Contrat peu commun (Sayole / Erik)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 24581

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 11:07

Wake up! It's early morning!
Time to leave your dreams!



Une main peu adroite cherche à tâtons la source du bruit. Elle s'impatiente, alors qu'elle ne parvient pas à l'arrêter. Rageuse, elle balaye la table de nuit, provoquant le vol d'essai de l'objet en question, qui après quelques microsecondes de résistance dans l'air alla s'écraser au sol avec fracas, tirant un grommellement à sa propriétaire.

Tête profondément enfoncé dans l'oreiller, Thais rabattit son bras sous elle. Quelques petites secondes pour profiter d'un dernier instant de confort et elle poussa dessus, s'extrayant du moelleux coussin, qu'elle regretterait, l'espace de quelques secondes, avant que tout se mette en branle.

Un bond, elle est debout, attrape les débris du malchanceux, et les envois rejoindre ses prédécesseurs dans une poubelle spéciale, avant d'en sortir un nouveau d'un placard, en contenant encore une dizaine. Deux semaines et trois jours… C'était un bon score, il pouvait mourir en paix.

Un léger frisson parcourut sa peau alors qu'elle ôtait sa chemise. Le sol métallique glaçait ses pieds nus, tout comme l'air, sa peau. D'un tiroir elle sortit un training, ainsi qu'un simple t-shirt noir, sans manche. Mardi, elle débutait toujours la journée par un tour du vaisseau… C'était presque devenu rituel.

Les pieds glissèrent dans les chaussures, qu'assisse, elle laça. Un écouteur dans une oreille, puis dans l'autre. Push and play. La porte claqua derrière elle. Elle ne verrouillait jamais ses quartiers. Elle n'avait rien a caché, ni rien de très personnel à y conserver. Mais gare à celui qu'elle prendrait en train de fouiller ses affaires…

Un mouvement de tête pour saluer un des hommes, et sa course débuta. Un rythme soutenu, mais peu rapide toute fois, il fallait commencer par s'échauffer. Direction les quartiers des membres d'équipages, légèrement excentrer de ceux des soldats, et surtout, de ceux des officiers. Un deux se rangea, alors qu'elle dévalait l'escalier à grand bruit. Brancher sur le rythme entrainant de la musique, elle ne prêtait pas attention aux remarques qui pouvaient s'adresser à elle.

Arrivé à l'endroit qu'elle visait, elle se mit à tambouriner de ses poings contre le mur sans pour autant s'arrêter de courir, elle avait à peine ralentit l'allure. Elle continua jusqu'à la porte, avant de crier, d'autant plus fort qu'elle ne s'entendait pas elle-même:

    "Debout la dedans! T'as intérêt à être prêt, parce que je ne t'attendrais pas!"


Comme annoncé, elle continua sa route, alors que peu après la porte s'ouvrait sur un gringalet finissant d'enfiler son t-shirt, ses cheveux bouclés encore en bataille, la trace de l'oreiller sur la figure. Il jura, elle avait déjà disparu, puis pris la direction opposé après avoir verrouillé sa porte. Il la rattraperait ailleurs sur son parcours.

Thais avait continué sa course. Alternait des foulés ou elle montait les genoux le plus haut possible, puis ou elle touchait son fondement avec ses talons. Elle traversa le mess ou plusieurs personnes prenaient déjà leur collation, ils ne l'interpellèrent pas, sachant que de toute façon elle n'entendait rien. Elle fit signe au chef depuis l'entrée du mess, tendant une main au-dessus de sa tête, avec deux doigts levé. Alors qu'elle arrivait à l'autre bout, il lui lança une première boule sous cellophane, puis une seconde, bien plus basse. Elle se pencha dangereusement pour la rattraper, et manqua de tombé, en passant à travers la porte à double battant, ce qui eut pour effet de le faire rire. La porte se rouvrit dans le sens inverse, pour laisser apparaitre sa main, pouce levé vers le haut. Il sourit en secouant doucement la tête alors qu'il regardait dans sa direction. Elle apportait une fraicheur bienvenue en ce lieu. Elle passait comme un éclair, mais lui donnait une dose de bonne humeur pour la journée.

Direction le stand de tir. Un rendez-vous à ne pas manquer. Dan, l'un des vétérans de l'Aurora Spei avait prévu d'amélioré son record de tir longue distance. Il fallait qu'elle soit là pour voir ça! Pour empêcher ça… Ses chaussures faisaient raisonner la grille métallique sous ses pieds. Elle ralentit l'allure alors qu'elle arrivait au lieu-dit. Un grand silence y régnait. Plusieurs personnes étaient venues pour assister à l'exploit, alors que l'homme en question, était accroupi sur son poste, fusil à lunette dans ses mains. La distance était réduite, c'était obligatoire sur un vaisseau, il était capable de tirer bien plus loin, l'exploit résidait alors dans la précision, et le nombre de coup qu'il était capable de mettre au même endroit…

    "Daaaan…"


L'homme, âgée d'une cinquantaine d'année sembla se raidit légèrement, comme s'il l'attendait, la redoutait, mais il ne répondit rien, restant concentrer, laissant ses muscles se détendre, et visualisé sa cible. Un dernier coup, et il aurait battu son record personnel... Egalement celui de l'Aurora Spei.

Elle prit bien en main une des deux boules qui lui avait été donné par le chef. Cette pate était principalement constituée d'amidon. Pas terrible au gout, mais tenant bien au corps. D'un doigt, elle décrocha l'un de ses écouteurs, pour pouvoir prendre gout au silence qui régnait, et qu'elle allait perturber.

    "Attrape."
    "Non."
    "Si. Attrape."


Il n'avait pas bougé, refusant de se laissé perturber. Il ne voulait pas attrapé? Qu'à cela ne tienne, elle la lança quand même et l'objet fit mouche, cognant dans la tête du tireur. Une grande inspiration, crispation le pris. Il avait sans aucun doute envi de l'étriper; mais il ne bougea pas. Elle avait fait son show, et continuerait sa route, et il pourrait tranquillement battre le record…
Non, cela ne lui suffisait pas. Elle coupa sa musique, et s'approcha sans un bruit de lui, trop concentrer qu'il était, c'était comme si il ne la voyait pas. Elle s'accroupie à côté de lui, elle avait mis en bouche un morceau de son propre gâteau d'amidon, elle regardait dans la même direction que lui en mâchonnant. Il la savait la, mais se contentait de ne pas réagir. Elle parla alors, à voix basse, bien que tout le monde puisse l'entendre.

    "Elle est un peu loin non… Tu ne veux pas qu'on te la rapproche?"


Elle voyait le sang pulser, un peu plus fort dans l'une des veines de son cou, et sourit.

    "Pas aujourd'hui Papi."


De manière parfaitement inattendue, la jeune femme donna un coup de langue sur l'oreille du tireur. La déstabilisation n'y avait rien fait mais ça… Sentir le contact chaud et humide le perturba tant il ne s'y attendait pas. Le coup était parti. A côté. Son record était perdu. Elle le vit rougir, se retenir d'exploser, mais plus pour longtemps. Avec un rire, elle s'était rapidement éloignée alors qu'il lâchait son arme avec un cri de rage qui lui était destiné.

    "Tu me le payeras gamine! Je te le jure!"
    "J'en doute pas!"


Dans un dernier geste provocateur elle lui envoya un baiser du plat de la main, avant de s'enfuir sous les rires. Elle l'aimait bien, et le châtiait bien. Ce record, chacun d'entre eux savait qu'il était capable de le battre, et de fait, l'en empêcher était encore plus jouissif, car cela ne portait pas à conséquence sur lui. Elle ne le discréditait pas.

Elle reprit doucement sa course, jusqu'à rejoindre la salle de sport. Adam l'y attendais, la marque d'oreiller sur sa joue avait à peine eut le temps de s'estomper. En dix ans, il s'était un peu envelopper, et s'était un jour plaint à elle de cette constitution forte. Elle ne l'avait depuis plus lâché, et le réveillait à l'aube, ou du moins, à l'heure y correspondant, pour une séance de remise en forme. Le cuisinier avait eu bien le temps de regretter ses paroles…

    "Tu ne m'as pas attendu j'espère… Et je veux croire que ce que je viens de voir est un bâillement de fatigue pour tous les efforts que tu viens de fournir et non pas parce que tu te réveil!"
    "Je vais encore être cassé après!"
    "Fais tes exercices. Si tu veux, je t'aiderais à t'étirer après."


Elle ne le ménageait pas. Elle ne l'avait jamais fait, elle vit sur son visage un léger air de chien battu, et sourit en le regardant, puis lui désignant sa place.

    "Alors Adam! Ca fais quoi d'avoir la chef sur le cul?"


Il était sujet à des railleries, elle le savait, mais qu'y pouvaient-elles? Ils avaient débarqué ensemble sur l'Aurora Spei, et des rumeurs avaient toujours eut cours. Mais le garçon de 24 ans, peut étoffer musculairement, n'osait pas répondre à ses détracteurs.

    "Pourquoi vous voulez savoir ça? Vous avez envi que je m'occupe personnellement de votre cas?"
    "Faut voir ce que vous entendez par là… Ça me dérangerais pas moi…"


Graveleux. Il y a longtemps qu'elle ne s'en offusquait plus, si elle s'en était un jour offusqué. Elles étaient en tout et pour tout qu'une demi-douzaine de femme à bord et après plusieurs semaines de vol… Certains étaient légèrement… Tendu.

Elle s'approcha tout en rattachant ses cheveux, dont certains s'étaient échappé, lui collant au visage, elle attrapa au passage une serviette propre, pour essuyer son front et son cou, poisseux de sueur.

    "A quatre pattes."
    "Pardon?"
    "A quatre pattes."
    "Je…"
    "Aller! Dépêchez un peu! Sur les avants bras."


Il s'exécuta, méfiant, regrettant sa langue trop bien pendu, tout en l'observant du coin de l'œil. Elle s'approcha, et déposa ses mains sur ses épaules.

    "Vous avez émis le souhait que je m'occupe de votre cas… Et comme je suis particulièrement de bonne humeur, je vais le fais… ADAM! C'est pas une raison pour glander!"


Le garçon en question repris ses exercices alors qu'elle le surveillait, avant qu'elle ne détourne la tête pour reporter son attention sur le soldat. Elle se plaqua contre lui, avant de surélever ses pieds, de sorte qu'elle soit couchée sur le ventre et que son poids repose entièrement sur le jeune homme. Ainsi, elle répartissait tout son poids sur la totalité de son dos, et ne risquait pas de lui faire mal, comme si elle s'était assise dans le creux de son dos.

    "Tu le sens comment la?"
    "Euh… Moyennement…"
    "Oui tu as raison…. Gainage!"


Au vu de sa musculature, il devait tenir sans peine habituellement… Mais les 65kg (au moins) de plus qu'elle lui imposait sur le dos changeait la donne. Il tenait bon… elle le voyait rougir sous l'effort, alors qu'elle faisait son possible pour être immobile, et ne pas compliquer la tâche. Une minute… Elle le sentit trembler.

    "Ça va comme tu veux?"


Quand elle senti qu'il lâchait, elle reposa les pieds au sol, pour lui éviter de s'écrouler et se redressa.

    "Respire. C'était pas mal, je ne suis pas sûr d'en faire autant… Et bah tu vois Adam! Quand tu feras ça! Je te lâcherais."
    "J'y arriverais jamais!"
    "C'est sûr qu'avec ton pessimisme, t'es mal barré."


Elle se retourna vers le soldat, et lui demanda avec un bref sourire.

    "Je continue, ou ca suffit?"
    "C'est bon sergent."


Elle lui répondit avec un sourire et hochement de tête d'approbation. Elle ne l'avait pas humilié, même plutôt flatté en le désignant comme exemple pour son protégé. L'inverse n'aurait servi à rien, il avait compris. Il était jeune, et récent sur le vaisseau, des dernières recrues. Peut-être se vanterait-il auprès de ses compagnons d'avoir pu sentir la poitrine du Sergent-major largement appuyer contre son dos… Peut-être. Il pouvait, après tout, c'était vrai.

Elle termina de s'occuper d'Adam et de ses étirements, avant de rejoindre ses quartiers ou elle profita de la saveur d'une douche fraiche, pour se débarrasser de sa sueur, passant alors sa tenue officielle pour rejoindre le centre de commandement. Une nouvelle mission les attendait, elle allait en prendre connaissance auprès du grand patron, son visage s'était recouvert d'un masque de sérieux qui allait de paire avec sa concentration. Ce n'était plus l'heure de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 21060

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 16:06
La nuit avait été courte pour le Capitaine du navire. Il avait la veille, du surveiller et gérer l’arrivée de la nouvelle marchandise en soute. D’un point de vue technique, les marchandises était des plus importantes et variées, ce qui demandait une organisation et une sureté dans les manœuvres assez impressionnante. Bien qu’il n’ait pas d’effort physique à fournir, il était resté éveillé, œuvrant entre des inspections dans la soute, et la surveillance des données dans le poste de commande. Sans compter sur la préparation de la mission… Il n’avait eu qu’à peine quelques heures pour se reposer, et même avec cela, il avait les yeux ouvert bien avant que le réveille ne se fasse entendre. Depuis près de 11 ans, il s’était toujours astreint à un régime de vue assez strict et organisé, du coup, son organisme s’était habitué et il avait maintenant le réflexe de s’éveiller quelques minutes avant l’heure prévu. Se redressant de son lit, il se frotta le visage, et mit en route la machine à café, privilège dût à son rang dont il s’était habitué. On pouvait même dire que c’était une coutume à laquelle il ne dérogeait pas. A tel point qu’une rumeur sur le navire disait que si le capitaine n’avait pas son café le matin, le vaisseau risquait d’exploser ou de disparaitre dans un trou noir. Cela faisait toujours rire l’équipage, mais c’était rentré dans les mœurs.

Alors que son précieux liquide s’écoulait dans une vieille tasse, il attrapa avec un soupire une tablette tactile qui lui présentait les diverses rapports concernant le vaisseau en temps réelle. Il devait rattraper le temps perdu. Il termina son analyse en disposant divers ordres rapide tout en finissant son café. Il s’installa alors de manière à faire quelques étirements et un peu de musculature. Rien de bien imposant, quelques tractions, une 100e d’abdominaux et une 50e de pompes, bref juste de quoi se maintenir en forme. Il avait cette habitude depuis qu’il était officié de terrain et l’avait gardé.

Une bonne douche chaude, voire même bouillante, un peu de musique le temps de se raser et de s’habiller, et la journée allait pouvoir commencer. Comme à son habitude, il s’était vêtu de son uniforme d’officier de terrain, légèrement refaire pour l’occasion, son éternel arme de poing à la ceinture et avait quitté sa cabine avec sa tasse nouvellement remplit à la main.

La marche pour arriver au centre de commande du vaisseau était des plus courtes. En effet il avait pris place dans la cabine de l’ancien chef, et n’était donc qu’à une 10e de mètres. Alors qu’il arriva, les officiers de bord saluèrent comme il se devait, alors qu’il répondit d’un simple hochement de tête, son café toujours à la main.

Bonjour à tous. Envoyez moi vos derniers rapports sur la commande centrale je vous prie.

Et alors qu’ils retournaient à leurs postes, il alla s’installer dans le siège central. Il déposa sa tasse dans un petit plateau réservé à cet effet, et déclencha l’écran holographique qui s’afficha en demi-sphère juste devant lui. D’un mouvement des mains, il sélectionna les données intéressante et les consulta, vérifiant surtout les données de navigation et les états des diverses commandes principales et secondaires. Il observa l’heure quelques secondes. Les hommes présent allaient se faire relever. D’un geste, il fit disparaitre l’écran et porta de nouveau son attention sur son café tout en interpelant l’officier de pont.

Hanna. Tache de te reposer, la mission aura lieux sur ton heure, j’aurai besoin de toute ton attention aux commandes du vaisseau.

Oui mon capitaine.


Il la remercia d’un geste de la main, et dégusta ce qui restait de sa tasse encore chaude. Une règle tacite existait à bord du navire. Les officiers pouvaient tutoyer et s’éviter les saluts de mise avec les personnes sous leurs ordres ou à leur niveau. Mais chaque subalterne se devait de respecter les règles militaire lorsqu’il était face à son supérieur. C’était une manière de garder une proximité entre les hommes, d’éviter de perdre du temps au gradé, tout en gardant les bases d’un respect du grade. Jusque-là tout se passait bien, même si d’un regard extérieur, le spectacle pouvait paraitre étrange. Une petite sirène annonça le changement de poste. Dans le même temps, les volets blindés de protection de la passerelle s’abaissèrent, laissant voire le vide spécial. Ce n’était pas vraiment utile, mais il avait l’avantage de donner une faible impression de jours et de nuit sur le navire pour les officiers de pont, et ce n’était pas plus mal. L’équipe de jours vint relever l’équipe de nuit dans un petit cérémoniale durant lequel les nouveaux arrivants s’alignèrent derrière leur place pour saluer SaYoLe avant d’échanger les rôles avec les autres qui firent de même puis partirent. Seule Hanna resta, car elle savait que le briefing la concernait. Quelques instant après, Thais et bragg les firent leur entrée en le saluant. Bragg était le sergent chargée des équipes au sol, en somme, le chef des Ghost. Grand et imposant, il était une force de la nature, et surtout un meneur d’homme hors pair, et tout comme Hanna, il était l’un des gars de la première heure. SaYoLe leur répondit en délaissant sa tasse de café maintenant vide, et se leva de son siège pour se présenter devant une table holographique. Il entra son code, et lança la base de donnée qu’il avait chargé quelques temps auparavant.

Une carte spéciale se matérialisé en 3D devant eux, démontrant leur point d’origine et d’arrivé et la situation actuelle du navire ainsi que leur trajet.


Comme vous le savez, nous avons chargé une importante cargaison hier matin. Mission classique de contrebande. Néanmoins, les quantités demanderont de nombreux voyage avec notre vaisseau pour décharger la marchandise. Et il est fort probable que notre client propose ses propres transports pour accélérer le mouvement. De plus, nous n’avons quasiment aucune information sur le lieux ni sur les réceptionneurs. Pour cela, nous allons légèrement modifier notre processus habituel.

Hanna, tu mettras l’Aurora en mode de combat, je veux tous les officiers et les artilleurs à leur poste durant toute l’opération. Pleine puissance sur le radar, et tu scanneras la zone au sol.
Bragg, tu seras de l’équipe au sol. Tu prendras 20 Ghost avec toi. Pas de risque, tu utiliseras l’équipement d’interventions lourdes. Notre marchandises vaut une belle fortune, les risques seront donc plus grand. Et tu auras la Jeep en support. On te larguera à une 10e de km de l’objectif, afin que tu observes la zone avant la prise de contact. Une fois effectué, on lancera le déchargement.
Thais, tu seras de la seconde équipe et aura à disposition tous les Ghost restant… Dans l’hypothèse où ils enverront leur propre transport, je veux un dispositif de sécurité autour de la zone de stockage. Qui qu’ils soient, je ne veux pas qu’ils mettent un pied en dehors de la zone où se trouve la cargaison ! C’est clair ?
Tu désigneras aussi 12 hommes qui devront se tenir prêt à partir en soutient de Bragg sur mon ordre, et tu partiras avec eux.
Stratégie de base, couverture, jonction, point d’évacuation et on rentre tout le monde à la maison.

Des questions ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 24581

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 16:06
Quelques instants pour parcourir les rapports de la veille lui avaient permis de se remettre précisément en tête le déroulement des évènements précédent, et de préparer ceux à venir. Elle était parfaitement concentrée en marchant, une importante cargaison avait été chargé la veille, plus de 20 conteneur haut comme trois hommes, soit plusieurs centaines de tonnes d'équipement, matériel, approvisionnement... Quoi donc? Elle n'en savait rien... tout comme qui? Le commendataire était rester secret... pour eux du moins. C'était rare, du moins pour elle, qui seconde sur le vaisseau, obtenait habituellement ces informations... Sayole savait ce qu'il faisait et ou il mettais les pieds... En théorie du moins. Mais elle estimais pouvoir faire confiance aveugle a son jugement.

Braag l'avait rejoint dans les couloirs. Ils échangèrent un salut, mais pas de mot, l'un comme l'autre était concentrer sur ce qui allait les attendre: la préparation du débarquement de la marchandise. Ils saluèrent les officiers de ponts sortant avant de pénétrer dans le poste de commandement. Un nouveau salut, en bon et dut forme cette fois ci, pour le Capitaine. Ses yeux étaient légèrement cerné, renforçant le contraste entre la couleur de sa peau et la couleur de ses yeux. Était-il soucieux? En tout cas, il avait dut veillé longtemps, cela promettait quelque chose d’intéressant.

Thais s'installa en face de la carte holographique, en prenant appuie contre une des tables de commande, prenant toute fois soin de ne pas appuyer sur certain bouton par mégarde. Sayole l'activa, et elle l'observa longuement. Ils avaient effectuer les deux tiers du trajet, ils en avaient donc parcourut une bonne moitié de nuit. La carte n'affichait que des coordonnés en lieux et place des planètes et satellites habituels, une zone dans laquelle ils n'avaient jamais dût faire route... Il était rare qu'ils soient si mal informer. Elle en était d'autant plus attentive. Cela n'était pas une mission "normale".

Le briefing débutât... Ils auraient une grosse demi journée pour se préparer. C'était amplement suffisant. Un branle bat de combat... Pour un simple déchargement? Cela semblait très, trop prudent, avait il des raisons de se montrer aussi méfiant? Elle se redressa légèrement. S'il était inquiet, elle le serait aussi. Il lui communiquait sa prudence même si elle détestait l'idée de ne pas avoir en main toutes les clefs qui lui permettraient de prévoir la situation.

Braag s'occuperais du déchargement, et elle de sécuriser le vaisseau dans l'hypothèse ou le commanditaire imposerait ses propres transporteurs... Est-ce que c'était clair? On ne peut plus... Ce vaisseau était sa maison... Il était hors de question que des fouinards viennent y traîner leurs nez.

    "Beaucoup de précaution... On est sans doute jamais trop prudent c'est pas moi qui dirait le contraire... Mais toi qui sais a qui on a affaire... Est-ce qu'il faut qu'on s'attendent à ce que cela tourne mal? Histoire que je me prépare psychologiquement à sauver les miches de Braag."


Un léger sourire. S'il n'avais pas voulut lui transmettre le nom du commanditaire, il ne le ferait pas plus maintenant, mais elle voulais entendre de sa bouche ce qu'il pensais réellement, plutôt que de se fondé sur ce qu'elle percevait de son attitude. Pour le reste, elle ferait son job... Comme d'habitude. Ils se concerteraient avec Braag pour savoir qui quitterais le vaisseau, même si la décision lui revenait a lui, ils n'étaient pas trop de deux pour décrypter le comportement de leurs subalternes.

    "Il faut qu'on fasse le point sur le périmètre que nous laisserons à ces charmants..."


Elle s'approcha de Sayole, et passa de son côté de la table holographique après avoir obtenu son contentement d'un mouvement de tête. Quelques manipulations, son code d'accès, et un plan du bâtiment apparaissait. D'un mouvement de doit, elle le fit pivoté, de sorte qu'il soit de profil et "appuya" sur la partie concerné, leur offrant alors un zoom sur les soutes ou étaient actuellement stocké la marchandise. Plusieurs portes, nécessitant toute fois une carte d'accès donnait sur la zone, la soute était grande, et il était impossible de voir les trois portes simultanément, peut importe l'emplacement.

    "Hanna, j'aurais besoin que tu désactives ces passages. Si nous prenons des précautions, autant le faire jusqu'au bout... Même sans carte d'accès, il n'est pas impossible si c'est réellement leur intention, que certain essayent de les forcer. Il sera plus simple pour nous d’éviter ce genre de problème si nous n'avons qu'un seul accès à bloquer et garder un oeuil sur les autres. Et si quelqu'un franchit tout de même ces portes... Vous saurez que ce n'est pas un des nôtres... Sayole?"


Elle s'était tourné vers lui, il était le chef d'orchestre et attendais ses rectifications, ou son approbation.

    "Dans combien de temps arriverons nous au point de rencontre?"


Alors qu'elle s'éloignait de la carte, le plan disparut, verrouillage automatique des accès, laissant revenir le trajet au premier plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 21060

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 16:07
Comme il s’y était attend, ce fut sa seconde qui vint poser les questions qui lui traversaient l’esprit. SaYoLe afficha un sourire. Il s’y était étendu. Si elle était autant monté dans les grades, c’était autant pour ses capacités que pour sa forte tendance à toujours poser les questions et ce sans gêne. Et tout bon officier savait qu’avoir à ses côtés quelqu’un capable de poser les bonnes questions et de remettre en cause certaines choses étaient toujours un avantage…

Il y a toujours un risque… Le fait est que contrairement à d’habitude, il m’a été clairement expliqué que cette livraison était un entretien d’embauche… Et vue l’argent que va nous rapporter cette simple course, si cela devient régulier, on fera exploser nos bénéfices en les multipliant au moins par quatre… Mais sa signifie aussi une cargaison très convoitée.

Mais qui dit test, dit que nous allons être testés… Alors soyons vigilent, et évitons de nous compliquer bêtement la vie. Donc je pense que les fesses de Bragg iront bien, mais qu’il faut juste bien ouvrir l’œil.


La jeune femme continua alors en définissant sa stratégie de défense pour le hangar. Sa stratégie était logique et il n’y trouva rien à redire, alors qu’il observait le plan qui était affiché sous ses yeux. Mais il souhaita y rajouter un détail.

Je te conseil d’installer des portes de tirs sur les passerelles supérieur. Si le temps presse, j’autoriserai nos clients à faire entrer des exosquelettes pour faciliter le chargement. Il te faudra donc du calibre lourd ci y’a un souci et une ligne de vue dégagée.
Après c’est toi qui gère, tu as cartes blanches.


Se désintéressant de cette partie du plan maintenant qu’il y avait donné sa touche personnelle, il reporta son attention sur Hanna en rebondissant sur la question de sa seconde.

Hanna, tu t’arrangeras pour sortir de l’hyper propulsion à la périphérie de la zone. Je veux que l’on puisse scanner l’endroit avant de s’y rendre. Cela nous lassera donc encore 23h pour nous préparer aux débarquements, dont 6h sur zone si je ne me trompe pas.

L’officier acquiesça, et en profita pour saluer et aller se reposer. SaYoLe se tourna vers Bragg, qui fit de même. Le colosse avait déjà mené de nombreuse opération du genre, il n’avait donc pas plus de question à poser, et le capitaine lui faisait totalement confiance, donc ne voyait rien à lui ordonner. Il porta alors ses yeux gris sur la jeune femme. Il savait qu’elle allait chercher à en savoir d’avantage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 24581

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 16:08
Un entretien d'embauche... Voila qui était intéressant... Si elle n'avait personnellement que faire de gagner le triple de sa solde, cela ravirait sans aucun doute nombre de personne dans l'équipage. Elle n'avait pas de mari, pas d'enfant, aucune famille à entretenir donc, et elle vivait à temps plein ou presque sur ce vaisseau. Un jour peut être, elle plierait bagage et s'installerais tranquillement dans un coin de la galaxie... Alors l'argent pourrait se montrer intéressant, voir indispensable; mais pour l'heure, elle n'effectuait toute ces missions, que parce que c'était sa vie, sans plus de question; et qu'elle lui apportait son lot d'aventure et d'émotion.

Mais autre chose la faisait tiquer... Ce lien de subordination qui lie employeur et employer... Il était une chose d'effectuer des contrats de manière sporadique, ils choisissaient leurs missions, n'avaient de compte à rendre qu'à eux même du moment de la bonne exécution de leur contrat... Mais avec un employeur régulier... Oh bien-sur, les rentes seraient plus régulière également, mais les ennuis sans doute aussi. On ne dit pas "merde" à son employeur quand une de ses demandes ne nous plait pas... Elle s'était toujours vu, elle, l'Aurora Spei, comme des électrons libres, et l'idée d'être un chien a la botte d'un plus gros qu'eux ne l'enchantait guerre. Leur liberté était quelque chose de très précieuse.

Elle ne dit toutefois rien, pas devant les hommes en tout cas. Elle aurait cette discutions en privé, de Second à Capitaine. La mission était déjà engagé, il fallait pour le moment l'assurer. Il serait toujours temps de prendre une décision par la suite. Ils allaient sans doute être tester. Elle fit une moue légèrement énerver... Qu'ils ne les testent pas trop... Car si l'un d'entre eux faisaient mine de vouloir s'en prendre à l'un des leurs, ce serait à balles réelles qu'ils tireraient.

Il lui conseilla d'ajouter d'organisé une couverture lourde depuis la passerelle supérieur, annonçant qu'il laisserait sans doute entrer des exosquelettes, réjouissance de plus... Elle acquiesça d'un simple mouvement de tête; il en serait ainsi. Les derniers détails ayant été passé en revu, Hanna et Braag se retirèrent, l'une pour se reposé, l'autre se préparer.

    "Je te retrouve en salle de conférence, histoire qu'on peaufine tout ça..."


Il acquiesça à son tour avant de quitter la pièce, la laissant seule avec le capitaine. Ils avaient a parler. Elle attendit que la porte soit refermer pour s'adresser à lui.

    "Un employeur fixe? En 10 ans, ce serait bien la première fois. Ça ne te ressemble pas."


Le passé du vaisseau était à ne jamais abordé, la consigne était stricte, mais tout ses compagnons n'avaient pas la langue aussi lié que la sienne, et en une décennie, elle avait eut le temps d'en apprendre plus sur cet espoir tombé du ciel, même si les renseignements clairs étaient peu nombreux. Un vaisseau de soldats à la base... Il lui paraissait donc étrange qu'après avoir lui même échapper au commandement d'une entité, il se place de son propre chef sous une autre.

    "Je suppose que notre cargaison n'est pas dangereuse... Tu ne prendrait pas le risque de voir tout exploser en m'incitant à installer des postes de tirs."


Assez tourné autour du pot, ce n'était pas dans ses habitudes, et elle pouvais lire sur son visage qu'il s'était déjà préparer à sa question. Peut être même étonné qu'elle ne l'ai pas posé plus tôt, c'était le résultat de son respect pour lui, de sa confiance, mais au vu des éléments, elle estimais maintenant que c'était à lui de lui en dire plus. Elle voulais savoir ou ils mettaient les pieds, car la décision qu'il prendrait affecterais tout l'équipage, et il avait beau être le capitaine, il n'avait pas le droit de la prendre seul.

    "A qui a t'on affaire?"


Elle le fixait avec détermination, les bras croisé sous sa poitrine. Elle craignait très peu de personne en ce monde, sans doute plus par inconscience, qu'arrogance, et il n'y faisait pas exception, mais il avait ce truc particulier, qui la rendait toujours prudente. Elle craignait de lui son désaveux. Il était à la fois un guide, un mentor, un compagnon et un amant, elle ne pouvais le décevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 21060

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 16:08
Ils n’étaient plus que tous les deux, et si la jeune femme ne quittait pas la pièce, c’était qu’elle voulait lui parler. La capitaine retient un soupire. Il s’y était attendu, et c’était inévitable. C’était sa seconde, et elle aurait surement envie de mettre sa griffe dans cette affaire. Il ne lui en voulait pas, mais ce n’était pas pour ça que sa fatigue disparaitrait…
Avant qu’elle n’ouvre la bouche, il lui tourna le dos et lui fit signe de la suivre.


Allons dans la salle de briefing, on y sera plus tranquille…

La salle en question se trouvait juste derrière le siège de capitaine. Il s’agissait de l’ancien bureau du commandant. La salle avait été réaménagée pour accueillir un écran de taille imposante, un pupitre et une 30e de siège. C’est ici que les rapports de missions étaient traités, ou que les missions étaient présentées aux officiers. A peine rentré, il alla s’installé sur un des sièges du premier rang et s’y laissa tomber lourdement.

Thais lui faisait face. Il n’avait pas à se comporter comme un commandant lorsqu’ils étaient que tout les deux. Simplement parce que leur relation avec depuis un moment passé ce cap de gradé à subordonnée. Cette différence se faisait uniquement en publique… Entre eux, les choses étaient différentes… Ils avaient même été amant le temps d’une nuit, et bien qu’il en gardait de merveilleux souvenir, le sujet n’avait plus jamais été abordé, et il considérait encore aujourd’hui cela comme une erreur.

La jeune femme prit la parole, et il la laissa faire. Elle fit part de sa surprise et son ressentit, ses craintes et ses questions. Mais dans un sens, elle l’avait aussi blessé dans sa manière d’aborder les choses. La réponse de SaYoLe fut plus sèche qu’il ne l’aurait voulu.


Tu ne m’offre que si peu de confiance après tout ça ?!
Et depuis quand je dois me justifier devant toi ?!


Il marqua une pause, et ferma les yeux une seconde pour reprendre de manière plus calme.

Non, la cargaison n’est pas dangereuse. Ce ne sont que des médicaments… Dans la pire des cas, il faudra juste bien désinfecter la zone. Mais cela explique sa fragilité et son prix. Beaucoup sont des produits rares…

Ensuite oui pour répondre à ta question cela n’est jamais arrivé en 10 ans. Sauf que les temps changes. Nous ne pouvions nous permettre ce luxe pour des raisons évidentes de sécurité. Et nous avons besoin d’argent. Cela ne veut pas dire non plus que l’on sera soumis à un employeur, je n’accepterai pas n’importe quel contrat. Mais des courses régulières permettraient de faire pas mal de travaux sur le navire, et il en a besoin…


De nouveau il marqua une pause. Il avait été dur sur ses premiers mots, et il essayait de maintenant de faire comprendre son point de vu… Mais dans le même temps, elle était sa seconde, son rôle était aussi celui de faire une sorte de contre-pouvoir tout autant qu’un soutient dans faille…

Je ne sais pas qui sont les clients… L’heure et le lieu m’ont été donnés par le fournisseur. Nous verrons ce que cela donnera… De toute manière, si je sens une couille, ou que ça tourne mal, on se tire et on revendra la marchandise encore à bord.

On nous a juste offert une belle opportunité que j’ai décidé de saisir. Nous verrons si elle en vaut vraiment le coût ou pas…

Tu veux savoir quoi d’autre ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 24581

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 16:09
Il devait être particulièrement éreinté pour réagir de la sorte. Elle ne cacha pas sa surprise à le voir s’énerver ainsi, avant de froncer les sourcils, pas réellement décidé a se laissez faire. Elle n'était pour rien dans son manque de sommeil.

    "Calme toi! Tu sais très bien que je te fait confiance! Mais c'est mon taff de te poser des questions, de vérifier que tu déraille pas! J'te rappel que c'est toi qui m'as promus! Si ça te plait pas, tu peut aussi nommé quelqu'un d'autre!"


Pas sur qu'elle pense réellement ces dernières paroles, s'il la prenait au mot, son ego aurait plutôt du mal à le digéré, certaine de la qualité de son travail... D'un autre côté, cela ne l’empêcherait pas de continuer à travailler, elle avait pour habitude de ne pas prendre les choses personnellement, ce qui évitait d'ailleurs bien des conflits, et une rancœur inutile qui lui pourrirait la conscience.

Il avait marqué une pause, elle pris cela pour une excuse, il n'avait pas maîtrisé son ton, et ferait en sorte de le contenir à présent. Des médicaments, mieux valait éviter que ça se répandent dans l'équipage, plusieurs d'entre eux avaient un passé de drogué, que ce soit à l'As ou autre chose, et pourrais y voir dans les potentiels opiacés un objet de convoitise. Inutile d'attisé la tentation.

Elle porta son regard sur les murs quand il aborda les quelques travaux qui ne seraient pas du luxe pour entretenir le vaisseau. Il n'avait pas tord, c'était un fait, l'usure était inévitable, mais même si elle en comprenait les raisons, elle se montrait toujours plus réserver que lui quant à la solution. Il ne connaissait même pas l'identité de l'employeur, il n'y avait aucune raison qu'on leur tende un piège, mais pour une raison qu'elle ignorait, elle ne sentait pas ce coup la.

    "Si tu me dit que tu peut gérer ça, je te crois... J'espère juste que tu va pas coller le doigt dans un engrenage duquel tu sauras pas t'extraire... Ton coup a intérêt à avoir les poches bien remplit, car je m'en vais les lui vider..."


Elle lui adressa un sourire. Sa dernière remarque n'était pas sérieuse mais avait valeur de consentement. Elle le salua avant de se diriger vers la sortie. Avant de quitter l'endroit, elle se retourna une dernière fois vers lui, affalé sur sa chaise.

    "Ah! Et, je sais que c'est d'un banal parfaitement ennuyeux pour un homme de ta qualité... Mais n'oublie pas de dormir de temps en temps, genre 5h par jour... Je te jure, ça peut être utile."


Suite à cela, elle quitta la pièce pour rejoindre Braag, avec qui ils décidèrent de qui se rendraient sur le point de rencontre, et qui protégerais la soute. Ils étaient d'accord pour la plupart des cas, mais avaient parfois quelques informations a propos du comportement de certains que ne possédaient pas l'autre et elle préférait les éléments "perturbateurs" sur le vaisseau, ou il serait possible de pallier à leur erreur, que dans la pampa ou leur comportement pourrait s’avérer dangereux pour les leurs.

Le reste de la journée fut consacrée à la préparation de la défense, installation de poste de tir, briefing, simulation... A l'approche de l'heure fatidiques, ils étaient prêts. Thais se tenait droite devant la porte du hangar qui s'ouvrirait sur l’extérieur pour laissez entrer les transporteurs, et a qui elle pourrait expliquer la marche a suivre. La cargaison avait été attaché, afin de palier aux problèmes d'aspiration. Son visage était encore découvert. Ils avaient une autonomie en oxygène limité, et il ne servait à rien de l'épuisé déjà. Elle et ses hommes répartis dans la salle étaient prêt à fixer leur masque. Elle placa un doigt sur son oreillette activant son micro.

    " L'acheteur pointe le bout de son nez quand il veux. Tout est prêt pour nous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 21060

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Jeu 29 Déc - 16:09
Thais avait plus au moins accepté cet état de fait. Lui rappelant que son rôle était aussi de le surveiller. Il n’avait rien trouvé à y redire, c’était pour sa langue bien pendu qu’il l’avait choisis. Elle se targa même d’une petite remarque sur son temps de sommeil. Il sourit et répliqua calmement :

On en reparlera le jour où tu seras grande…

Une manière de dire qu’il aimera bien la voire à sa place. Remarque, cela pourrait arriver un jour, et il espérait qu’il avait fait le bon choix en la choisissant… Ils n’étaient pas à l’abri d’un accident. Puis il la laissa partir, de retrouvant seule dans la salle avec ses pensées. Il mit quelques minutes à reprendre sa place dans le siège de commandement où il passa la journée.

Après un repas rapide dans sa chambre tout en traitant des dossiers, il s’accorda un cours moment de détente, avec un petit verre et un imposant cigare qu’il fuma quasiment tout le temps les yeux fermé. Après cela, il alla à ce qui était devenue une salle de sport. Un certain Larkin l’y attendait. Soldat de la première heure, il était l’un des hommes sous ses ordres avant la mutinerie. Quasiment du même age et de la même constitution, ils étaient proches lorsqu’ils étaient dans les forces spéciales, mais maintenant qu’il était la capitaine du vaisseau, leur amitié s’était un peu fatiguée. Mais leur petit combat de boxe était un rituel qu’aucun des deux ne manquera sans raison valable. Après un bref échauffement, le combat dura une 30e de minutes tout au plus. Aucun ne sortit vainqueur, mais quelques bleus et la sueur dépensé démontrait que ce n’était en rien de la comédie.

SaYoLe retourna dans ses quartiers, profita d’une bonne douche, et retourna au travail. Quelques heures sur le pont, une ou deux réunions de travail, et il alla se coucher, exténué. Il voulait pouvoir se reposer convenablement avant la mission.

Ce n’est que le lendemain que tout se mit en place. Lorsque le vaisseau stupa sa propulsion maximale, il savait que ses hommes finissaient de se mettre en place. Quelques heures après, ils arrivèrent à porter du point de rendez-vous. Hanna l’alerta :


Monsieur, nous avons un problème. Je vous envoie les données.

Sur l’écran holographique elle fit apparaitre la planète qui servait de point de rendez-vous. C’était une lune ! Une lune ? Un simple petit caillou. Pas de base, pas de signe de vue selon le scanner. SaYoLe agitait ses mains, faisant défiler les données, zoomant sur certains points clefs. Il cherchait ce qui clochait.
Soudain, une alerte retentit, et le charger des écrans de contrôle prit la parole.


Capitaine ! Un signal radar signale un vaisseau en approche dans le système ! La collecte des données est en cours, mais le vaisseau est bien plus imposant que le nôtre.

SaYoLe serra les dents pour laisser échapper un juron, et activa ses commandes alors qu’il distribuait ses ordres :

Alerte de combat !
Hanna fait nous manœuvrer pour faire le tour de la lune. Je veux que tu nous gardes toujours hors de portée de tirs !
Artilleur ! Que toutes les batteries se tiennent prête, les missiles aussi. Cadrer vos ciblages sur la source de chaleur des réacteurs.
Redirigez la puissance sur les boucliers, les radars et le brouilleur !


Alors que tous s’exécutaient, l’alarme de combat retentissait dans tous les navires. La lumière vive des salles et coursives disparaissaient pour laisser place à une lumière verte tamiser pour économiser les batteries. Les salles et couloir les plus proches de la coque étaient abandonner et condamner afin de limiter les pertes du aux dégâts spéciaux. Les soldats étaient disposés au point clef du navire comme l’arsenal, la salle des machines, la salle de commandement et le hangar.
SaYoLe utilisa son transmetteur :


Thais, Bragg, laisser vos troupes à vos officiers, revenez au poste de commandement.

Après eut confirmation des ordres, il s’occupa de nouveau de sa passerelle.

Scanner ! Trouvez-moi les caractéristiques de ce vaisseau !
Communication ! Je veux savoir sur quelles fréquences ils émettent, je veux pouvoir les contacter ![/b)


Tout se mettait en branle, et le vaisseau effectuait ma manœuvre demandé alors que Hanna et Bragg faisaient leur entrée quasiment en simultanée. SaYoLe se tourna vers eux, adressant un regard à Thais ; se repellant l’impression qu’elle avait.

[b]Thais, reste avec moi, je veux ton avis.
Bragg, prend le commandement des troupes. Si c’est un piège, ils tenteront un abordage, je les vois mal se séparer d’une telle cargaison !


Thais venait de prendre un siège juste à côté de celui du commandant. D’un mouvement de la main, il fit transférer les donner qu’il avait à la jeune femme. Au centre de la pièce, une carte laissait apparaitre le système et les deux vaisseaux, le nouvel arrivant se rapprochant toujours plus…
La question était de savoir ses intentions.


Scanner ! Je veux des images de ce vaisseau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik) Ven 30 Déc - 13:26
SaYoLe et ses soucis de commandant n'était pas le seul à en souffrir. Droit dans un autre fauteuil aux allures présidentielles, l'air sûrement aussi fatigué que son comparse, celui qui gérait le commandement du MA-85, Erik en personne, Finalisait de donner des ordres simples. Il se frotta les yeux avec uniquement deux doigts. Pourquoi uniquement deux ? Pourquoi pas ? Lui n'est pas aussi fébrile que son comparse et l'activité à bord du gigantesque vaisseau est aussi calme qu'à l'accoutumée. Juste un peu plus anxieuse. Ce n'était pas comme si le commandant allait lui-même chercher la marchandise, non, du tout. C'est vrai qu'il le faisait à chaque fois. Même Ralph avait maintenu que ce n'était pas nécessaire. Mais devant l'entêtement souriant du Commandant, il avait capitulé avec la seule condition de l'accompagner sur cette lune. Il était d'ailleurs temps de s'y rendre sur cette Lune. À ce point de rendez-vous. Un ordre simple et presque chuchoté plus tard, les machines ralentirent leur rythme effréné et bientôt, le vaisseau mère des mercenaires se stabilisa à une distance encore raisonnable de la lune et de l'autre vaisseau, largement plus petit, et déjà en instance de troc -ou de riposte vu leur réaction. Erik aux tempes grisonnantes se redressa, et s'éloigna presque sans un mot vers la sortie. Tous connaissaient déjà leurs ordres et les recommandations de Erik. Il leur adressa tout de même un salut avant de les quitter, avenant et un regard appuyé à son pilote, Kythian. Il sortit ensuite, Ralph, son second, sur les talons.

Si une lune devenait subitement le lieu de rendez-vous avec le vaisseau le plus craint actuellement -le Némésis, c'est du pipi de chat- c'était à cause d'une merde qui était tombée au mauvais endroit au mauvais moment. Lieu et moment : un rendez-vous semblable à celui-ci. L'étron en question : les autorités. Et comme merde, y'a pas plus persistante sur les toilettes des chiottes. Et réparer les dégâts n'avaient pas été une mince affaire. Et changer d'intermédiaire pour les grosses commissions -pour rester dans le champ lexical- en avait fait partie. Le précédent n'avait plus jamais été contacté. Enfin, il n'avait pas pu. Deux semaines plus tard, il mourait d'une intoxication alimentaire dans les cellules de Mars. Bah, un de perdu, dix de retrouvés ; n'en parlons plus. Et ce petit bataillon qui se cachait derrière l'astre mort faisait partie des dix. Mais qu'il se montre donc à découvert, il serait bien accueilli, promis. Erik demanderait même à Ralph de rentrer les griffes.

C'est donc sur le siège de copilote que Erik s'installa avec la ferme intention d'aller lui-même rendre visite à son fournisseur officiel comme il l'appelait. Installé à bord de la navette simple pour les sorties occasionnelles, le commandant aux tempes grisonnantes aida le pilote à charge de l'appareil de mettre les moteurs en route. Derrière lui, visage fermé et bras croisés, Ralph gardait le silence. Juste derrière, cinq autres hommes, armés bien évidemment mais surtout très discrets, meublaient l'espace autant qu'influenceraient le débat. Bien qu'il ne soit non violent, il fallait impressionner. Et au plus grand désarroi de Erik, jouer à qui a la plus grosse. Ça fonctionnait toujours comme ça. Même avec les personnes qui pourraient éventuellement, contre grosse somme d'argent, se lier à vous. S'adossant confortablement dans son siège, Erik soupira, mais seul Ralph sut de quoi il en retournait vraiment. Puis, d'un signe de main, il fit allumer les moteurs et très vite leur navette légère fut larguée dans l'espace. Deux trois vérifications plus tard et après avoir appuyé sur deux ou trois boutons, Erik se pencha sur la radio, ou du moins sa version la plus avancée. Ce n'est pas eux qui captèrent la fréquence du vaisseau mère mais Erik et son petit appareil « espion » qui capta la fréquence des transporteurs. Avec la technologie de bord, il fallait dire que, niveau taille, Erik faisait dans le monster.


-Salutations. Inutile de tenter de communiquer avec le vaisseau mère, il bloque les signaux émettant dans sa direction. Mais entrons dans le vif du sujet. Je me nomme Erik et suis le Commandant du MA-85 duquel vous vous cachez de manière bien futile. Je suis le commanditaire, alors ne vous affolez donc pas. Je viens simplement parler des termes du contrat avec le chef de votre équipe. Je vous demande donc de nous ouvrir votre antre, que nous y discutions en paix.

Ahhh. La diplomatie...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Contrat peu commun (Sayole / Erik)
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ NÉMÉSIS ✦ :: ♁ Zones Importantes :: ♁ Salle des Vaisseaux :: ◄ A ► Aurora Spei-
 ::  :: ✦ NÉMÉSIS ✦ :: ♁ Zones Importantes :: ♁ Salle des Vaisseaux :: ◄ A ► Aurora Spei+