Le Petit poucet sème ses cailloux...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Diplomate
Caractère : Exemplaire

Messages : 91
Billets : 18604

Carnet de Bord
✦ Don: Aucun
✦ Pts Vote:
91/2500  (91/2500)
✦ Objets:
Innocente & Intrigante
MessageSujet: Le Petit poucet sème ses cailloux... Lun 27 Mai - 13:27

-- -- Une semaine après son arrivée à bord du MA-85 -- --

Taja regarda sa montre. 17H 23M 48S. Il était en retard. Elle avait pourtant été claire, 17H 15M précise. Elle n'aimait pas attendre, et encore moins que les autres perturbent ces projets bien préparés et encadrés à la minute près. Surtout que sur les mercenaires allaient vite s'inquiéter si elle ne redonnait pas signe de vie rapidement. Rien que cette pensée la fit sourire légèrement, elle trouvait la situation cocasse. Elle voyait pourtant mal Erik s'affoler pour elle, mais y penser était plutôt amusant. Surtout que le MA-85 ne pouvait pas se permettre de perdre ainsi leur ambassadrice terrienne, ce qui mettrait définitivement fin à la collaboration Terre-MA85, et finirait d'envoyer le vaisseau à la mort, offert sur un plateau d'argent à l'Area Center.


-- -- 5 heures plus tôt -- --

- Donc, 17H 15M, rendez-vous au centre-ville, j'ai des informations à vous communiquer sur certains agents d'Area Center impliqués dans des gouvernements comme celui de la cité K-27.

- Bien, je ferais en sorte d'être là. Je vous remercie.

L'appel s'interrompit aussi sec. Taja ne le croyait pas elle-même. C'était trop beau pour être vrai, trop beau pour exister. Et son enthousiasme prit le pas sur la raison, elle ne prit même pas la peine de vérifier si cela pouvait être un piège tendu, ou même une simple farce ou arnaque. Non, Taja était trop imprudente, aveuglée par son innocence, croyant à l’honnêteté des gens. Mais elle n'était plus sur Terre. C'est aux habitants de Mars qu'elle devait devoir faire face désormais. Personne d'autre n'était au courant de cet appel. Personne ne pourrait ainsi lui faire avoir raison. Et d'ailleurs, intérieurement elle savait que les autres allaient tenter de la dissuader s'ils venaient à l'apprendre. Alors, elle devra faire en sorte qu'ils ne sachent pas ce qu'elle prévoyait de faire. Heureusement pour elle surtout qu'elle avait un minimum de bougeotte, et savait se défendre.
Alors qu'à la base ils, les mercenaires et elle, ne devaient venir sur Mars que pour chercher quelques bricoles, elle en profiterait pour fausser compagnies pendant quelques minutes aux mercenaires. Imprudent? Probable, mais elle était véritablement enthousiaste. Tenir une piste une telle piste relevait du miracle. Elle permettrait d'évincer plusieurs agents à la solde d'Area Center et enfin libérer un peu ces gouvernements des corruptions dont ils étaient envahis jusqu'à la moelle.

Alors qu'ils se préparaient tous à partir, Taja passa furtivement et rapidement près des râteliers d'armes, où elle chipa discrètement un revolver léger et facilement dissimulable dans sa veste. Au moins, elle aura un minimum d'outils pour se défendre si cela venait à mal tourner.

-- -- Présent -- --

Il était en retard. Taja n'aimait pas ça. Sa disparition allait se faire remarquer, et elle n'allait pas manquer d'avoir des problèmes... Elle qui avait faussé compagnie aux mercenaires dans un bar, où elle avait simulé une envie d'aller aux toilettes, pour finalement sortir par la fenêtre sans se faire remarquer, le temps de rencontrer son informateur. Informateur bien mystérieux...
Elle se trouvait dans une rue annexe à la rue principale. Le soir commençait à s'annoncer, des rayons orangées prenant place, et le ciel se teintant d'un mélange entre bleu claire et marron. Elle n'aimait vraiment pas ça. D'abord, parce qu'il était incapable de tenir un rendez-vous et être ponctuel, en plus il la faisait poireauté, et bouquet final, elle était d'une grande impatience et enfin avoir la liste promise par l'inconnu. Faut dire qu'elle avait été habituée à toujours avoir assez rapidement, sans véritablement devoir attendre.

*Mais où est-il?*

Taja commençait à douter. Alors qu'elle s'apprêtait à faire demi-tour pour retrouver les mercenaires, des pas se firent entendre dans son dos. L'informateur? Mystère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr/
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 22060

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Le Petit poucet sème ses cailloux... Lun 27 Mai - 20:13
    « Quand un réseau de clandestin fait de l'ombre à l'Aera Center, sache que je ne suis jamais loin.. Tu n'es qu'une nuisance qui me force à t'éradiquer. De gré ou de force, la justice n'est pas celle que tu estimes juste et à cause de ton ignorance tu vas perdre la vie. Alors avant de t'éteindre et de sombrer dans le gouffre infini du néant, il serait mieux que tu coopères. Ma patience a des limites et tu es en train d'en abuser.. »



L'homme halète l'air nauséeux, toussant quelques gorgées de sang de temps en temps d'une façon très cyclique. Il foule de sa main la partie gauche de son torse, essayant de se rassurer par les battements de son cœur affolé. Il place délicatement sa main gauche sur le pic qui l'transpercé quelques centimètres au-dessus de l'organe vital. Palpant celui-ci comme pour essayer de trouver un moyen de s'y soustraire, il finit par abandonner voyant que cela serait peine perdue. Ses bras endoloris retombent lentement le long et finissent par se détacher de celui-ci pour danser dans le vide par des tremblements tumultueux dus à l'angoisse et la souffrance, la peur de mourir. Un de plus qui n'avait rien compris.. Si lamentables soient-ils, ils s'obstinent, tâtent, creusent, cherchent, mordent, fissurent & enfoncent les moindres fissures, les moindres brèches dans les systèmes auxquels ils sont opposés. Êtres orgueilleux dépourvus de toute logique, n'aspirant qu'a une seule chose, leur propre confort et uniquement le leur. Ils sont si égoïstes et se fourvoient si rapidement avec leurs ambitions. Des pauvres bêtes sans âmes condamnées à l'abattoir à cause de la parole de quelques ignorants, à cause de la parole d'individu qu'ont appellent "chef". C'est malheureux, mais si pour lutter contre cette vermine il me faut détruire quiconque se mettra en travers de l'Aera et bien je ferais comme j'ai fait depuis le début. Alors, cet individu gisant à mes pieds, implorant que je laisse vivre, n'est ni plus ni moins qu'un obstacle à la création de ma genèse. Son corps sanguinolent, sa gestuelle désarticulée, cette tendance fort ritualiste de vouloir se soustraire à mes griffes ne fait qu'empirer son état et pendant ce long laps de temps ou je lui avais laissé l'occasion de prendre la parole, il ne la saisissait pas.. Rétractant alors, lentement le pique de son corps qui n'était autre que mon bras métamorphosé, son corps, ne soutenant plus le poids de la douleur, finit par s’affaisser pour enfin s'abattre à mes pieds dans un "bang" très peu audible sur le sol glacé et froid de cet entrepôt abandonner.


M'adonnant à une fouille minutieuse des effets personnels du défunt résistant, je m'emparais de son téléphone afin de retracer l'appel dont je n'avais perçu que les ondes et quelques mots de la conversation. Ma conviction était inébranlable et cette fille voulant recueillir des informations en recueillerait.. et bien plus qu'elle-même ne l'aurait souhaité. Si elle figurait dans ma base de données ou celle de l'Aera, je n'aurais aucun mal à faire le rapprochement entre ses actions et à quel corps elle appartient. Une nuisance de plus que je me devais de faire disparaître. Mais tout d'abord, je me devais en digne citoyen de l'univers, d'honorer mon contrat et apporter la part qui lui était due. Mon correspondant opéré dans ce quartier depuis un certain temps maintenant pour que les doutes à son encontre ne puissent exister. Et lorsqu'on s'adonne à une partie de cartes dans un bar avec une mallette étrangement pleine qui plus est, et qu'on se retire pour aller "aux toilettes" forcément, cela parait un peu louche. Surtout dans un quartier comme celui-ci où y paraître est considéré comme un simple et pure opprobre. Mais un mot en particulier avait attiré l'attention de mon correspondant. Le temps que j'arrive sur les lieux, le coup de fil était bien passé depuis quelques minutes déjà.. Mais j'avais pu en capter quelques mots en m'étant connecté sur les mêmes ondes qu’émettait son appareil électronique. Bien, j'en savais assez à présent, en route pour rencontrer ce voile d'ombre planant sur l'Aera. Laissant le corps meurtri de l'homme qui ne fut visiblement pas assez averti, je fis craquer mon cou dans un son mélodieusement macabre. Mes pupilles rouges semblables à des yeux entièrement injectés de sang commencèrent à s'activer. Ils me seraient, en effet, bien plus pratiques d'avoir les atours technologiques qu'ils m'offraient en ces heures présentent. Cravate dansant au vent, je m'éclipsais du petit entrepôt dans lequel je l'avais trouvé pour me rendre le plus furtivement, quoi que ? Vers ma nouvelle cible qui ne devait sans doute pas s'attendre à rencontrer le bourreau le plus terrible de l'Aera Center. Cette chasse archaïque marquerait une fois de plus ma forte volonté d'éradiquer toute ambition venant en dehors de la politique de l'Aera.

~

Mille tintements, ses pas foulent la terre. Une respiration presque muette laisse envisager le pire dans ce paysage morbide. De petites notes avaient révélé sur le papier du défunt correspondant de la jeune femme, l'emplacement de la rencontre et il fut pour moi aisé de le trouver. Prêt à fondre sur ma proie, je distingue sa silhouette au loin. Tel un lion s'abattant sur sa proie, un virtuose se languissant du son produit par ses instruments, j'avance...

    « Vous commencez déjà a me fausser compagnie alors que je viens à peine d'arriver ? Il serait bien sot de votre part de procéder ainsi, laissez au moins au temps à la justice de se prononcer. Qu'en pensez-vous ? »


Les doigts de ma main droite tremblaient au rythme des mots qui sortaient de ma bouche. Telles des bêtes affamées, ils se préparaient à UNE éventualité : qu'elle doute. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Diplomate
Caractère : Exemplaire

Messages : 91
Billets : 18604

Carnet de Bord
✦ Don: Aucun
✦ Pts Vote:
91/2500  (91/2500)
✦ Objets:
Innocente & Intrigante
MessageSujet: Re: Le Petit poucet sème ses cailloux... Mar 28 Mai - 8:55
Taja fut surprise, et sursauta, en entendant la voix dans son dos. Elle ne l'avait pas entendu approcher, et le fait qu'il soit autant à sa portée aussi rapidement l'avait totalement prise au dépourvu. Mais ce n'était pas autant le fait qu'il soit aussi proche qui la surprenait, mais bien sa voix pratiquement dépourvue de toute humanité. L'agressivité notoire, le mépris, s'y lisaient aussi facilement que les mots sur un livre. D'autant plus que les paroles n'avaient aucun sens. Du moins, aucun des mots proférés n'avaient de signification pour la jeune femme. L'inconnu parlait de justice, et il lui demander même son avis... Non, elle ne comprenait vraiment pas ce qu'il sous-entendait par là. Mais elle ne l'avait pas encore vu, ayant toujours le dos tourné. Elle virevolta d'un geste rapide pour faire face à son interlocuteur, et ne put faire quelques pas hésitant en arrière en découvrant avec horreur le visage de l'homme qui lui faisait face. Enfin, si on peut réellement parler d'homme...

- Mais... Mais... Qui êtes-vous?

Elle recula encore un peu. Les yeux écarquillés, elle ne pouvait s'empêcher de fixer avec frayeur les yeux rouges vifs qui se posaient sur elle. Ils la fixaient. Ils l'avaient pris pour cible. Elle en était certaine au fond d'elle-même. Une lueur d'inquiétude pointa au bout de son cœur, et son instinct se mit à crier de partir, loin d'ici, loin de lui. Elle ne savait rien de lui, certes, mais le peu qu'elle avait vu suffisait pour se méfier. Le mot est faible, probablement. Mais qui était-il? Un simple passant qui ne pouvait s'empêcher de lui parler pour X raisons? Un ivrogne? Aucun de cela. Les yeux rouges en témoignaient. Aucun humain n'avait de tels yeux, même avec des lentilles ou quelconques autres supercheries. Il y avait quelque chose d'étrange qui se dégageait de lui, une sorte d'aura, mais néfaste, sombre et négative. C'est cette aura qui avait déclenché l'instinct de survie chez Taja. Son enthousiasme et sa témérité fondirent comme neige au Soleil en quelques secondes...
Elle recula encore un peu, essayant d'émettre un maximum de distance entre elle et lui. Probablement qu'elle se faisait du souci pour rien, et qu'il la laisserait partir sans faire d'histoire. Taja était véritablement bien naïve, et elle en payait le prix ce moment-là. Finalement, elle qui avait fait des pieds et des mains pour se débarrasser des mercenaires aurait prié pour qu'ils soient désormais présents. Croisant les doigts pour qu'ils finissent par la retrouver. En vie, bien évidemment. Finalement, elle arrive à balbutier quelques mots audibles et compréhensibles, de façon claire et cohérente.

- Je dois y aller, ravie de vous avoir rencontré.

Ravie de vous avoir rencontré. Non mais qu'elle sotte elle faisait. C'était malheureusement déplorable, même si elle avait d'autres choses à penser sur le coup. D'un, elle ne le connaissait pas, et il ne s'était même pas présenté. Elle non plus d'ailleurs. Et de deux, elle n'était en aucun cas ravie. D'ailleurs... Peut-être la laisserait-il tranquille si elle se présentait et qu'il voyait qu'elle était une personne "importante"? Non, il ne fallait pas y compter. Elle n'était plus sur Terre, une diplomate terrienne se ferait découper en rondelles en moins de temps qu'il ne faut pour dire "Outch". C'était une proie facile et désirable.

Mais elle était bien décidée à lui "fausser compagnie". Prenant limite ses jambes à son coup, elle recula de plus en vite pour finir par se retourner et marcher d'un pas rapide et inquiet vers la rue principale. Mais ne dit-on pas qu'il ne faut jamais tourner le dos à son adversaire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr/
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 22060

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Le Petit poucet sème ses cailloux... Jeu 30 Mai - 19:52
    « Vous devez y aller n'est-ce pas ? C'est ce que je disais avant.. Jadis, naguère, d'antan, lorsque la crainte s'offrait à moi. Je m'en allais, je prenais les jambes à mon cou, qu'il était si jouissif de fuir plutôt que d'assumer ses responsabilités. De s'offrir au vide d'un monde qu'on ne connait pas ou qu'on prétend connaitre mieux que quiconque.. Vous vous en allez alors même que ce que vous avez demandé se présente à vous ? J'ai vraiment du mal à vous cerner, vous, humain.. »


Recule tant que tu peux, car c'est la seule chose que tu peux faire à présent pour trouver une échappatoire au funeste dessein qui t'attend. Elle s’exécute, prenant difficilement mes remarques en considération. Qu'il en soit ainsi, elle apprendra tôt ou tard que la magnanimité n'est pas dans ma nature et qu'elle sera forcée de les écouter malgré la crainte que je lui procurais, qu'elle ne le veuille ou non.. Fuis.. Fuis.. Indolente créature. Qu'il est si expédient n'est-ce pas, de vouloir se tirer de quelque embarras momentané ou atteindre quelque objet immédiatement utile à soi-même ou a autrui, de dire un mensonge.. Elle fui l'ennemi qu'elle veut tant affronter, mais se doute-t-elle néanmoins de la nature de cette chose qui lui fait face maintenant ? Je ne pense pas.. Mais elle ne tardera pas à le savoir. La nature humaine est d'une sensibilité chatouilleuse en matière de véracité des mots. Lentement mes yeux se ferment. Ce sentiment si intense qui se propage en moi, l'envie de la meurtrir, de la pousser à commettre des actes d'ignominies envers son peuple. Qu'elle me révèle tout ce que je veux, tout ce que je souhaite, tout ce que j'exige. Mais pour l'heure, je tâtais le terrain, mesurer l'ambiance de ce lieu infâme bien que par nature, je me fichais de tout ça. Je ne suis pas du genre à me cacher lorsque je rends la justice, celle qui est méritée et non l'éphémère comme celle que cette femme défend. Je tique légèrement, me redresse un petit peu et saisit de ma main droite mon menton, adoptant la posture de l'homme songeur. Ne pas y aller par quatre chemins, lui donner l'once d'espoir qui balaierait son effroi, c'était mon but.

Ravi de m'avoir rencontré.. Quelque curieuse façon que celle-ci pour mettre un terme à cette rencontre. Première fois que nous nous voyons et c'est ainsi l'attention qu'elle apporte à celui qui l'aborde ? L'irrespect est quelque chose que j'ai du mal à tolérer, d'autant plus lorsqu'il provient d'une créature si extravertie qu'elle semblait l'être. Ma présence l'avait effrayé et honnêtement, je n'en attendais pas moins quant à la réaction qu'elle avait eu. Elle apprendrait également qu'on ne me tourne pas le dos.. Matérialisant mon bras droit en une solide pointe en acier trempé et l'étirant de façon à ce qu'elle atteigne sans difficulté ma cible, je logeais la pointe contre son cou. La pointe perça la chair, provoquant une légère estafilade. Cet acte prémédité laissait sous-entendre la suite des événements et la mort inévitable de la rebelle. Mais avant tout chose, j'avais plusieurs questions à lui poser. Comme son but dans la vie par exemple, étant donné qu'il était pour l'heure compromis et qu'il le resterait pour toujours.

    « Vous avez tenu à vouloir des informations sur l'Aera Center et c'est bien pour cette raison que vous êtes ici. Alors maintenant, posez-moi des questions et je tâcherais d'y répondre de la façon la plus compréhensible possible avant que je ne vous arrache ce qui vous reste de plus précieux: la vie. Oui, quand on voit la réalité en face, lorsqu'on voit l'Aera Center en face, on ne rechigne pas à un petit entretien. Ta tentative sidérante d'obtenir des informations pour démonter ceux qui veillent sur l'univers me répugne.. Maintenant, parle et prend ça comme une bonne action de ma part de te laisser une dernière faveur.. »


La pointe dansait sur la chair, provoquant des griffures ici et là. Au moindre geste qui éveillerait des soupçons, elle irait rejoindre ses ancêtres et je me nourrirais des informations que m'offrirait sa cervelle, encore viable quelques minutes après sa mort. Assez pour mes nanopuces parasitaires pour recueillir des infos..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Diplomate
Caractère : Exemplaire

Messages : 91
Billets : 18604

Carnet de Bord
✦ Don: Aucun
✦ Pts Vote:
91/2500  (91/2500)
✦ Objets:
Innocente & Intrigante
MessageSujet: Re: Le Petit poucet sème ses cailloux... Ven 31 Mai - 13:15
Taja n'eut pas le temps de sentir quoique ce soit. Ni de réagir. Alors qu'elle tentait de s'enfuir pour éviter les problèmes, elle avait initié un geste vers l'intérieur de sa veste dans le but de saisir l'arme qu'elle avait emporté. mais avant même d'avoir pu toucher le métal froid du manche de l'arme, une pointe acérée se plaça sous sa gorge, au niveau du cou. Elle s'arrêta nette aussitôt, tentant inconsciemment de réguler sa respiration qui devenait saccader. La lame entama légèrement la peau, et un court filet de sang glissa le long du cou. Elle ravala sa salive, en tenant la tête inclinée en l'air dans le seul but d'éviter la pression de la lame sur son cou. Il ne faisait aucun doute qu'elle était passée de la simple crainte, à la peur irrationnelle en un quart de secondes. Et alors qu'il continuait à lui parler, débitant un discours toujours aussi sombre pour elle, des griffes se baladaient, lui griffant la peau. Elle n'avait pas mal, la peur la tétanisant complètement. Elle baissa son bras qui se trouvait encore à l'intérieur de la veste pour montrer à son agresseur qu'elle ne ferait pas de mouvements louches, et coopérerait, au moins pour l'instant. Mais, alors qu'il lui demandait de poser les questions qu'elle voulait, elle se contenta de le fixer d'un air hébété. Elle ne comprenait pas son comportement. Il la menaçait d'une arme, perchée sous son cou, et pourtant il se montrait prêt à répondre à toutes ses questions. Même les plus épineuses. Un silence de plusieurs minutes s'écoula, où les deux se fixaient. L'une effrayée, l'autre totalement inexpressif, quelque peu méprisant même.

- Je répète donc... Qui êtes vous? Et par extension, que faites-vous ici? Vous n'êtes pas un humain, du moins plus maintenant... Qu'est ce qu'ils vous ont fait?

Elle tenait quand même bien à savoir qui tenait temps à la faire souffrir ainsi, et qui s'intéressait de près à son histoire. Elle n'avait rien à lui dire, ni aucune envie de toute manière de lui parler. Pourtant, il insistait et semblait y mettre une symbolique derrière, qui échappait à la jeune femme. Il ne faisait d'ailleurs plus aucun de doute pour elle que l'homme avec qui elle avait pu prendre rendez-vous plus tôt dans la journée n'était pas la personne qu'elle avait en face d'elle à ce moment-là. Sûrement l'avait-il tué, lui aussi?

Cette pensée eut comme un effet d’adrénaline pour la jeune femme, qui se remplie de courage. Toutefois, elle commença, avec la peur qui refluait légèrement et l'excitation de l'adrénaline, la légère douleur au niveau du cou. Elle y porta sa main, tentant au passage de dégager la lame légèrement, pressant pour arrêter le sang de couler. Elle se mordait les lèvres, sans réfléchir, fermait les yeux. Elle s'en voulait intérieurement de sa bêtise. Elle aurait été seule, totalement seule, elle aurait eu envie de tout frapper, de tout envoyer en l'air. Mais elle conserva son calme, dans la situation actuelle, il valait mieux. Elle priait pour que tout ceci se finisse bien, qu'un miracle se produise. Tout et n'importe quoi, tout valait mieux que lui.

- Une bonne action. Hé, laissez-moi rire... Vous allez me tuer quoiqu'il arrive, alors, à quoi bon?

Elle avait parlé d'un ton calme. Elle rouvrit les yeux pour fixer à nouveau la machine tueuse. Une étincelle nouvelle brillait dans les yeux de Taja, pleine d'espoir et qui laissait penser qu'elle se battrait jusqu'au bout pour sauver sa peau. Quitte à devoir faire des sacrifices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr/
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 22060

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Le Petit poucet sème ses cailloux... Dim 2 Juin - 0:04
Elle transpirait d'assurance et de courage, la crainte qui s'était affichée avait commencé quelque peu à s'estomper. Étant sur le point de mettre un terme à cette discussion qui de toute façon n'aurait abouti à aucun résultat, un de ses mots m'interrompit dans ma future action. Qu'il était si étrange de ressentir cette sensation, cette sensation qu'on puisse sentir que je ne fus pas seulement qu'une machine, mais bien un être humain. Un être avec de la chair, un coeur. Une personne comme tout autre ayant sa place dans ce monde. Mais en prononçant ses mots, savait-elle l'impact qu'ils pourraient avoir ? Savait-elle la réalité qu'ils cachaient ? Elle qui se complaît aux siens en poursuivant un idéal stupide, dénué de sens, savait-elle seulement.. La souffrance qui m'a rongé a fait de moi ce que je suis maintenant, une souffrance qui jamais ne s'apaisera, une douleur lancinante, agressant le semblant de coeur qu'il me reste. Une étrange sensation parcourait mon âme, quelque chose que je n'avais pas ressenti depuis des années.. Était-ce de l'effroi ?.." Vous n'êtes pas un humain, ou du moins plus maintenant".. Un étau m'éreinter au plus haut point, et pourtant je ne rechigner pas à la garder en joug. Même les plus petits mots prononcés, parfois sans consonance, peuvent avoir un certain impact. Comment le doute pouvait-il être si prenant en ces heures-ci, en ces heures sombres où la moindre goutte de sang versé traduisait du dessein de l'humanité ? Moi qui n'étais plus que jouet au service d'une cause résolument défendu à préserver l'univers et ses intérêts de souillures corruptrices.. J'étais humain, un humain qui avait aimait les siens de façon immanquable, un humain qui suivait tous les rituels à travers leurs perplexités intérieurs.. à chaque fois j'avais renouvelé le processus sur la personne sur laquelle j'avais fixé mon sentiment.. Qu'est-ce qu'ils vous ont fait ?... Sans doute plus que vous, insectes traîtres à votre propre cause, ils m'ont tiré de cette flaque de mensonge dans lequel je gisais et m'ont ouvert les yeux. Je ne suis plus qu'une mécanique issue de leurs cerveaux, mais s'il y a bien une chose dans la vie qui me préserve aujourd'hui, c'est bien la volonté inflexible de préserver leurs intérêts et si pour ça je dois terrasser, femmes et enfants, je n'hésiterai pas. Non.. Mais..

Elle m'avait trouvé, avait réussi à toucher un point inatteignable et cette soudaine frustration, bien qu'imperceptible, était belle est bien présente. Sous la contrainte de celle-ci, je dématérialisai lentement mon bras en finissant par fermer les yeux, prenant une bouffée d'air comme si cela pouvait m'aider prendre le dessus sur ce flot d'émotions négatives. Je méditais, n'apportant sur le moment aucune réponse à mon interlocutrice qui, en l'espace de quelques secondes, avait réussi à passer outre l'armure de ferraille que je porte. Je n'avais reculé devant rien jusqu'à aujourd'hui, m'opposant sans cesse aux obstacles me faisant de l'ombre. Devrais-je la tuer ? Oui je vais la tuer, car pour accomplir ma genèse, je ne dois reculer devant rien, pas plus devant cette importune que d'autre.. M'émancipant des griffes de l'anxiété, mes yeux se rouvrirent lentement, agressant plus sauvagement la jeune femme. Elle m'avait posé des questions comme je l'avais souhaité et je tâcherais d'y répondre. Je lui illustrerai, ce qui serait complémentaire à mes réponses. Avant d'entamer celle-ci, je m'entaillais le visage en partant du milieu du front et descendant jusqu'au milieu du menton. Et sans détourner le regard de celle qui me faisait face, j'ôtais la chair filandreuse de la partie droite de mon visage. Une vision écœurante voir abominable pour tout humain qui se respecte, mais il était tant coutume pour moi de dévoiler ma vraie nature que l'effet que cela produisait, je m'en nourrissais. Moitié mécanique, moitié humaine..

    « J'étais quelqu'un qui comme toi aspirait à une paix éternelle, mais qui a eu tord de croire que ceux qui vous sont le plus proche ne sont ni plus ni moins que des traîtres. Ma famille, mes amies .. Je les ai perdus à cause d'individus comme toi, en qui j'avais confiance. Je ne suis plus personne, seulement l'objet de la justice et du courroux qui s'abattra sur vous. Résistez tant que vous le pourrez. Vous ressentirez la douleur, la craindrez et l'accepterez, car celui qui ne connait pas la souffrance ne peut pas désirer la véritable paix. Je suis mû par une soif de vengeance au fond de moi même, tout comme toi, j'en suis certain. Sauf que toutes les soifs ne peuvent coexister dans ce monde, certaines sont faites pour être étanchées, comme la tienne, c'est pour cette raison que.. »


Mon bras grésillait, une lueur bleu intense commença à se matérialiser dans le creux de ma paume. Une sphère se dessina, absorbant toute source d'énergie à portée, provoquant également quelques petites rafales de vent dans la petite zone où nous nous trouvions en ce moment même.

    « Que je vais te tuer, te tuer pour le bien fondé de ma justice, voilà pourquoi je suis ici



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Diplomate
Caractère : Exemplaire

Messages : 91
Billets : 18604

Carnet de Bord
✦ Don: Aucun
✦ Pts Vote:
91/2500  (91/2500)
✦ Objets:
Innocente & Intrigante
MessageSujet: Re: Le Petit poucet sème ses cailloux... Jeu 20 Juin - 9:08
Taja ne comprit pas sa réaction, il ne bougeait plus et semblait dans un état second. Elle n’avait pas remarquée qu’il avait été touché par ses paroles, juste qu’il fermait les yeux étrangement, sans raison. Même son bras s’était abaissé, et dématérialisé. Il était difficile de savoir ce qu’il se passait dans la tête de cette machine. L’idée de s’enfuir lui était parvenue, pendant quelques instants lorsque celui-ci baissait sa garde, mais impossible de la mettre en œuvre. S’enfuir aurait été une pure folie, et la raison rappela vite la témérité de la jeune femme à l’ordre. Elle n’avait aucune chance de pouvoir réussir à s’échapper, en quelques secondes il l’aurait rattrapé. En tout cas, une chose était certaine, elle avait trouvé un point, une façade, qui faisait réagir son agresseur. Est-ce que cela l’attristait ? L’énervait ? On ne pouvait savoir, son visage restait imperceptiblement fermé. N’importe quelle pensée, horrible ou non, aurait pu se défiler sans que quiconque ne le sache, voilà le pire.
Lorsqu’il rouvrit les yeux, il les planta de ceux de la jeune femme. Celle-ci fut prise d’un froid glaçant. Ses yeux reflétaient la sauvagerie à l’état pure, et une peur naquit dans le cœur de Taja. Il la dévisageait, et elle ne pouvait pas bouger, ni quitter son regard. Totalement paralysée par la peur. Et comme si cela ne suffisait pas, l’homme commençait à s’automutiler. Il dessina une ligne, à travers la peau, de haut en bas en plein milieu du visage. Finalement, il s’arracha toute une moitié de visage. Taja n’eut que le temps de retenir une nausée devant ce spectacle. La main sur la bouche. Voir quelqu’un s’arracher la peau comme si de rien n’était faisait peur, et déclenchait une sorte d’instinct de survie chez les autres. Qu’elle ne fut pas sa surprise en découvrant à la place de la chair et du sang, un métal solide et un œil encore plus rouge qu’il ne l’était avec la peau par dessus. Il était bel et bien une machine. Il n’y avait pas que ses bras, sa tête, son corps entier avait été trafiqué, transformé.
 
Et comme si cela ne suffisait pas, son bras se matérialisa à nouveau avec l’arme au bout. La menaçant de mort. Il répondait à ses interrogations, mais les réponses apportées en faisaient naitre d’autres. En quoi sa justice était-elle meilleure que celle des autres ? Pourquoi devrait-on tous subir le même sort juste parce qu’un « homme » a prétendu qu’il était nécessaire de le faire ? L’humanité avait connu beaucoup d’hommes se prétendant porteur d’un message universel, d’une justice supérieur. Ils n’avaient occasionné que mort et désolation dans leur sillage. Logan n’échapperait pas à cette règle. Il n’avait aucun droit de faire cela, et pourtant, il le faisait. Au fond, il ne valait pas mieux que Taja. Il disait obéir à sa justice, pourtant, ce n’était pas vraiment le cas. Il fallait qu’elle saisisse la chance de retard son exécution, avec un peu de chance un miracle pourrait se produire.
 
Qu’est-ce que ma mort vous apportera ? Je ne suis qu’une pauvre terrienne, que je vive ne changera rien du tout… De toute manière, vous tuez pour votre justice. Mais en réalité, vous n’êtes rien de plus qu’un larbin de l’Area Center. Leur toutou, prêt à tuer dès qu’ils vous le demandent, sans broncher, sans rechigner. Il n’y a pas meilleure chien de garde pour de telles personnes. Ils ont fait de vous une machine, qui obéit sans réfléchir. Et le pire, c’est que vous ne semblez pas vous en rendre compte…
 
Sa voix avait tressaillit sur la fin. Trop de stress d’un coup, même en étant habituée à prendre la parole sous le coup du stress devant la foule immense, pour elle, la situation la dépassait. La peur au ventre, elle savait qu’elle était perdue dans le moment immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr/
MessageSujet: Re: Le Petit poucet sème ses cailloux...
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Zelen :: ♁ Centre-Ville-
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Zelen :: ♁ Centre-Ville+