La reine des ombres et le magicien [PV Korai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Masculin Métier : Pirate Bricolo
Caractère : Calculateur

Messages : 90
Billets : 20087

Carnet de Bord
✦ Don: Métal +
✦ Pts Vote:
69/2500  (69/2500)
✦ Objets:
MessageSujet: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Ven 20 Juil - 19:05
Aussi sordide et mal famé que pouvait être Phobos, rares étaient les événements dont je n'avais pas connaissance. Cela allait faire six mois que l'on m'avait jeté dans ce taudis, mais contrairement à la majorité des pensionnaires, j'étais parvenu à y trouver ma place. En effet, la vie dans cet enfer était loin d'être simple, car, si l'on était pas fort, il fallait se révéler rusé ou bien faire parti des oppressés. Force était de reconnaître que ma capacité d'adaptation faisait encore son œuvre. Dans un premier temps observateur, je pris soin d'identifier et de visualiser chaque détails des lieux ainsi que des individus susceptibles d'être utile à ma survie. Le terrain plus familier, j'en vins rapidement a y découvrir les limites physiques de notre espace vital. Limites, que mes connaissances et mes capacités sur le métal me permettaient de franchir sans grande difficulté, une fois celle de la surveillance repérée et contournée. Des exploits pour tout prisonnier qui vinrent rapidement faire de moi un passeur et rapidement remarquer par le chef en place, pour qui je ne manquai pas a me retrouver a bosser pour lui. Je ne mis pas bien longtemps alors a tremper mes mains dans le trafic d'As, très prisée, et à faire de moi un dealer au milieu des Geôles. Hormis ces obligations, assurant mon utilité et mon intégrité, je n'en restais pas moins les yeux et les portes invisibles de Phobos.

Depuis ces deux derniers mois, un événement important eut lieu : l'arrivée de Korai Leskov. Bien que je ne la connaissais pas vraiment, le nom de son père, lui, ne m'était pas inconnu. Et aux dernières nouvelles, la famille avait fait pas mal de bruit, notamment avec la mort de ce dernier ainsi que de l'inculpation de sa propre fille dans cette affaire. Ainsi, si je ne fus pas grandement étonné de la savoir arrivé ici. En revanche, si elle ne fit pas grand bruit par sa présence, rares étaient ceux à se risquer a fricoter avec elle. Déjà bien entourée et apparemment indisposée, certains s'étaient tentés à l'aborder. Seulement, au vu de leur piteux état a la fin de leur entrevue, elle ne semblait pas d'une humeur très communicative. Cela ne m'empêchai guerre de l'observer passivement et de l'étudier, tout comme je l'avais pour chacune des personnes de valeurs ici bas. Je la découvris alors inactive et isolée dans un premier temps, sensiblement affectée par la perte de son père.

Mais de toutes les personnes de ce taudis, elle était sûrement celle qui avait captivé le plus mon attention. Non pas par ce qu'elle était femme désirable, dont il était difficile de le nier, mais bien par ce qu’elle était nulle autre que l’héritière de la mafia martienne. A ce titre elle avait a ses ordres, les hommes de feu son père, en faisant sans aucun doute un des plus gros cartels martiens. De plus, il était bien plus sage de négocier avec eux, plutôt qu’avec des brigands et des pirates sans foi ni lois … Aussi il y a quelques semaines de cela, commença-t-elle à bouger en évinçant le baron qui avait la main mise sur le trafic d’As ainsi qu’à reprendre le contrôle de la majorité de la prison. La transition fut rapide et peu violente, en portant une frappe éclair, qui amputa directement la tête du groupe. Un résultat qui laissait imaginer les capacités de la famille Leskov. Quant à moi, avec l'éclat de l'ordre en place, je me retrouva moment privé de mes obligations, mais des clients insistants finirent par me faire poursuivre le trafic.

Poursuivant mon attention et mes recherches au sujet de cette Korai, je parvins à mettre la main sur des informations intéressantes a propos de quelques uns de ses projets, notamment celui de l'Eris. Bien que de nombreuses zones d'ombre restaient présentes, je savais qu‘il était sensé être un vaisseau imposant de nouvelle génération. Bien décider à me faire remarquer, afin d’établir une approche, je n’eus guère besoin de pousser beaucoup plus mon petit commerce sur l’As afin d’y arriver. Je laissai même les rumeurs travailler pour moi en les faisant chuchoter que j’avais connaissance de nombres de ses projets, ce qui n‘était pas tout a fait faux. L’apparition de ses gorilles ne mit que bien peu de temps à me parvenir, « m’invitant » - bien escorter - à pourparler avec mademoiselle Leskov. Je ne résistai bien évidemment pas, fouillé en me délestant de mon wakizashi, je suivis tel un gentil garçon le chemin que ses hommes de mains avaient décidé pour moi. Je pouvais voir quelques personnes de connaissances observer le petit défilé dans un silence emprunt de murmures. Je pus même percevoir quelques connaissances qui allaient passer me voir et que j’allais pouvoir évincer par la même occasion. Une pensée qui me fis esquisser un léger sourire, ce qui ne manqua pas non plus de me faire bousculer par l’homme de main derrière moi, histoire de me rappeler dans quelle situation j‘étais. Si cette fameuse situation n’avait pas l’air de m’être favorable, elle se déroulait cependant suivant mes plans.

Quelques salles et couloirs plus tard, je me retrouvai devant la dite porte, où l’un des mes bienveillants gardes demanda le droit d'entrer. Je me retrouvai alors dans une salle plutôt coquette et spacieuse pour une cellule de prison. Une fine silhouette féminine se démarquait au loin dans le fond de la pièce, assise en trônant sur un siège adapté a cet effet. L’un des hommes se mit en avant, pour annoncer.

_« Voici, l’homme que vous vouliez voir, Marraine, ce fameux "magicien". Il s’est rendu sans la moindre résistance et ne portait que cette lame sur lui. »


Dépassant pratiquement d’une tête les gorilles présents, j’observai passivement la réaction de la damoiselle. Je l’avais vu de bien des angles, mais c’était concrètement la première fois que je la contemplais de mes propres yeux, aussi n‘en perdis je pas une miette. Vêtu de manière sommaire avec les moyens de la prison, je ne respirais pas le chic, mais plutôt l‘homme détendu avec une chemise ouverte large et mon air plutôt décontracté malgré la situation. C’était même à se demander comment un type pareil avait pu devenir une gène pour des mafieux. Cependant, un esprit observateur remarquerait que la possession d‘une telle lame n‘était pas à porter de n‘importe qui et que le port de mes lunettes était loin d’être naturel, en particulier dans un endroit privé de lumière naturelle. De plus, seul un idiot, un sans peur ou bien un homme ayant déjà planifier les choses aurait une telle attitude dans ce genre de situation. Mais toujours était il, que je parlais très peu de moi. De ce fait, personne ne me connaissait véritablement tout comme la manière dont je procédais pour franchir les sécurités. Bien sur, on m’avait déjà vu les ouvrir sans artifices particuliers, si ce n’étaient parfois avec mes mains. Ainsi si on me savait détenteur d’un pouvoir, difficile était de savoir lequel précisément. Ce coté mystique m’offrit également le surnom de « magicien ». Outre le nom de détenu Karas Blackthorne et de l’autre surnom de fonction en tant que « passeur » , il était bien difficile de savoir à qui ils avaient a faire. Peut être avec le lien du vaisseau de même nom, mais aussi fallait il déjà le connaitre … D’où également, cette prévention de sa part , mais en mon sens légitime. En tout cas, suivant l’humeur de la belle, j’étais apte engager le dialogue.
[ HJ : je ne sais pas comment s’organisait les « vacances » de Korai a Phobos, alors j’ai inventé. Mp moi que je modifie si c’est pas juste pour toi ^^ ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 23580

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Mar 24 Juil - 0:02
La latence était un mot faible pour l'inertie dont faisait preuve actuellement Korai. Du moins de son point de vue. Elle se voyait bel et bien à la demande d'Aleksei recommencer à mettre les choses en place, à étudier des idées comme celle de faire importer à même la lune des matériaux dérobés pour les faire exporter vers Echo, un monde peu connu mais qu'elle vénérai pour sa discrétion. Mais après cela elle était tout bonnement incapable d'émerger de ses songes. Elle restait prostrée quelque part à calculer ce que serait la suite pour parvenir à remettre la famille des Ombres à flot tout en cherchant pourquoi elle n'était pas parvenue à agir là bas.

Une odeur de flamme, de chair brûlée, des cris et des tirs. Elle qui avait toujours su réagir dans ce genre de situation ne s'était tout bonnement pas attendu à ce que cela arrive de façon aussi violente et contre elle. Chez elle ses proches avaient perdu la vie. Elle avait eu beau lutter elle se revoyait encore hurler des ordres avant de sentir un corps heurter son dos. Elle l'avait repoussé avant de voir le cadavre s'écraser au sol, brûler aussi. Elle relevait la tête pour voir l'un de ses cousins s'étouffer. Le temps de courir à lui un autre était tué. C'était l’hécatombe et dans ce lieu qu'elle avait toujours pensé imprenable, qu'elle avait par endroit vu être construit dans ce but, c'était tout bonnement impossible. Et pour le coup la défaite avait été salée.

Une douleur la lança et la brune retira ses ongles du creux de sa paume, frottant ses doigts les uns contre les autres pour en ôter le liquide poisseux. Cela n'avait pas saigné autant que certains parvenaient à le faire de base mais cela l'irrita : elle ne contrôlait même plus cela. Que contrôlait-elle de plus ? Une majeure partie des fidèles de son père ne l'avait pas suivie et avaient préféré l'enfoncer de crainte qu'elle se venge pour leur désertion. Elle se murait sous une carapace capable de déchiqueter à coup de lame d'air quiconque oserait tenter de lui adresser la parole. Elle était perdue et n'avait plus de base sur quoi se tenir. En fait beaucoup pensaient autrefois qu'elle n'avait jamais su différencier le bien du mal et que c'était ce qui avait toujours été le plus dangereux en elle. Le problème était que dans ce cas elle avait apprit la différence ce jour là et de la façon la plus pitoyable qui soit : en se faisant battre.

Battre comme une perdante, un mot impossible à prononcer avec ses lèvres mais qu'elle parvenait à penser. Battue, perdue, révolue, morte. Inerte. Elle n'avait aucune envie de remonter la pente. La seule chose qu'elle voyait était qu'après deux ans de fuite elle avait choisit de se relier à sa famille malgré les oncles et tante qu'elle haïssait tant et qu'au final non seulement elle avait tout perdu à cause d'un personnel encore plus inapte qu'elle, mais qu'en plus elle était à présent obligée de faire prospérer l'héritage. Jeune elle en avait toujours rêvé mais depuis qu'elle se savait supérieure à son père en tout point cela lui avait passé. Elle aurait pu faire et devenir n'importe quoi avec cet or qui coulait de ses doigts à chaque fois qu'elle s'intéressait à quelque chose. Si son petit frère était naturellement doué, elle, elle avait tout prit par la force à coup d'ambition et d'esprit de perfectionnisme. Sa volonté jusque là avait toujours été infaillible, elle aurait du être libre...

Peut être n'aurait-elle du jamais rentrer ? Après tout depuis son retour tout était allé de travers... Cependant, Korai avait choisi de privilégier la famille, comme tout Leskov se respectant. Et en la choisissant, la brune savait avoir renoncé depuis longtemps à ses rêves et à toute autre futilité féminine. La preuve en était cette obligation de travailler même si sa conscience hurlait pour qu'elle disparaissent au fin fond de cette Lune. A moitié folle et à moitié morte la brune commençait pourtant à se surprendre. Elle avait à présent conscience d'être mal. pendant combien de temps n'avait-elle pas eu conscience d'elle-même ? De ses obligations ?

Ce fut sur ces pensées que la brune tourna une tête couverte de suie et de sueur vers un couloir mal éclairé. Un homme tenta de la prévenir d'une arrivée mais n'osa pas s'approcher comme s'il avait peur de finir comme ceux d'il y avait un mois. Quel abruti : avait-elle tué pour rien depuis ? Non. Et puis il voulait quoi déjà ? L' "homme demandé" ? Korai dégluti et pesta, se refusant à se lever de son dossier de roches coupantes pour de telles histoires. Elle ne connaissait pas cet homme, tout ce qu’elle savait était qu'en ce moment ils venaient tous foutre la merde. peut-être que rappeler à tout le monde qui commandait sur Phobos ne serait pas une mauvaise idée ? Peut-être... Mais sans appuis, sans ambition, sans défi, que pouvait-elle réellement faire avancer ? Au final ce jeune homme qui venait troubler ses affaires n'était qu'une obligation de plus, il lui suffisait juste de l'annihiler, tout simplement. Arrêter de penser et faire ce qu'on demandait d'elle, voilà ce qu'elle décidait à chaque fois de faire. Peu importe ce que les gens disaient ils appréciaient de la voir ainsi, rancunière et aigre, mélancolique. cela illustrait bien l'image des ombres à l'heure actuelle.

- Bien, on y va.

Murmura-t-elle avant de se redresser et de gravir les échelles la séparant de l cellule lui faisant office de bureau. Le temps de se changer et on lui apportait le jeune morveux sur un plateau. Un morveux pas si morveux que ça d'ailleurs. Son regard totalement vide et froid, incapable d'exprimer la moindre émotion quand bien même Korai aurait essayé se posa sur une silhouette brune à lunettes, ne semblant pas de prime abord dangereux. Se remémorant son visage, elle se rappela des vidéos, des informations. De bien plus d'information que ce petit con pensait en laisser en fait.

- Je ne répèterai aucune question. Tu ne réponds pas, tu souffres. Murmura-t-elle avant de prendre entre ses doigts une lame en métal étonnamment lourde que l'on venait de prendre sur le brun. Bien que parfaitement équilibrée, aux vue de ce qu'elle avait pu percevoir sur les vidéos la brune décida de balancer la lame dans le vide de la fausse et s'exécuta d'un mouvement sec, ne s'inquiétant guère de savoir sur qui ou quoi cette lame tomberait. Comment t'es-tu procuré l'As.

Après tout ici le trafic, c'était eux. Elle observa le jeune homme d'un œil morne, visiblement capable de le tuer personnellement s'il tentait de l'ouvrir de trop et ce même si un trafic puéril disparaitrait du réseau de Phobos. Après tout qu'était quelques caisses d'As par rapport à tout ce qui se manigançait ?. La brune, blasée de tout se laissait vivre... Aleksei s'était surement trompé quelque part, elle aurait du périr. Sans intérêt ou impulsions la vie avec Korai était pire que le chaos, elle était le néant. Elle allait d'ailleurs aspirer ce jeune homme comme un rien. Don ou pas... Mais la réponse se faisait déjà trop attendre à con goût. Sans un mot elle alla mettre une sorte de tisonnier dans un amas de braise qui crissèrent en se faisant ainsi écraser. Il y avait quelques années cela l'amusait d'interroger, d'essayer de comprendre les limites des gens grâce à cela. Actuellement tout ce qui l'importait était que cet homme parle ou périsse. Après on avancerai sur une autre étape, qui nous emporterai à une autre... Et encore une autre. Jusqu'à donner l'illusion qu'on savait avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
avatar

Masculin Métier : Pirate Bricolo
Caractère : Calculateur

Messages : 90
Billets : 20087

Carnet de Bord
✦ Don: Métal +
✦ Pts Vote:
69/2500  (69/2500)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Ven 27 Juil - 21:53
Ainsi donc la dame des ombres n'avait elle guère changée, du moins depuis qu'elle avait émergé de son état endeuillé et qu’elle s'était disposée à reprendre les rennes du pouvoir. Froide et inexpressive, tels étaient les maîtres mots qui décrivaient sa présente attitude, imposant exécution à ses exigences. Elle aimait contrôler c’était un fait et venait directement de démarrer, sans pré-avis, un petit jeu de question- réponse. Le genre dont je n’étais guère du genre à évincer, et même d’y ajouter mon petit grain de sel, comme a l’accoutumée. Ainsi, à sa question sur les origines de l'As que j'avais en ma possession, cette dernière y resta vague, ou du moins, elle l’était suffisamment pour que j’en fasse de même pour sa réponse. Mais je savais cependant qu'une partie n'allait nullement lui plaire. Je lui fis alors découvrir ma voix grave en portant ma main à mon menton faisant mine de chercher en grattant ma barbichette.

_« Mmmmh ... quelques rares contacts auprès d'anciens détenus qui ont repris du services, ainsi que par quelques gardes véreux, mais j'ose avouer qu'une bonne partie provient de vos propres stocks ... force est de reconnaître que dans ce milieu vous êtes les plus actifs du coin. »


Elle voulait une réponse, la voici. Une réponse satisfaisante, mais incomplète, qui allait sans nul doute attiser les foudres de la dame. Apres tout qui aimait être voler ? D'autant plus que j'avais volontairement occulté la manière avec laquelle je parvenais à puiser dans leur stock sans qu'ils s'en aperçoivent. Telle était la véritable réponse qu'elle désirait sans aucun doute entendre à l'oreille. Sauf que je n'étais pas homme de simplicité et encore moins à me délivrer de mes secrets d‘une simple demande. Mais le comment n’était en définitive pas la question la plus intéressante, le pourquoi était infiniment plus intéressant et insidieux, pour donner la raison de tout cela. Ni plus ni moins. Dans tous les cas, si elle désirait réellement parvenir à des solutions a ses demandes, elle allait devoir le prouver et le chercher au travers des démêlés des indices et des informations que je lui aurait distillé. Un jeu dangereux, certes, mais non moins palpitant. C'était là en fait, au fond, l'occasion de tester la belle afin de déterminer son seuil de limite et d’y faire déterminé sa véritable personnalité.

_« Il semble d'ailleurs qu'a ce propos, vous ayez l'air d'exporter pas mal de matériaux depuis ces derniers temps ... Qui saurait ce qu'il se trame derrière tout cela ? »


A ces mots, je levai mes lunettes pour les disposer au dessus de ma tête, lui faisant découvrir mes iris bleu-nuit et finissant sur un d’un demi sourire mêlé d’un regard intrigant et lourd de sous-entendu. Une remarque pour le moins osée, tant cette dernière était tenue au plus grand secret de par sa clandestinité. Je venais, de ma propre initiative, de perturber ce jeu qu’elle venait d’entamer en suggérant simplement que je possédais des informations sur elle, et ce, contre son insu. La question était alors : comment allait elle le prendre ? Cette énigme était là tout l’intérêt de la chose et qui m‘avait poussé à sortir cette carte que j‘avais dans ma manche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 23580

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Lun 20 Aoû - 18:11
Korai n'avait pas l'âme à faire de l'humour. Elle remettait ne ordre ses commerces mais n'avait pas d'obligation à se montrer aimable face à un rat. Aucune obligation de faire semblant d'être souriante et sociable pour le moment... Elle posa sa question, pressée de retourner errer dans les tunnels, observer le temps défiler au rythme des pas faisant un écart de côté pour éviter de l'approcher. D'instinct les prisonniers ici avaient appris à la craindre. Elle trouvait cette idée particulièrement plaisante... On ne l'emmerdait pas, ça l’arrangeait. Mais ce type lui l'emmerdait. Et sa réponse fut un déluge d'imperfection. Phrases trop longues, trop arrogantes... Pompeuses. Évidement qu'ils étaient les meilleurs. ils étaient les seuls. les autres étaient détruits pour nettoyer cette prison de toute imperfection et y imposer leur marché comme unique commerce possible. Pourtant elle ne cilla pas, restant inexpressive.

Ce type lui déplaisait pour le moment. il était trop calme et trop sur de lui. Comme la brune avait envie d'en finir au plus vite tout cela ne l'arrangeait pas. Elle recommença à tasser le bout de la barre de fer tout en écoutant d'une oreille distraite le jeune homme. Un voleur hein ? Ils le savaient déjà. C'était grosso modo pour cela qu'il avait été arrêté d'ailleurs et il devait surement déjà le savoir. Oui elle était mécontente, mais cela ne changeait pas son je-m’en-foutisme apparent. Pour ce qui était de sa façon de procéder il le dirait. Elle avait largement les moyens de le faire parler... et pour un temps, n'avait pas la moindre envie de jouer. Quant à ce qui la poussa à tendre mollement le bras vers cet homme et apposer la barre de fer contre son épaule, ce fut sa phrase à propos des exportations.

- Quand on en sait trop on ferme sa gueule... Je ne le répèterai pas, tu es ici pour répondre à mes question pas raconter ta vie.

Tournant la barre avant de la retirer de ce contact malsain et brûlant elle l'observa de ses yeux mornes un faible sourire apparaissant sur ses lèvres. Elle aimait lui faire mal. Cet homme n'était rien pour elle et il aurait été aisé de le tuer, il le savait surement. Ce qu'il ne savait pas en revanche était plutôt que la jeune femme en savait plus sur lui qu'il ne le pensait, au point du moins de savoir pour son don... Et donc de savoir comment l'en entraver. La douleur, rien que cette douleur devait l'empêcher d'utiliser son pouvoir à présent et elle perdurerai jusqu'à ce que Korai le décide, pas avant.

- On peut aussi essayer le métal fondu si tu le souhaite mais ça prendrait trop de temps de faire fondre tout ça. Tu veux nous aider peut-être ?
- Korai. Dit Alek pour l'interrompre, lui rappelant en un regard quelque chose qui semblait être évident pour tout deux voir même pour Karas. Elle reporta alors son regard vert glacé sur le jeune homme.
- Ah... vrai que tu ne peux pas dans cet état.

Une pique froide et sèche, elle savait pour lui et même, le narguait. Elle s'approcha de lui alors qu'Aleksei en un regard croisé avec sa patronne avait tiré les cheveux du gars sèchement en arrière et posa son index sur son visage, observant ses traits. Elle aurait pu aussi le prostituer pour qu'il la rembourse remarque.... Non. Ce type avait réussi à tour de passe passe conséquent et il allait devoir parler. C'était tout ce qui l'intéressait en lui : les réponses qu'il avait dans la tête...

- Comment as-tu fait pour nous voler les doses ? Murmura-t-elle doucement, debout de toute sa hauteur, toisant l'homme mis à genoux de force avec une froideur réapparue aussi rapidement qu’elle était partie. Ça serait bête de devoir te faire fondre un œil...

Peut-être s'y prenait-elle un peu vite mais elle avait perdu toute trace de patience depuis que son père était mort. Et ne rien ressentir même devant ce spectacle et cette odeur de chair brulée l'irritait au plus haut point. Un psychopathe, une folle... Et le pire c'était qu'on la laissait encore ici errer en liberté. Les humains étaient franchement pitoyables si ils avaient besoin d'elle pour s'en sortir. Tout ceux demandant l'aide de la mafia au final n'étaient-ils pas pitoyables ? C'était une pensée qu'elle avait appris à faire taire et à l'embellir au point de laisser croire à n'importe qui lui adressant la parole qu'il était spécial mais lorsqu'on la voyait à présent écorchée à vif entrain de toiser cet homme en face de lui on pouvait voir la réalité. A ses yeux Karas n'était que de la merde, un pion banal voir même bancale qu'elle pourrait même jeter sans que ça lui soit préjudiciable. Et dire qu'autrefois elle l'aurait trouvé adorable à parler ainsi, le monde avait changé... Il faut dire qu'à ce moment là de sa vie Korai ne voyait pas le bout de toute ces pensées sombres.

- Réponds maintenant. Rajouta-t-elle sèchement, se doutant que la douleur de la brulure devait largement l’empêcher de parler mais elle s'en moquait. Comme dit plus haut elle avait perdu sa patience lors de l'incendie de Deimos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
avatar

Masculin Métier : Pirate Bricolo
Caractère : Calculateur

Messages : 90
Billets : 20087

Carnet de Bord
✦ Don: Métal +
✦ Pts Vote:
69/2500  (69/2500)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Dim 2 Juin - 16:51
La communication avec cette reine des ombres fut plus compliqué que dans mes espérances, pour ne pas dire totalement nulle. Ce que je connaissais d’elle n’était que de réputation et de rumeurs et si ces dernières faisaient honneur au physique qu‘elle évoquait, je la découvris également bien difficile d’approche. Littéralement imperméable à mes propos, je pouvais imaginer avec les actualités de sa famille que c’était une période difficile pour elle. Elle n’écoutait que ce qu’elle voulait bien entendre, ce qui n’était pas pour faciliter mes affaires ainsi que les projets qui y tournaient tout autour. L’idée était simple : il me fallait une échappatoire à Phobos et cette dernière n’était possible qu’avec la Mafia. J’avoue j’étais loin de m’imaginer leur chef capable d’un sadisme assez grand pour me menacer avec une barre au fer rouge incandescent. J’aurais sans doute pu utiliser mes capacités afin de retourner l’arme contre sa posseseuse, de la faire fondre littéralement ou de l’éteindre encore plus simplement. Mais la raison me disait plutôt de faire profil bas pour le moment, car j’avais la certitude que je ne tirais rien d’elle en cherchant à m’y opposer ou à la provoquer délibérément.

Immobilisé par son bras droit, le fer brulant s’abattit alors lentement sur mon épaule laissant la chaleur consumé et rompre peu à peu le revêtement de ma veste et de mon T-shirt pour laisser peu à peu ma chair réagir à vif de cette brulure toujours plus forte. Sans lui offrir de cris ou de plaintes, je ne pus réprimer des grognements qui retentirent du profond de ma gorge. Autant dire que mon stupide sourire c’était éclipsé, mais ce n’était qu’une cicatrice de plus. Surement voulait elle que je déballe tout ou que je la supplie, mais elle était surement tombé sur l’une des plus mauvaises personnes pour cela. Je me savais plus robuste que la moyenne et je ne lui donnai qu’un regard inflexible et perçant fixé sur elle. Je la savais se régaler du spectacle alors qu’elle passa une main sur mon visage tout en chantant ses menaces et son sarcasme. L’information était une arme qu’elle devait connaître et je comptais bien l’utiliser pas plus tard que maintenant, ce qui me fit reprendre un brin d’assurance et retrouver un soupçon de parole.

_ « Hmmm … Si vous pensez me faire parler pour la torture, c’est que vous vous êtes adressez à la mauvaise personne, du moins, trop tard. Je suis ici a perpétuité et je n’ai rien à perdre autre que la vie. »
Et après un bref instant a reprendre de ma brulure, je poursuivis.
« vous pensez que je suis venu ici sans assurance ? Tuez moi et vous pourrez dire adieu a votre As ainsi que voir nombres d’informations sur des projets vous concernant dévoilé au grand jour. »


Mes yeux étaient fermes et immobiles sans le moindre vacillements ou battements de paupières, appuyant la véracité de mes paroles. J’avais perdu les membres de mon groupe, ignorant de savoir si oui ou non ils avaient survécu à la destruction de notre vaisseau.

_ « Tout ceci a été prémédité dans l’unique but que de vous prouver mes capacités et de vous rencontrer. Je vous offre une proposition de service. Ecoutez la afin de beneficier d’un arrangement commun, ou bien, tuez moi de suite et perdez bien plus que vous ne l'imaginez. »


Un ultimatum, le tout pour le tout. La naissance d’un sourire à mes lèvres, mal avisé, mais ce n’était là que l’expression de l’excitation et de la tension qui faisait pulsé le sang au creux de mes veines. La peur était bel et bien présente, mais elle était totalement submergé par l’adrénaline qui m’enivrait et que j‘avais du mal à réprimer. C’était cette recherche constante de danger et d’aventures qui m’avait conduit à devenir le pirate et l’homme que j’étais devenu aujourd‘hui. La vie normale du concitoyen docile que j’aurais pu être avait été délibérément avait été oblitéré le jour où j’avais rencontré ce groupe de pirate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 23580

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Mar 11 Juin - 22:04
Korai observa longuement ce type orgueilleux persuadé de parvenir à contrôler la situation. Malheureusement pour lui s'il pouvait y avoir actuellement quelqu'un de plus informé que lui dans cette prison c'était bien le nouveau chef des agents de l'Ombre. La brune observa son visage se tirer et se crisper sous la douleur sans parvenir à ressentir le moindre remord. Elle faisait le nécessaire pour endiguer les dons probables de cet être s'il en avait. S'il était réactif de type négatif, certes : il pourrait tout de même réagir, mais il était rare que les négatifs changent de façon de faire : comme s'ils ne parvenaient qu'à répéter la même façon d'activer leur pouvoir. Dans le doute, elle avait décidé de frapper tout de même. Un choix malsain mais la douleur qu'elle pouvait lire sur son visage la faisait sourire. Sa seule façon actuellement de ressentir quelque chose étant de le faire transparaitre sur les autres.

_ « Hmmm … Si vous pensez me faire parler pour la torture, c’est que vous vous êtes adressez à la mauvaise personne, du moins, trop tard. » ... « Tuez moi et vous pourrez dire adieu a votre As ainsi que voir nombres d’informations sur des projets vous concernant dévoilé au grand jour. »
- Tu parles trop... Murmura-t-elle en lui renfonçant la barre de fer et frottant cette fois contre l'os, laissant le brun avec un sérieux handicap s'il ne recevait pas des soins conséquents rapidement. A vrai dire, ce que tu crois savoir et les informations que tu as reçues ont été truquées. Tu voulais nous voir ? Ça nous a fait rire de te laisser des cailloux et de te voir essayer de nous observer sans comprendre que ce à quoi tu touchais se trouvait partout à la fois. Ce que tu observais était observé aussi, et tu, l'étais aussi... Vois-tu, nous travaillons avec des gens qui même sans le fameux talent que tu recueille dans ta cervelle, sont capables de mener n'importe qui par le bout du nez. Tes informations actuelles sont du vent, et quand tu as cru venir ici par toi-même, on t'invitait juste enfin à venir nous voir. Tout ne se passe pas dans le monde informatique, et ça fait bien longtemps que les grands de ce monde ne se font plus avoir avec ce genre de tour... Alors maintenant tu te calmes s'il te plait, je n'aimerai pas à devoir te détruire totalement le bras, déjà que les médecins de cette prison risque de mettre des jours pour te réparer les dégâts déjà faits...

Et à dire vrai, les réelles informations n'avaient pas été mise sur données pour la bonne et simple raison que Korai se méfiait comme la peste de l'Aera : un plus gros soucis que ce type, n'importe qui aurait pu le dire. Cependant, les marchés qu'il taquinait de temps à autre depuis quelques temps lui étaient vitaux si elle voulait mener ses plans à bien : ce type restait donc une nuisance. Une nuisance intéressante autant que chiante : qu'est-ce qu'ils avaient tous à survivre au réactif en ce moment ? Bref. Il y avait un truc qui la gênait avec cette proximité... c'était quoi ? Lorsque ses yeux passèrent dessus la grimace de dégoût le fit comprendre de suite : la plaie n'était franchement pas belle et empestait le cramé. Elle se releva, soulevant ses doigts vers le haut. Le garde souleva alors Karas du sol pour le forcer à tenir debout, attendant la suite ou un ordre, un simple mot même, lui permettant de rouer de coup ce fouineur.

- J'ai très honnêtement autre chose à faire... Émit la brune tout en allumant une clope, inspirant la fumée pour se calmer le plus rapidement possible.

Son regard vide la trahissait, elle le savait. Tous savaient de quoi les survivants des agents de l'Ombre, emprisonnés sur Phobos, avaient survécu. tous savait que son père avait péri dans l'incendie. Si Karas était réellement bien informé, il aurait du donc comprendre qu'à la moindre étincelle, Korai le tuerait et passerait simplement à autre chose : les dégâts causés par la perte de cet homme étant moindres face à tout ce qui se profilait dans l'avenir.

- Donc, j'espère que tu aimes avoir mal, on a récemment découvert que les réactifs étaient bien incapables de faire quoique ce soit sans concentration. Et la concentration se perd d'autant plus vite avec la douleur... Tu ne sais peut-être pas ce que ce genre de personne sont mais au cas où, je préfère parer à toute éventualité. Si tu n'aimes pas cela, je te conseillerai en ce cas d'arrêter d'essayer de me faire perdre patience. Comme je viens de te le dire, j'ai d'autre sujets plus urgents que toi à étudier pour le moment. Là dessus elle expira une nouvelle bouffée de sa cigarette, puis la barre de fer. A présent que tu as compris qu'on ne pourrait pas parler tant que tu ferais le con, parlons. Déjà j'aimerai bien savoir ce qui toi t'amenais à venir nous chercher.

Parce que même si des aliens à l'intelligence supérieure avaient magouillé et manipulé sans relâche sur son cas, ce type était, comme il le disait, venu de son propre gré. Korai lui laissait donc une chance de s'expliquer rapidement : le temps qu'elle finisse sa clope en fait. A dire vrai, elle ne témoignait pas d'animosité particulière contre ce type. La seule trace d'humanité en elle étant son envie de savoir pour le coup pourquoi ce type irait se être entre les griffes d'un loup affamé. Etait-il fou ? Certainement pas. Arrogant ? Surement pas au point d'agir ainsi sans bonne raison. Cependant, menacer une organisation de plusieurs millions de personne dispatchées partout dans la voie lactée n'était pas le meilleur moyen de se faire des amis et Korai gardait dans un coin de sa tête bien précieusement les mots dits plus haut. Il les avait menacé. même si la menace avait été endiguée en amont avant cette rencontre et que les informations qu'il pensait avoir était fausses, il les avait menacé. Ça se paierait tôt ou tard... la brune avait parfaitement retenu la leçon donnée par l'Aera : on renvoie toujours la pareille : en plus violent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
avatar

Masculin Métier : Pirate Bricolo
Caractère : Calculateur

Messages : 90
Billets : 20087

Carnet de Bord
✦ Don: Métal +
✦ Pts Vote:
69/2500  (69/2500)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Sam 29 Juin - 11:45

La tyran aux cheveux d’ébènes n’avait guère la patience ni l’esprit à faire des affaires. Je savais le moment mal venu, cependant, les circonstances faisaient que je devais de faire avec. Au final, de Korai, je ne connaissais que peu de choses, mais ce bref échange me fit comprendre mon erreur bien assez tôt. l’évocation de informations importantes les concernant étaient de trop. Elle me le fit bien comprendre en pressant davantage la barre de fer sur mon épaule au point que je n’en sentis d’elle plus que l’odeur de bruler qui s’en dégagea rapidement. Les menaces et les exigences n’eurent ainsi guère d’autres effets que de m‘en éloigner davantage. J‘avais pensé cette femme de l’ombre plus opportuniste et personnelle que cela, ce qui dans un sens me décevais quelque peu. Peut être la perte de son paternel l’avait elle rendu aussi aigre et impassible, deux caractéristiques tout a fait impropre au bon déroulement d’affaires. Toute personne avait ses faiblesses après tout, et ceux qui avaient attenté a son père, l’avait sans nul doute affecté très profondément.

Dire que la situation n’était pas vraiment à mon avantage était un euphémisme. Et du peu de ce que je parvenait à entendre entre deux douleurs de brulure, elle semblait bien se méprendre sur ma personne. Elle me concevait comme un hacker et avait la certitude que mes informations étaient nulles et non avenues. Au delà de ce que j’étais parvenu à me procurer au sujet de l’As, mes recherches m’avaient porté sur des transactions d’autres éléments de ventes et de matériels. Si ces dernières pouvaient paraitre anodines unes à unes, elles révélèrent quelque chose l’évidence une fois mit bout à bout : La conception d‘une super structure. Mes recherches plus approfondies quant à la nature de ces différents éléments allant et venant me mirent sur la piste d’un vaisseau ou de tout ce qui pouvait s’y apparenter. L’absence totale de ce sujet sur le réseau était très suspicieux et ne laissait évoquer que davantage son importance majeure, et surtout, secrète. Bien sur je n’en savais guère plus précisément, mais je savais que cela était suffisant pour les compromettre si cela se savait.

Après m’avoir craché ses mots, la brunette me fit la joie de profiter d’un moment de répit en m’ôtant la barre de fer de mon épaule, laissant ma chair a vif gouter l‘air renfermé de la salle. Relevé par son bras droit, je grommelais à nouveau de sa brutalité. Je ne savais pourquoi mais j’avais toujours vu la douleur et le danger comme un stimulant et non un obstacle. Tous deux ne m’évoquaient qu’une seule et unique chose : le fait d’être bel et bien présent et en vie. Il était certain que je n’arriverais a rien par la force, et encore moins aussi gravement brulé. Même si j’étais parfaitement capable de parvenir a m’évader de cette prison par moi même, rien ne pourrait empêcher de me retrouver avec ma tête à prix. Pourchassé et traqué, cela ne serait qu’une question de temps pour que je sois arrêter à nouveau ou pire tuer. J’avais besoin de Korai et de sa mafia afin de disparaitre.

Les traits de mon visage s’adoucirent quelque peu, mais mon regard était resté le même sans la perdre un seul instant. Après avoir repris mon souffle et la douleur calmée mais encore belle et bien présente.

_ « Je … Je vois que vous savez-vous montrer implacable. Sachez toutefois que tout ce que je désire c’est partir d’ici. Cela fait un moment que j’observe passivement vos activités et il ne fait nulle doute que votre objectif n’est pas uniquement le deal d’armes ou de l’As. Je devine derrière quelque chose de bien plus important … plus gros … je pencherai pour un vaisseau ? Une base secrète peu être ? »


Je laissais un temps de silence afin d’analyser la moindre trace évocatrice sur le faciès de mon interlocutrice et surtout lui laissait le temps de méditer les sous entendus de mes dires. Si je savais une telle chose, il était clair que les informations que je détenais n’était pas simplement « du vent » comme elle pouvait le croire.

_ « Croyez bien, que je ne suis pas venu à vous pour vous nuire. En échange de votre aide afin de m’échapper d’ici, je vous propose mes services ainsi que mes talents. Et ils sont aussi nombreux et que variés croyez moi. Il n’y a guère de choses ici dont je ne puisse venir à bout que cela concerne les sécurités, les défenses, les cloisons où même les armes. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korai Leskov
avatar

Féminin Métier : Propriétaire de l'Eris
Caractère : Joueuse ~

Messages : 300
Billets : 23580

Carnet de Bord
✦ Don: Maitrise des vents
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
◄ Chef Mafieuse ►
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai] Lun 22 Juil - 9:56
Mais de quoi il se mêlait et comment il savait tout ça cet avorton ? Remettant sèchement la barre de fer dans le feu, la brune retourna son regard glacial sur le brun et s'avança vers lui tandis que, préventif, Aleksei le maintenait de force la tête penchée en arrière pour le laisser offert aux tortures à venir. Pourtant, Korai jeta un regard à Alek et celui-ci relâcha Karas à la place, sans un mot et sans broncher. Il se recula, toujours silencieux. Korai quant à elle réfléchit un instant sur comment prendre les nouvelles informations et resta devant la loque jadis amélioration humaine créée par un accident de l'aera center, stoïque.

- Tu viens nous menacer de tes connaissances, exiger de nous une quelconque obéissance dans le simple but de.. te tirer de là ? Demanda Korai en ouvrant le bras, montrant la prison dans son ensemble. Et que sais-tu au juste : que nous avons d'autres trafiques ? Hum.. Aleksei, que vendons-nous sur le marché ?
- Métaux, pierres précieuses, médicaments, informations, main d'oeu...
- Ca ira. Lui répondit la brune en souriant calmement à son bras droit avant de regarder à nouveau Karas.

Il en savait trop. Et en même temps rien n'était certain mais oui cette fois il avait obtenu son attention. Certains soupçonnaient qu'elle préparait quelque chose mais personne n'était pour le moment venu la voir et lui dire qu'elle préparait un gros coup. Certains le soupçonnaient et il était clair que bientôt son plan serait percé à jour, mais pas si tôt. Pas maintenant, c'était bien trop tôt...

- Enfin, une "protection"... Mumura-t-elle. S'il était intelligent il comprendrait que si elle était encline à l'écouter 'est qu'il avait soit parlé enfin convenablement, soit mit dans le mille, soit les deux.

Korai alla s'asseoir et hocha la tête en croisant le regard d'aleksei. Celui-ci posa une paume fermement et peut-être un peu sèchement sur la plaie de Karas qui se mit à se résorber, éjectant le métal avec une force étrange. Le don qu'Aleksei avait était ancien et parfaitement maitrisé. Négatif, Aleksei pouvait se targuer d'être l'un des rares à avoir deux dons : un bouclier physique de deux mètres de rayon maximum (pour le moment), et un don de régénération... On pouvait donc comprendre que Korai refuse de se séparer de lui.

Assise sur une chaise, elle observa les veines de la main d'Alek se gonfler comme bouillant de l'intérieur à la place des chairs jadis putréfiées. La plaie refermée, elle croisa lentement les jambes et eut un sourire ravis, invitant Aleksei à rejoindre ses côtés.

- Eh bien parlons. Mais j'aurais avant cela quelques questions... Pourquoi nous avoir surveillé. Pourquoi devrions-nous nous intéresser à ton cas et par quels moyens pense-tu avoir trouvé ces informations sur nos trafiques ? Et enfin... En quoi pourrais-tu nous intéresser ?

Quant à Aleksei il croisait les mains derrière son dos et se tenait fermement dans l'autre celle qui venait de soigner totalement Karas. Elle le brûlait : fortement, et surement avait-il conscience que Karas avait résisté à un évanouissement plus que probable mais il ne laissa rien paraitre. Cependant, maintenant qu'il était en face de Karas celui-ci pouvait remarquer qu'il semblait furax... La mâchoire ne se crispait pas mais les yeux mitraillaient Karas. Quelque chose le dérangeait dans cette situation et le contraste de self control pouvait largement se voir. Korai souriait d'un air totalement détendu et serein, le regard toujours aussi vide d'émotion et Alek qui semblait de glace n'attendait visiblement qu'une chose, c'était de tuer cet abruti qui pensait trop en savoir sur les Leskov pour ne pas se permettre le culot de leur demander quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth.forumaction.net/
MessageSujet: Re: La reine des ombres et le magicien [PV Korai]
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

 Sujets similaires

-
» Les Ombres
» Dandelo [Clown & Magicien]
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Phobos :: ♁ Geôles-
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Phobos :: ♁ Geôles+