Les interrogatoires sont toujours poussés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 25480

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Les interrogatoires sont toujours poussés. Jeu 14 Fév - 15:07
Korai sourit. Pas un sourire de jeux, pas un sourire hautain, elle souriait vraiment. Dans son oreillette, l'information qu'elle venait de recevoir avait le mérite de lui faire... Plaisir. Ça faisait longtemps, et en sortant de ce rendez-vous miteux avec des commerciaux ne connaissant qu'approximativement leur boulot pour les virer d'Eris, elle avait bel et bien besoin de bonnes nouvelles. Ces idiots lui avaient tenu la jambe dix bonne minute avat d'enfin accepter l'idée qu'elle ne voulait pas d'eux ici : ils étaient venu la bouche en cœur pour acheter du terrain afin d'entamer de nouveaux commerces, sans prendre en compte l'idée que la brune n'avait peut-être pas envie de travailler avec eux. Tout ce qu'il y avait sur Eris devait être tenu par la crème de la crème : les plus grandes marques avaient depuis longtemps réservé leurs part de logements et de locaux : il n'y avait que les mauvais pour arriver après la bataille en secouant un carnet de chèque. Mais peu importe au final : une bonne nouvelle venait de lui arriver et cela effaça immédiatement tout le reste. Tout en continuant de marcher, elle garda le sourire alors qu'Aleksei continuait sur sa lancée.
- Tu es certain de ce que tu fais au moins ?
" Affirmatif. Ce gars semble être plus méfiant que futé et le retrouver a été un jeu d'enfant. On peut lancer cela plus tôt que prévu en somme. "
La brune s'arrêta devant une vitre teintée d'Eris et contempla l'espace avec une appréciation renouvelée. Elle, cet océan de vide, ça lui plaisait.
- Bien, rappelle moi quand ce sera finit.
" Ok. "
Elle raccrocha en se passant une main sur le lobe puis croisa les bras, satisfaite. Un serviteur... serveur, mais c'était la même chose à ses yeux, lui apporta un thé brun qu'elle garda en main juste pour le plaisir de la chaleur. La boisson chaude lui permettant de se rappeler qu'elle tenait un danger bouillant entre les mains, elle resta concentrée malgré ce superbe paysage et se remémora rapidement ce qu'il restait à faire.
Maintenant qu'Aleksei s'occupait de cette affaire avec le traitre, il ne lui restait plus qu'à vérifier les derniers détails de la réception de ce soir et préparer la rendez-vous avec Mlle Stephens. Trois jours pour préparer une venue pareil. Il n'y avait pas qu'elle finalement pour avoir des exigences farfelues. Et pour s'auto-complimenter, Korai se remémora qu'elle au moins le faisait pour énerver les gens qu'elle voulait soit tester, soit éloigner. Voilà, elle restait supérieure, même dans ce domaine.

Rassurée d'elle-même bien qu'elle n'ait pas réellement de crainte à ce niveau, elle quitta sa contemplation pour partir vers ses appartement. Elle rejoignit pour cela une sphère semblant faite de cristal flottant dans les airs et l'effleura jusqu'à ce qu'une lueur bleutée rende la surface blanche-fumée. Des touches cyanes apparurent et elle tapa les coordonnées de ses appartements. la lumière émanant de la sphère l'engloba et elle fut téléportée.

Eris avait fait le reste.

Une seule autre personne connaissait ce code et jamais il ne le donnerait. Le logement de Korai n'apparaissait pas sur les plans : c'était la technologie de la roche d'Arano et le savoir de savant aliens qui étaient à la base de ce miracle. La téléportation sur Eris était nettement supérieure à tout ce qu'on pouvait trouver chez les humains actuellement. Même les aliens restaient bouche-bée devant la puissance que cela demandait à cette base. Et grâce au travail que l'équipe de la Shadow corp avait fait sur la roche, le vaisseau était adapté, tout restait donc stable.. silencieux. Même un souffle ferait plus de bruit et dérangerait davantage que cette téléportation. Que dire ? Pour le moment, ce jour, tout se passait parfaitement. Il y avait de quoi être satisfaite, non ?

- Cérès, réactualise les données sur la soirée de ce soir.

Une sphère de cristal tournant sur elle-même dans le vide au centre de la pièce s'illumina de couleur cyan, comme la première. Sauf que celle-ci était bien plus grosse et fit apparaitre par hologramme toute les données que Korai voulait consulter. Elle s'étendit dans son sofa et effleura les touches, passant le temps.

- Liste des accès refusés au vaisseau, ce jour.

Paranoïaque ? Oui. Mais Korai l'était pour une bonne raison : trois essais avait été faits ce-mois-ci par l'Aera Center, alors que le vaisseau n'était même pas finit. Korai se félicitait d'avoir engagé autant de télépathe et d'annuleur de don. Les uns pistaient les infiltrés tandis que les autres les rendait aussi inoffensifs que de braves chiens égarés : une balle, et s'en était finit ensuite. Cela devenait de plus en plus dur de garder Eris hermétique à l'Aera. Combien de têtes politiques terriennes avait-elle du refuser déjà ? Des fois c'était leur proche, des fois eux-même. Des espions persuadés de pouvoir entrer ici et de répandre leurs agents. Avec l'affaire Stephens, ça allait être de pire en pire. La jeune femme avait prit rendez-vous le matin même et exigeait de venir d'ici à trois jours ne personne, occuper une partie des lieux afin de pouvoir traiter avec elle : autant dire que cette blonde l'agaçait d'avance car la brune ne pouvait qu'accepter... Sauf que la famille Stephens était rival d'un de ses plus gros clients actuellement. La jeune femme avait donc pris le pari fou que Taja viendrait pour autre chose que des affaires commerciales, comptant sur les idéaux de on amant de gouverneur.

- ... ça passe ou ça casse.

Non par ce que si jamais la blonde venait pour venter les mérites de sa famille il faudrait la renvoyer poliment, ce qui voulait dire confirmer des soupçons sur ses ententes avec la shadow corp et donc, se voir refuser pas mal de travaux plus ou moins illégaux parce que certains commerciaux voudraient suivre le saint patron Stephens. Si ils savaient à quel point cette famille n'était pas toute blanche... Elle faisait juste tout pour le faire croire. Pouah.

" Korai ? Le colis est arrivé ".

La brune ferma les yeux. Finit de rêvasser... Le plus important pour le moment était cet homme, Shyse. Elle parti de ses appartements pour rejoindre la zone noire. Un télépathe bien particulier vint l'escorter jusqu'à la salle d'interrogatoire. Elle ne s'arrêta pas, ne chercha pas à appréhender qui il y avait derrière cette vitre même les offuscation de ses vieux oncles et entra, sans masque. Le télépathe derrière elle.

- Monsieur Nikolaïev, je vous ai dit de me laisser seul avec lui le temps de...
- Barrez-vous.

Korai observa de façon neutre voir blasée le scientifique qui tentait de droguer le prisonnier pour rendre les réponses plus aisées à obtenir et celui-ci blêmit.

- Bien, monsieur Nikolaïev...

Oui, Korai avait volé l'apparence de son bras droit. Le télépathe s'installa dans un coin, veillant à garder son illusion intacte. Habituée à ce stratagème, Korai tapota de l'index le dossier de ce traitre comme Alek avait l'habitude de le faire et le soupesa avant de le feuilleter brièvement.

- Shysseuh...

Prononça-t-elle, écorchant gratuitement le prénom de ce type pour voir s'il réagissait vite ou non. Lorsqu'elle referma le dossier, le regard glacé d'Alek coula dans celui du traitre alors qu’elle tirait avec grand soin une chaise avant de s'assoir dessus, paumes jointes sur la table. Elle entendit pouffer dans son oreillette mais ne s'en formalisa pas : l'une de ses tantes n'arrivait toujours pas à se faire à ce petit tour. Sa nièce était douée pour la comédie et elle en abusait quand il le fallait.

- Vous êtes dans la merde. Est-ce que je vous apprends quelque chose ?

Son oreillette éclata de rire. Même la mâchoire se crispant car son il faisait un boulot de merde y était : Il n'aimait pas les interrogatoires faciles. L'accent aussi. la voix... Ça, c'était l’œuvre du télépathe, comme le physique. Dans l salle d'observation cependant un bruit de sas se fit entendre et le véritable Aleksei Nikolaïev entra dans la pièce. Il avisa un oncle de Korai et sa nouvelle et surtout jeune épouse regarder par la vitre d'observation et se douta bien que ce type avait encore fait flancher face à elle devant ses exigences. Si jeune et déjà incapable de s'épanouir autrement qu'en voyant le genre d'interrogatoire qu'on faisait ici ? Aleksei trouvait ça pitoyablement triste. Dans tout les cas ils n'avaient l'un comme l'autre rien à faire ici. Sa supérieure derrière la vitre non plus mais ça c'était une autre paire de manche : surtout qu'il remarqua le comportement qu'elle prenait, même pas parodique, et haussa un sourcil. "Encore" ?
Siegfried, un des oncles et tantes de korai plus ou moins éloignés d'elle le vit alors et reprit enfin sa femme qui s'amusait des pitreries de Korai bien qu'elle ne fasse pas cela uniquement par jeu, cette fois.
" Enfin Maria, remet-t-en !
- Sortez d'ici.
- Aleksei, nous ne vous avons rien demandé !
Aleksei activa le sas et se décala en silence, se contentant de les regarder jusqu'à ce que le parent de Korai ne cède. Ils n'avaient rien à faire ici et les hommes de main l'accompagnant les observèrent d'ailleurs d'un drôle de regard. Les riches se croyaient décidément tout permis. En tant que parent de Leskov, et des plus fidèles, ils avaient quelques privilèges mais Aleksei comptait bien leur rappeler que la brune n'avait jamais accepté qu'ils les emmerdent jusque dans la zone noire. D'ailleurs, Mr Leskov Sergei venait surement ici pour amuser sa douce, celle-ci n'arrivant plus à s'amuser avec de simples attractions. Encore une fois: les riches...
- Vous préférez attendre que Korai ait finit pour lui parler peut-être. Ça se fera quand même ailleurs. Et Sergei, j'attends toujours que vous en finissiez avec l'affaire que je vous ai confié. Autant dire que ce n'est pas le meilleur moment pour amuser votre femme.
- Ou... oui. Viens Maria.
- Certainement pas. J'en ai marre que tu baisse la tête devant ce type qui n’est même pas de la famille ! Tu travailles toi aussi pour Korai, alors si tu veux rester ici tu le peux ! Répondit-elle en s'éventant de la main, ou un truc du genre. Maria était de ces femmes irritées par plusieurs choses en ce moment. Elle ne dépendait non pas de son mari mais de l'argent d'une femme, son époux n'avait pas accédé au titre de parrain à cause de cette même femme, et des zones clés lui étaient refusées. Son mari avait fait des pieds et des mains pour qu'elle puisse voir un interrogatoire. Mais visiblement lui qui s'était venté d'avoir eu les droits ne les avait pas eu, tout comme il ne s'était ni attendu à voir Korai le faire, ni à se faire remettre en place par le traitre.
- C'est vous qui devriez être derrière cette vitre, Aleksei. Cracha-t-elle, le fusillant du regard.
Quant à Aleksei, il se contenta de réactiver la porte du sas sans même lever un sourcil devant cette attaque. Heureusement que Maria malgré son caractère de duchesse était d'une loyauté rare, sinon femme d'un oncle de Korai ou pas, il l'aurait déjà fait taire de force.
- Vous sortez, dernière fois.
Sergei observa les deux fortes têtes et comme d'habitude, préféra faire profil bas en annulant le conflit. Il prit sa femme par le bras et la tira hors de la pièce. Quant au bras droit, il referma le sas derrière eux pour boucher les cris d'exaspération de cette mégère. Elle portait mal son nom cette garce. Il activa ensuite son oreillette, conscient que Korai ne lui répondrait pas mais qu'elle entendrait tout de même ce qu'il avait à lui dire.

" Outre le fait que ton exaspérante tante juvénile risque de passer par une autre sorte de sas sous peu, je te rappelle juste comme ça que ce genre d'interrogatoire n'est plus de ton ressort. "

Elle se contenta de rester là à jouer son rôle à merveille, refusant de céder sa place pour questionner ce type. Car il l'intéressait : avoir trahit l'un de ses ennemis faisait de lui certes quelqu'un d'instable, mais pour narguer les autres...

" Et puis tu ne peux pas imiter quelqu'un d'autre ? "

Enfin un truc qui le touchait ? Là elle jubilait ! Elle ne répondit pas, continuant de torturer du regard le traitre en attendant sa réponse. Savait-il au moins à quel point il était dans la merde ? S'il la décevait, elle n'hésiterai pas à faire de lui un pot de vin.

" Quand tu auras finit de t'amuser, j'aurais à te parler. "

Bien, maintenant que son bras droit avait finit de râler, elle pouvait se concentrer. Quant à lui, il sorti de la pièce d'observation et ordonna à ses hommes de surveiller leur chef. Ils étaient habitués aux amusements de Korai, depuis. Et étrangement, tout le monde se demandait ce qu'elle avait vraiment derrière la tête car malgré les apparences la brune ne s'amusait que rarement dans ce genre d'affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
Shyse Taanh
avatar

Masculin Métier : Lycéen, fansubber
Caractère : Viens la tester mon humeur !

Messages : 24
Billets : 22335

Carnet de Bord
✦ Don: Puissance des jambes accrue
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Les interrogatoires sont toujours poussés. Sam 16 Fév - 15:44
Et le réveil sonne. Encore une nuit sans dormir. Ça fait combien de temps maintenant... ? Trois, peut-être quatre semaines que je ne suis pas sorti. Si j'avais su que ça me mettrait dans un tel état, j'aurais pas balancé ce gros lard à l'Aera, ça non... Mais putain, ils m'ont vu quand j'y suis retourné pour voir l'ampleur des dégâts, ils étaient là, six types en costard qui encerclaient le bâtiment. Ils m'ont vu et me cherchent, si je sors ils me butent, j'en suis sûr, je connais leur façon de procéder...

Je me lève lentement et tire à peine le rideau pour observer la rue devant ma fenêtre. Rien. Comme d'habitude, mais j'ose pas sortir. Même avec mes super jambes, je ne survivrais pas à une balle dans le cœur. Rien que d'y penser, mon sang se glace... Depuis quand je suis aussi faible ? Le mois dernier je me faisais poursuivre par un hélico de l'Aera et ça m'excitait, aujourd'hui j'ai peur d'une rue déserte... Je me sentais couvert par la mafia ? Non, j'avais juste une confiance aveugle en moi. Depuis ce jour, depuis que ces types en noir m'ont tiré dans le bide, j'ai compris que ma vie était fragile. J'ai honte de rester planqué comme ça à cause d'une balle, mais putain, j'ai eu les jetons de ma vie...

J'me dirige vers mon bon vieux frigo et constate qu'il n'y a plus rien à bouffer, fallait que ça arrive. J'ai une fois de plus ce choix à faire : commander un max de pizze, ou aller faire les courses. Idéalement, faudrait que je me sorte les doigts et que j'aille faire les courses, ça me ferait sortir dans tous les sens du terme comme ça, mais j'suis toujours pas rassuré. Seulement à la réflexion, y'a un facteur décisif qui me force à bouger : l'argent commence à manquer. Faut que je retrouve un boulot de livreur, et vite. Avec mon passif, je n'ai qu'une solution : me faire embaucher par une autre Mafia. J'me verrais bien sur l'Eris putain, le rêve de tout mafieux sans déconner. M'enfin j'me fais pas d'illusion : j'ai aucune chance de me faire prendre dans une mafia alors que j'ai un passif de traître. Peut-être bosser pour l'Aera ? Non, j'les aime pas, j'me sentirais mal avec eux. Y'a ces insurgés, là, mais je sais pas comment ils fonctionnent et ils ne me donnent pas confiance. Nan, faudrait que je parte loin d'ici et que je trouve un métier de livreur pénard. Un beau rêve... Allez putain, arrête de te prendre la tête et va faire les courses.

En ouvrant la porte, le soleil m'éblouit, pour ne pas dire qu'il me tétanise les yeux. Je marche lentement, les sourcils froncés, et regarde partout autour de moi. Rien. Alors pourquoi j'ai pas confiance ? Je continue ma marche vers le premier marchand de vivres que je croise. Tant qu'à y être, je préfère ne pas trop m'éloigner non plus de chez moi. Je lui sors les derniers billets qu'il me reste et prends de quoi bouffer pour une semaine. Je marche un peu plus précipitamment, j'ai peur, j'veux être chez moi. Je sais pas si je deviens parano, mais j'ai un mauvais pressentiment. Mais ça va, je suis dans ma rue, dans quelques pas je serai chez moi, j'vois la porte de ma maison, allez, allez... Je tiens la poignée de ma porte dans ma main. Comme quoi tout s'était bien passé. Pourquoi je flippe comme ça bordel ? Ils ne me cherchent même plus s'il le faut, ils ne savaient probablement pas que c'est moi qui les avais balancés...

Je pousse la porte, mais ça ne se passe pas comme prévu. Devant moi, dans ma maison, cinq types en costard. Là je crois rêver, j'dois faire un mauvais rêve, mais non, c'est bien putain de réel. Faut être saaaacrément con pour flipper de sortir de chez soi et d'oublier de fermer à clé en partant... Je reçois un coup par derrière et me retrouve allongé au milieu des six types maintenant. J'ai rien eu le temps de comprendre, si ce n'est que je suis vraiment un blaireau. J'vais me faire avoir comme ça, après toutes les fois où j'ai frôlé la mort ? Je suis si faible que ça ? Putain non, impossible, j'vais vous montrer qui j'suis enculés, j'vais tellement vous arracher vos dents une à une que▬

"Shyse, fais pas ça abruti ! Tu vas trop loin, tu vas te faire niquer mon gars !
- Mais ferme ta gueule, tu m'as déjà vu me faire prendre ? J'suis imbattable, et à la course j'suis le meilleur, tu te souviens ?
- Arrête tes conneries, tu crois pouvoir t'en sortir si tu te fais courser par les autorités ? Déconne pas mec, tu peux pas braquer cette boutique, y'a des caméras, des systèmes de sécurité, tu vas te faire niquer mec ! J'te le dis !
- Ok Rayan, tu te pisses dessus alors casse-toi, j'm'en occupe tout seul t'en fais pas.
- Mais t'es demeuré ou quoi ?! J'te dis de pas faire ça, c'est du suicide bordel ! T'en as plein d'autres des marchands de bijoux, pourquoi celui-là ?!
- Justement parce qu'il est dur à braquer. Je vais te prouver à toi et aux autres que rien ne m'arrête.
- Ha ouais, d'accord. Tu me déçois, mec. Depuis quand tu fais ça par jeu ? Tu crois que c'est pour la notoriété qu'on fait ça ? C'est pour la survie mec, parce qu'on n'a rien d'autre. Personne n'est fier de ce qu'il fait, mais on n'a pas le choix, mendier ne rapporte rien en ces temps, et on n'a pas de taf', alors on braque. Mais toi non, toi tu t'éclates. Fais comme tu veux après tout, démerde-toi, moi je m'arrache. "

"Ra... Rayan, c'est toi ? C'est toi Rayan ? Putain mec c'est toi, ça fait plaisir ! Ça fait combien de temps qu'on s'était pas vus bordel ? 'Tain mec, t'avais raison pour la bijouterie, j'me suis fait coincer et on m'a envoyé en taule. Pas cool les barreaux mec, j'le conseille à personne, j'aurais vraiment dû t'écouter... Mais devine quoi, j'ai pris du réactif sans le vouloir, et maintenant je suis encore meilleur à la course, je vais plus vite que les bagnoles, ma gueule ! J'ai bossé comme livreur pour la mafia sur Mars. Tu trouves ça mal ? J'ai jamais trop su quoi en penser... d'un côté je ne faisais que livrer pour gagner ma vie, j'pense pas que c'était si mal que ça... enfin j'en sais rien. Mais... Il m'est arrivé une couille, j'me suis fait flinguer et j'osais plus sortir, j'ai perdu toute combativité et... Mec, tu m'écoutes ? Rayan, où tu vas ?! Hé mec pars pas putain, j'ai besoin de toi, déconne pas ! Hey ! Rayan !! "


Merde, encore une salope de lumière qui m'arrache les yeux... Putain où je suis ? J'vois rien, j'ai les mains liées bordel ! Ça y est je me souviens, les types dans ma maison, putain mais où est-ce qu'ils m'ont emmené ? Fait chier, j'ai rêvé Rayan... ça fait gay ça...

" Ainsi donc tu es réveillé. Tu es sur l'Eris, dans une salle d'interrogatoire. On sait tout sur toi, enfin presque, sinon on ne t'aurait pas amené ici je suppose. Shyse, on sait que t'as trahi ton employeur, mais il semblerait qu'on attende d'autres choses de toi. Moi je ne suis qu'un scientifique chargé de te droguer pour te faire parler plus facilement.
- Bah putain t'as une de ces façons de te présenter... Fous-moi la paix mec, je ne sais rien du tout, j'me souviens même du nom du type à qui j'ai balancé le gros tas. Et ne me touche pas avec tes putains de seringues !! "

Ce con allait me piquer avec sa saloperie quand un type entra et leur demanda de dégager. Ayé, j'dois avoir affaire au boss plus ou moins. J'sais pas comment ça marche ici sur l'Eris, n'empêche que j'aimerais y voir autre chose que les murs blancs de cette pièce sur-éclairée. On dirait un putain de cabinet médical plutôt qu'une salle d'interrogatoire. Mais je crois savoir pourquoi, la glace à côté de moi doit en fait être une vitre avec des types derrière, ils sont obligés de plus éclairer cette pièce que la leur, sinon je les verrais. Tout ça pour dire que je suis dans la merde, je sais pas ce qu'ils vont me demander mais je sens que je vais pas savoir leur répondre. Putain, j'ai une vieille envie de me mettre sur la gueule, c'est rageant d'être attaché comme une merde. Pourtant je sens que je peux me servir de mes jambes... Je devrais attendre avant de déconner avec ça, pas envie de clamser si jamais ils me laissent une chance de m'en sortir. Le mec qui se la pète vient d'écorcher mon nom, mais j'm'en bats les steaks, j'l'ai jamais aimé ce nom. Chisseu s'tu veux mon pote.

" Si je suis dans la merde ? Vous voulez dire que je le serais plus que d'habitude ? Mouais chais pas, j'fais plus trop gaffe. "

Non tu m'apprends rien bouffon, évidemment que je le sais, mais tu m'auras à ton petit mind game, j'vais tellement te casser les couilles que tu voudras juste me balancer dans l'espace.

" Vous ne m'avez pas gardé en vie pour m'apprendre à analyser une situation, n'est-ce pas ? Faites péter vos questions, même si je vais sûrement pas savoir y répondre. "

Nan mais c'est vrai quoi, à tous les coups j'vais me faire tabasser parce que je répondrai pas à une question dont je ne connais pas la réponse et ils croiront que je mens. Putain j'ai pas de bol sérieux. Puis ce type là, j'ai pas confiance, l'est bizarre. Le scientifique était plus rassurant même s'il était chiant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr/t211-shyse-taanh-l-irritant
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 25480

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Les interrogatoires sont toujours poussés. Dim 17 Mar - 11:53
Korai n'en revenait pas de l'idiotie du scientifique passé avant elle. De quel droit s'était-il permit d'expliquer la situation à leur proie ? Il ne connaissait pas l'effet que cela pouvait avoir sur son mental ou quoi ? Cela se voyait qu'il avait parfaitement conscience de sa situation. Sa façon de répondre aussi. De ce qu'elle en avait entendu celui-ci lui avait en gros donné sa situation : un interrogatoire. Superbement intelligent de sa part. Observant le traitre tandis qu'il palabrait des phrases à son sens grossières, elle resta néanmoins de marbre et gardant le froid imperturbable d'Alec, posa en effet les dites questions.

- Faites vous partie de l'Aera Center.

C'était limite devenu la première question à poser à présent. Le télépathe observait Shyse, visiblement aux aguets de la moindre réponse fausse.

- Êtes vous en lien avec les Bransons. Êtes vous en lien avec l’effraction des autorités chez eux. Avez vous trahis les Bransons.

Pour cela néanmoins elle connaissait déjà les réponses mais lui ne le savait pas. A sa manière, elle jaugeait ses mensonges. Elle était à peu de chose près certaine qu'avec une aussi grande gueule il ne saurait pas mentir de façon convenable. Ou sinon c'était qu'il cachait largement plus d'intelligence qu'il n'y paraissait avec toute cette caricature du civil de base totalement abrutis et aimant feignasser qu'il leur faisait voir. Elle enchaina les questions. à propos de la famille mafieuse terrienne décimée à cause d'un traitre avec de plus en plus de précision sur ce qu'il s'était passé, le faisant parfois réagir, parfois non. Elle l'aurait sur le temps, celui-ci. Et lorsqu'Alek sembla se lever, qu'elle se leva, elle pouvait à présent enfin demander les bonnes choses, sûre qu'il serait assez stressé pour répondre correctement au moins à celles-ci.

- Pourquoi avoir trahis les tiens, tu sais très bien ce qu'il risquait de t'arriver.

Elle alla jusqu'à lui et lui et sorti une lame.

- Et j'espère pour toi que tu répondras convenablement à ces questions-ci parce que ma patience a des limites. Je réitère, au cas où tu mentes encore. Quel est l'évènement qui t'a rendu assez con pour trahir les Bransons.

Elle le tenait. Non ? peut -être...

" Korai, arrête de faire trainer les chose sou passe à des moyens plus radicaux. Il devrait déjà avoir cédé normalement "

La brune ignora ces détails. Elle ne voulait pas ce type brisé, elle le voulait assez apeuré pour pouvoir s'en servir convenablement à l'avenir. Amplifier le potentiel de dégâts de cette "petite" famille comparée à la sienne était logiquement suffisant pour le faire céder et lui manger dans la main, qui sait. Cela dépendrais de lui. Pouvait-il être surprenant ? Bon le soucis est qu'elle devrait commencer à le torturer mais au moins ça la sortirait de son monotone ennui.


[je t'ai fais réagir une fois tu m'en excuse mais c'était pour avancer]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
Shyse Taanh
avatar

Masculin Métier : Lycéen, fansubber
Caractère : Viens la tester mon humeur !

Messages : 24
Billets : 22335

Carnet de Bord
✦ Don: Puissance des jambes accrue
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Les interrogatoires sont toujours poussés. Dim 24 Mar - 12:25
Me voilà dans un vaisseau mafieux pour répondre de mes actes. Si je savais que ce gros porc était en lien avec l'Eris je l'aurais sûrement pas balancé... Mais bon Dieu que ça me fait chier que cette enflure soit couverte par un tel vaisseau. Y'a pas de justice, c'toujours les gros enfoirés qui sont les moins touchables. M'enfin. Quitte à être dans la merde, autant en finir le plus vite possible. De toute façon si je mens ils le sauront tout de suite, et puis j'ai rien à cacher. S'ils sont pas contents, j'leur crache à la gueule pour approcher le moment où ils me tueront. Mais il pose trop de questions là, j'me souviens même plus de la première qu'il me pose déjà la quatrième, il m'prend pour qui lui ? Ça y est, il s'arrête. Alors, dans l'ordre...

- L'Aera Center ? Non. J'ai jamais pu les blairer.

J'ai un souci pour les Bransons... J'ai certes trahi un mafieux, mais je connaissais pas son nom moi, ils me l'ont jamais dit ces enfoirés... Je fais quoi ? S'il le faut ils me prennent pour quelqu'un d'autre ! Nan, ça serait trop beau, ce gros porc devait s'appeler Bransons. J'espère ne pas faire de connerie en répondant à ça...

- Les Bransons ? Aucune idée, mais j'ai trahi un gros porc qui bavait à chacun de ses mots, qui buvait comme un trou et se payait des putains à tour de bras. S'il s'appelait Branson, vous me l'apprenez à l'instant. J'ai balancé sa position aux Insurgés oui.

J'espère qu'on parle bien de la même personne. Apparemment oui, ou alors il cache bien son jeu. Mais je crois que je l'ai énervé... C'est sûrement la lame qu'il tient dans sa main qui me fait penser ça. Il est vraiment débile de penser que je mentirais, sérieux. J'suis en vaisseau ennemi, quoique je dise ils me tueront, à quoi bon mentir ? Non, j'vais plutôt avouer fièrement ce que j'ai fait, parce que je ne regrette pas d'avoir fait tuer cette pourriture et toute sa clique d'abrutis. Il a beau tenir son couteau devant moi, je lui envoie un beau sourire à la gueule.

- Parce qu'il m'avait saoulé. Il me donnait des missions de plus en plus risquées, où je devais me battre pour ma survie, de plus en plus souvent. C'tait pas ce pour quoi je m'étais engagé, moi je suis juste livreur, pas soldat. Alors ouais, quand je me suis souvenu que je n'avais jamais communiqué mon adresse, quand ce type des insurgés m'a menacé de mort si je lui disais pas tout ce que je savais, j'ai tout balancé sans réfléchir. Et je ne regrette pas la mort de vos larbins, m'sieur Au-Sang-Chaud. Vous n'aurez qu'à apprendre le respect au prochain trou de balle à qui vous refilerez le sale boulot.

À la réflexion, je devrais peut-être pas trop le chercher, le bonhomme. Quoique... Si je peux le faire chier un maximum avant de clamser, c'pas plus mal. Mourir... Ça veut dire que je pourrai plus courir dans les rues comme avant, hein ? Je serai mort, bêtement, sans personne pour me pleurer. C'est naze. Bon sang que c'est naze...

- J'espère que vous êtes jouasse de m'avoir chopé. Après tout, j'ai envoyé à la morgue vos hommes, non ? Quelle tristesse, j'en suis désolé... Non, je déconne.

Allez mec, pète un câble, tranche-moi la gorge avec ton jouet. Mais avant je t'aurai foutu mon pied lancé à toute vitesse dans ton entre-jambes, crois-moi. La pire connerie que t'ait faite de ta vie, c'est de m'avoir amené ici, devant toi. Et d'avoir oublié que j'avais des gambas qui pouvaient de faire cracher tes couilles en tapant dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr/t211-shyse-taanh-l-irritant
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 25480

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Les interrogatoires sont toujours poussés. Ven 12 Avr - 7:11
Ça marchait toujours aussi bien. Les petits fiers se vantaient souvent de leurs exploits. Les crapules s'en vantaient en omettant quelques petits trucs mais torturer le jeune homme pour en connaitre davantage. C'était une petite frappe, même Aleksei derrière devait le savoir.

- Je pense que sérieusement tu ne sais pas à quel point tu t'es foutu dans la merde... vraiment.

Aleksei/Korai attrapa une chaise et se cala au fond, droit(e) et pourtant plus qu'à l'aise.

- La famille mafieuse que tu as attaquée est bien connue d'une mafia encore plus importante : les ombres. Celle-ci règne en maître absolu sur le système, du moins dans la la voie lactée. Toi, tu t'es amusé à dénoncer le seul... Petit risque, à l'heure actuel, que cette agence ait un jour lointain un rival conséquent. Tu as brisé leurs espoirs tout en faisant perdurer une mafia dont tu ne connais rien... et il n'est pas dit que cette mafia ait la moindre envie de laisser en vie un chieur encombrant à présent que tu as fait ce qu'ils voulaient sans le savoir. Et je vais encore en rajouter.

Korai se marrait intérieurement. Ce petit bleu ne savait pas du tout les réseaux et marchés qui se cachaient derrière.

- Ta tête a été mise à prix : 1.000.000,00 £. Tu n'as donc pas deux mais une bonne trentaine de mafias prêtes à te mettre les mains dessus juste pour te revendre à ceux que tu as si chaleureusement dénoncé... pas mal non ? J'ajoute à cela qu'ils ont juré de faire de ta vie un enfer, qu'ils ont déjà mis à feu et à sang ta si jolie petite propriété, que tu ne sais absolument pas ce qu'il va advenir de toi, etc...

korai se pencha en avant, coudes sur les cuisses et main jointes comme si elles allaient contenir quelque chose à l'intérieur. Une confession peut-être ?

- Et tu n'as pas la moindre idée d'à quel point il me serait aisé voir agréable de te donner à eux vu ton caractère de merde. Tu n'es pas seulement un chien mal éduqué, tu es un râleur qui me casse les oreilles, un bon à rien même pas fichu de faire le boulot pour lequel on le paie, un traitre, personne ne veut de toi maintenant.

Le ton était menaçant et le regard glacé. Ce type devait comprendre que s'il n'apprenait pas le respect bien vite, ils le donneraient à ceux qu'il avait vendu, ni plus ni moins.

- Comme on dit... Pas de témoin, pas de jugement.Tes efforts n'auraient alors servi à rien car tu vas devoir les désigner en procès si tu ne veux pas crever pour rien. Et comme tu as pu le comprendre tu en est actuellement très loin du compte. Oh et ne t'attend pas à ce que le médecin venu voir ton état revienne te donner des infos sur nous. Nous n'aimons pas plus les bavards ici que ceux que tu as quitté. Alors à présent à ton avis, avons nous plus de raison de te vendre ou de te garder... ?

Korai sorti une arme une vieille relique : une antiquité. Un six coup dans laquelle elle mit une balle en laten taillée exprès pour l'occasion.

- Aller, joue avec moi, petit. Je serais réellement heureux de t'apprendre ce qu'est l'enfer.

"Il" visa les couilles et tira. Rien, coup à vide. Korai resta impassible, l'observant du regard, attendit le moindre réflexe d'expression essayer de naitre sur le visage de ce type et tira à nouveau. Vide aussi.

- Réponds à la question, petit... Juste à la question. Vas-tu nous être utile, oui ou non.

Il étai clair qu'une balle paralysante en Laten visant ses reproducteurs, ça ne ferait pas beau dans le décors. Korai s'amusait pas mal. Elle était certaine que le prochain coup serait le bon et son plaisir à voir le malaise naitre sur le visage de ce type commençait à se voir dans son regard. un regard bleu glacé qu'elle comptait bien après coup faire disparaitre pour que ce type voit son apparence, mais uniquement si elle arrivait à le mater. Car c'était bien tout ce qui se ferait dans cette salle : du dressage. Et pas vraiment le genre de ceux faisant baver certains porcs masochistes. Son écouteur resta muet. Aleksei semblait avoir enfin abandonné l'idée de la rappeler à l'ordre : bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
Shyse Taanh
avatar

Masculin Métier : Lycéen, fansubber
Caractère : Viens la tester mon humeur !

Messages : 24
Billets : 22335

Carnet de Bord
✦ Don: Puissance des jambes accrue
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Les interrogatoires sont toujours poussés. Jeu 25 Avr - 15:27
Si j'avais su que j'allais me faire engueuler comme ça, j'l'aurais pas ouverte ainsi... Bonjour l'accueil, j'ai rien demandé, moi. S'il est pas jouasse il n'avait qu'à me laisser chez moi... Chez moi... Ils l'auraient détruit ? Les salopes... Et je devrais peut-être aussi remercier ce gars de m'avoir amené ici pendant que des crevards brûlent la baraque que j'ai galéré à acheter ? Admettons que ça m'ait sauvé la vie, il ne me reste plus rien... Enfin... si, justement, il me reste la vie. L'un dans l'autre, je devrais quand même lui être reconnaissant. Ça fait quand même une grosse prime, 1 milliard de billets. Ça fait surtout gros pour un livreur, haha. Le livreur le plus cher de Mars !

Mais ce que j'ai du mal à saisir, c'est qu'ils ne m'aient pas vendu direct. Genre je pourrai leur valoir davantage en vie ? Juste en leur collant un procès ? Moi je n'osais pas tant que j'étais seul chez moi, mais si j'ai la protection d'Eris, je n'y vois aucun inconvénient. Par contre il est en pétard, le vieux. Je devrais rattraper ce coup-là... pas envie d'y perdre mes bourses, moi...

- Je... n'avais pas vu la chose comme ça, je croyais que dans tous les cas vous alliez me tuer, pardonnez-moi...

Dieu sait que ça ne me va pas de m'écraser comme ça. Mais quand c'est la vie qui est en jeu, je suis près à le faire. Je ne suis pas complètement débile, après tout !

- Il suffit que je porte plainte ? Je le ferai, comptez sur moi. J'aurai juste besoin de la protection de l'Eris, car à la première occasion ils voudront me tuer. Mais si les voir derrière les barreaux vous convient, moi ça m'ira parfaitement aussi.

Mais ça, ça veut dire que je vais devoir bosser pour eux jusqu'à la fin de ma vie, c'est ça ? Je ne pourrai donc jamais vivre une vie tranquille, légale, avec une femme, des gosses et un chat dans une grande maison avec un jardin ? L'Eris est un vaisseau plutôt luxueux, mais merde quoi, ça reste la mafia. Ça doit être mon destin de bosser pour elle jusqu'à la fin de mes jours.

- Et après cela, vous voudrez me garder à l'œil, pas vrai ? Si je dois vendre mes qualités, je dirai que suis imbattable à la course. La course à pied. Je suis un Réactif, mais vous le saviez sûrement déjà. J'ai une force non négligeable dans les jambes, aussi je peux exercer n'importe quel boulot de livreur.

J'espère ne pas avoir semblé trop orgueilleux. Il serait dommage de me faire supprimer mes parties génitales sur un malentendu... Je veux juste qu'on me foute la paix. Je ne suis pas vraiment rassuré, avec ce truc pointé sur moi... D'ailleurs ça ne ressemble à rien, cet engin. Je crois avoir vu ça dans un livre un jour, mais c'est tout... C'est censé faire mal, ça j'en suis sûr, mais ne pourrais-je pas renvoyer le projectile d'un coup de genou ? Je ne sais pas, et j'ai pas envie de savoir en fait... Espérons juste que tout se passe bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-85.forumactif.fr/t211-shyse-taanh-l-irritant
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 25480

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: Les interrogatoires sont toujours poussés. Dim 21 Juil - 19:11
La brune n'avait jamais vu un retour de situation se faire de façon aussi radicale. Après lui avoir décrit la situation peut être plus crument qu'elle ne l'aurait voulu car ce type lui faisait réellement perdre patience, elle observa le rouquin se fendre en excuse et ne plus savoir comment lui parler. Bon sang : si i apprenait qu'en plus il parlait à la patronne et non au bras droit, quoique : il n'était même pas censé savoir qui était Aleksei, ce Shyse aurait certainement tourné de l’œil.

- Je... n'avais pas vu la chose comme ça, je croyais que dans tous les cas vous alliez me tuer, pardonnez-moi...

L'image d'Aleksei ne fit rien et resta stoïque tout le temps où le rouquin se mit à parler, à dire grosso modo qu'il avait comprit et allait donc enfin être honnête... bien, bien. Quant au fait de porter plainte cela ne fit pas non plus sourire Aleksei, enfin : Korai. Elle attendit, croisant simplement les bras et restant droit sur sa chaise. "Protection", hein ? Bah voyons... Comme s'ils n'y avaient pas déjà songé en l'amenant ici.

- Il n'est pas dans notre intérêt que tu crèves.

Tant qu'il n'aurait pas parlé lors du procès de ces êtres véreux du moins. Là dessus le rouquin enchaina sur une idée étrange de travailler pour eux. Pardon ? Korai eut du mal à ne pas hausser un sourcil et le laissa poliment finir tout en réfléchissant à ce détail : honnêtement il y avait peu de chance que ça arrive : après tout ce type avait trahi ses anciens chefs.
Au bout d'un temps l'image d'Alek s'étira le cou, l'air toujours songeur puis fixa de ses yeux de glace le regard de  Shyse.

- Commence par dire ce que tu sais à mes hommes puis lors du tribunal. Nous te protègerons jusque là tant que tu resteras coopératif. Pour le reste, on verra en temps voulu...

D'ici à quelques mois en somme : le temps pour Korai, Aleksei et les autres de se faire une idée de ce type. Après avoir dit cela le blond se releva et sourit de façon étrange. En partant, il parla à un homme qui parti directement en direction qu'avait prit le scientifique trop bavard tout à l'heure. En parallèle, un agent entra avec visiblement un calepin et une malette contenant des instruments dont il n'aurait certainement pas à se servir : le rouquin dirait la vérité. Korai en était certaine et une fois qu'elle eut refermé la porte, l'illusion prit fin. Vêtements, courbes, visages, cheveux, voix, tout redevint à la normal mais le rouquin n'en aurait rien vu. Aleksei hocha la tête et l'observa s'en aller, conscient qu'il aurait à devoir faire comme s'il avait déjà parlé à ce type au cas où ça dégénèrerait.

[voilà, comme promis j'ai clos et cela te permettra d'enchainer sur l'avenir, en imaginant que oui finalement tu t'es fait engager =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
MessageSujet: Re: Les interrogatoires sont toujours poussés.
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

 Sujets similaires

-
» Les vrais mariages sont toujours insensés
» Nos vos leurs sont toujours innocents.
» Joueurs qui sont toujours sans contrat
» Ce sont toujours les cons qui l'emportent ; question de surnombre. (Sether)
» Sept (7) Questions au Dr. Hugues Saint-Fort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ ERIS ✦ :: ♁ Zone Noire-
 ::  :: ✦ ERIS ✦ :: ♁ Zone Noire+