Dix ans plus tôt...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Masculin Métier : Commando
Caractère : Flegmatique -

Messages : 9
Billets : 18545
MessageSujet: Dix ans plus tôt... Lun 20 Mai - 18:55
Dix ans plus tôt

Orbite de Deimos

Le trajet Mars-Deimos n'avait pas demandé beaucoup de temps au transport militaire martien. Rien n'avait demandé beaucoup de temps en fait, la milice avait agit avec une réactivité impressionnante à l'ordre du gouvernement. Cela ne faisait seulement que quelques heures que le Gouvernement avait annonçait le départ des militaires pour Deimos, les médias ne parlaient que de ça et du trafic de marchandises illégales sur cette lune. Que la criminalité était rependue n'était pas un scoop, mais une action sur Deimos, ça...
La plupart de ses camarades avait abordés le sujet, mais très brièvement. Alster balada son regard dans la soute du transport, et trouva le capitaine en charge du commandement de l'unité.

- Arrivée dans 5 minutes ! annonça t'il.

A l'annonce, les passagers rebouclèrent les sangles de leurs sièges et le silence s'installa dans la soute, ponctuellement interrompu par quelques ordres. Quelques instant plus tard, le transport commença à décélérer. Alster le devina au bruit des turbines qui devinrent de moins en moins bruyantes. Puis enfin, les trains d’atterrissage entrèrent en contact avec le sol. Une fois le transport immobile, un nouvel ordre se fit entendre :

- Casques !

Alster s'empara du sien, le fixa sur sa tête et s'assura que sa combinaison était étanche. Pour le coup, ce n'est pas dans un centre urbain que le commandement à choisit la zone de débarquement, mais à l'écart. Un homme d'une trentaine d'année avec des galons de lieutenant passa entre les passagers et lorsqu'il passa devant lui, Alster lui signifia que sa tenue de combat était étanche, d'une pouce brandit vers le haut. La diode rouge, près du SAS de sortie passa au vert, et les martiens s'engouffrèrent dehors. En posant le pied sur Deimos, Trajan jeta un coup d’œil à son environnement, il faisait presque constamment nuit sur Deimos, d'après ce qu'on lui avait dit. Mais l'obscurité ne l’empêcha pas de voir ce qui servirait de caserne à son unité sur Deimos, à deux kilomètres selon son ATH. L'Homme qui les avait briefé leur avait dit que cette installation remontait à la colonisation de Mars elle-même. Elle avait était alors un complexe scientifique établit pour observer à l'origine, les conditions de vie des premiers colons martiens. Chargeant son fusil en bandoulière par dessus son épaule, Alster se dirigea vers l'ancien complexe. Il aurait un nouveau briefing d'ici deux heures, et le travail commencera vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 25220

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Dix ans plus tôt... Jeu 23 Mai - 22:14
Korai observa son visage dans le miroir tout en se mettant un rouge ne semblant pas de prime abord aller avec son âge. Dix sept ans... Et déjà diplômée et agent de son père. Une fille intelligente faisant ce qu'on exigeait d'elle à la perfection avec un orgueil aussi grand que celui de son père. Une jeune femme aimant avoir ce qu'elle voulait et qui sinon, le détruisait. cette même fille qui n'appréciait pas qu'on tourne autour d'Aleksei... Un homme de vingt cinq ans qui cherchant à grimper dans la famille Leskov, ne savait plus trop où il en était d'une relation ambiguë.

La brune en avait assez d'attendre mais dès qu'Alek revenait, elle y revenait également. Ce cercle semblait sans fin, ne lui pardonnant pas le moindre écart. La frustration d'être à ses côtés puis de devoir faire semblant devenait éreintante. Les filles minaudant autour de son amant étaient de plus en plus violemment jetées à la porte. Depuis toujours, la brune avait l'art et la manière de provoquer des incidents et de les mettre sur le dos de ceux qu'elle voulait éliminer. Actuellement, elle n'avait rien sur quoi se calmer. Aussi lorsque l'information fusa que l'Aera Center était parvenu sous un autre nom à s'implanter dans une des nouvelles tours, demanda-t-elle à prendre l'affaire en main. On savait tous ce que son père souhaitait ardemment trouver depuis quelques temps pour faire fleurir un nouveau marché : la formule de l'As. Elle aussi la voulait mais pour autre chose. Avec cette formule elle pourrait demander, non. exiger, le marché qui se créerait avec et ainsi montrer à son père ce dont elle était réellement capable.

Descendant du taxi devant le bâtiment, Korai regarda sa montre. Selon les informations reçues, des gens allaient faire diversion. L'armée de Mars en l’occurrence, pour virer ce commerce illégal de là avec les preuves qu'on avait bien voulu leur donner. La bonne entente régnait entre la famille Leskov et le gouvernement décidément. Après tout sinon pourquoi les aideraient-ils à se débarrasser de leurs rivaux commerciaux ?

Se posant dans un café, la brune commanda un cocktail de fruit et se renfonça dans son blouson de cuir noir. Il n'y avait plus qu'à attendre que les dits militaires interviennent. Son père lui avait donné cinq hommes pour faire ses preuves. Et aleksei avait eu beau lui dire que c'était une mauvaise idée, qu'elle ferait mieux de prendre soin d'elle, elle était là à prendre son destin en main. En fait, peut-être qu'Aleksei avait un défaut mine de rien. Il était parfait, mais si elle voulait avancer la sécurité qu'il lui offrait était quant à elle dangereuse. Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas les regards des serveurs ou le questionnement qu'avaient certains à reconnaitre un des enfants Leskov dans un lieu public. Sans en prendre compte, Korai sorti une tablette miniature et sourit en voyant ce qui apparaissait dessus. la cavalerie approchait... Bien.

Après avoir bu son cocktail, Korai entra dans le centre et fut presque immédiatement accueillie par des personnes la reconnaissant. Un centre de recherche sur les parfums et toxine. La devanture était presque neutre si on omettait les caméras à tout les étages. Son oreillette grésilla deux fois, l'alertant que ses hommes déjà entrés un peu plus tôt dans le bâtiment avaient repérés les miliciens en approche. Bien. Elle parla d'une faussa potentialité de contrat avec l’hôtesse d'accueil pour l’appâter et attendit que tout se mette en place...

[Je te laisse réagir dans l'établissement comme tu le sens avec ton équipe, Korai suivra dans tout les cas en fonction de ce qu'il se passe ne t'en fais pas ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
avatar

Masculin Métier : Commando
Caractère : Flegmatique -

Messages : 9
Billets : 18545
MessageSujet: Re: Dix ans plus tôt... Sam 25 Mai - 19:44
Deimos

Alster balada son regard sur la rue dans laquelle s'engagea son escouade, autant pour étudier les lieux que pour garder un oeil sur les passants. Deimos avait depuis trop longtemps était exempté de la présence des militaires, les locaux les regardaient comme des intrus. Des regards méfiants pour la plupart, mais ça se limitait à ça. Pour l'heure, aucun n'avait essayer de les approcher depuis qu'Alster et ses camarades avaient quittés leur caserne provisoire. Le lieutenant qui commandait l'escouade ouvrit la marche, et Alster comme ses six autres camarades lui emboîtèrent le pas. La patrouille arriva bientôt à hauteur d'un café, où la clientèle les accueillis par un silence temporaire avant que les discussions ne se fassent plus basses qu'a l'arrivée des miliciens. Mais les huit martiens en tenues de combat portèrent leurs attentions sur le bâtiment qui se trouvait de l'autre coté de la rue.

L’établissement était un centre de recherche sur les toxines, le commandement les y avait envoyés afin de répertoriés le personnel, les registres et installations. Les gens qui travail la dedans avaient les connaissances nécessaire à la création de substances illicites, Alster n'avait eu besoin de personnes pour comprendre la suspicion de ses supérieurs contre ce centre là. Alors que le lieutenant et un autre solda étudiaient la façade du bâtiment, Alster se retourna pour jeter un coup d'oeil autour de lui, il surprit un homme assis au bar en train de les fixait. C'était peut être, surement même, que de la curiosité mais celui là comme tout les précédents suffit pour éveiller le sens du danger que de nombreux martiens avaient développés. Inutile de préciser à son lieutenant qu'on les observait, c'était le cas depuis le début de la mission et il était déjà très au fait de ça.

- Alster, tu prends la tête d'un groupe et tu vas inspecter le centre, on va vous attendre ici.

Alster indiqua d'un signe tête la porte à trois de ses collègues pour leur intimer de le suivre tendit que le reste du groupe bougeait lui aussi de manière à surveiller la porte du centre et les arrières du groupe d'Alster. L’accueil du centre était assez grande, avec un grand bureau recourbé en bois fond de la pièce. Il y avait assez peu de monde, deux hommes en costard qui discutaient a voix basse à l'écart des autres, des dossiers pleins les mains, un homme avec un prothèse mécanique en guise de bras, venu sûrement chercher des renseignements ou médicaments antirejet de sa prothèse et enfin une jeune femme brune dans un manteau de cuir noir qui semblait écouter une hôtesse visiblement très motivée pour vendre ses produits. Si motivée qu'Alster comprit que son interlocutrice devait être une cliente sacrément importante. Alster ne fit pas dix pas qu'une autre hôtesse l'aborda avec un sourire courtois, quoique inquiet.

- Je peux faire quelque chose pour vous ?

- Oui, répondit Alster d'un ton calme, avertir votre direction que ceci est une inspection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 25220

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Dix ans plus tôt... Mer 29 Mai - 10:56
[excuse moiiii >w<]

Lorsqu'on l'eut reconnue, la brune vit le sourire commercial de la secrétaire s'effondrer. Oui, la jeune femme devant eux avait déjà une réputation de critique hors pair et même si cette société avait une partie dans l'ombre, la vendeuse elle ne semblait pas tout à fait au courant de ce qu'il s'y passait. Elle devint pompeuse, lourde, et gauche. Pendant que Korai essayait de garder une allure polie alors qu'elle avait envie de rire de ce qu'elle voyait, des gens armés vinrent réclamer une inspection. Dans un mouvement fluide et gracieux la jeune femme se retourna et avisa les quelques hommes qui venaient de proposer ouvertement à l'Aera de plier bagage pendant qu'ils feraient une inspection plus ou moins poussée. Elle espéra alors qu'ils fassent vite car dire ainsi qu'une inspection état faite était le meilleur moyen pour que l'Aera cache ce qui avait été temporairement déballé... Si du moins ils parvenaient à trouver les salles cachées : car à tout les coups il y en avait.

- Je peux voir votre permission d'inspection messieurs ? Demanda un responsable tandis que la vendeuse, professionnelle, incitait fortement Korai à la suivre dans une pièce un peu plus calme : visiblement elle ne voulait pas perdre son client. Je n'ai à vrai dire pas été prévenu d'une inspection plausible hors la loi p....

Les dires se perdirent au loin tandis que le sas se refermait sur elles deux.Korai sourit poliment à la vendeuse et alla directement s'installer dans un des fauteuils si confortables de la salle privée où on la plaça. Elle observa un temps l'aquarium où des créatures de synthèse se mouvaient sous l'apparence de poissons lumineux et accepta le café proposé tandis qu'on lui présentait des odeurs certes raffinées, mais qui ne l'intéressaient pas tant que ça. Pendant que la vendeuse s'affairait à retourner en chercher d'autre, Korai songea aux hommes vus juste avant qu'elle ne change de pièce. l'un d'entre eux semblait tout juste avoir son âge : il devait être talentueux pour avoir rejoint une telle unité.

Néanmoins elle ne pouvait penser à cela plus loin. elle tourna sa bague tout en buvant son café jusqu'à ce que la décoration soit tête en bas. dans le reste de café, quelque chose tomba qui interféra grandement, sans que cela ne soit explicable sans gros plan, avec la vidéo des pièces. Après cela il ne lui resta plus qu'à assommer la vendeuse lorsqu'elle revint avec une injection et Korai put érer dans les couloirs, sa tasse de café à la main comme si de rien était. là où elle passait, les caméras tombaient en panne pour une bonne heure. Elle jeta la tasse un peu plus loin lorsque la fumée n'apparut plus et entra dans l'ascenseur. Il lui fallait faire vite car si ces hommes étaient là pour intercepter des membres de l'Aera, ses ordres quant à elle différait un peu. ce qu'elle cherchait, c'était une formule. Et pour cela il lui fallait aller en sous sol. Elle allait retirer la plaque de contrôle lorsque des bruits de pas cadencés la mirent en alerte. finalement elle démonta celle du dessus, se hissa et referma la grille avant de se mettre à plat. la dernière chose qu'elle fit fut de regarder vite fait qui était dedans puis se mettre à plat dos au dessus de la grille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
avatar

Masculin Métier : Commando
Caractère : Flegmatique -

Messages : 9
Billets : 18545
MessageSujet: Re: Dix ans plus tôt... Mer 5 Juin - 20:10
Deimos

La remarque de l’hôtesse fit ricaner l'un des collègues d'Alster dans son oreillette, les inspections ne sont utiles que si elles sont surprises. Gardant une expression neutre, le jeune homme tira un journal électronique d'une poche de sa tenue de combat et le présenta à son interlocutrice alors que ses camarades s'engouffrèrent dans le centre pour commencer l'inspection sous le regard étonné de l’hôtesse, qui oscillait entre le document et les militaires face à elle. Deimos était sous le giron de Mars et dont les citoyens devaient obéir aux lois, car oui, même si la plupart des moutons de la Terre prenaient les martiens pour des sauvages arnarchique, ces sauvages avaient toutefois des lois.

- Je vais vous demander l'accès immédiat à vos systèmes de surveillances et le regroupement de tout le personnel dans une même salle.

La femme hocha la tête machinalement en indiquant de la suivre dans un couloir aux soldats martiens, un autre encadra les passants pour les diriger vers une autre salle où s'étaient éclipser la jeune femme brune en manteau de cuir et son interlocutrice, qui manquait manifestement d'assurance. Alster et ses collègues s'engagèrent sur les pas de la jeune femme. Il était essentiel de consulter ses archives vidéos, histoire de s'assurer qu'on essayer pas de dissimuler quelques documents à une certaine patrouille de militaires martiens.

- Ici, indiqua poliment leur guide alors que les des trois soldats se détacha du groupe pour commencer à pianoter sur le clavier.

- Bien, maintenant les registres de votre inventaire.

Alster vit clairement tiquer la jeune femme, les entreprise terriennes avaient droit à un certain secret industriel, mais le gouvernement martien exigeait des siennes qu'elles soit contrôlées pour lutter contre le trafic illicite de Deimos. L’hôtesse avait beau n'avoir certainement pas voix au chapitre de la direction, elle n'en compris pas moins ce qu'on lui demander là. Elle mit quelques secondes à assimiler ce que venait de dire Alster.

- Euh... Oui, oui, d'accord.

Elle guida ses deux "invités" restants vers un ascenseur, qui s'ouvrit après quelques secondes d'attentes. Le groupe s'engouffra à l’intérieur quand l'intercom bipa :

- Alster, j'ai un problème ici.

- Quoi ? questionna l’intéressa en tapant l'étage que lui indiquait son accompagnatrice.

- Y'a une employée au tas ! Inconsciente.

Alster leva instantanément le bras pour retenir l’ascenseur alors qu'il fit signe à à l'autre militaire dans l’ascenseur d'aller jeter un coup d’œil pendant que son interlocuteur précisa que la jeune femme avait été assommée d'un bon coup sur la tête. L'image d'une hôtesse stressée emmenant sa cliente à l'écart quelques instants plus tôt refit irruption dans l'esprit du martien, elle et la brune à qui elle essayer surement de refourgué sa marchandise. Dans le même temps, un autre homme de son groupe annonça que la surveillance vidéo était hors ligne.

- L'enregistrement de la pièce s’arrête sur un entretien de l’hôtesse avec une jeune femme brune, environ dix-huit ans, en manteau de cuir.

- Y a quelqu'un qui correspond à la description chez les clients ?

- Non.

*Où elle est passée celle la !*

Alster se tourna vers l’hôtesse et relâcha le bouton de l’ascenseur pour descendre. Système de surveillance HS et une inconnue qui se balade dans les locaux... Quelque chose de pas net ici. Alster porta sa main à son comlink et avertit son chef d'escouade de la situation alors que la porte de l'ascenseur se refermait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 25220

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Dix ans plus tôt... Lun 10 Juin - 10:28
Korai resta silencieuse, les yeux mi clos, essayant d'entendre ce qui se disait. Pour une fois que les militaires étaient plus rapide que prévu elle n'allait pas s'en plaindre. Observant son blouson elle se dit que les caméras avaient quand même l’œil. Sauf pour la pellicule collée sur le tableau de bord de l'ascenseur. Peu importe le temps que ça prit pour l'activer, elle attendit que ça soit le cas et commanda un étage en dessous du sien. Si l'ordre était de monter, il monterait d'abord à l'étage voulu. Si c'était de descendre, l'ascenseur descendait à des étages non-marqués sur le tableau de contrôle. Le logiciel créés par leurs petits génies fonctionnait et passait outre la clé pour ordonner à l'ascenseur de descendre. Elle laissa le type à l'intérieur juger en conséquence : l'ascenseur n'ayant pas normalement à descendre à de tels niveaux, et chopa une fois arrivée l'échelle de secours pour grimper à l'étage du dessous. D'une certaine façon korai remerciait à sa façon les militaires d'être si rapides mais de l'autre, elle se servait d'eux pour faire diversion... Souriant de fierté de ce sale tour, c'est en silence et avec une aisance particulière de ceux qui ont subit un lourd entrainement que la jeune femme arriva aux portes de l'étage supérieur et s'occupa d'une sorte d'embranchement où normalement l'ascenseur envoyant l'ordre d'ouvrir les portes.

Vérifiant que l'ascenseur ne se remettait pas en marche à l'oreille, la demoiselle commença à installer le nécessaire pour contrôler le déclencheur. Ça prit bien cinq minute ce qui laissait aisément du temps pour comprendre ses magouilles et remarquer que la grille du plafond de l'ascenseur avait été reposée mais pas parfaitement. Korai mit des espèces de boules noires dans ses oreilles pour atténuer ce qu'elle entendait, et souffla un coup. Cette fois les choses sérieuses commençaient...

lorsque les portes de l'étage du dessus ouvrit sur un des étages inconnus, un son d'arrivée certes assez faible put se faire entendre. Korai envoya une bille dans le couloir et au choc avec le sol la bille projeta une lumière et un son très aigu intense ayant la capacité de faire évanouir quiconque voyait ou entendait cela. Se hissant en haut à l'aide de ses bras la jeune femme sorti enfin son arme et rangea la console dans son blouson, faisant le compte...Quatre billes encore, un dernier sachet mais il lui faudrait trouver de l'eau chaude ou autre, ses balles avec réactif (le laten n'existait pas encore), un bouclier pare-balle qui ne durerait qu'au max une heure et rien d'autre. Pour le coup elle n'avait vraiment pas prit grand chose selon elle mais le paternel avait refusé de laisser de trace de leur passage... Korai observa l'un de corps inertes et finalement rangea son arme avant de prendre le fusil que tenait le type puis d'avancer.

L'information était simple : aller au fond.

* Normalement je les ai envoyé dans la partie recherche d'arme réactive, ça devrait les occuper le temps que je récupère la formule, on verra après. *

Consciente qu'elle serait obligée de rencontrer les militaires tôt ou tard, la brune songea à un plan B rapidement tout en s'occupant un à un des gardes présent dans le couloir et avançant rapidement. Elle n'avait pas vraiment envie de s'éterniser ici et de laisser à l'Aera du temps pour réagir. Au premier croisement, elle envoya à nouveau une bille et se cacha à nouveau de la lumière. Les boules noires dans son oreille étouffait assez les sons pour la protéger de l'évanouissement mais elle grimaça tout de même, plus proche que tout à l'heure. La brune trouva enfin la pièce qui l'intéressait et y entra avant de s'y enfermer avec trois scientifiques louchant sur son fusil.

- Eloignez-vous des consoles.

L'un d'eux fit mine de se jeter sur un panneau d'aller et elle n'hésita pas à l'abattre d'entrée de jeu. Les deux autres hurlèrent : visiblement on avait du leur mentir sur le fait qu'ils n'auraient pas d'emmerde en bossant pour l'Aera. Toujours est-il que les deux autres reçurent le même sort que le premier avant que la jeune femme rejoigne un ordinateur. Elle y inséra un câble qu'elle relia à son appareil, déclenchant le programme de piratage. lorsqu'elle eut accès aux fichiers, elle observa de près les pipettes et autres tubes à essai. Elle était bien dans la pièce de synthétisation de l'As. Malheureusement elle ne trouva pas le fichier. Un programme cependant l'interpela. Elle le lança et entendit les machines derrière elle se mettre en route... la brune sourit. On leur offrait carrément un logiciel concentrant toute les données sur l'As. Elle vérifia et la formule était bien dans le programme. Lançant le transfert, Korai prit le temps aussi de sortir une fine pellicule de son blouson et de l'insérer dans sa boite de commande. Celle-ci changea de couleur une fois la boite de commande chargée et elle cacha la pellicule à nouveau dans l'intérieur de cuir de son blouson. La pellicule était trop fine et souple pour se sentir au toucher mais au cas où on lui piquait son appareil, il lui fallait un duplicata de la formule.
La dernière chose qu'elle fit fut de placer la bombe pour encombrer au maximum l'Aera et de lancer un programme de formatage sur l'ordinateur mère afin de supprimer les découvertes récentes et d'encombrer au maximum ceux qui étaient alors les rivaux commerciaux de son père sur le marché de la drogue.

- Aller on y retourne. Murmura-t-elle plus pour elle-même que pour les corps sans vie qu'elle dut enjamber une fois qu'elle en eut terminé avec l'ordinateur principal.

Le retour fut quelque peu moins mouvementé : l'ascenseur étant prit par les militaires, les gardes du couloir restait les même et hormis quelques uns abattus au fusil puis avec son arme lorsque celui-ci n'eut plus de munition la jeune femme put retourner à l'ascenseur sans encombre... L'arme à la main au cas où, Korai appela l'ascenseur et attendit en silence, une autre bille entre les doigts : à la moindre emmerde de vue elle la lançait dans la cage.

[occase pour qu'on se voit créée o/ je savais pas comment l'amener du coup je suis fière <3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
MessageSujet: Re: Dix ans plus tôt...
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Deimos-
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Deimos+