Le temps passe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Jeu 8 Aoû - 21:11
Keira pencha la tête de côté en le voyant la regarder comme s'il ne comprenait pas à quoi elle pensait. Bah voyons ! On parlait de lui, là. Le laissant se débrouiller avec l'artilleur elle se massa nerveusement le bras, ne sachant trop comment lui expliquer ce qu'elle avait vu quand.. erm. Non, hors de question de parler de Moï-ko'Ruj. Elle releva la tête, une mèche de cheveux glissant de son visage alors qu'elle tapait de la pointe du pieds derrière son tibias, impatiente. Posée contre l'ouverture du sas, elle le laissa passer devant et le suivit, sans un mot pour ses questions en chemin.

Cependant elle n'eut pas longtemps à attendre pour que ça le reprenne. D'instinct (et parce qu'elle était chiante d'intuition) elle chargea ses doigts de filaments bleutés, attendant une merde, quelque chose du genre. Erik se tenait au sas et ne voulait visiblement pas le lâcher. Elle l'appela et il sembla se remettre rapidement mais cela n'était pas pour la rassurer, bien au contraire. Ses doigts se détendirent, l'électricité disparut et elle le suivit, restant dans son ombre comme une épée de damoclès. Oui, ils allaient devoir parler... et pas amicalement visiblement. Il allait surement la haïr après ça : plus d'un la détestait après qu'elle ait joué les fouille-merdes de toute.

- Une boisson de ton choix, commande la je te la paierai mais là j'apprécierai un endroit où on ne puisse pas nous entendre.

Elle le laissa choisir; Chambre, bureau, peu importe. Elle le suivit et une fois dedans referma le sas d'un simple effleurement sans piper mot de tout le trajet. Si vous avez déjà vu un chat vous suivre pour que sa gamelle se remplisse sans miauler ni rien mais juste, vous fixer, rappelez vous à quel point cela peut être perturbant. Kei venait de faire le même coup à Erik.

- Tu peux m'expliquer ce qu'il t'arrive ? Demanda-t-elle doucement, ne bougeant pas de devant le sas de sortie de la pièce. Les micros étaient éteints et visiblement elle le fixait comme s'il pouvait être un ennemi potentiel. Tu me sembles déconcentré, ça ne t'arrive jamais d'habitude. Fatigue ? Étourdissement ? Qu'as-tu ?

Elle continuait de le fixer comme s'il était un chien condamné par la rage, mais elle avait vu ses yeux tout à l'heure quand l'une de ses visions l'avait pris. Elle ne savait pas ce qui lui arrivait et ne pouvait donc juger que ce qu'elle voyait... Mais qui n'aurait pas réagit de même ? Si Erik perdait la tête elle préférait le taser un bon coup et l'envoyer à l'infirmerie ou en salle d'isolement que de le laisser ruiner son travail : il l'aurait regretté après.

- C'est toi qui m'a dit de me fier à ce que je ressentais chez les gens, tout à l'heure tu avais l'air prêt à tuer alors je pense que ça ne va pas pour toi. Je te connais trop bien pour ne pas savoir quand quelque chose te tracasse, et vu l'énergie que tu mets à ne rien laisser paraitre depuis tout à l'heure, tu sais ce qu'il se passe. J'ai tord ?

Inquiète était le maître mot. Elle sur ses gardes, elle n'en restait pas moins incapable de lui faire le moindre mal... taser ne lui ferait pas mal (dans sa tête), donc ça passait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Mar 13 Aoû - 11:16
Son aura hurlait d’inquiétude, de peur et de colère. Erik avait pu le sentir dans le couloir qui les amenait dans sa chambre. Il avait gardé sa boisson cadeau en joker pour une prochaine fois, pour l’instant il avait juste besoin de fermer les yeux quelques minutes. La fatigue avait envahi toutes les parcelles de son corps et il avait l’impression que ses jambes en coton ne le supporteraient plus bien longtemps. Le trajet jusqu’à leur destination avait été d’un silence mortuaire, plombant même. Erik aimait le calme et il lui arrivait de prier pour que sa protéger lui permette d’écouter le silence. Seulement, à cet instant, il lui aurait presque demandé de le briser. Elle était trop calme et il pouvait ressentir toutes ses émotions fortes.

Il ressentait les émotions de la jeune femme au plus profond de son être. Elles l’envahissaient de manière si intense qu’il avait l’impression d’en être submergé. Il remercia son expérience du pouvoir qui lui permettait malgré tout de gérer ce flot important. Cette situation l’étonnait particulièrement car une telle quantité ne voulait dire que deux choses. Soit Keira avait atteint des sommets en termes d’expression émotionnelle, soit son pouvoir amplifiait grandement les émotions qu’il recevait. Toutefois, il serait étonnant qu’à elle seule, la jeune femme puisse émettre autant d’énergie. Erik avait tendance à croire que son don, si on peut l’appeler de cette manière, était responsable de la présente situation.

En arrivant dans sa chambre, il s’affala lourdement sur sa chaise. Cette dernière accusa le coup en tournoyant légèrement et en grinçant de partout. Le visage du commandant était toujours aussi neutre mais ses yeux trahissaient son âme. Ses muscles faciaux étaient tellement habitués à ne rien laisser passer qu’ils avaient dû mal à exprimer la moindre expression. Même quand c’était sincère, cela se voyait à peine sur son visage. On aurait même pu croire qu’il a subi des interventions pour lifter son visage. Par contre, son regard était tout d’un coup usé, comme s’il avait vécu des années de stress et malheurs. Il observait Keira, debout devant la porte, en train de l’épier. Elle observait le moindre de ses faits et gestes. Il savait qu’elle interprèterait tout ce qu’il montrerait. Vu son air et les émotions qui transpiraient, elle était prête à avoir une sérieuse discussion.

- Il m’arrive que j’ai un coup de barre, Kei. Ce n’est pas vraiment le moment de me prendre la tête.

Il sentait bien que sa réponse ne suffisait pas. Son regard insistant le perçait jusqu’au plus profond de son âme, comme si elle poussait son vice de fouille au plus loin. Ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait, même si, il est vrai que cette fois-ci, c’était assez puissant comme vision. Il était évident que son escale dans le vaisseau scientifique avait soulevé beaucoup de question chez elle. Depuis cette mission, il avait senti qu’elle était plus inquiète. Et vu le sermon qu’elle déballait, il était évident qu’elle sentait quelque chose d’inhabituel. Elle demandait, à sa façon, de comprendre ce qu’il se passait. Evidemment qu’il savait précisément ce qu’il se passait. Et c’est en partie pour cela qu’il avait été absent il y a peu. Il pensait avoir su surpasser, mais il faut croire que ses détraqueurs avaient trouvé le moyen de l’affaiblir.

- Calmes toi, Kei. Je ne tiens pas à me prendre une décharge.

Les mains de la jeune femme luisaient légèrement, comme si elle était prête à lui balancer une décharge. Sa posture en disait long sur la manière dont elle considérait la situation. Elle était littéralement prête à bondir sur lui pour le neutraliser, comme s’il présentait une menace. Cette idée ne lui plaisait que moyennement. Et son regard usé décocha une vive expression de mécontentement.
Oui, il mettait beaucoup d’énergie à dissimuler ce qui se passait pour le moment, mais s’il ne le faisait pas, beaucoup en souffriraient, lui d’abord et Kei ensuite, Encore que lui, ça ne lui posait pas de problème. Mais Keira, il ne se le serait jamais pardonné. Mais devait-elle pour autant tout savoir sur la situation. Se doutait-elle seulement de ce qu’il se passait ?

- Je crois que c’est le bon moment de m’expliquer ce que tu as vu à Moï-Ko’Ruj.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Jeu 15 Aoû - 16:03
Pour le coup il réagissait comme d'habitude. Mais ça sonnait faux. Un malaise étrange naquit en elle à l'idée qu'en plus du reste il lui mente. Grave au point de vouloir à tout prix le lui cacher ? Certes des secrets on en avait tous mais qui perturbaient autant le fonctionnement de tout un vaisseau alors que le type normalement avait un sang froid remarquable, ça ne pouvait être que grave. Elle s'imagina lui demander s'il se foutait de sa gueule mais se tut, écoutant ce qu'il avait à dire après qu'elle eut finit toute sa litanie.

Si elle arrêta sa main de luire pour un rien, elle n'en resta pas moins attentive. Erik la regardait durement et son calme la faisait douter de tout ce qu'elle avait vu jusqu'à ce jour. Sauf qu'encore une fois Kei se reprit rapidement et réanalysa le tout pour en revenir à la même conclusion. Il fallait que ça sorte, qu'il dise ce qu'il avait vu. Et non ça ne venait pas de cette zone de météorite de m*rde !

- Laisse Moï-ko-Ruj en dehors de ça tu veux ? Tu changes de sujet là. Et au rappel tu n'as qu'à lire les rapports pour savoir ce qu'il s'est passé.

Là dessus elle croisa les bras et l'observa, irritée. Bon sang mais il savait à qui il parlait, il savait qu'elle savait lorsqu'il avait un truc en tête alors essayer de lui mentir ne pouvait qu'être vexant. Soit il était devenu très tête en l'air soi lui-même paniquait.

- Durant des mois tu t'es reclu dans ton bureau. Et maintenant tu as des absences où tu fusilles les murs du regard, près à tuer quelqu'un. N'importe qui te jugerait instable. Tu as un sang froid indéniable, je te l'envie d'ailleurs. Mais là il ne te sers à rien. Moï-ko'ruj c'était un autre problème et celui-ci a été réglé par la mort des gamins servant de cobaye à l'Aera, point. Ton problème n'est pas réglé. Je dois faire quoi pour te faire cracher le morceau Erik... Émit-elle, vraiment inquiète. Te menacer d'en rendre compte au Doc ? C'est extrême non ?radicale mais il faut vraiment que j'en arrive là ?

Et surtout c'était un coup bas : elle savait qu'il avait le doc en haute estime mais lui ne savait pas que le Doc le couvait un peu comme un père : elle l'avait déjà vu à plusieurs fois demander des nouvelles d'Erik. Si le Doc estimait qu'Erik se mettait en danger à trop bosser il le mettrait aux arrêts le temps qu'il règle son problème. Le commandant savait que Kei ne le voulait pas car ça aurait été mettre son second à la tête du vaisseau : quelqu'un de moins doué que lui pour ce travail. Mais pour le coup la brune lui montrait par cet exemple qu'il se comportait en parfait gamin. Assise les fesses contre le bord de son bureau, elle l'observa longuement. C'était pire qu'inquiète maintenant. A mentir, Erik avait peut-être aggravé le problème.

- Quoique, lui doit savoir surement ce qui t'arrive... Ca ne serait peut-être pas plus mal que tu le mette au courant, il pourra surement t'aider mieux que moi vu que tu n'es pas fichu de me faire confiance.

Jalouse ? A peine. Mais Kei ne voyait pas de solution à ce problème. Elle ne voulait pas cafter mais si Erik mettait le vaisseau en danger elle allait bien devoir agir, quitte à se faire haïr de lui... Merde, cette idée la blessait plus qu'elle ne l'aurait cru. Mais puisqu'elle avait commencé à l'acculer, autant finir.

- Des multiples assauts on en conclut aisément que ton problème a un lien avec l'Aera Center. A Moï-ko'Ruj, les gamins te ressemblaient comme deux gouttes d'eau. Le lien est vite fait, tu es lié à l'Aera d'une quelconque manière. Maintenant j'aimerais savoir comment. Comment ils font pour te perturber à ce point, comment ils ont eu ton sang ou autre, pourquoi ils s'amusent à faire des doubles de toi ce... Merde Erik, c'est pas marrant d'avoir l'impression depuis de t'avoir achevé avec une balle dans le crâne !

Ça aurait pu en faire rire plus d'un car dieu sait qu'à une époque, elle en rêvait vraiment : ou de lui tordre le cou... c'était kif kif. Bon sang il allait dire ce qui n'allait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Jeu 22 Aoû - 11:41
Erik était assis, les mains croisées sur son bureau, les bras bien appuyés sur l’épaisse planche en bois qui recouvre le meuble. Il se tenait droit, comme à son habitude, ne bougeant pas d’un pouce. Il posait son regard sur la jeune femme qui s’était installée après avoir arrêté de le menacer avec son don. Les seuls muscles en action maintenaient ses sourcils légèrement froncés pour offrir une expression sérieuse et dramatique. Toute son attention était focalisée sur la pilote qui avait décidé de crever l’abcès et pour ça, elle n’y alla pas par quatre chemins. Elle lâchait dans l’air toutes ses craintes, ses incompréhensions et ses doutes. Chaque mot faisait office de pavé qu’elle jetait un peu plus dans la mare. Sauf que cette fois, elle ne fuyait pas avant d’avoir le retour des vagues. Elle était prête à faire face.

Tout en écoutant sa protégée tenter de mettre de l’ordre dans ce qui se bousculait dans sa tête, Erik sentait que plus que jamais, il devait unir toutes ses ressources pour maintenir ce qui l’habitait. Cette force intérieure qui était prête à bondir hors de lui jouait avec ses défenses comme un bélier s’amusait devant une porte, en tentant sans cesse de créer une brèche à exploiter. Sans le vouloir, Keira sabotait ses efforts de maitrise. Tout ce qu’elle disait, absolument tout, touchait à ce qu’il était de plus noir et de plus profond. Elle venait de secouer un cocotier, attendant de voir ce qui allait tomber.

Plus elle avançait dans ses questions plus ses émotions envahissaient la grande pièce. L’air se faisait lourd et la tension était plus que palpable, comme un épais brouillard qui enveloppait tout ce qui se trouvait là. Erik n’avait pas de mal à maintenir extérieurement un semblant de calme face à ce que Keira pouvait dire mais intérieurement, il sentait que le contrôle lui glissait doucement entre les doigts. L’Aera, les expériences, son identité, etc. autant d’éléments qu’il s’était acharné à enfouir et qu’elle venait de ressortir. Pour ne rien arranger, son don, car c’est comme cela que cela s’appelle, s’amusait à amplifier l’intense tension qui régnait déjà. L’immense inquiétude de Keira affolait l’esprit d’Erik, sa colère le mettait hors de ses gonds et l’incompréhension de la jeune femme hébétait Erik.

Très vite, il ne put plus contenir ce torrent grandissant au fond de lui. Il serra au plus fort ses mains, plantant les petits bouts d’ongle de ses doigts dans sa chair afin de distraire son esprit. La douleur remonta jusque dans son bras, anesthésiant une partie des émotions parasites mais le forçant à trembler. Des images ou plutôt des flashs éphémères se collèrent à sa rétine lui rappelant un pan de son histoire qu’il arrivait à peine à se souvenir. Des couloirs ensanglantés, des cadavres en masses autour de lui, des douleurs atroces. Il s’agissait de réelles visions d’horreurs, sortis tout droit de son subconscient. Les menaces qu’elle pouvait proférer pour le secouer ne lui paraissait que de pâles actions insignifiantes.

Ses dernières phrases eurent l’effet d’une bombe. Le voile qui dissimulait son existence venait de se déchirer dans un fracas assourdissant, ne lui laissant aucune chance de contenir ce qu’il s’y cachait. Un flot de souvenirs remontèrent à sa conscience comme une marée de lave brûlante et dévastatrice. Sous l’effet de cette révélation, il se leva tranquillement, tentant vainement de maintenir les apparences. Il écarta la chaise de son bureau et au moment de se dégager de l’espace du bureau, ses jambes vacillèrent et il manqua de s’effondrer au sol. Sur son visage, rien ne transparaissait, mais ses yeux avaient changés. Si d’ordinaire, ils luisaient d’un gris argenté, à cet instant précis ils avaient pris une lueur incandescente, comme si quelqu’un avait rougi l’argent à la braise. Des reflets flamboyant cerclaient l’argent de ses iris dévoilant tout ce qu’il se passait au fond de lui. S’appuyant avec difficulté au bord de son bureau pour ne pas tomber, il fixa Keira avec un tout autre regard qu’il y a 5 minutes. Péniblement, il sorti quelques mots à son attention

- Ce… ce n’est pas à toi… que je ne fais pas confiance… Kei. C’est… c’est à moi.

En plus de devoir gérer ses forces mentales, il devait à tout prix empêcher son « don » d’intervenir. Dans ces moments de faiblesses, ce dernier avant tendance à agir à sa tête et Erik ne voulait pas que Keira en subisse une quelconque conséquence. Plutôt mourir que de lui faire du mal. Cette idée le fit frémir de tout son long avant de le paralyser.
Le doc était bien évidemment au courant de toute son histoire et de la situation. Jusqu’ici il n’avait jamais agi sans l’avertir de quoi que ce soit et il avait eu son aval pour s’isoler quelques temps. Ce dernier avait confiance en Erik et l’avait toujours soutenu. A présent, il devait être tenu au courant que la situation dérapait doucement. Fort heureusement, le vaisseau était actuellement en standby. Tentant d’atteindre une console plaquée contre un mur, Erik perdit son appui au bureau. Ses jambes, incapables de le soutenir, se dérobèrent en le faisant valser au sol. La chute se termina dans un fracas sourd et lourd. Sa tête heurta le sol avant de rebondir légèrement et de le recogner. Très vite, ses jambes se plièrent pour se plaquer contre son torse, les bras les entourant. Il ferma les yeux pour couper tout stimulus visuel mais même comme ça, la lueur flamboyante transperçait la fine peau qui formait ses paupières. Un son à peine perceptible sorti d’entre ses lèvres.

- Va-t’en …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Jeu 22 Aoû - 20:29
Keira reprit son souffle tout en accusant le coup. Elle venait vraiment de tout lâcher comme ça ? Se ressaisissant, elle grimaça, se trouvant un poil trop anxieuse. Ce n'était pas elle, elle n'avait aucune retenue en général mais pas au point de ne pas remarquer qu'un de ses potes tombait au sol pendant ce temps là !

- Erik... ?

La tension était palpable. Il répondait avec visiblement pas mal de difficulté à ses réflexions et Kei se mordit la lèvre en l'entendant dire ça. Pas confiance en lui ? Et ? En quoi ne rien ne dire aurait été utile ? Avec silence, elle contourna le bureau, ignorant royalement un vague murmure qui semblait dire qu'elle devait s'en aller. C'était dans ces moments qu'elle regrettait d'avoir tant bu de café. Et encore plus quand elle le vit recroquevillé sur lui-même.

- Hey... Tes yeux font une lumière bizarre.

L'humour était mal placé, la brune dégluti et s’agenouilla près de lui. Elle n'avait qu'une envie pour le coup c'était d'ouvrir en grand la porte de hurler un appel à l'aide mais également de se tirer de là en vitesse... Si on lui avait dit que sa grande gueule pouvait perturber quelqu'un à ce point. Elle s'en voulait pour le coup et son humour quoique glauque ne la réconfortait même pas. De plus, les yeux d'Erik lui flanquaient la frousse. On n'allait pas tergiverser, elle n'avait jamais vu Erik dans cet état mais déjà qu'il l'avait fait bondir quand il s'était déchainé sur Salin là oui, elle avait peur. Pour elle, mais aussi pour lui car c'était lui qui semblait souffrir en ce moment. Lentement, prudemment, elle posa sa main sur son omoplate et lui frictionna l'épaule. Il ne lui en fallut pas moins pour se ressaisir elle-même. c'était surement l'un de ses seuls points forts, elle ne savait pas garder une torpeur longtemps. Mais elle avait encore peur de lui, il ne lui expliquait pas ce qui se passait et faible d'esprit comme elle était, si elle ne pouvait pas donner d'explication à quelque chose Kei se braquait assez souvent.

- Bon sang Naomi tuerai pour voir ça mais honnêtement le rouge, ça te va pas on dirait un lapin albinos !

... Comment dire... Humour, à chier ! Néanmoins ça lui permettait de se maintenir au calme, du moins de ce qu'elle pouvait faire. Elle essayaot de rester calme, ne sachant pas trop ce qu'il se passait dans sa tête elle pensait avoir dit un truc de travers, mais Erik ne se reprenait toujours pas. La brune le força alors d'une main à tourner le visage vers elle. Si elle grimaça en croisant ce regard qui à son sens n'était pas celui d'Erik, du moins du Erik qu'elle connaissait, elle ne se mit pas à fuir en courant.

- Tu me fous la frousse car je ne sais pas ce qu'il t'arrive. Me laisse pas comme ça sinon on va être deux à paniquer...

Évidement. De son avis, Erik était entrain de paniquer. Quelle autre explication pouvait-il y avoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Jeu 22 Aoû - 21:54
Sa joue collée sur le sol ressentait le froid piquant des plaques métalliques qui recouvraient la pièce. Malgré que la pièce était chauffée, la surface conservait la température issue principalement de l'extérieure. La chaleur était quelque chose qui se transmets très bien à travers le métal, la plupart des endroits du vaisseau affichaient des températures quasi hivernales. De rares exceptions offraient un environnement plus chaud aux mercenaires et le bureau d'Erik en faisait partie. En fait, le sol était l'image de la sensation que le commandant donnait à ses hommes quand il leur parlait sur un ton glacial. Une jolie métaphore physique de ce qu'ils pouvaient ressentir. Mais à ce moment, le froid lui faisait du bien. D'énormes gouttes émergeaient sur son front avant de dégouliner le long de son visage pour s'échouer sur le sol. Et la différence thermique lui permettait d'atténuer le brasier qui l'habitait. Enfin, il s'agissait plutôt d'une tentative désespérée de le calmer qu'une réelle solution efficace.

En position fœtale, Erik tentait de fuir les visions qui s'agrippaient à lui. Des flashs qui, même les yeux fermés, défilaient dans sa tête comme des chimères. Son histoire, il la revivait, mais également des images qui lui était inconnues. Comme si quelqu'un s'amusait à lui intégrer des souvenirs qu'il n'avait pas. Keira avait ouvert une porte mais quelque chose y était entré en grand fracas.
Tout son corps tremblait, la douleur de ses ongles dans sa chair n'aggravait que plus sa situation. Doucement, de légères gouttelettes de sang apparurent sur ses mains. Elles emplirent les espaces vides entre les doigts, colorant chaque parcelle de peau sur lesquelles le liquide passait. Erik luttait de tout son long, de tout son être contre son démon intérieur. Son don, ou plutôt la chose qui sommeillait en lui s'amusait avec lui. Le faisant vaciller, réveillant des souvenirs douloureux pour l'affaiblir, ouvrant lentement des brèches dans ses défenses mentales.
Le problème n'était pas tant qu'il avait une histoire pénible enfouie au fond de lui. C'était plutôt qu'il était un être doté d'un pouvoir difficilement contrôlable. Son histoire ne l'aidait pas à maintenir ce pouvoir et c'est précisément pour cela qu'il s'impose une discipline de fer.

Couché sur le sol, il entendait Keira lui parler mais les mots ne parvinrent pas jusqu'à lui. Comme si une bulle s'était formée pour le couper de tout, le laissant profiter de sa lente agonie. Ses défenses tombèrent une à une face à la masse de son pouvoir. Petit à petit, il gagnait le contrôle du commandant.
A cet instant, il sentit une chaleur intense l'envahir au niveau de l'épaule. Il ne put l'identifier, mais elle lui faisait un bien immense. L'espace de quelques secondes, tout avait disparu excepté le froid des plaques. Il eut l'impression qu'il pouvait reprendre le contrôle et en finir avec cette situation. Sa main agrippa la manche de la pilote et la serra du plus fort qu'il pu. Ses doigts recouverts de sang tâchèrent le vêtement avant de s'enfoncer dans le textile.

C'est alors qu'elle le força à quitter sa léthargie. Ses yeux argents incandescents se ré ouvrit pour laisse place à une vision plus apaisante. La jeune femme le regardait, terrifiée. Il pouvait le voir et le sentir mais bizarrement, cela ne l'affectait pas comme d'habitude. Il croisa son regard et compris qu'elle ne le verrait plus jamais comme avant. Un monstre sommeillait en lui et il était presque en train de gagner le bras de fer. Cette pensée fit naitre une colère monumentale en lui. Il se redressa brusquement en écartant sèchement Keira. L'idée qu'il lui pouvait, par la seule force de son être, la blesser le rendait malade. Ses yeux brillèrent de plus belle à l'instant où le contact entre les deux mercenaires se brisa. Seulement voila, la douce trêve avait endormi l'esprit d'Erik qui ne put contenir la deuxième vague. A présent, il subissait plus qu'il ne contrôlait.

Dans un accès de force, il se releva rapidement et bouscula son bureau. Celui-ci vola en l'air comme s'il s'agissait d'une vulgaire boite en carton. Il se retourna violemment et fit voler tout ce qu'il contenait au quatre coins de la pièce. Erik était maintenant bien debout, le souffle court et rapide, comme s'il était un prédateur en chasse. Le sang qui couvrait ses mains commençait à dégouliner par terre, lui donnant de vrais airs de bêtes sauvages. Brusquement, il tourna sa tête en direction de la jeune femme, croisant à nouveau son regard. Au fond de lui, il lui suppliait de ne pas rester là. Il devait lutter de tout son être pour ne pas se retourner contre elle. Le peu de contrôle qu'il avait encore l'empêchait de la toucher. Si cela avait été quelqu'un d'autre, il n'aurait pu garantir sa survie, seule avec lui.

- J... je ne ... peux pas ...te protéger de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Ven 23 Aoû - 14:17
Keira n'en revenait pas de cette lueur rouge qui luisait sur les contours des yeux d'Erik. On lui avait dit parfois, enfin on l'avait accusée d'avoir les yeux qui crépitaient. Mais le voir, c'était autre chose. Si elle doutait du don d'Erik car il se refusait depuis quelques temps à l'utiliser sur elle, là au moins il était clair qu'il en avait un. Le commandant commença alors à prendre sa manche et à la serrer. Une odeur ferreuse pénétra les narines de la brune. Du sang ? Elle n'eut pas le temps de le constater que Erik s'extirpait de là d'un revers de main avant d'envoyer valser le bureau. Dire qu'elle avait toujours cru ce superbe meuble fermement encré dans le sol... Il se révélait être fait en carton plume ? Pareil pour le reste des affaires.

Lorsqu'elle réalisa ce qu'il se passait, il était trop tard. Elle ne contrôlerait pas son don, elle avait trop peur pour ça. Cela voulait dire, pas d'armes. Et les paroles d'Erik n'étaient pas pour la réconforter loin de là. Elle recula des coudes et des pieds en allant en arrière avant de chercher du regard quelque chose pouvant être une arme potentielle. Elle avait bien son arme mais malheureusement c'était un laten rouge qu'il y avait dedans... pas blanc. D'emblée, elle pouvait renoncer à l'attaquer.

Calée contre le mur, Kei eut tout loisir de l'observer et d'analyser la situation. Elle était sur le cul, sur un sol glacé quoique certainement pas autant qu'elle le pensait car quand même : on connaissait l'isolation spatiale en trois millénaires. Elle était aussi entrain d'observer un home au self control irréprochable se taper un trip de maracas sur un bureau. On pouvait ajouter le sang sur ses bras, les yeux sanguins... Si Keira n'avait pas su qui se cachait derrière tout ça elle aurait hurlé de trouille comme lors de leur première rencontre. Bon sang ce qu'elle avait eu peur ce jour là... Il fallait dire que jadis Erik avait utilisé son don sur elle. Même si cela avait changé depuis, la brune savait très bien de quoi il était capable. Elle avait juste tendance à l'oublier... Cette fois-ci, ça n'était pas pareil. Plus elle se calmait et plus elle le remarquait : elle s'inquiétait vraiment pour lui.

Deux choix. Soit elle retrouvait son contrôle et elle l'électrocutait jusqu'à ce qu'il tombe inerte, soit elle prenait le risque de finir dans le même état que le bureau et tentait de le calmer. Mais bon, elle savait être incapable de se concentrer assez actuellement pour cela : Erik remplissait la salle de tension, Kei n'y était pas insensible. Il n'était pas non plus invisible qu'il souffrait et avait du mal à retrouver son calme. Le taser ne servirait à rien si ça lui reprenait aussitôt qu'il se réveillait... Toujours certaine que ses soucis étaient en lien avec l'Aera, Kei s'avança alors doucement mais prudemment de lui. Elle ne voulait pas se comporter comme avec les endormis mais là elle devait le faire, ne serait-ce que pour qu'il ressente moins son stress.

- Erik, regarde moi.

La peur se diluait lentement mais surement. Elle lui prit le visage entre ses deux mains pour le forcer à la regarder et le regarda dans les yeux calmement, sans rien dire. Il était stressé, il avait peur, ça se voyait. Mais il était surtout en rage, ça ne lui ressemblait pas.

- Ca va aller, tu le sais n'est-ce pas ?

Doucement, ses doigts passèrent sur ses tempes. Elle, il n'y avait qu'un truc qui la calmait c'était l'espace. Mais ici on n'était pas dans une salle d'illusion donc il fallait qu'elle trouve d'autres moyens. A présent calme, elle murmura doucement.

- T'inspire, tu bloques.

Et elle surveilla qu'il le fasse, peu importe ce qu'il avait en tête. Elle l'observait dans les yeux, continuant à lui masser les temps doucement. Quand enfin elle lui demanda de relâcher, elle espérait que ça l'ait aidé. A vrai dire, Erik avait beau faire le fier et peu importe ce qu'il lui arrivait, Kei avait juste l'impression qu'il désespérait un peu. il ne demandait jamais d'aide, il avait peut-être juste besoin de ça, même s'il ne le disait pas. Et puis surtout à se calmer elle-même elle pouvait à présent le taser s'il refaisait le moindre geste brusque. Par par crainte, pour le protéger de lui-même.

- Laisse-moi me protéger seule, ok ? Et laisse-toi aller, je suis là.

Elle savait qu'il risquait de péter un câble mais si elle restait calme et présente c'était bien pour ça. Elle était certaine qu'Erik pouvait tout surmonter mais il fallait qu'il se ressaisisse, trouve un encrage et surtout qu'il souffle. Collant son front contre le sien, elle continua son petit manège en espérant qu'il parvienne à trouver en lui la force de se calmer. Oublier qu'il avait du sag sur le smains, c'était aisé... le bureau gisant lamentablement à côté d'eux un peu moins,e t elle se sentait presque un peu ridicule de faire ça mais sinon c'était plutôt agréable, elle lui sourit et rouvrit ses yeux dans les siens, continuant.

- Ça va mieux ?


Dernière édition par Keira Nelson le Ven 30 Aoû - 8:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Jeu 29 Aoû - 18:48
Il s'était écroulé sur ses genoux, la tête entre les mains de Keira, il portait son regard dans le vague sans remarquer qu'elle plongeait ses beaux yeux bleu dans les siens. A cet instant précis, son corps subissait le contact avec la jeune femme mais son esprit était bien trop occupé. Pourtant, cette douceur inhabituelle qui le frôlait lui faisait énormément de bien. Non pas qu'il proscrivait tout contact physique, mais qu'il ne tolérait que les liens platoniques. Après tout, Erik restait humain et était muni d'un corps éprouvant certains besoins. Tout cela ne nécessitait pas d'émotions particulièrement puissante comme la tendresse voire même l'amour. Non, c'était des concepts qu'Erik repoussait ardemment. C'est en situation de plus grande faiblesse qu'il pouvait ressentir les effets dévastateurs de la douceur sur son âme en peine. Car en autre temps, sa carapace aurait été trop épaisse pour laisser passer une telle chose.

C'est au moment où son esprit était occupé à des tâches plus vitales que son corps pouvait se laisser toucher par ces émotions. Car en effet, il était occupé. Sa tête allait exploser sous la tempête qui régnait en lui. Il avait depuis si longtemps enfermé une partie de lui qu'elle s'était libérée avec la férocité d'un lion. Le vieil adage disait que si on chassait le naturel, il revenait au galop. Dans ce cas-ci, même la plus rapide des bêtes hippiques n'aurait pu rivaliser. Ses défenses mentales avaient cédées sous le poids, elles pourtant rodées par des années d'expériences. Il se retrouvait, de fait, exposé à ce qu'il a toujours craint et refoulé. Il avait été façonné pour une utilité précise et les douleurs du passé ne faisait qu'alimenter sa rage.

Heureusement pour lui, ce n'était pas la première fois que cela arrivait. Des pertes de contrôle, il 'en avait pas régulièrement, mais cela s'était déjà produit. A genoux dans son bureau, il pouvait encore maîtriser ses bas instincts et empêcher que la situation tourne en massacre. Enfin, pendant un temps. Car en effet, même le plus solide des bateaux ne tiendrait pas indéfiniment face à une tempête déchaînée. Car c'était bien cela, une tempête prête à engloutir tout ce qui se trouvait à sa portée.

Vaillante ou complètement barrée, Keira faisait face à ce début de tempête. Elle tentait, par ses propres moyens, de lui faire reprendre le contrôle. L'esprit trop occupé à se torturer, Erik n'écoutait pas la pilote à moitié paniquée. Toutefois, son corps suivait le rythme imposé de respiration. Dans une oscillation parfaite, le couple respirait ensemble. Elle le forçait à respirer, à calmer son apport d'oxygène afin d'alimenter plus sereinement et plus efficacement son cerveau en surchauffe. A l'heure actuelle, les liens entre le physique et le mental ne sont plus à prouver, seulement chacun en est réduit à trouver et comprendre les ponts qui relies les deux. Peu à peu, la bataille pour le contrôle penchait pour Erik. Mais pas seulement à cause du rythme oxygénation. Mais surtout parce la jeune femme a réussi à chasser ses émotions négatives. Erik, qui il y a encore quelques minutes, était alimenté par de la colère de la peur et de l'angoisse en la personne de Keira, recevait, à présent, une toute autre énergie de cette même personne. Etant un réceptacle amplifiant, le commandant subissait les émotions que les autres lui projetaient. Ça, en plus des révélations manquant cruellement de tact de la part de la pilote avait eu raison de lui.

Sans toutefois comprendre ce qu'elle disait, il respirait sainement et se calmait petit à petit. Ses muscles qui s'était durci comme du béton s'autorisait à lâcher un peu la corde. La lueur de ses yeux s'estompait à force qu'elle lui massait les tempes. De son côté, il tentait de gérer cette envie intense d'exploser et de tout détruire, de laisser libre court à sa colère. Mais au moment où les paroles de Keira passaient par la case compréhension, il eut une drôle d'impression. Le fait est que dans ces moments là, littéralement rien ni personne ne peut l'arrêter, comment peut-elle espérer se protéger d'une vague de peur destructrice ? De plus, il était impensable qu'il se laisse aller. Il devait garder le contrôle, il devait maintenir la tension continue, garder l'animal en cage, sous peine de ne plus rien gérer. Une colère impressionnante, sortie de nulle part, l'envahi à nouveau, presque sans raison. Sa respiration s'accéléra et ses iris recommencèrent à luire de manière incandescente.

C'est à ce moment qu'il comprit que Keira n'était pas seule responsable du déchaînement des éléments. Quelque chose nourrissait chaque doute, chaque peur qui l'habitait à l'instant présent, quelque chose qui n'appartenait ni à la jeune femme, ni même à lui. Comme si on lui injectait quelque chose qui ne lui appartenait pas. Les mains sur ses genoux se crispèrent et alors qu'il avait baissé les yeux sous l'effet apaisant, il les releva aussi sec. Son regard croisa celui de la pilote, et le sourire de cette dernière ricocha sur son indifférence.

- Tu ne comprends dont pas que je ne peux pas me laisser aller

Sa voix glaciale avait laissé place à une teinte de colère, un timbre plus rauque et plus grave. L'espace d'un instant, on aurait pu croire qu'il était possédé. Ce qui en soit, n'était pas forcément un mensonge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Jeu 29 Aoû - 22:09
La brune continua de l'apaiser comme elle le pouvait un bon moment. Et à dire vrai elle-même se calmait grâce à cela. Elle attendit longtemps : du moins de son point de vue. Doucement, le souffle d'Erik s'allongea, se fit plus discret, silencieux. Ses muscles se détendirent comme un chat sous les caresses. Sauf que là on partait d'un homme extrêmement tendu à... un homme tendu, aussi la différence ne sembla pas évidente, mais Keira l'observait et cela la rassura elle-même Les yeux ardents d'Erik eux aussi repassèrent au gris argenté qu'elle lui connaissait. Un gris si clair que ses yeux semblaient aussi limpides que de l'eau de roche, une auréole plus sombre dégageant des sortes de mouvement nuageux de moins en moins ombrageux... Mon dieu. Elle divaguait là. Il ne pouvait pas y avoir d'effet dans ses yeux, à ce qu'on sache les iris n'étaient pas mobiles à ce point. Mais le spectacle restait tout de même envoutant.

Et puis elle parla de se relâcher, qu'il se laisse enfin aller. Rien que ça suffit à l'attiser à nouveau. Elle l'observa alors se redresser, bouillir à nouveau comme si elle avait dit une connerie monumentale et recommencer à luire une lumière rougeoyante avec ses yeux. Ça y est ça le reprenait... mais cette fois-ci i semblait comme posséder par autre chose et lui posa une question qui lui sembla sordide par rapport à l'état de ses yeux.

- Tu ne comprends dont pas que je ne peux pas me laisser aller

Quoi ? C'était cette simple phrase qui l'avait énervé autant ? Elle l'observa, abasourdie. Ses yeux rouges la mettait mal à l'aise mais sa question lui restait en tête. Erik recommençait à bouillir de rage, ça se voyait. Même sa voix avait vibré différemment... Bon, au moins ça lui allait mais là n'était pas la question. La brune songeait à quelque chose pour rapidement le calmer. A vrai dire, elle ne réfléchit pas longtemps au pour ou au contre. Elle s'empara de son visage à deux mains et l'embrassa purement et simplement. kei n'était pas connue pour y aller mollo mais en général ses aventures ne s'étaient jamais plaint de passer par la fenêtre. Elle l'embrassa doucement, tendrement même mais prolongea peut-être plus qu'il n'aurait suffit pour choquer un homme tel qu'Erik et le stopper dans ses pires foudres. Lorsqu'elle se sépara de lui, elle lui sourit doucement et souffla les mots plus qu'elle les dit.

- Là, tu te sens comment ?

Elle ne pouvait nier avoir apprécié son contact mais il y avait toujours cette inquiétude qu'il ne comprenne rien à rien, et continue à s'emporter. Elle voulait juste lui faire comprendre que tout le monde avait une solution pour ça : elle elle passait ses journées de repos à faire le tour des boites et des soirées. Et même s'il s'emportait davantage que les autres, lui aussi devait surement avoir moyen de se lâcher un peu, d'aller juste un peu mieux un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Sam 31 Aoû - 7:39
Sa bataille interne pour le contrôle de ses actes faisait toujours rage. Il était en pleine recrudescence après une inexpliquée montée de colère et de haine. Keira avait fait ce qu'elle pu pour le calmer mais cela les dépassait pour que ces tentatives soient aussi efficaces qu'espérées. Toutefois, la jeune femme avait plus d'un tour dans sa manche et était loin d'avoir baissé les bras. Voyant que ses efforts de le calmer se soldèrent par un échec cuisant, elle décida de changer d'approche.
Erik, lui, était perdu et devait subir la situation plus qu'il ne pouvait agir. Cela le frustrait énormément de voir que peu à peu, ses parties noires refaisaient surface et qu'elles voulaient s'exprimer dans la douleur et la souffrance. Il tentait mentalement de contenir cet énorme pouvoir, comme si une troupe de chasse tentait désespérément de maintenir enchaîner un mastodonte Narven.

Alors qu'il perdait de nouveau conscience du monde qui l'entourait, il sentit une pression sur ses joues et ses tempes. Quelque chose le pressait et s'arrangeait pour garder la prise ferme, l'empêchant de s'y retirer. Il comprit rapidement que Keira avait décidé de le maintenir avec ses douces petites mains et ce n'est que l'instant d'après qu'il en compris la raison. Il sentit sur ses lèvres, séchées par les événements, celles de la jeune femme tout aussi sèches. Elle avait agit fougueusement, comme par instinct, et cela se sentait. Malgré cela, elle n'avait pas été brusque, que du contraire.

Subitement, l'ivoire des yeux du commandant se refroidi pour regagner sa couleur d'origine. Toute sa crispation se dissipa et d'un coup, sans raison logique et scientifique, tous ses muscles se relâchèrent. Son cerveau dû mettre quelques instants pour comprendre ce qu'il se passait. L'instant d'avant, il était sur le point de déclencher une tornade dévastatrice et à présent, il retrouvait le calme paisible qu'il s'évertuait à entretenir. Au moment où Erik comprit la situation, il s'écarta brusquement de la jeune femme. Hébété, fatigué et confus, il la regardait, les yeux vides, sans réellement comprendre ce qu'il se passait. Venait-elle de l'embrasser ?

L'idée même qu'elle eut fait ce geste inattendu dérangeait le commandant. Il avait toujours connu Keira, elle était sa protégée et même s'il la trouvait physiquement jolie, il ne s'était jamais, en tout cas consciemment, senti attiré. Cette pensée fit naître une ébauche de grimace sur son visage rongé par la souffrance et la colère. Mais il avait beau dire et beau faire, ce qui venait de se passer ne l'avait pas déplu. C'était d'ailleurs ce fait là le plus dur à avouer, c'est précisément ce sentiment là qui le faisait grimacer.
Toujours est-il que ce qu'elle venait de faire avait fait le ménage plus efficacement que tout ce qu'il avait déjà pu tester auparavant. Elle venait de le calmer et de dissiper toute perte de contrôle d'un geste de la main. La pilote l'avait toujours étonné pour les ressources qu'elle savait déployer, l'intelligence dont elle faisait preuve et les compétences qu'elle avait acquises, elle continuait à le sidérer. Pas étonnant qu'elle soit destinée à diriger un jour cet énorme rafiot...

Assis de l'autre côté, dos contre le mur, Erik continuait de dévisager Keira. Son regard s'intérrogeait sur ce qu'il venait de se passer. L'avait-elle vraiment fait ou était-ce qu'une illusion ? Son esprit embrouillé avait du mal de voir les choses clairement. Il devait avoir l'air ridicule et ses premiers mots le furent tout autant

- Qu'est ce que tu m'as fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Sam 31 Aoû - 13:18
Keira eut à peine le temps d'écarter ses mains qu'Erik fonça littéralement se heurter le dos contre le mur. Elle l'observa avec un grand étonnement sans réellement comprendre pourquoi il réagissait de cette façon. De son point de vue ce n'était qu'un baiser. Peut-être n'appréciait-il pas qu'on y mette la langue ? En tout cas elle sembla aussi hébétée que lui, mais plutôt à cause de sa réaction. La lueur au fond de son regard avait disparu, preuve cependant que ce contact avait eu l'effet escompté. Keira pouvait voir qu'Erik semblait moins absorbé par ses songes, ce qui la rassura... jusqu'à ce qu'il sorte une bourde phénoménale.

- Qu'est-ce que tu m'as fait ?
- Euh... Pardon ?

Kei haussa un sourcil et l'observa, aussi hébétée que lui cette fois. On récapitule. Un simple baiser le mettait dans cet état là ? Elle savait (enfin croyait) qu'il n'avait pas de vie sexuelle, mais à ce point ! Bon certes, à la base c'était pas prévu. A vrai dire pour le coup ça avait réellement été... instinctif. Mais ça avait marché, non ?

- Ce qu'il fallait pour que tu te ressaisisse peut-être?

Elle s'y essayait, elle s'y essayait vraiment ! Mais non, ça se voyait qu'elle ne savait pas mentir ni essayer de donner une autre image à ce qu'il s'était passé en arrondissant les angles...

- Bon ok je t'ai embrassé, c'est pas la mer à boire ! Et puis ce n'est pas comem si tu ne me l'avais pas rendu, tiens.

Là dessus elle se massa le bras, embarrassée. Sur le coup ça lui avait semblé être une excellente idée, mais maintenant elle se rendait bien compte d'à qui elle avait fait ça. Erik n'allait peut-être pas s'en remettre. Elle soupira doucement, se leva et alla s'adosser contre le mur où il était, glissant le dos contre celui-ci pour s'asseoir les jambes recroquevillées contre son corps. Elle l'observa, embêtée.

- Désolée, je savais pas quoi faire pour que tu te ressaisisse.

Elle se massa la nuque et regarda au loin, étrangement gênée pour le coup. Ce qu'elle aurait voulu c'est qu'ils passent rapidement à autre chose... Elle avait toujours fuit ce genre de moment de trouble car elle ne savait pas y faire face. Un peu prise au piège à avoir agit comme à l'habitude, elle toisa Erik en espérant qu'il aurait une meilleure réaction qu'elle face à tout ça. Car elle, tout ce qu'elle réussit à enchainer fut une connerie comme elle en était capable dans ce genre de situation :

- Tu sais que t'embrasse comme un dieu ?

Kei, le retour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Ven 6 Sep - 11:33
L'air était saturée des émotions des récents événements. Quiconque rentrait à cet instant aurait pu deviner qu'il s'était passé quelque chose de fort, et au vue du bureau retourné, la déduction coulait de source. Un bazar indescriptible trônait sur cette pièce faisant office de bureau. Des documents, des affaires, des dossiers, etc. Autant d'accessoires, qui, d'ordinaire étaient bien rangés, remplissaient la moquette telle une mosaïque de mauvais goût. Difficile pour Kei de ne pas marcher sur quelque chose à chaque pas alors qu'elle se dirigeait vers son commandant. Assise près de lui, on pouvait sentir tout son embarras. Il fallait lui accorder, elle avait dû agir plus par instinct que réellement suite à une intense réflexion. Dans ces conditions, difficile de reprocher quelque chose de sérieux... Quoi que ...

Erik avait les jambes tendues sur le sol et son dos bien droit contre le mur. Du coin de l’œil, il avait observé la jeune femme s’asseoir pas très loin de lui. Sa respiration rapide trahissait son état d'esprit encore tendu, malgré ses efforts de dissimulation. Il avait repris le contrôle, subitement, suite à l'intervention de Keira. Plus que tout le reste, c est ce fait là qui le troublait le plus. Il ne savait pas comment interpréter ce qu'il venait de se passer et comment réagir. Son geste n'était pas anodin et pas dénué de sens. Même pour elle qui agit beaucoup par impulsion plutôt que par réflexion, cet acte avait un sens. Même un fou aurait pu le dire aveuglément. Quant à comprendre tous les tenants et les aboutissants, il s'agissait d'une autre pair de manche.

Pour l'heure, elle marquait un point. Elle avait réussi, de manière la plus efficace qui soit, à arrêter le déchaînement qui le ravageait. Sa colère s'était apaisée instantanément et sa carapace pu se re-solidifier aussitôt, enchaînant toutes ses zones d'ombres au plus profond de son être. La situation n'était pas résolue, mais pour le commandant, tout était revenu à la normal, c'est l'unique chose qui comptait. Sa question était sortie toute seule sans qu'il ne puisse la maîtriser. Il s'était bien rendu compte, après coup, que la jeune femme l'avait embrassé. Même dans l'état où il était, il pouvait le sentir. Un tas de choses se bousculaient dans sa tête. Des séquences de ce qu'il venait se passer, des questions sur le pourquoi du comment, de l'embarras pour la nouvelle situation avec Keira, etc. Tout ça, lui donnait un mal de crâne carabiné. Il avait beaucoup souffert mentalement et son corps le lui transmettait comme il pouvait.

Il devait le reconnaître, elle avait le chic pour le faire sortir de ses gonds. Mais c'était la seule personne à savoir le calmer. Et encore une fois, elle l'avait prouvé. Il sentait qu'elle se tortillait dans tout les sens sur sa droite, se massant telle partie du corps, posant son regard sur lui, gigotant avec ses pieds. Et ses efforts pour ne pas paraître gênée par la situation était comme à son habitude maladroit. Cette idée le fit sourire intérieurement. Elle avait toujours beaucoup de mal à retomber sur ses pattes quand il s'agissait de contacts sociaux.

Au moment où il comptait la remercier de ce qu'elle venait de provoquer chez lui, il dû se retenir pour ne pas étouffer. Sa dernière intervention était du grand art. Une chose était sûr, elle savait sortir des phrases parfaites pour toute situation.

- Tu sais que t'embrasses comme un dieu ?
- Pardon ?

Celle-là non plus il ne put l'empêcher de sortir. C'était un peu comme un réflexe. L'impulsion électrique n'était pas passée par le cerveau et avait directement été détourner en ordre pour la bouche et les cordes vocales pour dire ça.

- Mais tu veux me tuer ou quoi ?

Il avait beau cadenasser toute émotion, il sentait au fond de lui que ce qu'elle venait de faire ne le laissait pas indifférent. S'il avait dû réagir de but en blanc à ce baiser, il aurait avoué avoir apprécié. Seulement, tellement de choses rentraient en ligne de compte une fois que l'on prenait du recul. Comme pour agir sur ses paroles, il décida de se lever et prendre un peu de distance et avoir les idées plus claires. Mais aussitôt qu'il décolla les fesses du sol à l'aide de ses bras, ces derniers en décidèrent autrement et lâchèrent, le faisant retomber lourdement sur le sol. Dans un soupir étouffé, il comprit qu'il était condamné à faire face à sa protégé qui le regardait fixement, comme si elle attendait un éclair de génie de sa part. Elle s'imagine peut-être qu'en qualité de commandant, Erik savait gérer toutes les situations, même les plus embarrassantes. Si c'est ce qu'elle avait en tête, ils allaient se regarder encore longtemps à savoir qui prendrait la parole en premier.  

Abandonnant l'idée de se redresser, il replia ses jambes pour former un triangle avec le sol. Il en profita pour appuyer ses bras sur ses genoux et put constater que du sang commençait à coaguler sur ses mains et ses poignets. Un éclair le parcouru et brusquement il se tourna vers Keira. Dans un balbutiement à peine compréhensible il lui adressa une question :

- Je t'ai blessé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Dim 8 Sep - 11:46
La brune l'observa avec un sourire allant jusqu'à ses oreille, finalement TRES fière de son petit effet. Si elle arrivait encore à le choquer après tout ça c'est qu'elle lui avait réellement fait un sacré effet tout de même. Oui elle aurait pu aussi se vexer qu'il pense qu'elle veuille le tuer mais en réalité quand on réagi si violemment c'est bien qu'on est chamboulé à un certain point, non ? Donc elle souriait, d'humeur taquine et réussi à du coup à se détendre un peu plus... Elle en avait besoin. Pour une fois, elle s'efforçait de ne pas le montrer mais elle avait réellement eu peur pour lui : voir qu'il réagissait normalement était donc plus rassurant qu'autre chose.

La fébrilité d'Erik cependant l'interpela. D'ailleurs ça la fit grimacer un peu, elle ne l'avait jamais vu dans un tel état qu'aujourd'hui mais ça faisait son effet. Mieux valait qu'Erik reprenne ses nerfs en main avant qu'ils sortent de cette pièce. Elle observa le bureau qu'il avait renversé d'un coup de bras, les débris un peu partout par terre, et soupira. Au final ils n'allaient rien pouvoir expliquer par rapport à ça. La pièce devait déjà être fichtrement insonorisée pour qu'aucun son n'ait alerté les gardes dans le couloir. ... le personnel d'entretien n'allait pas s'en remettre.

La brune fut alors sortie de ses pensées sur le pourquoi d'une bonne excuse dans ces circonstances alarmantes par un Erik fortement inquiet sur la cause du sang sur ses mains. Keira l'observa, intriguée et nia de la tête. Il ne l'avait pas touché. Il ne s'en souvenait pas en plus du reste ? dos contre le mur et jambes repliées contre elle, elle enlaca ses jambes en l'observant, songeuse. Elle prit son poignet le plus proche, le retourna doucement et avisa les traces d'ongles enfoncées.

- Tu t'es fait ça tout seul, Erik.

Ce qui ne l'empêcha pas de garder sa main dans la sienne, songeuse. C'est qu'il s'était bien amoché... Et cette idée lui déplaisait fortement. Elle se reprit et l'observa dans les yeux avant de sourire, essayant de donner le change en parlant d'un autre sujet.

- Alors, comment vas-tu expliquer ce qui est arrivé ? C'est que...

Elle inclina a tête pour essayer de trouver au moins un mètre carré n'ayant pas été saccagé par un outil de bureau ayant volé de ça ou là... mais honnêtement c'était vraiment le bordel. Un vrai, bon, gros, bordel. Elle regarda Erik, le bordel, la moue songeuse, scrutant le tout et repassant de l'un à l'autre. N'importe qui allait croire que soit kei avait tenté d'agresser erik, soit l'inverse soit un truc stupide. Quoique. Non, non finalement, hors de question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Lun 16 Sep - 11:04
La douceur de Keira le sortit de son inquiétude. Elle venait d'empoigner sa main pour en observer les marques. A son tour, Erik les scruta et se rendit compte qu'elles avaient été faites par ses propres ongles. Dans la foulée, il avait dû s'infliger ça pour tenter de détourner son esprit. Visiblement, cela n'avait pas dû fonctionner à merveille. Pour ça, pas besoin d'être sorcier, suffisait de voir l'état de la pièce pour s'en rendre compte. L'énorme bordel qui régnait dans la pièce était la preuve que l'espace de quelques instants, il n'avait pu contenir sa zone d'ombre.

Il inspira profondément et soupira tout ce qu'il avait dans les poumons, profitant de la main de Kei pour puise des bonnes ondes. Cette expiration lui permit de lui remettre les idées en place. Il avait perdu le contrôle et ne se souvenait que de vagues brides. Tout était flou dans son esprit brumeux. Pourtant Kei était là, souriante, rassurante. Un frisson le parcouru à l'idée qu'elle ait dû affronter cela seul et qu'en plus, la menace venait de lui. Même s'il était rassuré sur le fait qu'il ne l'ait pas touché, cette scène avait dû réveiller beaucoup de questions chez la jeune femme. A moins qu'au contraire, ça ait répondu aux interrogations qu'elle avait partagé avant cela.
Son Erik, son commandant, devant elle, faible et épuisé, sa carapace complètement retournée, sa vraie nature véritablement mise à nu. Tout ce qu'il avait tenté d'éviter, s'était déroulé de la pire manière qui soit. Elle devait en être dégoûtée, cela avait dû faire fuir toutes ses illusions. Son ego venait d'en prendre un sacré coup et sa fierté avait été amputée de sa majeure partie.

C'est alors qu'il retomba sur un fonctionnement qu'il a toujours appliqué : le repli. Face à l'adversité sociale, face à la confrontation et doute de ce qu'il était, il avait toujours agi de la sorte et cela l'avait toujours aidé à se préserver. Se coupant de tout, refermant doucement sa carapace. Il retira vivement sa main de l'emprise de la jeune femme pour former une boule avec son corps. Un véritable ermite s'enfonçant dans sa coquille. Son but n'avait pas été de repousser Keira mais ce comportement de repli en était presque devenu instinctif, comme une sécurité basique qui s'activait sans qu'on ait besoin de l'enclencher.

Couvert de honte, il se sentait pitoyable. Il n'avait déjà pas su lutter contre lui-même et maintenant, il s'exposait complètement à Keira. Personne ne devait savoir, personne ne devait être au courant afin que personne ne puisse le prendre par ses faiblesse. Aujourd'hui, il avait échoué sur toute la ligne. Il s'imaginait ce qu'elle pouvait bien se dire et tentait d'en balayer les idées qui remontaient.

Il lui fallait juste le temps de ravaler tout ça, comme un benne qui avalerait tous déchets, puis tout serait comme si de rien était. Il le sait, ce n'était pas la première fois qu'il devait s'isoler de la sorte. Il se relèverait et tout n'aura été qu'un mauvais souvenir, sauf que là, il n'était pas seul. Naïvement, il pensait pouvoir avaler et passer à autre chose sans que ça n'ait de conséquence. Qui peut prétendre tout garder pour lui sans que ça n'ait le moindre impact sur sa misérable existence ? Même un terrien aurait compris qu'il se construisait une bombe à retardement. Seulement voila, difficile de changer de fonctionnement quand toute votre vie vous n'avez appliquez que ça. Les gens n'aiment pas changer pour l'inconnu, préférant rester sur ce qu'ils connaissent, même s'ils doivent en payer le prix fort. Fort heureusement pour cette fois, le prix d'un bureau, c'est pas énorme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Lun 16 Sep - 19:13
Pour une fois Keira arrêta de sourire avec suffisance. Elle avait toujours l'air fière et revêche pour la bonne raison qu'elle était adepte de l'auto-persuasion. Je vais bien, tout va bien... Ca va mal, tant pis. On continue, tout avance alors pourquoi pas soi-même ? Étrangement ça marchait. c'était dur, chiant, mais au moins si elle voulait crier elle le faisait, si elle voulait rire elle le faisait.. A se retirer ces envies d'hésiter, ces "et si", elle imaginait être heureuse. L'imaginer avait le don d'améliorer les choses autour d'elle avec le temps, de détendre l'atmosphère pour certains. Est-ce qu'elle l'était vraiment ? ... Elle s'interdisait d'y réfléchir. Ça aussi, c'était regarder en arrière. C'était peut-être un peu pour cela que son élément était l'électricité : elle prenait les chemins qu'on lui ordonnait de prendre : et les gens avaient intérêts à avoir mit les bonnes résistances sur son chemin. Elle allait tout droit, ne reculait pas... Pourquoi pensait-elle à cela d'un coup ?

A dire vrai elle se sentait étrangement vide pour une fois. Elle observa doucement Erik et ne put que se demander si ce sentiment ne venait pas de lui mais non. Elle était juste... calme. Sourire et le motiver l'avait pour une fois épuisée au point qu'elle ne pouvait qu'être sérieuse et se montrer elle aussi à nu. Après tout, qui était-elle pour exiger ça de lui si elle ne faisait pas aussi cet effort ? Le carnage autour d'eux ne lui faisait franchement rien et elle n'avait pas peur. Elle avait temporairement abandonné l'idée d'en demander davantage à Erik, mais elle l'observait. Elle avait l'impression de le redécouvrir, non pas à cause de la crise qu'il avait faite mais de ce qu'elle voyait maintenant. Déception, frustration... il lui semblait insatisfait. Elle serra cette main qui était dans la sienne, cherchant son regard et lui sourit. Elle savait qu'il avait ce don pour lire en les autres mais peut-être ne le faisait-il pas, sinon jamais il n'aurait eu cette mine là.

- Lis en moi, là de suite.

Elle ne le lâchait pas, elle attendait. Il fallait qu'il comprenne qu'au contraire, elle était rassurée. Rassurée de savoir qu'il était atteignable, qu'elle pouvait lui être utile... Elle avait envie qu'il comprenne que si elle s'inquiétait c'était pour lui et non pour elle-même, et que là sur l'instant non elle n'avait pas d'inquiétude. Elle était juste calme, un peu comme après une grosse tempête. Vidée de toute ses envies d'accélérer et bousculer les choses, on pouvait déceler en elle une intelligence qu'elle se plaisait à cacher. Elle cernait vite les gens : et correctement. Quand elle cherchait à bousculer certains c'était pour mieux les comprendre, les cerner afin de mieux avancer avec eux. Là elle avait enfin pu lire à sa manière en Erik et sa confiance en lui n'en était que renforcée. Elle voulait vraiment qu'il comprenne que s'être dévoilé même un peu : là, depuis qu'il s'était calmé et avant qu'il ne se referme à nouveau, ça lui avait plu... peut-être plus qu'elle ne pouvait le comprendre elle-même car même si elle cernait les autres elle ne savait faire ce travail sur elle mais il n'y avait rien qui la dégoutait en Erik.

- Fais-le, s'il te plait.

Elle resta là, main refermée sur la sienne en l'observant dans les yeux. D'aucune manière elle n'hésitait, elle lui demandait rien de moins que d'au moins essayer. Il refusait de parler de son passé, d'accord. Mais qu'il fasse ça, au moins pour elle car cela se voyait, elle y tenait. La brune ne savait pas pourquoi mais de ce qu'elle avait vu dans ses yeux, cette hésitation, elle préférait ne pas en être la cause. Et puis... il fallait le dire, rassurer un tel homme ça faisait enfler les chevilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Lun 16 Sep - 21:59
Son âme avait été mise à nue, il avait juste l'impression de se retrouver en sous vêtements dans un froid polaire. Tout lui brûlait la peau, lui mordait la chair et lui glaçait les os. Il ne s'imaginait pas devoir partager ce moment avec quelqu'un, quel qu'il soit. Keira était une des plus importantes à ses yeux. Mais elle ne pouvait pas le voir aussi faible. Comment pourrait-elle encore le respecter ou même le regarder dans les yeux sans repenser à ce moment pitoyable ? Cette pensée le dégoutta et lui donna envie de vomir. Fort heureusement, il n'avait pas mangé depuis un bout de temps et rien ne serait sorti de son estomac. Le tout grand et puissant Erik, réduit à se morfondre sur lui-même pour reprendre ses esprits, quel spectacle affligeant.

Pourtant, la jeune femme était toujours présente et lui partageait sa douceur, comme si cela ne l'atteignait pas. Le commandant balaya cet espoir d'un battement de cil et tenta de se ressaisir. Il se secoua la tête, comme pour en chasser les idées noires, puis, regarda à nouveau la jeune pilote. Les yeux verts perçants son esprit l'épiait avec une bienveillance déconcertante. Pour Erik, ce regard était quasi inconnu à son répertoire et dû lutter pour le soutenir.

La demande de la jeune femme était particulière. Dans un premier temps, le commandant ne comprenait pas ce qu'elle voulait. Trop préoccupé par son ego, il n'avait écouter qu'à moitié. C'est petit à petit qu'il comprit ce qu'elle voulait de lui. Par son regard, son sourire, ses joues, etc. Tous les muscles de son visage passaient un message qu'Erik aurait été incapable de reproduire sur le sien. Délaissant peu à peu ses préoccupations narcissiques, il se rendait compte qu'il ne sentait rien. D'habitude, les émotions fortes émanant de la jeune femme envahissaient toujours le commandant. Elle a toujours eu l'art de le submerger de tout et de rien. Un brin de colère, un chouillat de stress, une pincée de joie intense, etc. Autant d'émotions qui bouillonnaient vivement à l'intérieur de la jeune femme. Seulement, à cet instant précis, Erik ne sentait rien. Les émotions fortes, il ne devait pas y prêter attention, elles venaient à lui automatiquement. Tandis que les autres, il devait des fois creuser pour les dégoter.

Lire en elle, c'est ce qu'elle voulait. Elle voulait qu'il comprenne qu'à cet instant, elle était bien, elle était calme et détendue. Qu'elle n'avait pas besoin de déployer une énergie folle pour montrer qu'elle existait. Non, elle existait sans ça, elle existait en tenant la main du commandant, en le regardant même dans ses plus bas instincts.
Aussi bénéfique que cela pouvait être. S'imaginer tout cela était dur pour Erik. Il avait dû mal à accepter que Keira puisse l'accepter malgré ce qu'elle venait de voir. Par mesure de précaution, il s'enfonça un peu plus dans la bulle qu'il avait formé avec son corps, tentant de se dégager encore de l'étreinte de la pilote. Au fond de lui, il s'étonnait positivement de l'aura de Keira mais ses défenses furent plus fortes ce coup ci.

- Et qu'est ce que tu veux que j'y trouve ?

Cinglant et claquant. Merci Erik pour cette intervention des plus judicieuses. Dans sa tête, il se disait qu'il devait au plus vite enrayer le désordre qui régnait en lui. De nouveau, il faisait appel au fonctionnement qu'il avait toujours appliqué dans ces cas là : froideur et distance. Même si cela voulait dire qu'il fallait gifler avec les mots...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Lun 16 Sep - 22:20
Le sourire de la brune s'effaça rapidement après la réflexion quelque peu froide d'Erik. Il était sérieux ? Quoi lire ? Mais quel abruti... Kei ferma les yeux un temps, le temps de se remémorer qui elel avait en face d'elle pour éviter de dire quelque chose qu'elle aurait regretté plus tard : oui, pour une fois elle réfléchissait avant de parler. C'était rare, les cas comme ça. Et le type qui risquait de la ramener à la normale n'était rien d'autre que celui pour qui elle se cassait le cul : Erik. De son autre main, elle le força à la regarder dans les yeux et lui répondit du coup :

- Lis en moi réellement bordel...

Elle savait qu'il était capable de connaitre les moindres émotions des gens mais là il survolait, ne voulant pas se blesser ou refusant de se confronter à la réalité. ... Les deux pouvant aller ensemble. La brune ramassa ses jambes pour se mettre en tailleur, lâcha la main d'erik pour apposer sa seconde main sur son visage et le forcer à la regarder dans les yeux.

- A moins que la myopie existe chez les empathes et en ce cas je ne pense pas être plus proche de toi physiquement pour que tu puisse y voir clair, je sais que tu sais sonder les émotions les mieux dissimulées alors pour une fois fais le sur moi, ok ?

C'était surtout qu'elle ne savait pas mettre des mots dessus. Une sorte d'affection plus grande qu'avant à l'égard d'Erik naissait en elle et c'était loin d'être de la pitié. Une sensation de sérénité s'emparait d'elle en ce moment parce qu'elle n'avait jamais eu autant confiance en lui... il était aveugle ou quoi ? Elle espérait qu'il essayait enfin de faire ce qu'elle demandait... car elle, elle savait qu'il tentait de la fuir.

- Ca fait des années maintenant que je suis sur ce vaisseau et tu ne m'a jamais autant surprise qu'aujourd'hui, ok. Mais t'ouvrir à moi c'était loin d'être quelque chose qui me faisait fuir Erik, au contraire, j'attendais que ça, que tu me fasse enfin confiance...

Elle le lâcha, mal à l'aise.

- Je suis obligée de te dire les choses pour que tu comprenne que tu ne m'a jamais déçue ? Bien au contraire, et surtout maintenant...

La jeune femme se radossa au mur et se massa la nuque, gênée. Non elle ne comprenait décidément pas pourquoi elle s'attachait plus à lui à présent. Ca l'avait juste rendu plus accessible, rien de plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Mar 17 Sep - 11:23
Sa tentative de mise à distance n'eut pas réellement l'effet escompté. D'habitude, ce genre de remarque plus désagréable qu'autre chose avait pour fonction d'écarter d'éventuelles personnes désirant se rapprocher un peu. Erik ne voulait pas d'un contact social rapproché et intime. Il ne connaissait pas, ne savait pas comment gérer et n'y voyait qu'une faille de plus dans sa personnalité déjà bien mise à mal. Au plus loin qu'il s'en souvienne, il s'était toujours affairé à repousser les gens désireux de se lier intimement avec lui. Par amitié, voire plus. Instinctivement, et parce que c'est de cette manière qu'il a toujours fonctionné, Erik reproduisait la même chose avec Keira. Même si ça relation avec la jeune femme avait toujours été différente des autres, il ne pouvait pas concevoir qu'un être puisse vouloir au final autre chose que l'exploiter d'une manière ou d'une autre. Sa vie a été gravée par ce traumatisme et cet instant signe peut-être le début d'une nouvelle page. A condition qu'il accepte de faire confiance...

Il est vrai qu'il ne faisait que rester en surface. Il ne sondait que ce qu'il pouvait d'ordinaire sentir sans avoir à aller chercher l'information. Avec Keira, cela avait toujours été simple comme chacune de ses émotions débordait de tous les côtés, il n'avait jamais eu besoin de fouiller son aura. D'ailleurs, toute manipulation de son don sur elle, il se l'était interdit. Là, c'était différent, c'est elle qui le lui demandait, mais se rendait-elle compte des risques qu'elle prenait ? Jouer avec l'esprit humain, lire ses émotions, même sans en implanter, était quelque chose de dangereux.
Le commandant avait déjà utiliser des centaines et des centaines de fois cette facultés chez de nombreuses personnes sans que cela ait le moindre incident. Seulement là, ce n'était pas n'importe qui. Il tentait de se persuader que faire cela n'était pas une bonne chose, par peur des conséquences.

Comme si elle l'avait écouter penser, Keira se redressa et enferma sa tête entre ses petites mains fraîches et douces. Cette sensation obligea le commandant à fermer quelques instants les yeux pour profiter pour les réouvrir et tomber nez à nez avec une jeune femme plus que déterminée. Elle le dévisageait, tentant de sonder son regard et d'en découvrir ce qu'il pouvait bien se passer dans sa petite tête. Cette proximité mettait Erik très mal à l'aise, s'il avait pu, il aurait rougit et bafouillé, submergé par son embarras. Au lieu de cela, il resta stoïque et impassible alors qu'elle insistait pour qu'il se plonge dans ses émotions.
Dos au mur, incapable d'esquiver la situation, il ne tenta pas de lutter plus. Après tout, il ne ferait que lire ce qu'elle avait au fond d'elle. Se concentrant, plongeant les yeux dans les siens, absorber par la chaleur de ses mains, il laissa le flux émotionnel de la jeune femme se dessiner. Mentalement, il examina chaque parcelle de son âme pour en déceler le moindre fragment. Ce qu'il voyait le surpris au plus haut point. Ce qu'il sentait était aux antipodes de ce qu'elle avait l'habitude de montrer et de laisser déborder. Mais ce n'était pas la seule chose. Ce bonus le touchait personnellement.

Ces dernières heures avait été particulière et il avait partagé quelque chose de spécial avec Keira, quelque chose de nouveau. Il avait toujours pu lui faire confiance professionnellement. Il avait toujours pu compter sur elle pour le remettre à sa place, pour le soutenir dans des choix difficiles et tant d'autres choses. Seulement, maintenant, elle lui fit part d'un sentiment encore plus profond. Entendre ce qu'elle avait à dire sur la manière dont elle le considérait, le bouleversait quelque peu, il ne savait plus quoi penser. Aussi faible, mis à nu et pitoyable qu'il puisse être, elle était présente, souriante et bienveillante. Cela lui faisait un bien fou, mais il était trop buté pour le reconnaître. Il refoula toutefois une envie grandissante de balancer une nouvelle remarque désobligeante, la laissant tranquillement s'écarter et s’asseoir à nouveau à ses cotés.

Il était inutile de dire que son petit discours avait touché le commandant comme jamais qui ne savait pas comment répondre. Lui qui a toujours de la répartie, toujours une piques prête à voler vers sa cible, là, il la regarda s'écarter, comme si elle laissait tomber.
Pendant quelques secondes, un blanc lourd et pesant rempli la pièce que Keira cassa en lui avouant qu'il ne l'a jamais déçu. Il se sentait bien et en même temps, terriblement mal à l'aise d'avoir un contact 'spécial'. Il ferma doucement les yeux et voulut dire quelque chose. Se ravisant aussitôt, il décida qu'un geste valait mieux que ses paroles maladroites. Ce qu'elle disait, il avait toujours pensé la même chose d'elle, sans réellement se rendre compte que c'était le cas. Il glissa le long du mur, décidant volontairement de casser sa carapace, se plaçant à coté de la jeune femme. D'un geste lent et précis, il entoura son cou avec bras et la rapprocha de son épaule. Sa chaleur rayonna dans tout son corps et son odeur lui caressa les narines, pour rien au monde il ne voudrait bouger de place. Il la serra très fort et dû retenir ses propres émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Mar 17 Sep - 15:37
La sensation de s'être un peu trop dévoilée présente malgré tout, ne pouvait pourtant s'empêcher de contempler ses yeux. Certes, c'était aussi pour marquer sa détermination mais lorsqu'elle vit cet effet brumeux très lent qui semblait circuler au fond de son regard, la brune ne pouvait qu'être certaine qu'il lisait en elle. Elle ne pouvait pas faire de même avec lui, et ce n'était pas le but. Mais rien qu'avec ça Erik lui prouvait avoir également confiance, que demander de plus ? Elle finit par s'écarter, finit de dire e fond de sa pensée, et regroupa ses jambes contre elles comme une ado avec des bras trop long pour un si petit corps une fois replié.

Un bras se tendit, lui faisant redresser doucement le visage pour voir ce que c'était et elle observa alors Erik l'enrouler entre ses bras pour la loger contre son épaule. Agréable... Elle aurait été un chat qu'elle en aurait ronronné mais cet élan de douceur l'étonnait quand même un peu. L'avait-elle réellement touché cette fois ? Une part d'elle était satisfaite de cet impact mais l'autre s'inquiétait d'avoir pu ébranler Erik. Et pourtant ça faisait du bien. Elle se permit de fermer les yeux pour apprécier au mieux le moment et resta logée contre lui sans dire un mot. Il n'y avait rien à dire et même si le commandant sembla être sur le point de dire quelque chose, il n'en fit rien. La brune resta un long moment ainsi à profiter de cette tendresse pour le moins inattendue et qui surement ne referait jamais surface, jusqu'à ce qu'une petite, minuscule... infime voix de m*rde...

" Commandant ? " Tonna la voix électrique du sas d'entrée. " Vous êtes là ? Est-ce que tout va bien ? "

Une sorte de grondement rauque sorti de sa gorge. Il fallait bien que ça arrive, et elle rouvrit des yeux perçants, venimeux presque, sur le sas d'entrée. Si elle avait pu fusiller quelqu'un sur place il était certain qu'elle l'aurait fait. Elle venait enfin de le calmer, c'était pas pour que ces abrutis viennent lui demander de reprendre le travail tout de suite, merde. Et non elle ne pensait même pas que malgré l'insonorisation sublime de cette pièce, le fracas ait pu s'entendre au moins un minimum. Kei était revenue à la normale et l'émotion qui accessoirement débordait d'elle à présent était un sincère agacement mélangé à un soupçon de colère envers celui qui avait osé interrompre ce moment qui surement ne se reverrait pas de si tôt.

- Finalement je sais pourquoi tu as pété un câble : tu n'as jamais un moment à toi.

Bon gré mal gré, la brune retira avec douceur le bras d'Erik et le contempla, un sourire tendre et amusé aux lèvres avant de se relever et de s'étirer félinement. Il ne restait à présent plus qu'un problème pour ouvrir au garde inquiet qui menaçait de pirater la commande d'ouverture du sas : les débris qui jonchaient le sol et empêchait quiconque d'arriver jusqu'à la porte. Comme à son habitude, Keira se massa la nuque. Elle avait une subite envie de café et n'avait aucune envie de chercher quelle excuse donner à tout ce massacre. Elle se tourna donc vers Erik.

- A toi d'expliquer tout ça moi je suis innocente.

Elle ne battait pas des cils, mais il était certain qu'elle voulait bien voir comment Erik allait se sortir d'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Erik
avatar

Masculin Métier : Servir ses ntérêts
Caractère : De marbre

Messages : 287
Billets : 17043

Carnet de Bord
✦ Don: Empathie +
✦ Pts Vote:
178/2500  (178/2500)
✦ Objets:
Commandant du MA-85
MessageSujet: Re: Le temps passe Mar 17 Sep - 21:45
S'il avait pu mettre cet instant sur pause, il ne se serait pas gêné. Seulement voila, les postes de commandement regorgent de responsabilités auxquelles on ne peut déroger. Le garde qui interrompit ce moment exceptionnel ne se priva pas pour le rappeler. Même si le commandant jura intérieurement et était prêt à dégommer le malheureux qui osa casser l'ambiance, il dû se rendre à l'évidence. Cela faisait un bon moment qu'il s'était isolé, sans laisser de réelle directive. Le vaisseau avait besoin de son leader.
Dans un long soupire, Erik laissa Keira se redresser. A son tour, il se leva, secouant ses jambes pour les dégourdir. Tout autour de lui, le bazar commençait à le mettre mal à l'aise. Maintenant que les esprits s'étaient calmés, la vie reprenait son cours et les problèmes qui la ponctuait ne s'étaient pas évaporés. Scrutant chaque détail de cette scène apocalyptique, Erik sentit un peu plus l'angoisse le prendre. Il était vital pour lui que cette pièce redevienne comme avant.

Tout en faisant craquer ses poignets, il se dirigea lentement vers l'interphone. Ses idées étaient encore nauséeuses et si on lui avait demandé de gérer une bataille, le résultat n'aurait pas été joli... Il prit tout de même son courage à deux mains et enclencha la communication.

- Tout va bien sergent. Je descends dans quelques minutes en CO pour le check up. Autre chose ?
- Non monsieur, le second vous y attend déjà.

La question du bureau n'était pas encore réglée. Mais il fallait trouver une solution relativement rapidement. Le garde allait sans aucun doute se rendre compte du bazar et se poser des questions. Son esprit voulu le convaincre que ce n'était pas un problème. Quand bien même il se serait poser des questions, il n'avait pas à se justifier. C'était, en effet, très tentant de laisser les fantasmes des hommes fonctionner à plein tubes. Mais même s'il était le commandant, possédant plein pouvoirs et n'ayant de compte à rendre qu'au Doc en personne, une telle scène faisait tâche s'il n'y apposait pas une explication bien rodée.
C'est donc sur cette lancée qu'il appuya à nouveau sur l’interrupteur, afin de se mettre en liaison avec son garde privé. Un moment d'hésitation fit grésiller la communication avant de se stabiliser. Au moment où il voulut s'exprimer, il sentit le regard de Kei sur lui, attendant qu'il lâche l'excuse parfaite pour que cette histoire de bureau passe totalement inaperçue.

- Oh, et sergent ? Faites monter une équipe de nettoyage. Mon bureau m'a lâché, c'est un sacré bordel du coup ici.

Un bureau en bois massif, d'une excellente facture, en fonction depuis le début de son mandat, qui lâchait ? Quoi de plus logique et normal ... Le temps que cette fameuse équipe vienne, Erik s'attelait à donner un peu plus de crédit à son histoire. Il s'évertua, sous le regard dubitatif de sa protégée, à ce que cela ressemble réellement à ce qu'il avait expliqué : un simple meuble qui lâche sous le poids des années. L'interphone grésilla à nouveau à l'arrivée de l'équipe. Le camouflage était risible mais il devait faire l'affaire. Au moment où le sas s'ouvrit, des yeux écarquillés apparurent. Les hommes venus rangés le bazar ne s'attendaient peut-être pas à devoir ranger ce genre de bazar. Sûr de lui, Erik sortit de la pièce avant de se tourner vers le responsable.

- Je compte sur vous pour m'arranger cela avant ma réunion MECA. Pour les détails, voyez avec Nelson, je dois filer au centre opération.

Quittant la pièce et par la même occasion Keira, il lui jeta un dernier regard ainsi qu'un léger sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Nelson
avatar

Féminin Métier : Pilote
Caractère : Intrépide

Messages : 404
Billets : 20141

Carnet de Bord
✦ Don: Electricité +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Tempête Magnétique
MessageSujet: Re: Le temps passe Mar 17 Sep - 22:16
Voir faire Erik avait quelque chose de risible. Il s'affairait autant qu'il le pouvait à mettre en scène la mort de son bureau sans la moindre once de talent pour ce genre d'art, aussi sinistre soit-il. La brune en était à se mordre l'index doucement pour ne pas rire, se penchant de ça de côté pour observer à la louche ce qui réellement avait le mérite de devoir être regardé (on ne parle pas du bureau), ou de se déporter pour le laisser s'affairer à sa petite mise en scène. Cela avait un côté enfantin assez charmant qui surement allait la rendre jouasse jusqu'à la fin de la soirée. Et si Erik se retournait ? Elle jouait alors les anges indécis incapables de pouvoir l'aider en quoique ce soit, un sourire dépité sur le visage.

Et dans le fond pourtant, ce changement d'atmosphère n'était qu'un bon retour aux habitudes. Yen a qui bossent, d'autres qui ne font rien. Keira laissa donc Erik s'enfoncer jusqu'à ce que les nettoyeurs apparaissent et qu'Erik leur demande de voir avec elle pour les détails. Allons bon, il lui refilait le sale travail, quoi. La brune se tapota la lèvre de l'index, se pencha de côté pour observer furtivement le derrière du commandant filer et sourit innocemment aux regards à la fois inquiets, horrifiés et fichtrement curieux des dits nettoyeurs. Bien, par quelle connerie allait-elle commencer l'excuse expliquant ce qu'il venait de se produire...

Le soir même, Erik pouvait constater que soit on le regardait outré, soit on le regardait amusé, soit on restait interloqué... l'histoire avait rapidement fait le tour. A savoir ce que Keira avait pu leur raconter ça par contre c'était une autre paire de manche mais peu semblaient avoir la même version des faits. En définitive ? Keira n'avait rien dit.

Rien dit et pourtant il s'en était passé des choses. Et il faudrait comme pour ces rumeurs du temps avant que cette histoire ne s'estompe de ses pensées car contrairement à ce qu'elle avait laissé croire la brune était songeuse. Songeuse à cause de la réaction d'Erik à présent qu'elle pouvait y réfléchir, songeuse à l'idée que l'Aera lui ait fait du mal, et par rapport à ce qui s'était passé dans le bureau. Elle avait beau prendre ça par dessus l'épaule, pour une fois embrasser quelqu'un semblait réellement l'avoir marqué. Ça et le fait d'avoir eu l'impression que le commandant lui faisait réellement totalement confiance durant un court instant... Impossible. A ses yeux elle resterait toujours sa protégée gamine et butée.

Keira observa les jeux de lumière s'étaler avec fluidité sur le plafond de ses appartements,son index toujours mordu entre ses lèvres. Il fallait croire que quelque chose l'avait marqué dans cette histoire, au final. Bah.... le temps passe, demain il n'y semblerait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
MessageSujet: Re: Le temps passe
Revenir en haut Aller en bas

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2
 

 Sujets similaires

-
» • « Ils disent que le temps passe, que les gens changent, et qu’on arrive à s’oublier comme un rien. » ― TYEE.
» Songes du Temps ~ Parce que tout est éphémère
» Tu vois au début je t'aimais pas beaucoup. Mais là plus le temps passe moins je peux te saquer ~ Hansel
» "Petit" questionnaire pour passer le temps :P
» Le temps passe, mais jamais ne trépasse.......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MA-85 ✦ :: ♁ Salles Publiques :: ♁ Salles d'entrainement-
 ::  :: ✦ MA-85 ✦ :: ♁ Salles Publiques :: ♁ Salles d'entrainement+