Genèse d'une nouvel ère [Thais]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mer 4 Avr - 20:13
Mes pas incombaient la terre.. l'air que je ne pouvais réellement sentir se disait nauséabond et quand aux espèces présentes sur cette terre.. toutes aussi haïssables et méprisables que l'espèce humaine.. Mon réseau d'informations m'avait mené ici dans l'espoir que j'arrête la progression d'un "pseudo" groupe terroriste qui pourrait avoir de possibles liens avec les insurgés du Némésis. Si tel était le cas, la pêche aux informations ne devaient être négligé. Je sonderais d'abord leurs cervelles avant de leur faire regretter d'avoir vu le jour. Mes mains scelleront leur destin dans un bain de sang qui se devra de montrer aux populations qu'on ne s'oppose pas aux puissants et a un "Dieu".. Je serais le seul est unique dieu d'un univers unifié dans une paix qui se dira constante.

Je quittais sans outre mesure le centre-ville de Zelen et rejoint rapidement les quartiers extérieurs qui se voulaient être plus "dangereux". J'éradiquerais donc cette dangerosité aussi.. Mon vêtement, le seul objet qu'il me restait du temps où j'étais un humain ornait à présent mon corps robotisé en restant toutefois sous l'apparence d'un corps humain : en partie enveloppée dans une peau et tissu humains spécialement développés dans le laboratoire de l'Aera qui m'avait mis au monde. Je devais rester humain pour ne pas choquer et faciliter mes démarches, ne pas révéler à nos ennemies l'arme secrète que je suis. Un faux humain.. une bombe à retardement. Un compte rendu me concernant avait d'ailleurs été écrit. Ils avaient pratiqué bon nombre de fois sur des cobayes, mais le seul qui eut un véritable succès.. "A présent, c'est un robot, mais il lui reste une mince partie de l'être qu'il était. Il transpire, sent, saigne et peut même imiter n'importe quelle voix humaine parfaitement. Le projet Phobos semble être un véritable succès"

J'avançais dans un tumulte feutré vers un "abreuvoir" qui se voulait abbriter mes proies. Mes doigts métallique dansèrent dans le vent, impatient de goutter au toucher de leurs peaux. Une sensation étrange m'envahissait, comme celle qui survenait à chaque fois c'était faire un pas pour la paix qui m'excitait. Poussant la porte, mes yeux se fixèrent sur les êtres-vivant, rapidement en dansant des uns aux autres sur leur visage. Toutes les discussions étaient parfaitement audibles et mes clients je devais les reconnaître de par leur tenues semblables, mais aussi de par leur visages. Ils étaient fiché chez l'Aera et je ne tarderais à les trouver.. Mes cibles enfin repérés, j'avais mis le doit dans l'engrenage. Ils quittaient la taverne par la porte arrière je n'attendais pas pour les suivre..

Une petite ruelle s'offrait à moi. Un container avec un ordinateur dessus se trouver au fond de celle-ci, les trois hommes étaient là et n'apportèrent pas une attention particulière à ma présence. J'avançais, le visage enfouie sur le tableau. La bonne distance qui nous séparait aurait pu leur laisser le temps de partir si seulement il m'aurait déjà rencontré. Leurs destins étaient à présent scellé et lorsque enfin ils me prirent en considération, il était déjà trop tard.. Ne répondant aux exigences qu'il se faisait de me dire, mon bras droit transperça sans réelle détente le corps de celui qui venait de me demander de quitter les lieux. Le sang éclaboussa ses deux camarades tétanisé ainsi qu'une partie de mon visage. Une lame à la manière d'un géant pique partant de mon bras gauche transperça le cou du second. La distance qui les séparer n'était pas étendue, la taille de la lame restait impressionnante. Le troisième s'apprêtait à s'enfuir..

La nanopuce était en place, l'incision fut d'une extrême précision. Maintenant, il me fallait attendre que son cerveau me révèle ce dont j'avais besoin pour continuer ma démarche qui rendrait l'univers pacifique. L'attente ne fut pas vraiment longue et le prochain client qui arriverait serait la bonne proie à exploiter. Les corps disparurent, balayer de l'univers par l'une de ces fameuses armes de nettoyage "bombe désintégrant" utile seulement sur des corps sans vie. Programmant mon oeil gauche pour qu'il redonne une réalité parfaite du lieu avant mon arrivée (sous forme de projection holographique) la tenue également sous forme d'hologramme me permettrait d'attirer ma proie dans le piège. Elle où il ne devrait tarder à arriver et il ou elle connaîtrait une réalité stoïque lorsque le rideau de ce spectacle serait enfin tombé

    "J'apporterai la paix à cette univers"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22741

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Jeu 5 Avr - 17:58
L’intégration sur le Nemesis n'était pas chose facile. Le bon choix, ou le mauvais, son coeur balançait toujours, incapable de dire si le tournant qu'avait pris leur destiné lui convenait. Se retrouver à la tête d'un si grand vaisseau était en soi une promotion considérable, et avait de quoi flatter son orgueil, mais ce n'était pas ce à quoi elle aspirait. Sans compter les mensonges qui les avaient conduit ici. Elle ne digérait toujours pas que Sayole ai put lui mentir a ce point, qu'importe ses justifications. Il lui faisait confiance, comptait sur elle, mais sans se montrer parfaitement honnête envers elle. Il avait brisé quelque chose, ce jour la.

Oh, elle n'en était pas moins loyale! Pas moins attirée... Mais d'autant plus blesser par son acte de par la nature des sentiments qu'elle nourrissait à son égard. Elle se comportait depuis lors avec beaucoup plus de précaution qu'à l'accoutumé, comme une créature blesser, qui se préserve d'un nouveau coup. Et puis... L'Aurora Spei était sa famille... Pas le Némésis. Elle n'avait formuler aucun voeux envers eux...

Si elle commençait à en connaitre certains, en apprécié d'autre, il n'y avait pas ce lien qui les unissait entre eux, sur l'Aurora. On ne gère pas de la même façon un vaisseau d'une centaine d'habitants et un vaisseau de la taille d'une ville... Les noms ne sont pas famille, les visages encore moins, ainsi l'homme devient le pion, noyer dans la masse, et sacrifiable à tout instant, pour le bien de la cause suprême. Oui les règles de l'Aurora ne pouvaient s'appliquer sur un tel vaisseau, qu'importe qui soit son commandant, mais elle n'oubliait pourtant pas ce qui les unissait autrefois. "Je donnerais mes membres un par un pour sauver n'importe qu'elle vie sur ce vaisseau...", en était il toujours ainsi aujourd'hui? Cette question se formulait muette dans son esprit alors que son regard vague regardait défilé les rues à travers la vitre du tram aerien. Il était toujours venu la chercher, depuis ce jour sur AR2-863... Qu'en était il aujourd'hui?

    "Nous sommes bientôt arrivés."


Thais tourna la tête, observant celui qui, à côté d'elle, avait crut bon d’énoncer cette évidence. Un homme du Némésis. Elle ne pouvais lui faire confiance, ne le connaissant que depuis trop peu de temps. Afin d'éviter tout ressentiment, il avait été obligatoire d’intégrer les hommes du Némésis à cette mission, qui après tout, leur revenait de droit puisqu'ils en étaient à l'origine, mais, comme celle ci lui avait été confié par le Commandant, elle avait fait en sorte d'obtenir la moitié des effectifs venant de l'Aurora. Elle pouvait compter sur eux...

L'homme était jeune, et semblait légèrement tendu. Peu aguerrit manifestement, elle n'avait pas eut le temps de viser tout les profils des soldats, il y en avait trop, alors elle s'était reposé sur Mael, l'ancienne seconde, conservé a son post, pour choisir qui l'accompagnerait. La situation ne représentait qu'un faible risque, mais pouvais se révéler capital. Un simple échange d'information. Le Némésis était parvenu à établir un contact avec un groupuscule rebelle de la cité martienne, qui avait des informations à fournir concernant l'Aera.

    "Calme toi... Tout va bien se passer..."

    "Mais, je suis calme!"

    "Alors détend toi! Tu me stress la..."


Le ton d’abord doux s'était fait plus rude la seconde fois, alors qu'elle lâchait un tic exaspérer. Mauvaise humeur. Ceux de l'Aurora le savait. Thais était a prendre avec des pincettes en ce moment. Ils étaient 5, en la comptant. Matériel léger, nécessaire pour le transfert de donné, mais aussi de quoi assurer leur sécurité, en cas de petit débordement. Qui était ce jeune déjà? Ah oui... Le spécialiste du craquage de donné, histoire de voir s'il n'y avait pas plus à récupérer... Le petit génie de l'informatique... Pas un homme de terrain, ceci expliquait son comportement...

Plus ils avançaient vers leur destination, plus le tram se vidait. Les quartiers périphériques n'étaient manifestement pas victime de leur succès. Quelques groupes d'étudiants, avides de boisson, quelques hommes solitaires cherchant de la chaire pour réchauffer leur nuits... Quelques personnes, qui, de toute évidence travaillait dans ces endroits. Lugubre, en pleine journée, la vie semblait avoir déserter le lieu, ne se concentrant que dans quelques ruelles commerçantes. Mais la nuit... La nuit, tout les chats sont gris. Et se mêlait ici rire aromatisé à l'éthanol, et lumière dansante des boites et autre bar à charme.

Mais il faisait encore jour, et le lieu dans lequel ils se retrouvèrent ressemblait plus à un de ces endroits sans vie, qu'à la boite a fric que leur dépeignait le propriétaire. Qu'ils reviennent la nuit! Les boissons seraient moins chère a vue de l'affluence, il fallait bien faire son beurre, quitte a rançonner les clients du jour... Il ne fallait pas s'y tromper, dans ces quartiers, la nuit est reine.

Le groupe s'était attablé à une table, verre en main, que Thais ne sirotait qu'à moitié, concentrer à détaillé les autres clients du bar, de manière discrète afin de ne pas leur attirer d'ennui. Les rebelles en question devaient déjà être la. De vue, elle en dénombra trois. Ils avaient exiges que la personne qui procéderais à l'échange d'information se présente seule. Le Némésis était sans doute victime de sa réputation, ne laissant que de rare témoin... Un fantôme... Ils s'assuraient ainsi d'être en nombre supérieur, pour se protéger. C'était elle qui irait. Les hommes n'avaient pas l'air très menaçant, plutôt inquiet également. L'échange se passerait bien. Pas de raison qu'il en soit autrement.

Alors qu'ils se dirigeant vers l’extérieur, une ruelle adjacente qui accueillerait leur échange, Thais se leva, s'apprêtant à les suivre, mais son intention fut capter par un nouveau venue, à la carrure assez impressionnante et à la chevelure flamboyante qu'on ne pouvais louper. Elle ravala un juron, poursuivant sa route pour rejoindre le comptoir, de sorte de ne pas se trahir. Les dents serrer, elle attendit une minute, puis deux, que l'homme qui s'était sans doute trompé de chemin revienne, ou soit parti, avant de se dirigé vers la porte arrière de l'établissement. Un mauvais pressentiment la tenaillait, et alors qu'elle s'y dirigeait, elle fit signe discret à ses hommes de se tenir sur leur garde.

Elle se mit alors à parler, à leur faire signe à haute voix, comme sur le ton de la conversation, et poussa la porte de son épaule, corps volontairement tourné vers l’intérieur, comme si elle ne faisait pas attention à ou elle allait. L'air extérieur vint chatouillé sa nuque laissé nue par ses cheveux noués. Un regard tourné vers la rue lui suffit alors à analysé la situation.

Une rue déserte, un seul homme, celui qu'elle avait vu suivre les rebelles... Pas de cadavre, mais nul trace des hommes qui auraient dut se trouver la. Son sang ne fit qu'un tour. Elle retourna la tête dans la direction de la porte ouverte, ou la moitié de son corps se trouvait encore, beuglant, comme pour se faire entendre de l’intérieur.

    "Quoi?!"


Elle rentra alors à l’intérieur, adressant un simple geste de la main a l'inconnu qui se trouvait dehors, comme par pure politesse, une manière de dire, désolé, j'me suis trompé et on m'attend a l’intérieur. Innocent. Mais la situation ne la faisait pas du tout rire. Quelque chose n'allait pas, d'un signe de la main, elle indiqua à ses hommes de tout arrêter. On dégageait. Ça puait trop... Si cet homme faisait bel et bien parti du groupe des rebelles ils auraient d'autre occasion de les contacter.

Partir, maintenant, tout de suite. Non... Quand bien même l'homme l'avait vu, la rue était déserte, les allumés de la nuit pas encore arrivé. Elle ne pourrait se perdre dans la foule. Mieux valait continuer à "jouer le jeu". A la table, le jeune informaticien s'était tendu, près à se lever après le geste discret qui avait signifié l'annulation de la mission. Elle parvint à la table au moment ou il se leva, et d'une main appuyer sur son épaule, le força à se rasseoir. La pression de ses doigts lui intimait de ne pas bouger, alors que le reste des hommes, bien plus entraînés, continuait à faire comme si de rien n'était.

Thais appuya son autre main sur la table, écoutant les dires, répondants quelques fois, mais son esprit lui, était tourné sur la porte dans son dos, qu'elle ne pouvais voir, mais dont elle guettait le grincement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Jeu 5 Avr - 22:56
Il arriverai bientôt.. grâce aux donnés précieuses que venait de me fournir le rebelle j'avais mis en place tout un stratagème dans le but que mon action ne soit pas mis en échec. Des insurgés du Nemesis, je n'avais pas le droit à l'erreur dans cette mission qui verrait probablement l'avènement d'un nouvel univers. Les humains payeraient cher, ce n'était plus que ma seule raison de vivre. J'abolirais le mensonge est toute sa signification, un serment que je m'était fait de respecter. Mon regard se tourna alors vers le fond de la sombre ruelle. Mes yeux tel des chasseurs traquant le gibier se fixèrent sur l'unique personne qui fut réellement dans mon champ de vision. Une femme plutôt svelte, une chevelure blonde lisse et enfin à ma grande surprise, toute une série d'informations provenant de la banque central de données de l'Aera la concernant arrivèrent dans mon système. Etrange.. voilà le seul mot qui caractérisait au mieux la situation. Thais E. Ethigan, enfin nous nous retrouvons et ta fuite cette fois-ci sera contrecarré. Je ne te connais pas vraiment, n'est que faire de ton existence si ce n'est m'en servir pour savoir qui tu sers à présent, qui es-tu, qu'es-tu devenue et je te tuerais en suivant, car tel est le fondé ma justice. Je ne te mentirais pas en te disant que je te laisserai la vie.. mais pour aboutir à une paix durable, il faut connaitre la souffrance et tu ne seras ni plus, ni moins, qu'un de ces vulgaires pions qui serviront à mon entreprise.. j'en suis et reste intimement convaincu.

J'avais senti comme une soudaine crainte dans l'expression de son visage.. une frustration inexpliquée qui l'avait sans doute poussé à se retirer à l'intérieur de la beuverie. Il était pour moi hors de question de faire un faux pas. Mes pieds grattaient le sol, laissant des traînés de poussière grisâtres. La technologie oculaire dont je semblais être possesseur m'avait permis de vérrouiller sa silhouette, dégager sous forme de chaleur corporelle, de façon à faciliter la traque, comme une vision infrarouge. Je bougerais le pion de l'échiquier en premier, ses hommes seront éliminés pour le bien fondé de ma mission et de la justice. J'avais le pressentiment que ce qu'ils devaient savoir ne me serait vraiment d'aucunes utilités.

Je me trouvais en face de la porte, avec une conviction inébranlable que la réussite serait mienne. Mon bras gauche se métamorphosait en un pique semblable à celui que j'avais utilisé pour empaler le rebelle. Des grésillements électriques détonèrent de ma main droite, l'impatience influençait fortement l'aspect électrique de ma constitution.. Non loin derrière la porte, l'effet de surprise serait à moi. Le grincement de la poignée fut annulé par la vitesse à laquelle je venais de la tourner. Droit, un visage de marbre, mes pieds se pressaient de m'amener au contact. Rapidité surprenante dans le déplacement. Cinq personnes étaient présentent autour de la table. Ils ne semblaient pas au courant, seul la crainte de Thais était dessinée dans un tableau qui se révèlerait être macabre. Elle eut le réflexe de bouger, ce qui ne fut pas le cas pour ses compères.

L'un eu le cou littéralement transpercer, un autre reçut une balle qui lui transperça littéralement la cervelle. L'action était très précise grâce aux gènes Cyborg. Sous l'effet de surprise, un homme visiblement perturbé se recula de sa chaise. Il transpirait fortement, la peur de mourir était pour lui. Un brouhaha de désespoir se fit entendre dans la beuverie, des fenêtres éclatèrent, les portes défoncés contre les murs extérieurs à leurs ouvertures. Seul restaient, deux cadavres, un homme et Thais. Celui-ci eu également tord de croire que s'opposer à la justice elle-même lui amènerait la victoire. Il venait de protéger Thais au péril de sa vie, il avait un sens du devoir remarquable si tel était le but de sa mission initiale. Mais si ce n'était pas le cas, ce qu'il lui éprouvait des sentiments.. et rien d'autre. Jamais plus je ne me résoudrais à croire au simple patriotisme, une nature infondée et grotesque.

Je le regardais droit dans les yeux, pouvant y décrypter la souffrance qu'il ressentait. Ma main était fermement décidée à ne pas lâcher son cou. Son tronc venait d'être broyé sous la puissance insoupçonné de ma poigne..

    "Apparemment tu sembles être arrivé à une certaine cognition de la souffrance.. mais je n'ai que faire de toi. Celui qui m'interesse.."


Le corps de l'homme sacrifié pour la noble cause s'effondra sur le sol dans une mare de sang. Mon regard sans vie se pencha à présent sur..

    "Ou plutôt celle qui m'interesse, c'est toi.."


La chaise reculait. Elle était enfin devant moi. Je la saississais à son tour par le cou. La fin était proche, je me retrouvais victorieux. Un bruit strident survint soudainement. Je venais de ressentir l'impact d'une balle sur mon corps, chose étrange. L'homme qui s'était sacrifié ne l'avait pas complètement abandonné au destin d'un dieu, mais ce fut la seule action qu'il eut le temps de commettre avant de s'éteindre. Gardant mon attitude nonchalante, j'encrais mon regard pénétrant dans le siens. Les choses, il fallait les mettre au clair

    "Ne me regarde pas comme ça, la vie est ainsi faite, il ne nous est pas toujours donné d'explications, fait toi une raison. Tu souffriras pour le bien de l'humanité, car tel est à présent ton destin... Tu aspirais à des convictions et elles viennent de s'éteindre à partir du moment ou cette main s'est logé à ton cou.. Le triomphe de la justice.. ma justice pour qu'enfin la véritable paix soit en marche. Ressent la douleur, ressent la souffrance.. ce sont les deux seuls choses que tu vas connaitre maintenant.. saluons ces retrouvailles"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22741

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Sam 7 Avr - 13:02
Une extrême rapidité, voila ce qui caractérisa la scène. La porte s'était ouvert avec fracas, a peine le temps de se projeter sur le coté, et il était déjà à leur niveau. Son bras s'était allongé comme une forme de pique, de laquelle il transperça l'un des hommes du Némésis. Une détonation, et c'était la caboche des hommes de l'Aurora qui était réduite en bouillit.

Quel était ce truc?! Au relent de peur s'étaient mélanger cris et bruit chaise qu'on quitte précipitamment alors que le bar se vidait de ses occupants. C'est sans attendre que Thais avait attraper son Laten, envoyant sa décharge en pleine tête de cet homme étrange. Quelques grésillement et arc électrique en résultèrent, mais cela n'eut pas plus d'effet, une pointe d'angoisse s’empara alors d'elle. Ce n'était pas humain, de toute évidence... Et pourtant, il en avait l’apparence.

Comme si cette chose n'avait qu'une destination unique, il délaissa les autres hommes se dirigeant droit vers elle, permettant à l'informaticien de quitté la pièce avec la masse. Thais eut un mouvement de recul, tirer ne servait a rien. Sa jambe buta contre une chaise renversé alors que la poigne de cette créature allait se refermer sur elle. Mais son compagnon, dernier restant sur place s'y opposa substituant son propre corps à celui de la jeune femme, alors qu'il l'envoyait valsé plus loin. Et c'est sans pouvoir rien faire qu'elle vit cette poigne de fer se resserrer sur le cou de ce compagnon puis le relâché comme un pantin désarticuler.

Une pointe de douleur propre l'avait saisit en entendant le craquement caractéristique des os, mêlé a cette voix étrange qui la désignait comme cible. Que c'était il passé? On les avaient vendu? Était-ce possible? Ou bien cette créature avait liquidé les rebelles aussi? Qu'était il? Pour quoi? Qui travaillait il? Ces questions ne trouvèrent pas de réponse alors qu'il la saisissait à son tour, la soulevant au dessus du sol par sa seule gorge.Une détonation, une faible secousse la fit tressaillir, celle ci avait parcourut l'être qui la retenait, mais il n'avait eut en retour qu'un air légèrement agacé, alors que son compagnon retombait sur le sol, expulsant son dernier souffle de vie... Une pointe de colère s'empara d'elle. Qui d'autre que l'Aera? Celle la même qui avait brisé sa vie 10 ans plus tôt et continuait encore aujourd'hui à se mettre sur son chemin alors même qu'elle ne cherchait aucune vengeance?

Thais s'accrochait aux mains qui retenaient son cou, comme pour se soulager de son propre poids. Elle s'était attendu à ce qu'il lui réserve le même sort qu'à son compagnon, que sa poigne se resserre et ne la broie, mais il n'en était rien. Elle était suffisante pour la faire suffoquer mais il semblait ne pas vouloir y appliquer plus de force. Elle n'écoutait ce qu'il disait que d'une voix distraite, essayant de s'extraire de sa poigne, la peau se déchirait sous ses ongles, saignant comme normale, mais sans lui tirer la moindre gène.

De ses coudes, elle essaya de faire plier les siens, mais se heurta à sa résistance, s’abîmant elle même, alors que retentissait un bruit de choc métallique... Saluons ces retrouvailles... Mais de quoi parlait il? Il parlait trop d'ailleurs, s'offrant peut être un moment dramatique qui lui permettait de jouir de sa puissance, mais permettant aussi à sa victime de réfléchir... Oh, elle aurait bien tenter quelques coups qui lui aurait fait lâché prise, mais son échec lui avait souffler que c'était inutile. Elle commençait à suffoquer, alors que ses mains solidement arrimé a celle de son bourreau peinait à la maintenir dans une position ou elle n’étouffait pas.

Elle se sentait doucement s'engourdir, alors qu'elle gigotait toujours, comme un pauvre poisson maintenu hors de l'eau, comme un pendu à sa potence, que la vie n'aurait pas encore totalement quitter. Elle pouvais lâché prise, oui, peut être... Après tout, les derniers temps avaient été riche en contrariété, en déception. Qu'avait elle de si important à faire qu'elle ne puisse se résoudre à laisser en plan?...
Non! Depuis quand ce laissait elle gagné à ce genre de pensée?! Il y avait trop de chose a faire, trop de vie en elle pour qu'elle puisse ainsi se résoudre, se rendre sans combattre jusque son dernier souffle. Elle avait déjà glissé entre les doigts de l'Aera une fois. Elle ne se rendrait pas. Il aimait la souffrance? Il allait la connaitre! Dusse t'elle en payer le prix.

Thais arrêta de se débattre, restant toutefois accrocher à cette poigne, un air légèrement plus déterminé sur son visage rougissant de par la pression qui était exercer sur son cou. Dans ses yeux flamboyait une rage qui était né de longues années auparavant et ne s'était depuis jamais éteinte. Ses muscles se contractèrent, se préparant au choc qu'elle allait elle même déclencher. L'air commença à circuler entre eux deux, lieu ou se formerais le choc. Une vague de chaleur leur mordit le visage alors qu'elle le fixait droit dans les yeux, avec toute la détermination dont elle était capable. Il y avait trop de colère dans son don, puissant, mais destructeur.

Un bruit assourdissant sembla déchiré l'air a peine une seconde avant que l'onde de choc ne les sépare, les propulsant l'un et l'autre à chaque bout de la pièce. Oui, bien trop de force, ce qui rendait l'opération aussi dangereuse pour elle même que son ennemi. Tout l’intérieur du bâtiment semblait avoir été balayer par une tempête. Certains meubles s'étaient brisé contre les murs. Le corps de Thais percuta le mur proche de la porte d'entrée avec force, la laissant retombé sur le sol, perclus de douleur, et sonné.

Un long sifflement dans ses oreilles la rendait partiellement sourde, reste de la détonation qui avait explosé si près d'eux. A quatre pattes, elle se redressa, tanguante. Sa vision était troublé, mais elle ne vit aucune trace direct de celui qui l'avait maintenant quelques instant plus tôt, coincé sous les meubles qui s'étaient abattus sur lui. Le corps de son compagnon gisait près d'elle, dans une position que seul un mort pouvais adopter sans souffrir. Elle grinça des dents et se traîna auprès de lui. Ses doigts sur son visage virent lui fermer les yeux, et elle l'embrassa sur la tempe, collant son front au sien un instant, tachant son propre visage de son sang, murmurant un mot désolé avant d'activé une balise sur son poignet.

Si elle avait eut le temps, elle lui aurait sans doute offert une sépulture descente. Mais pas plus qu'elle n'avait eut un regard en arrière quand elle avait quitté AR2-863, elle ne s'attarderait pas. Elle se releva, titubant. Ses oreilles sifflaient toujours, et c'est avec difficulté qu'elle gagna la porte, percutant de son épaule son montant, s'y accrochant partiellement pour ne pas retomber. La porte ouverte et les fenêtres brisées laissaient parvenir à ses yeux la lumière vacillante et mouvante de gyrophare, aveuglant.

Les sons lui parvenaient lointain, mais ses yeux, bien que lui offrant une vision distordu lui permirent de reconnaître les véhicules des autorités martiennes. Sans doute ceux qui étaient parvenus à s’enfuir avait alerté la sécurité. On la pointait, de plusieurs canon, mais son air hébéter avait l'air de ne pas les effrayer, ils avançaient rapidement sur elle. Elle leva les mains, les montrant vides et on vint rapidement les lui agripper, tordant son bras dans son dos, la mettant à genou dans l'embrasure de cette porte sans qu'elle ne tente de débattre. Alors qu'une voix semblait lui dire de se laissé faire, son visage se tourna vers l’intérieur de la pièce ou s'étaient engouffré plusieurs hommes.

Une mise en garde muette... Faites attention.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Lun 9 Avr - 1:06
Déterminée.. voilà ce qui la caractérisait. Elle luttait pour sa survie alors qu'elle était condamnée. Je lui avais clairement fait comprendre en tuant ses hommes. Nos regards se confrontaient, ils étaient tellement différents. Par l'intermédiaire de ses yeux, elle arrivait à montrer toute la colère dont elle était emprise. À l'inverse du miens qui restait sur une vision futuriste de paix dans l'univers. On lutte tous pour la cause que l'on estime la plus juste, mais toute ne le sont pas. Derrière ces promesses mystérieuses, le voile subsiste. Au final, les humains ne sont ni plus ni moins que des pantins articulés pensant faire le bien pour tous les êtres qui leur son cher. Cette idéologie ambitieuse, je l'avais partagé avec eux. Je l'avais..

Sa détermination semblait croître. Tandis qu'elle lâchait prise pour annoncer ma supériorité, l'air commençait à se distordre autour de nous, le temps à se figer. L'espace d'une fraction de seconde je fus balayer d'une puissance phénoménal à l'autre bout de la pièce. Causant de terribles ravages dans celle-ci, plusieurs meubles et mobiliers de la boutique s'écroulèrent sur moi. À présent, elle devait sans doute penser que cela serait assez puissant et convainquant pour me mettre hors d'état de nuire. Pendant quelques secondes -tout au plur- mon corps ne semblait vouloir répondre. Le choc avait été tellement violent.. Elle ne fuirait, je ne lui en laisserais pas le temps..

Soulevant les structures démolies et empilées sur moi, des lumières assez perçantes s'ancrèrent dans ma vision, dans le but de m'agresser, même si indirectement. Quatre hommes possédant fusils et autres armes à feu me tinrent en joug et également pour principal responsable de ce qu'il venait de se passer ici. Ils s'opposaient à la voie divine, ce qui leur porteraient préjudice car par la même occasion ils contrariaient les plans de l'Aéra. Ils devaient être punis pour un tel affront dans l'espoir qu'il ne se répercute un jour. Je les regardais fixement, sans répondre aux ordres qu'ils me donnaient. Mes poings métalliques se crispèrent devant une scène pareille. Mon oeil droit n'avait pas perdu la trace de Thais du moment qu'elle ne se trouvait pas trop éloigné de moi. Je devais accélérer

J'avançais rapidement. Ce qui accélérait la fin de ces agents voulant me passer à tabac pour leur entreprise. Montrer que l'on est compétent est bien la chose que l'humain fait le plus et même quand tout espoir semble perdu. L'un se dressa devant moi, plus autoritaire que les deux autres et à son bon vouloir jugea bon de me donner un coup de crosse pour leur montrer ma servilité. Il finit la nuque briser.. Je sentais alors une étrange sensation dans la partie droite de mon visage, plusieurs grésillements résultèrent de l'impact d'une cartouche de fusil à pompe. Arme assez redoutable pour me repousser temporairement. Du sang coulait. Je le regardais, surpris de voir que je me tenais toujours en face de lui et vivant. Rapidement, les deux acolytes perdirent leur sang froid. Posant mes ongles sur la peau touchée par l'impact, j'arrachais celle-ci d'un mouvement sec provoquant un bruit effroyablement ignoble, semblable à la dépèce d'un animal.

Des rictus provoquées par la peur s'étaient dessinés sur leurs visages. Dévoilant les dessous de mon vrai visage pour amplifier ce côté de peur et accentuer ma position dans cette lutte, l'auteur du coup de feu se voyait "perdre la tête". Celui qui lui avait demandé de ne pas céder à la panique n'abandonna pas son arme à l'instar d'un autre de ses "amis" qui quitta rapidement le lieu détruit par l'agent du Némésis. S'éperdant à vouloir venger son camarade, j'ôtais de son corps son coeur battant, la vie. Voilà part quoi elle était régie, par un vulgaire morceau de viande. Aussi insignifiant soit-il, j'attrapais le cadavre sans son hôte. Une larme perla sur son regard alors qu'il n'avait plus la vie, il s'était lui aussi battu pour ses convictions, mais il avait échoué.

Le cadavre traversa le mur avant de s'abattre sur le véhicule ou se trouvait la fille. Une épaisse fumée.. je sentais leur présence devant ce qu'il restait de cette beuverie. Mon costume était recouvert de sang est de poussière, des troues ainsi révélés laissaient transparences de fines égratignures sur une fausse peau. Mon regard perça le jour, les armes étaient braquées sur moi. Droit, visualisant le décor mon bras gauche commença à se matérialiser. La lueur rouge de mon oeil droit perçant les ténèbres causerait leurs pertes. L'aspect squelettique de la partie droite de mon visage figea d'effroi les dernières autorités qui restaient. Seul un, osé tenir tête. Le bruit de la recharge de son fusil laissait entendre qu'il avait l'intention de m'arrêter. À quoi bon vouloir jouer les héros..

    "Partez.. rapidement "


L'homme avait confiance en ses moyens, c'était indéniable, mais pour le peu qu'ils étaient, ils ne réussiraient pas et ils failliraient lamentablement à leur tâche. Des cliquetis se firent entendre, ma mâchoire se mit à claquer. L'arme en main, je vérrouillais le véhicule qui venait de décoller. L'action, la scène s'accéléra soudainement sous une belle entreprise coordonnée de l'équipe de police. Les balles rencontrèrent mon corps. Mais la distance qui nous séparait ne leur permirent pas d'avoir de plus fortes conséquences. Sous l'impulsion de l'arme en mon bras gauche, un rayon toucha le véhicule de plein fouet rendant sa manipulation impossible s'écrasant au sol. Profitant du nuage de poussière et de la situation je me débarassais sans outre mesure des résistants, essuyant tire de balles et autres projectiles

Sortant du véhicule à moitié détruit le corps de Thais, je fus interrompu par un tir en plein d'une cartouche de fusils à pompe, ce qui me contraint à la lâcher. Il se tenait là, devant moi, serein. Une trainée de sang partant de sa lèvre au bas de son visage. Une fois de plus obstacle minime se présentait à moi. Il s'était interposé et gardait son arme braquée sur moi. Indifférent, je le scrutais. Curieuse personne pour un agent de l'ordre pensais-je..

    "Nous aspirons à la même chose toi et moi, nous luttons pour la paix.. rien ne nous différencie réellement.. Nous oeuvrons pour la justice, tous deux. Et la justice que j'ai apportée aux tiens et que je continuerais d'apporter c'est comme celle que tu essaies de m'apporter. Mais dans ce bas monde.."


Froide. glacial.. le pique se dressait contre lui, son coeur en fut le premier atteint. Ironie du sort pour une personne qui se disait pouvoir s'opposer à moi. Il n'a récolté que ce qu'il avait semé et le châtiment suprême. Ses genoux se raidirent. Tombant sur ses genoux en me crachant un filet de sang à la figure je le sentais obstiné

    "Se..ce sont des principes humains.. j'ai fait le serment et ce que tu appelles "ta justice" finira un jour par disparaitre et alors ce sera un pas vers la paix. Ce pont que nous nous efforçons de maintenir de s'écroulera pas a cause d'une personne comme toi"


Le sourire aux lèvres, avec la conviction qu'il avait raison.. il s'éteind.
L'opiniâtreté des hommes.. fléau de notre ère qui ne sera plus. Elle n'était pas complètement écroulé malgré ce spectacle chaotique qu'elle venait de subir une fois de plus. Elle garderait en tête qu'on ne s'oppose pas à l' Aéra, ont ne s'oppose pas à Logan Trailek..
Qu'importait ce qu'elle avait à me dire à présent..

_______________________________________________________________________________________________________

(Quelque part..)

    "Thais Ethigan.. ta capture aura causer de nombreuses vies mais rassure toi, ces morts n'auront pas été inutiles.. Avant que je ne fasse ce que j'ai prévu de faire de toi, j'aurais une question: Toi qui doit te battre aussi pour ta propre conception de "paix", que préconises-tu pour la mettre en oeuvre ? "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22741

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mar 10 Avr - 5:38
Les hommes avaient pénétrer dans le bâtiment, un regard en arrière, un pied qui tente de la relevé. Elle aurait aimé les prévenir, mais la pression sur ses bras se fit plus forte, l'écrasant au sol, l'obligeant à reposé son genou, à se taire, pour se relever quelques instants suivant, alors que cette fois ci, on l'y forçait. Ensanglanté, armée, elle n'était pas blanchit dans cette affaire, et sans doute la considérait on comme une menace potentielle. Les bras liés dans le dos, on la traîna de force, même si elle ne mettait pas de mauvaise volonté à les suivre. Elle restait secoué par le choc, et son déplacement était difficile, mais plus elle mettrait de distance entre elle et ce... cette chose, mieux ce serait...

On la glissa dans un des véhicules, sans grand ménagement, puisqu'elle fut presque jetée.Un soulagement tout d’abord, alors qu'on l'enfermait, à demie allongé sur la banquette arrière, alors que les deux hommes montaient à l'avant. Elle profita un moment de la sensation moelleuse sous sa tête avant de tenter de se redresser, tant bien que mal. Un bruit sourd, la voiture se secoua, faisant remonté d'un cran la pression qui l'étreignait.
Les deux hommes à l'avant avaient l'air de paniquer. Un corps. C'était un corps!

Le regard de Thais se tourna sur la fenêtre du véhicule, observant l'entrée du bâtiment ou la chose avait réapparut, son visage avait été comme déchiré, il n'en était pas moins sur ses deux pieds. Il avait un air... Effrayant. Panique... Elle était prise au piège... Il fallait sortir de cette boite, ce cercueil de métal qui, elle le sentait, ne tarderait pas à se refermer bientôt sur elle. Elle s'accola à la portière, se tournant dos à celle ci, alors que les doigts de ses mains, liés dans son dos, s’agitaient avec frénésie cherchant le mécanisme de la porte. L'ayant trouvé, elle essaya avec force de l'ouvrir, mais celui ci était verrouillé.

Elle cogna fortement de son épaule contre la vitre qui la séparait des deux hommes, affolés, occupé a faire décoller cet engin, plus par volonté de préserver leur propre vie que la sienne, et quand elle leur hurla de la laisser descendre, c'est à peine s'il l'eurent entendu. L'engin s'arracha du sol, laissant retombé le corps qui l'avait endommagé lourdement sur le sol alors qu'il s'élevait. C'est impuissante, que Thais observa le massacre qui se déroulait sous eux. Il ne dura pas bien longtemps, elle vit la créature visé de son arme le véhicule et ferma les yeux. S'en était terminé.

Et pourtant, une fraction de seconde avant l'impact, mue comme par un désir ultime de survit, elle se jeta sous les sièges, se protégeant des flammes et éclat de la partie qui explosait. Le véhicule resta quelques instants entres deux altitudes, avant de plongé vers le sol. Thais se prépara autant qu'elle le put à l'impact, avec dans le ventre, cette sensation caractéristique de la chute libre. Le choc fut rude. Le second pour elle.

La carcasse de véhicule se broya sous l'impact, se repliant autour d'elle telle une cage de fer et de feu qui la consumerait doucement, alors que sa position l'avait protéger. Dérisoire. La porte s'arracha, et une poigne de fer l'extirpa de ce tombeau. Pour un monde meilleur? Sans doute pas. La douleur tirait ses traits. Sonné, à moitié comateuse, elle ne suivit que d'une oreille distraite ce qui se produit par la suite,sa vue était trouble et les sons lui parvenaient lointain... Une histoire de paix, une histoire de justice... Et puis le noir. L'obscurité complète.

La douleur... C'est elle qui vous tient, qui se rappel a vous, toujours. On ne lui échappe pas, elle est la, vous nargue et semble vous dire, je suis toujours la, vous rappelant par la même, que vous êtes vivant... Des bribes de son, des pensées, qui en douceur effleure le rivage de la conscience. Et le corps, les sensations qui peut à peut revienne. Ses bras, liés dans son dos, ses poignets que les liens ont rougit, immobile. Sous sa joue une surface dure, dont sa tête peinait à s'enlevé.

Et soudain la prise de conscience. Ou suis-je? Que s'est il passé? Et les souvenirs, douloureux, ravivé par la souffrance de son propre corps. Des larmes aux coins de ses yeux, avant même qu'elle ne les aient rouvert. Je suis désolé... Venez me chercher... Autant de prières inutiles...
Une voix s'éleva alors, comme consciente de son réveil progressif. Et quelle voix... CETTE voix. Sans même les avoir encore ouvert, les yeux de Thais se plissèrent un peu plus, laissant échappé une larme, unique, avant que ses yeux ne s'ouvre, éblouit par la lumière.

Sa tête roula durement sur la table, y apposant son front, la souillant par la même du sang qui la maculait. L'effort fut intense, pour le simple fait de se relevé, d'observer ce visage déchiré laissant apercevoir une face robotique. Il avait une question pour elle. Elle le regardé hébété, sa hargne semblait avoir pour l'heure disparut.

A quoi bon cherché à lui répondre? Il la tuerait de toute façon... Cette créature parlait de paix, comme persuader d’ouvrer pour... Un robot... Un vulgaire androïde... Quel fou avait bien put concevoir pareil machine... Avec pareilles idées. Qu'il était stupide de ce croire oeuvre pour la paix... Le dernier a lui avoir parler de cela? Sayole... Oh Sayole... Une pointe de tristesse l'envahit, se rappelant son visage, les moments partagés, et surtout ceux qu'ils avaient manquer. Elle ne s'était jamais vu si proche de la mort... Elle mourrait sans revoir son air sérieux, ses traits tirés par le poids du commandement... Et l'Aurora... Quelle folie.

Qu'est-ce qui lui faisait le plus peur? Elle n'était pas certaine... La mort sans doute, avait quelque chose de repoussant pour qu'elle s'accroche tant et si bien à la vie... Mais quelque part, elle dégageait une sérénité que certain appellerait de tout leur voeux après quelques heures de torture... oui. La torture lui faisait bien plus peur... Mais elle ne donnerait rien... Jamais.

Pourquoi la paix? Comment la mettre en oeuvre? A quoi bon répondre... A quoi bon se taire. Après tout, si elle devait mourir aujourd'hui, que quelqu'un entende sa vision des choses, se l'approprie ou la face disparaître en même temps qu'elle...

    " La paix c'est..."


Sa propre voix l'étonna, rocailleuse. Elle toussa. Un gout de sang dans sa bouche. Mais il n'était pas nouveau. Il avait coulé de son nez et s'était répandu jusqu'à la commissure de ses lèvres, presque coaguler maintenant. Elle ne s'en était aperçut qu'à force de déglutition. Elle repris, de son ton assez faible, il lui semblait qu'élevé la voix lui procurerait bien des souffrances encore.

    "La paix... C'est juste un mot... Une belle idée qui fait rêvé les hommes les plus ambitieux... Comme les machines..."


Une pic à son intention? Pas réellement. Elle n'était pas sur qu'on puisse provoquer une machine... SI c'était le cas, et bien peut être celle ci abrégerais ses souffrances. Elle continua, tête basse, la maintenir droite lui coûtait trop d’effort, et forçait sur ses épaules, en arrière par la traction de ses bras noué sur la chaise.

    "Comment la définiriez vous? Absence de guerre sans doute? Belle utopie... Je crache sur les utopies... Elles m'ont voler tout ce que j'avais... Connaissez vous une seule période dans l'histoire de cette galaxie ou la paix à existé? Il y a toujours une guerre quelque part... Des conflits, des meurtres, de la sauvagerie... La vrai paix, la seule qui existe, ce sont des gens comme vous qui la saccage..."


Sa langue était lourde, pâteuse. Elle prix un petit temps pour mettre en ordre ses pensées. Celles ci se mélangeait dans sa tête, elle perdait le propre fil de son discours, perdu entre quelques images divaguantes de passé, de projection mélanger.

    "La seule paix qui ne soit illusion, c'est celle qui appartient à chacun d'entre nous personnellement. C'est la sérénité... C'est se levé le matin, auprès de sa famille, auprès des gens qui nous sont chères, c'est recevoir leur protection, et être la leur. Cette paix est égoïste, absente de morale et exclut tout ce qui ne fait parti de son cercle... Mais elle est la seule véritable. Les autres n’existent pas... Vous me l'avez prise depuis bien longtemps..."


Et aujourd'hui alors qu'elle avait retrouver un semblant de cette paix, on la lui volait de nouveau. Différemment... Aujourd'hui, c'était elle qui mourrait. Non les autres. Plus facile a accepter? Pas réellement. Qu'avait elle fait? Oui? Il parlait de paix? Mais qu'avaient fait les habitants d'AR2-863 pour mérité leur sort? Leur extermination? Car c'était de cela qu'il était question. Et elle, qui avait trouvé le courage de partir, sans se retourner, qui n'avait, par principe, jamais remis les pieds sur cette planète, SA planète, n'avait jamais chercher à se venger personnellement de l'Aera... Pourquoi la retrouvait elle encore sur son chemin?

    "Pourquoi?..."


A quel fin? Et qu'il ne lui réponde pas pour les autres... De quel droit pouvait il choisir qui devait mourir ou vivre? De quel droit pouvait il privé certain de paix pour soit disant l'offrir à d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mer 11 Avr - 11:57
    "Mais... ma famille à moi ? C'est par les tiens qu'ils ont été anéantis et je devrais donc sagement t'écouter exalter les concepts de paix et de justice.. ? Tu comprendras que j'ai du mal à supporter d'entendre des mots de la bouche d'une personne comme toi.."


Étrangement, sa vision de la chose venait de me marquer. Elle était défaitiste de croire que la paix ne pourrait jamais plus exister dans ce monde ravagé par la haine et les conflits. Je serais celui qui fera disparaître les conflits et la haine dans le coeur des hommes. Je serais l'ultime remède de cet univers, il connaîtra alors la véritable peine et la frayeur que son souvenir engendrera tout conflit. Je suis Logan Trailek et si la vie m'a offert une seconde chance de prolonger mon existence c'est pour que cela ai un sens sinon c'est inutile. J'endosserai le rôle que personne dans l'univers n'oserait porter, celui de "libérateur".. Je levais lentement mes bras pour produire un effet d'appuyer la thèse que je soutenais, la guerre, la haine.. tout disparaîtrait même si cela doit s'accompagner de souffrance et de sang.

    "Je guiderai le monde vers la paix et la stabilité et si tu dois mourir pour ça, je n'hésiterai pas une seconde. Lorsque l'humain comprendra enfin ce qu'est la véritable souffrance peut être cessera t-il de vouloir se battre, tuer et verser du sang. Tout conflit ne sera plus, je serais le gardien."


Machine.. elle se permettait de parler sur ce qu'elle ne savait pas et elle était loin de savoir tout si ce n'est si elle avait compris le sens premier de ma phrase tout à l'heure. La trahison, voilà ce que j'avais subis. Qui y'a t-il de plus horrible qu'être trahit, tué par ses propres frères ? Même la mort elle-même semble si insignifiante. Nul n'aurait le droit d'avoir vécu ça. Des personnes en qui votre confiance était inébranlable, immortelle.. tout s'éteint, disparaît sans que vous ne puissiez savoir les motivations qui les avaient poussé à faire ça. Je n'étais pas mort.. enfin. Ces questions sans réponses je pourrais les poser dans un futur très proche.

    "La paix par le sang.. le seul moyen pour que les hommes arrivent enfin à se comprendre mutuellement. Votre paix est bien insignifiante et si pour amener la véritable il à fallut passer par le massacre de votre famille, il n'y a rien à déplorer et devrait au contraire se trouver honorer. Puissent-ils nous entendre du ciel."


Les données déferlaient. Des images, des courts moments de sa vie. La puce enfouie dans son cerveau m'en apprenait beaucoup. Je ne devais cependant prendre garde à ce que je lui dirais si je ne voulais pas qu'elle se doute de quelque chose. Mais jusque là, rien ne devait être soupçoné. L'idée d'avoir un parasite dans son crâne. Et j'espérais qu'elle le garderait aussi longtemps que possible pour avoir le plus d'informations possible et mettre en marche la paix. La quittant quelques instants, le processus redonnant une couche de peau à la partie droite de mon visage se mit en marche. Elle devait me croire entièrement machine. Mais elle découvrirai bientôt que je ne l'étais pas entièrement.. Tirant de ma poche une mitaine que j'enfilais à ma main gauche, je vins m'asseoir en face d'elle.

    "Pour qui tu travailles ? Une réponse précise serait bienvenue"


Des mots froids et directe. Je savais pertinemment qu'elle ne me dirait rien car tel était construit l'image de l'humain fidèle. Elle savait pertinemment qu'il n'y avait aucuns échappatoires. Les derniers moments de sa vie avaient sonnés. Mais avant de me débarrasser elle, je devais me servir. Elle n'était plus utile à l'humanité à présent, mais peut-être finirait elle par comprendre le bien fondé de mes actes et de ma justice car dans ce monde, il n'y avait rien de plus ambitieux et qui serait en même temps bénéfique à tous

    "Tu vas mourir.. oeuvre donc pour la paix que je vais instauré, c'est le dernier geste que tu puisses faire et qui soit vraiment utile.. ne soit pas égoïste"


Mais il me restait encore une chose à faire.. elle comprendrait alors que je ne suis pas qu'une machine.. que je n'étais pas seulement une machine. Me reculant du siège où je venais de m'asseoir, je me levais et lentement en faisant craquer mes articulations pour faire insister en elle le fait qu'elle pensait que j'étais une machine. Jje la détachais. Une mimique d'incompréhension parcourut son visage. Posant ma main à l'endroit ou se trouver le berceau de la vie, je lui ordonnais d'un ton assez calme de posais sa main. Qu'elle prenne conscience que j'avais eu une vie avant et qu'elle fut ravagé par des gens de son espèce, des gens auxquels j'avais des affinités..

    "Pose ta main et comprend.."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22741

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mer 11 Avr - 16:44
Sa famille? De quoi parlait il? De ses compagnons robotiques? Elle n'avait même pas connaissance de l’existence de telle machine, et encore moins d'en avoir détruit... A quelle folie s'était adonné son créateur? Tenter de le faire si réel, si proche des humains que la machine se confonde alors avec. Est-ce que l'intelligence artificielle pouvait ressentir des sentiments? En était-ce simplement des imitations. La réelle question était surtout de savoir quelle valeur accordait on a l'engin. Était il ou non en vie. Possédait il des droits sur sa propre existence? Les droits de l'homme s'il n'en était pas?

Mais elle ne comprenait pas. Les siens? Qu'avaient ils a voir la dedans? A moins qu'il ne parle de l'espèce humaine... Mais dans ce cas il se leurrait... Elle n'était pas humaine... Du moins ne se considérait comme tel. Starienne, de la petite planète d'AR2-863... Une personne comme elle? Qu'avait les personnes comme elle? Si ce n'ai perdu leur innocence depuis longtemps.

    "Par les miens? Les miens sont tous mort il y a plus de 10 ans. Je ne voit pas comment ils auraient put faire ce don tu les accuse."


Elle ferma les yeux un instant. Elle avait mal à la tête. Mal dans tout le corps en réalité, mais ses sinus la faisait soudainement particulièrement souffrir, et les visions de son passé n'étaient pas pour amélioré sa situation. L'alerte de l'annonce, le grand hangar ou on les avait réunit... Les portes se refermant sur eux, l'incompréhension, la peur, et puis la douleur et la mort... La mort tout autour. L’amoncellement des cadavres par ces hommes en combinaison qui l'avait ramassé sans ménagement quand ils s'étaient aperçut qu'elle était encore en vie.

Comment ces gens, dont elle faisait partis, auraient put se douter de quoi que ce soit? L'Aera faisait parti de leur paysage à l'époque. Elle qui les avait logé, qui les avaient nourrit, vaccinés, protéger... Elle qui les avaient manipulés. Elle qui les avaient tués. Thais elle même avait mis longtemps à comprendre ce qui avait bien put se produire sur sa planète, elle qui n'avait jamais vu l’immensité de l'espace. Qui avait a peine entendu parler de la Terre et de Mars que comme de très lointain monde dont leur race avait été issu...
Ce n'est que peu à peu qu'elle avait découvert le vrai visage de l'Aera de son entreprise...

La vison fondamentalement égoïste qu'avait Thais avait eut l'air de choquer l’androïde. Elle ne répondit à cela que part un faible sourire. Si déjà les siens ne parvenaient pas à la comprendre, comment un autre le pourrait? Il se voulait le gardien d'une paix universelle. Un doux rêve, mais qu'il avait prévu d'asseoir dans la souffrance. Il lui rappelait quelqu'un... Un rêve identique, des méthodes similaires, mais une opposition farouche. Mais bizarrement, elle était plus attiré par la vision du Némésis... Sans doute parce que sa lutte s'accentuait principalement sur la destruction de l'Aera, et ne voyait pas en la souffrance un unique moyen.

    "Ne parler pas de ma famille. Ils sont mort, et que dieu, ou quelque puissance que ce soit les gardes... Je doute qu'ils auraient apprécié la vision de votre monde si idyllique..."


Il y avait si longtemps qu'elle n'avait pas songé a eux. Peu à peu leur visage s'était presque effacé de sa mémoire, se figeant dans une unique expression qu'elle conservait comme un trésor dans sa mémoire, alors que ses souvenirs se dérobaient. D'ou venaient ses faces immobiles? une veille photo sans doute. Elle n'avait rien emporté dans sa fuite, rien qui puisse la rappeler vers ce passé, non pas qu'elle ne l'ai souhaité, mais la traque par l'Aera l'en avait privé.

Elle serra les dents, songeant aux 8 personnes qui avaient partagés sa fuite. Un seul en était sorti vivant. Tous mort, un par un. Blesser, abattu comme des chiens alors que l'Aera les dénichaient. Une pointe de colère en son coeur, en repensant au jumeau d'Adam, mort si proche du but. Elle n'avait pas eut le temps d'assez les connaitre pour les pleurer, mais le mal n'en avait pas moins été fait. Adam... Elle espérait qu'il n'apprendrait jamais la manière dont elle mourrait. Il était fragile... quoi que, le temps l'avait endurcit...

La question de l’androïde la tira des songeries dans lesquelles elle avait plongé. Elle avait du mal à se concentrer, à réfléchir. Elle redressa légèrement sa tête qui penchait dangereusement, au prix de douleur, elle ferma un oeil. Pour qui travaillait elle? L'Aurora fut la première chose à lui venir en tête. Vaisseau de mercenaire, dont les actions contre l'Aera n'était certainement pas la priorité. Ils vivaient pour eux... Sa nouvelle famille. Celle qu'elle tacherait au mieux de protéger. Celle dont il avait déjà éliminé deux membres. Croyait il réellement obtenir une réponse? Non sans doute pas, il en viendrait à des méthodes plus radicale...

Le Némésis s'encra par la suite dans son esprit. Elle n'avait pas souhaité ce changement de fonction, et le rapprochement avec ce vaisseau avait été brutal, et elle ne pouvais s’empêcher de penser que c'était a cause de lui qu'elle se retrouvait aujourd'hui dans les griffes acérer de ce monstre de métal. Une pointe de soulagement toutefois, qu'importe la torture, il ne tirerais pas grand chose d'elle, elle n'avait pas eut le temps de se familiarisé avec le vaisseau, n'en connaissaient pas les points faibles ou l'étendu, encore moins la position actuelle...

Qu'aurait elle put délivrer? Appart son commandant... Qu'elle connaissait plus que ne l'aurait voulut l'usage... A peine avait elle eut le temps de lancé quelques répliques négatives, que l'homme face à elle lui rappelait l'évidence. Elle allait mourir, pourquoi ne pas se rendre à l'évidence, faire quelque chose de bien? Croyait il vraiment qu'elle se rendrait ainsi? A quoi bon l'aidé si cela ne pouvais la sauver? Il se trompait sur la nature profonde des gens.

    "Croyez vous réellement que l'utile soit ma préoccupation du moment?"


Non, elle ne vendrait pas ses compagnons. Même pour tout l'or du monde. Question de loyauté? Pas uniquement. Il n'avait rien pour la convaincre. Pas d'exemple, que des mots creux auxquelles elle ne pouvais s'attacher, se reconnaître. Il s'était levé, faisant craquer ses articulations. Elle serra un peu les dents, s'apprêtant à ce qui allait indéniablement suivre. Un passage a tabac en règle qui la ferait regretter d'être né. Qu'il y vienne... Elle n'avait peut être pas de quoi le tuer, mais bien assez pour l’empêcher de lui tirer quoi que ce soit... Elle était déjà mal en point, il ne lui faudrait sans doute pas trente six secousse pour passé l'arme à gauche...

Oui, elle envisageait d’accélérer sa propre perte, si cela pouvait lui permettre de protéger les siens, absolument convaincu du bien fondé de cette pensée. Quand il approcha, elle se tenait prête, mais son geste fut inattendu, il libéra ses poignets, provoquant son interrogation. A quoi jouait il? Elle massa légèrement ses poignets, profitant du soulagement que pouvais lui provoqué le mouvement de ses épaules alors qu'elle les ramenait en avant. Il avait reculer légèrement et posé sa main sur la gauche de sa poitrine et lui demandant d'en faire de même.

Elle le regarda interdite. Que cherchait il a prouvé? La main sur le coeur? Qu'il n'était pas fait uniquement de métal? Est-ce que cela battait réellement? Et quand bien même, était-ce organique? Ou s'arrêtait la perversité des scientifiques? Et quand bien même. Même si elle le sentait battre. A quoi cela servirait il?

    "Non."


Elle se redressa légèrement sans chercher à se lever. Il n'y avait de toute façon pas d’échappatoire. Et quand bien même elle pourrait parvenir à sortir de cette pièce, dieu seul savait ce qu'il se trouvait au delà de la porte. Pas des amis en tout cas...

    "Qu'est ce que vous chercher à prouver? Que vous aussi vous avez un coeur qui bat? Vous n'avez rien d'humain... Les humains sont comme moi... Ils meurent. Ils meurent pour les causes qui leur sont chère. Vous... Vous n'êtes qu'arme de destruction entre des mains dangereuses..."


Elle se renfrognait. Était-ce d'avoir retrouvé l'usage de ses membres? Ou le dernier combat livré quand on as plus rien a perdre. Un peu des deux surement. Ses pensées se tournèrent vers Sayole. Son sauveur de toujours. Celui qui l'avait toujours tiré de tout les mauvais pas. Elle l'appelait de tout ses voeux, comme espérant qu'il puisse capter ses pensées, espérant le voir débarquer, comme toujours, mais le repoussant de même. Le Némésis et son capitaine devaient rester fantôme... Il ne devait faire l'erreur de venir la chercher.

    "Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi recevoir tant de résistance? Tant d'opposition si farouche? Pourquoi sommes nous si nombreux à chercher à vous détruire? Ce peut il que nous soyons tous dans l'erreur? Qui à tord?"


Ne lui laissant pas le temps de répondre elle ajouta:

    " A votre avis, pourquoi alors même que je suis assurer de mourir, je ne vous donnerait rien... Pas une miette. Vous pouvez me torturer... Vous pouvez essayer... Mais vous n'aurez que mes cris et je doute qu'ils vous satisfassent... Et ce que vous êtes n'y changeras ri..."


Une douleur accentué dans sa tête abrégea sa phrase. Elle y ramena ses mains, comme pour l'enserrer dans un étaux, comme si la pression pouvais la soulagé. Une douleur à se taper la tête contre le mur...

    "Vous avez tord. Vous vous croyez maître d'oeuvre d'une... Mmpfrh.... d'une paix, mais il n'y a que violence dans vos actes... Vous ne soumettrez jamais ce monde à votre pouvoir, il y aura toujours quelqu'un pour s'opposé a vous... et vous n’obtiendrez rien de moi."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Jeu 12 Avr - 0:17
Elle faisait l'innocente et affirmait de pas savoir de quoi je voulais parler. Il me semblait pourtant avoir été assez clair "les siens" n'étaient en rien un diminutif pour caractériser seulement sa famille, mais plutôt toute l'espèce que cela englobait. L'espèce humaine. Même si elle ne se sentait nullement l'une des leurs, elle avait les mêmes caractéristiques qu'eux et je m'arrêterais pas à d'autres détails pour savoir.. Tous ceux ayant les mêmes propriétés seraient condamnés, qu'elle soit d'une planète ou d'une autre cela ne changerait pas la donne. Dans le fond, dans cet univers, tout le monde est humain finalement. Des traîtres.. des démons. Il en était envahi et il ne tiendrait qu'à moi de purifier cette terre, cet univers qui m'a vu naître. En dieu je serais reconnu..

Ma puce fixée à son cerveau me transmettait des images assez vagues d'individus qu'elle définissait de "membre de sa famille" Des visages, du sang.. ses pensées semblaient flous et demeurai bien trop lointaine visiblement pour que je puisse avoir un accès fluide à cette source d'informations. Rien de bien intéressant en fin de compte, ce que je voyais ne se révélait pas vraiment utile. Mais la patience est une vertu et ce voix souvent récompenser. En effet des images plus net m'apparurent durant lesquels un groupe d'individu courrait, fuyant les balles hargneuses avide de leur chair. La mort.. voilà ce qu'était la scène une fois de plus. Ils avaient fuit l'Aera alors qu'ils n'auraient pas du.. Ce désir de vouloir faire toujours ce que l'on souhaite est un facteur qui mènera la race humaine à sa perte.

Je me trouvais toujours à côté d'elle. Refusait elle de voir la vérité en face ? J'étais bien humain autrefois et le seul vestige qu'il me reste de ce passé c'est ce coeur blesser, tourmenter qui ne trouvera jamais le repos. Je ne la forçais pas, cela ne servirait à rien. Elle allait mourir, maintenant que je disposais assez d'informations, ma domination sur l'univers était en marche, mon avènement prochain.. Je visualisais les dernières images qui ne cessaient d'arriver depuis ma dernière question. Elle venait de répondre avec une assurance inflexible. Elle se berçait d'illusions à vouloir croire que le monde serait le seul maître de son destin et que s'ils décideraient de m'arrêter, il n'aurait pas de mal à le faire. Une idéologie que j'avais partagé autrefois..

Les humains meurent pour des causes qui leur son chères, une idée bien erroné. J'en étais la preuve vivante. Visiblement, elle n'avait vue la vie que sur les traits les plus positifs qu'elle puisse transmettre. La joie de partager mon existence, une image net de ce que furent les derniers instants de ma "vrai" vie, j'aurais aimé lui montrer tout ça et qu'elle comprenne. Mais la compréhension n'existe plus, c'est un code que tous suivent faussement à la lettre. L'humain, il est devenu répugnant et me répugne..

Une image survint. Le visage de cet homme n'était en rien étranger au répertoire de l'Aera. Ses traits du visage, ces caractéristiques physiques, elles ne différaient en rien de celle d'un dénommée Thirit de Syl. Un homme ridiculement basique dans le fond. Originaire d'une noble famille comme j'avais pu l'être à son plus jeune âge... Un brillant ôte-vie sans but.. Voilà ce que j'éradiquerais en premier. Les personnes comme lui serviront tous de modèle à mon entreprise, on ne joue pas avec la vie, je lui ferais comprendre.

Une information cruciale me fut révélé. Il était donc le capitaine du Némésis, un homme de bas étage comme lui avait accédé à un poste pareille. Il avait grimpé dans la hiérarchie. Renégat à renégat en chef.. quelque chose que je devais applaudir.. personnellement. Elle espérait qu'il vienne à elle et je l'espérais moi aussi. Il serait le premier exemple universelle pour montrer que moi, Logan Trailek, oeuvre pour l'avenir d'un monde meilleur, plus juste. Ou conflits, meurtres, trahisons et haines seraient abolies, tous les partisans détruits
Plusieurs visages s'étaient également révélés dans ces séquences, des noms aussi. Ils seraient les suivants sur l'interminable liste que je m'étais faite.

    "Tu as raison.. tu ne m'es de plus aucune utilité"


Plaquant ma main gauche sur son épaule, mon bras organique se transforma en un pique très acéré. Transperçant intégralement l'épaule de Thais en se logeant dans le mur derrière, elle en fut soulevé. La souffrance qu'elle ressentirait était essentiel à mon oeuvre. La souffrance était ce par vquoi il me fallait passer pour mettre ma paix en oeuvre. Qu'elle le veuille ou non, c'était un fait

    "Pourquoi t'obstines-tu ? Quel intérêt y'a t-il à vouloir protéger les tiens ? L'univers ne va pas tarder à s'embraser dans un conflit qui va se généralisé encore plus qu'il ne l'est à l'heure actuelle. Les cendres de la guerre couvent ça et là et nous sommes ceux qui contrôleront ces conflits. Il n'est pas exclu que je t'épargne si tu te montre coopérative remet toi en tête ce qui est arrivé tout à l'heure. Tu peux aisément mesurer l'étendue de mes pouvoirs. Nul des tiens n'a le pouvoir de s'opposer à moi. Tu ne fais que retarder l'échéance.. livre moi les informations et tu pourra passer encore un peu de temps aux côtés des êtres qui te sont cher. Même les dieux peuvent se montrer clément "


La lame se retira du mur et aussi de l'épaule de Thais qui s'écroula au sol. Peut être finirait-elle pas comprendre qu'il n'y à pas de place sur terre pour ceux dont les ambitions sont grotesque et qu'il faut se choisir un camp.

    "Je ne soumettrai pas ce monde à mon pouvoir.. j'oeuvrerais pour sa stabilité pour la paix éternelle.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22741

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Jeu 12 Avr - 11:23
Un monstre, machine de fer qui se voyait gouverné le monde... A l'échelle d'une planète, sans doute cela lui eut été possible, mais ce monde la ne se résumait pas à un seul lieu définit. C'est pourquoi elle était aussi certaine de son échec. Il se voyait tel un dieu, un dieu au son de la voix duquel l'univers tremblerait... Vision démente. Il n'était pas omnipotent. Une chance, et en même temps une triste constatation... Pour le moment son déferlement de colère lui serait donc réservé a elle seule. Au moins n'était il pas attaché à la destruction de quelques autres durant ce temps... Un mal limité, il y aurait toujours des personnes pour échappés à sa vigilance. L'histoire l'avait démontré, les tyrans finissent toujours par disparaître, comme les autres d'ailleurs, et avec eux leur royaume de terreur...

    "Tu as raison, tu ne m'es plus d'aucune utilité."


Les mots sonnèrent comme une sentence, et elle se crispa avec un mouvement de recul qui ne fut malheureusement pas assez vif pour empêcher son bourreau d'agir. Il avait plaqué la main sur son épaule, et dans un mouvement qu'elle n'eut pas le temps de comprendre, d'analysé, la transperça, lui arrachant un cri long, alors que poursuivant sa course jusqu'à se fiché dans le mur, le métal dans son épaule la soulevait du sol.

La chaise sur laquelle elle était jusque la installé tomba à la renverse alors que ses pieds se soulevaient très légèrement du sol, laissant la totalité de son poids soutenue par son épaule, les quelques chaires par lesquelles elle était suspendu. Ses cris se muèrent en gémissement retenus, alors qu'elle tentait tant bien que mal de s'accrocher à la lame qui avait pénétrer son épaule, de se soulager de son poids, alors que l'aiguille avait été rendu glissante par le sang, son sang, qui empoissait abondamment la lame.

Ses pieds s'agitaient dans le vide, les gémissement et les larmes , qui traçaient sur ses joues des sillons dans la crasse, couvraient partiellement la voix du cyborg. Il la questionnait encore et toujours sur son acharnement. Elle lui aurait bien craché au visage si elle n'était pas trop occupé à se soutenir. Il lui promettait quelques instants auprès des siens, sa clémence, la clémence d'un dieu... C'était donc bien cela. Il se prenait pour un dieu... Pourquoi? La réponse aurait sans doute été très cliché... Par amour... Mais ça, il ne pouvais l'entendre, le comprendre... Et elle n'était pas assez niaise pour lui offrir ce genre de mélodrame.

Elle senti la lame se rétracter dans son épaule, et découvrit une douleur pire encore que lorsqu'on la transperçait. Son cris fut moins perçant cependant, déclenché par l’accoue de l'aiguille qui s'arrachait du mur, le reste alla plutôt doucement, le sang aidait à ce que la plaie coulisse facilement. Ses pieds se reposèrent au sol mais elle n'eut pas la force de se retenir et elle glissa, d’abord à genou, puis couché. Sa main libre vint se plaquer sur son bras. Elle n'eut pas le courage d'observer la taille de la plaie, mais ses chaires saignaient abondamment, s'écoulant, rouge sur le sol. Son bras, lié a l'épaule blessé ne semblait plus vouloir répondre. Son visage était barré de souffrance alors qu'elle essayait vainement de se redresser. Ses pieds patinaient sur le sol, la repoussant peu à peu contre le mur auquel elle parvint à s'appuyer, laissant derrière elle une grande traînée de sang.

Tremblante, douloureuse, elle tenta d'extraire de ses doigts encore mobile une partie des vêtements qui étaient entrée en la plaie, se crispant en la touchant. Elle se crut défaillir. Qu'était-ce? Le mur au travers de sa plaie? Elle détourna le regard. Si elle avait bien vu un trou de la taille clémentine dans son épaule, pas étonnant que son bras ne daigne plus bougé.

Il la tutoyait, depuis le début. Après tout, la mort avait quelque chose de très intime, il la donnait, elle la recevrait... Le dernier acte, le grand final... Il fallait que ce soit bien fait, elle ne regretterais que l'absence de ceux qu'elle avait chérit, mais les savoir loin lui donner pourtant du baume au coeur. Il fallait qu'il soit magistrale... Qu'elle meurt comme elle avait vécut, en donnant tout, en ne gâchant rien. Alors elle répondrait, jusqu'au bout, elle cracherait sa hargne, sa rage de vivre, ses convictions. Et quand elle se sentirait au bord de lâché, quand elle se sentirait défaillir, quand elle le sentirait vaincre ses résistances, ou bien son coeur se lassé de battre... Alors la, ce serait le grand final... Peut être même parviendrait elle a l'emporter avec lui, dans ce torrent. Une réussite...

Mais pour l'heure elle avait encore du souffle, et il lui avait demander pourquoi... Alors elle répondrait, et le tutoierait... Il venait de lui transpercer l'épaule avec sa main... Ils étaient proche après tout... Son ton était déterminé, entrecoupé de soufflement, gémissement parfois, alors qu'elle se maintenant difficilement dans sa position, avec ses pieds qui patinaient dans son sang.

    "Tu es un menteur... Voila pourquoi je ne donnerais rien. Tu me crois stupide? Prête a croire tes belles paroles... Car que je te les donne ou pas, le résultat resteras inchangés, tu me tueras... Mais tu les tueras aussi, par la même occasion... Alors qu'en refusant..."


J'ai l'occasion de te faire chier. La provocation était peut être un peu trop osé pour qu'elle la prononce, d'autant que le fond du débat n'était pas la...

    "En refusant, je les met à l'abris, à l'abris de toi, et ça, c'est la dernière chose que je puisse faire. La meilleur."


L'avant dernière en réalité... L'explosion finale, serait la dernière... Il était étrange de constaté que c'était l'Aera qui avait fait d'elle une réactive. Qui l'avait rendu si déterminé... Qui l'avait faite en somme... Et que c'était donc par sa création que s'éteindrait tout une partie de son domaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Jeu 12 Avr - 15:59
Un menteur.. j'étais un menteur maintenant. La colère grimpait dans mon esprit. Elle ne comprenait rien et oser me tenir tête. Comment pourrais-je accepter quelque chose de pareille ? Accepter une offense de la sorte ne serait pas digne et même si c'était la mort qui l'attendait, je la ferais souffrir et lui ferait comprendre qu'on insulte pas un dieu. Elle venait une fois de plus de refuser ma proposition, proposition plus honorable car elle aurait eu l'occasion de revoir ceux pour qui elle avait ce que l'ont appelle communément, de l'affection. Mais elle était bornée et stupide et préférer visiblement mourir ici et maintenant. L'échéance n'était plus en mesure d'être repoussé, elle avait choisi ce qui était pour elle la meilleure solution. Patriote.. j'avais obtenu assez d'informations à présent, mais cette étude que je venais à l'instant de faire donnait un résultat semblable à celle que j'avais pu porter sur des proies comme elle. Des mêmes résultats, prêt à accepter la mort pour aider, se sacrifier.. comment pouvait-on faire quelque chose comme ça ? Les larmes restent des débris des sentiments infondés et inutile. On ne se sacrifie pas pour les êtres que l'ont n'aiment, mais pour ne pas perdre la face, garder la tête haute et c'était ce qu'elle faisait courageusement..

Lentement mes paupières se fermèrent.. cela me déplaisait fortement son sens innée de l'opposition et de contradiction. Ce n'était pas la première fois qu'elle s'opposait à une force supérieur a elle, le cycle n'était pas respecté. Ce sentiment de violation et s'en contrefoutre aussitôt avait quelque chose d'amère que j'avais du mal à accepter. Elle souhaitait la mort.. elle l'aurait sur un plateau d'argent.
Et même si je n'avais accepté son comportement, j'appréciais toutefois son geste à mourir pour la cause que je chérissais. Je rouvrais les yeux, menaçant, agressant.. plongeant dans les siens, lui laissant comprendre que ses derniers instants approchaient.

    "Ton orgueil te coûtera cher.. tes préceptes, ta conception de paix, ta vie.. je détruirai tout ça.."


Ramassant l'arme que je lui avais subtilisé lors de notre rencontre, je l'analysais. J'avais été amené peu de fois à m'en servir. Ils faisaient partie intégrante de mon organisme, ils faisaient ma force, mon jugement, mon sens prononcé de la justice. Mais la seule chose que je pouvais faire pour une humaine qui venait de me tenir tête, c'était de l'honoré en l'écrasant avec sa propre arme. Je la caressai, c'était donc par ça qu'était régi la vie, avec ça que luttait les humains pour leur survie, avec ça que les humains rendaient leur verdicts.. Je n'arrivais à resentir l'arme, elle et moi avions le même but, rendre la justice, mais ce qu'il lui manquait, c'était bien d'avoir une propre conscience à elle.. celle qui lui dicterait..

Détournant lentement mon regard vers elle, je pouvais ressentir cette frustration qu'elle avait, cette peine dans le regard.. la mort s'approchait à grands pas. Braquant l'arme au niveau de son front, mon jugement ne tarderait à être rendu. Elle comprendrait enfin..

    "Votre prétendue paix n'est rien d'autre qu'une agression permanente à mes yeux.. cette fois c'est la fin.. rejoint tes parents et vie en paix.."


Le sang avait pris un parti non négligeable depuis notre rencontre. Le siens ne serait pas souillé comme il aurait pu l'être avec d'autres créatures qui l'auraient détruit sans retenue. Le siens se retrouver purifier d'avoir été aux petits soin d'un Dieu.
Thais.. elle n'était qu'un pion de plus sur l'échiquier et qui se retrouverait sur le bord de la table. Elle sauvait son roi, se sacrifier pour lui dans l'espoir qu'il termine cette partie.. ces niaiseries auxquelles tous les humains aspirent ne sont rien d'autre que des concepts qui demandent à être éradiquer. Même si la partie est semblable à celle d'un jeu d'échec, j'avais l'avantage.. et..

    "Thirit de Syl.. tu es prêt à refuser d'être une dernière fois dans ses bras ?"


Cette ancien avant poste était décidément un lieu qui contribuait grandement à mon entreprise. Une salle constamment éclairé au sous-sol d'une bâtisse en ruine ou plus personne n'habitait depuis des années maintenant.. Caché, pour ne pas effrayer mes proies potentiels.. Mais un jour viendra où il verront, découvriront l'étendue de mon pouvoir et comprendront alors qu'on ne s'oppose pas à plus fort que sois, surtout pas à un dieu. Il est toujours plus simple d'abandonner que de résister.. une phrase que l'univers sera forcé de reconnaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22741

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Ven 13 Avr - 20:13
Il était irrité, étonnant, qu'un être aussi faux, aussi artificiel puisse aussi bien s'approprier les expressions, les attitudes d'un humain, comme si elles avaient toujours été siennes. Il la targuait d'orgueil, sans doute en fallait il y peu pour croire que sa mort parviendrait à protéger les autres, mais pour ce qu'il lui coûterait... l'orgueil n'était pas a la base de ce qu'elle allait perdre... Uniquement lui, et sans doute un peu de malchance.

Il s'éloigna légèrement, ramassant quelque chose qu'elle avait jusque la oublié. Son Laten. Elle serra les dents. L'arme était encore un model peut rependu, issus du marché noir. Sans doute ignorait il qu'elle n'était que paralysante? Ou bien au contraire le savait... Il revint vers elle, la pointant en direction de sa tête. Peut être bien savait il finalement... Qu'arriverait il si son cerveau cessait de fonctionné, sans assistance médicale? Elle mourrait, tout simplement. C'était maintenant, la fin, le dernier acte.

Elle ferma les yeux alors qu'il lui annonçait la fin, ressentant dans cette pièce l'air contenue, et dont elle avait la capacité de l'agité. L'air impalpable, les molécules, les atomes... C'était comme un plongeon dans l'espace, une immensité à son échelle, et pourtant si petit en réalité. La relativité de la matière. Du très petit au très grand, tout s’agençait de la même manière. Les atomes, s'attirant et se repoussant de la même façon que des planètes pouvaient le faire entre elles...

Elle pouvais le voir, le sentir, les yeux fermer, savait qu'il lui faisait face. Il fallait tenir bon, exercer progressivement sa force sur l'air qui les entourait. Augmenté peu à peu la vitesse, l'agitation des molécules alentours, plusieurs foyers, puissant, qu'elle retenait... Et quand elle lâcherait son emprise sur eux, quand le tir mortelle la toucherait... L'apothéose.

Il ne semblait se lassé de la torturer, la douleur n'était manifestement pas suffisante à son gout. Le coup ne venait pas. Des mots, encore des mots. Un nom. Elle ne comprit pas de suite, mais sa phrase semblait laissé entendre qu'il en savait bien plus qu'elle n'avait put en dire. Elle ouvrit alors soudainement les yeux. Thirit de Syl... Syl. SYL. S_Y_L...

SaYoLe! Comment cet homme pouvait il savoir ce que seul son coeur nourrissait? Les avait-ont déjà vu ensemble? Impossible... L'Aurora même ignorait l’existence de tel sentiments... Son visage se tordit alors qu'elle attrapait de sa main valide ses cheveux poisseux de sang. Il était dans sa tête... Et prendre conscience de cela... C'était la pire torture qu'il pouvais lui infligé. Que pouvait-il voir? Entendre? Qu'avait elle livré sans que ses lèvres ne se soient rendu? Sans même s'en apercevoir. Elle pleurait, il n'en avait pas finit avec elle, il allait la brisé, morceau par morceau, et puisqu'il n'avait de prise sur son corps, s'en prenait à son esprit.

Oh Sayole... Il ne pouvais savoir comme ces derniers mots changeaient tout. Que n'aurait elle pas donné pour le revoir? Pour l'entendre une dernière fois, l'alerter et lui faire ses adieux... Sans doute avait il l'espoir en la voyant ainsi perdue qu'elle cesse de livré bataille et lui donne ce qu'il souhaitait, car il ne tira pas. Pas de suite en tout cas. Elle l'appelait, de toute son âme. Ou qu'il soit... Il ne devait pas venir. L'espace d'un instant, elle crut avoir perdu la raison, alors que dans sa tête raisonnait la voix de celui qu'elle chérissait. Elle l'avait appeler, sans espoir aucun, et sans penser un seul instant qu'elle obtiendrait réponse. Elle avait tellement mal, elle avait tellement peur... Et elle était si désolé...

La mort, elle l'avait toujours affronté sans peur, sans effusion de sentiment, un acte duquel il ne fallait avoir peur, car il était inévitable, et face auquel la seule façon de résisté était de le repoussé, et de se préparer pour partir sans regret. Elle avait toujours vécut pleinement, se donnant sans réserve pour que le jour ou l'heure viendrait, elle n'ai pas de regret... Mais voila qu'elle s'en découvrait tellement... A commencer par avoir mis ce putain de Cyborg sur la trace de celui qu'elle aurait aimé protéger.

La voix qu'elle avait jusque la prise pour un mirage lui dictait quelques mots clairs. Du calme... Des secours. Et des images, de moments tendre, apaisant... NON. Non cela n'allait pas du tout! Il était la! Et alors même qu'elle en prenait conscience elle savait déjà que le cyborg le saurait aussi. Qu'il parte, il ne devait s'approcher. Elle le repoussait de toute la force mentale dont elle était capable. Semblait vouloir lui crier intérieurement, Va t'en, c'est déjà terminé... Tu ne peut plus rien pour moi. En réponse lui vint un cris de colère, comme un ordre. Pourquoi repensait elle à toutes leurs oppositions? Abandonnerait il jamais? Même s'il la savait morte? Elle devait le protéger. C'était tout ce qui comptait.

    "Non..."


Pour une fois, elle n'entrait pas en opposition. Son plan n'était plus réalisable, pour la bonne et simple raison que la présence de Sayole, et des "secours" l'empêchait de mettre le feu aux poudres comme elle en avait l'intention... Et une plus petite détonation ne ferait que l'entamé, comme dans le bar...

Thais pris une grande inspiration, qu'elle bloqua alors, poussant sur ses pieds, persévérant pour retenir ses quelques glissades; son dos en appuie contre le mur remonta doucement, lui permettant de se remettre debout, dans un équilibre plus ou moins précaire ou la façade servait de troisième pieds.

    "Vous savez..."


Le vouvoiement était revenu. Sa voix était faible, forçant le cyborg à s'approcher pour l'entendre correctement. Son maintien forçait le respect. Thais sous la crasse, les blessures et le sang était particulièrement livide. L'effort lui fit perdre un peu plus de ce liquide vital. Il ne pouvais lui faire de mal, elle ne le laisserait pas faire.

    "La paix m'est... égale. Mais vous avez fait une erreur... Car s'il y a bien quelque chose pour laquelle je suis prête a mourir... C'est lui."


Pourquoi ne l'attaqua il pas directement? Elle n'en eut aucune idée. Mais autre chose avait germer pendant ce temps dans son esprit. S'il était si humain qu'il semblait le prétendre, s'il possédait un coeur de chaire, peut être n'était-ce pas son seul organe... Peut être y en avait il auquel elle pouvais s'attaquer, pour le détruire de l’intérieur... Sans attendre, Thais, de la maigre puissance qu'il lui restait poussa son don à la recherche de l'air contenu en lui pour l'échauffé, pour le dilaté.

Et il y en avait... Un bang sonore raisonna dans la carcasse métallique du cyborg alors que l'un de ses poumons éclataient. Qu'elle ai eut plus de force, et elle aurait arraché les deux... Ne s'y attendant certainement pas, la machine tomba momentanément à genou. Est-ce que cela faisait mal? Elle ne pouvais pas imaginé. Sa propre douleur l’étreignait déjà suffisamment.

Glissant contre le mur, elle approcha de la porte. Sa vision se troublait. Elle l'ouvrit. Trois pas. Elle s'écroula au milieu du couloir, qui lui semblait si sombre à présent. Et peu à peu, comme ils étaient venus, les sons disparaissaient, s'atténuait pour ne devenir plus que murmure en même temps que la vie lui échappait....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 19220

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Ven 13 Avr - 22:46
A presque 1km de là, installé sur un toit, SaYoLe ainsi qu’un auxiliaire de la section des tireurs d’élite venaient de finir de s’installer. Ils étaient arrivé sur la ville il y avait moins d’une heure, et tous s’étaient mis en mouvement très rapidement. SaYoLe et une partie des snipers avaient été véhiculé dans un deux ceux transport léger alors que les deux autres amenaient les troupes sur zone. Il c’était trouvé un point de tir, qui lui offrait un angle parfait sur la maison ou semblait être retenue sa seconde. Son cœur se serait, l’appréhension et une pointe de peur le tiraillait alors qu’il finissait d’assembler son imposant TNW 20 pendant que l’auxiliaire disposait les balles et estimait les ajustements de visé à faire. Soudain son esprit reçu comme une sorte de message lointain, un appel. Ce n’était pas la première fois qu’il ressentait cela, mais il avait toujours mit ça sur son envie de retrouver Thais. Mais ce coup-ci il entendit son nom, son vrai nom… Thirit de Syl… Syl..Syl.. SaYoLe. Alors qu’il était allongé et venait tout juste d’épauler son arme et qu’il voyait les Ghosts approcher de la maison dans son viseur, il projeta son esprit vers la source qui était toute trouvé.

Thais ?


C’est alors qu’un flot lui percuta l’esprit. Des images, ce qui venait de se passer, des morceaux de vie, la douleur, le sentiment étrange qu’elle éprouvait en entendant son vrai nom, le visage terrifiant du cyborg qui lui faisait face, les excuses qu’elle lui envoyait. Beaucoup trop d’information traversaient les pensées de la jeune femme, rendu rapide par l’adrénaline et la peur, et brouillonne par la douleur qui la terrassait. Imaginez voir défiler tout cela en moins d’une seconde sous vos yeux. Bien qu’il ne le savait pas, heureusement pour eux, cette double conscience dans l’esprit de la jeune femme brouillait le codage qu’envoyait la puce, rendant illisible les informations qu’elle extrayait.

Thais calmes toi…


Il lui renvoya alors des images à son tour, des images innombrable de moment d’intimité qu’ils avaient passé, de tendre contacte sous les draps, de moment simple de la vie, de moment où il était venue à son secoure, des regards, même des images de scène qui n’avaient jamais eu lieux, lui donnait l’impression qu’il était dans la pièce et qu’il l’enveloppait de ses bras. Cette quantité d’information prenait le pas sur tout, lui effaçant même cette douleur qui la traversait.

C’est alors qu’il sentit ce sentiment de répulsion, de panique. Elle était trop confuse, trop pressé, il ne parvenait pas à tout comprendre. Elle voulait en finir pour le protéger ? Lorsqu’il arriva à comprendre cette pensée, une colère noire le saisit tant et si bien que même ses muscles se crispèrent en réponse à cette commande mentale. Il lui renvoya tous les signes d’opposition qu’il avait en réserve, tous les moments où il s’était opposé à elle. Un immense non mental en some. Il vit alors qu’elle changeait d’avis, il vit son plan, bien que partiellement. Il l’abandonna alors, se concentrant sur la présence face à elle.

C’était étrange, il ne pouvait rien y lire, seulement y voir une forte volonté. Trop de donné voyageait, certaines mêmes en code tels que des ordinateurs. Il se lança alors ? Une phrase, une phrase simple


C’est moi que tu cherches ?


Il put sentir le trouble de ce cyborg lors de sa prise de contact. Il espérait que sa seconde prendrai cette distraction comme elle venait, l’utilisant à bon escient. Il sentit alors d’un coup un douleur, ou plutôt un flux d’information confuse, de douleur, de disfonctionnement. Elle avait réussi. SaYole s’arracha alors là voix dans le micro

Go Go go ! Intervention !


Se reconcentrant presque immédiatement, il rentra de nouveau dans l’esprit de Logan et lui envoya alors un flot d’information confuses, des voix, des illusions comme si la terre se fendait sous lui, des explosions. Tout ce qu’il pouvait et trouvait pour le déstabiliser pour laisser à Thais une chance. Dans le couloir, Bragg et les Ghost venaient d’entrer, armes à la main, boucler anti-projectile en protection, tel une unité d’intervention de la police. Ils se saisirent de Thais et la soulevèrent. Bragg usa de sa force pour la tenir dans ses bras. C’est à ce moment que SaYoLe se sentit expulser de la conscience de Logan, revenant à la réalité en rouvrant les yeux.

Son cœur battait à tout rompre, l’adrénaline coulait dans ses veines. Il observa dans son viseur la batisse dans laquelle tout se déroulait. Des grésillements dans son oreillette lui indiquèrent que des coups de feu étaient échanger. Le bruit distinct laissait clairement comprendre que les fusils à pompes et armes lourdes étaient de sortit.

Il vit alors le groupe de 6 hommes sortir par la porte principale en courant et en tirant derrière eux. Bragg avait Thais, c’était le principale. Ce fut alors que le cyborg fit son entrée en scène. Il sortit et de son bras tira sur ses cibles. Bragg fut touché à l’épaule et s’écroula au sol.


Faust ! Tir de couverture ! On ne laisse personne derrière !


C’est alors qu’un deluge de feu s’abattit autour et sur Logan, des projectiles solide et des lasers. Pendant ce temps, il vit des insurgées récupérer Bragg et un des Ghost inanimé alors que Faust prenait à son tour Thais contre lui pour l’emporter. SaYoLe fut ébahit de voir leur ennemis rester debout et même recommencer à tirer. Comment pouvait-il faire ça ! Ils étaient près d’une 20e à l’arroser !

Auxilière ! Les mesures !


l’homme à coté de lui sembla retrouver sa raison et commença à lui fournir les indications. Deux crans à droite, 3 en haut… 890 mètres de distance, temps de vol, 1,3 secondes. SaYole ajustait sa visé. Il arrêta sa respiration, ajuste sa cible et tira. Le contre coup le fit légèrement reculer alors que le nez de l’arme se relevait. Un nuage de poussière l’enveloppa quelques instants dans un silence de mort après le bruit énorme de la détonation. Dans son viseur, il vit l’impact sur Logan, la balle était une balle perforante, pas d’explosion, mais il vit le corps de sa cible partir en arrière sur prêt d’un mètre dans des étincelles. Sa respiration était rapide, il bougea sa visé pour observer ses hommes qui se repliaient vers le véhicule d’extraction, personne ne semblait être resté derrière. Il chercha alors à retrouver sa cible au sol. Mais elle n’était plus là. Il commença alors nerveusement à la rechercher hurlant à son auxilière :

Putin mais retrouve moi ma cible !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Dim 15 Avr - 1:28
Une étrange sensation parcourus en un instant mon corps.. Mes yeux restèrent figés sur le sol, essayant de comprendre d'où ce qu'il venait de se passer.. cette sensation. Mon torse se bomba légèrement comme sous l'effet d'une bombe qui aurait éclaté de l'intérieur et c'était visiblement le cas. Un de mes poumons n'était plus, je me retrouvais temporairement inactif. Mon genou se plaqua sur le sol, mon regard tourné vers Thais s'abandonna aux dalles recouvertes de sang de la salle. Etais-je en train de souffrir.. étais-je surpris de ce que j'étais encore ? J'hésitais.. Par-dessus cette affront, venait se mêler un sentiment qu'un dieu ne se voudrait d'avoir, l'échec, mourir. La voix d'Anna raisonna dans ma tête, le visage souriant de mes parents également.. De quel sortilège étais-je victime ? Je sentais un flot de colère grandir en moi, repoussant ce sentiment par la force de ma volonté. Ma famille.. ils n'étaient plus, un humain venait de bafouer leurs âmes et je ne pourrais le tolérer. Fort ils se croyaient, Invincible j'étais et ma réponse serait immédiate.

Me relevant rapidement, mon bras gauche pris la forme d'une arme à feu. Conviction et désire de rendre la justice nourrissait mon esprit, un esprit engrangé par la haine de toute une vie. Et cette haine s'abattrait sur eux. Des pas retentirent dans le couloir, une poignée d'hommes prêt à venir en aide à Thais s'offrirent à mon champ de vision. Précision et doigté, leurs balles ne m'évitèrent que peu de fois, pénétrant et s'enfonçant dans ma peau synthétique, en causant des traînés de sang. Je ne répliquais pas à leurs assauts. La souffrance serait immédiate et la mort arriverait plus vite que l'on pourrait le croire. Ma justice était en marche, tous mourront, le procès de cette genèse serait inéluctable. Les humains reculaient pensant pouvoir éviter la confrontation directe et s'esquiver au jugement qui leur était réservé. Je n'avais plus que faire de Thais à présent, elle m'avait apporté bien plus que ce à quoi je m'étais attendu, sa collaboration avait causé la perte des siens et même si une infime partie d'entre eux s'en sortiraient aujourd'hui, je ne tarderai à les rattraper.

Une étrange lueur parcourut mon visage et lorsque mes pieds franchirent le jardin du sanctuaire, une pluie de plomb s'écrasa contre mon corps. Plusieurs lasers déchirèrent, brûlèrent des parcelles de ma peau. Je n'avais que peu répliqué. Le nombre était bien trop important pour que je puisse m'attarder sur chacun d'eux, j'avais d'autres cas de conscience.. Bien que mes tirs étaient toujours très précis grâce au verrouillage dont je disposais, il ne fallait laisser a personne la chance de s'enfuir, c'était inconcevable. Ils périraient..

Sous le joug des balles, je cherchais ma cible. Celle que j'attendais, celle que j'avais vu.. pour le moment elle n'était pas là. Mes yeux se fixèrent soudainement sur un projectile plus lumineux que ceux qui me furent tirés jusqu'à présent. La dimension de la balle était impressionnante et pour le peu de temps que mon centre de donnés la décrivit, l'impact puissant me transperça intégralement. Il m'avait forcé à me reculer... Sayole m'avait forcé à en terminer avec lui. Il se confrontait à moi pensant avoir la victoire, c'était horripilant. Mon oeil droit restait braqué sur lui, la poussière qu'avait dégagé l'impact de la balle me servirait d'appuie. Les feux s'estompèrent.. La colère divine ne tarderait à s'abattre sur eux..Mais pour l'instant, étais-ce la balle ou autre chose, je ne le savais, mais mon corps ne répondit plus et s'écrasa sur le sol, des grésillements plus violent résultèrent du tire que je venais de recevoir dans la poitrine tandis que mon système essayait de corriger les disfonctionnements causés mon regard plongea dans la vide. Pourquoi s'opposaient-il à moi ? Un dieu.. il ne comprenait rien et Thirit de Syl payerait pour l'affront qu'il venait de commettre. Je sentis comme une brûlure intérieur en train de me ronger, le poumon éclaté n'aidait en rien mon corps à se remettre. Mais au bout de quelques minutes, la rage grandissante et la volonté de fer dont je disposais me permirent de me relever. Me dégageant de mes habits, mon corps nue se redressa dans le nuage. Une forte pulsion dégagea le flot de balles enfouit dans ma chair, les troues disparurent remettant en place l'aspect d'une peau net et propre, et même si mon système semblait endommager, je ne prendrais le répit nécessaire qu'après avoir rendu mon jugement. Mon bras droit refusait toujours de répondre ainsi que mon oeil droit. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'ils ne se remettent, mais je ne devais plus laisser aux humains le temps d'attaquer.

Des filaments bleutés parcourent mon corps, tous rejoignant le bout de mon bras gauche. Une sombre énergie se dégagea. Ils couraient, pensant avoir réussi leur mission et leur survie.. erreur. Le canon de mon bras gauche rayonna de plus en plus de la même couleur bleuté qui venait de parcourir mon corps nue.

    "Ceux qui ne connaissent pas la souffrance ne peuvent pas désirer la véritable paix"


Une série de grésillements se prolongea, le projectile fut tirée en direction des troupes qui se retiraient. S'immobilisant dans les airs au milieu de la grande rue, un bang sonore suivi d'un flash brutal annonça la fin. Une arme perturbant toute électronique, mais une arme avant tout sonique qui n'avait pas pour but de tuer directement, mais de produire des dommages conséquents à toutes infrastructures et déstabilisant également les sens de l'être humain, à double tranchant donc. Les murs des bâtisses s'affaissaient, se fissuraient, les batîments s'écroulèrent.. le jugement de dieu était sans merci.. Les décombres s'écrasèrent sur le chemin des hommes se repliant, provoquant une série d'éboulement difficile à esquiver, percutant et me permettant de prendre en chasse le Commendant du Nemesis, toujours dans ma vision.

Mes convictions étaient grandes et inébranlables, mes pieds nues écrasaient le sol, mon dos se griffait aux parois pointues des décombres, mes jambes furent également lacérés sur le chemin. Passant par-dessus rochers et autres hommes voués à périr, os brisées, j'accentuais ma vitesse pour atteindre rapidement le "batiment du Commendant". Un nuage de poussière c'était abattu dans ce cratère. Ne cessant ma poursuite, mon bras pris l'apparence d'une griffe.. Il comprendrait la souffrance, celle que j'avais subit, car tel était ma volonté, faire subir.. L'ascension fut rapide et mes prises précises.

    "C'est moi que tu cherches ?"


Enfin je me présentais devant celui qui se voulait être le chef de ces hommes, le chef de ces âmes voués à disparaîtres. Il me répugnait. J'ancrais mon regard dans le siens, lui montrant la ferme intention que je ne le laisserais pas partir, pas de cette façon du moins.

    "Ta tentative est odieuse est dérisoire.. tu es bien placé pour le savoir.. Tu es imbus de ton propre pouvoir.. tu veux régner sur le monde, cela se lit sur ton visage et je n'ai pas besoin de don pour le voir.. En venant ici avec tes hommes, tu veux t'imposer en en maître, défiant la paix elle-même, celui qui la mettra en oeuvre... la paix.. mais des gens comme toi qui s'oppose ouvertement aux justes ne peuvent mériter la vie, des gens comme toi ne peuvent mériter la paix.. L'amour que tu es venu chercher ici va s'éteindre, c'est inévitable.. tu vas souffir pour ma genèse"


L'homme à côté de lui, semblait tout faire pour cacher sa frustration, il ne devait pas courber l'échine face à ceux qu'eux appelaient " ennemi", devant son Capitaine, se serait mal vu. Une pointe lui transperça la gorge et se retira aussitôt. Son capitaine de bougeait pas, ne lâchait pas du regard le miens, un filet de sang fut projeté sur son visage. Il voulait se montrer preux alors qu'il venait d'envoyer ses hommes à la mort pour une fille envers qui il témoignait de l'amour.

    "Ceux qui tuent seront tués à leurs tours dans l'engrenage infernale de la haine.. Thirit de Syl, ta vie ne t'appartient plus désormais.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 19220

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Dim 15 Avr - 22:12
Alors qu’il cherchait encore frénétiquement sa cible dans son viseur, son pointeur fut attiré par une source de lumière. Un sorte de tir, mais beaucoup trop lent pour sembler menaçant. Soudain tout explosa. Son canon se releva alors qu’il sortait l’œil de son viseur, éblouit par cette aura subit de lumière. Même à cette distance et à l’œil nue, il avait pu voir l’explosion et la fumé que tout ce chambardement venait de soulever. Alors qu’il posa de nouveau son œil dans le viseur, il put voir les bâtiments s’écrouler comme des châteaux de cartes, dégageant encore et encore de la poussière, bloquant tout le champ de vision possible et imaginable.
Nerveux sur ce qu’il venait d’arriver à ses hommes, il cherchait frénétiquement un mouvement dans la brume. Il usa alors de son micro


Bragg ?! Tu me reçois ? Faut ?!


Seul un long grésillement lui fit écos. Visiblement les systèmes de communication sur place étaient mort. Il se concentra alors, entrant dans la tête du chef de l’unité d’assaut du Nemesis.

Faust, c’est moi. On passé au plan B. Tout le monde se remplit.


Comme pour toute mission jamais rien ne se passait comme prévu. Le but des officiers étaient alors d’organise la mise en place de plusieurs plans possible qui seraient à mettre en place suivant les scénarios. Il sentit une succession d’image, voyant de la poussière et des décombres. Il était vivant, et avait donc reçu le message. Il se redressa alors, s’adressant à son auxilière.

On remballe ! Il vaut mieux ne pas s’attarder ici.


Alors il entreprit de ranger son arme, la démontant méticuleusement. Le plan de secours qu’il venait de soumettre donnant l’ordre à chaque section de rejoindre un point de retrait donné en un temps donné. Tout retardataire serait abandonné sur place. Alors qu’il finissait de ranger son arme dans le sac, un bruit leur fit à tous les deux tourner la tête. Logan venait d’apparaitre sur le bord du toit. Il se redressa, entièrement nue, la peau immaculée. Néanmoins il avait vu qu’il avait du mal avec l’un de ses bras, la dernière phase de l’ascension le lui avait révéler, tout comme une marque montrait clairement que sa balle avait fait des dégâts. Au moins il n’était pas invulnérable… Il l’interpela, le prenant à partit.

Le discourt qu’il prononça ne le fit pas sciller. Comme il avait pu le déduire de l’esprit de Thais, il se prenait pour un dieu, ou la main divine. Mais sa dernière phrase le fit tiquer bien que son visage restait impassible. Venue chercher son amour ? Ce n’était peut-être pas le terme exacte, mais il venait de mettre en avant sa connaissance de la relation et des liens qui les unissaient, quelques choses qu’il ne pouvait avoir entendu de la bouche de la jeune femme, et encore moins vu ou eut vent… Il n’eut pas le temps de continuer dans sa réflexion, le bras de l’homme se changea dans un pic qui vint se figer dans l’auxiliaire qui était resté bravement avec lui, comme on pouvait l’attendre d’un membre de la section d’assaut. Du sang lui gicla au visage sans qu’il ne bouge, s’il voulait le tuer si rapidement, il aurait déjà tenté quelques choses… Il reprit alors la parole, lâchant une menace sourde et précise.

Il n’avait pas beaucoup d’issues. La seule arme qui était capable de lui faire des dommages était démonté, et de toute manière bien trop lourde pour être manœuvrée comme un fusil classique. Il devait gagner un peu de temps alors qu’il se cherchait une issue. Histoire de l’entrainer dans son terrain, c’est dans l’esprit du cyborg qu’il vint lui adresser sa réponse.


Comme il est étrange de s’entendre appeler par un nom qui n’a pas été prononcer depuis bien des années. Oui, ma vie ne m’appartient plus. Mais c’est le cas depuis bien des années…


Il raffermit doucement la prise sur son sac. Son esprit tournait à tout va, cherchant ses possibilités, son moyen de fuir… Le véhicule qui l’avait amené était en bas, il fallait pouvoir l’atteindre…

Mais tu n’es pas la paix, et encore moins un dieu. Comme tout être de ce monde, tu es mortel et vulnérable, comme ma balle l’à démontrer. Tu es faillible comme la fuite de ta captive le prouve…

Oui, ma vie ne m’appartient plus, et ma mort est programmé. Manque de chance pour toi, j’ai déjà choisit le moment de ma mort, et ce n’est pas aujourd’hui.


Alors même qu’il venait de finir de s’adresser à lui, une grenade tomba au sol, il venait de la lacher. Un bang sonore et lumineux les sépara, une grenade flash, fait pour aveugler et déstabiliser les cibles. SaYoLe qui s’y attendait avait pu fermer les yeux, mais le choc tout comme le son l’avait mis à mal. Il profita de l’instant pour se laisser tomber en arrière alors qu’une seconde grenade, ce coup si explosive tombait au pied de Logan. La chute avait été lourd, mais par réflex il se retourna pour se relever et courut sans demander son reste vers la porte qui donnait sur l’escalier. Sa combinaison de combat lui avait évité le pire, mais la douleur était belle et bien là.

Il espérait que le souffle avait pu faire dégringoler son adversaire du toit, mais n’avait pas pris le temps d’y jeter un coup d’œil. Son sac encore sur l’épaule, et défonça la porte sans y accorder d’importance et dégringola les marches à une vitesse folle, s’aidant de la rambarde pour effectuer les virages et sautant bien souvent les dernières marches. Il fallait absolument qu’il atteigne le véhicule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Masculin Métier : Agent et Bourreau de l'Aera Center
Caractère : Froid

Messages : 30
Billets : 20220

Carnet de Bord
✦ Don:
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
○ Mauvais présage ○
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mar 17 Avr - 0:48
Il était perspicace et semblait ne pas avoir pris totalement conscience de l'être qui se trouvait en face de lui. IL avait joué avec des sentiments qui n'était pas les siens, des sentiments que je n'avais depuis ma mort, jamais eu. Ils m'avaient montré ceux qui furent les plus chères à mon existence, ceux que je ne reverrais plus. Tous balayer par les membres de sa race. Et pour cette raison, son châtiment serait beaucoup plus exemplaire que je n'aurais pu l'infliger à un autre humain. Il souffrirait, longtemps.. le divin jugement aurait raison de lui. Il gardait la tête haute malgré le cadavre de son ami, de son frère d'arme et ne se sentait nullement atteint par sa perte ou au contraire, étais-ce du sang froid. Dans tous les cas, comment peut-on être ainsi ? Pour ne pas exprimer la souffrance que l'on ressent lorsqu'on perd un ami, un être cher ? Il me répugnait de plus en plus.. Je l'écoutais déblatérer. Il se pensait victorieux d'être parvenu à me toucher, une faille, voilà comment il l'appelait. On n'est faillible qu'au moment ou la mort nous guette.. ce n'était pas le cas.

Il ne comptait pas mourir ici, mais ce n'est pas lui qui déciderait de son sort, sa vie ne lui appartenait plus désormais, mais il croyais meilleur comme façon de s'en sortir, de lutter.
Il n'était plus rien, visiblement il n'était même plus le roi sur l'échiquier, il avait été écarté de la partie bien avant que celle-ci ne débute. Son tir de tout à l'heure aurait pu être plus décisif et aurait pu me maintenir à l'écart mais il y avait erreur dans ses pronostics. Un objet rebondit lourdement sur le sol en 3 petits sons répétitifs et semblables et une lueur aveuglante survint subitement. Ce tour de débutant n'aurait aucune prise sur moi, aucun prise sur un être robotique, sur un dieu. Mon verrouillage le décrivit parfaitement, sa silhouette s'écrasa sur le sol. Faisant quelques pas pour me saisir de son existence, un second objet de même dimension que le précédent et que je n'avais perçus se trouvait devant mes pieds, une grenade. Scrutant rapidement l'objet, un air désolant s'afficha sur mon visage avant que celui-ci ne se replonge dans celui du militaire. La bombe éclata, et le choc fut plus percutant que je ne l'aurais soupçonné. Mon corps fut propulsé par delà les limites du toit et s'écrasa violemment sur le sol, provoquant un petit nuage de poussière. Mon corps grésilla pendant plusieurs secondes sous le violent choc, c'était la deuxième fois qu'il se confrontait à moi et la colère grandissait de plus en plus

Ma peau tailladé et ensanglanté avait du mal à se régénérer ce qui voulait dire que le système général en lui-même semblait endommagé. Mon bras gauche restait toutefois opérationnelle. Je restais couché, tournant seulement la tête vers le bâtiment. L'aura rouge descendait rapidement les escaliers il serait surpris de voir que je me trouvais là, que son bourreau serait là pour l'accueillir. Le véhicule qu'il comptait prendre pour s'enfuir fut détruit avant même que je ne me sois relever. L'énergie destructrice de mon tir l'avait rendu inutilisable.

Mon corps craquait lorsque je me relevais, l'impact puissant de la bombe devait y être pour beaucoup. Marchant lentement pour remettre pour cops dans de bonne disposition, en essayant,, je me plaçais devant la porte, devant celle qu'il ne tarderait à passer. Impatient de réduire son existence à néant, le bout des doigts de ma main gauche se transformèrent chacun en pointes. Sorte de miniature de mon bras gauche et lorsque la porte se fracassa, laissant apparaitre le commandant du Némésis, les pointes se prolongèrent et s'attaquèrent a leur proie qui parvint à les esquiver au début, mais elles finirent vite par le rattraper et transpercèrent sa chair en se logeant dans le mur derrière de façon à l'immobiliser totalement. Une pointe dans l'épaule droite, une dans l'épaule gauche, une dans la cuisse gauche et une dans la cuisse droite. La précision était chirurgicale malgré que ses points vitaux ne soient pas visé. Il souffrirait de la douleur, mais ne mourrait pas. C'était tout de même un élément bien trop précieux pour mon entreprise et si maintenant il croyait pouvoir trouver une feinte et bien je l'attendais impatiemment. Le bout de mon cinquième doigt dansait sur son visage en le lui entaillant légèrement.

    "On ne choisit pas le moment de sa mort.. seul les dieux choisissent du destin de chacun et le tiens est entre mes doigts. Tu es un pion beaucoup plus précieux que Thais qui est condamné elle.. Tu vas répondre à mes questions après quoi, je déciderais de ton sort.."


Mais je savais tout comme sa camarade que j'avais interrogé tout à l'heure qu'il ne répondrait, c'était peine perdu. Il avait le même visage qu'elle, ambitieux, prêt à défendre la cause qui lui est la plus cher, ou la seconde. Les humains se ressemblaient tous, les mêmes sans nouveauté apparente. Ce comportement patriotique les mèneraient à leur propre perte, leur destin était tout tracé, ils finiraient tous par disparaitre dans ce qu'ils avaient nourrit et mis au monde, la mort et la souffrance. Il n'y aurait aucun échappatoire possible pour cette race..

    " Vous vous savez menacer d'extinction alors vous luttez, pillez, détruisez le monde, son existence et ses vestiges dans l'espoir qu'il se fit à vous, vous reconnaisse.. vous vous croyez investis d'une mission de grande envergure, envers le monde, mais surtout envers vous et vous vous complaisez dans l'insouciance et la frivolité de vos actes, vous ne cherchez qu'a échappé à l'échéance de la mort et pourtant elle est là, le vrai destin des personnes comme vous. Ll'homme est une existence qui n'a jamais mûri, il est cupide et cherche à asservir et il fut un temps où il était libre de disposer du monde à sa façon.. mais ce temps, touche à sa fin Thirit. Je serais la paix, le Dieu qui viendra rétablir l'ordre.. , je vais t'emmener avec moi et tu me diras alors tout ce que je veux savoir.."


Il était temps.. je commençais lentement à m'avançer vers lui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 19220

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mar 17 Avr - 14:52
Sa respiration était rapide alors qu’il dévalait les escaliers, lâchant des jurons lorsqu’il manquait de glisser sur le bord d’une marche. Son sac était lourd, mais il était hors de question qu’il abandonne son joujou sur place. Premièrement pour sa valeur sentimentale, pour l’investissement qu’un tel matériel sans compter les heures de personnalisation, et enfin parce que c’était la seule arme qui semblait utile contre ce genre d’ennemis. Sa respiration était régulière mais rapide, l’immeuble était haut et l’adrénaline n’arrangeait rien à la chose.

Continuant sa descente vertigineuse, il tendit l’oreille derrière lui. Visiblement ce monstre ne le suivait pas, c’était déjà ça de gagner, même s’il trouvait ça encore plus terrifiant dans un certains sens. Il usa de son micro.


Larkin ! Tu me reçois ?


Un écos lointain lui répondit. La réception était mauvaise entre tant d’épaisseur de béton. Mais il pria pour que son officier puisse l’entendre.

Le plan est tomber à l’eau. On se replie tous. Rejoins le reste de la troupe, leur radio sont foutu, supervise le replit. J’ai perdu mon auxiliaire, je suis poursuivi, je reprends contacts dès que j’ai semé mon adversaire.


Il ne savait pas si le message était bien passer, mais il l’espérait. Bragg avait été touché, il l’avait vu, et ne pouvait pas savoir comment il allait. Il préférait avoir un de ses officiers dans le groupe, qui serait plus rapide à comprendre ses intentions afin de le seconder. Il arriva enfin au dernier étage, sautant les dernières marches pour arriver dans le hall. Il prit son inspiration et défonça la porte d’un coup de pied, presser de retrouver son speeder et de mettre le plus de distance entre lui et Logan. Quelle ne fit pas sa surprise de se retrouver en face de ce cyborg nue à peine la porte franchit. Il l’attaqua. Il arriva à esquiver la première attaque plus par réflexe qu’autre chose, déviant une pointe de son avant-bras. Mais il se retrouva une seconde après cloué littéralement au mur. Il lâcha un râle de douleur alors que les pointes venaient de percer ses deux épaules et ses deux jambes. Son sac tomba à ses pieds lourdement dans un bruit de métal. Ses mains venaient de saisir fermement les pointes qui transperçaient ses épaules. La douleur était belle et bien présente, mais il pouvait bouger ses membres, ce qui voulait dire que rien de grave n’avait été touché. Alors que ses yeux fixaient son adversaire, il bougea les pieds dans une grimace. Même topo. Au moins il n’était pas immobilisé pour de bon. Il recula son visage devant le 5e pics qui venait danser devant son visage, lui entamant sa joue qui vit glisser le long de sa peau de fines perles de sang.

Il recommença, parler de paix, de dieux. Il parlait de Thais qui était condamné. Il se trompait. A l’heure qu’il était, elle était évacuée… Répondre à ses questions ? Il pouvait toujours courir… Il l’appela encore par son vrai nom, ce qui une nouvelle fois sonna de manière étrange à son oreille. Son regard était déterminer alors qu’il avança son visage, faisant figer la pointe libre sur la base de son front, l’entaillant légèrement. Il avait trop mal pour pouvoir se concentrer et lire de nouveau dans l’esprit de son interlocuteur. Il ne gaspilla même pas son énergie à lui parler de nouveau dans sa tête.


Tu crois tout savoir ? Tu penses pouvoir apporter la paix ? Mais n’oublie pas une chose, je peux lire en toi comme dans un livre ouvert… Je sais qui tu es, ce que tu es et à quoi tu penses… Et tu ne sera jamais cette paix


Le cyborg venait à sa rencontre. Il grimaça et d’un coup lâcha le pic pour se saisir de son arme et effectua plusieurs tirs à bout pourtant. Son bolter tirait des projectiles solides assez imposants pour déséquilibrer son adversaire, les tirs se relevèrent pour le frapper en pleine tête. Profitant de son moment, il tira de toutes ses forces sur les pics alors après avoir lâché son arme. Il arriva à s’en extraire dans un cri de douleur. Mais au lieu de tenter de fuir, il dégaina son couteau et sauta sur son adversaire, le faisant tomber à la renverse. Il avait vu que son bras était inutilisable, et comptait s’en servir. Il écarte les griffes alors que son couteau venait de planter dans l’œil gauche de sa victime dans un bruit métallique. Le manque de force à cause de ses blessures et la résistance du métal fut que la lame ne s’enfonça que de peu, mais suffisamment pour détruire l’optique, du moins il l’espérait. Il se dégagea alors mais reçu des pics dans tout son bras gauche lui arrachant un cris de douleur alors qu’il tombait à côté de sa victime. Il était sûr d’avoir senti son os se briser. De son bras valide il lâcha son Logan l’un de ses deux dernières grenades et roula sur le côté pour se soustraire à l’explosion qui l’envoya tout de même riper à 4 bon mètres de là. Il se remit sur le dos pour observer sa victime fumante, essayant de remettre de l’ordre sur ses pensées. Il ne pouvait pas se permettre de reprendre son arme ni même son sniper. Péniblement, il se remit debout. Sa combinaison lui permettait de supporter son poids malgré l’horrible douleur de ses jambes. Il pouvait bouger, mais ne pourrait pas marcher bien longtemps.

Son speeder était en flamme. Il jura il commença à s’éloigner de la zone en tenant son bras meurtrie. Il se demanda un instant si la médecine aurait de quoi le remettre en état. Il commença à courir, ou plutôt à trottiner vers les petites ruelles qu’il avait dans son champs de vision, espérant le semer dans la foule, doutant fortement que son attaque l’arrêterai, pas après tout ce qu’il avait vu.

Combien de temps il pouvait tenir ? Il n’en avait aucune idée. Il se retrouva dans une ruelle ou quelques passants le regardaient d’un air interloqué, attiré par les bruits des précédents échanges de feu et des explosions. Il traversa la foule, se rattrapant de temps en temps d’une main sanglante sur des passants. Il activa de nouveau son micro


Larkin ! J’ai besoin d’un issue de secour, je suis désarmer et à pied. Je pourrai pas tenir longtemps !


Il continua d’avancer, le soufflé court et le visage crispé par la douleur. Bientôt ses forces le lâcherait. Il espérait qu’il avait bien reçu le message et qu’il avait déjà rejoins les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mar 17 Avr - 22:17
L’unité d’assaut devait être, à la base, une sorte de plan B. Une seconde chance après que les Ghost de l’Aurora serait entré en action. Après être parvenu jusqu’à l’emplacement indiqué, l’unité d’assaut se tenait prête. Faust fit s’éloigner les véhicules, ne sachant pas à quoi s’attendre. Quelques snipers postés de-ci de-là, braquant leur viseur sur la porte de la bâtisse. Faust, vêtu de son armure, était accompagné de ses hommes, Zack à sa gauche. Ils étaient placés un peu à l’écart de l’action, et Faust observait de loin, les bras croisés alors qu’il passait en revue ses rangs.

Plus loin, l’action commença, les Ghost pénétrèrent dans la bâtisse rapidement. Ils n’avaient plus qu’à attendre à présent. Faust était quelque peu tendu, il n’aimait pas les mission où il avait connaissance de si peu de chose. Il ne fallait pas compté sur lui pour adresser le moindre mot à ses hommes. Mais voilà que rapidement les Ghost quittèrent le bâtiment, visiblement poursuivit et en difficulté. Le Capitaine de la section reçu alors des instructions de la part de son Commandant, ordres qu’ils retransmit à ses propres hommes d’une voix forte.

« On avance ! Tir de couverture ! »


Ses hommes, en ligne, avancèrent dans le même rythme alors qu’il firent gronder leurs fusils d’assaut. Les quelques hommes à l’arrière tiraient également alors qu’ils se déplaçaient vers les blesser, Faust avec eux. Ils s’occupèrent alors de porter les blesser alors que Faust récupéra Thais. Et pourtant, il constata que l’ennemi ne tombait pas et loin de là. Il vit ses hommes tomber tour à tour. Mais l’action s’arrêta net après que Sayole y ai mit son grain de sel, projetant le cyborg plus loin.

« On bouge !!! »


Faust et ses hommes profitèrent de ce court répit pour récupérer les blesser et s’éloigner de l’action, se dirigeant vers le véhicule d'extraction. Mais c’est alors que tout ces hommes essuyèrent un attaque dévastatrice qui fit s’écrouler leur environnement. L’instinct de Faust voulu qu’il se replia sur lui même, au dessus de Thais pour avant tout la protéger. Quelques instants plus tard, il se défit des quelques décombres qui étaient venus de soler sur lui. Se relevant, il observait ses hommes se relever, ou non d’ailleurs. Encore des pertes. Il n’allait pas l’accepter longtemps. Mais malheureusement pour lui, son rôle aujourd’hui était simplement de devoir sauver Thais, qu’il tenait fermement dans ses bras. Faust regarda rapidement derrière lui, alors que le cyborg avait quitté son ancien emplacement. Attendant quelques instants, ils ne semblèrent plus recevoir d’attaque. Il ordonna alors à ses hommes valides de récupérer blessés et mort, si il y en avait. Indiquant alors le véhicule, le Capitaine leur cria de reprendre la route. Leur marche était fortement ralentis par les blessés mais ils tenaient bon.

Le capitaine entendit alors un écho dans son esprit, entendant la voix de son Commandant lui ordonnant de mettre en place le plan B.

« Plan B ! On se replis !!! »


Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent enfin au point d’extraction. Mais visiblement, les véhicules avaient été quelques peu endommagés eux aussi. L’une des escortes était HS, ne se trouvant pas assez loin de l’éboulement. La deuxième et le véhicule d’extraction étaient eux, toujours en état de marche. Les hommes se replièrent alors dans celui-ci, alors que certains pénétrèrent dans l’escorte.

Après avoir placé soigneusement Thais, il ressortit de véhicule afin de superviser le reste de l’opération. De loin, il observa Larkin venant les rejoindre, visiblement pour leur apporter la radio dont il manquait. Il le remercia et continua à diriger ses hommes, s’installant tour à tour dans le véhicule. Les ordres étaient clairs, et les exécutions rapides. Les blessés étaient placés soigneusement alors qu’ils étaient entouré par les hommes valides. Faust entra une dernière fois dans le véhicule, observant ses hommes mais surtout, constatant ses pertes. Elle n’étaient pas énorme, mais cela ne leur arrivaient guère souvent d’essuyer de tels dégâts, et il pouvait lire la déception sur le visage de ses soldats.

Il laissa Zack rester parmi eux, leur ordonnant de se replier le plus vite possible, en s’assurant de bon état de blesser. Il accorda le commandement à son second alors qu’il allait lui, rejoindre les hommes dans l’escorte, Larkin avec lui. C’est alors qu’un appel radio de Sayole vint perturber le bon déroulement de ce fameux plan B. Décidément, rien n’allait aujourd’hui. Faust ordonna alors à l’escorte de rejoindre la position de Sayole alors qu’il attrapa la radio de Larkin pour entrer en contact avec le véhicule d’extraction.

« Zack, replier vous rapidement, et ordonne à l’équipe médicale de se tenir prête à réceptionner. Le commandant est en mauvaise posture. »


Sans un mot de plus, il rompit la communication, et reprit celle avec Sayole.

« On a besoin de votre position ! »


Après une réponse brève et d’une voix faible, Faust ordonna d’accélérer le mouvement jusqu’à la position indiquée. Malheureusement, il se trouvait dans un espace piétons, l’escorte se devait donc de s’arrêter à un endroit sûr, mais assez prêt. Une fois cela fait, Faust prit deux hommes avec lui, rejoignant Sayole. Ils arrivèrent en courant face à lui, alors que la Capitaine aperçu au loin le cyborg nu, qui poursuivait Sayole.

« Aidez le ! On dégage !!! »


Les deux hommes prirent Sayole contre eux, le tenant dans le dos et sous les épaules. Faust se plaça derrière eux, faisant face à Logan au loin, alors qu’il emboitait le pas en reculant. Ils avancèrent tous les trois, prenant le chemin inverse alors que Logan s’approchait lui aussi. La foule s’éloignait à sa venue alors que Faust se s’arma de son N7 Valkyrie, tirant du le cyborg une salve de de balles. Reculant toujours, Faust observait la progression constante de Logan. Ils étaient une fois de plus ralentis, et ils leur restait encore une certaine distance à parcourir avant de rejoindre le véhicule.

Faust continuait à tirer, regardant furtivement en arrière pour constater que le véhicule était proche. Il fixa ensuite Logan intensément, avant de lever sa main et claquer des doigts. Usant à ce moment de son don, il fit exploser la jambe du cyborg, dispersant la matière dans une court instant. Après quoi il rengaina son arme et se tourna vers les trois hommes, profitant de ce répit.

« Allez on se bouge !! »


Il se mit à courir vers eux, remplaçant celui de droite pour soutenir à son tour Sayole. Il accéléra alors le mouvement et arriva rapidement jusqu’au véhicule ou il plaça le Commandant, ordonnant de quitter la zone. Prenant la fuite, les canons fusillèrent Logan, mais rapidement, le véhicule disparu au loin. Il reprirent alors le chemin du Sanctum, apercevant loin devant eux le véhicule d’extraction qui allait bientôt arriver. Faust reprit la communication avec Zack.

« On est derrière, gardez votre vitesse. »


Ils allaient bientôt tous rentrer, enfin. Il ouvrit la communication avec le Sanctum qu’il aperçu au loin.

« Abaissez la passerelle, on arrive. On a beaucoup de blesser alors tenez vous prêt. »


Il pu voir son ordre exécuté alors que la passerelle s’abaissait, laissant entrer le premier véhicule.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sayole
avatar

Messages : 78
Billets : 19220

Carnet de Bord
✦ Don: Télépathie
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
Commandant du Némésis
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mer 18 Avr - 14:04
Sa demarche était mal assure, et son visage laissait largement transparaitre sa douleur et ses efforts via la grimace qu’il affichait. Sur son passage, les gens s’écartaient. Il pouvait sentir le sang et la transpiration couler le long de sa peau. Ses jambes lui faisaient un mal de chien, mais rien comparer à son bras qu’il tenait toujours contre lui. Seul la rage et l’adrénaline le maintenait encore debout. Il se demanda un instant s’il avait déjà été si mal en point…

C’est alors qu’il entendit une voix dans son oreillette. Sa position ? Il voulut lever son bras gauche pour voir le GPS qui était incorporé dans son avant bas, mais il ne répondit pas. Un du user de sa main valider pour relever son bras et pouvoir y lire sa position actuelle. Il hurla comme il pu dans l’oreillette sa position actuelle et la direction qu’il prenait.

Il sentait plus que voyait Logan sur ses talons. Précédé par le bruit ou les cris de la foule qui s’écartaient devant ce cyborg nu qui traversait la rue tel un fantôme terrifiant. Mais ce poursuivant se matérialisa rapidement par des tirs. Le premier laser lui rasa la tête pour venir faire exploser une vitrine, il endit même quelques bouts de verre s’écraser sur son armure. Plusieurs tirs partaient ici ou là. Cette arme était impressionnante, faisant hurler la foule qui s’éparpillait pour se mettre à l’abris. Au moins ces tirs n’avaient plus la précision chirugicale d’avant, ce qui signifiait qu’il avait bel et bien réussit à endommager l’œil de son adversaire.

A un moment donné, une déflagration eut lieu juste derrière lui, là il où se trouvait un pas avant, le propulsant en avant. Le bruit métallique de son armure sur le sol fut étouffé par un cri de souffrance alors que son bras venait de subir de plein fouet le poids de sa chute. Il crut perdre connaissance un instant, mais parvint à se redresser.
C’est à ce moment qu’il entendit, puis vit les tirs de barrage des renforts. Il se sentit soulever puis soutenue afin d’être évacuer. Il ne put visualiser correctement ce qui se passait, mais les tirs de Logan s’arrêtèrent peu de temps avant qu’ils soient proches de la voiture. Il fut hissé dedans et se reposa sur la paroi, il laissant de belles trainées de sang.

A l’abri, enfin. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas autant apprécié le confort de la protection de plusieurs centimètres de métal sordide. Comme quoi, le luxe ne se trouvait pas forcement dans la beauté des choses, mais aussi dans la protection qu’elles offraient. Il se tourna en grimaçant vers l’un de ses sauvers


Trouve moi quelques choses pour me shooter


L’homme s’exécuté et sortit une trousse de secours qu’il ouvrit pour sortir une dose de morphine. Presque immédiatement après l’injection, il souffla, heureux de voir la douleur s’estomper même si elle restait fortement présente.

Capitaine, quel est le rapport des pertes ?


Il lui répondit ce qu’il avait, c’est-à-dire qu’hormis l’aucilière qui était avec SaYoLe, tout le monde était vivant, bien que dans un état plus ou moins acceptable. SaYoLe souffla, se demandant comment ils avaient pu avoir autant de chance. D’une voix encore roque à cause de la douleur, il reprit :

Larkin a du récupérer les corps ou les survivants de la première expédition. Vois avec lui pour récuparer le corps de l’auxiliaire, on ne laisse personne derrière…


Il se retint de demander des nouvelles de Thais, même si la question lui brulait les lèvres. Il en avait déjà bien trop fait pour sa seconde… Le véhicule entra dans le Sanctum, marquant la fin de la mission. L’équipe médicale prit en charge les blessés. Lorsqu’un d’eux s’approcha de SaYole, il exigea des soins sommaires dans le véhicule et demanda même à Faust une veste. Le médecin lui expliqua qu’il avait besoin d’une opération immédiate s’il ne voulait pas perdre son bras, mais le commandant tint bon, et quelques minutes plus tard, une injection et un bandage serré, il sortit du véhicule, ses blessures caché par la veste de Faust. Il avait un rang à tenir, il ne pouvait pas se permettre de se montrer faible, ou montrer ses blessures.

Il se dirigea alors vers les blessés, étendu dans des brancards et recevant les premiers soins alors que les blocs d’opération étaient préparé. Il eut un mot pour chacun de ceux qui étaient encore réveiller, ou un geste pour ceux qui étaient sous sédatif.
Thais vu la dernière de la rangé, et son cœur se serra quand il vit l’état de lequel elle était. Elle paraissait pourtant si paisible ainsi endormit… De sa main valide, il lui adressa une douce caresse sur sa joue. Un geste de tendresse, mais qui ne choquait pas par rapport à ce qu’il avait pu faire ou dire aux autres.

Il alla ensuite parler brièvement aux membres encore valide, les remerciant pour leur efficacité et les félicitant pour avoir tenir tête à un tel ennemis. Faust était sur ses talons l’accompagnant. Il savait que l’officier pouvait comprendre ce qu’il était en train de faire. Cette petite scène était autant une volonté sinsère et garder de son passer sur l’Aurora qu’une réelle manipulation. Il alla ensuite prendre quelques secondes devant les corps recouvert de draps de ceux qui étaient mort au moment où Thais avait été capturé.

Ce n’est qu’alors qu’il entraina Faust à l’écart et lui souffla d’une voix calme alors qu’il retenait une nouvelle grimace de douleur devant son bras qui ne répondait toujours pas et que les calmants commençait à perdre de leur efficacité.


Je te remercie pour être venue me chercher et avoir pu faire évacuer Thais.
Mais tu n’es pas stupide, et tu sais très bien ce que je suis entrain de faire. J’ai besoin de ta cabine et que tu fasses venir le médecin pour qu’il s’occupe de mon bras. Fait en sorte qu’il garde sa bouche fermer, et il en va de même pour tes hommes. Je veux que personne ne soit présent, et encore moins Thais.


Il avait appris au moment de la tourner des blessés qu’elle avait appelé après lui. Il était inutile de la faire culpabilisé lors de sa convalescence. Et il était à noter qu’il ne lui avait pas dit que lui-même devait se taire, coupler à la confidence qu’il lui faisait, c’était une marque de confiance non négligeable… Il attendait maintenant qu’il le guide jusqu’à sa cabine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Féminin Métier : Mercenaire / Contrebandière
Caractère : Lunatique - Inconstante

Messages : 256
Billets : 22741

Carnet de Bord
✦ Don: Détonnation
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais] Mer 18 Avr - 16:03
Un grand claquement, vacarme qui lui parvenait assourdit, suivit de pas qui claquait sur le sol. Elle en ressentaient plus les vibrations que ne les entendaient vraiment. Des ombres dans son champ de vision se penchèrent sur elle. Elle se senti soulevé du sol, et comme par réflexe, ses doigts se resserrèrent sur le tissus à proximité, alors qu'elle tentait de redressé sa tête, bougeant ses lèvres dans un avertissement qui ne parvenait pas à les franchir. Le mouvement, engourdit, elle le sentait à peine. Les détonations lui parvenait, mais elle pris réellement conscience de la situation lors de la chute.

Le tir reçut par Braag lui avait d’abord provoqué un mouvement brusque avant qu'il ne s'écroule la laissant tombé au sol. De cela, elle n'avait perçut que la sensation de chute puis la douleur, n'essayant même pas de se relevé, alors que son visage mordait la poussière. Ses yeux ouverts lui offrait un spectacle d'ombre et de flash lumineux alors que les tirs se déclenchaient autour d'elle. Ils n'auraient pas du venir... Un visage fit son apparition proche du sien, alors que des bras l’enserraient de nouveau, la soulevant de ce sol dur ou elle avait échoué. Ce visage était connu, mais elle avait un mal fou à mettre de l'ordre dans ses pensées, Sayole? Non... Elle connaissait cette cicatrice... Elle tendis les doigts vers lui, mais son attention fut détourné par un bruit, plus puissant que les autres, et qui sembla suivit du silence.

Que faisait elle ici? Ou étaient ils? Le cyborg... Oui le cyborg... Sayole... Ses pensées avaient du mal à trouvé un fil conducteur, s'évaporant comme elles venaient sans qu'elle parvienne à les retenir, à s'y accrocher. Une nouvelle détonation, douloureuse cette fois, alors qu'elle était aveuglé. Nouvelle sensation de chute, mais cette fois ci, on ne l'avait pas lâché. Le monde tremblait... La fin? L'apocalypse? Elle l'avait souhaité, il lui semblait... Tout détruire, le cyborg... Protéger... Elle ne s'en souvenait plus. Un plan B? Quel était le plan déjà... Les rebelles... L'information... le cyborg... Il fallait qu'elle se concentre, qu'elle arrive a garder le fil de ses pensés.

On la déposa, allongé, et alors que celui qui l'avait porté jusque la se retirait, elle l'attrapa par la manche pour lui murmurer quelques mots. Il fallait protéger Sayole. Le Némésis, par conséquent, mais Sayole... Ignorant même si elle avait été compris, elle lâcha prise sans réellement résister quand il s'écarta de nouveau. Elle avait froid, elle délirait. Il fallait aller le chercher... Elle roula, mais ne réussit qu'à tombé dans le fond du véhicule se débattant vainement des mains qui la retenait. On la remis à sa place, sanglé, alors qu'un homme appuyait sur son épaule transpercer. Il lui faisait mal, s'en rendait il seulement compte? Une piqûre dans son bras et tout cela se transforma en lointain souvenir...

Un sommeil noir et sans rêve. Le sommeil du mort... Elle se réveilla à peine sur le Sanctum pour réclamé son compagnon, avant qu'on ne la sédate de nouveau. Elle avait perdu une grande quantité de sang et mieux valait qu'elle ne s'agite pas trop. Son bras était dans un sale état, tout comme le reste d’ailleurs. Mais a bord du Sanctum et en direction du Némésis... Ils étaient en sécurité pour l'heure... Tant qu'elle dormait, et tant que la puce dans sa tête ne pouvais les trahir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Genèse d'une nouvel ère [Thais]
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

 Sujets similaires

-
» Se nouvel sa yo ki enteresem- Le gouvernement veut construire une capitale moder
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Nouvel organisation du clan
» Haïti passe sous l'ère Natcom
» Voeux de nouvel an

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Zelen :: ♁ Quartiers Sombres-
 ::  :: ✦ MARS ✦ :: ♁ Zelen :: ♁ Quartiers Sombres+