la stylo mentalement à sa place avant d'enfin relâcher ma concentration. tout revint à la normal.... sauf que la pièce était à nouveau dans la lumière.

- Et sinon nous sommes arrivés où... ?

Je me relevais et allais jusqu'au tableau de bord pour activer une carte... Maintenant que j'avais compris, ça venait de plus en plus vite et le tableau de bord afficha directement ce que je lui demandais... sauf que là encore j'eus cette maudite impression de ne pas pouvoir faire autre chose. C'était nouveau pour moi... logique que je ne parvienne pas à faire deux choses en même temps.

- Sympas ! je préfère ça aux ampoules !

Et là dessus je lui souris comme si juste comme ça je n'avais pas fait sauter le tableau de bord! Mais une chose me perturbait encore... Il avait lui cette brume étrange mais totalement hypnotisante qui semblait se déplacer avec apaisement au fond de ses yeux. Je me rapprochais de lui, espérant voir à nouveau ce phénomène, mais rien... Autant le lui demander.

- La dernière fois, quand t'as utilisé ton don sur moi... Enfin que tu m'as fait penser que j'avais envie de t'aider, ou que t'a joué sur un instinct, je sais pas... t'avais un truc dans les yeux... Dis-je, un peu embêtée de demander ça. On parlait quand même de trucs totalement anormal chez des personnes humaines. Tes iris, on aurait dit qu'ils prenaient la consistance de nuages et qu'ils se mouvaient : chaque fois que tu utilises ton don ça le fait ? Lui demandais-je alors, curieuse de savoir si j'avais la même chose.

C'était rassurant s'il y avait une façon visible de savoir s'il utilisait son nom. je me demandais presque d'ailleurs comment pouvoir parer son don car honnêtement si je n'avais pas cette maudite habitude d'être sur mes gardes, j'aurais surement mit plus de temps à comprendre que c'était illogique venant de moi que j'aide cet inconnu si étrange.

- C'était joli en tout cas.

Je souris mais certainement que ceux qui avaient eu la malchance de croiser son regard quand il utilisait son pouvoir se comptaient sur les doigts de la main. Les autres... Eh bien, je pensais déjà savoir ce qu'il leur était arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
DOC
avatar

Messages : 185
Billets : 26207

Carnet de Bord
✦ Don: Administration +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Admin Tout Puissant
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ? Ven 30 Déc - 1:24
[Topic interrompu pour désertion de l'ancien Erik]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
MessageSujet: Re: A qui appartient ce Vaisseau ?
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

 Sujets similaires

-
» Fin fond du hangar d'un quelconque vaisseau
» à qui appartient ce blason ?
» A qui appartient le poisson
» Prends les armes et vois la gloire, elle t'appartient [PV armée de Kanoë]
» La liberté appartient à ceux qui l'ont conquise [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MA-85 ✦ :: ♁ Postes Principaux :: ♁ Salle de Commandement-
 ::  :: ✦ MA-85 ✦ :: ♁ Postes Principaux :: ♁ Salle de Commandement+