Un amour naissant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Un amour naissant Jeu 19 Sep - 11:20
Le réveil avait été brutal. Une alarme avait sortit le commandant de son sommeil en lui explosant les tympans. Il avait d'ailleurs manquer de tomber de sa couche lorsqu'elle s'était allumée. Au final, il ne s'agissait que de météorites parasites qui avaient brouillés les capteurs NOS, faisant croire à une approche inconnue dans leur direction. Méthode parfaite pour vous couper votre sommeil et vous mettre de bonne humeur. A bord, les questions de sommeil étaient délicates. Tout d'abord, il ne fait jamais nuit, ou plutôt, il fait tout le temps nuit. Dès lors, il est difficile de se repérer quant au moment de la journée. Votre horloge biologique fait constamment le yo-yo, surtout les premiers jours, quand vous venez de quitter une planète. C'est un peu le mal du vaisseau, capable de vous flinguer votre réserve de sommeil sans vous en rendre compte et de vous abattre en traître. Enfin, la vie sur un vaisseau comme le MA-85 n'offrait pas de réel temps de repos pour un commandant. Constamment sollicité pour des choses et d'autres, son cerveau était en constante ébullition. Ça, en plus du genre de stress qui vous fait monter votre adrénaline alors que vous fermiez les yeux, ce n'est pas le genre d’événement qui aide à être reposé. Au final, c'est une question d'habitude. Le corps, a cela de fantastique, c'est qu'il s'adapte à toutes les situations qu'il vit. A force, on s’accommode de tout ça pour que ça n'ait qu'un impact mineur sur la santé. Toujours est-il que même si le corps s'habitue, une alarme tonitruante, ça vous ruine le peu de bonne humeur que vous pouviez avoir après un temps de repos.  

Assis à son bureau, Erik tentait de se concentrer sur les documents que Taja lui avait apportés. Il avait ouvert le dossier scellé pour en extraire son contenu. Des cartes, des documents divers, des codes, des listes, etc. Autant d'éléments tournant autour de l'Aera et de la mission qu'il menait avec l'ambassadrice. Peu de gens étaient au courant de tous les tenants et aboutissants. Lui-même n'avait pas accès à toutes les informations qui ne le concernaient pas. Le plan était audacieux et reposait la discrétion. Au final, le commandant avait l'impression que personne ne connaissait toutes les parties de cette machination.
Se frottant les yeux pour tenter de les stimuler, il lisait les différentes parties du dossier. Silencieux et concentrer, il examinait chaque partie pour ne rater aucune information. Avec l'esprit encore nauséeux, il mettait, petit à petit, les pièces du puzzle en place. Mais l'idée d'être écarté de certaines aspects ne lui plaisait qu'à moitié.

Coupant ses pensées à propos de sa frustration, le sas s'ouvrit brusquement, laissant entrevoir une silhouette non humaine. Deux pairs d'yeux le fixait avec un air plus que sérieux. Un œil extérieur aurait pu croire à un supérieur d'Erik, mais il n'en était rien. Le commandant redressa la tête pour identifier l'intrusion et, d'un geste de la tête, autorisa sa présence. La scène reflétait le cinéma à ses débuts, quand la Terre était encore le centre de l'attention, quand les scènes se faisaient alors sans son, il y a de ça bien trop longtemps. Silencieux, l'extraterrestre pénétra dans la pièce. Les mains derrière le dos, il scrutait le moindre détail de cette pièce dont la sobriété reflétait son propriétaire. Se plaçant au garde à vous face à son supérieur, le mercenaire attendait son signal.

- Repos Capitaine.

Erik n'avait pas quitté des yeux ses documents lors de la progression du soldat. Aussitôt après l'avoir reconnut, il était retourné afin de terminer ce qu'il avait commencer à lire. Voulant achever avant de se concentrer sur le rapport de son invité. Une fois cela fait, il rassembla sommairement le tout et le disposa sur l'étagère à sa droite. Une étagère d'un autre âge, loin des meubles à structures métalliques disposées à travers tout le vaisseau dont le design n'avait rien d'artistique.
Le capitaine exécuta l'ordre du commandant et se mit immédiatement au repos, écartant légèrement ses jambes et replaçant ses mains croisés derrière son dos. Suite à cette manœuvre, Erik l'observa, comme attendant qu'il comprenne la raison de sa venue. Il ne fut d'ailleurs pas plus d'une seconde pour que le mercenaire s'exécute. On sentait très bien qu'une sorte de rituel codé était à l’œuvre pour orchestré cette rencontre.  

- Capitaine Zig'stro au rapport commandant.
- Je vous écoute capitaine.
- La blondasse est de retour au nid, en un seule morceau, enfin je crois.

Le nom de code avait été choisi totalement au hasard, à l'insu du plein gré de ce cher Erik, qui aurait très certainement refuser une telle nomination de sa collaboratrice. Cependant, il était quasiment sûr qu'elle même se surnommait de la sorte.

- Cessez de l'appeler ainsi Zig', N'oubliez pas qu'elle est de notre côté cette fois.
- Reçu haut et clair commandant

Le capitaine avait toujours respecté à la lettre le protocole. Exemple de discipline, il avait toujours été l'un des hommes, si l'on peut dire, qu'Erik avait toujours apprécié. L'inverse n'était pas forcément le cas, mais qu'à cela ne tienne, tant que le boulot était fait. En réalité, Zig'stro respectait son commandant parce que c'était son commandant, par réellement pour l'homme qu'il était. Mais il devait bien le reconnaître, la boutique tournait bien, raison pour laquelle il bossait toujours à bord de ce raffiot. Le mercenaire a toujours porté sa dévotion pour les mercenaires plus que pour les hommes qui se sont succéder à leur tête, de nature effronté, il n'hésite jamais à remettre en question une situation qu'il considère dommageable à sa faction. Toutefois, son engagement ne l'empêche en rien d'être désagréable, insultant et provocateur avec quiconque ne se trouvant pas dans ses bonnes grâces.

Le capitaine chargé de la protection rapproché de l'ambassadrice faisait son rapport précis au commandant. Expliquant précisément comment s'était déroulé sa mission. Erik aimait avoir un contact oral avec ses subordonnés en plus de leur rapport écrit. Une bonne vieille discussion permettait de bien comprendre ce que des mots écrits expliquait difficilement. De cette manière, il pouvait poser les questions directement, demander des précisions, etc. Certes, cela demandait plus de temps, mais c'était un bon investissement.
Une fois ce détail terminé, Erik enchaîna sur ce qu'il avait prévu pour le capitaine et son escouade. Une mission qu'il souhaitait voir exécuter par cet alien car ce dernier s'était toujours montré compétent et impliqué dans ce qu'il faisait. Ce n'était pas par hasard qu'il s'était retrouvé à la tête d'une équipe de mercenaires tout aussi compétent. On était loin des bleus qui apprenaient encore le métier.

Sur base des informations que Taja lui avait apporté ainsi que sur leurs propres renseignements, Erik avait prévu de mettre un peu plus à jour la machination des expériences scientifiques. Cela faisait trop longtemps qu'il subissait les desseins de l'aera, il était plus que temps qu'il réagisse. Seulement, il était primordial de ne pas agir dans la précipitation. Les scientifiques seraient les premiers à leur faire payer la moindre erreur. Quelques missions de repérage et de préparation étaient nécessaires avant un assaut frontal. Une petite escouade, des personnes de confiance, une discrétion absolue, voila les maîtres mots de cette mission. Alors qu'il expliquait clairement le détail de la situation, Zig'stro écoutait, sans broncher, analysant clairement ce qui lui était demandé et la manière dont il allait s'y prendre. Erik n'avait pas pour habitude de donner une feuille de route précise à ses hommes, préférant leur laisser une marge d'action. Chaque chef d'équipe avait sa manière de bosser, tant que le boulot était fait et bien fait, aucune raison de revenir sur la manière.

- Vous voulez que je joue encore les baby-sitters en gros ?
- Vous voulez peut-être que je revois à la baisse votre salaire pour cette fonction ?  

Sur ces paroles, le capitaine grommela entre ses dents pour ne pas qu'Erik puisse comprendre, sans pour autant cacher son désappointement.

- En plus Nelson n'attire que des ennuis, avec elle, comment voulez-vous être discret ?
- Eh bien, demandez lui, elle est sur le point d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Ven 20 Sep - 15:17
Keira était ronchonne. Elle n'arrêtait pas de pester depuis quelques semaines et personne ne savait réellement pourquoi. Dans le doute, tout le monde pensait que c'était normal. Mais la brune buvait toujours autant de café et son humeur pourtant ne faisait qu'empirer : quelque chose lui prenait (vraiment pour une fois) la tête. A cela s'ajoutait la convocation dans le bureau d'Erik. Keira avait cru comprendre qu'il avait du travail pour elle et non, étrangement cela l'embêtait. Elle aurait pu être heureuse : enfin un peu d'action ! Et c'était vrai que normalement c'est ce qui se serait passé mais en ce moment il y avait on le répète, "quelque chose qui lui prenait la tête". Du coup, même pour elle, ça n'était pas le bon moment.

Listant mentalement toute ses bonnes excuses pour ne pas y aller comme "je suis pilote du ma-85, donc les missions c'est pas pour moi je me dois d'être à mon poste" ou encore "tu m'a demandé de diriger l'équipe de pilotage du MA-85 : ils font quoi sans moi ?" ou encore "Mon second ? Il prend le relais quand j'ai mes pauses donc je ne lui accorde pas tout mon crédit", la brune se dirigeait vers le bureau du commandant lorsque, en ouvrant le sas, elle entendit la réflexion de l'alien.

... C'était clairement pas le moment. Masquée à la vue d'Erik par toute la hauteur de l'alien et le sas ne faisant pas de bruit pour entrer dans la pièce il était clair qu'ils n'avait pas vu qu'elle était là... Babysitting hein ? Crétin. Encore un alien qui pensait que n'importe quel nouveau était à coup sur d'une efficacité moindre, tant qu'il ne l'aurait pas jaugé lui même. Ce que les types dans son genre auraient traduit par "j'entraine quelqu'un que je pense inférieur, le temps qu'il passe avec moi ne l'adapte pas à ma vision des choses, ça lui apprend juste à être moins merdique". Oui, pour le coup Keira était bel et bien entrain de mettre elle aussi ce type dans une case : celle des péteux.

- Mais oui, parlons en.

Un beau sourire ironique et hypocrite et un pas de côté plus tard pour qu'Erik voit qu'elle était bien là, la brune perdit immédiatement son sourire étincelant pour... faire la tronche. Visiblement cette façon de penser ne lui avait en rien plu, bien au contraire. Blasée, saoulée ou peu importe, elle se tourna vers le commandant avant de déglutir. La raison de ses emmerdes mentales actuelles était juste assis en face d'elle.

- Passons. Tu m'a demandé de me charger du pilotage de ce vaisseau : si je pars sur le terrain je ne peux pas assurer mon rôle en cas d'attaque. De plus visiblement tu me colle avec un péteux alors pour la discrétion on repassera, t'es certain que je suis le meilleur choix disponible pour aller là bas ?

"Pour la discrétion"... oui, elle était ironique. Kei signifiait juste qu'ils n'allaient peut être pas s'entendre donc pour la discrétion ce n'était pas le mieux : discrétion que le capitaine réclamait visiblement. Mais chose étrange, Keira regardait ailleurs. Oui elle était..; gênée ? Il y avait un peu de ça. En effet avoir embrassé un supérieur pouvait être traumatisant. Mais honnêtement ça elle s'en foutait : supérieur ou non la brune prenait ce qu'elle voulait. Mais le fait d'avoir apprécié ça et que ça lui reste en tête, ça : elle était clairement pas habituée. Emmerdée comme pas deux par ces prises de têtes interne dont elle n'avait pas l'habitude, la brune attendit la réponse d'Erik...

Mais il était clair que ce n'était pas le moment de l'envoyer ailleurs se vider la tête, non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Lun 23 Sep - 10:35
Si ça n'avait tenu qu'à lui, Erik aurait confié cette mission à Kurt. Son professionnalisme n'était plus à remettre en cause, mais surtout... il ne se serait pas bouffer le nez avec Kei... du moins, pas autant. Ici, on se trouvait dans un arène où c'était celui qui écrasait le plus l'autre qui gagnerait. La discussion avait à peine commencé qu'Erik sentit la fatigue l'envahir. En fait, dès que Keira était dans les parages, elle avait la fâcheuse habitude de lui aspirer son énergie. Plantant sa tête dans le creux de ses mains, le commandant écoutait que d'une oreille les joyeusetés que le duo se balançait.
En plus de cela, visiblement la pilote semblait avoir autre chose à régler avec son supérieure. A cette idée, il soupira profondément, montrant par là toute son envie de régler la situation, d'écouter les plaintes et de trouver un terrain d'entente. C'est donc dans cette optique là qu'il rétorqua immédiatement après la jeune femme.

- Quand vous avez fini vos gamineries, on peut continuer ?

Oui, Erik était un homme qui aimait écouter ses hommes pour prendre en compte leur façon de voir les choses. Il prenait du temps pour comprendre leurs problèmes et faisait son maximum pour régler les conflits.

- Je vous ai pas demandé votre avis. A aucun des deux. Alors vous me ravalez cette fierté et vous bougez votre cul. Rompez

Rien à dire, toute la diplomatie et l'empathie qu'avait dégagé ce cher commandant avait laissé une empreinte légère et délicate chez Zig et Kei.
Sur ces mots, l'alien se raidit avant de se remettre au garde à vous. Il en avait entendu plus qu'assez pour savoir ce qu'il avait à faire. Il avait une contrainte de taille, mais les ordres sont les ordres et il ferait avec. Intérieurement, il réfléchissait déjà à comment la mettre au pas. Il fallait qu'elle suive ses ordres à la lettre, pour le bien commun. Contrairement au commandant, il ne la chouchoutera pas. D'un coup de talon, il pivota d'un demi tour puis avança son buste jusqu'à ce que sa jambe droite s'avance à son tour, entamant ainsi un pas lourd mais déterminé.

- Pas vous Nelson. J'ai deux mots à vous dire.

Le sas s'ouvrit et le capitaine disparut quelque secondes plus tard. Erik attendit que le sas reprenne sa position close pour ré-ouvrir la bouche. Les mains croisés sur son bureau flambant neuf, il regardait la jeune femme. Elle semblait survoltée. La moindre étincelle l'aurait fait exploser. Visiblement, quelque chose la travaillait mais Erik avait envie de tout sauf de commencer à débattre du pourquoi du comment. L'épisode passé sur sa perte de contrôle était bien derrière. Il ne l'avait pas oublié, mais il était passé à autre chose. Il n'aimait pas s'accrocher au passé, il voulait toujours aller de l'avant, balayant rapidement tout ce qui avait pu se passer, reléguant le tout au fond de lui. Sa fonction ne lui permettait pas réellement de prendre le temps de revenir sur le passé et s'il se voulait efficace, il devait penser sans cesse au futur, et non au passé.

L'épisode avec Keira avait été fort bénéfique pour lui. Il s'était passé énormément de choses en peu de temps. Il avait pu tester sa confiance, il avait pu se reposer sur quelqu'un, se sentir moins seul le temps d'un instant. Outre cela, elle l'avait embrassé, provoquant un cocktail d'émotion qu'il n'avait pas l'habitude de ressentir. Il avait apprécié, inconsciemment, mais ne se l'était jamais avoué. D'un œil objectif et extérieur, la situation était ambiguë, quoi que, même sans être objectif, ça l'était. Etait-ce une bonne idée ? Il mettait sa réputation en jeu, sa crédibilité et son honneur également. Le protocole n'allait pas dans le sens d'un tel échange. Et pourtant, s'il devait recommencer, il n'hésiterait plus un instant à se raccrocher à elle. Sentir sa tête sur son épaule l'avait vidé de tout mal-être, elle était venu remplacer le vide qui l'habite par une chaleur réconfortante. Son odeur avait anesthésié sa douleur mentale et sa douceur avait apaisé la bête qui sommeillait en lui.

Alors oui, il avait apprécié l'instant, mais cet instant était terminé et l'heure n'était pas à la nostalgie. La situation était propice à l'action et il ne fallait pas se laisser distraire par tout cela, ça aurait été un signe de faiblesse. A vrai dire, alors qu'il avait retenu Keira lors du départ du capitaine, il ne pensait même plus à tout ça, trop concentré sur la préparation de cette mission.

Erik avait très bien compris que ce n'était pas réellement le fait qu'il l'envoyait en mission qui lui posait problème, ou alors, elle avait bien changé. Elle avait les nerfs à vif et se servait de ce prétexte pour lui envoyer des reproches. Il balaya tout cela d'un revers de main et mit les choses au point avec elle.

- Depuis quand je n'ai pas le droit d'envoyer mes hommes où bon me semble ? Tu l'as dis toi même, tu as toute une équipe qui t’appuie et t'aide à piloter. Laisse les se débrouiller. Ils doivent apprendre pour être prêt à te remplacer s'il devait t'arriver quelque chose.


La chose avait été dite avec la froideur de l'hiver, comme si ce n'était rien. Erik avait mit tellement de distance dans son timbre de voix qu'il ne semblait pas affecter par ce qu'il venait de dire. Pourtant, il serait le premier à maudire le monde entier si cela devait arriver. Surtout qu'il commençait à tisser une relation plus personnel avec l'intéressée. A ce moment là revint toute la délicate question des relations dans ce cadre de travail. Si ce genre de règles existaient, c'est qu'elles avaient une bonne raison d'être. L'objectivité, la concentration, la faculté à faire la part des choses, etc. Autant de compétences nécessaires et indispensables à tout leader qui pouvaient facilement se faire à mal quand on y mélangeait des sentiments. Malgré son habitude à gérer les émotions et à les contrôler, Erik subissait une attaque d'un nouveau genre. Ce genre d'émotion, il n'avait jamais eu à la combattre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Lun 23 Sep - 22:32
A son sens, Erik n'avait en définitive, rien comprit sur Keira. Elle ne lui reprochait rien, mais rien qu'à l'expression qu'elle faisait tout le monde aurait comprit que quelques idées obscures lui prenaient la tête. Assez du moins pour que même la brune refuse une mission alors que jadis rien que de lui dire qu'elle allait enfin pouvoir agir lui faisait briller les yeux. Disons qu'elle se connaissait, et en ce moment des idées obscures lui noircissaient l'esprit : ce n'était jamais bon signe.

Toujours était-il qu'Erik, n'ayant rien comprit ou ayant comprit trop de choses pour une simple phrase, était totalement à côté de la plaque. Il lui parla des hommes qui en effet pouvaient se débrouiller sans elle et omit totalement le fait que : Keira savait tout juste tirer, que sortie des vaisseaux elle ne connaissait rien à la milice, ou encore que ce genre de travail requérait des compétences qu'elle n'avait raisonnablement pas : comme la patience ou le respect hiérarchique. A dire vrai la brune, aux vue du ton d'Erik s'était braquée mais d'une façon assez étrange. Elle ne râla pas, l'écouta, puis s'en alla sans piper mot.

Cet idiot avait omit de lui expliquer en quoi la mission consistait mais elle était à coup sur dans l'un des dossiers privés du commandant : il lui suffirait de pirater (en douce) les fichiers du MA-85 pour savoir ce qu'on attendait d'elle. Retournée dans ses quartiers le temps de se préparer moralement à devoir laisser les commandes du vaisseau à ce qu'elle appelait publiquement : une bande de nazes, Keira se mit à rager le front contre la vitre glacée qui donnait sur l'extérieur du vaisseau. Elle était déçue, tout bonnement. Déçue parce qu'elle s'attendait à ce qu'au moins il écoute ce qu'elle disait et non lui fasse uniquement le coup de : "j'écoute pas mais je te remets en place quand même après". Ça là avait le don de l'énerver car là où Erik n'entendait surement que des beuglements Kei mine de rien essayait de dire les choses plus posément qu'il n'y paraissait. Elle n'avait pas un ton agressif, du moins pas depuis longtemps. Elle parlait de façon calme et clair à présent quoique ses expressions et mots restent les même. Bon certes, c'était lui qui était la cause de ce calme mais ça ne pardonnait pas ce ton froid et cette distance qu'il s'entétait à mettre à présent. Quoique... pourquoi ça la touchait ? Il voulait rappeler qu'il y avait des distances entre elle et lui, elle les respecterait à l'avenir, voilà tout.


- - - - - - - - --- - -  

Hangar P-14. Keira observait le vaisseau par lequel elle et le capitaine devaient partir en réessayant de se remémorer la mission... Centre Aera, informations, toussa toussa... le capitaine lui ferait bien un topo rapide pour lui dire comment il voulait attaquer l'affaire. La brune observa les lieux et regretta amèrement hurricane, son vaisseau deux place. Pour une bonne raison, quand Salin travaillait avec elle il y avait au moins la joie de pouvoir le rendre malade qui rentrait en ligne de mire mais aux vue du vaisseau derrière elle, celui-ci serait trop stable... Et en face d'elle, Salin se grattait le menton comme s'il avait eu une barbe. Son air goguenard ne pouvait dors et déjà que la dégouter mais quand en plus il était totalement chouté à on ne savait quelle substance, là elle ne pouvait pas l'encadrer. Elle l'observa se passer une langue sur la lèvre, et elle lui colla son poing dans la figure, se moquant bien de passer pour quelqu'un qui frappait facilement.

- Tu te calmes ?
- Rah putain mais tu vas arrêter de me frap... non arrête !
- Ok ? Grogna la brune, serrant le poing et prête à recommencer.
Si on ne lui expliquait pas avec les poings il ne comprenait rien.
- Tu fous quoi ici ?
- Je viens à cette mission.
- Non.
- Sans moi vous êtes cuits et de toute façon ce sont les ordres.

Kei grimaça et observa l'ouverture du sas, irritée. Elle était la seule en avance et devait donc ce taper l'autre c*nnard. Et celui-ci, médium inconscient de son cas qu'il était, venait de dire la seule chose qui justifiait qu'il vienne... en général ses affirmations se révélaient souvent exact mais il était également le seul à ne pas s'en apercevoir. La poisse...

[vala vala ^^ la surprise : salin =3 je le jouerai tkt ^^]


Dernière édition par Keira Nelson le Mar 24 Sep - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Mar 24 Sep - 11:23
Zig'stro s'était préparé toute la nuit pour comprendre tous les tenants et les aboutissants de cette mission. Cette recherche d'informations avait quelque chose de bizarre. Son instinct lui sifflait dans l'oreille que son commandant ne lui avait pas révéler tout ce qu'il savait. Ce n'était pas la première fois et si tel était le cas, c'est qu'il s'agissait d'éléments qu'il n'avait pas à savoir. Cette idée ne le dérangeait pas outre mesure. Tant que ce qu'il avait à faire était clair et qu'il ne tomberait pas sur une belle surprise qu'il aurait pu prévoir. Pour l'heure, ils devaient se rendre sur Io pour enquêter sur un éventuel complexe servant à l'aera. Cet intérêt relancé pour les scientifiques avait fait suite à l'arrivée de Taja Stephens sur la MA-85. Cela n'aurait pas étonné le capitaine qu'elle ait fourni des informations dans le cadre de leur collaboration. Deux bases de données combinées étaient, de fait, plus efficaces pour cerner l'aera center. Nul doute que les terriens devaient avoir une sacré base de donnée à leurs sujets.

Enfilant ses chaussures de combats, il repassait le plan qu'il s'était fait. Erik lui avait imposé des contraintes mais il saurait faire avec. Keira avait beau être une catastrophe ambulante, Amon lui a assurer qu'elle saurait gérer l'aspect pilotage avec son artilleur. Toutefois, il n'avait pas bien compris le nom de ce dernier, Malim ? Fahim ? Il connaissait trop de monde pour lire entre les lignes et dégager un visage. Il verrait bien sur place. Un dernier check up sur son équipement avant de passer à l'armurerie pour les derniers détails. Ses hommes devaient être prêt, il n'avait plus qu'à les rejoindre.
Il emprunta la couloir longeant les dortoirs des officiers. Celui-ci déboucha presque devant l'armurerie du pont des hangars. Elle avait été placés de manière à ne pas perdre de temps entre celle-ci et les navettes en partance pour les missions. Histoire de ne pas se taper 15 min de marches juste pour finir de s'équiper. Sur place, quelques mercenaires s'affairaient, dont certains faisaient partie de son escouade. A son arrivée, tous le saluèrent au garde à vous, s'arrêtant immédiatement dans ce qu'il faisait jusque là. Marchant d'un pas décidé, il s'approcha du comptoir et tapa du poing dessus. Une pile de petites boites métalliques contenant des gri-gri valsa tout le long de la plaque en vieux fer rouillé. L'armurier grommela en entendant le raffut provoqué par la chute des boites et ravala aussitôt ses commentaires en voyant à qui il avait à faire. Il le salua sommairement avant d'aller chercher son matériel. Des armes nettoyées de fond en comble ainsi que divers munitions et grenades. Tout ce qui était létal était stocké dans ces pièces de stockage. Tout le personnel qui n'était pas affecté à la surveillance interne n'était pas habilité à se balader avec une arme. Toutefois, certains mercenaires possédaient une autorisation spéciale pour déroger à cette règle, c'est la cas de Kurt Raynor notamment.

Suivi de ses hommes, Zig'Stro quitta la pièce. De loin, on aurait cru voir un vieux films où les héros marchaient en ligne, allant vers une mission des plus suicidaires, sur fond de musique épique. Enfin, il fallait avoir de l'imagination. Toujours est-il qu'il avait du réduire drastiquement les hommes composant son escouade. Le commandant avait été clair, il s'agissait d'une mission où la plus grande discrétion était requise. Du coup, seuls quelques soldats purent l'accompagner. Les ordres stipulaient également que Keira Nelson et son artilleur devaient accompagner le groupe. Elle avait la responsabilité du transport mais le capitaine avait besoin d'elle sur le terrain. Le problème avec elle, c'est qu'il ne la connaissait pas. Il n'avait que les échos et les rumeurs qui ne dorait pas vraiment le blason de la brune. Il ne lui ferait pas confiance avant de l'avoir vu sous le feu de l'action.

Le petit groupe débarqua dans un hangar secondaire où était parqué leur taxi. Quelques hommes s'affairaient pour préparer le décollage de ce Viper S-IV. Tout droit venu de Terre, il était arrivé avec l'ambassadrice. Il faisait partie de l'énorme commande visant à renforcer l'armada amputé des mercenaires. Cette navette était beaucoup maniable que leurs anciens Inferno KVS. Technologie de pointe, ciblage cyclo-thermique, furtivité radar accrue, armement subsonique, blindage titane résistant, etc. Ce petit bijou spatial n'avait rien d'une corvette de tourisme. Sur ce coup, les ingénieurs terriens avaient fait du bon boulot. Question militaires, ce n'était pas les derniers des imbéciles. Il faut dire que la Shadow Corp était l'une des meilleurs sociétés d'armement.
Au loin, la silhouette de la Keira se dessinait au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient de leur vaisseau. A côté d'elle, un homme plus imposant se tenait accroupi. On pouvait voir d'ici qu'il pestait et râlait sur tout ce qui passait à sa portée. De mémoire et vu ce qu'il avait retenu du nom, un seul homme pouvait coller à la description... Salin. A cette idée, le capitaine ferma les yeux pour contenir sa frustration.

> - Chef, c'est une blague ?
> - Krugger, vous la bouclez et vous suivez les ordres.

Les cheveux noirs lui cachant partiellement le visage, les traits durs trahissant les nombreux combats qu'elle avait subi, Deborah Krugger était le bras droit du capitaine. Fidèle et compétente, Zig l'avait repéré et avait fait des pieds et des mains pour l'avoir personnellement dans son équipe. C'est comme ça qu'il fonctionnait. Volant ci et là les hommes des autres compagnies pour peupler son escouade.

> - Ok Nelson, on est paré ? On a pas la journée !


Dernière édition par Erik le Jeu 26 Sep - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Mar 24 Sep - 12:12
Keira observait Salin avec défiance. le type maigre se redressa de toute sa hauteur, se massa l'épaule avant de l'observer d'un regard à la fois morne et haineux. Les drogues faisaient constamment effet sur lui : il en usait et en abusait tellement qu'il ne pouvait que dégouter la brune. Pourtant il avait un don assez utile et quand on l'avait assez sonné semblait presque social. Là, il était évident que ce n'était pas le cas.

Une voix héla keira et la jeune femme tourna la tête pour voir d'où cela venait. C'était l'autre rageur, évidement. La brune hocha la tête, non sans se remémorer que c'était eux qui étaient pour le moment en retard et entra dans le vaisseaux, laissant salin et les autres prendre place. Elle, elle alla aux commandes comme d'habitude et attendit ensuite le chef de l'expédition en espérant enfin savoir où on les emmenait : de quel centre Aera s'agissait-il ? Ça...

- On va où au fait ?
- J'en sais rien.
- Quoi ? Erik t'envoie enfin en mission et t'es pas fichue d...
- J'en sais rien je te dis. Tu vas t'asseoir et tu la boucle ok ? Le capitaine va bien finir par nous le dire.
- Qu'est-ce que j'ai à faire dans cet engin franchement... Grogna-t-il en tâtant les métaux et en reniflant dédaigneusement, un air mauvais sur le visage. Ça pue, c'est pas frais tout ça.

Keira serra les dents et ne répondit pas. En voyant le capitaine et ses hommes enfin entrer, elle fixa celui-ci, espérant qu'il ait une petite explication pour la présence de Salin à bord. Salin qui s'était dirigé vers les canons de tir au lieu d'aller s'asseoir avec les autres, comme d'hab. Sociopathe...

- On va où alors ? Demanda-t-elle à Zig'stro sans rien ajouter de plus.

On lui avait demandé de travailler avec ce type, elle le ferait. Elle n'était pas obligée de l'apprécier pour cela ni n'avait d'envie particulière d'être désagréable gratuitement, donc autant rester neutre. Elle espérait juste que le péteux (ce serait à jamais son surnom) n'ouvrirait pas sa gueule trop souvent pour faire des remarques : elle ne l'avait pas supporté chez Taja, elle ne le supporterai pas ici non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Jeu 26 Sep - 10:42
Une fois à l'intérieur, on pouvait comprendre que l'on était bien dans une navette militaire. La priorité avait été mise sur le fonctionnel et non sur le confort. A vrai dire, un petit bijou pareil coûtait déjà assez chez que pour y ajouter en plus de quoi supporter convenablement le voyage. Les murs avaient été laissé brut, sans plaques de contrecablâge. On les appelait de cette manière car elle recouvrait tout le système électrique qui grouillait le long des parois et leur but était simplement de les camoufler. On pouvait voir les nombreuses traces de soudure qu'avaient laissés les machines lors de la construction. Après tout, les soldats n'étaient pas là pour apprécier le décor, mais pour être en sécurité et être apte à riposter décemment à leur agresseur. Le Viper nouvelle génération ne dérogeait pas à la règle.
Alors que le petit commando prenait place sur les siège prévu pour le voyage, le capitaine observait attentivement l'artilleur se vissant à son poste. La tourelle principale se situait à peu près au milieu de cette énorme boite de métal. Pour y pénétrer, il fallait jouer d'agilité pour pénétrer dans une espace assez clos. Autrement dit, le soldat qui s'y collait était isolé des autres à moins qu'il n'ai gardé le contact radio. De là où il était, il pouvait gérer à peu près tout l'armement embarqué. Deux postes de mitrailleuses étaient tout fois disponible pour soutenir l'énorme canon attaché sur le dessus de l'appareil.

Zig'stro repassa toutes les informations dont il disposait pour la mission puis se dirigea vers la cabine de pilotage. S'appuyant sur le siège de la jeune femme, il la dévisageait avant de répondre à sa question.

- Direction Io.

Sans un mot de plus, il s'empara d'un microphone afin de parler avec tout les hommes à bord. Il prit une grande inspiration et sélectionna précisément les mots qu'il allait employer.

- Bien, notre mission est simple. D'après nos renseignements, un centre de l'aera possède des données essentielles pour notre commandant. L'objectif va être d''infiltrer le complexe, d'en extraire les informations nécessaires et de repartir aussi tôt. Pas d'engagement direct. Nous sommes en infériorité numérique et nous voulons être discret. Reçu ?

Au même moment, un acquiescement incompréhensible s'échappa de la bouche des trois mercenaires assis dans la soute de voyage. Il s'agissait d'un cri de ralliement qui avait plus une valeur symbolique qu'une réelle utilité stratégique. Les hommes avaient toujours besoin qu'on les motive et qu'ils se motive entre eux. Créer un esprit d'équipe était essentiel pour maintenir une cohésion de groupe et avoir une escouade efficace. Si chacun pouvait compter sur le gars à sa droite, il pouvait se concentrer plus aisément sur sa tâche. C'est comme ça la dynamique militaire.

Tous les occupants se trouvant dans le vaisseau pouvait entendre ce que le capitaine expliquait. Chaque mercenaire était équipé d'une oreillette. Elle était capable de se relier à de nombreux terminaux, voire même, s'il n'était pas trop loin, au centre de commandement du MA-85. En réalité, chaque nouvelle recrue était équipé d'une série d'affaire dès qu'il avait passé la sélection. Oreillette, scan, holodesk, arme, etc. Ils recevaient un véritable arsenal de combat, leur offrant ce qu'il y avait de mieux pour assurer leurs missions. En réalité, la montée en grade n'offrait pas de réel avantage en terme d'équipement. Tout au plus, il pouvait avoir des privilèges auprès des armuriers et des armes à leur disposition. Mais ce n'était pas très significatif.
Zig déposa le micro dans son encoche une fois qu'il eut fini son bref briefing. Certes la mission était plus complexe que ces quelques mots. Mais les hommes n'avaient pas besoin de s'encombrer de plus de détails. Il s'appuya, ensuite, un peu plus fort sur le siège de la pilote pour lui adresser personnellement la parole.

- Ce cher Erik m'oblige à restreindre mes effectifs. Dans ces conditions, je n'ai d'autres choix que de confier une tâche sur le terrain. Tu vas devoir bouger ton cul de ta chaise de pilote pour notre bien à tous. Crois pas que ça me fait plaisir. T'as intérêt à assurer sinon je te dégomme moi même, pigé ?

Il se devait d'être clair avec la jeune femme. Il ne l'aimait pas, ne lui faisait pas confiance, et ce, même si certains gradés avaient dis du bien d'elle. C'était comme ça qu'il fonctionnait. Il ne se fiait qu'à ce qu'il voyait et à ses pré sentiments. Et Keira n'était dans ses bonnes grâces. Qu'elle se rassure, elle était loin d'être la seule. Peu de gens pouvait se vanter d'être dans son estime. Les gens s'en plaignait, pestait contre lui, mais c'était comme ça qu'il fonctionnait, et fonctionnait bien. Égoïste, vantard, dénigrant et brute, la parfaite caricature du mercenaire. Pour sûr, les gens n'avaient pas puisé la réputation de cette faction dans leur imagination. Elle venait directement de mercenaire comme Zig'stro, impitoyable soldat étant plus intéressé par les finances que par l'équilibre du monde.

Mais ce qui dérangeait le plus le soldat, c'est que Keira était dans les bonnes grâces du commandant. Elle avait beau dire et beau faire, de ce qu'il pouvait voir, elle avait des privilèges. Dès son arrivée, ça avait été le cas. Elle pouvait venir de la cuisse de jupiter que ça ne changerait pas qui elle était. Rien n'était inné, il fallait se battre pour obtenir une place. Lui même avait du se battre, écraser quelques têtes et casser quelques côtes. Il n'en avait pas honte, que du contraire. C'était sa force, sa fierté, son identité. Du coup, il ne pouvait pas concevoir que quelqu'un ait une ascension facilitée. Il considérait même qu'il avait le devoir de rétablir l'équilibre. Prenant de fait un rôle de juge et de moralisateur. Et de nouveau, cela ne le dérangeait pas, au contraire, il en était fier. Voulant sublimer l'idéologie mercenaire au plus haut, il se considérait presque comme un chevalier chassant l'hérétique.


Dernière édition par Erik le Lun 30 Sep - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Jeu 26 Sep - 13:58
Keira écouta les explications de la mission non sans hausser un sourcil. Erik qui s'attaquait directement à l'Aera ça n'était pas de bonne augure. Mais avec tout ce qu'elle avait apprit récemment, plus grand chose ne l'étonnait. Plongée dans ses pensées, elle ne fut à nouveau en alerte que lorsque la voix rauque, froide et sèche lui parla avec autant d'arrogance qu'un chat face à une souris : le péteux ! Elle tourna son visage vers lui, le fixa droit dans les yeux puis afficha rapidement un sourire défiant le capitaine d'oser lui faire quelque chose. Il semblait irrité par elle, bien. Elle n'allait rien faire pour rester dans un coin, se faire transparente... petite elle avait déjà essayé, se faire invisible ne fonctionnait jamais contre les connards dans son genre.

- Bien sur, "capitaine".

Pourquoi lui rappeler son grade avec uns ourire aussi mesquin ? Pour lui rappeler qu'elle-même n'en avait pas. il demandait à une personne qui n'avait aucun entrainement militaire de base d'aller directement sur le terrain. Et elle le ferait parce qu'erik l'avait demandé mais ce n'était certainement pas pour les beaux yeux de cet alien de mes deux. Lui-même devait le sentir, Keira ne lui ferait aucun cadeau. Si il voulait qu'il la respecte ne serait-ce qu'en tant que capitaine de cette mission justement il allait devoir lui-même le mériter.

- Attachez cependant votre ceinture, il serait dommage que vous vous éclatiez la face dans le fond du vaisseau au démarrage.

Une menace ? Clairement. Ah mais clairement ! Certains rirent, soit pensant que keira ne ferait pas le poids d'ici à quelques heures, soit que le capitaine venait d'être remis en place. Le sourire narquois de Keira disparu et l'alien pu lire tout le mépris qu'il lui inspirait à l'heure actuelle. Malgré tout cela elle était pourtant restée calme et sa voix douce : elle gardait magnifiquement bien son calme à présent. L'idée de lui écraser la face sur le tableau de bord la tenaillait encore mais elle préféra annoncer le démarrage, le compte à rebours et ignorer les prochaines provocations s'il y en avait. Durant le rajet, une seule voix fusa réellement. Celle de Salin...

- Je la sent pas cette mission, je la sent pas !
- Ta gueule !

Keira ne savait pas qui l'avait enfin remit en place mais cela la fit tout de même fermer les yeux une courte seconde. Enfin quelqu'un l'avait remit en place. Comment elle faisait pour le supporter à chaque fois ? Même elle ne le savait pas. Le trajet se passa sans grand incident hormis l'esclandre de Salin. Une fois arrivés, les masques à oxygènes étaient de rigueur. Elle rappela aux gens que l'air n'était pas respirable du moins pour les humains et qu'hormis si on voulait choper un bon mal de crâne, mieux valait mettre son masque puis laissa le capitaine diriger la suite des informations.

Non elle ne l'appréciait pas, non elle ne le respectait pas en tant que supérieur. Mais pour le moment son boulot était de les diriger donc elle attendait comme tous les ordres, sachant d'emblée qu'à tout les coups il allait tout faire pour la faire morfler.

* Bon au moins, ça me changera les idées... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Lun 30 Sep - 11:01
Le trajet passe en un éclair. Trop perdu dans ses pensées, Zig'stro n'avait pas prêté attention à ce qu'il se passait dans le vaisseau. Les joutes verbales entre ses hommes, les railleries de l'artilleur, même le décor qui défilait devant ses yeux, tout avait été occulté. Il n'avait repris ses esprits qu'une fois avoir atteint le secteur cible. Io était encore à quelques minutes de vol, mais on pouvait déjà la voir au loin. Rougeâtre par endroits avec des nuances jaunes et oranges, elle flottait dans cet espace, tournoyant autour de son étoile. Elle n'était qu'un petit point de quelques centimètres à leurs yeux et pourtant, elle était gigantesque.
Keira n'avait pas pété un mot de tout le trajet. A vrai dire, elle ne devait pas apprécié plus que ça la compagnie qui était à son bord. Des soldats, tout ce qu'il y a de plus stéréotypés, un et artilleur capable de vous rendre dingue en quelques minutes. La question que tout le monde se posait, et ce, même à bord du MA-85, était comment elle faisait pour le supporter. C'était une des seules à le tolérer lors des missions. Nombreux sont ceux qui n'eurent qu'une envie : lui loger une balle entre les deux yeux. Keira semblait plus calme avec lui. L'habitude ? La résignation ? Personne n'a jamais bien compris ce qui permettait à la jeune femme de ne pas être passé à l'acte.

Alors que leur destination n'était plus qu'à quelques instants, le capitaine se redressa, reprenant pleine conscience de ce qui se passait autour de lui et chassant toutes les pensées qui le parasitaient. Il agrippa le micro qui lui avait servi avant le décollage et le plaça autour de son cou. Sur un ton neutre, il commença le briefing un peu plus poussé de la mission. Il expliqua en détail l'approche qu'il avait prévu. Et tandis que ses pairs d'yeux fixèrent la pilote au travail, il continua son monologue. L'approche était classique, ils ne pouvaient pas se permettre des fioritures sans connaître la complexité de la structure. Les scientifiques n'étaient pas reconnu pour reproduire un schéma spécifique pour leurs labos. Si les mercenaires voulaient investir les lieux, ils devraient y aller à l'aveuglette. Heureusement pour eux, certaines infos, provenant des terriens leur permettait de ne pas être totalement perdu. Sur place, ils sauraient se diriger vaguement. Et puis, les conduites d'aération, quoi de mieux pour se déplacer sans problème à travers le dédale des galeries ?
Le capitaine détailla un à un les postes de ses hommes. Cette mission aurait été perdue d'avance s'ils s'étaient retrouvées à trente.

– Krugger, tu me colles au cul. On infiltre en tandem. Haley et Tel'Kora, vous vous occupez de la salle des données. On sait qu'elle se trouverait dans le bloc C. Vous me récupérez toutes données que vous pouvez et vous filez sur Omega. Bullet, tu seras avec Nelson. Vous restez à l'entrée et vous vous assurez que personne vienne nous parasiter. Je veux un rapport détaillé de qui rentre et sort. Je veux limiter les effets de surprise, compris ? Salin, toi, tu restes ici. Cette navette est notre seul taxi pour le retour, si on la perd, on est mort.

Après avoir précisément expliqué le rôle de chacun ainsi que leur objectif, il regarda chacun des mercenaire présent, voir s'ils avaient bien compris ce qu'il leur avait dit. Il savait qu'il pouvait compter sur ses hommes. Ils étaient triés sur le volet et il avait fait plus d'un coup avec eux. Il pouvait placer sa vie entre le mains de n'importe quel des trois. Pour Nelson, c'était une autre pair de manche. Il l'avait attribué à un rôle secondaire, ne voulant pas la retrouver dans ses pieds en plein territoire ennemi. Il avait besoin de partenaire avec qui il se comprenait, pas d'une bleusaille qui sait à peine piloter une navette. En pensant à ça, il se demandait même s'il avait jamais essayé une arme. Nulle doute qu'elle savait à peine se défendre. Il suffisait de l'observer pour voir qu'elle ne toucherait même pas un éléphant dans un couloir. Mais au moins, elle saurait peut-être plus utile que son artilleur. A part brailler et beugler, il ne servait pas à grand chose. Cette idée le laissa perplexe, se demandant ce qui avait bien pu pousser Erik à les envoyer avec lui. Il voulait peut-être qu'ils se dégourdissent.

– Bon et les clowns, on est pas dans un camp de vacances, je suis pas votre coach. Hors de question de lâcher votre attention. On fait le chose bien, me suis-je bien fais comprendre ?

Cette remarque était spécifique à ses deux collègues provisoires. Qui sait ? Peut-être qu'ils se révéleraient plus qu'efficace mais il en doutait très fortement. Pour l'heure, il n'avait pas le choix. Sur ces pensées, ils traversèrent l'atmosphère. Le vaisseau fut secoué fortement par la traversée de la couche gazeuse. Le changement de densité déréglait les instruments et affolait certains indicateurs le temps que Keira ne réagisse pour remettre le tout en ordre, presque machinalement. Ce qui n'empêcha pas Zig'stro de se tenir bien fermement à son siège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Dim 6 Oct - 17:37
Keira haussa un sourcil et observa le capitaine de la mission lancer ses ordres. Elle n'était honnêtement pas habituée à un tel caractère. Ce type était énervant à voir les gens de haut sans les connaitre. Toujours est-il que si il les appelait une nouvelle fois "clowns", ce n'était pas uniquement Salin qui râlerait. Celui-ci en fait s'était extirpé de son poste de tir pour arriver face au capitaine et ne mâcha pas ses mots une fois que zig'Stro eu terminé d'encore une fois les rabaisser..

- Le clown, il t'emmerde. Il te dit qu'il sait faire son taff lui au moins, tu vois. Non parce que toi le boulot de capitaine ça te va pas. Regarde moi ça... ça pète plus haut que son cul et ça juge les autres sans connaitre leur valeur. Nous on est performant, on a toujours assuré et même dans des vaisseaux plus merdiques que celui là. Toi, à mes yeux t'es rien. Tu m'entends ? Rrrien. Insista-t-il en agitant les bras comme s'il avait été un gorille anorexique. Je crois que je ne connais pas plus merdique pour commander p'tain. Avec tes jugements à la con tu vas droit à la morg.... AHHHHH ! Mais merde Keira !

La brune venait de l'électrocuter avec une boule d'énergie, pas plus pas moins. Elle était blême d'avoir entendu ce qu'avait dit Salin et maugréa une sorte d'excuse pour Zig'stro avant de sortir de la salle de pilotage, paume toujours dirigée vers Salin. Celui-ci se frictionna le bras et la regarda avec des envies de meurtres mais en voyant les étincelles revenir sur les doigts de Kei, se ravisa. On lui avait déjà demandé comment elle faisait pour le supporter. c'est simple : on aurait fait courir salin dans le couloir où était la chambre de kei, il aurait fait un pas de côté pour éviter d'instinct la sienne. Erik avait donné la solution quand il l'avait presque battu à mort. Ce type ne respecte que ceux qui avaient du répondant. En définitive : c'était kei qui portait la culotte.

- Tu la fermes. Murmura-t-elle en hachant ses mots.
- Non mais sérieux il va crev...
BLAM.
La décharge parti contre le mur derrière salin et le fit sursauter.
- Erik nous a demandé de bosser avec lui, je veux pas d'emmerde alors pour une fois tu la ferme. C'est clair ?
- ...
- Je ne t'ai pas entendu.
- Ouais. Grogna-t-il en serrant sa mâchoire par saccade et dévisageant quiconque le regardait trop longtemps.

La brune soupira, se tourna vers Zig mais ne parvint pas à cacher son emmerde à devoir défendre cet homme. Elle n'en pensait pas moins : ce type se permettait de juger les gens trop tôt. Si Erik n'avait pas demandé à ce que ça se passe "bien", elle n'aurait pas cherché plus loin et lui aurait dit ses quatres vérités au sens propre : face de crêpe étant égal en ce cas à une face aplatie sur le tableau de bord, comme une crêpe.

- Vous feriez mieux d'y aller pour ne pas perdre de temps.

Ce n'était qu'une suggestion, mais autant couper court au conflit. Dans tout les cas une veine pulsait sur son cou : elle était anxieuse. Anxieuse que salin ait répété ça par deux fois. Elle aurait bien demandé à venir avec le groupe mais cela serait surement passé dans la tête de zig'stro comme de l'insubordination d'une morveuse parfaitement "inconsciente du danger". Autant se taire, laisser couler au cas où Zig allait sortir des réflexions, rester (pour une fois) calme et surtout aux aguets par la suite afin de partir d'office à leur rescousse s'il le fallait. Activant mentalement son écouteur et son micro, Keira attendit la suite, s'attendant tout de même à une bonne grosse soufflante. Pour avoir prit des initiatives, pour avoir ceci, cela... aller. Étant donné qu'elle avait tendu la perche pour se faire battre elle s'attendait un peu à tout maintenant. On pouvait donc le dire, elle regardait zig en restant sur la défensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Mar 8 Oct - 10:34
La scène était pittoresque, digne des films de série B. La grande gueule de Salin se faisant fermer le clapet par la pilote catastrophe. Une vraie bande de guignols… Au moins, elle savait gérer ce phénomène de foire. Zig’stro regardait la scène avec un regard critique. Ses deux pairs d’yeux oscillaient entre Keira et son artilleur tout en passant une série impressionnante de critiques dans sa tête. Il aurait pu réagir au monologue raté de ce dernier, mais, outre le fait qu’il se soit fait broyer ses couilles par une femme, il ne valait même pas la peine qu’on s’y attarde. Un abruti fini.

Les critiques qu’il avait reçu n’avait fait que glisser sur sa carapace d’indifférence. Il en avait même oublié la plupart, preuve qu’il avait à peine prêté attention à ce qui lui avait été dit. Il savait qui il était et il en avait rien à carré qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas. Si tu es mercenaire sous ses ordres, tu suis ou tu te prends une balle. Le choix était facile.

Pour le coup, Keira avait raison. Erik leur avait imposé la collaboration, il fallait faire avec. Ca ne plaisait à aucun des deux partis mais ce sons les aléas du métier. Cela rajoute un peu de piment, et qui sait, une prime au final ? Cette idée fit presque saliver l’alien qui se frotta le visage avec ses trois gros doigts. Sa peau visqueuse avait tendance à gratter quand l’énervement le gagnait. Il croisa le regard de Keira, le visage déformé par une grimace typiquement humaine qui ne voulait strictement rien dire pour lui. Après 30 ans de bons et loyaux services, il avait appris à connaître cette drôle de race. Surprenante voire fascinante parfois. Ils avaient des facultés impressionnantes mais à l’inverse, était tellement faible et incohérent. Ils étaient capables du pire, comme du meilleur. Un jour ils brillaient, le suivant, ils touchaient le fond. Toujours est-il que les expressions faciales, dont ils avaient le secret, n’étaient pas toujours faciles à déchiffrer. Ils s’amusaient à déformer la physionomie de leurs traits pour soutenir leurs émotions. Quelle perte d’énergie pour rien.

Il fut sorti de ses pensées par la suggestion de Keira. Dans un grognement incompréhensible, il donna raison à la jeune femme. Déverrouillant tout son corps pour initier le mouvement, il entama un demi-tour. Dans  la foulée, il agrippa son arme et fit un signe à ses hommes pour qu’ils se préparent. Tous les mercenaires se levèrent et préparèrent leur package. Ils avaient atterrit pas trop loin du complexe en prenant soin de rester à distance des radars qu’ils avaient repéré. L’idée était quand même de passer inaperçu. Après quelques instants, la porte principale se souleva dans un grondement mécanique. Des engrenages et des pistons qui s’activaient pour dévoiler l’ouverture, leur offrant les premières images de ce continent hostile. Zig’stro s’engouffra le premier dans l’ouverture, suivi de deux de ses hommes. Le troisième fixa la pilote avec insistance. Il la dévisagea, attendant qu’elle réagisse.

- Tu comptes rester comme une ahuri toute la journée ou tu te bouges ? J’te rappelle qu’on est sensé couvrir l’entrée triple buse.

En effet, le capitaine choisissait ses hommes. Il les triait sur le volet et à en croire cette attitude, l’agréabilité devait faire partie des critères de sélection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Mer 9 Oct - 9:35
Une parfaite neutralité. Aucune réaction. L'incarnation parfaite d'Erik, son superbe faciès en moins. Tronche de grenouille... face de branchie... que des insultes de poissons ou du moins d'amphibiens lui venait à la tête alors qu'elle le regardait. Avec une parfaite neutralité, elle lui sourit mais là aussi : aucune réaction. le temps qu'elle songe au diamètre de balais que cette race devait avoir dans le derrière, Zig'stro avait déjà prit son arme et passé le sas. Tant qu'à faire elle ouvrit un des compartiments du poste de pilotage, et retira une sorte d’œuf en cristal qu'elle plaça dans un compartiment d'un brassard qu'elle portait sur l'avant bras. Se relevant, elle se tourna vers celui qui devait être son partenaire avant d'entendre sa si charmante présentation... Erm...

- Tu comptes rester comme une ahurie toute la journée ou tu te bouges ? J’te rappelle qu’on est sensé couvrir l’entrée triple buse.
- Ferme ta gueule et avance, pour commencer.

Les yeux de kei crépitèrent : il l'avait cherché. Kei était prête à lui coller à lui aussi une décharge et à le laisser dans le vaisseau s'il comptait l'énerver durant une mission car elle ne prendrait pas ce risque. Autant appeler d'office cette mission du suicide, sinon. La brune le suivit sans faire le moindre geste vers les fusils, se contentant d'un pistolet contenant trois charges au niveau du chargeur : une noire, une rouge et une blanche. Kei l'enclencha sur la rouge et sorti sans réellement prendre en compte l'océan de verdure installé sous leur pieds. Io était une planète dénuée de vie sur sa surface : l'air y était trop nuisible. Sous terre, il apparaissait que l'air semblait étrangement respirable : beaucoup de monde commençaient à apprécier le monde intérieur de cette planète... les touristes et scientifiques surtout.

Une fois le sas passé, la brune activa l'oxygène de son casque et observa la suite des évènements. Un grand terrain de terre marronâtre, un ciel jaune bien nuageux et de la pluie : pour bien finir le tout il pleuvait. Activant le cristal de son avant bras un plan tiré des caméras du vaisseau fit apparaitre par illusion la surface à faire. Il y en avait bien pour une quinzaine de minutes mais si ils avaient approché davantage le vaisseau ils auraient été grillés. Un pas d'arrêt, Kei observa les traces d'électricité. Aucune sonde ou autre dans les parages. pour le moment ça irait.

Puis, ils furent à l'entrée du centre...

(patate chaude, patate chaude ~)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Jeu 10 Oct - 10:57
Le complexe ne semblait pas énorme vu comme ça, quelques ares, tout au plus. Pour quelqu’un qui ne connaissait pas cette planète cela aurait semblé étrange. Seulement, tout ceux qui avait posé le pied sur ce sol, savait que ses entrailles renfermaient plus d’une surprise. En clair, le complexe devait s’étendre sous la terre. Ce genre d’agencement offrait plusieurs avantages. D’abord, l’ennemi ne pouvait pas, sans appareil de mesure important, déterminer avec certitude la taille de l’installation. Difficile de concevoir un plan d’invasion fiable quand on ne voyait que la partie immergée de l’iceberg. Ensuite, il s’agit d’un site plus facilement défendable. Imaginez des kilomètres de bâtiments construits à même le sol. Des intrus peuvent y pénétrer par tellement d’entrée qu’assurer la sécurité devient un vrai casse-tête. Dans ce cas-ci, une seule entrée, c’est infiniment plus simple à gérer. Cela étant dis, il n’empêche que ce n’est pas impossible. Enfin, ce qui s’avère un inconvénient sur d’autres planètes offre, sur Io, un avantage non négligeable. En effet, le sous sol regorge de vie, de grottes et autres structures rocheuses naturelles. C’est-à-dire que si l’on tente de s’emparer de ce genre de complexe, maitriser l’entrée revient à assiéger l’entièreté de l’endroit. Dans ce cas-ci, rien n’était moins sûr. Il était fort probable qu’il existe une ou plusieurs issues de secours, conduisant les assiégés hors de cette forteresse. Et à moins d’en connaitre l’emplacement exact, elles étaient inutilisables pour des intrus. Cela aurait été trop facile !

Le raid qu’ils effectuaient n’avait été possible que grâce à la combinaison des informations terriennes et mercenaires. Ils avaient toujours su que cette planète abritait quelques points scientifiques, mais les terriens détenaient des informations plus précises. Comme si une taupe leur refilait des tuyaux. Grâce à cela, ils avaient une idée relativement précise de l’agencement du complexe qu’ils s’apprêtaient à investir. Sans cela, ils ne se seraient même pas risqués à approcher la structure enfouie.  Le point d’approche était une bouche d’aération qui donne directement sur le poste de téléportation. D’entrée de jeu, ils n’auraient pas le choix d’intervenir en neutralisant le ou les gardes présents. En effet, étant le seul point d’entrée, c’était un mal nécessaire.

La pilote suivait à quelques centaines de mètre derrière. Heureusement, elle n’était pas seule. Zig’stro n’aurait jamais permis qu’elle seule couvre leur arrière. Ils avaient besoin d’un contrôle sur cette fameuse salle. Déjà que l’artilleur, Salim ou Fahin, peu importe, semblait plus imbécile que compétent. Une vraie grande gueule qui n’a rien dans le pantalon. Il espérant que Keira méritait un tant soit peu les intérêts du commandant. Elle devait bien être utile dans quelque chose.
Juste devant deux énormes portes en métal solide, de nombreuses traces de roues étaient présentes. Il semblerait qu’il y ait du passage. Le hangar juste derrière devait abriter pas mal de matériel pour les sorties.  Attendant que les hommes se regroupent, il lança un regard en direction de sa partenaire. Les cheveux devant les yeux de celle-ci rendait difficile la lecture du regard, pourtant, il savait qu’elle avait compris. Elle se détacha et prit la direction de la dite entrée dérobée. C’est maintenant qu’ils sauraient si les renseignements terriens étaient fiables. Ils étaient sensé pouvoir entrer sans faire sonner d’alarme ou se faire détecter. Si c’était le cas, ils rembarqueraient immédiatement en annulant la mission.

Une fois l’arrivée des retardataires, les 4 soldats s’engouffrèrent dans le conduit. Les premiers pas se firent hésitants, craignant les conséquences de l’intrusion, mais il ne se passa rien. Aussitôt, ils progressèrent de manière plus déterminée. Vue de l’extérieur, les silhouettes des intrus disparaissaient au fur à et à mesure dans l’ombre du conduit avant de s’évanouir totalement. L’attente fut longue pour les deux mercenaires dehors, Keira et son nouveau collègue. Quand tout à coup, le micro des deux résonna dans leur oreille.

– C’est bon, la voie est libre. Prenez position ici, nous, nous descendons.  
- T’as compris la brune ? Bouge ton cul et passe devant, je veux profiter du paysage

Après ce commentaire suave et délicat, le mercenaire laissa échapper un gloussement étouffé. Il devait être fier de son intervention…

[HRP] T'façon, j'aime pas les patates froides. Quoi qu'avec un peu de mayo et des lardons... ^^ [HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Ven 11 Oct - 10:01
Keira tourna lentement son visage vers le mec scabreux qui devait lui servir de compagnie. Dans sa tête, elle lui chopait la tête pour la cogner contre le mur, le foudroyait, lui envoyait un coup de pied dans l'entre-jambe, tout en se rappelant qu'Erik lui ferait bien pire si elle s'amusait à aller contre l'ordre qu'il avait donné. Passer devant pour qu'il profite du paysage... ce mec était vraiment un abruti. Kei resta campée là, s'adossa au mur et continua d'observer son hologramme.

- Surveille l'intérieur au lieu de dire des conneries.

Le moindre son l'aurait mis en alerte à ce moment là mais kei avait d'autres chats à fouetter. La topographie du site l'intriguait : tout était trop plane et lisse sur des kilomètres par rapport au reste de la planète.

"""" Salin, active le radar aérien il faut que je matte un truc dans les sous sol.
- Ouais ouais... je rêves ou tu nous a coupé de leurs écouteurs ?
- Pas le peine de les inquiéter pour rien : si je trouve quelque chose je les préviendrais.
- En gros tu ne leur fait pas confiance.
- ... fais ce que je te demande. """"

La brune n'avait pas semblé parler, tout avait été dit mentalement grâce au micro et salin changé de fréquence. il revint sur la bonne histoire de rappeler pourquoi il la sentait pas cette mission, tandis que kei sur place détournait le regard vers le soleil pour ne pas qu'on voit ses yeux étinceler le temps qu'elle sonde le sol.
Certains courants électriques derrière son dos partaient pour s'enfoncer dans le sol. Elle les poursuivit et blêmit :  ce dôme par rapport à la taille du reste de l'infrastructure était une simple bouche d'aération oui ? sur plusieurs kilomètres de rayon et au moins une centaine en profondeur, elle captait du courant électrique. Ce centre était largement plus grand qu'ils ne l'auraient cru de base... il y avait bien un demi kilometre à descendre avant d'arriver à ce qu'on aurait pu appeler le premier niveau s'il n'était pas constitué lui-même d'une dizaine d'étages. Après, ça donnait directement sur une sorte de cube électrique faisant la totalité du paysage que l'on pouvait voir en vision normale. Le courant électrique allait d'un bout à l'autre et loin en profondeur. Cette base n'était pas jeune, il avait surement fallut du temps pour la construire, beaucoup de temps...

Ce qui étonnait Keira était plutôt que ce soit des terriens qui aient donné ces infos, selon ce qu'elle avait lu dans le dossier piraté. Biensur : des terriens qui enquêtaient sur l'Aera ? N'importe quoi. Déjà qu'ils luttaient contre ce centre sans le dire tout haut, de tels renseignements ne pouvaient pas venir d'une seule planète... Zélion alors ? La base lunaire en avait la capacité.. Sauf que Zélion aux dernières nouvelles fourmillaient d'agent Aera, cela commençait d'ailleurs à faire scandale.

" Kei putain !"

- hm ?  Murmura-t-elle avant de se rendre compte qu'elle était face contre le sol.

Elle se rétabli, se releva non sans perdre son équilibre une fois ou deux et s'adossa contre la paroi murale. Si le boulet qu'on lui avait collé aux chevilles avait regardé en arrière et non surveillé l'intérieur comme elle le lui avait demandé, il avait du voir une keira surveiller les environs, sursauter, regarder partout par terre, s'éloigner de la porte d'un ou deux pas, s'écrouler puis aussitôt essayer de se remettre debout pour s'adosser au mur : rien d'anormal avec la brune.

"""" Je peux te voir avec les caméras, pas de ça ici : tu tombes dans le coma je vois pas comment on pourras te ramener.
- t'inquiètes, je nous remet en fréquence publique
- K...""""

- ...ei, ...
- quoi ?
- ... j'aime pas cette mission.
- roh la ferme... maugréa-t-elle, publiquement cette fois.

La seule chose qu'elle voulait à présent voir, c'était si zig'stro était au courant et avait les bons plans ou pas. A la moindre alerte, boulet ou non elle irait à l'intérieur les extirper de là : tant pis pour la mission. Quant à l'explication qu'elle devrait à l'autre cloporte, elle viendrait s'il la demandait : sinon, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Ven 11 Oct - 11:05
- Putain, je vais le tuer, j’te jure boss.
– Si tu la boucles pas direct Krugger, c’est moi qui vais te tuer. Concentres toi sur ces enfoirés.
- J’aimerais bien justement…

Krugger, plus molosse que femme, arrivait à saturation. L'artilleur de Nelson n'arrêtait pas de les noyer de phrases tout aussi inutiles qu'inintéressantes. Une vraie poule mouillée, cela ne les aurait même pas surpris qu'il se soit fait déjà dessus. Il n'avait pas sa place parmi eux. Eux, ils étaient des durs, habitués aux sales boulots et aux missions à deux balles. Le genre de plan foireux que les compagnies habituelles ne voulaient pas. Seulement, ce qu'ils n'ont jamais compris, c'est que la prime était d'enfer.
Alors qu’ils arrivaient à proximité du poste de contrôle, les quatre mercenaires réfléchissaient à l’approche qu’ils allaient employer. A première vue, il y avait deux gardes et un technicien. L’attaque sera rapide et personne ne devrait pas alerter les autres gardes. A travers les grillages, le capitaine observait, attendant de voir d’éventuels mouvements mais il ne se passait rien. Sa co-équipière gesticulait, traduisant physiquement tout son énervement dirigé vers l’artilleur. Il fallait reconnaitre qu’il était insupportable. Nelson avait au moins le mérite de ne pas irriter à ce point les nerfs. Une pensée peu professionnelle lui traversa l’esprit. Il la balaya directement, ne voulant pas se faire choper pour cette connerie. Pourtant, l’idée de faire passer cet abruti fini pour un dommage collatéral était des plus alléchantes.

Dévissant lentement les vis qui tenaient la grille, il continua à guetter un éventuel mouvement. Les trois gars n’avaient pas bougé d’un pouce. Il faut dire qu’ils ne devaient pas avoir beaucoup de visite dans le coin. Une fois déverrouillée, la grille coulissa sur le côté, laissant apparaître la silhouette des intrus. Et avant même qu’elle ne touche le sol, une série de tir silencieux fusèrent en direction des gardes. Tous, sans exceptions, s’écroulèrent lourdement au sol. L’instant d’après, les mercenaires avaient investis les lieux, attendant une éventuelle réaction. Une minute, deux minutes, toujours rien. Leur entrée avait été parfaite. Alors que ses hommes dégageaient les corps, Zig’stro s’informa de la situation extérieur.

– Sarion ? Nelson ? Rapport !
- C’est calme mon capitaine. Par contre, Nelson est…
– Ca va, ta gueule. Ramenez votre cul ici, on va descendre.
- Roger

Le soldat qui était resté avec Keira la regarda avec insistance. Il ne fallait pas être devin pour traduire ce que ce regard pervers voulait dire. Il n’aurait fallut qu’un peu de bave pour compléter le tableau. Il détourna néanmoins le regard pour répondre à la demande de son supérieur. L’idée était qu’il tienne le poste de contrôle extérieur avec la pilote pendant que le reste descende accomplir la mission. Toute personne indésirable devait être gérée. La consigne était vague mais ils avaient ordre de le faire proprement.

- Tu viens ma belle ?

Alors qu’il pénétra dans le conduit comme un vieux pachyderme atteint arthrite, un véhicule apparu à l’horizon. Difficile de distinguer précisément à quoi il ressemblait, mais il allait dans leur direction. Il y avait fort à parier qu’il revenait d’une expédition…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Ven 11 Oct - 13:34
Keira ferma un instant les yeux pour se remettre les idées en place et laissa son acolyte parler pour eux deux. Lorsqu'il voulu parler d'elle elle remercia pour la première fois zig d'être tant bas du front : ça évitait  les questions foireuses qui les auraient ralentis.

"""" Au fait ya un truc qui te prend la tête, tu n'as pas besoin de comater pour si peu normalement alors quoique ce soit tu me fous ça hors de ton crâne, j'ai pas envie de crever à cause de tes conneries """"

Kei rouvrit les yeux d'un coup sec et se maudit pour avoir passé à salin l'astuce de les changer de fréquence le temps d'un blabla. Maintenant il allait la faire chier tout du long ! Pire encore : pour une fois qu'il était sérieux il avait mit dans le mille. Kei se mordit la joue avant de tiquer que s'il disait des choses censées, c'était donc qu'il n'était plus sous drogues... donc, d'ici peu il allait être en manque, faire des conneries... rah putain. Voilà, elle aurait du choper un flacon d'As aux scientifiques du ma-85 au cas où... Salin était bien capable de les laisser sur place pour retourner au ma et avoir sa dose s'il devenait trop en manque. Et l'autre abruti l'avait laissé SEUL dans le vaisseau. Sous ces charmantes idées, Kei remarqua le regard appuyé de l'autre boulet.

- Tu passes devant. Lui indiqua-t-elle en dirigeant son arme vers le bas tout en indiquant avec le canon la direction du couloir.

Salin leur indiqua alors un mobile en vue et la brune pesta, se retourna pour activer mentalement les portes d'entrée du sas. Les portes refermées, la brune se concentra sur les communications du véhicule et là son acolyte put clairement voir ses yeux passer au jaune vif et crépiter comme si l'électricité circulaient en eux. Après s'être assurée que le véhicule ne communiquait pas avec l'intérieur, Kei chargea le laten à son max et attendit. Elle voulait qu'ils quittent le véhicule, qu'ils ne soient pas en alerte,e t surtout : qu'ils ne communiquent pas. Il fallait donc attendre qu'ils entrent. Keira était déjà proche du sas, agenouillée sur l'un des côtés dans la pénombre et attendant qu'il se relève assez pour que même si la porte les empêchait de la voir, elle puisse leur tirer dessus. Deux tirs, deux morts.  Le troisième tenta de rejoindre le véhicule, mit la main à sa tempe pour tenter de prendre contact et se mit à hurler en voyant que le contact était coupé. Kei avait laissé le dernier à son acolyte, trouvant plus urgent que ce type ne puisse prévenir personne : elle l'avait privé de courant, son micro ne fonctionnait pas. Une fois le soucis réglé, kei se redressa et alla calmement prendre le véhicule, l'activer et le ramener à l'intérieur avec une superbe marche arrière. Quant aux corps bah... eux aussi. Elle ferma le sas ensuite et contacta salin.

- Salin, préviens un peu plus tôt la prochaine fois.
- Je t'en foutrais des ordres à la con grognasse !

Kei observa le véhicule : il pouvait rentrer dans leur vaisseau mais surtout il pourrait leur permettre de partir en vitesse si ça se gâtait et ça c'était inespéré. Tapotant la carrosserie, elle retourna ensuite près du sas d'entrée et soupira, s'adossant à nouveau contre quelque chose. Ca commençait à marcher, elle ne pensait plus à Erik en tout cas. Et lorsqu'en plus elle trouva amusant l'idée que ce véhicule bloque le passage si d'autres invités se pointait, il fut clair qu'elle avait retrouvé sa forme. Ses yeux recommencèrent à étinceler, tandis que Keira observait le sol. Ses cheveux tombant sur son visage dissimulaient ses craintes actuelles : ce lieu était trop grand pour le petit groupe qu'ils étaient. Bon. Ils devaient s'infiltrer, pas détruire la base : dans une grande base comme ça on les repèrerai peut-être moins... ? On pouvait toujours espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Mar 14 Jan - 20:19
La journée avait été dure, les informations fusaient de tous côtés et la situation avec l’Aera devenait de plus en plus tendue. En effet, d’après ce que Tara avait révélé, il semblerait que plusieurs agents doubles étaient présents sur le MA-85. L’enquête de Kurt avait déjà permis de dégrossir le problème, mais visiblement, certains avaient réussi à passer entre les mailles du filet. Une chose était sûre, ces scientifiques mettaient tout en œuvre pour neutraliser une bonne fois pour toute les mercenaires. Ils disposaient de moyens impressionnants qu’ils utilisaient au mieux pour arriver à leur fin.

Erik, dans le centre névralgique du vaisseau, coordonnait une opération terrestre. Elle avait pour but la récolte d’information et la tentative de capture de scientifique. Concentré, il prenait en compte chaque information s’affichant sur son moniteur. Une armée de techniciens et de spécialistes en tout genre s’affairaient à lui fournir tout ce qu’ils pouvaient afin que leur leader puisse agir au mieux. Au fur et à mesure que les données évoluaient, les ordres s’adaptaient.

Alors qu’il était concentré sur son écran, une alarme le sortit de sa transe. Une urgence, au son aigu strident qui s’échappait des haut-parleurs. Erik se redressa brusquement de son fauteuil et regarda le technicien responsable. Ce dernier fit un signe d’incompréhension et détourna le regard de son supérieur pour le déposer sur son moniteur. Après un bref silence, il releva son regard pour frôler les yeux du commandant. D’une voix hésitante et tremblante il s’élança, sortant des mots transpirant l’inquiétude.

- Ca vient de votre bureau monsieur.

Sans prendre le temps de comprendre ce qu’il se passait, Erik traversa à vive allure tout le centre de contrôle pour arriver à la sortie. Il enclencha le sas et s’engouffra dans l’ouverture à peine formée. Un silence de plomb avait prit place dans l’immense pièce après que le technicien ait coupé l’alarme. Tous se regardaient sans comprendre ce qu’il se passait, sans savoir pourquoi l’opération venait d’être mise en stand by implicitement.
Le couloir sombre qui menait au bureau du commandant était calme comme à son habitude. Seul les pas rapide et le son des câbles muraux étaient audibles. Sur le chemin, Erik ordonna à une équipe de sécurité de monter immédiatement. Quelque chose de particulier se déroulait en ce moment même. Arrivé à hauteur de sa pièce, il vit des traces de sang sur le sol menant directement dans son bureau. Il agrippa son arme de service et appuya pour l’ouverture du sas. Un glissement d’air se fit entendre avant de laisser place à une pièce sombre. Quelque chose de malsain régnait dans l’obscurité, mais il était impossible de savoir ce qui se cachait dans l’ombre.

Instinctivement, Erik glissa sa main sur le mur de gauche, enclenchant l’éclairage. Ce dernier était bien droit, pointant le vide devant lui, prêt à dégommer le premier truc suspect. Un flash apparut, le néon s’était enclenché. Telle une image rémanente, la scène s’était gravée sur la rétine du commandant. Un soldat par terre, un homme accroupi derrière le bureau. Les informations étaient maigres étant donné que son esprit n’avait pu capter qu’une image. Bizarrement, il ne sentait pas d’émotions, il savait qu’un homme se cachait au fond, mais il était incapable de le repérer comme il avait l’habitude de le faire. Quelque chose bloquait son pouvoir contre lui. Aussi puissant était-il, cette situation allait devoir se régler à l’ancienne.
Profitant de la pénombre entre le premier flash et l’éclairage complet, il s’avança silencieusement, tentant de surprendre son agresseur.

C’est alors que le néon, chauffé, diffusa son énergie à travers toute la pièce. Les yeux du commandant fixèrent l’endroit où il avait aperçu, lors du flash, l’homme armé. Pensant le prendre à revers, il ne put que constater l’échec de sa manœuvre. Derrière le bureau, rien à part du sang dégoulinant du corps du garde assassiné. Tout c’était passé si vite et Erik venait de comprendre son erreur. Il avait voulu piéger son agresseur mais sa ruse s’est retournée contre lui. Le temps de s’en rendre compte et de se retourner, il était trop tard. Une détonation retentit à travers toute la pièce. Les oreilles du commandant vibrèrent au rythme des ondes du coup de feu. Il ne mit que quelques instants à sentir la douleur, masquée par une sensation de fraicheur sur sa peau. Il s’était déjà fait tirer dessus, mais cette fois-ci, c’était différent. Tous ses sens lui envoyait des informations encore inconnues. Ses muscles crispés se relâchèrent petit à petit, le faisant tituber. Sa vue se brouilla, comme si un épais brouillard était soudainement apparu. La silhouette de l’agresseur disparaissait peu à peu avant de sombrer dans les ténèbres. Le choc avec le sol était violent. Le corps du commandant avait dû être projeté, étant donné la distance avec l’arme qu’il lui avait tirée dessus. Au sol, sa tête heurta le mur sans une once de douleur. Tout son esprit était focalisé sur sa plaie. Instinctivement, il approcha ses doigts de son torse pour y rencontrer un liquide visqueux et abondant. Son monde venait de vaciller et il était incapable de réfléchir ou de comprendre ce qu’il se passait. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était de sentir ce déluge de sensations contradictoires. A la fois, chaleureuses et enveloppantes mélangée à de la froideur et de la douleur.

Seules quelques secondes s’étaient écoulées mais c’est comme si une heure était passée jusqu’au moment de la chute. Les yeux fixes, les membres immobiles, la respiration faible, il sentait la vie s’échapper lentement de son corps. Telle une libération, la faucheuse était venue moissonner son âme car l’heure de son jugement avait sonné. Après une dernière expiration, ses pupilles se dilatèrent au maximum, signe que les derniers muscles avaient renoncés à continuer de fonctionner. Son dernier souffle avait fait échapper ce qu’il lui restait d’âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Mar 14 Jan - 21:45
Le réveil fut rapide et stressant. Erik se redressa brusquement de son lit, le souffle court et des gouttelettes salées plein le visage. Il mit quelques secondes avant de mettre ses idées en place et comprendre ce qu’il venait de se passer. Instinctivement, il se palpa le torse pour sentir si tout ce qu’il venait de vivre était bien réel. A part quelques poils, il ne sentait rien d’autre que sa peau. Il avait vécu ce rêve avec tellement de ferveur qu’il l’aurait cru réel. Maintenant réveiller, il se sentait vaseux, comme s’il venait d’être drogué et que les effets se dissipaient lentement.
Plus les minutes passaient, plus les souvenirs lui revenaient. Sa vie, son vaisseau, son combat, il venait de réorganiser tout ses souvenirs pour se souvenir de qui il était. Un éclair le traversa au moment où il finit cette piqure de rappel. Il empoigna machinalement l’intercom posé sur sa table de chevet.

- Capitaine, au rapport !
- Toujours rien depuis qu’ils ont atterrit monsieur.
- Ok, tenez-moi au courant.

************

Les yeux globuleux du mercenaire balayaient l’immensité de la pièce. D’énormes containers étaient entreposés ça et là, rendant cette salle très difficile à défendre s’il le fallait. Les points de revers étaient légions et ils auraient tôt fait de se faire encercler par un ennemi supérieur en nombre. Au beau milieu de la pièce, une immense plaque métallique semblait pouvoir s’ouvrir pour laisser place à la plateforme motrice, leur ascenseur. Au fond, un poste de commande surélevé se dressait. Ses hommes et lui avaient maitrisé sans trop de problème les gardes qui surveillaient l’endroit. Tellement fainéant et distrait, ils étaient morts sans même comprendre ce qu’il leur était arrivé. Il faut dire qu’ils ne devaient pas voir passer grand monde dans cet espace reculé et isolé.

Alors qu’ils avaient dégagé le chemin, Zig’ attendait la venue des deux sentinelles pour descendre plus bas dans le complexe. Faisant le tour du propriétaire pour prendre un maximum d’informations, il commençait à perdre patience. Un instant plus tard, un rapport lui parvenait.
- Sentinelle hs capitaine. On a eu de la compagnie
- Roger, dépêchez-vous, il faut qu’on descende.

De l’autre côté, les corps inertes des scientifiques gisaient au sol. Dégoulinant de sang, ils avaient pu à peine se défendre et encore moins savoir de qui venait l’attaque. Tout en inspectant son arme, le mercenaire qui accompagnait Keira faisait son rapport au capitaine. Il recevait des ordres et enregistrait l’information qui lui parvenait. Au fur et à mesure de la discussion, il fixait la jeune femme. Scrutant ses formes, fantasmant perversement sur ses atouts sans perdre le fil de sa discussion.

- Allé poupée, on s’arrache, on a trop trainé ici, le capitaine veut descendre.

Il laissa un blanc le temps que l’information transite avant de lâcher la suite.

- Et il veut que tu l’accompagnes personnellement. Changement de plan, tu descends avec lui.

Difficile à dire si le soldat la fixait dans les yeux ou… toujours est-il qu’il semblait apprécier cette charmante compagnie. Inutile de préciser qu’il aurait donné monts et merveilles pour se trouver à la place de son supérieure et prolonger leur « collaboration ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Ven 17 Jan - 10:12
Keira se massa la nuque. les informations semblaient passer d'une drôle de manière dans ce groupe, ou plutôt d'une façon dont eux étaient habitué mais clairement pas elle. En l'état des choses, elle ne pouvait rien faire pour le moment hormis attendre les directives. Pourquoi Erik l'avait-il mit avec quelqu'un d'aussi antipathique ? Ça...

Soudain, la voix de son collègue retentit pour la ramener à la réalité. Apparemment on avait besoin d'elle plus bas, ce qui n'était finalement pas pour lui déplaire. mais un truc la turlupinait, ce type semblait s'efforcer à ne pas l'avoir dans les pattes donc pourquoi voudrait-il à présent la côtoyer ? Pour l’œil certainement. Ses yeux s'étrécirent alors qu'elle épiait les moindre faits et gestes de son collègue. Ce type était décidément très louche.

" Salin, je dois descendre, reste sur tes gardes face à ce qu'il se passe en surface "
" Ouaip, ouaip... m'enfin je le sens p...  "

Elle ferma la connection, sachant déjà qu'il allait râler. Ses yeux arrêtèrent de crépiter et elle s'avança dans la fin du couloir pour descendre aux niveaux inférieurs, le message transmit sans que les autres n'aient pu l'entendre. Par contre, le message transité par ce crétin l'agaçait. parce qu'il allait falloir qu'encore une fois elle passe devant lui. Très bien... du coup elle décida de le faire un sale coup. En général les réactifs avaient un talent physique amélioré et étant donné qu'elle était du domaine de la foudre il était aisé de savoir lequel l'était chez elle.

Elle descendit donc en sautant plus qu'en se laissant glisser et de là piqua un sprint tel que lorsque cet idiot descendit, elle n'était déjà plus visible. Kei ralenti après le tournant, s'étira un peu puis reprit son chemin jusqu'à trouver le chef de mission.

- La prochaine fois si tu veux que je vienne, dis le moi sur ma radio, ton larbin profite trop de la situation.
* D'ailleurs, pourquoi ne doit-on plus surveiller l'entrée ? Je croyais qu'il nous voulait aux abords de l'entrée pour surveiller ce qui arrive...*

Songea-t-elle, sans en piper mot pour le moment. Vrai que pour le coup ses changements de décision la laissait dubitative mais bon, il devait avoir une bonne raison. Pourtant, quelque chose clochait. Salin avait peut-être trop râlé mais elle-même commençait à avoir ce pressentiment, comme si la situation devenait de plus en plus oppressante... pourtant tout avait l'air de bien se passer pour le moment, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 19253

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Un amour naissant Dim 2 Fév - 7:37
Zig’stro attendait, immobile, devant cet énorme ascenseur. Il fixait le boitier de commande local, attendant que le reste du groupe le rejoigne. Perdu dans ses pensées, il repassait en revue les difficultés et la mécanique de son plan. Il avait songé à de nombreuses difficultés mais il savait pertinemment qu’il mettait les pieds dans une ruche et qu’au moindre faux pas, cela tournerait au vinaigre. Leur mission devait être réglée comme du papier à musique et ils ne pouvaient se permettre de rester trop long temps là-dessous. Certes il connaissait globalement l’architecture du bunker mais il n’avait aucune idée sur le nombre de scientifiques présents en bas.

Alors que Krügger avait enfilé un uniforme de garde, son collègue s’affairait à pousser une série de caisse sur le monte-charge. Une des premières difficultés serait de neutraliser les gardes en bas. Situation idéale étant donné qu’ils seraient totalement à découvert et pris au piège. Pour contrer cela, la technique de la mascotte semblait séduire le capitaine. Un homme qui distrait et qui réduit l’état d’alerte des gardes, pour que les autres puissent identifier les cibles et les abattre. Une technique classique mais toujours efficace dans ce genre de situation. Il faut dire qu’ils n’avaient pas énormément de possibilité en l’état.

Le capitaine fixait toujours la console quand il entendit les railleries de la civile. Il comprenait que Salin et elle faisait équipe vu leur aptitude chevronnée à gueuler la moindre contrariété. Mais voila, la réalité de terrain était telle qu’il avait besoin d’elle pour accéder aux infos et il allait devoir faire avec. Ce n’était pas la première contrainte de sa carrière et il espérait qu’elle ne soit pas sa dernière. D’après son dossier, elle n’était pas une grande guerrière mais elle savait se battre et possédait quelques connaissances de tir. Elle ne sortait pas de l’infirmerie, heureusement. Faisant fi de ce qu’elle pouvait bien dire, il écouta attentivement la démarche et le pas de la jeune femme, question d’habitude. Derrière elle, un pas lourd et badaud la suivait. Celui là, il le reconnaissait bien.

Au même moment, deux personnes sortirent de derrières les caisses du fond. Keira et son nouveau fanboy apparurent à l’ombre des poutrelles transversales. D’un geste vif et précis, le capitaine ordonna à ce dernier de se placer au poste de commandement. De là où il était, il pouvait contrôler l’énorme mécanique d’ascenseur qui leur permettrait de descendre. Zig empoigna le bras de Keira fermement et l’emmena avec lui sur l’immense plateforme. Comme s’il punissait sa progéniture d’un écart de conduite. Sûrement qu’il n’avait pas envie de s’expliquer à un civil, une femelle qui plus est. Derrière eux, les deux autres mercenaires étaient positionnés et parés à jouer leur rôle.

Un dernier clin d’œil à Keira et le mercenaire aux commandes enclencha la procédure de descente. Au même moment, il passa un message radio, prévenant l’équipe de réception de leur arrivée. La procédure était-elle qu’elle devait être respectée à la lettre pour ne pas éveiller les soupçons. Plus ils arrivaient à garder le contrôle et rester inconnus, plus ils avaient de temps et de chances de réussir leur mission. Dans un énorme bruit sourd et métallique, l’énorme plateforme trembla légèrement avant de perdre 30 centimètres brusquement. Ce mouvement obligea toute l’équipe à se maintenir en appui et ferme sur leurs deux pieds. Après cette secousse, le sol commença à descendre lentement mais sûrement vers leur destination.

Pendant la descente, le silence régnait. Outre les bruits de machines et souffleries typiques des bunkers, rien ne filtrait. Tout était calme et presque mort. On aurait pu croire à un complexe abandonné. Le capitaine brisa le silence en ordonnant à l’opérateur de s’arrêter. Brusquement, la structure se bloqua et des lumières rougeâtres se mirent à tournoyer. Juste devant la jeune femme et le capitaine se dressait une espèce de grille. Visiblement, les plans fournis avaient été suffisamment précis pour que la présence de cette conduite soit effective. Krügger prit à son tour la parole et s’adressa à sa nouvelle radio. Les paroles devaient être précises pour pouvoir être identifiées et sécurisées.

- Comp 23 à P01, over.
- P01, à vous, faites un Sitrep. Over.
- Comp 23, on a un arrêt, on passe en indice 12. Over
- P01, Roger, faites au plus vite.
- Wilco, Comp 23 Out.

Un sourire narquois émergea sur les lèvres de la mercenaire. Fier d’elle, elle venait de tromper la sécurité scientifique. Elle fit un signe de tête à son chef pour signifier que le plan suivait toujours son cours. Ce dernier acquiesça et se dirigea vers la grille. D’un coup sec et vif il la décrocha. Sans grandes difficultés, cette plaque métallique céda aux quatre coins. Vu le bruit, la rouille avait fait la moitié du travail et ce qui restait ne demandait qu’à être arraché. Alors qu’il se glissa dans l’ouverture découverte, il se retourna vers sa nouvelle co-équipière.

- C’est quand tu veux …

Un regard insistant, un visage dur et difficilement lisible, ses traits d’alien fonctionnaient de manière différente par rapport aux humains. Il était difficile de cerner les émotions qui transitaient sur son visage et dans ses traits. Il aurait fallu être familiarisé avec la race, ce qui, n’était pas chose courante à bord du MA-85. A part les quelques mercenaires issues de la même planète, personne ne pouvait comprendre la psychologie particulière de cette espèce.

- Opérateur, tu peux redémarrer la machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 22351

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Un amour naissant Lun 10 Fév - 21:04
Qu'il ait réussi à la suivre était étonnant. Elle se méfiait d'autant plus de cet énergumène qui ne faisait que reluquer ses fesses. Pourtant elle laissa les choses suivre jusqu'à se retrouver dans une sorte de sas avec ce sale type de Zig’stro. Son regard se leva sur l'issue à laquelle il était monté et d'un saut souple et félin la jeune femme prit le bord du plafond à deux mains avant de se hisser avec tout autant de facilité. Ses yeux commencèrent à briller et elle activa en un rien de temps les clefs d'accès à l'ascenseur, lui permettant de descendre comme s'ils avaient eu la clé du directeur de la firme lui-même. L'ascenseur se mit alors à descendre et la brune, la main sur l'appareil resta le regard flou et dans le vide jusqu'à entendre l'ordre de s'arrêter à l'étage approprié. Lorsque Zig’stro voulu descendre, elle lui barra la route d'un revers de bras, l'air concentrée.

- Les caméras affichent huit hommes dans ce couloir. Trois se cachent dans les salles adjacentes, deux sont déjà à la porte du sas : ils savent qu'on est là... non, trois. un autre les rejoint et vise l'entrée.

Ses yeux arrêtèrent de projeter cette étrange lumière électrique et elle l'observa, l'air encore un peu hagard. Zig', aussi antipathique soit-il était formé pour ce genre de choses, pas elle. elle lui donnait les informations, à lui de les utiliser pour les coordonner ensuite. Le présage de salin semblait néanmoins véridique, ça ne sentait pas bon... elle observa les quelques hommes (ou pas) que salin avait gardé avec lui et serra sa prise sur le rebord du plafond de l'ascenseur. Si peu nombreux, mais surement une partie des meilleurs hommes du MA-85. Erik la tuerait si elle les laissait dans la merde... Un sourire narquois naquit sur ses lèvres, elle avait une idée.

- mettez vos viseurs infra-rouge, je vais les foutre dans le noir.

Là dessus elle alla empoigner des cables électrique sans le moindre soucis et ses yeux jadis verts et jaunes devinrent pratiquement blancs. la seule chose qu'elle attendait à présent était le signal, que ce soit eux qui ouvrent la porte histoire de surprendre ces enfoirés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
MessageSujet: Re: Un amour naissant
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MA-85 ✦ :: ♁ Postes Principaux :: ♁ Salle de Commandement-
 ::  :: ✦ MA-85 ✦ :: ♁ Postes Principaux :: ♁ Salle de Commandement+