Une seconde chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Servir et découvrir
Caractère : Etonnée

Messages : 114
Billets : 18258

Carnet de Bord
✦ Don: /
✦ Pts Vote:
32/2500  (32/2500)
✦ Objets:
Autiste Compromise
MessageSujet: Une seconde chance Mer 10 Avr - 21:44
Page Noire
Je me sentais un peu perdue dans ce monde trop vaste. Je me piquais avec cette chose qui semblait être utile contre le stress. Ce qui était faux au début. Puis, comme on me l'avait dit, ça calmait vraiment mes douleurs de crâne, comme disons … indispensable. Nécessaire. Les définitions se recroisent. Les mots touchent le véritable effet que cela me faisait.

Je traînais dans ces rues depuis trop longtemps déjà. Une seule idée me hantait : 'gentil monsieur'. Cette appellation a toujours été la sienne. Quand on appelle quelqu'un, on définit sa conscience, sa personne. Seamus Valtusmin était son vrai nom, beaucoup pensait que je ne le savais pas. Mais pour moi, plus on est important, plus nous portons d'appellation. Je lui en avais attribuer une qui lui allait à merveille : 'gentil monsieur'. Pourtant, le problème était bel et bien présent. Je n'arrivais plus à l'appelait ainsi. C'était comme si son importance diminuait. Et oui, Seamus. Je n'avais connu que deux chez moi : ma chambre blanche, et chez 'mon gentil monsieur'. Cependant, à ce jour, tout était fini. Je n'avais plus de 'gentil monsieur'. Je me sentais abandonnée, livrée à moi-même. C'est le même sentiment que j'ai pu éprouver lorsqu'on me laissait débarquer sur Mars...

« Où tu vas ma jolie ? »

Je devais partir. Je me souviens avoir déjà eu ce genre de conversation avec mon gentil monsieur.

« Dis... Tout va rester comme ça pour toujours ?
-Je ne sais pas Moïra, on ne sait jamais de quoi est faite la vie. Pour le moment tu es là, avant tu étais dans ta chambre blanche, et demain on se pas où tu seras...
-Demain je continue la filature du Doc non ?
-Demain c'est dans un lointain demain. »


Je n'avais pas compris tout de suite. Pourtant, pour le moment, je savais où j'allais. J'allais partir, de toute façon, depuis le départ, seul mon rêve était valable. Je vais trouver une planète où tout sera simple pour moi. Je l'appellerais Moïra, Moïra Tenderston, Moïra Valtusmin, Moï V., Moï … avec pleins de noms car ce sera une planète importante. Je vivrais heureuse sans devoir faire des efforts de mémorisations des détails, des visages, des expressions, pour comprendre le monde. Tout sera bien plus simple. Comme les images des livres. Elles me montreront dans la plus pure des simplicités les choses.

Citation :
Chez Seamus Valtusmin

J-8 que Moïra a disparue. Je ne peux prévenir personne, cela alerterait trop de monde, et on enquêterait sur Moïra. Beaucoup se rendrait compte qu'elle n'est pas réellement ma fille adoptive, et ils se rendraient compte aussi, qu'elle est spéciale. Je mentirais en disant qu'elle ne me manque pas. Cette fille est devenue ma fille avec le temps. Je ne sais pas pourquoi, mais bien qu'elle voit les choses différemment que nous, gens normaux, elle possède un côté si attachant. Parfois un peu malsain, il est vrai, car c'est une belle jeune femme avant d'être un esprit innocent. Moïra m'aura beaucoup apporté, et non pas seulement en matière de travail, c'est une personne qui a colorée ma vie qui était maussade, il faut se l'avouer. Pourtant, je sais très bien que si elle reste, la situation deviendrait dangereuse à la fois pour moi et pour ma petite Moïra. Même si je serais heureux de la voir revenir, et que je m'excuserais pour la première fois de ma vie, je devrais me séparer d'elle d'une façon ou d'une autre. Je ne veux pas qu'il la prenne. Oui, au départ, outre mon profit personnel, je me disais qu'une fois que cette jeune fille ne me serait plus utile, je la livrerais fièrement à l'Aera. Mais avec le temps, cette idée m'est devenue inconcevable. Je savais, pour avoir assez eu affaire avec eux, qu'une fois entrer dans un des Centres de l'Aera on n'en ressort plus.

Un bruit se fait entendre, je crois comprendre qu'on entre par effraction. Enfin, quelqu'un se serait rendu compte de l'intérêt qu'il aurait à me voir disparaître ou bien … Si Moïra avait été là, elle aurait pu me sauver la mise. De toute façon, à l'heure d'aujourd'hui, je n'ai pas envie de me rabaisser à défendre ma misérable existence dérobée. Je sens qu'on avançait jusqu'ici. Les hypothèses fuse dans ma tête. Je sais alors qui est-ce par le nombre de minutes que cette personne reste dans la même pièce que moi sans me tuer, alors que je feins de ne rien voir et de lire mes comptes.

« Moïra … Tu es revenue ma douce ? »

Je me retourne doucement. Je la vois devant moi, aussi maigre et à la fois rigide qu'autrefois. Ma fille, elle semble changer par un je ne sais quoi. Ça semble bien plus fou que la maturité. Je n'ose m'imaginer ce qu'elle a fait, pensé durant ces huit jours. Moïra, il est impossible de suivre le fil de tes pensées, je ne sais qui est la Moïra qui est en face de moi.

« Tu m'as manqué tu sais... »

Elle ne dit rien, elle ne vient pas me réclamer de l'affection. Que fais-tu Moïra ? Pourquoi es-tu là ?

« Je suis qui ?
-Quel question idiote ma douce, tu es Moïra.
-Faux, je suis Moïra, Moïra Tenderston, Moïra Valtusmin, Moï V., Moï, ta douce, ta fille, ton agent, toi, princesse Moïra...
-Moïra... Tu es celle que tu as envie d'être. Choisis.
-Tu m'aimes gentil monsieur ? Parce que moi je t'aime. »

Elle se tait. Ce silence dure, bien trop longtemps à mon goût, mais je sais qu'il ne fait pas interrompre la pensée de Moïra, elle peut en devenir violente. Ça lui permet de se ressaisir.

« Adieu gentil monsieur, je n'ai plus besoin de toi. Tu es devenu... compliqué.
-Au revoir Moïra, prends soin de toi et ne meurs pas trop vite s'il te plaît. »

J'avais tué mon gentil monsieur. C'était bizarre. Je ne réalisais pas encore qu'il était monté dans le vide l'Univers. Je me demandais d'ailleurs à quoi ça pouvait ressembler le vide de l'Univers.

Libre. Ça veut à la fois tout dire et rien dire. Je marchais seule dans la rue, j'avais récupéré de quoi vivre un peu. Le minimum de survie comme me l'expliquait mon instructeur. C'est simple, quand on est pas libre, ces choses qui nous empêche la liberté, elles nous poussent. Pousse à chercher une planète parce qu'ici je ne comprends rien. Je veux mon monde à moi. Pousse à aider mon gentil monsieur parce que je l'aime. Pousse à prendre de l'As, parce que je suis triste et que je veux écouter ces drôles de monsieur. Je n'aimais pas réfléchir. Ma tête était en feu, c'était comme si je ne savais pas ce que je faisais là. Je me mis à courir dans Zelen, je me fais remarquer et je ne fais pas attention à ces visages intraduisible pour moi. Je ne voulais plus faire l'effort de les comprendre. Je voulais partir chercher ce monde. Insupportable. Insurmontable. J'ai mal. Je ne comprends pas. Je ne comprends pas.
1... 2 ….... 1 ….2
Ma respiration était encore une fois difficile. Une crise. Non pas ici. Je détournai mon chemin qui se dirigeait vers un hangar où j'aurais pu me payer un vaisseau avec l'argent volé à Valtusmin, pour me cacher dans les ruelles plus sombres. Mon poing cogna fort une baine. La douleur était libératrice de cette crise. Mes larmes m'échappaient, mon souffle s'essoufflait, mon cœur s'emballait.

« Mal .. 1 … 2 … 3 ...4 ...hmm »

Je m'écroulai dans cette ruelle.
Noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 23380

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Une seconde chance Ven 12 Avr - 8:00
[Me vlaaaa tite princesse !]

La brune resta droite à observer l'espace, un verre de vin millésimé entre les doigts. Le verre par sa simplicité ne payait pas de mine mais il suffisait de l'observer pour comprendre qu'il était en cristal et que la tige était gravée, même si cela ne sautait pas vulgairement aux yeux comme dans certains commerces fraichement devenus riches. La brune porta le liquide carmin à ses lèvres puis posa son verre sur un plateau, posé sur un meuble pas très loin.

- Pourquoi elle ?

Korai observa Aleksei, confortablement installé dans SON sofa, une jambe croisée sur l'autre et le dossier de la jeune Moïra Tenderston entre les mains. L'homme de main avait dépassé la quarantaine mais semblait toujours être autant fait pour le métier qu'il arborait si fièrement. Celui de bras droit d'un chef mafieux. Elle, en somme. Fidèle toutou qui ne la trahirait jamais, repentant incompris qui ne se pardonnerai jamais. Mais personnellement pour le moment elle avait juste envie de reprendre son verre pour le lui envoyer à la gueule.

- Moïra Tenderston, alias : Moï V .
Une intrigante qu'on a surveillé pour toi car tu voulais garder un œil sur son père. Ok, c'était utile, notamment pour savoir qu'elle filait le Doc comme son ombre mais après ? Cette fille n'a plus d'utilité pour nous à présent que son "père" n'est plus là pour lui donner des ordres.


Et elle, elle n'était plus rien à présent qu'Aleksei avait choisit de la sauver elle plutôt que son père ? Ce soir il agissait réellement comme un parfait crétin.

- C'est elle qui l'a tué. Murmura Korai, laissant apparaitre son accent russe dans l'intimité de ses appartements. L'Aera Center a été mise au courant du coup de son existence parce que les serviteurs n'ont pas pu expliquer une mort aussi facile d'un des promoteurs les plus riches de leurs sociétés. Alors tu m'excusera de faire un caprice pour avoir cette gamine avant eux mais premièrement : je veux ce qu'elle a dans la tête, deuxièmement : si ton scepticisme me fait rater cette petite enfant, tu passes par le sas.

Elle ne le ferait pas, jamais. Alek avait l'habitude de l'entendre le menacer mais c'était ainsi que Korai montrait ses griffes. Il l'avait mise en rogne : encore. Bon certes : s'il ne faisait rien pour la calmer elle le ferait réellement mais il n'était pas son bras droit parce qu'il remettait parfois en question son jugement, plutôt pour le reste...

- Ce n'est pas pour autre chose plutôt ?
- La ferme, Alek.
- Il faudra bien qu'on en parle un jour.
- Obéis et fermes-la.

La brune se tourna vers lui sont regard émeraude totalement glacé et le fusilla du regard. Aucune envie de parler de ça, de la cicatrice dissimulée sous un tatouage, ou même de sa mère. Il y avait toujours une raison à tout ce qu'elle faisait, mais parfois Aleksei était dérangeant à trop la connaitre. Comme Korai était du genre à jalouser ce qu'elle n'avait pas, évidement qu'elle s'intéressait à cette gamine... Même si leur écart d'âge n'était pas terrible. Tapotant l'image de moira sur une tablette, Korai resta songeuse. Éternellement gamine, ça devait être bien. Elle aurait tout fait pour retrouver cet état d'insouciance. Elle l'avait fatalement quitté le jour de l'incendie. Et cette envie limite perverse lui faisait jalouser la môme qu'avait réussi à se dégoter ce fameux Valtusmin.

Encore heureux que seul Aleksei puisse encore faire le rapprochement : personne hormis lui savait qu'elle n'avait jamais fait soigner les conséquences de son agression quand elle était gamine. ... Ça commençait peut-être à la travailler étant donné son âge. Inconsciemment, ou pas, elle avait décidé de retrouver la petite Moïra dans ce but, en plus du reste.

◄•► ◄•► ◄•► ◄•► ◄•► ◄•►


Mars. Planète rebelle par excellence. Les révolutions inter-cités se succédaient les unes aux autres et ce n'était pas le nouveau gouverneur mis en place qui arriverait à faire bouger les choses. Il était trop encrassé par l'Aera pour ça. le seul hic, c'était qu'étant gouverneur, il recherchait surement la gamine cachée de Valtusmin. L'Aera Center étant au courant ne mettrait pas long feu à la trouver et à l'expérimenter.Ce n'était qu'un juste retour des choses de venir les narguer jusque sur Mars... La Terre après tout l'avait jugée innocente mais elle restait hors la loi sur sa planète natale. Foutus scientifiques.

- Elle est-où ?
"Au carrefour, prend à droite"

Korai vira à droite comme demandé et surplomba la foule histoire de parvenir à filer plus rapidement. Lorsqu'elle parvint dans les quartiers sombres, elle retira son casque et ignora les sifflements appréciateurs. Pas le temps de s'amuser de ce genre d'appréciation. L'oreillette continua de lui transmettre les indications et ses hommes arrivés après la suivirent en écartant la foule. On n'était plus très loin. Les planers laissés à d'autres, Korai tourna encore dans une ruelle et finit par trouver la jeune fille... Et trois agents. C'était à cause d'eux qu'ils avaient réussi à la retrouver, elle leur devait bien une chance de fuir.

- hey, vous trois...

Le premier regarda, le second prit la gamine, le troisième tenta de décamper. Aucun ne leva les bras pour se rendre, bien. Des lames d'air apparurent d'une sorte de vrille d'air tournant autour d'elle, s'en détachèrent et filèrent frapper les trois agents. Celui qui s'était retourné fut décapité, les deux autres frappés dans le dos. Le troisième qui avait tenté de filer parvint à se relever mais un des hommes de Korai lui envoya une balle dans le crâne sans même sourciller.

Quand la brune fut arrivée au niveau de Moïra, elle s'agenouilla et retira des mèches de cheveux sur son visage. Elle était adorablement jolie pour une malade mentale. On n'aurait pas dit, comme ça... Et dire que sa maladie était ce qui allait l'aider à la museler. Korai prit son poul, puis sourit.

- Embarquez-la, mais doucement. On rentre avant que les autorités ne débarquent.

Korai jeta un dernier regard à la jeune fille et caressa sa joue doucement. On allait jouer un peu... Et la partie risquait d'être intéressante.

◄•► ◄•► ◄•► ◄•► ◄•► ◄•►


La navette décolla sans heurt et Korai sourit, assez amusée. Ça allait râler dans les centres Aera, mais tant pis. Aleksei avait eu une excellente idée de pister leurs recherches. A présent qu'ils l'avaient et vu ce qu'on avait apprit sur elle à la mort de son père, mieux valait que la jeune fille soit mise en sécurité : de leur côté. Korai lui caressa les cheveux doucement : la tête de la jeune fille était posée sur ses genoux mais la brune ne semblait pas s'en soucier le moins du monde. A dire vrai pour le moment l'espace l'attirait davantage. grand, immense, interminable... Magnifique.

- Je n'ai toujours pas compris ce que tu voulais faire d'elle, 'Ko.

Korai sourit à Alek d'un air énigmatique et prit tout son temps pour répondre.

- Let's play a game... ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
avatar

Féminin Métier : Servir et découvrir
Caractère : Etonnée

Messages : 114
Billets : 18258

Carnet de Bord
✦ Don: /
✦ Pts Vote:
32/2500  (32/2500)
✦ Objets:
Autiste Compromise
MessageSujet: Re: Une seconde chance Ven 19 Avr - 21:57
Retour vers les lieux du commencement.
Ouch…

Où suis-je? Je vois c'est donc ça… Je suis revenue dans ma chambre blanche. Je recolle du point de départ. C'est vrai que, depuis que je suis sur Mars à Zelen, j'ai eu une vie merveilleuse. Je n'ai jamais ressenti le manque, ni dans ma chambre, ni avec mon gentil monsieur, du moins, avant qu'il ne m'enlève ce que je devais faire pour lui. Tuer était si passionnant. Je m'amuser bien à ce passe-temps. Certes, le début était assez ennuyant parce qu'il fallait tout observer et tout retenir. Mais, retenir, c'est plutôt mon truc. Comprendre c'était autre chose… surtout les humains. Sinon je sais que mes plans étaient plutôt bien conçus. Bref, maintenant tout ça est vain… 'la petite moira', 'mon génie adorée', 'ma douce' … tout ça était fini. Je n'avais eu que des choses nouvelles avant ce jour-là, et maintenant, elles disparaissaient une à une. Ma chambre était là, comme je l'avais laissée le jour où le monsieur bizarre était venu me chercher. Je me sentais diminuée.
'Moïra, ma douce'
Mon gentil monsieur était là. Il paraissait comme le monsieur heureux de mes dessins; plus que ça en fait, il dégageait autre chose en plus.
'Tu l'as trouvera ta planète, tu as un but, tu ne reviens pas au point de départ. Bon courage.'


Ouch… Aïe… J'ai mal…

Ou suis-je? Ah non … ça recommence… Très peu pour moi. Mais, mais, … j'ai mal à ma tête. Mes yeux s'ouvrirent sur un endroit que je n'ai jamais vu, je ne le reconnais pas. Alors, je me relève tout doucement, et j'eus la surprise de ma vie. Une jeune femme, aux yeux verts me regardait en souriant. Une autre personne était présente, un jeune homme qui, selon la courbe de leurs traits, je pouvais dire qu'ils se ressemblaient. Je tentait de paraître normale, et j'esquissai même un petite 'sourire'. Je me rassis bien, me mettant dans une position que mon gentil monsieur qualifierait de normale. C'était étrange de se réveiller dans un endroit qu'on ne connaît pas et parmi des gens. Cela m'étais déjà arrivée auparavant, pourtant, ce jour-là, je n'avais eu qu'à tuer tout le monde. Une méthode simple et efficace. Mon gentil monsieur disait que c'était la stratégie de la gâchette. Pourtant, cette fois-là, je ne pouvais m'en sortir de la même manière. Etrangement, je n'avais pas mon arme sur moi. C'était fort curieux parce que je ne me baladais jamais sans elle. Les objets ne sont pas des personnes. Les personnes sont incontrôlables, incompréhensible, libre d'action. Un objet, quant à lui, ne pouvait pas faire une action par lui-même, du moins sans l'initiative d'un humain. Je n'avais pas eu l'initiative de jeter mon arme. Qui avait bien pu l'avoir.

"Euh… Vous n'avez pas vu une arme par hasard. Je crois que la mienne à eu l'initiative de partir."

Je regardais autour de moi, et je tentais de deviner où nous sommes. Ces gens-là me regardaient toujours. Décidément, je détestais qu'on m'observe dans mes réflexions. Je les aurais bien tuer ceux-là. Mais sans mon arme je risquais de prendre du temps à le faire. Alors je décidai de me servir d'eux un minimum pour obtenir des informations. Je hais vraiment les gens sauf les gens comme mon gentil monsieur.

"Où sommes-nous? Dois-je vous tuer vous pensez?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 23380

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Une seconde chance Mar 7 Mai - 8:10
Dans la navette, Korai continua de parler avec Aleksei tout en évitant au maximum d'aborder le sujet du pourquoi de ce petit recueil. Surtout que la brune n'y était pas allée de main morte pour cela. Elle avait limite tout mit en place pour récupérer de façon radicale SON trophée, on comprenait donc que ça agace Aleksei qui allait devoir payer les pots cassés. Faisant fi de ces détails, la brune observa son bras droit avec attention. Aucun air de famille entre eux n'aurait pu être apprécié et pourtant elle le considérait tout comme. Il était blond elle était brune, il avait les yeux gris-clair et elle, vert-émeraude, Ses traits étaient fins et délicats là où les siens étaient rudes et carrés : un russkov par excellence là ou la miss avait un physique passe-partout. Elle était belle, certes, mais ses traits de visage ne dénonçaient aucune ethnie particulière.

Puis, la brune se réveilla. D'abord chamboulée, elle chercha son arme avec un tel empressement que korai ne put s'empêcher de sourire. Ils le faisaient tous ma parole. Mais la jeune femme sourit et se rassit bien sagement avant que les hommes de Korai n'aient pu la maintenir. Éduquée, ou... ? Peu importe.

- Bonjour, la reprit poliment Korai avant d'enchainer. Et oui excuse-moi d'avance mais j'ai demandé à ce qu'on te la retire le temps que tu puisse te faire une opinion sur la situation un peu moins radicale que "je ne connais pas, je tire dans le tas".

Elle lui sourit doucement et ne sembla pas du tout regretter une critique aussi fugace soit-elle sur la façon de procéder de la jeune fille. Au contraire, bien qu'elle appréciait cette façon de faire elle avait besoin elle-même d'un peu de temps pour lui parler et donc ne pouvait se permettre de lui laisser une arme entre les mains. Par contre quand Moira demande si elle était censée les tuer ou non, elle sourit à nouveau, les yeux pétillants d'envie de... Mon dieu. Cette fille était trop innocente pour son propre bien et n'avait aucune conscience d'à qui est-ce qu'elle venait de dire ça, c'était clair.

- Ca serait peut-être une erreur tu ne pense pas ? Je suis assez attachée à mes hommes de mains et ceux-ci sont les plus fidèles... Je n'aimerai pas à avoir à te tuer moi-même.

Elle lui sourit de façon tendre mais à bien y regarder son regard lui était froid. Ce n'était jamais une bonne idée de se mesurer à Korai car elle détestait perdre. Elle avait eu conscience que cette gamine lui rappellerait sa façon de procéder étant plus jeune mais elle l'avait quand même prise sous son aile. Mais il fallait que la miss comprenne certaines choses par elle-même. Comme le fait que Korai était le chef de ce groupe et qu'elle était assez confiante en elle sur le fait de pouvoir tuer Moïra, donc qu'il fallait se méfier. Après, si la miss essayait d'attaquer on verrait mais au niveau d'agent habituée à tuer certains ennemis financiers de son paternel, korai avait un poil plus d'expérience actuellement. Par contre elle était plus vieille. Ce simple fait l'agaçait mais on n'en dirait rien.

- Tu te trouve à bord d'une navette en partance pour Eris. Vois-tu Moïra, ton père n'est pas le seul à faire surveiller du monde et actuellement c'est toi que nous surveillions... Tu es en danger. L'Aera te recherche, et je souhaites te protéger d'eux mais il me sera difficile de le faire si tu me propose encore une fois de tuer mes hommes les plus fidèles... Ou d'essayer de me tuer ? Le soucis étant que j'ai plus d'expérience que toi dans le domaine je te conseillerais fortement d'étudier ce qu'il va arriver durant les prochaines heures avant de te risquer à cette expérience... C'est mortel de jouer avec le feu en dépit des apparences.

Aleksei tiqua, d'autres tiquèrent, mais Korai continua à sourire. Elle savait de quoi elle parlait. l'incendie ayant tué son propre père l'avait marqué mais aucun n'eut la mauvaise idée de la regarder après qu'elle eut dit ça, trahissant une faiblesse qu'aucun ne voulaient voir naître au sujet de leur chef. C'était passé, n'en restait que des leçons.

- Bien, à présent si tu veux bien je vais me présenter. Je m'appelle Korai Leskov, et voici Aleksei Nikolaïev, mon bras droit. Actuellement je pense que le niveau d'entrainement que l'on t'a donné est similaire à celui de Natacha... - Elle observa une jeune fille rousse en disant cela - Quoique peut-être un peu plus forte mais comme moi tu reste une femme. Disons que ici, toute les personnes à bord ont le même niveau que toi. Et pour la plupart il est assez difficile de se tenir en place après une proposition de meurtre aussi intéressante que celle faite précédemment.

Elle lui sourit et chercha son attention pour reprendre.

- Dis moi Moïra. Et si je te disais qu'il existe plus puissant que ton père... ? Elle lui sourit. Sais-tu ce qu'est une mafia ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
avatar

Féminin Métier : Servir et découvrir
Caractère : Etonnée

Messages : 114
Billets : 18258

Carnet de Bord
✦ Don: /
✦ Pts Vote:
32/2500  (32/2500)
✦ Objets:
Autiste Compromise
MessageSujet: Re: Une seconde chance Jeu 9 Mai - 21:34
Un peu comme à la maison, à l'inverse.

Cette femme expliquait bien les choses. Ses traits, son visage, je n'eut aucune difficulté à les imprimer dans ma mémoire. Je buvais ses paroles, et j'étais étonnée d'avoir autant d'aisance à les saisir. Mais qui était-elle ? En tout cas, elle était comme moi et mon gentil monsieur. Elle appartenait à mon monde. Pourquoi ces gens étaient là ? Qu'est-ce que je faisais là ? Quel jour sommes-nous ? Tout ça restait là, sans réponse. Mais j'avais du mal à garder ces questions dans un coin de ma tête. Cette femme me fascinait. Je ne pris pas tellement le temps de reprendre mes esprits ou de me remémorer les faits d'auparavant, cette femme était déjà en train de m'expliquer. J'aime qu'on m'explique, et j'aime encore plus quand je comprends. C'était comme à la maison.

Un : Retirer l'arme de son adversaire
Deux : Le maintenir prisonnier
Trois : Lui soutirer ce dont on a besoin
Quatre : Le tuer
PS : En cas de désagrément, débrouillez-vous pour vous en débarrasser, au cas ou vous ne réussissez pas, tuer la dite victime et fuyez.

Qu'est ce que je fais là, leur tentative est similaire à la mienne. Pourtant, il semblait qu'on ne me tuerait pas, et qu'on essaierait pas non plus de me soutirer quoique ce soir. Mais alors, qu'est-ce que je faisais là ? Un opinion. Ils sont mal tomber. Je n'ai pas la tête à réfléchir, mais bon... je vais tout de même essayer de comprendre. De toute façon, ce jour-là, je n'étais que Moïra. Moïra Tenderston, qui fuit sa chambre blanche et tente de trouver sa planète. L'aventure j'aime ça. Comme dans mes livres. Et même si cette fois-là j'étais la dite victime ou pas, c'était une aventure.

« Une navette ? On va dans l'espace ? Ouaaaaah une autre planète !!! Eris... hmmm je crois me souvenir de ce nom... Mais ça me semble bien loin à vrai dire. »

J'avais du le lire dans un de mes livres sur l'espace. Mais aucun moyen de me souvenir des caractéristiques de cette planète... A vrai dire, ce n'est pas important, c'est une planète déjà découverte. Moi je veux ma planète. J'en oubliais presque qu'elle avait mentionné l'Aera. L'Aera mon gentil monsieur en parlait lui aussi. J'ai cru comprendre que c'était des méchants qui cherchait à m'attraper moi et les personnes étranges, pour se servir d'eux. On ne revenait pas, et on était séparé de tout ce qu'on aime une fois que l'Aera nous avait attrapé. Heureusement, j'étais déjà séparée de tout ce que j'aimais. Tout cela n'avait plus aucune importance. Mon gentil monsieur me disait que pour me protéger, je devais me faire toute petite. C'est une expression pour dire que je devais disparaître et être très discrète, comme si ma vie était une éternelle mission. Sauf qu'on ne tuait jamais.

Pourquoi me parlait de niveau etc... Mon entraîneur me parlait aussi comme ça. Dite donc, c'était comme à la maison. Cette femme ne me dépaysait pas. Mais j'ai lu et vu dans les livres et dans les films, qu'il y a des personnes dans notre vie qui sont plus importante que tout. Elles sont uniques et ne seront jamais remplaçables. C'est un concept étrange, que je ne saisis pas. Mais peut être que mon gentil monsieur en faisait partie. Mais j'ai du mal à ressentir le manque, peut être parce que j'ai du mal à me concentrer sur plusieurs chose à la fois. La preuve, je n'ai pas pleuré. Alors que dans les films on pleure quand l'être unique disparaît. Pour sur, je suis triste... Qui va m'expliquer la vie ? Pour le moment se sera cette femme, elle me rappelait vraiment la maison.

« Bah... Moi je n'ai pas peur. La peur c'est pour les faibles. »

Mon entraîneur me le disait souvent. Je détournais le regard et je me balançai légèrement d'avant en arrière. Je réfléchissais. A vrai dire, j'étais partagée par l'excitation et l'incompréhension de tous ces événements qui s’enchaînaient. Après quelques secondes de silence, la femme m'intrigua avec une autre question.

« Plus puissant … euh... Mafia... ? Euh oui... je sais ce que c'est ! Je devais avoir affaire à un ou deux gars qui portait ce nom là chez moi. Oui sur Mars, c'était des gens amis ou ennemis de mon gentil monsieur. La mafia c'est bizarre. Des fois c'était des gentils, des fois des méchants. C'est compliqué. Mais souvent c'était des méchants. Leurs affaires embêtaient mon gentil monsieur. C'était un peu des gêneurs, mais il disait toujours :'il faut parfois voir son intérêt même avec les rapaces de la ville'. »

Je souris heureuse et satisfaite de ma réponse. Alors une autre préoccupation me vint :

« On va me rendre mon arme. Parce que sur une autre planète je peux en avoir besoin. Surtout s'il y a de la mafia... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 23380

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Une seconde chance Mar 21 Mai - 17:18
La jeune fille semblait réellement insouciante face à ce qui était dit et si Korai n'avait pas eu son dossier entre les mains plusieurs heures avant, elle aurait pensé cette demoiselle normale. Manque de chance pour Moïra la brune connaissait à présent tout d'elle, jusqu'à son parfum de glace préféré. Elle sourit doucement en la voyant réagir par rapport au voyage sur Eris, songeant à quel point cette demoiselle risquait d'en avoir plein les yeux une fois là bas. Continuant de parler, elle surveillait du coin de l’œil les réaction de la jeune femme afin de savoir quand s'arrêter, quand la laisser réfléchir. La demoiselle en effet semblait assez intelligente pour savoir ce qu'était Eris. pas moins que la "10eme planète", selon une théorie vieille de mille ans. Une planète naine, mais une planète existante.

Korai parlait cependant d'un vaisseau : son vaisseau.

« Bah... Moi je n'ai pas peur. La peur c'est pour les faibles. »

Korai rit mais pas méchamment. N'ayant jamais connu la peur jusqu'à l'incendie, elle se reconnaissait un peu dans cette jeune demoiselle. Celle-ci allait lui être agréable en plus d'être utile décidément. Enfin, elle sourit jusqu'à ce que Moïra définisse la mafia... Bien sur. le vieux fou avait du lui donner une définition pas très positive pour l'éloigner du milieu. Elle se ressaisit néanmoins quand Moïra réclama son arme. bah voyons. Sans que cela ne se voit et chercha le regard de la demoiselle afin de la faire se concentrer sur elle. Son attention attrapé, elle lui dit doucement mais de façon ferme.

- Même si tu trouveras des similitudes avec ce que ton père t'avait apprit, oublies ses leçons je te prie. Surtout celle traitant des mafias, tu entres dans un nouveau monde maintenant et les règles ne sont pas les mêmes.

Un signal s'alluma et elle sourit, ravie.

- D'ailleurs, regarde sur ta gauche, par le hublot. Je te présente ton nouveau logement. Le foyer de la mafia contrôlant la voie lactée : Eris.

Telle une mère, Korai observa son vaisseau avec une certaine fierté, la douceur de son regard semblant presque décalé face à la dangerosité de sa vie.

- - - - - - - -

Lorsqu'elle posa le pied sur sa base, Korai fut immédiatement accueillie comme une reine : les roulades des bouffons en moins. Elle tourna son visage de porcelaine en arrière et fit un signe de tête à Moïra pour qu'elle la suive. les autres allaient s'occuper de leurs affaires, en attendant elle voulait en apprendre plus sur la jeune femme et surtout : la questionner sur ce qu'il s'était passé. c'était bien de s'emparer d'elle mais elle était curieuse de savoir ce qui avait pu pousser la demoiselle à réagir ainsi.

- Alors la mafia, ce sont des groupes qui font des trafiques que les planètes ne peuvent pas accepter. Énonça-t-elle en espérant son vocabulaire assez simple pour que Moïra le comprenne. Les plus faibles vendent de la drogue en douce car les flics les rattrapent sinon, mais les plus puissantes mafias, elles, peuvent obtenir tout ce que tu vois devant toi, et le vaisseau sur lequel tu marche en prime.

Elle observa les tours et gratte-ciel escaladant les verticales sous un dôme les protégeant de l'espace, sourit, et dit avec fierté en se remettant à marcher.

- ... Et ça d'ailleurs, c'est à moi ~

La visite continua dans des ruelles commerciales. Les enfants pouvaient parfois être cruels et capricieux mais il y avait souvent une façon assez simple de les appâter : surtout au début, lorsqu'on les attrapait avec une sucette.

- Chaque planète a ses règles, donc ce qui est vu comme illégale sur l'une peut ne pas l'être sur l'autre. Donc honnêtement, une mafia assez importante peut-être vue comme "neutre". On est en dehors de leurs guéguerres, et grâce à eux et à leur guerre on en profite et on s'en met plein les poches. Dit-elle en lui montrant une boutique de vêtement. Entre dedans et prend ce que tu veux, je souhaites que tu ressente ce que ça fait d'être en haut du monde, sans plus jamais avoir à te cacher.

Lorsque la brune entra, elle retira son manteau et ses longs cheveux noirs cascadèrent sur une robe de ville sobre mais dont les tissus coûtaient une véritable fortune. Une serveuse accouru directement vers elle mais le froid de ses yeux verts l'arrêta. D'un regard, Korai lui montra Moïra.

- Vous lui obéissez au doigt et à l’œil, c'est clair ? Et vous êtes fermés tant qu'on est là, merci.

Là dessus Korai alla voir une rangée de vêtements, en sorti un et se tourna vers Moïra pour le brandir entre elles-deux.

- Essaie-ça, juste pour rire tiens.

C'était un peu punk, un peu fluo, mais Korai avait l'air de s'amuser d'emblée. Les besoins des personnes normales n'étaient rien pour elle, elle essayait juste de "faire plaisir", pour le coup. Cependant si la jeune femme réagissait comme elle jadis, Korai savait d'emblée ce qu'elle aurait préféré avoir entre les mains.

- Si t'es sage plus tard on ira dans une boutique d'armement. Dit Korai avec insouciance, rangeant ou donnant le vêtement à Moïra en fonction de son choix.

Son élégance contrastait avec son allure générale, mais perturber les gens avec cette attitude était ce qui lui plaisait le plus. Ça et rester la meilleure. A ses yeux, rester première était... Jouissif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
MessageSujet: Re: Une seconde chance
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

 Sujets similaires

-
» Seconde fin : I'm Legend
» Malfrats de seconde zone
» ►│ " Ce baiser dure deux seconde, ce flirt, toute une vie ."│◄
» Prototypes de chars français de la seconde guerre mondiale
» Il paraît que les pétales de fleurs de cerisier tombent à la vitesse de cinq centimètres par seconde || Validée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Zelen :: ♁ Quartiers Sombres-
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Zelen :: ♁ Quartiers Sombres+