Avant le départ ... [Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Avant le départ ... [Alice] Ven 24 Fév - 19:30
Salle des Vaisseaux.

Aujourd’hui était un jour de mission. Enfin, pas pour tout de suite. Certes, Faust avait reçu un ordre du Commandant mais il devait encore attendre. Il se rendit alors à la salle des vaisseaux où se tenait le Sanctum, près à partir en mission lui aussi, mais non. Patience. Une fois sur place, il rejoignit une table où généralement on disposait la carte du lieu de la mission. Quelques instant plus tard, ses hommes le rejoignirent, quelques uns autour de la table, alors que Faust permit au autres d’entrer directement dans le vaisseau.

Le Capitaine croisa les bras face à ses hommes, regardant parfois au dessus de leurs épaules pour peut-être l’apercevoir. Mais pour l’instant personne, mais elle n’allait sans doute pas tarder, juste assez pour se faire désirer.

« Capitaine, on attends quoi là ? »

La question lui paru dénuée d’une quelconque intelligence. Ce qu’ils attendaient était évident, même pour un sous-fifre qui aurait perdu une partie de son cerveau. C’est d’ailleurs les autres hommes qui le lui firent remarquer en lui donnant des coups de coudes.

« Tu files un mauvais coton mon gars. »

Entre les lèvres de Faust, cette remarque avait une allure d’avertissement. Et s’en était un, tout le monde le compris, même l’homme en question. Il baissa donc la tête, mais le Capitaine n’y fit pas trop attention, il préférait surveiller la venue de la demoiselle. En réalité, il montrait toujours une certaine indifférence à l’égard de ses hommes. Pourtant, puisque personne n’avait prit la peine d’apporter une réponse à l’homme en difficulté, il eu la bonté de répondre à sa question.

« On attends la cartographe. »

Après quoi un soupir s’aventura à sortir de la bouche de Faust. Il désigna ses hommes d’un signe de tête.

« Vous pouvez y aller, j’aurais pas besoin de vous. »

Les hommes s'exécutèrent avec un peu d’amertume, leur Capitaine avait souvent la sale manie de ne pas leur faire part des détails de la mission.
Faust sortit son paquet de cigarettes, puis en délogea une pour la porter à sa bouche. Il rangea le paquet pour ensuite l’allumer et aspirer une bouffer de fumer qu’il rejeta quelques instants plus tard.

Et il attendit ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Cartographe
Caractère : Lunatique

Messages : 121
Billets : 20223

Carnet de Bord
✦ Don: Spiritisme +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
✦ Ombre du Némésis ✦
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Sam 25 Fév - 13:58
Ce soucis de sommeil commençait réellement à emmerder Alice. Ca allait être quoi ensuite, des insomnies ? Habituée à dormir plus que les autres, s'endormir à 9h et se réveiller à 6h l'irritait au plus haut point. Elle n'arrivait plus à dormir plus et de ce fait... Eh bien non, pas de carte. Grommelant, jurant et pestant de ne pas avoir pu trouver à temps la localisation exacte de la Lune qu'elle avait visualisé en rêve, le brune se refusait pourtant à échouer. Le commandant lui avait donné jusqu'à aujourd'hui puisque l'équipe partait, Alice était parvenue à repérer la galaxie, le systême, mais pas la Lune. or il le fallait, sinon ils se feraient repérer avant d'y parvenir.

Observant l'heure afficher s'afficher, la cartographe du Némésis était pourtant certaine d'avoir le temps... Mais elle le passa à chercher une solution, et la seule qu'elle trouva l’incita à porter une combinaison aussi. Le commandant, au courant de ses soucis ne savait surement pas ce qu'elle avait en tête mais il était connu qu'Alice voulait toujours bien faire... En résultat de quoi elle déboula dans le couloir attenant le hangar du Sanctum lorsque Faust congédiait ses hommes. Il ne lui fallut alors pas plus d'une minute pour le rejoindre, courant plus qu'elle ne marchait. Lorsqu'elle releva ses yeux vers lui cette aura ocre qui l'entourait l'intimida encore une fois. Oui elle se méfiait de lui, il dégageait trop de... force. Mal utilisé, ça aurait pu être extrêmement dangereux.

- Il va falloir que je m... Mais qu'est-ce que c'est que ça ?

Murmura-t-elle en soulevant un bout de papier sur lequel était imprimé une carte. Une parfaite relique d'un temps ancien. N'ayant jamais vu de carte imprimée, elle la tourna et la retourna dans tout les sens : les données numériques seraient plus précise qu'un point là dessus. Ceci étant cette carte était celle de la galaxie qu'elle avait vue en rêve. Mais il manquait quelque chose. Bon sang, on ne leur avait même pas pointé quelle systême solaire chercher ou quoi ? Prenant la carte à l'envers, peu habituée, Alice s'y retrouvait pourtant et reposa la relique pour pointer le bon systême.

- C'est là mais je ne suis pas parvenue à en voir plus, il va falloir que je monte.

Là dessus elle l'observa sans broncher. Monter ne voulait pas dire agir avec eux, certes elle savait se servir d'une arme à présent mais ça lui donnait plus l'air d'une jeunette ayant du apprendre ce genre de choses à cause de la rudesse de la vie qu'une personne spécialisée dans ce domaine. Et de plus, si elle pouvait éviter de rencontrer des gens tout le monde savait qu'Alice ne se faisait pas prier. En l’occurrence, là soit elle y allait avec eux, soit la mission était annulée... Et Alice refusait d'annoncer à celui qui l'avait protégé de l'Aera Center qu'elle n'était pas parvenue à agir comme on l'attendait d'elle. Mais le silence se faisait et la jeune femme rajouta au cas où.

- Il faut que je me rapproche, éveillée je ne peut pas repérer la bonne lune à cette distance.

Le soucis de sommeil ne le concernant pas, la demoiselle ne voyait pas pourquoi elle lui en parlerait. Après quoi le commandant du Némésis en avait peut-être parlé à Faust mais dans tout les cas la jeune femme se dirigea vers le vaisseau de la section d'assault, semblant déjà avoir accepté cette... pseudo obligation. ca allait être bondé de monde mais vu qu'elle avait été incapable d'assumer son travail, la brune n'avait pas le choix.

- Bon tu viens ?

Bahhh oui, elle n'était pas sous ses ordres direct et le respect militaire et hiérarchique ne lui avait pas été inculqué. Du coup Alice lui parlait aussi familièrement que d'habitude, non sans se méfier de lui comme toujours. Enfin de lui... des palourdes lui faisant office de main surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperyth.forumactif.com/
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Mar 28 Fév - 12:06
Finalement, il n’attendit pas beaucoup plus longtemps. Il inspira à nouveau une légère bouffée du fumée qui traversa sa gorge avant qu’il ne la rejette en un fin trait de fumée qui se dissipa dans l’air. Il l’observa alors s’atteler à le rejoindre, d’un pas plutôt rapide. Un fin sourire se dessina sur le visage blessé du Capitaine. Et là elle commença une phrase, avant de la finir par une autre. Visiblement, elle n’était pas vraiment fan des cartes en papier. Certes, elle avait un côté un peu vieux, mais Faust avait un petit penchant pour ce côté «traditionnel» de la chose. C’est d’ailleurs pour cela qu’en la voyant si perplexe, il émit un léger rire face à sa réaction.

Plus tard, elle lui pointa du doigts le système dans lequel ils devaient se rendre. Le Capitaine se pencha quelque peu sur la carte pour en prendre connaissance, avant de faire tomber la cendre de sa cigarette sur le sol, évitant ainsi de tâcher la fameuse carte. Puis il posa son regarde sur la jeune fille en arquant un sourcil.

« Comment ça il faut que tu monte ? »

En effet, elle ne l’avait jamais habitué à pareil décision. Mais visiblement, celle)ci était du au fait qu’elle n’avait pas pu localiser parfaitement l’emplacement de la Lune à atteindre. D’après ce qu’il savait, tout ça se déroulait dans son sommeil, et si elle n’était pas parvenue à faire son travail correctement, cela revenait à dire que, en toute logique, elle n’avait pas assez dormis, ou peut-être pas assez bien. Il fronça alors les sourcils à cette idée mais ne montra pas plus la légère inquiétude qui l’habitait, aujourd’hui tout ce qui comptait c’était bien évidemment la mission, et si elle devait monter dans le Sanctum pour l’accomplir, Faust lui même n’avait pas le choix.

Elle se dirigea ensuite vers le vaisseau, et durant sa marche, le Capitaine se mit à observer la démarche de la jeune femme. Oui, il ne fallait se priver de rien, et ça ne serait certainement pas Faust qui dirait le contraire. Elle lui intima ensuite de la suivre, ce qu’il fit rapidement. En s’approchant, il aspira une dernière bouffée de fumer et laissa sa cigarette tomber au sol. Il laissa s’échapper la fumer de sa bouche de manière plus diffuse, avant d’écraser la cigarette avec son pied.

Il se dirigea ensuite vers l’entrée du vaisseau, et avant de dépasser Alice, il lui toucha spontanément les fesses à l’aide d’une petite tape, puis passa devant elle.

« C’est partis ! »

Un grand sourire illumina son visage avant qu’il n’entre dans le vaisseau, sans lui accorder un seul regard. Il traversa le vide qui séparait le Némésis du Sanctum en traversant la petite passerelle qui joignait le sol au vaisseau de Faust. Une fois s’être assuré qu’Alice soit elle aussi dans le vaisseau, il appuya sur le bouton qui rétracta la passerelle et ferma la porte du Sanctum.

Puis ils se dirigèrent vers la cabine de pilotage, traversant le couloir qui barrait le vaisseau dans la longueur. Ils croisèrent plusieurs des hommes du Capitaine, qui le saluèrent. Mais Faust lui ne perdait pas de temps à cela et traçait sa route, suivit de la cartographe. Une fois arrivé, quelques instants plus tard, Faust alluma l’hologramme d’un carte de la galaxie, où il suffisait bien évidemment de «cliquer» pour zoomer. Il pointa alors le système montré par Alice il y a peu et invita le pilote à partir ce qu’il fit sans attendre.

« Tu te dirigera vers ce système d’accord, et on t’indiquera plus tard le reste. »
« Oui Capitaine ! »

Oui, c’était une manière de procéder un peu différente des autres fois, mais ils n’avaient pas vraiment le choix. Faust porta son regard sur Alice.

« Tu fais comme chez toi, hein. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Cartographe
Caractère : Lunatique

Messages : 121
Billets : 20223

Carnet de Bord
✦ Don: Spiritisme +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
✦ Ombre du Némésis ✦
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Mar 6 Mar - 17:36
La jeune fille émit un gémissement surpris avant de se mette les mains sur les fesses, le fusillant du regard. il ne avait pas assez de la prendre pour une des potiche qu'il entrainait toujours dans son lit ? Maugréant, elle le suivit tout en ignorant les regards amusés des hommes du vaisseau. ce genre de scène devait surement les amuser mais elle non : elle en avait assez qu'on la touche toujours sans son accord. S'asseyant dans la salle de pilotage, la jeune femme s'appliqua à mettre soigneusement la ceinture de sécurité, doucement, comme une petite maniaque et observa ensuite la salle avec de grands yeux curieux. Beaucoup le savaient, Alice sortait que très peu et cela la gênait déjà beaucoup de faire prendre des risques inutiles à Faust en lui confiant... bah sa garde. certes elle savait tirer et se défendre mais elle n'était pas non plus une professionnelle. Prête à rester dans son coin et silencieuse s'il le fallait, elle observa le brun alors qu'il parlait au pilote.

Après autant d'années passé à bord la demoiselle se rendait enfin compte de ne jamais l'avoir vu travailler. Il semblait plus sérieux que d'habitudes, peut-être presque même un tantinet plus froid;.. Et pourtant son aura qu'elle ne pouvait s'empêcher de voir comme celle de toute personne était écrasante. Étant reclue de nature la cartographe détourna d'ailleurs les yeux au moment même où lui la regardait : il manquerait plus qu'il se fasse des idées.

- Oui c'est bon, merci.

L'ironie voulait qu’elle ait tout fait pour ne pas se sentir chez elle, attachée ainsi. Et quand elle d’aperçu que personne ne s'attachait : à croire que la sécurité pour eux était obsolète dans un tel vaisseau la demoiselle se détacha et s'enfonça dans le fauteuil. On ne sentait rien du démarrage mais une fois dans l'espace un léger soulèvement se fit avant que tout se régule. Alice ferma alors les yeux, essayant de se concentrer... au bout d'un quart d'heure à entendre des aller retour et gronda et le bavard entré dans la salle de pilotage pour poser un tas de question inutiles fut parcouru d'une sorte de frisson le long de son échine, de ceux qui font hurler les vieilles femmes croyant aux histoires de maison hantées. Elle pesta, ferma les yeux avant d'entendre rire et de ré-ouvrir les yeux, curieuse de comprendre. Visiblement les hommes de Faust semblaient en avoir trop vu pour faire gaffe à ce genre de choses et le nouveau se faisait charrier. Bizarrement, cela la rassura un peu... les gens qui ne fuyaient pas en voyant les effets de son don lui faisait caresser l'espoir de la laisser s'expliquer, là où d'autres ne le faisaient pas. Rassérénée elle se laissa aller dans le fauteuil... Elle devait être vraiment rassurée d'ailleurs car l'information lui vint enfin et plus ils se rapprochaient, plus elle était distincte. rouvrant des yeux don les iris semblaient avoir disparu, ne laissant que le noir de la pupille et le blanc de l’œil, la demoiselle, se leva et s'avança devant la carte, la manipulant pour se remémorer en temps et en heure ce qu’elle voyait. Elle avisa une planète, une des lunes et fit tourner la lune sur elle même, l'agrandissant de plus en plus, devenant extrêmement précise... Encore plus que Google Earth. Satisfaire, la jeune femme releva des yeux redevenus bleu-sombres sur Faust et tenta même un sourire. pas convainquant mais son sourire était là.

- c'est ici.

Par chance, Alice avait trouvé asse vite, cela leur laisserait surement le temps d'étudier un peu le terrain avant de décider comment attaquer. Mais voilà le pilote la regardait comme si elle était une revenante et son sourire s'effaça bien vite. Allons bon, elle n'allait pas s'excuser de savoir repérer de multiples âmes brisées et criantes par delà l'espace et le temps non ? S'ils voulaient reprocher à quelqu'un le monstre qu'elle était devenue, ils n'avaient qu'à voir ça avec l'Aera.

- Je me situe par rapport aux endormis, c'est eux que je parviens à repérer. Dans les centres Aera il y en a plein donc... il y a bel et bien un centre là bas ou quelque chose de comparable.

Ceci expliquait cela. Et le premier qui lui sortait qu'entre malade mentaux on se comprenait elle lui mettrait son poing dans la figure. C'était dommage, surement que sans ce don ignoble Alice aurait vite eu plus d'assurance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperyth.forumactif.com/
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Ven 23 Mar - 15:01
Observant encore quelques instants la carte, il entendait les bruissements crées par Alice toute gigotante. Un court moment plus tard, le pilote se décida à démarrer de la manière la plus délicate qu’il le pouvait, même si cela était loin d’être parfait. Faust émit un léger rire en voyant cela, avant de poser sa main sur le fauteuil de son pilote pour ensuite se pencher vers lui.

« C’est parce qu’il y a une dame que tu fais des efforts ? D’habitude tu ne te fais pas tellement chier à faire ça bien. »

Le pilote lui était à présent un peu embarrassé. Il était vrai que la présence d’Alice en était la raison. Il était l’un des seuls hommes de Faust à ne pas la voir comme une malade mentale, bien que son don était présent dans l’esprit de tous. La remarque du Capitaine fit rire une bonne partie de l’assemblée, jusqu’à ce qu’il se redresse froidement. Et de sa stature immobile, il observait ses hommes en fronçant les sourcils.

« Riez, mais faites votre boulot. »

A l’unisson, ils s’exclamèrent d’un «Oui Chef!» plutôt bien calibré. En effet, la totalité de ses hommes avaient un profond respects pour lui, et bien que l’ambiance soit généralement bonne enfant, ils suivaient tous les ordres quand il leur en donnait. Ils se mirent donc tous en place, le co-pilote, ceux vérifiant les moteurs etc. Et tous s’exécutèrent en un temps assez cours. Bon, il y avait toujours le nouveau qu’il se faisait charrier, mais cela était toujours le cas quand il y en avait un, et celui-ci de dérogerait pas à la règle. Faust lui se posa sur l’un des accoudoirs de sièges libres, croisant ses bras et observant la cohésion amusante de ses hommes. Ils ressemblaient plus à une bande de potes qu’à un équipage d’assaut, mais au moins, l’esprit de groupe était plus que présent.

Et puis, sans crier gare, Alice se leva et cria un silence pesant autour d’elle. Tous les hommes se mirent à l’observer en silence, détaillent ses gestes qu’ils ne connaissaient pas, portant leur regard sur le sien qui avait changé. Faust lui quitta son appuis pour la rejoindre rapidement, se postant à ses côtés, les bras croisés, afin de mieux apprécier ce qu’elle faisait avec la carte. Il suivait tous ses gestes. C’était donc là, une lune. C’est à ce moment que le pilote, confronté pour la première fois à son don, changea radicalement le regard qu’il lui portait. Alice se «justifia» ensuite, ce qui créa bien sur un malaise assez pesant dans l’assemblée.

Faust claqua des doigts pour attirer l’attention du pilote, puis lui indiqua de se retourner pour reprendre les commandes.

« Allez tout le monde, vous savez ce que vous avez à faire. »

Il allait bientôt devoir mettre en place une stratégie, mais au vue de la distance où se trouvait la lune, ils avaient encore du temps pour cela. Il s’approcha d’un des hommes et se plaça derrière son siège.

« Toi, tu me fais un rapport sur l’endroit dans maxi 10 minutes. »
« Oui Chef ! »

Il fit ensuite le tour de la carte, prenant la direction qui le dirigeait vers Alice avant de lui mette une légère «pichenette» sur son postérieur, pour ensuite continuer sa route et se trouver de l’autre côté de la carte, face à elle.

« Bon bah voilà, t’as fais ton boulot. En espérant que j’ai pas à jouer le baby-sitter une fois là bas. »

Un large sourire illumina son visage alors que des rires emplirent la salle. Il savait pertinemment que l’environnement dans lequel elle se trouvait n’était pas très opportun pour lui faire pareille remarque, et que sans doute elle s’en verrait vexée voir embarrassée, mais soit. La plaisanterie faisait partie de sa nature après tout.

« D’ailleurs, t’envisages quoi au juste ? Nous suivre au sol ? »

D’autres rires qui ceux-ci, ne plut pas réellement au Capitaine.

« Nan les gars, je suis sérieux. »

Alors le silence. Car oui, il n’était pas vraiment son supérieur donc elle pourrait bien faire ce qu’elle veut, mais si elle les suivait, d’une part elle serait certainement un frein, mais elle risquerait également sa vie, et même s’il ne le montrait pas, cela l’inquiétait un peu. Après tout, ses hommes étaient là pour ça, eux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Cartographe
Caractère : Lunatique

Messages : 121
Billets : 20223

Carnet de Bord
✦ Don: Spiritisme +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
✦ Ombre du Némésis ✦
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Jeu 29 Mar - 21:01
Alice suivait chaque éclat de rire avec davantage de curiosité que normalement les gens se taisaient en sa présence. Cette ambiance était réellement apaisante, elle l'appréciait... D'un autre côté ce genre d'humeur l'attirait comme un rien. elle se faisait l'effet d'un moustique devant une lampe, un parasite en somme. Ca faisait du bien d'entendre rire mais elle se sentait aussi totalement décalée. Il fallait dire que ne pas être comme eux soldat augmentait la différence qu'il y avait entre elle et eux. Elle se surprit néanmoins à sourire mais se reprit tout aussi vite pour se concentrer sur son travail.

Une fois l'emplacement ciblé sur la carte, Alice percevait le trouble qu'elle mettait et voulu bien faire mais chose encore surprenante au lieu de permettre de laisser couler les hommes de Fausts semblèrent devenir mal à l'aise. Si Alice ne s'en formalisa pas le décalage était pesant et ses yeux bleu sombres observèrent les lieux d'un œil critique. Voilà, c'était ça l'ambiance habituelle qu'elle connaissait. Et c'était valable pour le pilote aussi qui avait changé surement d'avis sur son compte elle s'en foutait il allait bien falloir qu'ils s'y f... Sa mauvaise humeur et ses pensées boudeuses s'arrêtèrent quand un contact sec imprégna ses fesses. Elle rêvait ou il venait de les lui piquer avec une pichenette ? Observant Faust avec de grands yeux ronds, Alice mit par réflexe une main à sa fesses taquinée. Non mais quel sagouin ! Ca avait eu le don d'arrêter ses mauvaises pensées mais à présent c'était contre lui qu'elle pestait.

* Un vrai primate * Songea-t-elle ne essayant de se consoler en tentant d'analyser une énième fois le comportement de ce type. Elle en arrivait par instant à regretter d'avoir voulu faire convenablement son boulot. Lui faisait comme si de rien était, allant derrière la carte et offrant l'impression à la brune d'être protégée par l'hologramme... Effet stupide et niais m'enfin on se protégeait avec ce que l'on pouvait et en l'occurrence abattre son poing dans le nez de ce type devant ses hommes ne serait pas pour une fois une bonne idée. Frapper, oui, mais il fallait savoir quand le faire, être pragmatique et toujours, TOUJOURS doser. Chose impossible quand en plus l'autre primate vous prenait pour un bébé. * Non mais quel enfoiré ! *

Alice releva vivement le visage et le fusilla du regard. Qu'il ose redire ça juste une fois... Une seule, et elle irait effacer son sourire hypocrite avec quatre tonnes de phalanges dans sa boite à morve. Si elle se reprit un temps car son esprit intellectuel reffusait de perdre face à un type si irritant alors quand il parla de la suivre certes elle blêmit mais les rires vinrent à bout de son côté raisonnable. Et juste pour l'énerver...

- Ok, je viens.

Le défiant du regard elle lui sourit un brin ironique avant d'aller s'asseoir à nouveau, refusant que Faust parvienne à nouveau à atteindre ses fesses. Elles étaient à ELLE non de non ! Détournant le regard la pitoyable finit par se mordre un ongle, nerveuse. Alice ne supportait pas les sentiments désagréables circulant en elle, c'était trop nouveau et brusque. Elle appréciait de rester enfermée comme une sourit dans une cage sur le Némésis car justement cela avait un côté sécuritaire et étant donné qu'elle n'était presque jamais sortie auparavant l'isolation lui était réconfortante. "La caverne" de Platon. Un texte ancien que le commandant actuel lui avait conseillé de lire bien que les controverses y étaient allées bon train depuis tout ces millénaires était un texte qu'elle comprenait pour le coup. Mais franchement être ou se forcer à sortir de ses habitudes était franchement désagréable. Sortir de l'ombre pour ceux qui ne connaissait pas le jour ? Quelle idée ! Suivre une bande de rustre alors qu'elle ne savait pas ce qui allait arriver était tout aussi sordide. Autre chose, elle ne savait pas se battre. mais en occurrence elle se garda bien de le dire.

Lorsqu'elle le put et sans qu'il le voit, Alice observa un peu mieux Faust. Quel dommage tout de même qu'il se comporte aussi mal : il semblait savoir y faire avec ses hommes mais franchement avec les filles c'était déplorable. A quoi elle pensait là ? A rien... et surement pas à elle en parlant de fille. Observer un primate dans son milieu naturel, voilà ce qu'elle faisait. ... Plutôt bien batit pour un primate. .... Et voilà son cerveau déconnait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperyth.forumactif.com/
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Mar 3 Avr - 21:10
Oui, ce n’était surprenant pour personne, Faust aimait taquiner Alice. Si on lui demandait, il pourrait même dire qu’il adorait ça. Plus que tout, c’était surtout de voir sa réaction qui l’amusait. Selon lui, Alice arbore un air fragile et sa manière de réagir aux plaisanteries de Faust la faisait ressembler à une fillette renfrognée. C’était drôle oui, et c’est en observant cette petite scène que Faust se mit à sourire comme un grand gamin devant sa copine. Elle était un petit plus aujourd’hui. Bien qu’il appréciait déjà l’ambiance qu’il pouvait y avoir dans le Sanctum, la présence d’Alice ne lui déplaisait pas et bien au contraire. Il l’observait à travers l’hologramme, les bras croisé en faisant mine d’analyser la carte sans prêter attention à elle.

Pourtant, en quelques secondes, il sentit un regard pesant se poser sur lui. Il baissa les yeux pour emprunter le chemin de ceux d’Alice et durant un instant, il se fixèrent intensément. Après la question qu’il lui avait posé, il redoutait en effet d’avoir monté la barre trop haut, elle avait du surement prendre ça pour une pensée qui la voulait faible. Il fronça alors les sourcils en observant la demoiselle, ou plutôt ses lèvres qu’il guettait. Et alors qu’elles s’entrouvrirent, Alice usa de l’affirmatif pour répondre à sa question.

Les yeux écarquillés, sont regard regagna celui de la cartographe alors qu’ils montrèrent clairement une incompréhension. Ses yeux ocres la suivirent alors qu’elle s’assit sur son siège, alors qu’ils restèrent plantés un court instant sur elle. Ils se baissèrent par la suite, comme si Faust regrettait ce qu’il avait pu dire. Se mordant la lèvre, il fit volte-face pour rejoindre le pilote, s’accoudant à son siège, observant l’espace se dévoiler devant eux.

« On arrive dans combien de temps ? »
« Environs dix minutes chef. »
« Bien. »

En quelques secondes et comme à son habitude, Faust avait reprit tout son sérieux, dont d’ailleurs, Alice n’avait été la spectatrice que trop peu souvent. Finalement il se retourna vers elle, plantant son regard dans le sien qui était déjà visiblement tourné vers lui. Pourtant, il ne nota pas cela, un peu trop préoccupé par une autre affaire qu’il allait s’atteler à réglé rapidement.

Il se dirigea vers elle, d’un pas assuré, ne la quittant pas des yeux alors que son regard se voulait sévère. Une fois arrivé à son siège, il posa sa main sur le dossier avant de se pencher sur elle, avec un mutisme de quelques instants, le regard noircit par ses sourcils froncés.

« T’étais sérieuse ? »

La place qu’il avait prise sciemment était celle d’un homme qui ne partirait pas et ne laisserait pas partir son interlocutrice avant d’avoir finit cette conversation. Le ton qu’il avait prit était sec et sonnait comme un avertissement la prévenant du danger qu’elle pouvait encourir en faisant pareil idiotie. Mais à nouveau, il avait peur que sont interprétation soit faussée et qu’elle le prenne pour un défis. Leur scène avait des spectateurs et Faust pouvait sentir ces regards trop curieux. Il se redressa alors vivement, se tournant pour avoir l’oeil sur ses hommes.

« Occupez vous de votre cul et faites votre boulot ! »

Et alors qu’il s’exécutèrent, Faust revint à ses moutons en faisant face à Alice, plus droit qu’il y a un instant, l’observant de toute sa hauteur. Et c’est à l’aide d’un sec mouvement de tête qu’il ponctua son interrogation, avide d’avoir une réponse. Si elle n’était pas celle qu’il souhaitait, il allait certainement devoir mettre les points sur les «i» et sans doute se faire plus sévère. Non, il ne risquerait sous aucun prétexte de l’emmener sur le terrain. Elle était bien trop importante pour le Némésis. Et d’un point de vue «simplement» relationnel, cette idée ne lui était pas agréable du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Cartographe
Caractère : Lunatique

Messages : 121
Billets : 20223

Carnet de Bord
✦ Don: Spiritisme +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
✦ Ombre du Némésis ✦
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Jeu 5 Avr - 22:42
Le temps semblait s'être arrêté depuis qu'elle avait donné son accord. Il était devenue d'ailleurs un peu plus lourd, ce temps. Du moins lorsque Faust l'observait. Et ses hommes l'avait remarqué, chose normalement inacceptable dans un tel cas de figure. Le voyait-il ? Professionnellement parlant elle était une gêne pour cette mission de par les réaction qu'elle créait sur Faust : il n'était pas dans son état normal, incapable d'agir comme un commandant. Pire, il se montrait faible. Son regard assombri lorsqu'il avança vers elle le montrait: il ne s'était pas attendu à une telle réponse et n'avait put-être pas du tout envie qu'elle descende de ce vaisseau.

« T’étais sérieuse ? »

Elle ne répondit pas, trop troublée au final par sa proximité. Par réflexe elle avait posé une main sur son torse et pressait doucement pour qu'il s'éloigne, en vain. Lorsqu'elle releva ses yeux bleu sur ceux de Faust elle le fusillait littéralement du regard. Il la prenait pour qui ? Elle n'allait pas revenir sur une décision prise. Mais lui non plus ne semblait pas vouloir plier et s'en aller, résultat la gêne se propageait en elle plus vite qu'une coulée de lave. Dans peu de temps elle risquait à nouveau de le frappée, mise à bout de nerf par ce type qui savait - personne ne savait comment - la faire réagir au quart de tour. Ceci était elle avait encore un pion d'avance puisque ce qu'elle avait calculé arriva, les hommes de Faust commençaient à s'agiter à cause de toute cette histoire. Il les remit d'ailleurs en place mais la brune le contempla avec appréhension. les hommes possessifs étaient souvent de vraies grosses brutes. Là encore elle pensa à ses frêles petit poings pour se défendre...

- J'ai dit que je viendrais et je le ferais.... Et je pense même pouvoir vous être utile.

Sans arme néanmoins. Elle tirait mal, ne savait pas se battre... Mais ses yeux devinrent noir d'un coup et elle lui fila une réelle preuve de ce qu'elle disait. Parfois autrefois on avait appelé cela le troisième oeil. Un regard pouvant observer n'importe quoi via le temps et l'espace. les autres hommes se trouvaient pourtant derrière elle et était caché sinon de sa vue grâce à des murs mais elle pu pourtant décrire qui était dans la salle arrière malgré les murs et qui se trouvait encore plus au fond. Mme le mécano sous eux entrain de vérifier les machines, elle savait exactement où il se trouvait. Quand son regard redevint bleu elle expliqua enfin.

- Je vois les âmes, ma vision a été déformée à cause de ces monstres et je vois à peine les murs par moment... mais les âmes elles, je les voit. Vos lunette ne peuvent pas traverser des mètres d'acier ou d'autres métaux sur plusieurs kilomètres, moi si. Ca ne vous serait pas utile surement ? .... Par contre je ne sais pas tirer....

Et elle se mura dans un silence, embêtée de l'avouer. Alice était franche et réfléchissait avant d'agir. Surement qu'à la fin elle se plierai à la demande de Faust mais elle avait sa fierté et maintenant qu'elle "voulait" y aller malgré la peur qui lui serrait le ventre, Faust devrait surement user de la force ou de son statut, sinon lui donner d'excellentes raisons et imparables pour ne pas qu'elle y aille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperyth.forumactif.com/
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Jeu 12 Avr - 14:19
Lorsqu’il s’était approché, il avait sentit une pression sur son torse, la main d’Alice qui s’était interposé, semblant vouloir le faire s’éloigner. En effet, leur proximité pouvait être gênante, mais le résultat était que Faust s’était simplement stoppé. Si cette situation la déstabilisait, c’était tant mieux. Il espérait qu’ainsi elle serait plus à même de respecter la décision du Capitaine, même si elle ne se trouvait pas sous son ordre. Cela aurait d’ailleurs facilité considérablement la tâche.

Pourtant malgré ça, elle restait sur ses positions. Et à cela même elle ajouta qu’elle pourrait leur être utile. Faust fronça alors les sourcils en se redressant face à elle. Croisant les bras sur son torse, il la fixa de toute sa hauteur, le regard toujours quelque peu sévère. Oui il était curieux de voir ce qu’elle allait lui avancer. Il connaissait son don, mais il est vrai qu’il n’avait pas connaissance de son étendue, et peut-être qu’elle allait réussir à l’impressionner. Mais que cela soit le cas où non, il serait intraitable : elle ne descendrait pas de ce vaisseau. Mais alors que dans sa tête trônait cette idée, Alice se mit à décrire les actions des hommes qui ne se trouvaient aucunement dans cette pièce, voir même plutôt loin.

Il est certains que quelques uns de ses hommes dans présent dans la salle allait penser qu’elle racontait des bobards. Mais pour Faust, son avis était tout autre. Il savait pertinemment que ce n’était pas le cas, et la surprise d’être mis face à l’étendue du ce don se lisait parfaitement sur son visage. Son regard ocre transperçait le noir de ceux d’Alice alors que cette dernière se mit à donner des explications à ce talent. Elle n’avait pas tord dans le fond, cela aurait pu être utile. Mais Faust ravala rapidement cette idée lorsqu’elle finit par avouer qu’elle ne savait pas tirer avec une arme. Alors sont regard surpris regagna sa sévérité.

Un court silence prit sa place dans la conversation lorsqu’il fut rompu par la réponse de Faust.

« Jusqu’ici, on a jamais eu besoin d’un don pareil pendant les opérations. »


Il fronça un peu plus les sourcils alors que son regard se baissait lentement. Il savait que ce qui allait suivre n’allait certainement pas être agréable à entendre pour Alice, mais si c’était le seul moyen pour la tenir à l’écart du danger, il le ferait. Il revint alors planter son regard dans le sien et continua son discours sur un ton froid et beaucoup moins déstabilisé que tout à l’heure.

« Ton travail n’a jamais été celui-ci. Tu es la cartographe et rien d’autre. Si on avait besoin de ça pour réussir les missions, je le saurais, et ce n’est pas le cas. On a pas besoin de toi sur le terrain, et encore moins si en plus on doit veiller sur toi pour te protéger parce que tu sais pas tirer ! »


Plus il débitait ses paroles, plus elles étaient sévères et fortes. C’est à la fin de se couplet qu’il soupira avant de reprendre plus posément.

« En allant sur le terrain, tu risque de compromettre la mission. Tu risque ta vie et le Némésis à besoin de toi. Alors non, tu ne viendras pas. »


Certes sa voix avait été plus calme sur cette dernière phrase, mais pour autant elle restait autoritaire. Après cela, il espérait bien sûr qu’elle accepte sa décision et qu’elle ne continu pas à argumenter contre lui. Elle en serait bien capable évidemment, mais cela serait tellement plus simple qu’elle ne le fasse pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Cartographe
Caractère : Lunatique

Messages : 121
Billets : 20223

Carnet de Bord
✦ Don: Spiritisme +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
✦ Ombre du Némésis ✦
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Dim 22 Avr - 21:07
S'il avait cherché à l'intimider ça avait réussi, Alice ne parvenait pas à réfléchir convenablement quand il le regardait de façon si sérieuse. C'était rare, mais ça faisait du coup son petit effet. La brune mit du temps à s'en remettre mais une fois chose faite elle tenta d'expliquer son point de vue. Oui car finalement ne pouvait-elle pas être utile ? Elle décrivit, elle parla, elle montra même une des facettes de son don bien qu'il soit faible par rapport à d'autres.... Mais elle n'osa pas mentir. Résultat l'intérêt que Faust lui avait porté retomba comme un soufflé. Son regard se ferma et elle se mordit la joue d'indignation avant même qu'il ne commence à parler : elle savait déjà que c'était non.

« Jusqu’ici, on a jamais eu besoin d’un don pareil pendant les opérations. »

Et voilà, raté. mais visiblement Faust ne la connaissait pas encore assez pour savoir qu'elle ne savait pas aller contre un refus. Il voulu s'expliquer... C'était gentil mais cela prouvait sa faiblesse. Qu'est-ce qui lui arrivait en ce moment ? Elle ne le reconnaissait pas, là. Curieuse, elle n'entendit qu'à moitié les remarques, jusqu'à ce qu'il parle de la protéger... elle ? L'aera center était un véritable réceptacle d'âmes traumatisée, il n'y avait pas de meilleur lieu dans l'univers où son don n'était pas à son paroxysme. La puissance du don d'Alice était limité à cet état de fait juste. une veine pulsa alors sur sa gorge fine et elle serra les dents avant de détourner sèchement le regard. cette fois il l'agaçait.

- Espèce de macho buté et prétentieux.

Murmura-t-elle, déçue. Elle ne parvenait pas à dire ça durement et le ton était presque doux mais trop bas pour que les autres ne l'entendent. Elle s'inquiétait plus qu'elle ne l'aurait du et en avait conscience. pourquoi ? c'était stupide. Mais c'était injuste de la laisser ici alors qu'elle aurait pu lui être utile pour une fois. La seule fois depuis bien longtemps où elle se forçait à essayer. A cause de qui on se le demandait m'enfin. Il avait eut beau reprendre plus calmement ensuite comme pour la consoler, cela ne l'excusait pas de douter d'elle. Comment le commandant du Némésis aurait-il pu l'accepter à bord si elle n'avait pas son utilité ? Comment, lui qui connaissait leur pensées aurait-il pu la laisser venir avec lui s'il ne savait pas qu'en dernier recourt elle pouvait se défendre ? Alice ne savait pas se battre... Mais le démon savait repousser. Il savait griffer, trancher, et sa force et son invisibilité face à ceux ne pouvant pas le voir associé aux dons de mentalistes certes faibles mais utiles que la jeune femme avait, comment aurait-elle pu être un poids ?

A bien y réfléchir elle se consolait seule et arrêtait de se voir comme une faible mais ce n'était pas ça qui la ferait contredire à voix haute Faust. Ce genre de franchise de sa part se méritait et pour le moment Faust ne l'avait pas assez irritée ou au contraire, mise en confiance pour qu'elle le face. A la place les émotions, ces faibles choses qui la tourmentaient alors qu'elle aurait préféra ne pas en avoir la forçaient à... râler. Il n'y avait pas d'autres mots pour ça, elle râlait.

- Eh bien vas-y seul et oublie pas de crever au passage.

Ce fut la seule chose qu'elle dit avant que le Sanctum ne parvienne sur la Lune qu’elle leur avait indiquée. Oh ce n'était pas à prendre au sérieu mais elle avait peur. Un sentiment qu'elle ne maitrisait absolument pas et étrange : pourquoi envers cet homme ? Avec un scénario aussi horrible ? Lorsque le commandement de Faust et lui-même se déployèrent, elle soupira, consciente qu'elle s'était peut-être trop attachée à cet idiot. Il ne restait qu'elle et le type qui faisait office de pilote et avait semblé réviser son jugement en comprenant ce dont elle était (en partie) capable... dans la zone de pilotage.Son regard croisa le sien, elle le détourna froidement. Ce n'était pas à cause de tout à l'heure, juste que son irritation contre Faust n'était pas retombée. Et dire que parfois il était capable de l'irriter assez pour qu'elle frapper, carrément ! Soupirant doucement Ali tenta de se dire que tout compte fait cela signifiait qu'elle s'énervait de moins en moins contre lui mais toujours était-il qu'elle trouva le temps long. Vraiment, long.... Reprenons sur les pensées malsaines à l'encontre de Faust du coup.

Il était quand même arrogant à lui imposer de ne pas sortir et de faire comme bon lui semblait. Elle n'était pas sous ses ordres ! Oui mais bon on parlait de l'Aera, un des centres qui l'avaient faite passer pour morte à ses parents, qui l'avaient faite internée, mettant sur ce qu'elle voyait une preuve de sa folie. Ceux qui l'avaient torturée... Et ligotée à la fin. Elle se souvenait de tout, de cet isolement qui avait forgé son caractère puisque ce n'était pas dans un tel lieu qu'une enfant pouvait apprendre à se lier aux autres. Cette absence de vue courante qui l'avaient isolée du monde réel même lorsqu'elle était consciente. Pas d'odeur, de bruit, de lumière, de contact... Et Faust qui se permettait de l'approcher à tout va et de lui palper les fesses pour l'irriter. Alice en était à étirer les pans de son gilet par rage plus que comique en fusillant un point sur le sol muettement et sans ciller lorsque une voix l'alerta d'un danger.

Enfin consciente, elle lâcha ses pans en voyant le pilote s'exciter pour prévenir ceux parti attaquer qu'ils avaient été débusqués et que des véhicules attaquaient leur bouclier de protection.

- Bon sang mais ils en mettent du temps à revenir !

Ali l'observait s'exciter sur le tableau de bord alors qu'un technicien annonçait les chiffres et/ou pourcentages de puissance du bouclier quand un tir les secoua tous un peu plus. Arrivée à terre, ali se massa la nuque et grinça des dents en sentant un éclate de verre coincé dans son cou. petit... elle le retira naïvement seule et observa les lieux pour se rendre compte qu'une des tables de contrôle avait éclaté. Le débris transparent entre ses doigts venait de là... dangereuse, la petite chose. La cartographe blêmit - oui ça lui était possible - mais au lieu de prendre ses jambes à son cou, se retourna et se concentra sur ce qu'elle voyait. il y avait en tout trois véhicules qui tiraient au laser sur le bouclier, prenant leur mal en patience pour que celui-ci n'éclate. Une nouvelle décharge plus puissante l'averti que celui derrière eux était là quant à lui pour attaquer dès que le bouclier serait assez épuisé... Elle prit peur. Elle prit peur et donc se défendit comme elle avait toujours su le faire dans ce genre de situation, déchainer le démon.

Une sorte d'onde aqueuse apparut alors dans un espace qu'on croyait vide et forma une silhouette humanoïde. Des lames assérées en guise de main cherchaient déjà quoi couper. l'onde s'évapora pour réapparaitre près d'un mur, puis hors du vaisseau. Une fois dans un une des machines les attaquant, on pouvait voir les engins militaires sembler perdre le contrôle. un extra-terrestre tenta de s'extirper du vaisseau mais une force invisible le fit revenir dedans de force. Et ce fut ainsi pour les trois alors qu'à chaque mort, chaque impact, une sorte d'aura s'évaporait des lieux. une âme s'était vengée. le talent d'alice ne tenait qu'à ça après tout. Une fois le carnage finit à ses yeux le "démon" n'avait plus à présent que la force de ressembler à un félin de petite taille. Rassurée de savoir que plus aucun ennemi n'était à portée la brune se remit debout et retourna s'asseoir.

Quand elle entendit le pilote hurler dans son casque qu'on l'avait enfermé avec une folle aux pouvoirs multiples et dangereux pour sa personne, elle sourit. Elle trouvait sa réaction drôle. lui faire du mal ? A lui ? Qu'elle idée ! Cela la fit même glousser et elle alla se rasseoir, observant le pilote avec un regard innocent et amusé. Les tank et autres véhicules à l'arrêt semblaient en effet avoir connu un véritable enfer mais le but était fait non ? On ne les agressait plus... Alors elle sourit et rit même de façon inaudible juste avant que la plaie ne lui revienne en tête car elle la lançait... Passant une nouvelle fois sa main dessus Alice gémit de douleur et la retira en vitesse. c'est alors qu'elle vit le sang sur le sol et palit bien plus vite encore qu'auparavant. Le cou ça saignait beaucoup ok mais c'était comme l'eau, elle n'aimait pas en voir. Pas une fois qu'elle n'était plus concentrée sur le démon et ne voyait que ça..; résultat de quoi ses oreilles bourdonnaient, sa tête tanguaient et ses yeux voyaient de moins en moins bien les contrastes. Elle entendait déjà les voix revenir dans le vaisseau qu'elle commençait à se forcer à rester penchée à droite sans se rendre compte qu'elle partait se vautrer à la fois sur la gauche et en avant. Ca ne fit qu'un bruit : FLOP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperyth.forumactif.com/
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Mer 19 Déc - 16:54
Au final, tout le monde pouvait sentir cette tension palpable qui grandissait entre Faust et Alice, et même le capitaine commençait à grommeler que cela dur si longtemps pour simplement dire non à une jeune fille. Et la petite phrase venant de ses lèvres l'insultant, que seul Faust pu entendre, il n'en fit rien évidemment. L'insulter ? De quoi ? De « macho buté et prétentieux » ? Intérieurement, il pouffait à s'en tordre le ventre, mais il se devait aussi de se contenir pour rester bien ancré sur ses positions. « Macho buté et prétentieux », c'est vrai, Alice était on peut le dire proche de la vérité. Et après tout, tout le monde le savait et Faust le premier. Plus les années passaient et moins il prenait pour des insultes ce genre de commentaires. Cela ne l'empêcha évidemment pas de continuer son discours qui fut magistralement rompu par une phrase d'Alice.

Il la fixa encore une fois, encore un peu plus profondément, ses paupières se plissant légèrement. Et finalement, un sourire en coin vint répondre à cet attaque. C'était après tout le genre d'attaque qui ne méritait pas vraiment qu'on s'y attarde à bien y réfléchir. Et pas le genre d'attaque que l'on pense réellement de toutes façons.

« Je te promets rien. »

Il relâcha alors la tension qui s'était emparée de ses muscles et tourna le dos à Alice pour ensuite vaquer à ses préparatifs. Cette conversation était terminée, et y amener quoi que ce soit d'autre serait réellement inutile et ferait perdre du temps à tout le monde.

Le Sanctum était arrivé à destination, et le Capitaine donna ses ordres via un micro sur le tableau de bord. On entendit alors la fourmilière s'agiter à travers les couloirs et pièces du vaisseau. Faust traversa la pièce, accordant un dernier regard à Alice, et la quitta suivit de plusieurs hommes. Tous se dirigèrent vers la salle des armes pour s'y fournir en équipement, évidemment. Une fois tous à la porte, Faust enfila son casque et activa le contact avec le pilote. On recevait dans les deux sens, tout allait pour le mieux, l'opération pouvait commencer. L'opération habituelle à vrai dire, le schéma était toujours relativement le même. Des snipers pour couvrir l'entrée et la sortie des hommes, les Delta qui entraient en premier pour déblayer, les Alpha et le Capitaine à leur tête qui entraient et faisait leur boulot. On sauvait ceux qui pouvait être sauvé, mais sinon rien d’exceptionnel en soit, c'était même quelque chose qui avait imprégné les soldats au fur et à mesure, leur gestes étant de plus en plus codé par l'habitude.

Tout se passait pour le mieux jusqu'à un certain appel à l'aide venant du vaisseau.

« Et merde. »

La mission n'était pas tout à fait terminé, ils étaient à quelques mètres du générateur, mais leur restait encore les charges à poser et la fuite à prendre. Si proche du but, ils ne pouvaient pas tout planter maintenant. C'est pourquoi, Faust décida de diviser l'escouade et prit la tête du groupe qui retournait immédiatement au vaisseau. Ils leur faudrait plusieurs minutes pour faire le chemin inverse, et cela même à vive allure. Faust quitta alors une partie de ses hommes et cria :

« Et on s'active les gars ! »

Ne leur restaient plus qu'à revenir vers le vaisseau. La marche était rapide et finalement ils arrivèrent à la sortie. Quelques centaines de mètres plus tard et le Sanctum en vue, un nouvel appel du pilote, visiblement affolé par ce qu'il venait de voir. Bien sûr, Faust ne pouvait s'imaginer ce qu'il s'était passé, tout ce qu'il voyait c'était que les attaquants étaient tous hors d'état de nuire. Leur course se stoppa face au spectacle inexplicable. Cela ne ressemblait pas à un champ de bataille ordinaire.

Reprenant ses esprits, il entreprit de remonter à bord du vaisseau. Et alors qu'il commençait à gueuler (oui c'est le mot) dans les couloirs son incompréhension la plus total, il entra en trombe dans la salle des commande et y découvrit Alice au sol, dans un petite flaque de sang qui se formait à peine.

« Putain, c'est définitivement la merde ! », s'écria t-il alors qu'il accouru vers le corps.

Décontenancé, il ordonna d'aller chercher « un putain de médecin » avant de localiser la plaie. Il s’efforça de la comprimer le temps que le médecin et des infirmiers arrivent. Ce n'était pas non plus le genre de plaie qui risquait de lui ôter la vie dans les prochaines secondes, mais il fallait la prendre en charge rapidement. Faust prit alors Alice dans ses bras et la mena jusqu'à l'infirmerie, précédé et succédé par les soignants. Il déposa la jeune femme doucement avant de s'écarter pour laisser les soignants faire leur travail.

« Il n'y rien d'alarmant Capitaine. »

Au fond de lui il le savait oui, mais cette information avait été occultée pendant un laps de temps. Il s'en étonna lui même, après avoir reprit ses esprits. Et tout son calme revint, tranquillement. Il tourna le dos à l'équipe et se dirigea vers un évier pour y nettoyer le sang qui perlait sur ses mains. Lorsqu'il jeta un œil en arrière, la plaie était nettoyée et le médecin commençait déjà à le recoudre. Le Capitaine attrapa une serviette avant de se retourner et poser son royal fessier sur le bord de l'évier. Essuyant sa peau, le médecin finissait son travail et ajouta un dernier « plus de peur que de mal ». Faust observait Alice, toujours endormie. Il s'était inquiété oui, et certainement démesurément. Mais ça, elle ne le saurait jamais, et c'était tant mieux.

« Elle devrait bientôt reprendre ses esprits Capitaine. »

Un simple hochement de tête pour le remercier, et le médecin entreprit de nettoyer le léger carnage, alors que Faust restait là, attendant le réveil de la belle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin Métier : Cartographe
Caractère : Lunatique

Messages : 121
Billets : 20223

Carnet de Bord
✦ Don: Spiritisme +
✦ Pts Vote:
0/0  (0/0)
✦ Objets:
✦ Ombre du Némésis ✦
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice] Jeu 21 Mar - 15:55
[°saute partout et bisouille son compagnon de rp° yeah o/]

Alice était vraiment une chiffe molle. Elle n'était clairement pas un soldat, un civil en somme avec des phobies bien encombrantes. La seule chose qu'elle avait pour elle était sa cervelle et un minimum de jugeote pour savoir quand filer. Si elle avait eu des parents normaux, jamais elle se serait retrouvée sur le Némésis. Mais ses parents au final faisait qu'elle faisait partie des civils du Némésis. Si elle n'avait pas été cartographe, elle aurait surement été une banale commerciale... Tout ça pour dire que le pilote avait tout à fait le droit de la traiter de folle furieuse après avoir vu les conséquences de son don. En même temps il y avait tellement d'âmes torturées dans les Centres Aera que c'était limite normal qu'elle puisse en faire de telles bombes...

FLOP. Un bruit stupide : Alice s'était effondrée comme une crevette en voyant du sang sur son cou. Les médecins avaient raison, elle n'avait rien au final. Elle saignait aussi un peu de la tempe mais voilà : c'était des zones qui saignaient abondamment avec une banale éraflure, les médecins n'eurent que peu de soin à faire. La jeune fille grimaça lorsqu'une pilule fut placée contre la plaie à sa nuque, mais cela la guérit de suite. Ouvrant les yeux quant à elle, elle remarqua que même si elle avait pensé ouvrir les yeux en réaction, une bonne heure s'était tout de même passée...

La première chose qu'elle vit fut le plafond. Elle n’aimait pas les plafonds. Et les bruits d'aération aussi, ça lui rappelait trop sa chambre à l'Asile. Blasée de ce genre de paysage, ses yeux se baladèrent un peu partout directement, comme si elle n'avait pas eu besoin d 'un temps certain pour savoir où elle était. En fait justement, elle cherchait à le savoir. cette salle de repos n'était pas connue selon elle. Se redressant, elle gémit et posa sa main sur un bandage entourant son cou. Ça et un pansement près de la tempe, elle avait vraiment tout gagné.

- Je suis vraiment une chiffe molle...

Murmura-t-elle plus pour elle que pour la personne encore présente dans la pièce. Depuis son réveil et bien avant elle savait qu'une personne était toujours restée. Disons que c'était son troisième œil qui le lui avait indiqué. Toujours était-il que lorsque ses yeux bleu se posèrent sur lui ses défenses s'abaissèrent imperceptiblement.

- Désolée, j'aurais peut-être du rester sur le Némésis au final.

En effet elle aurait pu être utile mais comme elle ne connaissait rien du combat et n'appréciait guère la violence, elle s'était fait malmener par une simple vision sanguinolente. Lui par contre semblait ne rien avoir. Enfin... Quelques éraflures, comme elle, mais sur lui ça semblait insignifiant. Faust avait toujours une éraflure quelque part de toute façon. A force de se faire massacrer pour avoir dragué la mauvaise fille, Alice avait presque du mal à l'imaginer sans un bleu sur le visage. Quel dommage, il devait être superbe sans tout cela... Enfin, dans tout les cas il était là. Pourquoi ? Il n'avait pas mieux à faire ? C'était touchant en fait.

- Tu ne devrais pas plutôt t'occuper de tes hommes ?

Lui demanda-t-elle, inconsciente de sa franchise. Ils repartaient vers le némésis et elle n'avait qu'une pensée en tête, étouffer l'affaire. Cette mission avait mis en valeur le fait qu'elle n'était pas battie pour l'action, et que Faust lui l'était. C'était ça, sa vie. Étrangement ça l'inquiéta plus que le reste. Se calmerait-il un jour ? Question stupide. lorsqu'on devenait insurgé du némésis, c'était à vie... Le poids dans sa gorge lui était inconnu. Visiblement cette pensée lui était inconfortable et Kalehl ne le savait même pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperyth.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Avant le départ ... [Alice]
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1
 

 Sujets similaires

-
» Rituels et Baptêmes
» L'arrivée avant le départ
» départ assis...
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» Vraie Raison du Départ de Batista

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✦ NÉMÉSIS ✦ :: ♁ Zones Importantes :: ♁ Salle des Vaisseaux :: ◄ B ► Sanctum-
 ::  :: ✦ NÉMÉSIS ✦ :: ♁ Zones Importantes :: ♁ Salle des Vaisseaux :: ◄ B ► Sanctum+