[Event] Base Nox_2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Altair
avatar

Messages : 6
Billets : 20065

Carnet de Bord
✦ Don: Destruction
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Personnage non-joueur
MessageSujet: [Event] Base Nox_2 Jeu 23 Mai - 22:43
Pour ceux qui souhaitent gagner des Laten pour leurs armes, je vous conseille fortement de participer à ce petit event et d'en ramasser. Cette base est censée pulluler d'Endormis dont le dernier message envoyé par les signaux est "Rage". Malheureusement le message a été donné à un peu trop d'endormi à la fois et lorsque la vague d'émotion leur fut passée les endormis avaient massacré la totalité des scientifique avant de reprendre un quotidien normal. Entre eux, ils sont paisibles. venez dans leur repère et là rien n'est moins sur.

Rappelez-vous que ces humains sont fortement réactifs à vos émotions. Si vous vous mettez en colère eux aussi le seront : de façon décuplée. Pareil pour la peur, la haine. Tout ce que vous avez à faire pour remporter une pierre de Laten est de faire un essai ici-même (merci à Taja pour l'idée). En un post, vous marquez ce que vous faites, comment vous entrez, qui vous tuez, ce que vous prenez, comment vous sortez... le suivant devra prendre les informations de ceux au dessus de lui pour faire son post : ce qui veut dire pour exemple que si le premier dit qu'il n'y a plus qu'une porte de sortie, le second devra comprendre qu'en toute logique il n'y a plus également qu'une seule porte d'entrée.

Bonne chance à vous, amusez-vous bien.
Êtes vous prêts... ?

Citation :
L'âme qui vous a dit ça s'évapore comme par enchantement avant que la porte principale de cette base n'explose et vous rende alors possible d'entrer et de piller cet ancien centre de recherche Aera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve
avatar

Féminin Messages : 50
Billets : 18243

Carnet de Bord
✦ Don: Emotion
✦ Pts Vote:
10/2500  (10/2500)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: [Event] Base Nox_2 Dim 11 Aoû - 10:18
Une erreur, une regrettable erreur... Qui avait put commettre une telle maladresse? Ignorait il la puissance de résonance des endormis? N'avait il pas appris que chaque émotion devait être dosé? Un massacre. Voila ce que cet abruti avait commis. Elle espérait qu'il était mort a cette heure, ou elle le tuerait bien elle même pouvoir avoir omis ces règles essentielles de sécurité. Il avait tuer les siens, tout un centre ravagé. Et pour quoi? Un test? Une défense? qu'avait il put bien se passé pour que le signale d'attaque soit donné? La question resterait sans réponse, mais c'était inutile désormais... S'il y avait eu quelque chose, il était sans aucun doute mort a l'heure actuelle...

La scanner, précautionneusement réaliser avait révélé la présence des endormis. Moins nombreux qu'ils auraient du être, signe que les scientifiques s'étaient défendu, mais aussi qu'ils commençaient a manquer de vivre... La vie s'était comme arrêter, plus de ravitaillement, plus d'ordre, plus de distribution, pourtant eux continuait a vivre, a manger, comme tout a chacun. Eve ne serait pas étonné d'en trouver plusieurs mort de faim. Mais ce fait rendait potentiellement les endormis plus dangereux...

Si l'Aera ne pouvait récupérer cette base, ils devraient tous mourir... Hors de question de laisser ce terrain d’expérience aux mains des pillards et de ceux qui cherchait a les détruire. C'est pour cela qu'elle était ici, pour faire le ménage. Son contrôle des endormis lui avait sans aucun doute valu d'être expédier ici, accompagné bien entendu, des fois que d'autre soit déjà sur place. La porte avait été exploser, ce qui mis immédiatement les hommes sur leur gardes, l'écartant le temps de sécuriser l'entrée.


    "Ne soyez pas aussi tendu... Vous allez réveillez les endormis si ce n'est pas déjà fait..."

    "C'est notre travail d'être suspicieux, et de faire en sorte que rien ne puisse nous tomber dessus..."

    "Et moi le mien, c'est de faire en sorte que l'armée qui est a l’intérieur de ces murs ne se prenne pas d'une envie soudaine de vous massacrer... Et pourquoi pas de vous dévorer. Vous croyez que vous les tiendrez a distance avec vos armes? Vous n'avez jamais du vous retrouver face à une horde en rage... Ce ne sont même plus des humains. Alors quand je vous dit de vous détendre, vous vous exécutez..."


L'homme fit une moue contrainte mais n'ajouta rien, faisant signe a ses hommes. Ils allaient pénétrer la base. Eve resserra la tenue dont on l'avait affubler. Cette armure de Kevlar était plus encombrante que protectrice a son gout... Si elle ne pouvais contrôler les endormis, mieux vaudrait courir que comptez sur sa protection.


    "On va bientôt entrée. La salle que nous cherchons se trouve deux étages plus bas. D'après nos informations, les cellules de vie des endormis se trouvait a cet étage, il doit donc y avoir la bas une concentration plus importante de ces hommes."

    "Je vous l'ai dit, ce ne sont pas des hommes. S'ils vous vous montrez agressif, ils se dresseront comme un seul. Hors de question de pointer vos jouets contre eux. Maintenant, on fait ce qu'on as a faire. On récupère les comptes-rendu, et on fait disparaître le reste. Votre équipier a apporter le virus? J'aimerais qu'on m'explique comment m'en servir, des fois qu'il vous arriverait malheur..."


Son sérieux glaçait le sang du militaire. Elle, cette petite femme, qui n'avait pas ou a peine reçut d'entrainement militaire semblait si sur d'elle en annonçant qu'il allait leur arriver malheur, toutefois persuader qu'elle s'en sortirait sans problème.


    "Il suffit de brancher la clef et d'ouvrir le fichier. Vous connaissez déjà le code de déclenchement. C'est a faire en dernier, après, nous devrons quitter les lieux en vitesse."

    "Je sait."


Ils étaient fin prêt. Un signe de tête, et les hommes pénétrèrent le bâtiment. La lumière y était tamisé. Le courant avant sans doute été couper durant l'assaut et le générateur de secours avait pris son relais, diffusant cette lumière approximative. Une odeur de mort vint rapidement chatouiller leurs narines alors qu'ils s’enfonçait dans les couloirs. Ils comprirent rapidement d'ou cela provenait en apercevant les cadavres qui avaient entamé leur décomposition. Depuis combien de temps étaient il la? Une semaine? deux? D'un geste de la main, Eve chassa les insectes qui tournoyaient autour de sa tête. Pas d'endormis jusque la. S'ils avaient repris le cours de leur existence, rien d'anormal, ces étages leurs étaient interdit et ils étaient si bien conditionnés, qu'aucun d'entre eux ne s'y serait risquer.

La tension commençait a devenir palpable dans l'air. Un coup d'oeil vers les soldats qui l'accompagnait lui montra que plusieurs avaient ôter le cran de sécuriser de leur armes et avait glisser leurs doigts près de la détente. Elle serra les dents mais n'ajouta rien pour l'heure. Elle sentait a sa cuisse la pression de l'attache qui retenait l'arme qu'on lui avait forcé a porter. Elle lui servirait peut être après tout...

Ils gagnèrent l’ascenseur qui les conduirait tout droit sous terre... En enfer. Quand celui-ci s'ouvrit, un duo de corps leur tomba presque dessus, enlacé dans une étreinte mortelle alors qu'ils s'étaient manifestement entre-tuer alors que le scientifique cherchait a échappé. Surprise, Eve recula de plusieurs pas, une moue de dégoût sur le visage. Ils tirèrent les corps avant de monter dans l'ascenseur. Celui ci était particulièrement large et pouvait sans difficulté accueillir une dizaine de personne. Il servait traditionnellement a descendre dans les niveaux de nombreux chargement. Deux hommes furent laissé a l'étage pour assurer leurs arrières, tandis que le reste du groupe s’enfonçait dans les entrailles du centre.

Eve ferma les yeux, inspirant et expirant avec une lenteur exagérer, se concentrant pour maîtriser a la perfection ses émotions. Qu'importe si les endormis avait massacrer tout les hommes ici. Ils étaient et restait des sujets d’expérimentation. Combien en avait elle manipuler dans sa vie, sur Jolah? Des centaines, des milliers? Elle avait put voir la manière dont ils réagissaient, seuls et en groupe. Elle les connaissait, comme si elle était faite du même bois qu'eux. Elle les avait mis en colère au point qu'ils se retournent contre les militaires, au point qu'ils ne fracassent leurs cranes contre les vitres de protection dans le but de les briser... N'était-ce point ce qu'il s'était passé ici? Si elle avait été en mesure de leur insuffler la colère, elle pouvais faire tout autant avec le calme, si ces abrutis ne foutaient pas tout en l'air. Les endormis étaient ce qu'ils étaient, des pions, qui obéirait, comme ils l'avaient toujours fait. Elle n'était même pas sur qu'ils se rendent compte du massacre commis.

Un tintement sonore retenti et ses yeux s'ouvrirent, de même que les portes de l'ascenseur. Pour atteindre la salle qu'ils cherchaient, le centre névralgique et informatique du centre, ils leur fallait encore traverser un dédale de couloir. Ils firent plusieurs mettre avant de croisé le premier endormis qui les regarda comme un fou, bientôt rejoins par des dizaines d'autres. Les hommes se crispèrent autour d'elle, et la réaction fut la même en face, en plus intense. Ils étaient maigres, manifestement malnutris, désœuvrer. Eve posa la main sur les bras du capitaine, qu'elle pressa pour qu'il baisse son arme, et passa devant lui, en direction des endormis.


    "Mon nom est Eve, je suis la nouvelle directrice du centre. Je suis ici pour remettre de l'ordre. Il y a eu un terrible accident ici, je voit bien que vous avez faim, mais maintenant que nous sommes la, tout ira bien, je vous l'assure."


Alors qu'elle parlait, les fixait intensément, ses yeux semblait scintiller. Son discours était rassurant, tout comme l'aura qu'elle diffusait, de calme et d'assurance. Une pointe de joie distillés ça et la, a l'intention de certains d'entre eux, et qui se rependrait comme une traînée de poudre, pour qu'ils voient en eux leur sauveur. Mais derrière elle, les soldats étaient toujours tendus, rendant la tache ardue.


    "Je doit me rendre au centre de contrôle pour pouvoir remettre en route les fonctions vitales du centre et permettre l'arrivée des ravitaillements. Mais pour cela, j'ai besoin que les couloirs soient dégagés de sortes que nous puissions travailler correctement. Je vais donc vous demandez de rejoindre vos cellules de vie le temps que nous puissions mettre tout cela en route. S'il vous plait."


Elle diffusait toujours cette aura, et pouvais lire sur certains visage des expressions différentes, entre la joie, le calme qu'elle leur inspirait, et l’inquiétude, inspiré par les soldats, mais aussi la colère, la rage, doucement éteinte, réminiscence de l'ordre qui avait été donné et avait conduit au massacre. Dans ce bouillonnement d'émotion, elle se mit a avancé en direction des endormis, le capitaine tendis alors un bras pour la retenir, mais elle était déjà hors d'atteinte.


    "S'il vous plait, regagnez vos cellules."


Peu a peu, les endormis reculèrent, certains partirent en direction de leur "chambre", d'autre continuèrent a les observer d'un oeil curieux, tout en s'écartant, pour ne pas "gêner" comme elle l'avait demander. L'espace d'une seconde, son visage ne put cacher tout le mépris qu'ils lui inspirait, alors qu'elle avançait, droite et assurée, bientôt suivit par les soldats. Il ne fallait pas montrer de peur. Agir de la sorte était une manière d'instaurer une normalité. S'ils avaient peur, les endormis auraient peur aussi... Et finirait par les massacrer a leurs tours.

Ils atteignirent la pièce désiré, une grande salle ou de nombreux serveur informatiques tournaient encore. Il servait a gérer toute l'alimentation du centre, d'ici on pouvais tout contrôler, les portes, les ascenseurs, mais c'était également la qu'était stoker la plupart des données, c'est pourquoi l'accès était très sécurisé... Du moins avant que les endormis ne détruisent tout. Eve passa par dessus un morceau de porte blindé défoncé, avec une pointe d'étonnement. La rage décuplait réellement les forces...

Ils étaient cinq a être venu jusqu'ici. Dont elle et le binoclard informaticien, chargé de récupérer les données et de transmettre le virus.


    "C'était... Impressionnant."

    "Gardez vos compliments pour vous. Nous ne sommes pas encore sortis d'ici. Et si vos hommes ne se maîtrisent pas, je ne garantis pas leur survit. Dépêchez vous."

    "Ne devrions nous pas fermer les portes maintenant que nous en avons l'occasion, cela isolerais une partie des endormis."

    "A quoi bon? Pour éveiller leur suspicion? Vous avez vu l'état de cette porte? Je doute que cela les arrêtes. Mais si vous en êtes persuader et que cela peut vous aider a vous détendre..."


Cette pointe de condescendance piqua le militaire au vif, nourrissant une rancœur qu'elle avait déjà commencer a attisé a leur arriver ici. Mais si elle était doué pour insuffler consciemment des émotions, elle l'était beaucoup moins quand il s'agissait de détecter celles qu'elle provoquait sans le vouloir. Elle avait répondu sans même lui accorder un regard, occuper a fouiller les tiroirs a la recherche de documents utiles. L'informaticien quand a lui, avait commencer a récupérer les données utiles contenues par les serveurs, mais il n'était manifestement pas serein.

Des endormis commencèrent a se regrouper autour de la pièce, par la porte défoncé, ou face a eux, au travers de la grande vitre de protection qui donnait sur une sale immense, sans doute d'entrainement. Eve se redressa, croisant les bras pour continuer a jouer ce rôle, cette maîtrise en les fixant.


    "Ils sont en train de nous acculer... Ils vont tous nous buter!"


La voix était tremblante. Le militaire commençait a perdre son sang froid. Eve se retourna, lui jetant un regard noir.


    "Calmer vous! Ou il se pourrait bien que votre prédiction se réalise!"

    "Mais comment voulez vous que j'me calme! Regardez les, regardez leur visage! L’étau se resserre!"


En effet, les hommes s'approchaient, mais leur attitude était craintive, légèrement altéré, comme s'ils ne savaient pas quoi faire, alors que le groupe commençait a leur inspirer de la crainte. Presque prêt a leur sauter dessus, pour éteindre la source du danger. L'attitude soudain menaçante commença a affoler l'informaticien, ainsi que les autres militaires, exacerbant un peu plus la réaction des endormis dans une chaîne sans fin.


    "C'est votre peur qui se lit sur leur visage! Calmez vous bordel! Vous allez tous nous tuer!"

    "Mais il a raison! On va tous crever! Me touchez pas! Reculez!"


Sans doute le moins entraîné de tous, l'informaticien avait sorti son arme tremblant, alors qu'un endormis avait tenté de le toucher. Il était prêt a faire feu, sans comprendre qu'il allait tirer dans la poudrière. Eve serra les dents et attrapa l'arme a sa cuisse. Elle leva son bras et la détonation se fit entendre, surprenant les hommes tandis que le petit génie tombait au sol, annihilant ses émotions en même temps que sa vie. La réaction du militaire en proie a ses émotions ne se fit pas attendre, il craignait tellement de mourir, que sa peur se rependit comme une traîne de poudre dans la foule maintenant acculer. Un quart de tour, et elle tirait sur lui, abattant a son tour.


    "Qu'est-ce qui vous prend?!"

    "Ils ne contrôlaient pas leur émotion."

    "Alors quoi?! Vous allez tous nous buter?!"

    "Si vous ne vous contrôlez pas immédiatement, oui."


Elle était froide, particulièrement maîtrisé. Les deux militaires étaient acculer, et incapable de recouvrer leur calme soumis au stress comme ils l'étaient, alors que des cris, de peur, de colère se faisaient entendre. Les endormis avaient commencer a pénétrer la pièce, avec pour cible évidente leur groupe. La résonance était trop grande, elle ne les calmerait pas sans un ennemis commun pour relâcher leurs pulsions et calmer leur peur.


    "Ces hommes m'ont tromper, ils sont la pour vous tuer! Défendez vous, ne vous laissez pas faire!"


La scène se déroula alors très rapidement. Elle ne sue dire qui des uns ou des autres ouvrirent le feu en premier, toujours est il qu'une marrée humaine se répandit alors dans la pièce, la laissant intacte alors qu'elle démembrait les deux hommes restant. Les tirs portés jusque la s’éteignirent, tandis qu'Eve contemplait ce macabre spectacle avec une pointe de désappointement. Cette mission aurait put se dérouler tellement bien...

Son aura de calme put se répandre de nouveau, maintenant que les émotions parasitent s'était éteinte. Le dernier homme mort, la foule retrouva un calme presque effrayant sous son impulsion.


    "Tout va bien désormais, Vous pouvez retournez a vos activités. Je vais finir ce que j'ai a faire ici, puis remonter pour organiser le ravitaillement. Merci de votre coopération."


Hébété, la foule se dispersa lentement. Eve s'approcha alors du cadavre de l'informaticien et fouilla dans ses poches pour récupérer la clef contenant le virus. Elle secoua la tête en regardant son visage qui avait conserver dans la mort cette expression de surprise quand il avait pris une balle dans le dos.


    "Stupide..."


Elle se releva alors, rejoignant les ordinateurs, récupérant le disque dur contenant les informations importante et branchant la clef. Elle tapa le code sans un remord avant de quitter la pièce pour regarder l’extérieur, comme elle l'avait annoncer.

Les données, corrompues avait commencer a se vider, se détruire sans possibilité d'être récupérer. Ce serait l'affaire de quelques heures. Quand cela serait terminé, toutes les portes encore en fonctionnement se refermerais, et un gaz mortel serait diffuser par toute les aérations capable de le transporter. Le ménage était fait...

Elle retrouva les deux hommes en haut de l’ascenseur qui s'étonnèrent de la voir remonter seul. Elle lui imposa de ne pas poser de question, et de lever les voiles, quittant le lieu sans se retourner, et sans une pointe de compassion pour tout ces êtres qui mourraient bientôt...


Code:
Pour les suivants, soit vous entrer alors que le processus de nettoyage n'est pas terminé (et vous pouvez espérer récupérer des donnés) tout en prenant le risque de vous faire enfermer dans ce cas il faudra survivre (certaines zone ne sont pas contaminé par la gaz a cause des destruction effectuer), soit vous arrivez après, et toutes les portes qui fonctionnent sont fermer et le gaz déverser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Président de la Shadow Corporation
Messages : 147
Billets : 23595

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
88/2500  (88/2500)
✦ Objets:
☣ Président de la Shadow Corp. ☣
MessageSujet: Re: [Event] Base Nox_2 Dim 11 Aoû - 19:51
Une technologie intéressante, ces "endormis", pensa James. C'était comme une armée à laquelle on donnait un ordre unique et qui le remplissait quoi qu'il arrive. Une armée de sauvage cannibales, certes. Rien de plus que des monstres sanguinaires que n'importe qui trouverait repoussant. Mais pas lui. Il avait créé suffisamment de monstres lui même dans les labos de la Tour Shadow, tellement de mutants et de créatures hideuses, qu'à présent, le terme affreux prenait une autre proportion.

Il n'avait jamais vu lui même les ravages occasionnés par une horde d'endormis. Juste quelques rapports qu'il avait lu, confiés par ses hommes, ou volés à l'Aera Center. Et il y a quelques mois de cela, il avait prit la décision d'observer lui même une de ces attaques. Le but étant de recueillir des données de combat afin de savoir comment s'en défendre, et si possible, comment améliorer la technologie. Durant plus d'un mois, une équipe de spécialiste de la Shadow Corp avait poussé ses recherches partout où des endormis étaient impliqués, cherchant à comprendre ce qui pouvait bien déclencher leur soudain pic sanguinaire. Ils avaient finalement trouvé...

Tout le contrôle sur ces choses était détenu dans une simple télécommande. Ils l'avaient trouvée lors d'un petit désastre ayant eu lieu sur Echo. A ce moment là, l'Eris était encore en pleine construction là bas et les négociations avec la mafieuse n'avaient pas encore débutées. Elle avait été réduite en miette, sans doute par l'équipe d'insurgée venu stopper l'Aera. Mais les agents de la SC avait récupérer la télécommandes et les quelques rares caisses de matériel de l'Aera qui trainaient sur place. Une autre équipe de recherche technologique avait alors peiné durant un long moment pour réparer la télécommande.  Mais alors qu'elle était de nouveau en état de marche, James et ses scientifiques avaient réalisés qu'ils y comprenaient... Rien du tout. Cette technologie était un vrai mystère pour eux, sans doute d'une ascendance Alien. Voila pourquoi il en était là maintenant.

Aujourd'hui, le cuirassé lourd de classe Devastator, le King's revenge, navire amiral de la flotte de la Shadow Corp était en orbite autour de la planète, dissimulé derrière une lune satellite. Cela faisait des heures et des heures qu'il observait. Une dizaine de sondes avaient étés déployées à la surface de la planète tout autour de la base Nox afin d'observer et de recueillir des données. James observait la planète, debout devant la grande verrière de la passerelle de commandement. La télécommande dans la main. C'était lui, le responsable de ce carnage. Oh, ce n'était pas comme s'il en avait eu l'intention. Mais comme il savait que les centre de l'Aera regorgeaient toujours de beaucoup de cobayes, il en avait sélectionné un particulièrement isolé, et avait... Appuyé au hasard sur les boutons. Les images des massacres avaient étés soigneusement enregistrées et analysées par quelques scientifiques. Il voulait voir et comprendre comment fonctionnaient les endormis.

La télécommande avait été embarquée à bord d'un drone furtif et avait survolé durant une bonne demi heure la base en envoyant les ultrason émis par la télécommande. C'est là que tout avait commencé. Depuis, le cuirassé et ses sondes avaient fait du surplace. Avaient observé après les combats, la manière dont les "fous" se comportaient. Longtemps après, très longtemps après, les choses avaient enfin commencés à bouger. Un autre vaisseau avait fait son entrée. Son transpondeur ne permettait pas de l'identifier, mais James avait sa petite idée : des nettoyeurs.

S'il n'avait pas déjà envoyé lui même ses hommes c'est qu'il savait qu'il aurait s'agit d'un suicide. Les endormis étaient toujours bien trop nombreux pour eux, alors il avait laissé le temps passer, que la faim et la maladie fassent leur œuvre. Les sondes avaient alors observées l'équipe de l'Aera Center rentrer dans la base, et ne pas en ressortir. Ou si, juste une. Comme si rien à l'intérieur n'avait pu l'atteindre. Aussi vite qu'elle était arrivée, l'équipe avait déguerpie et James savait que c'était son heure pour passer à l'action, sans quoi la base finirait par s'autodétruire et il n'obtiendrait rien de plus.

- Monsieur, vous ne devriez pas...

Les mots de son chef de la sécurité s'éteignirent quand James se retourna vers lui en lui adressant son regard le plus froid. Non, il avait raison, pour sa propre sécurité il ne devrait pas s'y rendre lui même. Mais il voulait voir de ses propres yeux, pas simplement à travers un écran. Une navette et deux gunships avaient décollés du hangar et étaient descendus sur la planète. Les hommes de la SSCS faisaient partis de la brigade de danger biologique, autrement dit celle chargée d'assurer la sécurité ou le nettoyage lorsqu'un de ses propres monstre faisait des sienne. Des hommes plus que qualifiés pour gérer des endormis. Il s'étonnait d'ailleurs que l'Aera n'ait pas envoyé des agents plus formés pour ce type de tâches.


La navette se posa et les hommes débarquèrent, certains étaient équipées de sortes de lances dont le bout produisait des décharges électriques semblables aux tasers, d'autres portaient des lances avec des sortes de colliers au bout, afin de capturer des spécimens. James resserra les attaches de son masque à gaz, pour l'occasion affublé de la même tenue de combat que les agents de son armée privée. Il ne souhaitait pas que qui que ce soit, survivant ou caméra de sécurité, capture son image sur les lieux. Et outre cela, la peur de se faire contaminer par un quelconque résidu de produit de l'Aera l'avait effleurée elle aussi.

La zone semblait étonnamment calme. En dehors du son des bottes de ses hommes claquantes sur le sol de béton de la DZ, aucun son ne parvenait à ses oreilles. Les hommes en noirs se postèrent devant l'entrée ouverte.

- Frayez nous un chemin jusqu'au centre de contrôle. Le tout dans le silence, je ne veux pas d'une nouvelle alerte ou nous y passeront tous. Il désigna les quelques hommes équipées des lances. - Je veux deux spécimens de chaque sexe, vivants et intactes.

Les hommes hochèrent la tête, comprenant tous que leur paye en dépendait, et que leur habileté à la faire en silence et dans le plus grand calme allait influer sur leur vie. Leur survie plutôt.

D'un signe de main James ordonna aux hommes de tête d'entrer. Quatre hommes pénétrèrent à l'intérieur de la base, et quelques secondes plus tard des "pcht pcht" étouffés se firent entendre. Ils avaient pris la précautions d'équiper leurs armes de silencieux. Heureusement.

- Monsieur, nous détectons des traces de gaz toxique dans l'air. La survie des spécimens n'est pas garantie.

- Alors dépêchons nous. Avant que tout ne soit perdu.

James entra à son tour, entouré par quatre gardes du corps; les masque à gaz ne permettaient pas de sentir les odeurs des lieux, mais il se doutait que si ça avait été le cas, il se serait sans doute sentit mal. Les morts pullulaient dans tous les coins. Certains pourrissaient depuis le premier jour, d'autres étaient plus ou moins récents. Des hommes, des femmes. Des scientifiques en blouses blanches -alors devenues rouges-, des soldats en armures. C'était une véritable boucherie, les gens étaient éventrées, démembrés.  Et James songea alors au profit qu'il pourrait faire avec de telles armes.

James ordonne de cesser le feu. Se tournant vers son chef des opérations.

- Major, débutez la phase de capture. Avant qu'ils ne meurent tous.

Ils se trouvaient encore suffisamment près de l'entrée pour trouver encore des endormis en vie. Les hommes aux perches dépassèrent les hommes de tête, en paralysèrent d'abord une, puis se dépêchèrent de lui enfiler un masque respiratoire et de l'évacuer. Plus ils s'enfonçaient dans la base, plus il était difficile de trouver des spécimens vivants. Ils étaient toujours agressifs au possible, mais l'action du gaz les avaient rendu faibles; ils rampaient péniblement au sol en tenant de agripper à eux. Un homme put encore être sauvé. Les autres étaient sur le point de mourir, trop intoxiqués pour qu'un masque à gaz et une intervention médicale ne joue en leur faveur.

Les éléments de tête s'orientèrent grâce à un plan des étages présents sur les murs à certains postes de sécurité, et purent ainsi trouver le poste de commandement, après maints détours du aux précédents carnages. Arrivé là, ils découvrirent la réelle ampleur du désastre devant les écrans des caméra de sécurité. James se prit à sourire. Lorsqu'un de ses hommes l'interrompit dans sa contemplation.

- Monsieur, toutes les données sont en train d'être effacées des ordinateurs, le processus ne peut être arrêté; quels sont les ordres ?

- Sauvez ce qui peut encore l'être, puis placez des charges explosives et détruisez toutes traces de notre passage ici.

- A vos ordres !

Chaque hommes présents dans la pièce s'affaira à son travail. Certains s'assirent devant les ordinateurs, tentant de récupérer le peu de données qui restait à prendre, d'autres sortaient des pains d'explosifs plastiques et s'employaient à programmer leurs explosions qui auraient lieux dans plusieurs heures.

- Provoquez une surcharge des générateurs d’énergie, l'explosion doit passer pour un accident.

Il sourit à nouveau, considérant que tout ici était passé pour un accident aux yeux des autres. Sauf des siens. Une fois les charges en places et le peu de dossiers sauvés enregistrées, les hommes quittèrent les lieux, empruntant les mêmes allées par lesquelles ils étaient arrivés. James ramassa un laten noire qui trainait au sol et avait du servir d'ultime moyen de défense pour un des gardes, puis soupira. Il n'avait capturés que la moitié des spécimens qu'il escomptait, et au final très peu de donnée. Mais c'était déjà ça. Maintenant, avec cette télécommande, il pourrait réitérer l'opération à volonté et étudier les endormies autant de fois qu'il le faudrait. Les trois engins regagnèrent l'espace. Ne laissant dans la base que mort, gaz et désolation, et bientôt une jolie explosion.


Code:

Pour les  suivants : En principe il y n'y a plus de survivants à cause du gaz, ou alors très peu, sans doute confinés dans des bulles d'air quelque part dans la base. Les données sont toujours en train d'être effacées et vous pouvez toujours les récupérer. Le temps est toutefois encore plus limité par la pose des charges explosives et la surcharge d'énergie des générateurs; l'explosion aura toutefois lieu bien après le verrouillage de toutes les portes. Donc veillez à ne pas vous retrouver enfermés.


Dernière édition par James Sanderford le Dim 18 Aoû - 2:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Messages : 25
Billets : 17981
═ Agent de l'Histoire ═
MessageSujet: Re: [Event] Base Nox_2 Ven 16 Aoû - 14:08
Elle attendit longtemps. Moteurs coupés, seul le programme de survie était actif et elle savait particulièrement bien qu'aucun vaisseau ne détectait un aussi petit que le sien s'il ne naviguait pas dans l'espace. Dans la pénombre des lieux, Jill observait juste les données de 1 et 0 s'afficher sans chercher à épier ce que les membres de l'aera pouvaient avoir fait ou qui était entré après eux. Des messages passèrent lorsque ces derniers rentrèrent sur leur vaisseau principal et il était question de prises et de maigres informations. Tiens, ils avaient réussi à en trouver ? Ils partirent sans qu'elle n'en sache plus. Longtemps après, elle resta en stase. Elle attendit d'être certaine qu'aucune activité n'avait lieu puis démarra pour se poser sur une passerelle secondaire. Une fois son vaisseau verrouillé, elle sorti avec combinaison et casque prévus pour l'espace et s'attachant à une barre sur la passerelle, avança jusqu'à la porte. Elle tenait entre ses gants de protection une console qu'elle brancha sur le système de la porte. Après quelques lectures de données, un décodage, elle parvint à pirater le système pour déverrouiller la porte. Se détachant, elle entra et laissa la porte vraiment large se refermer derrière elle.

C'est après cela seulement qu'elle comprit qu'elle ne pourrait pas retirer son masque. L'air était chargé de gaz et visiblement circulait relativement mal. Le temps d'être habituée à la pression des prochaines pièces, Jill étudia les données qu'elle recevait sur sa console. Trouver la principale salle informatique allait être dur, mais c'était faisable. Il fallait le faire. Pour l'avenir, pour qu'il y ait des traces, pour qu'un jour quelqu'un sache. Elle ne pouvait faire que ça. Rapidement elle trouva un plan et des emplacements, devina les non-indiqués. Il lui fut alors aisé de se diriger vers le lieu désiré. Des traces de sang l'interpelèrent : u scientifique avait été retourné. Elle le remit sur le ventre à l'emplacement logique où il avait du mourir et remarqua la trace d'impact dans son dos. On avait du vouloir le fouiller. La vision des écrans se vidant de données l'inquiéta rapidement et elle accéléra le pas jusqu'aux machines. Sans une hésitation elle se brancha sur le systême puis pianota sur son ordinateur. L'effacement avait une trace bien précise, il fallait juste mettre un code. Le temps qu'elle trouve le code il ne restait plus qu deux pour cent des données. Mais cela serait suffisant pour accéder aux programmes principaux dont celui du recyclage de l'air, de survie, et bloquer tout programme d'explosion des lieux. Elle ordonna aux systèmes de purifier l'air, aux caméras et autre agent d'espionnage de ne plus filmer à partir de maintenant et d'ouvrir toute les pièces jadis verrouillées, au cas où. Lorsque l'air fut enfin respirable, elle retira son casque. Ses cheveux blonds foncés tombèrent en cascade sur ses épaules et elle observa de ses yeux pratiquement noirs ce qu'il restait de la base. Maintenant qu'elle pouvait montrer son visage, il était question de faire vite.

Lorsqu'elle se balada casque sous le bras, elle trouva par moment des traces d'explosion. On ne pouvait savoir si cela venait de l'assaut ou d'un des deux vaisseaux ayant visité les lieux. Mais ce n'était pas ça qui l'inquiétait pour le moment. Aucun endormi dans les parages, sinon morts par les gazs. Elle devait pourtant trouver les derniers s'il y en avait et les faire sortir d'ici. C'était le moment ou jamais puisqu'on les pensait morts. N'y avait-il donc aucun survivant ? Il lui serait pourtant aisé de les faire sortir de là à présent. Aisé car les endormis n'étaient pas dingues, non plus. Ils avaient une personnalité et une intelligence propre, une conscience qui certes s’effaçait sous le flux de grandes émotions mais qui permettait de ne pas douter de leur comportement jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Des Endormis... des monstres en veille, ou des innocents en sursit. A voir selon les points de vue.

En s'enfonçant loin sur la base, elle finit par en dégotter un. Sa main se referma nerveusement sur son casque avant qu'elle se reprenne rapidement. Cette simple émotion avait fait gronder le pauvre homme alors qu'il se tenait la tête, apeuré. Il releva le visage après cela et mit quelques temps à se ressaisir. Le pauvre était en larme.

- Il se passe quoi... Geignit-il, n'y comprenant rien. C'est moi qui... C'est moi qui ait fait ça ?

Jill se retourna et vit un autre cobaye au bras totalement massacré, inerte, le cou faisant un angle assez étrange. Les Endormis se reconnaissaient-ils entre eux ? Elle se souvenait pourtant d'avoir lu que durant ces massacres, les endormis ne ressentaient aucune pitié ni aucun remord après s'être "réveillé", reprenant leur monotonie comme si de rien n'était. Elle l'avait trouvé. L'expérience de ce bâtiment était simple : créer des sujets auquel on aurait redonné une conscience pour amplifier l'idée de schizophrénie alors que derrière ce serait l'Aera qui les forcerait à attaquer. Une arme ultime, aucune trace. Un sentiment de pitié s'empara d'elle. L'homme dut le ressentir car il se tapota lui-même le bras comme pour se réconforter lui-même.

" Aide moi à trou_ver les sur_vivants. Vous ren_trez à la maison "
- La maison ? Quelle maison... Ils ont tout détruit. Geignit-il à nouveau.

Jillian ne pouvait qu'avoir pitié de lui : né en laboratoire, il pensait réellement que quelqu'un avait détruit les lieux et ne savait pas si c'était lui ou quelqu'un d'autre qui avait fait ça. Il n'était pas certain que ce type puisse avoir un jour une vie normale. La seule chose qu'elle pouvait faire était les soulager lorsqu'elle parvenait à ne pas se faire repérer. Serrant doucement sa console qui lui permettait de se faire comprendre, elle remarqua rapidement que cet acte l'interpelait. Et évidement une petite surprise sonnait chez lui comme une grosse surprise.

- AH !
" Je suis muet_te, je me sers de ça pour par_ler "
- Ah...

Il fallait qu'elle les trouve. Il fallait qu'ils s'en aillent, bientôt elle ne pourrait répondre pour les autres. Se concentrant pour rester calme et patiente, elle tendit la main au cobaye.

" C'est finit main_tenant. Viens, on récu_père les sur_vivants et on rentre à la mai_son. "

Le cobaye, devenu calme empoigna sa main et s'en aida pour se relever. Il sourit et la suivit en la tenant par la manche de sa combinaison. De cette façon deux autres furent retrouvés. L'un d'eux s'amusait à faire les tests pour lesquels on l'avait créé alors que deux corps de scientifique jalonnait le carrelage entre les trois autres et lui. Jillian haussa un sourcil mais parvint à lui ordonner d'arrêter. Elle embarqua les trois derniers vers l'issue qu'elle avait utilisé et leur demanda de mettre une combinaison le temps qu’elle finisse les fouilles.


- - - - - - -

Une salle sombre. La lumière s'allume. Jillian entre et avec sa console, active un drône cubique présent dans la pièce. C'était à priori un simple bureau de réunion. Bien. Le cube activa au dessus de lui où un hologramme s'afficha. Une brume blanche apparu dedans, puis une forme humaine.
- La zone a-t-elle été nettoyée ?
" Je suis arriv_ée à temps. "
- Bien. Fait en sorte que la bourde retombe sur ses hommes. Une fois discrédité je prendrait surement enfin sa place et ta position changera, comme convenu.
" Et pour les survivants ? "
- Fais en ce que tu veux. Sur ce, bonne journée.

La conversations 'arrêta là et le drône retomba à terre, vidée du peu d'énergie qu'il lui restait et qui avait servi à envoyer un signal bien plus loin que ce pour quoi il était prévu. Le regard de la blonde se troubla et elle observa les lieux. Les guerres internes de l'Aera Center lui serviraient rapidement à atteindre son but. La zone étant sûre, elle parcouru rapidement le rete du chemin et déplaça certains corps en veillant à ce que le sang ne trahisse pas ses mouvements. La mise en place laissait deviner des erreurs tactiques cruciales. Un simple spécialiste aurait lu en ce qu'il voyait que les hommes de la firme terrestre ne savaient pas entrainer leurs hommes : ils avaient l'air d'avoir voulu s'enfuir là où d'autre allaient on ne sait où. L'histoire retiendrait que les hommes de mains de la firme Aera de la Terre étaient des incapables, ou des trouillards. Sur le chemin, la jeune femme ramassa un laten puis retourna sur les consoles. Casque remit, elle reprit la position puis lança à nouveau caméras et sécurité. Celles-ci réinitialisées se remettrait en route d'ici à quinze minutes, le temps de s'en aller. Ne laissant pas de preuve de son passage la jeune femme reparti dans la salle d'embarcation et ordonna aux cobayes de s'attacher jusqu'au vaisseau. Une fois à l'intérieur, elle leur demanda de rentrer dans des cylindres... Ils obéirent docilement. On lui avait dit de faire ce qu'elle voulait des survivants et c'était bien ce qu'elle comptait faire... Eloignée, elle observa rapidement sur les écrans la base rester à présent active. Marquée sur les écrans, présente, et n'ayant pas été convenablement nettoyée.

Lorsque le vaisseau décolla, les trois hommes observèrent hébétés la verdure qui s’étalait devant eux.
Elle leur avait vaguement expliqué qu'Esperyth était le berceau des Endormis. Elle-même prenait des risques en venant ici car le MA-85 surveillait très largement cette zone. Mais les agents de l'Aera ne viendraient pas les chercher ici et au moins ils seraient en sécurité. C'était malheureux, mais c'était la seule chose qu'elle pouvait faire pour eux. Déblayer les secrets de l'Aera, remettre chaque chose à sa place... Réparer ce qui pouvait encore l'être : en silence.

* Ce n'est pas avec ça que je vais payer mon opération *

Songea-t-elle en voyant la maigre somme ajoutée à son compte sur le chemin du retour. Il fallait dire que cette opération était réellement exorbitante. Ce qu'elle avait reçu était une somme considérable mais là ce qu'il lui fallait était plutôt plusieurs dizaine de millions, rien de moins. Son regard se reposa sur le vide de l'espace et elle soupira. Elle la jouait perso, elle avait ses secrets, manipulait les autres... Qu'avait-elle de différent des autres membres de l'Aera au final ? Rien.


Strictement rien.

Citation :
Pour les suivants :
L'air a été purifié et il n'y a plus aucun endormi. Cependant, les systèmes ayant été rallumé l'oxygène et la chaleur s'épuisent petit à petit. A cause du virus, de la suppression des donnée set des déco reco des systèmes, il ne reste plus énormément d'énergie. Les prochains aventuriers devront donc garder un masque d'oxygène et une combinaison spatiale, au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr
Kurt Raynor
avatar

Masculin Métier : Capitaine des Spectres
Caractère : Pret à tuer

Messages : 162
Billets : 24478

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
51/2500  (51/2500)
✦ Objets:
☬ Capitaine du Léviathan ☬
MessageSujet: Re: [Event] Base Nox_2 Sam 17 Aoû - 16:29


Personne ne le vit arriver lors de sa sortie de saut hyperespace, ni de visu, ni sur les radars. Tout simplement parce qu'il était invisible pour les yeux et pour tous types de capteurs. Le Léviathan se dirigea vers l’atmosphère de la planète et sans même ralentir, l'une de ses trappes ventrales s'ouvrit pour qu'un hélicoptère puisse s'en extirper rapidement et enfin se mettre en route. Laissant le Léviathan camouflé durant toute la durée de l'opération.

Ce que les Spectres faisaient là ? Ils vérifiaient plus qu'autre chose à vrai dire. Bien loin des ordres prioritaires d'Erik et des contrats qu'ils avaient à remplir, le système de transmission avait intercepté plusieurs rapports cryptés provenant d'une partie de l'espace complètement isolée, où une engeance honnête n'aurait à priori rien à y faire. Arrivé à proximité du système, le Comm/scan avait repéré une signature énergétique complètement esseulé, au milieu de rien. Ils étaient là pour enquêter.

Dans l'hélicoptère il faisait presque entièrement noir. Le compartiment de transport, isolé du cockpit, était plongé dans la pénombre, tous hublots fermés, et seul une lumière rouge fixée au plafond permettait d'y voir encore quelque chose à l'intérieur, ambiance tactique oblige. Dans quelque minutes l'hélico survolerait la zone de mission et les six hommes de l'équipe assaut débarqueraient. A l'avant de l'appareil, le pilote camouflait son approche en faisant un vol tactique, de larges zig zag à basses altitude afin que l'origine du son soit difficile à déceler, et qu'aucun capteur sol-air ne puisse repérer sa présence.

Enfin, des bâtiments percèrent entre la végétation, comme une base secrète au milieu d'un jungle. En fait, c'était bien ce que c'était. L'hélico survola la bâtiment principal d'où émanait la signature énergétique la plus grande, les portes latérales des deux côtés de l'appareil s'ouvrirent pour que des cordes raides soient jetées en direction du sol, sur le toit du bâtiment. L'instant d'après, les six hommes descendirent en rappel le long des cordes, couvert par la puissance de feu de l'hélicoptère. Arrivés au sol, cinq hommes vêtus de combinaisons tactiques noires et de casques de combats intégrales se postèrent à genoux à chaque coins du bâtiment, tourné vers l'extérieur afin d'offrir une protection sur 360 degrés à l'homme resté au centre du toit qui préparait déjà une charge d'explosif pour effraction chaude.

L'hélicoptère rétracta les cordes de descente puis reprit doucement de l'altitude, décrivant des cercles autour de la base et servant d'appui feu aérien aux hommes au sol en cas de problème. L'homme au centre du toit s'écarta rapidement pour se placer à couvert derrière une gaine d'aération d'où sortait un gaz coloré à l'aspect menaçant. Détonation, bruits de pierres et de métal qui tombe au sol. Trois des hommes, Kurt Raynor en tête, rejoignirent le centre du toit où un jolie trou d'un bon mètre de rayon s'était formé, laissant apercevoir le sol de l'étage juste en dessous, couvert des débris du plafond.

Un des deux autres hommes, Tyree, sauta par l'embouchure et se posta dans ce qui semblait être un simple bureau administratif, braquant l'unique entrée afin de permettre aux Spectres restants d'infiltrer la base à leur tour. Une fois tous dans la pièce, Jenkins fouilla à la recherche d'éléments intéressants, dossiers, ordinateurs allumés, matériel sensible.

- Shepard, tu reste en appui pour lui, les autres viennent avec moi pour sécuriser le poste comm. principal. Compte rendu si découverte ou prise à partie.

Après que Shepard ait hoché la tête en signe d'acquiescement, Kurt et les quatre autres Spectres sortirent de la pièce et débouchèrent sur un long couloir. Il leur fallut redescendre deux étages pour arriver au rez-de-chaussée et enfin redescendre pour atteindre les sous-sols. Arpentant des couloirs et des pièces jonchées de cadavres. Certains portant le logo de l'Aera Center sur leurs uniformes. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer ici ?

Le courant fonctionnait toujours, et aucune porte ne posa de problème pour poursuivre la progression, bien que certaines aient apparemment été violemment forcée. Des traces de combats étaient visibles un peu partout, impacts de tirs sur les murs et les cadavres, effusions de sang, douilles et étuis répandues sur le sol. Certains tirs démontrait d'une grande maitrise car étaient visé en plein centre de la tête, et l'angle de tir indiquait qu'il s'agissait d'un tir droit, pas d'une exécution. Raynor en était sur maintenant, d'autres étaient venu avant lui. Les Spectres arrivèrent dans la salle de commandement, où des cadavres encore frais trainaient au sol, ou encore assis sur des chaises, le front écrasés sur les écrans et les claviers devant eux.

- Tyree, fouillez moi le réseau et prenez tout ce que vous pouvez. West, vous inspectez la pièce à la recherche d'indices, Strayer vous couvrez l'entrée.

Alors que chacun des Spectres s'affairaient à la tâche qui venait de lui être confiée, Kurt inspecta lui même la pièce, il y trouva quelques éléments intéressants : charges explosives à retardement, visiblement déconnectées. Si quelqu'un avait voulu faire exploser la base, son plan avait malheureusement été interrompu. West ne trouva pas grand chose, mais revient tout de même vers Kurt avec plusieurs fusils ramassés sur les cadavres et mis en bandoulière -une manie chez lui, ancien récupérateur sur une planète pauvre, de s'emparer de tout ce qui marchait encore- et avec en main une carte d'accès prise sur la blouse blanche d'un scientifique. Tien tiens...

- Chef. Déclara Tyree. Plus aucune données sur le réseau. Il n'y a plus que les système de gestion de la base qui sont encore actifs. La banque de données a été effacée.

C'était à prévoir. Si équipe de nettoyage il y avait eu, comme le laissait penser les cadavres, les données confidentielle de la base avait été l'un des principaux objectifs des nettoyeurs. Pas de données informatique alors, mais il y avait peut-être encore une chance de trouver quelque chose d'intéressant. Les Spectres quittèrent la salle de commandement puis s'orienta encore un étage plus bas pour entrer dans le laboratoire, grâce à la carte d'accès trouvée plus tôt.

Une salle entièrement blanche s'offrit à eux. Pas de cadavres ici, mais il semblait bien que les premiers meurtriers se soient échappés de cette pièce, se dit Kurt, quand il vit des cellules aux portes fracturées. Des endormis, comme sur Echo... Laissant un homme en surveillance, les trois autres se dispatchèrent afin de trouver des choses utiles. Un objet cylindrique de couleur violacée attira l'attention de Kurt, s'approchant, il pensa d'abord avoir affaire à une fiole de virus, mais non, c'était autre chose. Un laten. Il ramassa l'objet, le portant à hauteur des yeux pour l'examiner, puis une fois estimé sans danger pour lui, le rangea soigneusement dans une poche de son gilet tactique.

Comme il s'y attendait, l'ordinateur du labo ne contenait aucune information non plus, l'équipe précédente avait bien fait son travail. Alors il reporta son attention sur le labo en lui même, et sur les nombreuses fioles et conteneurs soigneusement conservés dans des étagères aux battants en verre.

- Ca pourrait intéresser les scientifique du QG. Par là il entendait bien entendu le MA-85, mais ils évitaient tous soigneusement de mentionner ce nom afin qu'on ne puisse les identifier eux ou leur appartenance. Trouvez des caisses de transport et embarquez moi ça.

Rapidement, les mercenaires trouvèrent des caisses noires étanches en résine, estampillées du logo de l'Aera sur le couvercle et servant aux transport de matières biologiques. Ils rangèrent avec précaution les fioles et les conteneurs dans les quatre caisses récupérées puis quittèrent le labo, empruntant le même chemin pour rejoindre le bureau par lequel ils étaient entrés. Au final Shepard et Jenkins n'avaient rien trouvé d'intéressant, à part quelques papiers sur la gestion administrative du centre. Kurt envoya alors le signa radio à l'hélico qui se replaça en vol stationnaire au dessus du toit le temps que les six Spectres et les quatre caisses soient remontés par le trou fait par l'explosion. L'hélico se posa sur le toit et les Spectres embarquèrent avec les caisses à bord.

L'appareil redécolla aussitôt reprenant rapidement de l'altitude, il grimpa vers les nuages afin de s'y cacher, le temps d'être intercepté par un rayon tracteur électromagnétique, celui du Léviathan, toujours invisible, placé juste au dessus d'eux. L'hélico coupa ses rotors et le rayon ramena l'appareil à son bord dans le hangar. La trappe se referma, et le Léviathan quitta le secteur aussi vite qu'il n'était arrivé, pour de bon cette fois.

[code] Pour les suivants : rien n'a changé, la présence des Spectres est donc passée inaperçue, sauf que la plupart des produits dans les labos ont été récupérés.[/color]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event] Base Nox_2
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ AILLEURS ✦ :: Voie Lactée-
 ::  :: ✦ AILLEURS ✦ :: Voie Lactée+